Autoblog de reflets.infohttp://reflets.info/http://reflets.info/ Résistances indigènes sur les plates-bandes du capitalismehttps://reflets.info/?p=39181http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180213_181603_Resistances_indigenes_sur_les_plates-bandes_du_capitalismeTue, 13 Feb 2018 17:16:03 +0000 Monétiser ses données personnelles, l’arbre qui cache la forêthttps://reflets.info/?p=39170http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180208_180743_Monetiser_ses_donnees_personnelles__l___arbre_qui_cache_la_foretThu, 08 Feb 2018 17:07:43 +0000 Armes numériques : l’Europe reprend d’une main ce qu’elle donne d’une autrehttps://reflets.info/?p=39161http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180207_124253_Armes_numeriques___l___Europe_reprend_d___une_main_ce_qu___elle_donne_d___une_autreWed, 07 Feb 2018 11:42:53 +0000 A Bruxelles, Salah Abdeslam muré dans le silencehttps://reflets.info/?p=39154http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180206_133340_A_Bruxelles__Salah_Abdeslam__mure_dans_le_silenceTue, 06 Feb 2018 12:33:40 +0000 Le Pistolet et La Pioche S02E02 : Harcèlement 2.0 ou comment détruire les autres sans risquehttps://reflets.info/?p=39139http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180201_144519_Le_Pistolet_et_La_Pioche_S02E02___Harcelement_2.0_ou_comment_detruire_les_autres_sans_risqueThu, 01 Feb 2018 13:45:19 +0000 Mexique : vers une répression massive des polices communautaires ?https://reflets.info/?p=39132http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180131_095130_Mexique___vers_une_repression_massive_des_polices_communautaires__Wed, 31 Jan 2018 08:51:30 +0000 Manu M : ce monarque un tantinet méprisanthttps://reflets.info/?p=39127http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180129_171312_Manu_M___ce_monarque_un_tantinet_meprisantMon, 29 Jan 2018 16:13:12 +0000 Jawad Bendaoud dans le texte…https://reflets.info/?p=38909http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180127_193517_Jawad_Bendaoud_dans_le_texte___Sat, 27 Jan 2018 18:35:17 +0000 François Molins, les données de connexion, l’arrêt Tele2 et le chiffrement : un casse-têtehttps://reflets.info/?p=38856http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180125_181645_Fran__ois_Molins__les_donnees_de_connexion__l___arret_Tele2_et_le_chiffrement___un_casse-teteThu, 25 Jan 2018 17:16:45 +0000 Macron et les 1 % : le tweet du berger à la bergèrehttps://reflets.info/?p=38865http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180125_171416_Macron_et_les_1_____le_tweet_du_berger_a_la_bergereThu, 25 Jan 2018 16:14:16 +0000 Alexandre Djouhri, l’encombrant de Londres…https://reflets.info/?p=38830http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180120_212504_Alexandre_Djouhri__l___encombrant_de_Londres___Sat, 20 Jan 2018 20:25:04 +0000 Les viticulteurs « défenseurs de l’environnement » nous prennent-ils pour des billes ?https://reflets.info/?p=38839http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180119_121512_Les_viticulteurs_____defenseurs_de_l___environnement_____nous_prennent-ils_pour_des_billes__Fri, 19 Jan 2018 11:15:12 +0000 Quand Trump fait décerner ses « prix fake news »https://reflets.info/?p=38832http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180118_094012_Quand_Trump_fait_decerner_ses_____prix_fake_news____Thu, 18 Jan 2018 08:40:12 +0000 Le Pistolet et La Pioche S02E01 : Pourquoi Twitter nous rend maladeshttps://reflets.info/?p=38808http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180117_130233_Le_Pistolet_et_La_Pioche_S02E01___Pourquoi_Twitter_nous_rend_maladesWed, 17 Jan 2018 12:02:33 +0000 Notre-Dame des Landes : mobilisation générale de la réserve de la gendarmeriehttps://reflets.info/?p=38825http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180117_083233_Notre-Dame_des_Landes___mobilisation_generale_de_la_reserve_de_la_gendarmerieWed, 17 Jan 2018 07:32:33 +0000 De Haas-Lahaie : quand l’esprit Twitter rencontre la complexitéhttps://reflets.info/?p=38781http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180115_133721_De_Haas-Lahaie___quand_l___esprit_Twitter_rencontre_la_complexiteMon, 15 Jan 2018 12:37:21 +0000 Théories du complot : mais quelle bande de cons !https://reflets.info/?p=38705http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180110_133719_Theories_du_complot___mais_quelle_bande_de_cons__Wed, 10 Jan 2018 12:37:19 +0000 Société technologique : vie impérative et artifice de libertéhttps://reflets.info/?p=38698http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180107_113750_Societe_technologique___vie_imperative_et_artifice_de_liberteSun, 07 Jan 2018 10:37:50 +0000 Arrestation de djihadistes français en Syrie : l’épineux problème des revenantshttps://reflets.info/?p=38678http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20180105_134454_Arrestation_de_djihadistes_fran__ais_en_Syrie___l___epineux_probleme_des_revenantsFri, 05 Jan 2018 12:44:54 +0000 Etat du monde en 2017 : un pas de côtéhttps://reflets.info/?p=38668http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20171231_170959_Etat_du_monde_en_2017___un_pas_de_coteSun, 31 Dec 2017 16:09:59 +0000 #FueraBullrich : Il n’y a pas que le soleil qui chauffe en Argentinehttps://reflets.info/?p=38611http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20171229_135835__FueraBullrich___Il_n___y_a_pas_que_le_soleil_qui_chauffe_en_ArgentineFri, 29 Dec 2017 12:58:35 +0000 L’informatique, pièce maîtresse de la fraude électorale «style Honduras»https://reflets.info/?p=38595http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20171221_195757_L___informatique__piece_maitresse_de_la_fraude_electorale___style_Honduras__Thu, 21 Dec 2017 18:57:57 +0000 Bitcoin, énergie et wtf twitterienhttps://reflets.info/?p=38563http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20171218_115353_Bitcoin__energie_et_wtf_twitterienMon, 18 Dec 2017 10:53:53 +0000 Trump : et si on dotait l’Arabie Saoudite de technologie nucléaire ?https://reflets.info/?p=38559http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20171218_113943_Trump___et_si_on_dotait_l___Arabie_Saoudite_de_technologie_nucleaire__Mon, 18 Dec 2017 10:39:43 +0000 La DGSE, l’École 42 et le petit bonhomme en moussehttps://reflets.info/?p=38547http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20171214_134501_La_DGSE__l___Ecole_42_et_le_petit_bonhomme_en_mousseThu, 14 Dec 2017 12:45:01 +0000 Avec la France, les Five Eyes deviennent les Six Eyes…https://reflets.info/?p=38543http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20171214_132631_Avec_la_France__les_Five_Eyes_deviennent_les_Six_Eyes___Thu, 14 Dec 2017 12:26:31 +0000 Attentats : tels des lapins pris dans les phareshttps://reflets.info/?p=37470http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170819_165425_Attentats___tels_des_lapins_pris_dans_les_pharesSat, 19 Aug 2017 14:54:25 +0000 Richard Ferrand s’ubérisehttps://reflets.info/?p=37448http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170814_220046_Richard_Ferrand_s___uberiseMon, 14 Aug 2017 20:00:46 +0000 Fuite de propagande terroriste aux Etats-Unis : plus de 5000 vidéos djihadistes accidentellement en lignehttps://reflets.info/?p=37218http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170809_204502_Fuite_de_propagande_terroriste_aux_Etats-Unis___plus_de_5000_videos_djihadistes_accidentellement_en_ligneWed, 09 Aug 2017 18:45:02 +0000 Au sud-ouest du Mexique, une poudrière appelée Guerrero (2/2)https://reflets.info/?p=37434http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170807_161234_Au_sud-ouest_du_Mexique__une_poudriere_appelee_Guerrero__2_2_Mon, 07 Aug 2017 14:12:34 +0000 Au sud-ouest du Mexique, une poudrière appelée Guerrero (1/2)https://reflets.info/?p=37397http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170806_113617_Au_sud-ouest_du_Mexique__une_poudriere_appelee_Guerrero__1_2_Sun, 06 Aug 2017 09:36:17 +0000 La Frenchtech a-t-elle un problème ?https://reflets.info/?p=37362http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170802_194531_La_Frenchtech_a-t-elle_un_probleme__Wed, 02 Aug 2017 17:45:31 +0000 Le Pistolet et La Pioche S01E05 : Piocher dans l’intelligence artificielle avec Paul Jorionhttps://reflets.info/?p=37391http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170802_174414_Le_Pistolet_et_La_Pioche_S01E05___Piocher_dans_l___intelligence_artificielle_avec_Paul_JorionWed, 02 Aug 2017 15:44:14 +0000 Singularité inversée : quand la stupidité artificielle esclavagise l’homme automatehttps://reflets.info/?p=37368http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170801_182821_Singularite_inversee___quand_la_stupidite_artificielle_esclavagise_l___homme_automateTue, 01 Aug 2017 16:28:21 +0000 Il n’y a pas de crise économique, c’est ballot, non ?https://reflets.info/?p=37322http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170728_194444_Il_n___y_a_pas_de_crise_economique__c___est_ballot__non__Fri, 28 Jul 2017 17:44:44 +0000 Franck Perry, renvoyé en correctionnelle, devient Maire de Vittelhttps://reflets.info/?p=37354http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170728_125705_Franck_Perry__renvoye_en_correctionnelle__devient_Maire_de_VittelFri, 28 Jul 2017 10:57:05 +0000 Mic-mac immobilier à la mairie de Metz ?https://reflets.info/?p=37162http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170707_182112_Mic-mac_immobilier_a_la_mairie_de_Metz__Fri, 07 Jul 2017 16:21:12 +0000 Technologies à double usage : Bercy à l’origine de l’impunité d’Amesyshttps://reflets.info/?p=37144http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170706_141805_Technologies_a_double_usage___Bercy_a_l___origine_de_l___impunite_d___AmesysThu, 06 Jul 2017 12:18:05 +0000 Thierry Breton et l’asile politique de Philippe Vannierhttps://reflets.info/?p=37137http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170705_075216_Thierry_Breton_et_l___asile_politique_de_Philippe_VannierWed, 05 Jul 2017 05:52:16 +0000 Amesys : #LesDix passés à la question par les enquêteurs confirment l’implication de Philippe Vannierhttps://reflets.info/?p=37134http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170705_074944_Amesys____LesDix_passes_a_la_question_par_les_enqueteurs_confirment_l___implication_de_Philippe_VannierWed, 05 Jul 2017 05:49:44 +0000 Les alternative facts de Trump : un instant dans une évolutionhttps://reflets.info/?p=37107http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170704_164814_Les_alternative_facts_de_Trump___un_instant_dans_une_evolutionTue, 04 Jul 2017 14:48:14 +0000 Selon le FMI, la Finance n’est pas un facteur clef de croissancehttps://reflets.info/?p=37129http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170703_170958_Selon_le_FMI__la_Finance_n___est_pas_un_facteur_clef_de_croissanceMon, 03 Jul 2017 15:09:58 +0000 La surveillance étatique d’Internet fait son entrée dans la présidence Macronhttps://reflets.info/?p=37117http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170701_200957_La_surveillance_etatique_d___Internet_fait_son_entree_dans_la_presidence_MacronSat, 01 Jul 2017 18:09:57 +0000 « Bonjour, ma vie privée n’est pas à vendre »https://reflets.info/?p=37099http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170626_161942_____Bonjour__ma_vie_privee_n___est_pas_a_vendre____Mon, 26 Jun 2017 14:19:42 +0000 Le Pistolet et La Pioche S01E03 : Internet se meurt-il ?https://reflets.info/?p=37094http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170624_003130_Le_Pistolet_et_La_Pioche_S01E03___Internet_se_meurt-il__Fri, 23 Jun 2017 22:31:30 +0000 Faut-il parler aux méchants ?https://reflets.info/?p=37081http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20170623_122810_Faut-il_parler_aux_mechants__Fri, 23 Jun 2017 10:28:10 +0000 Lettre ouverte à Etienne Chouardhttp://reflets.info/?p=23976http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130123_093442_Lettre_ouverte_a_Etienne_ChouardWed, 23 Jan 2013 08:34:42 +0000lettre-chouard

Cher Etienne,

je suis désolé des clameurs plus ou moins violentes et angoissantes qui résonnent à l’énoncé de ton nom et surtout suite aux critiques à l’égard de ta personne. Clameurs qui résultent d’un article suivi d’échanges plus ou moins agressifs sur un journal satirique en ligne, le bien-nommé Reflets. Mais je m’égare, ce n’est pas ta personne en tant que telle qui est en jeu, ni tes idées, ni ce journal, ni ma propre personne d’ailleurs, mais tes « amitiés et soutiens », et ton engagement politique. Parce que tu es quelqu’un d’agréable, de courtois, posé, intelligent, disons-le clairement, et comme nous avons une fois déjeuné ensemble, échangé nos points de vue, il me semble aujourd’hui important de rectifier certains de mes propos publiés ici qui pourraient être mal interpêtés.

Oui, tes fans interprêtent mal : mais quoi de plus normal que de voir les groupies défendre leur star aveuglément ? Ils pensent que je pense que tu es d’extrême droite ! Rooooooh, les imbéciles, pardon : les cons. Tu n’en as pas franchement le profil, au premier abord. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, l’extrême droite c’est difficile à définir parce qu’ils utilisent tous des discours qui étaient jusque là réservés à l’extrême gauche. Toujours est-il que j’étais honoré de te rencontrer, ce que je t’ai dit de but en blanc : je suis comme ça, très franc du collier. Je connaissais tes idées sur la démocratie par tirage au sort, avais visionné pas mal de tes vidéos, lu de tes interviews, mais n’étais jamais allé plus loin que ce seul aspect des choses : les idées, justement. Peut-on se contenter des idées ? Oui, certainement, si la personne qui les émet est d’une neutralité parfaite, ce que je croyais être le cas. Naïf que je suis !

Quelle ne fut pas ma surprise, donc, de trouver des traces assez étranges de soutiens de ta part. On me les a envoyés, c’est vrai, parce que des gens bien intentionnés cherchent à me donner des informations qui peuvent m’échapper, ce qui m’arrive parfois…il faut bien le dire. (Et puis je n’aime pas préjuger des gens qui développent des idées intéressantes en fouillant de partout à leur propos). Et là, que trouve-je ? Un commentaire élogieux de ta part sur un site faisant la promotion d’un documentaire lui-même dédié à l’apologie de Faurisson, le révisionniste de la Shoah. J’ai même fait l’effort de visionner le documentaire que je n’ai pas pu finir : quand Faurisson sort ses plans de chambres à gaz et justifie ses recherches scientifiques pour prouver qu’elles n’ont pas existé, une envie de vomir m’a empêché de rester devant l’écran. Nous avons tous nos limites, les miennes se situent là.

Depuis, ton éloge a été remplacé par un commentaire du Nouvel Obs. Mais il est resté un bon moment sur le site, ce soutien de ta part, plus d’un an si je ne m’abuse. J’ai donc continué ma recherche sur tes soutiens et amitiés. J’avais un peu tiqué, lors de notre rencontre, à propos de Soral dont tu trouvais « pas mal d’idées intéressantes », mais bon, Soral…ce n’est pas non plus un type très dangereux si on est un peu réaliste. Puis il y eut Asselineau, ce transfuge du RPFIE, le parti de Pasqua et De Viliers. Asselineau, un  ancien directeur de cabinet du même Charles, au conseil général des Hauts-de-Seine. Asselineau, un souverainiste qui ne développe rien d’autre que les idées de Marine Le Pen mais en se cachant d’être de son bord. Lui aussi, tu le soutiens.

Puis Ménard, Robert, que tu soutiens lui aussi, parce que tu le trouves « très intéressant » pour sa « défense formidable de la liberté d’expression » : Robert Ménard, ce journaliste ultra réactionnaire qui sort aujourd’hui un bouquin intitulé « Vive l’Algérie française ». On croit rêver. Et toi, de répéter : je ne fais pas de politique ! Mai si, bien entendu que tu en fais, Etienne !

Alors, dans un élan de sympathie toute fraternelle, pétri d’une naïve envie de comprendre, telles sont mes questions : pourquoi soutenir Asselineau, faire des commentaires positifs sur Soral, un éloge de Faurisson, pourquoi aller vers des partis ou des mouvements politiques précis (de la droite nationaliste) tout en déclarant ne pas « en être » (de la politique) ? Le tirage au sort ne se mettra pas en place avant des lustres. Et ses chances de parvenir à remplacer le système actuel, déjà très réduites, le seront encore plus si celui qui en fait la promotion, toi, se rapproche en permanence de ceux qui créent des barrages, des clivages, et attirent les contestataires énervés pour mieux empêcher qu’une véritable expression politique populaire et libérée des dogmes poussiéreux puisse se faire.

Si ta personne n’est pas importante, mais tes idées le sont, quel besoin de te trouver des soutiens auprès de cette droite nationaliste, ces personnalités aux discours puants (Ménard, Faurisson) ? Pourquoi aller donner ton avis sur l’Europe (tu as fait ton job au départ, en 2005 à ce niveau là, non ?), puisque c’est le système par tirage au sort qui t’intéresse ? Ce ne sont pas l’Europe ou la sortie de l’euro qui doivent te motiver, normalement : ou bien alors c’est un programme politique que tu développes ? Mais là, ça ne colle plus, n’est-ce pas ? Si ?

Je suis certain, malgré mon peu d’importance et ma notoriété très relative, que cette lettre trouvera écho chez toi et que tu y répondras avec la courtoisie qui te caractérise.

Bien à toi.

Jovan Menkevick.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Mais putain, pourquoi qu’il donne pas des solutions, merde !http://reflets.info/?p=23960http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130122_201246_Mais_putain__pourquoi_qu___il_donne_pas_des_solutions__merde__Tue, 22 Jan 2013 19:12:46 +0000delacroix_la_liberte_guidant_le_peuple

 

(Suite à ce titre exceptionnellement recherhé, l’auteur se donne le droit d’écrire de manière plus policée afin de rattraper les écarts constatés dans le titre)

La théorie des sectes et des églises politiques vaut ce qu’elle vaut, mais l’auteur la trouve pertinente, et c’est bien son droit (?) (oui/non : cocher la bonne réponse – êtes-vous pour la liberté d’expression: oui-non)

Il va sans dire que les adeptes des dites « sectes » et « églises » sont touchés au vif et menacent de faire sauter les locaux de Reflets (ils sont où les locaux Kitetoa, Bluetouff ?), ce qui, dans une grande démocratie comme la nôtre, est tout à fait naturel. Mais dans le même temps, les constats horribles effectués par l’auteur (himself, tellement prétentieux et méprisant qu’il parle de lui à la troisième personne, mais vraiment, dans quel monde vivons-nous ?) laissent une partie des lecteurs dépités : d’où le titre de cet excellent article, qui disons-le, vaut bien un édito de notre collègue Christophe Barbier (un édito sur les francs-maçons, par exemple ?). Car, oui, lecteur médusé, l’auteur est journaliste ! Ah saloperie ! Misère ! Mais comment fait-il ? On s’en fout : il pourrait être blogueur : de toute manière si on n’aime pas ce qu’il écrit, on le vomit en ricanant sur ses qualités professionnelles minables, et si il ne l’était pas, on le vomirait comme usurpateur. Normal : quand on déteste et qu’on est vexé, on ne compte pas. Et puis le net, c’est chouette, on peut se défouler.

Ceci dit, revenons à nos moutons, puisqu’il est au fond question de ces mamifères, certains lecteurs l’ont compris, et c’est tant mieux. Donc, après tous ces constats déprimants menant au « on-est-vraiment-dans-la-merde-ils-sont-tous-pareils-c’est-vraiment-affreux« , la question fatale tombe : mais pourquoi-que-vous-nous-disez-pas-ce-qu’il-faut-faire ? (mééééh). Oui, après tout, c’est injuste : un constat qui attaque la grande vacuité politique du seul pays s’étant doté d’un ministre du redressement productif, avec un auteur d’articles pamphlétaires (le terme article-troll traduit en bon français donne « pamphlet », NDLR) qui ne donne pas de solution aux problèmes qu’il soulève, c’est vache (on ne dit pas « c’est mouton », personne ne sait pourquoi on dit « c’est vache » et pas : « c’est mouton »). Ce manque de solutions, l’auteur, dans sa grande mansuétude, va de ce pas le combler, parce que les lecteurs le valent bien (et son chat aussi, à l’auteur).

Solution N°1

Le suicide collectif. Difficile à mettre en œuvre à l’échelle d’un pays de 64 millions d’habitants et pas moins de 40 millions en âge de voter, mais cette solution a le mérite d’être efficace et est en parfaite adéquation avec les constats ci-dessus développés.

Solution N°2

Sortir les fourches et aller à la Bastille (ou à l’Elysée, au Palais Bourbon, enfin un lieu qui représente bien l’énervement) : oui, mais il fait froid, on manque de fourches (puisqu’il n’y a plus de paysans, ou presque), et puis on est mieux au chaud sur Internet à gueuler comme des putois.

Solution N°3

On monte un parti « de la nouvelle démocratie super démocratique sans les représentants élus, avec du tirage au sort et tout-et-tout », on le fait grossir pendant 25 ans, puis on se fait élire deux ou trois députés…et heu…on…bon on laisse tomber, ça ne marche jamais.

Solution N°4

On envoie des milliers de courriers postaux aux membres des assemblées et au président-monarque, un par jour, en disant qu’on ne ne supporte plus le système représentatif qui nous empêche d’être dans une vraie démocratie, jsuqu’à qu’ils craquent. Le problème reste le prix des timbres qui est en constante augmentation, et puis en plus, plus personne ne sait encore écrire une lettre et l’envoyer par la poste. Les mails, ils s’en foutraient, leurs mails ne sont pas paramétrés et puis les filtres anti-spam c’est pas pour les chiens, hé, ho.

Solution N°5

On demande à Etienne Chouard comment faire. On applique sa méthode aidé de Robert Ménard, Alain Soral et Asselinaud et…non, c’est une blague, juste pour voir si il y en a qui suivent encore.

Dernière solution :

Se sortir ce que vous savez d’où vous savez, et proposer, dans un grand mouvement citoyen béat, une nouvelle voie politique, avec de nouvelles règles, fonctionnements et autorités. C’est beau, on en chialerait presque. Le problème : qui le fait, comment, « à combien qu’on est », et avec quels outils ? Pas simple…parce que c’est ce problème qui est central.

Le peuple, cet inconnu

Ce qui pose un peu problème (comme annoncé juste au dessus, encore un problème, diantre !), c’est que de partout, dans toutes les propositions des plus farfelues aux plus réalistes, des plus bornées aux plus ouvertes, il est toujours question du « peuple ». La démocratie perdue, elle l’est, perdue, pour le peuple. Mais qu’est-ce que le peuple ? Ca existe vraiment le peuple ? En fait, et là je demande le silence dans la salle — le peuple est une invention des élites pour mieux dominer les citoyens dans leur ensemble. Whooooooo : c’est dingue. Explications ? Explications…

A une époque, il y avait en France, des classes. Sociales, les classes. Le peuple était en réalité composé de classes sociales identifiées. Et il y avait une lutte bien identifiée, elle aussi. La « lutte des classes ». Mais le minsitre Cahuzac du budget n’y croit pas à la lutte des classes. Comme le grand patron américain qui a dit : elle a été gagnée, la lutte des classes, par le capital. Zut.  C’est ballot. Malgré tout, ça avait un intérêt : la classe ouvrière par exemple, elle pouvait faire « bouger les lignes », faire gagner des avantages, empêcher la classe dominante (possédante, donc bourgoise, pour faire simple, donc une grande partie des politiques…) de faire ce qu’elle voulait. C’était pas évident, mais ça avait du sens. Et le peuple était un peu découpé entre classe ouvrière (importante), classe moyenne (nettement moins), petite bourgeoisie, moyenne et grande bourgeoisie (toute petite), etc… et on appelait ça « le peuple ». Parfois ils arrivaient à se réunir dans une cause commune (ouvriers et un peu de la classe moyenne). Et les dirigeants ils avaient la trouille de la classe ouvrière. Et comment tout ça s’est terminé ? Et bien, de façon simple : ils ont presque enlevé toutes les usines, comme ça il n’y avait quasiment plus de classe ouvrière. Et à la place ? Heu… »le peuple », toujours. Et découpé comment ? Ben…en un énorme classe moyenne faite de plein de couches comme un mille-feuilles, avec plein de gens jaloux, envieux les uns des autres qui essayent de grimper à l’intérieur de la classe sociale en se tapant sur la tronche.

Pas con d’enlever les usines. Et de dire à tout le monde : vous êtes dans la classe moyenne.

Oui, très.

Et le peuple, en réalité, c’est un grand fatras d’intérêts divergents, de lobbies, de croyances, d’égoismes, de difficultés, de solitudes : quand il n’y a plus de classe ouvrière, qui se serre les coudes, se syndique, s’organise, mais juste une grande classe moyenne qui rêve d’accéder à la bourgoisie, ou cherche à survivre…c’est compliqué. Très compliqué.

Ah, ben merde alors…

Et la solution ?

Faut la chercher. Faut creuser. En sortant des dogmes pré-mâchés, des solutions politiques de supermarché, des utopies neuneu qui ne peuvent pas réussir.

Et puis il faut peut-être commencer par arrêter de se taper sur la gueule entre citoyens, donc, entre membres d’églises qui mangent sur nos têtes ?

Sortir des églises, des sectes ?

P’têtre bien…hein…mais chacun fat ce qu’il lui plaît. Après tout : on est en démocratie :-) Une dernière chose ne ferait pas de mal non plus : déconner un peu, se prendre moins au sérieux et apprécier le second degré.

On appelle ça « l’humour ». La période est-elle à ce point critique et sensible pour que même l’humour ait disparu ?

Houla, l’auteur retourne dans sa grotte : on ne sait jamais…

P.S : Pour tous ceux qui parlent d’articles ou billets « Trolls », allez donc lire la définition de ce qu’est un pamphlet, vous verrez, c’est vieux, et ça fait sens. Un peu, quoi :-)

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Les églises politiques et les sectes révolutionnaires de gauchehttp://reflets.info/?p=23950http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130122_125645_Les_eglises_politiques_et_les_sectes_revolutionnaires_de_gaucheTue, 22 Jan 2013 11:56:45 +0000sectes-eglise-gauche

Comme l’ambiance est au beau fixe sur Reflets, que la sérénité des débats est parfaite, il est important de continuer sur la même lancée. Mais quelle est donc cette lancée, se dit le lecteur attentif et perspicace ? Mais celle d’essayer, tenter d’analyser le fonctionnement politique français, pardi ! En partie, bien entendu, mais d’autres articles ont été produits antérieurement, articles qui nous l’espérons permettront aux « fans-boys » énervés de comprendre que Reflets ne roule pour personne, ce qui est bien dommage pour tous-ceux-qui-aimeraient-que-ce-soit-le-cas-afin-de-prouver-qu-on-est-des-grosses-merdes-incompetentes-qui-roulent-pour-la-cia-l’ultra-gauche-leurope-les-politiques-place-l’intelligencia-parisienne-la-presse-a-la-solde-du-pouvoir-les-tenors-du-systeme-en-place-et-ta-mere.

[Oui, le style est décidément effroyable, digne d'un gamin de 15 ans, c'est lamentable. Puissions-nous un jour grandir dans nos têtes et écrire comme les journalistes économiques du quotidien "Le Monde"…]

Si parler des sectes politiques est un exercice dangereux pour son e-reputation (mais comme la réputation de Yovan Menkevick, ce crypto-trotskiste d’extrême droite, anarchiste-gaulliste proche du FN et qui soutient Mélenchon, notoirement fouteur de merde est déjà faite, donc on s’en fout), il faut aussi parler dans le même temps des églises politiques. Parce que tout est affaire de religion au pays des lumières, vous savez, ce pays qui prétend avoir abattu la monarchie pour instaurer une république démocratique ou chacun est libre et égal en droit, alors qu’il a en réalité instauré une monarchie parlementaire basée sur la reproduction des élites. Dans ce pays qui brandit la laïcité comme d’autres brandissent Dieu, la politique, c’est une religion. On croit ou on ne croit pas, on adhère au dogme ou pas. Petit tour des grandes églises politiques en 2000 signes. Et des sectes de gauche très à gauche.

Les deux gardiennes du dogme : UMP et PS

Comme il y a le catholicisme et l’orthodoxie, deux grandes églises reconnues qui partagent un dogme commun mais pas tous les rituels ni les habitus, les deux grandes églises politiques françaises UMP et PS sont aujourd’hui détentrices du plus grand nombre de disciples et se partagent le pouvoir. Elles ne jurent que par une bible, commune, qui contient pas mal de choses dont « l’Europe du marché commun », le « libéralisme économique » et « l’Etat surpuissant ». Pour la première (l’UMP), la nuance dans le dogme est celle qu’on pourrait intituler « conservatisme libéral », pour la deuxième, celle du « social-libéralisme ». Mais le social est aussi en partie intégré dans le dogme UMP, comme certains conservatismes le sont dans l’église PS. La croyance commune de fond reste donc celle que l’économie de marché est centrale, que la régulation d’Etat est à appliquer, mais seulement pour certains concepts. Les deux églises ne peuvent bien entendu envisager de laisser leurs ouailles contester le dogme et imposent ainsi une contradiction terriblement injuste pour tout le monde : Le libéralisme étatique. Houla, mais c’est très bizarre ce truc, on dirait un oxymore, non ? Oui, c’en est un, et tout à fait assumé au pays du fromage qui pue : on est libéral dans l’économie, le plus qu’il est possible, en adhèrant à tous les traités européens les plus dérégulateurs et favorables à la seule (ou presque) circulation des marchandises, de la finance, tout en imposant un Etat fort et omniprésent pour le reste. Un Etat qui contrôle et régule la population dans le maximum de ses comportements, activités, fonctionnements, et organisation.

Ces gardiens de l’ordre établi, ces deux églises règnent donc sur le pays et comme avec toutes les églises prises dans des schismes, se tapent dessus sur des détails : ici les homosexuels, là un détail fiscal, ou ailleurs, des modes de calcul sur les aides aux entreprises. Les églises ont leur pape ou leurs saints : à l’UMP c’est un grand type avec une casquette, remplacé un temps par un petit excité monté sur talonettes, à gauche c’est un mec avec un chapeau et une écharpe qui grimpe une colline. Le principe est de toute manière toujours le même : protéger l’église, la faire durer, empêcher les infidèles de venir l’attaquer, renouveler le message de vérité et de promesse de grâce éternelle, réactiver les guerres dogmatiques pour occuper les foules. Bien. Mais qu’en est-il des sectes de gauche, puisque l’article voulait parler des deux concepts (ce qui est mal de faire ça pour un journaliste, espérons qu’il ne soit pas encarté, le pauvre…) ? Nous y venons…

Les sectes des gauches révolutionnaires

Comme il est expliqué dans le précédent article sur les sectes politiques, point besoin de revenir sur leur définition. Mais si les sectes UPRistes (oui, l’UPR est bien l’Union Populaire Républicaine, pas l’Union pour la République, mea culpa, c’est corrigé), Soraliennes et Chouardiennes sont construites sur le culte de la personnalité et d’un dogme unique, à l’extrême gauche, c’est-à-dire « la gauche révolutionnaire », c’est plus compliqué. Parce que les sectes politiques d’extrême gauche sont plutôt discrètes. Prenons le Parti des Travailleurs : qui connaît le PT ? Pas grand monde en réalité, et pourtant il bosse dur depuis longtemps. Avec comme procédé central, l’entrisme. Rentrer dans les structures : administrations, syndicats… Leur gourou était Lambert (ils se nommaient les lambertistes à l’époque, normal), il est mort, et le nouveau gourou est discret. En réalité, tout le monde s’en fout parce que le vrai gourou de la secte du PT est mort, mais bien avant Lambert. Ah bon ? Ah, mais oui, le grand gourou d’origine qui a eu la Révélation et qu’on adule ? Parfaitement, c’est tout à fait ça. Et c’est qui le gourou mort ? Trotsky. Léon de son prénom… Whoooo, ça fait peur, vachement intéressant ça, hein ? Des idées super puissantes…

Oui, enfin, non : la dictature du prolétariat est au centre du discours des trotskistes, c’est très construit, un peu vieillot, mais discuter avec l’un de ses adeptes fait toujours froid dans le dos. Un je-ne-sais-quoi de totalitaire : et puis le peuple, nous allons y revenir plus tard, dans d’autres articles sur la « vraie démocratie » de Chouard et d’autres,  c’est un peu fumeux comme concept, et très facile à manier aussi (le concept, surtout).

Il y a donc d’autres sectes, comme Lutte Ouvrière, avec Arlette qui a passé le flambeau, ça ne marche pas bien le passage de flambeau d’un gourou à un autre. Pareil pour le NPA, qui sans son facteur fait des poutous poutous pas très convaincants. Bref, les sectes politiques de la gauche révolutionnaire sont vieilles, usées, exitsent peu sur le réseau des réseaux (normal, puisque le net est une engeance du système capitaliste, le net c’est le mal) et se sont fait aspirer en partie, pour l’une d’entre elle (le NPA), par une église réformiste. Ah bon ? Il y aurait des évangélistes aussi, des églises protestantes ?

Mais bien sûr, et l’église réformée protestante de la gauche, c’est le Front de Gauche, mon gars ! Plein de petites sectes ou branches de l’église PS ainsi que l’église communiste se sont massées autour d’une nouvelle église réformiste évangéliste : Le Parti de Gauche. Avec à sa tête, un pasteur au verbe haut qui insuffle l’esprit sain de la vraie gauche dans tous les esprits lors de ses grands messes : Mélenchon (chon-chon).

Le pasteur du « tous-ensemble » qui a passé 25 ans à roupiller dans l’église PS, et a su durant cette période devenir ministre du culte PS (ministère de l’enseignement professionnel avec le prêtre social-libéral Jospin) est un sacré évangéliste ! Avec lui, le salut est à portée de main…sauf que personne ne sait bien pourquoi il n’avance en réalité que le discours de l’église PS d’avant le concile de 1983 (qui modifie la doctrine PS et lui permet de devenir une église respectable et reconnue de l’orthodoxie établie).

Bref, vous l’aurez compris, les sectes et partis politiques ne trouvent pas grâce à nos yeux à Reflets. Il faut dire que le culte, les dogmes, les prêtres, les hommes providentiels, ce n’est pas trop notre tasse de thé. Mais la politique n’est pas qu’une histoire de partis montés sur des bibles, quand même ? Si ? Allons, allons, il doit y avoir des moyens de faire de la politique, de proposer des modes de fonctionnements différents, des améliorations positives crédibles sans avoir besoin de valider les thèses des uns ou des autres, se rapprocher d’untel ou adhérer ici ?

Le Parti Pirate…ah…le Parti Pirate…Cet OPNI… (Objet Politique Non Identifié)…il faudrait en parler. Ce sera fait sous peu. Mais c’est encore un parti, n’est-ce pas ? Oui. Encore. A suivre, donc…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Les sectes politiques et leurs gourous : Soral, Asselineau, Chouardhttp://reflets.info/?p=23935http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130121_161918_Les_sectes_politiques_et_leurs_gourous___Soral__Asselineau__ChouardMon, 21 Jan 2013 15:19:18 +0000vignette-sectes-politiques

 

Ca commence à lasser sérieusement d’avoir, à chaque article qui traite de politique ou d’économie, les commentaires enflammés des soutiens de certains « courants politiques » plus ou moins obscurs. Comme à chaque fois que la situation est bloquée, la corruption à son plus haut niveau, des sauveurs se pointent, avec des analyses et des solutions « géniales » et facilement compréhensibles. Sont-ce des partis politiques ? Des penseurs politiques ? Non, ce n’en est pas. Parce qu’ils contiennent plus de composants définissant une secte qu’un parti politique en tant que tel. Explications.

L’UPR, Egalité et Réconciliation et…Chouard

Pourquoi ces trois là ? Simplement parce qu’ils sont liés, attirent des soutiens très similaires, voire « collectent » les mêmes aficionados. Mais parce qu’aussi, au delà de leurs analyses et constats très parallèles, leur fonctionnement est à chaque fois celui d’une secte. Prenons l’UPR. L’Union Populaire Républicaine, dirigée avec maestria par le formidable Asselineau : ce parti qui ne veut pas se définir véritablement à droite, veut traverser les courants et réunir des gens autant de droite que de gauche, a une certaine audience grâce à son chef, disons plutôt son gourou.

Un gourou ? Oui, un gourou : comme dans les sectes, l’UPR n’existe que par les analyses et conférences de son gourou. Le gourou disparaît, l’UPR disparaît. L’UPR a des croyances, comme toute secte qui se respecte. Et ce n’est que la croyance centrale qui motive l’UPR. Si dans une secte c’est la croyance que nous allons rejoindre un paradis sur une autre planète en priant le soleil et en se suicidant tous en chœur dans une forêt (le Temple solaire, par exemple), l’UPR croit qu’on peut enfin sortir du marasme politique et économique en quittant l’Europe et l’euro. C’est tout. Sans exagérer. Il suffit de suivre les propositions de l’UPR sur leur site, visionner des conférences du gourou, et vous saurez que :

1) Tous nos problèmes viennent de l’Europe, il faut quitter l’Union européenne
2) Pareil pour l’euro, il faut quitter l’euro
3) Tout peut fonctionner de nouveau super bien en suivant les points 1 et 2

Et comme l’UPR n’a pas de programme, puisque c’est une secte, ni véritablement d’engagement précis au delà de son dogme sectaire, et bien chaque question un peu tendue trouve une réponse par un système référendaire. Exemple : le contrôle aux frontières. Que dit l’UPR ? Hummm… Lisez-plutôt, grâce à cette question « L’UPR veut-elle rétablir des contrôles aux frontières ? »

« Il n’y a plus de poste de contrôle de police et de douanes à Tourcoing, Kehl, Menton, Hendaye, etc. C’est ce qui permet à des dizaines de millions de personnes d’entrer et de sortir du territoire national par la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne, quelle que soit leur nationalité et sans aucun contrôle.(…)Une fois que les Français auront récupéré leur souveraineté, il leur appartiendra de décider ce qu’ils veulent par des élections en matière de contrôles aux frontières, en matière de circulation des personnes, comme en matière de circulation des biens, des services et des capitaux, et d’y appliquer les lois de la République. Ces lois seront soit sévères, soit modérées, soit laxistes en fonction de ce qu’une majorité de Français aura librement décidé, au vu de la libre confrontation des programmes et des analyses »

Et oui, le bon peuple va décider, l’UPR, lui compte les points, même si en gros il a son idée, mais il ne prendra pas le risque de faire par lui même. Et ça continue comme ça avec l’immigration : « Quelle est la position de l’UPR sur l’immigration ? »

Les constats, dans la logique du dogme de la secte (c’est l’Europe, juste l’Europe) :

« C’est Mme Reding, par exemple, qui a condamné publiquement la France à l’automne 2010 pour les renvois groupés de Roms bulgares et roumains chez eux, en annonçant que la Commission européenne allait déclencher une procédure d’infraction en justice contre la France pour violation du droit européen dans cette affaire. »

Et oui, l’UPR est mécontente que l’UE ait attaqué Sarkozy pour ses trains de Roms…

Mais comme d’habitude avec la secte et son dogme unique, il faut juste demander « quelle politique veulent les Français sur l’immigration » :

« (…)conformément à sa Charte fondatrice, l’UPR appelle en revanche tous les Français à se réunir provisoirement, au-delà du clivage droite-gauche, dans l’objectif fondamental de faire sortir la France de l’Union européenne AFIN DE REDONNER AUX FRANÇAIS LE CHOIX DE LEURS POLITIQUES, en matière d’immigration comme en matière économique, monétaire, sociale, diplomatique, militaire, etc.

une fois que la France aura quitté l’UE et aura récupéré la plénitude de sa démocratie, l’UPR appellera alors les Français, à l’issue de débats vraiment démocratiques, à décider par leurs votes de la politique qu’ils entendent adopter collectivement, en matière migratoire. »

Il suffit donc d’une majorité de 51% (de suffrages exprimés des gens en âge de voter) par exemple, après un débat « vraiment démocratique » (sic) pour se décider sur la politique d’immigration (une fois le retour à une France toute seule et super souverainiste) accompli. Ca donne envie, hein ? Enfin, pas si certain, parce que la réponse risque d’être assez…bizarre. Mais bon, comme la démocratie c’est demander au peuple ce qu’il veut, tout en ne lui donnant pas non plus autre chose que le droit de répondre à des question…

Et les autres, Soral avec E&R par exemple ?

Faisons simple et efficace sur le cas d’E&R : cette association qui n’est pas un parti politique, est la secte d’Alain Soral, son gourou. Sans Soral, plus d’E&R. Tout ne tient que par lui et ses analyses « décoiffantes », la plupart du temps orientées autour de thèmes comme ceux, au choix : du complot sioniste, du lobby juif, de l’impérialisme judéo-américain, de l’empire financier, etc… Bien entendu, comme avec Asselineau, certains constats ou analyses de la situation ne sont pas totalement délirants ou faux, mais en bonne secte bien carrée, E&R, par la voix du gourou Soral demande, lui aussi de retrouver la souveraineté perdue, redonner le pouvoir au peuple : trois ou quatre constats simples, une ou deux solutions, et ça roule.

Soral est un ancien marxiste tendance trotskiste, militant communiste, qui a basculé au Front National au milieu des années 2000. Il semble que ce basculement se soit opéré suite au déchainement médiatique contre Dieudonné et son sketch sur les juifs orthodoxes. Soral a réalisé, dit-il, que les vraix « rebelles au système établi » étaient au FN. Mais il s’en est écarté ensuite, pour monter son collectif E&R. Soral manie la dialectique à la perfection, brosse la géopolitique à grands coups de pinceaux, sans nuances, et soutient toujours ceux qui s’en prennent : à Israël, aux multinationales, au « lobby juif », à la classe dirigeante, à l’Europe, au sionisme. Il soutient aussi sans nuances des dirigeants autoritaires pourvu qu’il réunissent quelques uns de ces critères. Petite présentation issue du site, qui résume bien le parallèle avec le courant UPR du ni-gauche-ni-droite (mais là marqué par le rejet et une conjonction étrange entre les valeurs et le travail…)

Égalité et Réconciliation (E&R) est une association politique « trans-courants » créée en juin 2007.

Son objectif est de rassembler les citoyens qui font de la Nation le cadre déterminant de l’action politique et de la politique sociale un fondement de la Fraternité, composante essentielle de l’unité nationale.

Nous nous réclamons de « la gauche du travail et de la droite des valeurs » contre le système composé de la gauche bobo-libertaire et de la droite libérale.

Et ouais, tout est devenu possible…

Chouard ?

Venons-en à Chouard, puisque la secte à Soral n’est pas bien intéressante tellement son discours est proche d’une extrême droite qui aurait bouffé Marx et Chavez, et conforté des alliances qui la rangent clairement comme un produit politique de type « rouge-brun ».

Oui, Chouard… Il est sympathique le petit prof d’éco et de droit d’Aix en Provence, et puis il innove, propose un autre système, plus juste, « véritablement démocratique ». Donc, c’est du tout-bon, n’est-ce pas ? Ah, bien entendu, si on en reste aux conférences sur Youtube, à la surface des propositions et qu’on ne creuse pas plus loin. Parce que si l’on creuse, il y a beaucoup de points très dérangeants chez Chouard. Mais alors, très très dérangeants. Et puis sans Chouard, pas de chouardisme, encore un gourou, même si bien entendu il s’en défend. Il n’a pas monté de secte, la secte s’est montée d’elle même, il n’a rien eu à faire pour ça. Ses sympathisants sont très emballés, limite agressifs si on critique leur gourou. Ou ses idées.

Et ses idées ? Oh, comme avec les autres sectes politiques, il n’y en a pas des masses, restons simple, une seule avant tout : la démocratie par tirage au sort. On ne va développer plus loin, chacun peut aller écouter Chouard à ce propos sur le net, il y a tout ce qu’il faut. L’Europe est aussi chez Chouard le grand méchant loup à abattre. D’ailleurs il participe à des meetings de l’UPR et fait des déclarations emballées sur les conférences de la secte républicaine qui transcende les courants droite-gauche. Mais il peut aussi soutenir Faurisson, le révisionniste.

Oui, parce que Chouard aime la Vérité et pense que la sphère médiatique est asservie, totalement au pouvoir en place, ou tout du moins à la pensée dominante. Donc tout ce qui sort de cette pensée peut être intéressant, même les révisionnistes. Ou les Soral (avec les idées duquel il est « assez d’accord »). Chouard est donc traité de personnalité d’extrême droite, puisque ses accointances avec des courants très proches de cette veine politique est avérée. L’est-il, d’extrême droite ? Est-ce bien intéressant, puisque le fond de l’affaire Chouard n’est pas qu’il appartienne à l’extrême droite ou non, mais : que fait-il, que veut-il, que faire avec ses idées, et pourquoi s’acoquine-t-il avec des sectes très peu recommandables ? Et là, on coince vite, parce que Chouard est un utopiste qui se méconnaît et refuse d’admettre que rien ne peut permettre à son système basé sur la démocratie grecque de voir le jour. Et au delà, savoir si ce système ne comporte pas de grands dangers. Comme celui d’une dictature des plus motivés…

Expliquons-nous brièvement, de façon synthétique : dans le système de Chouard, vous vous présentez et vous pouvez être élu par tirage au sort. Tous ceux motivés par l’action politique vont donc se ruer. Ceux des plus « faibles », les moins au fait de la chose politique n’iront pas. Sans compter ceux qui n’auront pas le courage. Puis, de nombreux problèmes se règleront par des référendums, comme avec l’UPR : le peuple déciderait. Mais à 51%, sur un sujet très sensible, comme l’immigration, ou des décisions touchant au social, la population risque de se retrouver coupée en deux, non ? Et la dictature des forts en gueule et des plus habiles risque de se mettre en place. Mais le gourou s’en moque un peu, et ses soutiens aux leaders de sectes de la droite souverainiste en sont la parfaite représentation : Chouard est dans son monde, ses idées, et si il trouve une aide ou une écoute dans des recoins puants, il les prend quand même. Quand il doit se défendre d’être d’extrême droite, sur son site, il le fait de manière tordue, avec une définition de l’extrême droite scolaire et décalée. Quant à ses réponses sur les problématiques qui motivent l’extrême droite, il met tout en vrac (la parité, la peine de mort, l’immigration) et renvoie à un référendum. Populiste ? Oui, très certainement. Avec une confiance naïve et aveugle dans ce qu’est le peuple (français), qui frise la stupidité.

Il ne veut pas faire de politique, dit-il ? Oui, mais il en fait quand même. Sans parti, mais avec ses conférences, déclarations, soutiens, rencontres etc…

Le soutien à Robert Ménard (cliquez sur le lien, ça vaut le coup) à 2:20…est vrai moment d’anthologie.

Alors, peut-être que les idées de Chouard, d’un point de vue institutionnel, organisation de la société ont un intérêt, mais le personnage et sa façon de penser le monde, ses amitiés n’inspirent guère : les pires systèmes autoritaires l’ont toujours été avec le soutien de la majorité de la population, et pour le bien de cette même population…

Le Parti Pirate n’a pas été mentionné dans cet article : il ne semble pas être une secte, mais un véritable parti. D’ailleurs, sans un leader, le PP marche très bien. Enfin, très bien c’est vite dit. Disons qu’il essaye, mais avec des glissades peu élégantes parfois, glissades qui tirent vers Marine, Soral, Asselineau et Chouard sans beaucoup de vision politique. Mais on ne peut pas leur en vouloir, en tout cas pour leur intérêt envers Chouard : il est très difficile de ne pas adhérer et ne pas suivre le personnage, au départ, si l’on ne creuse pas.

La prochaine fois : les sectes des gauches super à gauche :-)

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Le contrat social, l’état de la démocratie française et noushttp://reflets.info/?p=23916http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130120_200045_Le_contrat_social__l___etat_de_la_democratie_fran__aise_et_nousSun, 20 Jan 2013 19:00:45 +0000
Il semble évident qu’un gros problème s’accentue année après année, et risque d’amener la société française à des extrêmités très ennuyeuses. Ce gros problème est celui du contrat social, avec lequel la classe politique s’est totalement torchée. Il en résulte une démocratie représentative dégradée, composée d’une classe dirigeante fortement contestée, voire haïe par les citoyens.

 neo-fasciste

Un contrat social, c’est quoi au juste ?

Pas grand chose en fait, mais c’est comme ça que s’est montée l’affaire en France après que la révolution n’eut pas trouvée grâce aux yeux de la bourgeoisie, bourgeoisie qui sut récupérer de manière forte adroite la fameuse « démocratie » (à opposer à la monarchie qui fut mise à bas).

Oui, il y a plusieurs démocraties en réalité, et la nôtre, est « représentative », pas directe. Le peuple (nous), délègue donc son pouvoir à des « représentants » élus, et pour dire vrai, en France, à une classe sociale bien particulière, celle de la petite, mais surtout moyenne et grande bourgeoisie. Pas des représentants des couches « inférieures » de la population. Non. de la bourgoisie. C’est ainsi. Depuis le début et surtout depuis 20 ans. Et ce fameux contrat social alors, qu’en est-il ? Il en est que le peuple passe un contrat avec les élus qui les représentent pour qu’ils servent au mieux la cause du « plus grand nombre », celle du peuple (encore nous). Le peuple donne donc le droit à ses représentants politiques de « faire au mieux », et en échange, il accepte de suivre les lois ainsi que leurs décisions (aux gouvernants). Mais un contrat va dans les deux sens : les gouvernants ont obligation à écouter le peuple, il ne peut donc se hisser au pouvoir et gouverner que si et seulement si ses actions sont en accord avec ses promesses, promesses que les électeurs ont validé dans les urnes.
Simple, non ? Pas si certain.

Où en est le contrat social français ?

Il est mort et enterré, et de nombreux penseurs de la chose (politologues, philosophes, historiens, etc…) en sont convaincus et s’en inquiètent. Pourquoi est-il mort ? Parce que l’élite gouvernante a rompu ce fameux contrat social, sans le dire, de façon insidieuse. Comment a-t-elle fait ça, l’élite gouvernante ? Oh, par une succession de manœuvres qui ont mené à un reniement des engagements qu’implique le contrat social. Pour faire simple et clair : si les politiciens ont toujours effectué des promesses qu’il ne tenait pas toujours entièrement, une partie importante de ces promesses était quand même mise en œuvre après l’élection, au cours du mandat présidentel. Des choses assez précises comme l’abolition de la peine de mort, la hausse des salaires, la baisse du temps de travail, les baisses de charges des entreprises, baisse des impôts, etc… Depuis quelques années, disons une dizaine, les promesses politiques de tous ordres ont pour leur grande majorité été abandonnées dès le mandat débuté, ou au cours du mandat.

Mais pire, des décisions à l’opposée des promesses sont prises. Dans le même temps, la population est sommée de continuer à se plier aux décisions de la classe politique au pouvoir, à se soumettre à l’action gouvernementale alors que ses décisions vont dans le sens inverse de ce pourquoi les électeurs ont voté au moment de l’élection. Le contrat est donc rompu : par la classe dirigeante, qui ne tient pas son engagement, celui de représenter la population au mieux et en accord avec une politique établie, présentée au suffrage populaire des urnes.

Houhou : mais alors, « on » pourrait demander une révision du contrat ?

Absolument, puisque comme avec tout contrat, si une partie ne tient plus ses engagements, l’autre partie peut demander son annulation. Pour, par exemple, signer avec un autre contracteur, ou pour signer un autre type de contrat. C’est bien là que les mots de « révolution », de « changement de constitution », de « changement de régime » surviennent dans la discussion. Parce que quand le contrat social ne tient plus, le système politique ne tient plus non plus : les bases de la société, ce pour quoi la population a signé, sa liberté, sont bafouées. Et le peuple a le droit de révoquer ceux en qui il a déposé sa confiance. Le grand problème est le suivant : mais qui peut demander la révision du contrat ? Le peuple, ce n’est pas très précis quand même… Vrai. On peut donc avoir un contrat social totalement rompu, comme c’est le cas actuellement, des citoyens qui en sont conscients, le disent…et personne pour le faire savoir, ni pour activer quoi que ce soit qui pourrait demander des comptes à ce niveau là. Il faudrait en réalité que ce soient les représentants eux mêmes, une partie tout au moins, qui le fasse savoir et bloque l’appareil représentatif avec comme revendication : « changeons la constitution, changeons de régime, puisque ceux-ci ne sont plus en mesure d’assurer le contrat social. » Bizarrement, chacun sent bien que cela n’arrivera pas. Parce que ceux qui ont brisé le contrat social sont bien entendu ces fameux représentants. Et ce système politique, cet « état de fait anti-démocratique » basé sur un contrat social entièrement rompu les nourrit toujours, et surtout ne modifie pas, jusque là, leur situation…très confortable. Excessivement confortable.

On peut envisager que cette situation explosive débouche sur un changement ?

Oui, c’est à peu près certain : le contrat social, s’il n’est plus respecté par les représentants pousse de toutes les manières la population a réagir, parce sa situation deveint majoritairement intolérable. Et bien entendu, en France, plusieurs solutions peuvent être envisagées. Celle de la « révolution populaire » (avec des grandes manifestations, des grèves générales, des actions fortes et physiques, soutenues par une demande de changement de régime, avec des heurts violents ou pas) semble franchement fantaisiste. Pourquoi donc ? Il faudrait plusieurs articles pour démontrer cette théorie, mais disons que dans un pays qui vote de façon massive, soit pour un réactionnaire libéral et conservateur ou un social-libéral dirigiste, avec moins de 8% d’employés syndiqués, on est en droit de se demander quelles volontés révolutionnaires, même un tant soit peu importante peuvent se créer. Sachant aussi que la « volonté d’embourgeoisement » d’une grande partie de la population, et plus particulièrement la jeunesse, qui bien qu’accablée par le système, rêve avant tout d’avoir le confort matériel de ses parents, ou mieux…Reste donc une autre option, elle beaucoup plus réaliste et déjà vérifiée au cours de l’histoire, et actuellement en plein essor dans d’autres pays européens : le vote populiste d’extrême droite. Pour dire les choses plus clairement : le vote fasciste. Ou néo-fasciste : ne heurtons pas les esprits sensibles qui pensent que le fascisme est conditionné aux camps de la mort, à l’établissement de la Gestapo, aux croix gammées etc…

Le changement, ça va être le néo-fascisme (ou soft-fascism, in english)

C’est quoi cette bestiole là, le néo-fascisme ? Pas grand chose, en réalité, mais ça peut faire mal (mais pas à tout le monde, bien entendu). Le néo-fascime est une politique avec des bases identiques au fascisme (qui provient d’Italie, rappelons-le), mais ne se nomme pas comme tel. C’est une politique qui met au centre de son discours et de ses actes quelque points faciles à reconnaître : la discipline (donc l’autorité, qui a été perdue, hein, bien entendu), quelle qu’elle soit, puis la souveraineté du pays (nous ne sommes plus chez nous, nous ne dirigeons même plus notre pays puisque les dirigeants avant nous se sont vendus à d’autres : l’union européenne, le lobby juif, les états pétroliers, la finance internationale, cochez selon vos préférences), l’exaltation de la nation, de la mère patrie (proche de la souveraineté, mais là c’est au sujet des origines et des « vrais français » opposés aux autres), donc du nationalisme pur chèvre, et un Etat fort. Fort, mais allégé, parce que l’Etat ne peut pas tout, et surtout, l’Etat ne peut pas prendre en charge « toute la misère du monde ». C’est donc un Etat performant, qui protège contre les ennemis (puisque le néo-fascisme est convaincu, comme le fascisme, qu’il y a des ennemis : intérieurs, mais aussi extérieurs), mais qui au delà de son rôle central de garant de la sécurité des citoyens, est prêt à écouter le peuple, à le laisser décider de plen de choses : le néo-fascisme sait, quand il obtient le pouvoir, poser les questions qui l’intéressent, des questions bien vicieuses et clivantes, en accord avec les craintes de la population. Quelques exemples de questions posées au peuple (avec garantie que la répponse sera « oui ») ?
- Pensez-vous, qu’en cas de crime sur un enfant, il faille rétablir la peine de mort pour le criminel ?
- Voulez-vous une surveillance accrue d’Internet afin de faciliter les arrestations des terroristes et des pédo-criminiels ?
- Voulez-vous que des milices citoyennes aidées des forces de police puissent prévenir les crimes et délits
- Voulez-vous que les personnes de nationalité étrangère ne puissent plus bénéficier des aides sociales ?
- Faut-il être français depuis au moins 10 ans pour bénéficier des prestations sociales ?

Etc…

Pourquoi ça pourrait marcher comme ça ?

Parce que le contrat social aujourd’hui rompu est seulement dénoncé par les néo-fascistes. En appuyant aussi sur la dénonciation de la politique économique d’austérité, qu’ils ont aussi reprise à leur compte. La mondialisation, dénoncée, elle aussi par les néo-fascistes, comme l’Europe technocratique et l’euro. En réalité les néo-fascistes sont dans plusieurs partis politiques ou organisations, mais savent réunir de nombreuses voix : celles des classes ouvrières, ou du nouveau prolétariat (une majorité de personnes au smic ou moins, dans des métiers difficiles, sous pression, déclassés) mais aussi désormais celles de classes moyennes qui n’ont de moyenne que le nom, puisqu’elles travaillent dans des domaines normalement plutôt bien considérés, avec des salaires décents, mais qui, aujourd’hui, ne sont plus du tout suffisants pour vivre correctement. Les 1750 euros de « salaire médian » en bavent, ne bouclent plus les fins de mois et commencent à se demander si tout ça a bien un sens… Ils savent que le contrat est rompu, que la classe dirigeante les a trahis et continuera à les trahir. Alors pourquoi ne pas essayer ceux qui promettent de remettre de l’ordre dans tout ça ? Il y a l’un de leurs partis qui a talonné un président sortant quand même, aux dernières élections : ça pourrait marcher la prochaine fois, non ?

Oui, ça pourrait marcher. Et si le pouvoir au manettes ou dans l’opposition ne fait pas quelque chose pour renouer avec le contrat social, ça va même marcher tout court. Et là, le nouveau contrat social risque d’être un peu particulier. Mais certains disent qu’il faut « essayer », alors…

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Le retour du #Mega merdier de Kimhttp://reflets.info/?p=23902http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130120_113435_Le_retour_du__Mega_merdier_de_KimSun, 20 Jan 2013 10:34:35 +0000C’est donc pil poil un an après le takedown de Megaupload par une opération du FBI que Kim Dotcom vient de lancer Mega. Accessible sur l’url https://mega.co.nz, le site a comme on s’en doutait, rencontré un afflux massif de connexions provoquant des indisponibilités temporaires et surtout des performances d’upload ridicules dues à un uplink très vite saturé. La presse, qui était conviée à une preview du site avant son lancement officiel n’a pas tari d’éloges, le site a été bien accueilli, Gizmodo a même mis en avant le pseudo blindage du site.  Mais voilà, et c’est une habitude avec Kim, il y a aussi une large part d’esbroufe, notamment en matière de sécurité.

Capture d’écran 2013-01-20 à 11.36.01

Kim Dotcom met en avant un mécanisme de chiffrement contrôlé par l’utilisateur, nous allons voir que ceci n’est que partiellement vrai. Plus gênant, plusieurs vulnérabilités de type XSS, qui couplée à la méthode LocalStorage pouvaient conduire à la compromissions des clés RSA privées des utilisateurs. Ceci a été corrigé dans l’heure par les équipes techniques de Mega.

ssl

Plus gênant maintenant. Le mécanisme de chiffrement des utilisateurs peut être désactivé unilatéralement pour un utilisateur par Mega, sans que l’utilisateur n’en soit notifié. Ceci pose un très sérieux problème de confiance. En clair, si vous comptez utiliser ce service professionnellement, c’est une très, très, très mauvaise idée d’y envoyer des fichiers confidentiels.

Mais ce n’est pas tout, comme mentionné plus haut la presse n’a pas hésité à chanter les louanges d’un mécanisme vieux de 10 ans : l’ajout d’un paramètre collectant des données de mouvements de souris pour ajouter de l’entropie à la séquence de génération des clés. Le fichier javascript décrivant le mécanisme cryptographique est d’ailleurs assez effrayant. Nous avons au final assez peu de paramètres pour une génération aléatoire sérieuse des clés privées RSA, on en déduit que la séquence de prédiction de génération de ces clés est cassable.

Le certificat SSL de Mega pose lui aussi depuis ce matin problème(update : ça vient d’être fixé), et quand on regarde qui en est l’émetteur… surprise ! Il s’agit de COMODO, un tiers de confiance qui s’est fait trouer l’année dernière… ça fait au bas mot un peu cheap :

Capture d’écran 2013-01-20 à 10.28.21

Si ce petit désagrément n’est en soi pas une menace directe sérieuse, il y a quelque chose de bien plus embarrassant. Notre petit fichier javascript décrivant le mécanisme de chiffrement nous indique que le certificat static.mega est en 1024 bits… ce qui apparait comme faible.

La petite visite.

Thx @Kaepora@DrWHax @koolfy.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Qosmos et FSI : restons optimistes, il reste quelques dictatures et quelques Etats policiershttp://reflets.info/?p=23872http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130118_211747_Qosmos_et_FSI___restons_optimistes__il_reste_quelques_dictatures_et_quelques_Etats_policiersFri, 18 Jan 2013 20:17:47 +0000qosmosplugins

Pendant qu’Amesys (désolé de troller cher Aziz Ridouan et chère Fleur Pellerin) voit les soucis judiciaires arriver, pendant que Bull maquille une pseudo vente de la partie Eagle en la cédant à son ancien dirigeant, Qosmos bouge. Cette autre entreprise spécialisée dans le Deep Packet Inspection et qui avait été prise la main dans le pot de confiture syrien est, comme Bull/Amesys, bénéficiaire de fonds publics via le Fonds stratégique d’investissement.

Visiblement, en dépit de ces investissements, Qosmos ne va pas bien. Selon la lettre A (du 20 décembre 2012), l’objectif de chiffre d’affaires ne sera pas atteint :

« Qosmos, spécialiste du deep packet inspection (DPI), dans lequel le FSI a investi une dizaine de millions d’euros en septembre 2011, ne présente pas non plus un brillant compte de résultats. L’objectif de 14 millions € de chiffre d’affaires cette année ne sera pas atteint. S’ajoute à ces éléments la perspective d’un procès pour « complicité de torture » suite aux plaintes de la FIDH et de la Ligue des droits de l’homme pour le concours qu’aurait apporté l’entreprise – à travers certains sous-traitants – au régime syrien de Bachar al-Assad. Il faudra toutefois plus que ces arguments éthiques et financiers pour que le FSI se désengage. Pas question d’abandonner cette start-up véritablement stratégique qui permet de lire les flux de données sur le net« .

Pourtant, en 2011  à l’époque de l’entrée du FSI au capitale de l’entreprise, tout le monde avait l’air si heureux, si optimiste :

Thibault Bechetoille, Président et CEO de Qosmos : « Cet investissement marque une étape importante dans la dynamique que l’entreprise a su mettre en place ces dernières années et valide plusieurs points : notre positionnement stratégique, notre business model de fournisseur de composants logiciels et notre vision de devenir le principal acteur spécialisé dans la technologie d’intelligence réseau. Nous nous réjouissons de l’arrivée de nos nouveaux partenaires à l’heure où le développement de l’entreprise s’intensifie à l’international. Cette collaboration intervient également à une période où nous devons répondre à la demande de fonctionnalités pointues de la part de nos clients éditeurs et équipementiers, et où nous envisageons de nouveaux cas d’application dans les secteurs des télécoms, de l’entreprise et de la cybersécurité. »

Jean d’Arthuys, Directeur, Membre du Comité Exécutif du FSI : « Qosmos dispose d’un savoir faire unique, reconnu dans l’Intelligence Réseau, et avec un rayonnement international. L’investissement du FSI vise à donner les moyens à Qosmos d’accélérer son développement, et maintenir son avance technologique. Cet investissement confirme par ailleurs la volonté du FSI d’être moteur dans le secteur du numérique en France, et d’accompagner les sociétés françaises innovantes à fort potentiel de croissance. »

Nicolas Celier, partenaire chez Alven Capital et actuel membre du conseil de surveillance de Qosmos : « Les réseaux occupent plus que jamais une place essentielle dans notre quotidien. La technologie de Qosmos améliore leur efficacité et leur utilité, en contribuant à renforcer la sécurité et la disponibilité de ces réseaux pour tous ceux qui en dépendent. Nous sommes ravis d’accroître notre participation dans Qosmos à une époque où cette technologie vitale est amenée à jouer un rôle de plus en plus important dans l’économie numérique. »

Ahhh… Le bel et bon développement à l’international… Comme le répète Reflets, quitte à se faire traiter de troll par le porte-parole de Fleur Pellerin (ce qui dénote un étonnannt respect des victimes des technologies d’Amesys ou de Qosmos), ces infrastructures de surveillance à l’échelle d’un pays, ça ne peut se vendre, en principe, qu’à des dictatures ou des régimes policiers. Donc, à l’international…

Manque de chance, le printemps arabe, l’AmesysGate révélé par Reflets, Owni et le Wall Street Journal ont un peu freiné ce développement international…

Thibault Bechetoille a beau répéter qu’il ne vend pas à des dictatures, l’épisode syrien laisse rêveur. Il a beau utiliser un jargon marketing rigolo en parlant « d’intelligence réseau » pour dire surveillance en profondeur de tous les contenus passant sur un réseau IP, le FSI était assez clair dans son communiqué :

« Qosmos fournit une technologie de Network Intelligence (NI) qui offre une visibilité sans précédent sur le trafic réseau. Son environnement de développement logiciel et ses sondes IP intelligentes sont capables de reconnaître des milliers de protocoles et d’attributs protocolaires pour retranscrire le plus fidèlement possible l’activité du réseau. Allant au-delà de la technique du Deep Packet Inspection (DPI), Qosmos traite le réseau comme une véritable base de données, afin d’identifier, de rechercher et d’extraire des données de trafic avec une précision et un niveau de détail inégalé. »

On peut difficilement faire plus précis…

Départ de Jean-Jacques Damlamian, le visionnaire

Dans la liste des membres du conseil de surveillance de Qosmos, Reflets avait repéré Jean-Jacques Damlamian. Une vieille connaissance. Directeur du développement de France Telecom, qui confiait devant votre serviteur, en marge d’une conférence de presse au début du Net, que France Telecom ferait tout pour ralentir son développement en France, au profit du Minitel nouvelle génération et du Kiosque Micro… »

Un visionnaire, comme le disait 01net.

Voici que Jean-Jacques quitte Qosmos. Toujours visionnaire ?

Sans doute pour raisons personnelles. Nous n’en savons rien.

QosmosC’est donc désormais Philippe Germond qui va « surveiller ». Vous ne le connaissez peut-être pas. C’est le patron du PMU. Un vrai pari qu’il fait là sur l’avenir… Mais au delà des paris et des chevaux, cet homme est un expert dans le domaine des télécoms et des équipements réseaux puisqu’il a eu des postes très importants chez SFR, Atos ou Alcatel. Il sera appuyé par Pascal Daloz, directeur général adjoint de Dassault Systèmes…

Allez, encore un effort et les ventes à l’international vont décoller. Il reste pas mal de dictatures et d’Etats policiers, tout n’est pas perdu.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Radio Reflets : la première, c’est le 25 janvier à la Cantinehttp://reflets.info/?p=23892http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130118_211246_Radio_Reflets___la_premiere__c___est_le_25_janvier_a_la_CantineFri, 18 Jan 2013 20:12:46 +0000on_air

Save the date…

Nous vous l’annonçions ici, Radio Reflets démarre après sa bêta. Le 25 janvier, nous serons réunis à la Cantine pour la première émission de radio « officielle » de Reflets en direct -et en public- de la Cantine. Venez nombreux !

Radio Reflets #1

Le thème :

« Après le printemps arabe, le printemps de l’occident contre la « dictature » des marchés ? L’émission de janvier abordera la « crise », mais celle qui est censée s’être résorbée, celle de la finance et des banques. Où en est le système financier en ce début 2013 ?Et au passage, qu’en est-il de l’état des banques aujourd’hui ? Sommes-nous à l’abri d’un nouveau tsunami bancaire et financier ? Toutes ces questions seront abordées avec les invités de Radio Reflets ce 25 janvier à 19h, des invités qui travaillent au cœur de ces mystérieux « marchés ».

Les Invités :

  • Eric Valatini, trader en Asie pour une grande institution bancaire, fondateur de MarginCall.fr,
  • Olivier Delamarche, Associé et gérant de Platinium Gestion
  • Dany Lang, maître de conférence en économie à Paris 13, secrétaire du collectif des économistes atterrés
  • Jean-Michel Quatrepoint, journaliste économique, auteur.

Animateurs : Drapher, Bluetouff, Kitetoa, …

Technique : Mael.

La date : le 25 janvier de 19h à 21 h.

Le lieu : La Cantine,  Passage des Panoramas, 75 002

cantine

Écouter : bientôt…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
EAGLE et le sombre tour de passe-passe d’Amesyshttp://reflets.info/?p=23878http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130118_152644_EAGLE_et_le_sombre_tour_de_passe-passe_d___AmesysFri, 18 Jan 2013 14:26:44 +0000Quoi de plus cynique qu’un marchand d’armes ? Un marchand d’armes électroniques… On savait qu’Amesys comptait en son sein de grands comiques. On se doutait aussi que nos grands comiques n’allaient pas passer une annonce sur le Bon Coin pour refourguer Eagle. Nous connaissons depuis un petit moment le nom du mystérieux acquéreur supposé d’Eagle. Supposé car à ce jour, en dehors des affirmations de Bull qui prétend avoir cédé la filiale Eagle d’Amesys fin novembre, il n’existe pour à ce jour aucune trace officielle de cette cession. Le site Miroir Social a lâché hier une partie des informations intéressantes que nous allons longuement commenter ces prochains jours, car croyez nous sur parole, il y a de quoi en dire, et nous vous promettons beaucoup de lulz…

En attendant le prochain numéro du Canard Enchainé (save the date) dans lequel vous en apprendrez beaucoup plus, je vous propose de commenter un peu l’information révélée hier par Miroir Social.

Stéphane Salies

Le mystérieux acquéreur supposé serait donc un certain Stéphane Salies « un dirigeant historique de la galaxie des filiales d’Amesys« , nous vous avions parlé un peu de lui ici. Historique c’est bien le mot, car Stéphane Saliès était déjà là à l’époque d’I2E, cette époque où ce qui est devenu aujourd’hui Amesys/Bull réalisait un système de surveillance globale, sur mesure, pour Kadhafi. Système d’écoute globale dont évidemment personne ne pouvait se douter qu’il serait utilisé à des fins de repression… #ONSAVÉPA ! Car voyez-vous, Stéphane Saliès est tout à fait le genre de personne qui pourrait vendre du crack à un toxicomane sans pouvoir se douter un instant que ce dernier va se droguer.

Quand Bull a annoncé en mars dernier la cession d’Eagle, nous avons assisté aux grandes manoeuvres chez Amesys, depuis, et après quelques kilos pris à force de nous gaver de PopCorn®. Stéphane Saliès abandonnait la présidence d’Amesys pour créer Nexa Technologies, SAS au capital d’un million d’euros et dont le siège est situé au 94 Rue de Paris à Boulogne Billancourt… Genre pas loin des copains :

Capture d’écran 2013-01-18 à 14.59.31

Et la proximité n’est pas que géographique. Il faut dire que dans la nébuleuse de sociétés issues plus ou moins directement d’I2E/Amesys, Stéphane Saliès semble être un entrepreneur compulsif. Société.com lui connait 4 mandats, nous lui en connaissons au moins un autre que vous découvrirez comme nous vous le disions ci-dessus, dans le prochain numéro du Canard Enchainé. Il fallait bien une petite offshore pour rebrander Eagle…

Capture d’écran 2013-01-18 à 15.03.14

Stay tuned, car dés la semaine prochaine, vous en connaitrez un peu plus sur le cynisme d’Amesys qui prend dirait-on un malin plaisir à prendre tout son petit monde pour des cons.

Et Bercy ? il raconte quoi Bercy ? #ONSAVEPA ?

Billets en relation :

flattr this!

]]>
J’ai des doutes…http://reflets.info/?p=23869http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20130117_231913_J___ai_des_doutes___Thu, 17 Jan 2013 22:19:13 +0000bdc-add

Par hasard, en ouvrant mon navigateur (c’est la page par défaut), mon oeil a été attiré par la liste des nouveaux arrivants. Sachant que 70% des salariés ont quitté l’Agence cette année, j’étais curieux de lire la liste des nouveaux qui je l’espérais, venaient remplacer les partants.

Voici ce que l’on pouvait lire sur l’Intranet au fil des dernières semaines:

Nous souhaitons la bienvenue, cette semaine, à quatre nouveaux stagiaires :

IJ au service juridique
AB chez D
RT stagiaire de PV
Et ZD qui rejoint les équipes D.

Cette semaine nous souhaitons la bienvenue chez D à :

FE en tant que Directrice Conseil pour F.
FG, nouvelle assistante de IK
Nous accueillions, cette semaine, TG en tant que stagiaire.

Cette semaine ils arrivent chez D :

DH, contrôleur de gestion.
IO, stagiaire département U.
LD, stagiaire.
OP, stagiaire à la gestion.


Nous souhaitons la bienvenue à :

ML, stagiaire de IH
JI, assistant AD
UO, stagiaire de MR.

Nous souhaitons, cette semaine, la bienvenue au sein E à :

GF en CDD à la direction avec HA.
DF et FI au service création P.
ML, stagiaire au trafic avec QS.
MK et LJ, stagiaires de GB.
Également NK, stagiaire de RT.

Nous souhaitons la bienvenue à :

JJ, coordinatrice en remplacement d’OV chez E ainsi qu’EB, stagiaire de FD chez D.

Il y a des boites où tout le monde est directeur de quelque chose (surtout de soi-même) et d’autres, où tout le monde est stagiaire.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Reflets ouvre sa boutique de Goodieshttp://reflets.info/?p=23438http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121207_145445_Reflets_ouvre_sa_boutique_de_GoodiesFri, 07 Dec 2012 13:54:45 +0000Nous l’avions annoncé depuis le début, mais par manque de temps, cela n’avait pas été fait. Voici la boutique des goodies de Reflets.info. On démarre lentement, mais cela va s’étoffer au fil du temps.

Vous pouvez dès à présent acheter des T-Shirts, une housse pour i-Pad, une casquette ou un bonnet (c’est l’hiver).

Pourquoi cette boutique ? Parce que pour éditer Reflets, nous avons une entreprise, ./Rebuild.sh qui coûte de l’argent (comptabilité). Il nous faut la faire vivre. Nous espérons aussi un jour pouvoir payer des piges pour les journalistes qui publient gracieusement, jusqu’ici, leurs articles sur Reflets.

Comme nous réalisons Reflets sur notre temps libre, le site fonctionne bien en deçà de ses capacités. Nous pourrions, si nous pouvions vivre de cette activité, publier bien plus d’articles. Ce n’est pas le cas. Notre « business model » qui repose sur le don volontaire des lecteurs n’est pas tout à fait au point. Ça marche aux Etats-Unis, pas en France, visiblement.

Pourtant, tout est là pour que cela marche. Depuis janvier, nous approchons les 2 millions de pages vues (nos stats sont brutes et pas bidonnées). Nos articles plaisent. Avec une moyenne de 75.000 visiteurs uniques par mois, nous pourrions dans l’absolu, atteindre largement le montant nécessaire pour payer les piges. Ce n’est pas le cas. Vous donnez, mais vous n’êtes pas assez nombreux dans ce cas.

Alors avec une petite boutique, on aide Reflets à avancer vers sa maturité…

C’est noël, profitez-en pour faire un cadeau qui sort de l’ordinaire…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
L’ITU et le DPI : ça va être dur d’expliquer ça à ma grand-mèrehttp://reflets.info/?p=23394http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121206_192350_L___ITU_et_le_DPI_____a_va_etre_dur_d___expliquer___a_a_ma_grand-mereThu, 06 Dec 2012 18:23:50 +0000La vulgarisation est un art difficile. Bien entendu, nombre de lecteurs de Reflets sont bien plus calés que nous sur le Deep Packet Inspection et comprendraient très bien, sans vulgarisation, ce que nous pourrions écrire. Mais dans le cas précis, c’est surtout à nos grand-mères, nos mères, M. et Mme Michu, nos enfants, qu’il faut expliquer ce qui suit. Parce que ce qui se décide aujourd’hui à  Dubaï est peut-être le début d’un système de surveillance globale à l’échelle de la planète.

Donc un peu de vulgarisation s’impose. Le DPI, nous vous en avons parlé en long, en large et en travers. Il s’agit d’une technologie permettant de voir ce qui passe dans les paquets IP qui circulent sur Internet. Pas seulement de voir que vous, Gérard Dupont, envoyez un mail à tata Flo, ça c’est déjà possible facilement, mais plutôt, de voir ce que vous avez écrit dans ce mail. Autre application amusante, lorsque vous vous connectez sur un site en tapant votre identifiant et votre mot de passe, le DPI permet de les récupérer (pour autant qu’ils ne soient pas cryptés ou qu’une technique de Man in the Middle ait été mise en place, comme en Syrie avec l’aide de machines BlueCoat). Mieux, avec des outils comme Eagle, développé par Amesys, vous pouvez retracer toute l’activité en ligne d’une personne et dresser un arbre de ses connaissances, de ses interactions avec d’autres personnes. Le rêve de tout dictateur. Et ce n’est pas pour rien que Eagle est vendu à des Etats policiers notoires ou à des dictateurs. Alors pourquoi revenir sur le DPI aujourd’hui ? Tout simplement parce que l’ITU (International Telecommunication Union), le bras armé de l’ONU en matière de standardisation a adopté un standard sur le DPI. Rassurez-vous, on ne sait rien (ou presque) de ce que l’IUT a décidé parce que ses décisions ne sont pas publiques. Populace des Internets, nous décidons pour vous et vous n’avez pas besoin de savoir quoi, parce que nous le faisons pour votre bien. Ceux qui savent ce qu’est un RFC, ce sur quoi s’est construit le Net apprécieront la méthode.

Comme nous ne sommes pas complètement manchots, chez Reflets, nous avons un peu creusé pour voir quelle direction prenait l’ITU. Quelques points nous ont sauté au visage. Le nouveau standard, joliment prénommé Y.2770 (voir les détails sur ZDNet en faisant clic-clic sur le lien ci-avant) est le fruit de longues recherches, discussions au sein du groupe SG13 qui planche, entre autres choses, sur la sécurité et le QoS au sein de l’ITU.

Les deux personnes qui gèrent les réflexions sur la QoS et la Sécurité pour le groupe SG13 (responsable du standard en question) sont Hui-Lan Lu, qui travaille chez Alcatel-Lucent (ainsi que dans d’autres groupes, le fameux Alcatel Shanghai Bell qui s’est illustré en Birmanie), et Haitham Chedyak, qui travaille en Syrie chez nos amis de STE.

 

Nous avons donc, pour plancher sur un standard de DPI , un salarié d’Alcatel dont on sait la perméabilité aux problématiques de Qosmos ou d’Amesys ainsi que des FAI qui voudraient l’implémenter, qui fabrique les gros routeurs de service pour les câbles sous-marins, dont celui qui a permis à la Libye de se connecter avec un débit plus que nécessaire à Internet, mais aussi un employé de STE, le point entrant et sortant de la belle démocratie Syrienne. Tout un programme. On sent que les utilisateurs et le droit à la confidentialité des échanges va être au centre des discussions.

Ah, non, pardon. Dans l’article pointé plus haut, l’auteur indique que le standard de l’ITU doit permettre une application du DPI même si les échanges sont cryptés. En même temps, bon courage. A moins, bien entendu de mettre de jolies autorités de certification aux bon endroits et qu’elles soient imposées aux utilisateurs. Pas sûr que les fournisseurs de contenus ou de services soient très contents, mais on verra.

Dans un autre document de l’ITU, on trouve une bonne définition des usages du DPI. Si le colonel Kadhafi était encore en vie, il aurait pu témoigner. Grâce à Amesys, il avait pu, par exemple, espionner des opposants et les arrêter avec plus de facilité. Si les membres de l’ITU faisaient leur travail consciencieusement, ils interrogeraient le roi du Maroc qui met en place son petit Eagle personnel avec l’aide d’Amesys et d’Alten. On peut encore l’interroger, il est toujours vivant, lui,  et le projet est en cours. Figurez-vous que cela permet de lutter contre « les contenus dangereux« , c’est à dire « le porno » qu’il faut « supprimer« .

 

Pour l’ITU le DPI, c’est ça :

The  Recommendation is targeted primarily at the service requirements, capability requirements and functional requirements of DPI  and performance requirements identifying and defining (if necessary) , standard interfaces to interconnect with other components, taking into account policy-based networks in both packet-based networks (e.g. IPv4/v6) and NGN environment. These requirements will of the Deep Packet Inspection (DPI), including:  (1) provide real-time service awareness,  and ,control and security by partial or entire packet scanning partial or the whole packet for service awareness and control based on static/dynamic  rules in packet-based networks and NGN environment.    

A l’ITU, il n’y a pas que les auteurs du désormais fameux Y.2770 qui planchent sur le DPI. Leurs camarades spécialisés dans les flux vidéo du SG16 ont aussi tenté une définition, tout en précisant qu’il faudrait sans doute s’aligner sur celle du SG13.

Et lorsqu’ils tentent d’observer un outil de DPI, ils trouvent… SNORT. Un bon vieux truc vaudou du monde libre.

ITU : Can I Haz a Pig PleAz ?

 

Ah, ben non. Voyez-vous, ces barbus du monde libre… ce n’est pas la culture de l’ITU :

Section IV.2 highlights that technically SNORT is a good candidate PSL for H.248.DPI. However an issue is the status of the organisation responsible for open source SNORT PSL. The « Snort Community » open source effort is not recognised as an SDO by the ITU-T. I.e. it would not be possible to reference the work via A.5. This presents problems with normatively referencing their work. The company behind this effort is SourceFire and they are not a member of the ITU-T. There may be copyright/patent issues associated with this organisation. These issues would need to worked through.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Altair, Internet et la culturehttp://reflets.info/?p=23372http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121130_190036_Altair__Internet_et_la_cultureFri, 30 Nov 2012 18:00:36 +0000Il y a quelques mois de cela, nous vous parlions du think tank Altair. Ce dernier se proposait d’apporter des réponses aux questions qui animent depuis des années la vie numérique et culturelle dans l’hexagone, dans toute sa singularité. Réunissant des professionnels de la culture et d’Internet, des institutionnels, des associatifs, des acteurs de la société civile,, le Think Tank Altair a finalement accouché de propositions visant à réorienter de manière un peu plus pragmatique les discussions interminables qui débouchèrent sur des textes qui régissent aujourd’hui notre quotidien… comme HADOPI.

Altair livre donc aujourd’hui 7 propositions directement adressées à la commission Lescure. Il s’agit de propositions « offensives » visant à apporter des réponses à des problèmes bien réels, et plus précisément des problèmes que le législateur a toujours évacué, cédant à la simplicité, pour aboutir à des absurdités…

Nous vous proposons donc de découvrir ces propositions, voici le communiqué officiel :

Dans le cadre de son audition,
Altaïr think tank fait 7 propositions à la mission Lescure

30 novembre 2012

Dès sa création, Altaïr Think Tank a placé le numérique au coeur de ses réflexions sur la culture.
Pour lui, le numérique, notamment à travers Internet, est devenu incontournable et indispensable à tous.
Avant même les échéances électorales de 2012, Altaïr Think Tank est passé à l’acte, en organisant, au début de l’année, la première concertation Culture et Numérique qui a réuni pour la première fois durant deux journées de travail en commun une centaine d’acteurs et de personnalités issues de toutes les filières culturelles, des start-up, des représentants associatifs et des utilisateurs.

Cette concertation, élaborée via des méthodes innovantes issues des Barcamps a permis d’aboutir à 27 propositions pour un New Deal Culture et Numérique. Fort de cette expérience qui s’est poursuivie durant les six derniers mois autour d’une plateforme collaborative en ligne, Altaïr Think Tank a exprimé, à la mission Lescure, 7 propositions offensives et d’avant-garde pour qu’enfin l’alliance entre la Culture et le Numérique constitue un pôle de croissance dans les années à venir en France, et en Europe.

Proposition 1 : passer à une méthode de concertation innovante et trans-secteurs, seule manière d’élaborer des idées nouvelles à la mesure des enjeux de compétitivité internationale, de création et de revitalisation du lien social. Réintégrer dans la concertation l’ensemble des acteurs de l’écosystème y compris les associations d’utilisateurs et les internautes, seul moyen de donner force et légitimité à la concertation. Provoquer la création d’une Assemblée constituante Culture et Numérique qui appelle à une loi triennale révisable.

Proposition 2 : une régulation souple par une puissance publique réinvestie qui anime et arbitre le dialogue plutôt que de contraindre les acteurs. Un outil indispensable à créer : l’Agence Nationale du Numérique (ANN), un véritable « CNC » de la Culture et du Numérique.

Proposition 3 : l’expérimentation graduée, un « laboratoire » du numérique à ciel ouvert
L’ANN pourra lancer une série d’expérimentations d’envergure (internet à 5€, plate-forme publique, « cloud » culture, streaming durable,…) qui permettront, comme le font tous les innovateurs du numérique, de «tester pour trouver» en fondant ses décisions sur des données fiables et en investissant progressivement au fur et à mesure des succès.

Proposition 4 : l’accès à un service public minimum du Numérique à 5€ : un FAI public, socialement responsable, et qui permette à tout citoyen l’accès à l’information et à la diffusion du savoir au travers d’internet. Accélérer le déploiement du très haut débit en France tout en garantissant les libertés publiques numériques.

Proposition 5 : faciliter l’accès au contenu culturel par la création d’un « cloud » public : accompagner la distribution de contenu et la diffusion de la culture en France via une plate-forme publique pour valoriser de nouveaux talents et via un soutien aux plates-formes légales à travers une politique de labellisation. Reconnaissance du secteur non marchand.

Proposition 6 : financement et supports : financement croisé des acteurs publics, privés et des utilisateurs (business angels, crowd funding, fonds d’investissement publics). Contributions financières équitables des grands acteurs industriels du web avec des mécanismes de non-répercussion vers les utilisateurs.

Proposition 7 : l’éducation au numérique dans l’enseignement scolaire, associée à l’éducation artistique et culturelle et, en amont, dans la formation des enseignants et professeurs. Le système éducatif a un rôle majeur à jouer dans la lutte contre l’inégalité numérique.

Les querelles entre les industries créatives et le monde du numérique sont sans issue. Nous vivons une crise de civilisation dans laquelle la culture a un rôle central à jouer. Altaïr est convaincu que seule la convergence culture et numérique est à même de construire un avenir qui relève les défis du XXIème siècle.

Premier laboratoire d’idées français consacré à la culture et aux Médias, Altaïr est un think tank indépendant dont l’objectif est d’être une force de propositions d’intérêt général.

ContactAltaïrthinktank:0620348640 /www.altair-thinktank.com/contact@altair-thinktank.com 

Visiter le site web

Billets en relation :

flattr this!

]]>
La Syrie ne ping plushttp://reflets.info/?p=23361http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121130_121239_La_Syrie_ne_ping_plusFri, 30 Nov 2012 11:12:39 +0000Depuis maintenant 24 heures, la Syrie est totalement déconnectée d’Internet. L’alarmisme ne doit pas forcément être de mise. À l’heure actuelle, les spéculations sur la raison de cette coupure vont bon train. Le régime accuse « des terroristes qui auraient coupé un câble » alors que la presse internationale semble s’accorder sur la thèse d’une action du pouvoir syrien. Si le régime était bien derrière cette coupure, alors, nous aurions de très sérieuses raisons de redouter une offensive importante et meurtrière. Mais une troisième thèse est avancée, celle de la destruction des terminaisons téléphoniques et Internet qui assurent la connectivité de tout le pays via le Syrian Telecom Establishment (le FAI des FAI syriens).

Le réseau ultra centralisé syrien pourrait avoir été victime d’une destruction d’équipements suite à des combats proches de la zone de l’aéroport, zone dans laquelle ces équipements de la STE seraient justement localisés. Ces installations abritaient autant les terminaisons des lignes ADSL que les équipements  assurant la téléphonie filaire, une architecture « à l’iranienne » comme le souligne dans un tweet le professeur Kavé Salamatian 

Cette thèse nous semble parfaitement cohérente car outre le fait que l’aéroport a été fermé à toute circulation et qu’il semble bien que de violents combats s’y soient hier déroulés, nous pouvons également comparer aujourd’hui cette coupure spectaculaire avec celle que nous avions observée en Égypte. Le président Mubarak avait alors ordonné à tous les fournisseurs d’accès Internet de supprimer les routes BGP qui assurent la connectivité entre les différents systèmes autonomes et assurent ainsi leur connectivité au reste du monde.

La principale différence entre les blackouts syriens et Egyptiens que nous pouvons aujourd’hui observer, c’est que les infrastructures « vitales », comme les marchés boursiers et les banques avaient été épargnés pendant le blackout égyptien. Ce n’est pas le cas en Syrie où l’on constate par exemple que le Damascus Stocks Exchange est, lui aussi, down : http://www.dse.sy/

Suivre l’évolution de l’état du réseau syrien:

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Doha et Arte : Hummmmm comme c’est beau à voir tout ça…http://reflets.info/?p=23347http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121128_200516_Doha_et_Arte___Hummmmm_comme_c___est_beau_a_voir_tout___a___Wed, 28 Nov 2012 19:05:16 +0000

Ah, oui, c’est vraiment magnifique, splendide, superbe : du grand journalisme. Regardez cette vidéo, à partir de 11:39 (rien ne vous empêche de regarder le premier sujet, bien entendu), et faites-vous une idée. Ecoutez attentivement, observez les attitudes des débatteurs, des journalistes, de l’orientation, des images qui se glissent au milieu du sujet. Des temps de parole aussi. Un grand moment de télé. Vraiment. Mais tout ça mérite peut-être que le pauvre mathématicien, invité sur ce plateau, ait un droit de réponse un peu plus conséquent, parce que là, très franchement, c’est limite pour lui. Reflets va s’empresser de pallier la chose : Benoît Rittaud a le droit de s’exprimer, mais ailleurs que dans une mascarade politicienne, propagandiste et médiatique en diable. Ce qu’a été cette émission…

Bon visionnage…


Billets en relation :

flattr this!

]]>
Extrême-droite et droite extrêmehttp://reflets.info/?p=23335http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121128_185241_Extreme-droite_et_droite_extremeWed, 28 Nov 2012 17:52:41 +0000Remettons-en une couche… Tous les commentateurs sont épuisés. Des jours que cela dure. Copé, Fillon, l’UMP qui n’en finit pas d’exploser… Et tous ceux qui ont une fibre républicaine de regretter l’arrivée à la tête du parti de droite de Copé, représentant supposé de la droite extrême alors que Fillon serait plutôt le représentant d’une droite sociale, de type gaulliste. Oui, mais non. François Fillon a été l’artisan d’une politique pendant cinq ans qui a montré son vrai visage. Nicolas Sarkozy ne se cachait pas, il se disait « décomplexé« . C’est dire s’il était en accord avec ses propres idées et celles de M. Buisson, ancien d’extrême droite, comme Alain Madelin, Patrick Devedjian, Claude Goasguen, Alain Robert, des ministres du gouvernement Fillon ou membres de l’UMP.

Le ministère de l’identité nationale, les tests ADN pour le regroupement familial, la circulaire anti-roms, on en passe, c’est une politique déployée et appliquée par François Fillon et qui n’a rien à envier à celle des pains au chocolat de Jean-François Copé.

Pour bien comprendre ce qu’il y a dans la tête de la droite d’aujourd’hui, qu’elle soit tendance Copé, tendance Fillon ou tendance Sarkozy, il suffit de suivre des comptes Twitter qui font peur.

Ça donne des trucs étrangement similaires, comme ceci :

Et cela :

Une pensée franchement émue et attristée pour tous les gens de droite qui ne se reconnaissent pas dans ces valeurs. Ils sont orphelins.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Dis-donc Kitetoa, tu ne serais pas un peu mégalo, toussa, toussa ?http://reflets.info/?p=23333http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121128_185103_Dis-donc_Kitetoa__tu_ne_serais_pas_un_peu_megalo__toussa__toussa__Wed, 28 Nov 2012 17:51:03 +0000Un lecteur m’a interpelé à propos du papier sur l’Express qui a vu le chasseur qui a vu l’ours qui a vu les Américains. Selon lui, à juste titre peut-être, de la lecture de l’article, je regretterais que des journalistes viennent « empiéter » sur ce que je considèrerais comme une sorte de pré carré (dans le cas précis, la cyberguerre). D’autres, y compris Emmanuel Paquette, co-auteur du dossier de l’Express s’insurgent : je serais persuadé d’avoir raison et d’être le seul à détenir LA vérité. Un peu mégalo, un peu imbu de sa suffisance, quoi…

Me voilà habillé pour l’hiver. Je voulais initialement poster un commentaire sous l’article visé, mais finalement j’écris ces quelques lignes de clarification ici, dans la rubrique « On s’en fout« .

Depuis 1997, je publie des tonnes d’articles sur ces sujets. La sécurité informatique (personnellement, je dirais plutôt l’insécurité informatique), la cyber guéguerre, etc. Mes articles sont librement reproductibles (ce que l’on appelle aujourd’hui CC). Le roman que j’ai écrit sur la cyber guéguerre, librement téléchageable, est même modifiable à loisir, c’est dire si je suis attaché à mes écrits…

J’ai toujours essayé de vulgariser, de partager le savoir, mon côté hackeur (de pizzas) sans doute.

C’est aussi très logique.

Si je pense pouvoir partager un savoir, c’est qu’il me vient de quelque part. Il me vient de ceux que je considère comme la crème des hackers, qui ont eu la patience et la gentillesse de partager leur propre savoir avec moi pendant des années.

Je leur dois d’avoir vu des choses que personne d’autre ne verra (non, je ne suis pas mégalo). Des choses qui défient l’imagination. De quoi générer des articles franchement alarmistes sur les risques informatiques. Ce que je n’ai jamais fait, je crois. Je leur dois de comprendre certaines choses techniques (dans des limites très étroites avouons-le, mais au delà de celles de certains journalistes). Ce savoir reçu et mon âge avancé (en temps Internet) m’apportent une vision assez panoramique et historique qui m’aident à relativiser certaines informations, à les replacer dans un contexte.

Ce qui m’a été donné, je me dois de le rendre, de le partager à nouveau, avec d’autres. C’est le sens de mes articles. C’est aussi ce qui m’a poussé à toujours répondre présent lorsque l’on m’interrogeait sur ces sujets. Que ce soit dans des conférences, dans des universités, dans des écoles de journalisme, ou lorsque des confrères journalistes me le demandaient. Je me souviens d’avoir montré sur mon écran les techniques utilisées pour les articles de la rubrique « Le monde fou, fou, fou des admins » de Kitetoa.com à un confrère de Libération en 2000. C’était, pour moi, normal et logique puisqu’il en avait fait la demande. Dès lors, rien ne l’empêchait d’utiliser ces techniques et de faire le même genre d’articles s’il le souhaitait.

Alors, que des journalistes se mettent à écrire sur ces sujets, cela me parait évidemment une bonne chose. Plus on est de fous, plus on rit et plus le public est averti de la réalité des choses. En revanche, que des journalistes, ou pas, écrivent des choses abracadabrantesques sur les sujets en question (mais c’est valable aussi pour les autres sujets que je connais un peu, comme l’économie ou la politique), cela m’énerve. Cela m’énerve pour leurs lecteurs qui sont trompés, cela m’énerve pour la presse qui se discrédite auprès de son public, cela m’attriste pour eux. Le sensationnalisme n’a jamais été ma tasse de thé.

Rien de plus.

 

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
La Grèce est sauvée et l’europe avec !http://reflets.info/?p=23323http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121128_122057_La_Grece_est_sauvee_et_l___europe_avec__Wed, 28 Nov 2012 11:20:57 +0000Si vous avez lu l’éditorial du Monde après la décision des ministres des finances européens, vous savez que la Grèce est sauvée, au prix d’un « bricolage intelligent« , et l’Europe avec elle. Si, si. On parle de désamour du public pour la presse, ce dont Reflets se désespère, mais il faut l’avouer, les journalistes, parfois, donnent l’impression de vivre dans une autre réalité. D’où peut-être cette déconnexion avec leur lectorat. Combien de sommets européens de la dernière chance depuis le début de la crise de la dette souveraine ? Combien d’engagements jamais tenus ? Trois ans de sauvetage de la Grèce qui ne l’est finalement jamais… Et pourtant, à chaque nouvelle annonce, il reste des commentateurs pour se féliciter d’accords de pure forme, totalement biaisés car aux antipodes des possibles et de la réalité macro-économique.

Il y avait pourtant un indice qui aurait dû mettre la puce à l’oreille à l’éditorialiste du Monde : Christine Lagarde s’est félicitéede cette décision qui, selon elle, permettra à la Grèce de se remettre « sur la voie d’une dette viable« . On en reparlera lors du prochain sommet de la dernière chance. Christine Laboulette Lagarde est spécialiste des déclarations improbables de ce type. C’est un indicateur inversé de la réalité macro-économique…

“I welcome the initiatives agreed today by the Eurogroup aimed at further supporting Greece’s economic reform program and making a substantial contribution to the sustainability of its debt. This builds on the significant efforts by the Greek government to carry forward its fiscal and structural reform agenda.

(…)

“Taken together, these measures will help to bring back Greece’s debt ratio to a sustainable path and facilitate a gradual return to market financing. The debt ratio is expected to decrease to 124 percent of GDP by 2020 through significant upfront debt reduction measures of 20 percent of GDP. In addition, I welcome the commitment by European partners to bring back Greece’s debt to substantially below 110 percent of GDP by 2022, conditional on full implementation of the program by Greece. This represents a major debt reduction for Greece relative to its current debt trajectory.

Pour ceux qui n’ont pas lu l’éditorial du Monde, le voici :

Du côté des économistes, on est nettement moins optimistes.

Grant Williams explique par exemple que la cata économique est en train de se propager aux pays qui constituent le coeur de l’Europe, notamment l’Allemagne, les Pays-Bas et… la France. Notre pays a par ailleurs enregistré un nouveau bond impressionnant du nombre de chômeurs en octobre.

En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 1,6%, soit 71.500 personnes de plus, pour atteindre 4.587.000 (+9,4% sur un an). Avec les départements d’Outre-mer, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B et C est de 4.870.800. Il s’agit d’un niveau inégalé et de la dix-huitième hausse mensuelle consécutive.

Mais revenons à Grant Williams :

The eurozone economy continued to deteriorate at an alarming pace in November, and is entrenched in the steepest downturn since mid-2009. Officially, the region saw only a very modest slide back into recession in the third quarter, with GDP falling by a mere 0.1%, but the PMI suggests that the downturn is set to gather pace significantly in the fourth quarter. The final three months of the year could see GDP fall by as much as 0.5%.

While it is reassuring to have seen signs of stabilisation in some survey indicators, the overall rate of decline remains severe and has spread to encompass Germany, suggesting the situation could deteriorate further in the coming months. With jobs being cut at the second-fastest rate since January 2010 and expectations for the year ahead in the services sector slumping to the lowest since March 2009, firms have clearly become increasingly anxious about the economic outlook and are seeking to control costs as much as possible. All this suggests that any swift return to growth is unlikely.

There isn’t much new here, this is the same dynamic I have been commenting on for well over a year now. In recent weeks it has become all too obvious that economic weakness has now got a firm grip on « the core » of the EZ with the downgrade of France and the acceleration of a downturn in the Netherlands. Germany too is slowly weakening as the PMI report shows.

So no surprises here, and we continue to travel along the path of expected outcomes.

Attempts at internal devaluation across Southern Europe are crushing aggregate demand in those countries, this is flowing back into the « core » via the tradeable sectors, lowering manufacturing production and output, which is in turn pulling down the service sectors of those countries. External surpluses require a counterparty external deficit, and, as I’ve explained many times before, when you’re all each other’s trade partners and are all trying the same trick, it simply becomes a race to the bottom.

(…)

The current political convulsions over Greece show the European leadership are once again losing their grasp on the situation with politically sanitised « kick the can » solutions up for offer while they hope for god-knows-what to occur to dig them out of the hole they’ve all dug themselves. Previously this type of failure would inevitably be met with another round of emergency action from the ECB, but with the OMT in place, Draghi looks to be at his limits.

That all being the case, 2013 is certainly looking extremely risky in terms of political and social stability in many nations because, as you can see from the data, this just ain’t getting any better.

D’après-vous, une analyse de ce genre, c’est un signe que les choses s’améliorent ? Que la Grèce est sortie d’affaire ?

Le dernier accord sur la Grèce permet de gagner encore un peu de temps. Tout le monde ferme les yeux sur la réalité des choses et personne ne verbalise la profondeur abyssale de la crise et l’horreur de la chaîne de Ponzi qui est mise en place. Car si cela est verbalisé, tout s’écroule. Tant que l’on ne définit pas la réalité, on peut continuer de croire qu’elle est autre. Pourtant l’issue est connue.

A force de créer du « faux argent », on court à l’explosion ultime.

Les pays s’endettent à des taux élevés auprès de leurs banques nationales qui pour leur part se financent auprès de la banque centrale européenne à des taux faibles. Et lorsque les banques sont en état de quasi faillite, les états les sauvent avec de l’argent public, de l’argent venu d’Europe et/ou du FMI. Personne ne voit ce qui cloche ? Même pas les journalistes du Monde ? Quelqu’un s’est demandé ce que le dernier haircut annoncé va représenter pour les comptes des banques grecques ? D’où viendra l’argent pour les re-re-re-re-sauver ? On en est qu’au troisième sauvetage de la Grèce, vivement le quatrième. Qui ne maquera pas d’arriver, comme l’indiquent les analystes de la Société Générale :

At this stage, we have yet to see the detailed numbers behind the new agreement, but are encouraged that the measures announced mark an additional step in the right direction. Our concern remains that this will not suffice to make Greek public finances sustainable and allow Greece to return to market financing in 2017. The potential for shortfalls on implementation of austerity and structural reform are one risk, but our real concern is economic growth. To date, weaker-than-expected growth outcomes explain a 37% of GDP debt overshoot. Consequently, while this plan should buy time up to the German election in the autumn of 2013, we expect additional measures to help Greek debt sustainability will be required beyond this date.

It was encouraging in this context to see the door left open at the press conference for further measures once Greece reaches a primary surplus. Also under review is the possibility to lower the Greek financing share of European structural funds. This latter measure could be a positive for growth in unlocking funds for different measures. In our opinion, something more substantial will be required, with official sector debt forgiveness a very real, but politically challenging, possibility.

Pendant que Le Monde se félicite, que Christine Laboulette Lagarde crie victoire, que les Européens se félicitent d’avoir sauvé la Grèce une nouvelle fois, la réalité est toute autre. Le Financial Times Deutscheland explique tranquillement, mais tout seul, que le vice-ministre allemand des finances, Thomas Steffen, conduit un groupe de réflexion sur la sortie de la Grèce de la zone euro.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
L’Express a vu le chasseur qui a vu l’ours qui a vu les Américainshttp://reflets.info/?p=23098http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121126_205149_L___Express_a_vu_le_chasseur_qui_a_vu_l___ours_qui_a_vu_les_AmericainsMon, 26 Nov 2012 19:51:49 +0000On pourrait la faire longue. Mais on essayera de la faire courte parce que réexpliquer en permanence, c’est lassant. On aurait pu réécrire avec moult détails que « la cyber guerre, ça fait des cyber-morts », ce qui n’est finalement pas très grave. On aurait pu expliquer que ceux qui vivent une vraie guerre avec son cortège de souffrance, de mort, de corps déchiquetés doivent se sentir insultés à chaque fois qu’ils voient ce terme imprimé dans un article de journal. On aurait pu revenir sur tous les cas d’espionnage, même entre alliés, pour démontrer que si la méthode change, le but reste le même et qu’en cela, Internet n’invente rien. On aurait pu reparler du chien pour expliquer techniquement qu’une IP n’est pas un être humain et qu’une attaque peut prendre des chemins inimaginables pour le commun des mortels, laissant une foultitude de fausses pistes ne pouvant être remontées, même par l’inspecteur Clouseau.

Mais à quoi bon. C’est déjà fait. En long, en large et en travers. Et même sur Reflets. Mieux, de ces histoires de cyberguerre, Kitetoa.com en avait fait un roman. C’était avant. Avant que toutes les signatures émérites qui écrivent sur ce sujet vous soient familières. C’était aussi le premier scénario de cyberguéguerre globale. Parce que parler de cyberguerre quand on voit un DDoS ou quelques APTs qui trainent, c’est un peu survendre son sujet.

Non… contentons-nous de dire que le sujet est devenu un marronnier pour la presse. Que de nombreux jeunes journalistes (ou moins jeunes d’ailleurs) se sont mis sur ce « créneau » parce qu’il est vendeur. Mais aussi parce que leurs rédacteurs en chef n’y comprennent que pouic. Ce qui est très utile pour se mettre en valeur.

Le piratage informatique, à moins d’être un hacker de haut vol, c’est du vaudou. Incompréhensible. Il y a même des gens qui pensent qu’afficher dans son navigateur le contenu d’un répertoire d’un serveur Web, c’est du piratage, c’est dire… Bref, le piratage informatique, ça fait des trucs de fou, mais on ne sait pas trop comment.

Le papier phare de l’Express qui évoque le piratage de l’intranet de l’Elysée est assez clair sur l’auteur du délit :

« Selon les informations recueillies par l’Express auprès de plusieurs sources, leurs conclusions fondées sur un faisceau de présomptions, convergent vers le plus vieil allié de la France :  les Etats-Unis. Le code malveillant utilisé affiche, en effet, les mêmes fonctionnalités qu’un vers informatique extrêmement puissant, baptisé Flame, identifié à la fin du mois de mai par une grande société russe d’antivirus, Kaspersky. [...] Selon la presse anglo-saxonne, le ver aurait été créé par une équipe américano-israélienne ».

Donc, résumons, des sources anonymes disent que le malware utilisé pour récolter les documents de l’Elysée ressemble à Flame. Flame est américain (ah?), donc les pirates sont les Etats-Unis.

CQFD.

Oui, mais non.

Le papier n’apporte aucune information technique sur le piratage. Impossible donc de se faire une idée de ce qui a vraiment eu lieu. En outre, sur Internet, personne ne sait que tu es un chien et du coup, une adresse IP aux Etats-Unis, même si elle est située sur un réseau gouvernemental, n’implique pas que l’auteur du piratage soit le propriétaire de la machine. La preuve, L’Express nous dit que des postes informatiques de l’Elysée peuvent être compromis. Donc, à l’inverse, un poste gouvernemental américain peut être compromis. Non ?

Un ver informatique qui cible certains conseillers de Sarkozy, ceux qui intéressent les pirates et qui ne se propage nulle part ailleurs, franchement… Seriously ? En tout cas, il paraît, mais on peut se tromper, que dans le milieu des anti-virus, on attend goguenard et avec impatience que les Français partagent le code du malware utilisé.

Ce qui saute aux yeux en revanche, c’est que les auteurs de l’article ne se sont pas interrogés très longtemps sur les raisons qui poussaient leurs sources à leur désigner les Etats-Unis comme auteurs de ce piratage. Dans le contexte actuel (publication du rapport Bockel, agitation médiatique de l’ANSII), il y a quand même quelques pistes de réflexion…

A ce stade, faisons appel à un hacker mythique. Space Rogue est un membre du groupe non moins mythique L0pht. Il sait de quoi il parle lorsqu’il évoque les « Les hackers et le battage médiatique, ou les super piratages qui n’ont jamais eu lieu« . Il avait témoigné en 1998 devant le Sénat américain sur les risques informatique alors que les réseaux se reliaient en masse à Internet. Mais il a surtout longtemps tenu les rênes du « Hacker News Network« . Ce media a passé des années à détricoter les articles de la presse sur le sujet du hacking, montrant à quel point les journalistes pouvaient se laisser impressionner par le vaudou. Un peu comme Attrition dans sa rubrique errata dont on ne peut que recommander la lecture aux journalistes de l’Express.

 

Dans sa conférence sur la hype qui préside à la rédaction d’articles truffés de FUD et d’approximations à propos du hack, il cite un nombre conséquent d’exemples.

On y trouve Kevin Mitnick, bien entendu. Selon la presse américaine, il aurait piraté le NORAD (North American Air Defense Command) et aurait pu « déclencher le lancement d’une ogive nucléaire en sifflant dans un combiné téléphonique« . Tout cela était faux. Un peu de bon sens de la part des journalistes qui ont rapporté cette affirmation aurait sans doute suffi à éviter la publication ce genre d’imbécillités. Ces imbécillités ne sont pas sans conséquences. Kevin Mitnick a été maintenu à l’isolement total pendant des mois, notamment pour cette raison.

Dans un passé lointain, j’ai aussi connu une personne charmante et pleine de talents. Le même genre d’imbécillités l’a conduit a passer deux mois à la Santé. La peur, le fantasme mène à des choses terribles.

En 1999, la presse s’enflamme, des pirates auraient pris le contrôle d’un satellite militaire britannique. Faux également.

En 2001, c’est Ben Laden qui utiliserait la stéganographie pour cacher, dans des images, des messages à l’attention de ses troupes. Encore raté

Au Brésil, les pirates auraient coupé l’électricité de plusieurs villes. In fine, l’agence chargée de la régulation des sociétés d’électricité a infligé une amende de 3,7 millions de dollars à l’une d’entre elles pour ne pas avoir entretenu correctement ses lignes et provoqué le blackout.

Au fil de la conférence Space Rogue égrène les exemples. Comme une pompe d’un fournisseur d’eau de l’Illinois qui aurait été détruite par des pirates ou une compagnie de trains dont les signaux lumineux auraient été manipulés par des pirates pendant deux jours. Pure invention.

Mais ce sont surtout les conseils en forme de conclusion de la conférence qui sont intéressants et qui devraient être lus et relus par les journalistes adeptes du vaudou informatique.

  • Ce n’est pas parce que l’histoire est dans toute la presse qu’elle est véridique
  • Si vos sources veulent rester anonymes, demandez-leur pourquoi.
  • Vaut-il mieux être le premier à sortir un article ou être l’auteur d’un papier qui rend compte de la vérité ?

En même temps, c’est moins vendeur…

La cyberguerre, c’est Reflets

Le clou du spectacle autour de l’article de l’Express, c’est la chaîne de télévision D8 qui l’a offert. Les auteurs de l’article de l’Express sont interrogés par la chaîne et la voix off nous dit :

« les pirates récupèrent des notes et des plans stratégiques »

Ça fout la trouille, hein ?

Et qu’est-ce que le journal télévisé de D8 montre à l’écran pour illustrer cette belle phrase ?

Non… Ni des hackers chinois, ni des pirates américains… De logs de connexion à Reflets.

Tenez-vous le pour dit, la cyberguerre, ce sont des logs Apache de connexion à un journal en ligne. #Fear…

 Hype, hype, hype… Hourra

L’article de l’Express est un vrai condensé de voudouisation des journalistes. Rien ne nous permet, bien entendu de dire que tout est faux dans le papier phare du dossier de l’Express. Pour autant, tous les hackers contactés par Reflets sur ce sujet sont d’accord : ce papier est une blague. Rien ne permet de prouver, à la lecture de l’article que les Etats-Unis sont derrière l’attaque. Rien ne permet non plus de dire que l’attaque est hyper sophistiquée, ni qu’elle a pris cette forme, pleine d’incongruités.

Les auteurs de l’article savent-ils faire la différence entre Flame, BO2K ou NetBus ? On peut se le demander vu les fonctionnalités de Flame citées dans leur papier.

Un article de ZDNet parvient d’ailleurs aux mêmes conclusions.

Du côté officiel, cette fois, les sources contactées par Reflets sont sur la même longueur d’ondes. L’une d’entre elle se demande d’ailleurs qui veut communiquer sur ce sujet (pour qu’un tel article paraisse) et quel est le message qui est visé.

De deux choses l’une, soit les auteurs de l’article n’ont rien compris à ce que leurs sources (techniques, elles) leur ont raconté, soit ils se sont fait enfumer…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
#Gaza : Les dessous de la trêvehttp://reflets.info/?p=23071http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121125_115018__Gaza___Les_dessous_de_la_treveSun, 25 Nov 2012 10:50:18 +0000Mercredi 21 novembre – 19 heures GMT.

Après 8 jours de bombardements intensifs, le Hamas et Israël réussissent à s’entendre sur un trêve des combats par missiles interposés.

Triste résultat des courses : 162 morts côté palestiniens et 5 morts côté israéliens, sans compter les innombrables blessés. Nous aurions aimé pouvoir vous affirmer que cette trêve est le résultat du constat des dirigeants que leurs actions entraînaient un trop grand nombre de victimes civiles. Malheureusement la logique nous incite à penser que ce n’est pas la cas.

Je vous invite à un petit tour d’horizon des raisons qui ont conduit à cette cessations des hostilités.

Suivez le guide …

Analyse de l’équation militaire

Les hostilités sont déclenchées le mercredi 14 novembre.

Dés le début de l’opération, l’armée israélienne applique une stratégie qu’elle partage avec ses parrains américains : la stratégie de « la première frappe ». Les renseignements militaires ont amassé des informations sur les caches de missiles stratégiques du Hamas. La première vague de bombardement devra renvoyer les capacités du Hamas à l’âge de la roquette Qassam.

Cette première frappe va-t-elle être un succès ? C’est ce que pensent les journalistes de Al-Akhbar. Quelques minutes après avoir assassiné le chef de la branche armée du Hamas (un exploit  étant donné le luxe de précautions dont celui-ci s’entourait), Israël frappe 20 sites de lancements des roquettes à longue portée en mesure de frapper Tel-Aviv ou Jérusalem.

L’armée israélienne crie victoire, et les militants du Hamas ne démentent pas. Les israéliens ont-ils pour autant réussis à atteindre leurs objectifs stratégiques ?

Retour en Juillet 2012.

Hassan Nasrallah, chef politique du Hezbollah va faire une apparition publique et va révéler certaines informations concernant le dernière guerre du Liban en 2006. Il affirme que la résistance libanaise a réussie à tromper le renseignement israélien. Pensant connaitre 80% des stocks balistiques du mouvement libanais, l’armée de l’air serait entrée en action. Mais les bombes de l’armée israélienne se seraient abattues sur des caches vides, discrètement déménagées par les militants … La première frappe israélienne aurait été un échec, entraînant avec elle l’aventure guerrière de Tsahal (l’armée israélienne) au Liban.

Revenons à l’opération « Pillars of defense« .

Le 15 novembre : deux missiles de type « Fajr », lancés depuis Gaza, frappent les environs de Tel-Aviv. Cette ville est visée pour la première fois depuis la guerre du Golfe.

Le 16 novembre, c’est Jérusalem qui est visée. Une nouvelle ligne rouge dans les guerres qui ont opposé Palestiniens et Israéliens.

Le 17, deux missiles « Fajr » tirés sur Tel-Aviv sont interceptés par le système « Iron Dome », et deux autres roquettes frappent les environs de Jérusalem.

Le 18, deux nouveaux missiles palestiniens visent Tel Aviv.

Le 20, Jérusalem est de nouveau visée mais les roquettes atterrissent en Cisjordanie.

Ces attaques ne feront pas de blessés ni de dégâts. Mais les militants palestiniens ont réussi à franchir des lignes rouge et à mettre deux des plus grandes villes israéliennes sous la pression des sirènes. Et les tirs de roquette de faible portée ne semblent pas se calmer.

 

‘They’re pipes, basically »(« Ce sont pratiquement des tuyaux »)
Commentaire d’un source sécuritaire israélienne commentant le fait que certaines roquettes soient déchargées de leur têtes explosives pour leur permettre d’aller plus loin.

 

Car si le lancement de missiles à plus longue portée semble demander une certaine logistique, les militants palestiniens sont passés maîtres dans l’art de tirer des roquettes à faible portée. Dans les premiers jours de l’offensive, les militants lancent ainsi plus de 500 roquettes par jour en moyenne vers les villes du Sud d’Israël. Comment lutter contre ces engins légers ? Les journalistes de al-Jazeera témoignent que chaque lancement de roquette attire dans les secondes qui suivent un bombardement de l’armée israélienne  Mais ces frappes réactives restent sans effets, les militants palestiniens utilisant des systèmes de mis à feu à distance. Hormis de nombreux assassinats ciblés, les pertes dans les rangs des combattants palestiniens semblent avoir été légères.

Quelques heures après son entrée en guerre et sa première frappe couronnée d’un succès apparent, Israël se retrouve-t-il sans cibles stratégiques d’importance ? Que penser du bombardement deux jours consécutifs d’un immeuble hébergeant la presse, censé abriter un « système de communication du Hamas » ? Ou du bombardement de bâtiments officiels de Gaza, vidés depuis bien longtemps de tout être humain ?

Que faire ?

 

Tir d’interception du système « Iron Dome »

 

Le nouveau système « Iron Dome » affiche des statistiques insolentes. Plus de 90% des roquettes menaçant de toucher des zones habitées sont interceptées, permettant ainsi à Netanyahu de ne pas payer le coût politique de sa guerre. Mais seule une invasion terrestre à grande échelle pourrait faire bouger le statu quo qui commence à s’établir entre les deux adversaires. Et cette invasion aurait un coût politique beaucoup plus lourd.

Netanyahu est-il un lecteur assidu de Clausewitz ?

La guerre, extension de la politique

Quand Clausewitz a affirmé que la guerre n’était que l’extension de la politique, voulait-il parler de petites querelles politiciennes ?

Dès le début de l’offensive, de nombreux analystes se sont interrogés sur l’éventualité de motifs politiques derrière le déclenchement de l’offensive par l’establishment israélien. Netanyahu avait en effet déclaré la tenue d’élections législatives anticipées début octobre, devant se intervenir en janvier 2013. Mais cette thèse a du plomb dans l’aile, la popularité de l’extrême droite étant déjà en forte en hausse avant le début de l’offensive.

Mais qu’en est-il des raisons politiques derrière la décision d’accepter un cessez le feu ? Le magazine Haaretz a effectué un sondage sur l’offensive de Gaza auprès du public israélien :

« Sondage Haaretz : Plus de 90% des juifs israéliens soutiennent la guerre de Gaza. Mais dans le même temps, seulement 30% du public soutient une invasion terrestre. »

En 2006, Ehud Olmert avait payé le prix de sa décision d’envoyer l’armée au Liban pour y détruire les capacités militaires du Hezbollah. Avec l’embourbement de l’armée israélienne, le soutien au gouvernement s’était très vite érodé. Quant à la dernière opération dans la bande de Gaza en 2008 (Opération « Cast Lead »), les résultats politiques de cette aventure guerrière avaient été plus que mitigés pour le gouvernement qui l’avait enclenchée.

Netanyahu a du évaluer le risque politique d’une invasion à Gaza. A-t-il décidé de récolter ses gains militaires et de se retirer avant que les choses ne deviennent plus risquées ?

Élargissons maintenant un peu notre champ de vision et tournons nous vers l’Amérique. En 2008, durant l’opération « Cast Lead », George Bush était aux commandes. L’Amérique avait mis tout son poids derrière la politique israélienne. Elle avait bloqué une tentative de résolution de l’ONU visant à imposer un cessez le feu. Prenant ses fonctions quelques mois plus tard, Obama avait alors eu l’occasion de présenter patte blanche sur ce sujet.

En 2012, les choses ont changés. Obama sort de sa campagne et il vient de prendre ses fonctions. Ses relations avec Netanyahu ne sont pas au beau fixe. Dans un mouvement un peu risqué, celui-ci s’est prononcé pour son opposant : Mitt Romney. Les Etats-Unis vont une fois de plus proclamer leur soutien sans failles à Israël. Mais ils vont aussi rapidement prendre contact avec le nouveau président Égyptien, et appuyer sa tentative de négociation d’une trêve. Celle-ci interviendra finalement avant un vote à l’ONU. Obama a-t-il voulu s’éviter un  veto dévastateur pour sa politique arabe ?

 

Au centre Hesham Qandil, premier ministre égyptien, à droite Ismaël Haniyeh, chef du gouvernement Hamas à Gaza.

Car le printemps Arabe est aussi passé par là.

Durant l’opération « Cast Lead » en 2008, Moubarak avait maintenu un blocus sévère de la bande de Gaza (empêchant même des médecins d’y pénétrer). En 2012, Gaza n’est plus isolée. L’Egypte ouvre ses hôpitaux aux blessés palestiniens. Le premier ministre égyptien visite l’enclave palestinienne dès le troisième jour de l’offensive, suivi de près par le ministre des affaires étrangères Tunisien. Puis c’est au tour d’une délégation de la Ligue Arabe …

Israël pouvait-il se permettre de poursuivre son offensive alors qu’une grande partie de la communauté internationale poussait à la trêve ?

Arrêtons-nous quelques secondes. Ou est passé notre cynisme légendaire ? La nouvelle légitimité des gouvernements égyptiens et tunisiens suffirait-elle à changer la face d’un conflit qui dure depuis presque 60 ans ? Nous pouvons faire mieux.

Creusons un peu plus pour lever un nouveau coin de voile sur les changements régionaux.

Le Hamas change d’orbite

Retour en 2011.

La révolution syrienne vit ses premiers instants. En avril, Abu Dhabi fait passer au régime de Bachar Al Assad un message en provenance des Américains. Ceux-ci proposent au régime syrien une assistance économique et une paix équitable avec Israël en échange d’une rupture du régime avec ses alliés régionaux : Iran et Hezbollah. Le régime refuse. La suite fait partie de l’histoire.

Mais qu’en est-il du Hamas ? Leur a-t-on aussi fait une proposition et ont-ils su ne pas la refuser ?

Au début de la crise syrienne, les leaders du Hamas se font d’abord discrets. Les bureaux à l’étranger du mouvement de résistance palestinien sont en effet à Damas depuis 1999.

En janvier 2012, des rumeurs sur un changement de la tête du bureau politique commencent à se faire entendre. Khaled Meshaal à la tête du mouvement depuis les années 1990 aurait choisi de ne plus se représenter. Des sources internes indiquent que ce choix pourrait être lié à la crise syrienne et à la question du déménagement les bureaux de Damas. Meshaal voyage beaucoup. Ses absences de Damas se font de plus en plus longues.

En février 2012, il annonce qu’il ne retournera pas à Damas avant que la situation sécuritaire soit stabilisée. Il conduira temporairement les affaires du Hamas depuis Doha au Qatar. Cette annonce est faite à la suite d’une nouvelle tentative de réunification palestinienne sous égide Qatarie. Ce nouvel accord signé à Doha avec le Fatah attire des critiques au sein du mouvement, et plus spécialement des dirigeants aux commandes dans la bande de Gaza. La direction politique semble chercher ses marques. Messhaal déclarera même qu’il est prêt à quitter son sponsor iranien si un autre soutien financier est trouvé. Il appellera les syriens à « avancer vers la démocratie et la réforme« .

Abbas et Mechaal à Doha en février 2012.

En avril 2012, la balance semble tourner en faveur de la confirmation de Meshaal à la tête du mouvement. Le résultat des votes des différentes branches du Hamas tendent à valider la stratégie du leader historique. Cette orientation provoque de nombreuses discussions en interne et certaines tensions apparaissent avec sa base et ses alliés historiques. Des leaders du Hezbollah et du Hamas montent alors au créneau assurant que les mouvements de résistance sont en bon termes et que la collaboration continue.

Mais la direction du Hamas en exil semble bel et bien changer d’orbite.

Meshaal toujours en fin de mandat, va entreprendre un déplacement au Caire. Il y sera rejoint par une délégation de la bande de Gaza menée par Ismaël Haniyeh. L’Egypte exerce une attraction de plus en plus forte sur les leaders du mouvement islamique. Depuis la chute de Hosni Moubarak, les frères musulmans, organisation mère du mouvement, sont au pouvoir. Les lignes idéologiques sont convergentes.

Les rencontres au Caire seront qualifiées de « Turning Point ». Meshaal  déclarera :

« Nous somme rentrés dans une nouvelle ère de relations entre la Palestine et l’Egypte, la grande soeur et le leader de la nation arabe »

Des rumeurs font état de déplacement des bureaux du Hamas au Caire. Puis Meshaal affirme qu’il ne se représentera pas à la tête du mouvement malgré de nombreuses pressions en interne et en provenance de divers pays arabes.

Ismaël Haniyeh et Mohammed Mursi

Le 2 octobre 2012, les services de sécurités syriens ferment les bureaux du Hamas à Damas, bureaux inoccupés depuis quelques mois. La télévision syrienne accusera Meshaal d’être « un ingrat et un traître« .

Durant l’offensive israélienne, Hassan Nasrallah, chef politique du Hezbollah, s’exprimera. Il dira sa confiance dans les capacités de la résistance à Gaza et appellera les pays arabes à augmenter le prix du pétrole pour faire pression sur les occidentaux. Il citera aussi un passage du Coran à propos de la générosité de dieu envers les gens reconnaissants. Le Hezbollah fera fuiter des informations dans la presse expliquant que les lignes d’approvisionnement du Hamas sont encore en activité. Des informations fraîchement grillés par les services israéliens mais étonnement précises étant donné leur sensibilité.

 Mursi, en grand gagnant ?

L’annonce du cessez le feu est faite du Caire en conférence de presse commune entre Hillary Clinton et le ministre égyptien des affaires étrangères Mohammed Kamel Amr. Clinton affirmera :

« C’est un moment critique pour la région. Le nouveau gouvernement d’Egypte assume son rôle de responsabilité et de leadership qui a longtemps fait de ce pays une pierre angulaire de la stabilité régionale et de la paix.« 

Obama appellera Mursi.  Il le remerciera « pour ses efforts pour atteindre un cessez le feu solide et pour son rôle de leader dans la négociation d’une proposition de cessez le feu.« . Le président israélien Shimon Peres qualifiera l’intervention du Mursi de « surprise agréable« . Meshaal fera l’éloge du rôle de l’Egypte disant qu’elle avait « traité avec la résistance avec une grande responsabilité et de la façon dont il fallait le faire« .

A gauche : Khaleed Meshaal, dirigeant politique du Hamas; Au centre : Muhammed Mursi, président égyptien.

Coïncidence ?

Le 20 novembre, veille de la déclaration du cessez le feu, le FMI et l’Égypte parviennent à un accord préliminaire concernant un méga-prêt destiné à revitaliser l’économie égyptienne. Le 23, quelques jours à peine après le cessez le feu, Morsi passera un décret et s’accordera des pouvoirs étendus : le président est désormais à l’abri des poursuites judiciaires, ses lois et décrets ne pourront plus êtres contestés, et l’assemblée constitutionnelle ne pourra plus être dissolue.

Une nouvelle étape dans la quête révolutionnaire pour faire disparaître l’ancien régime ? Ou l’émergence d’un nouveau pharaon ?

Et maintenant ?

C’est bien joli d’observer tous ces acteurs qui s’agitent derrière la scène, faisant des pieds et des mains pour tirer la couverture à eux.

Mais que va réellement impliquer ce cessez le feu pour la population de Gaza enfermée dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde ? Et que va-t-il impliquer pour le conflit israélo-palestinien en général ?

Les termes de la trêve sont simples :

  • Arrêt de toutes attaques en provenance de Gaza.
  • Arrêt des assassinats ciblés par Israël.
  • Si le blocus n’est pas explicitement nommé, il est évoqué de faciliter le déplacement des biens et des personnes
  • L’Egypte se porte garante du cessez le feu

A l’heure où l’on observe un grand chamboulement dans les alliances et les politiques régionales, tous ces nouveaux acteurs vont-ils avoir la sagesse de donner une réelle chance à la paix ?

Car dans le fond, cette trêve ne résout rien. Le blocus qui étouffe la bande de Gaza demande à être levé. Qu’en sera-t-il de la réconciliation palestinienne mainte fois annoncée, sans cesse repoussée ? Qu’adviendra-t-il des négociations de paix entre Israël et le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas, négociations mise au frigo depuis trop longtemps ?

Israël saura-t-il un jour faire l’impasse sur sa politique guerrière pour s’engager dans la voie d’une paix durable et d’une région pacifiée ?

Quelques heures avant d’être assassiné par Israël et que l’escalade se déclenche, Ahmed Jabaari, chef de la branche armée du Hamas avait reçu une proposition de paix à long terme. Cette proposition venait de l’artisan des négociations de libération du soldat Gilat Shalit, l’activiste Gershon Baskin, et elle était soutenue par l’Égypte. Le Hamas cherchait cette trêve depuis longtemps. En témoigne cet article de Haaretz datant de 2009, et dans lequel les leaders du mouvement déclarent ne demander que l’ouverture de Gaza au monde :

« Nous voulons faire partie de la communauté internationale »

Israël a-t-il juste voulu montrer ses muscles une dernière fois, avant d’être contraint de désamorcer un scandale international qui durait depuis trop longtemps ? Lorsque Mahmoud Abbas a menacé de demander une amélioration du statut du représentant des palestiniens à l’ONU, les diplomates israéliens ont averti que le gouvernement pourrait « devenir fou« .

Était-ce de cela qu’il s’agissait ? Devenir fou ? Ou le laisser à penser …

Je vous laisse avec les images d’un des derniers bombardements israélien avant le déclenchement du cessez le feu. Il a touché le stade de Gaza. Ce stade avait été inauguré par Yasser Arafat. Il a été accusé d’avoir été utilisé comme pas de tir pour des roquettes.

Des grosses explosions, au milieu d’un stade, sous l’oeil des caméras.

Du marketing guerrier.

 

 

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Fin de parti(e)shttp://reflets.info/?p=23056http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121121_182327_Fin_de_parti_e_sWed, 21 Nov 2012 17:23:27 +0000Dimanche dernier, le principal parti de droite a montré publiquement sa faiblesse a dégager une majorité structurée et cohérente en position de construire si ce n’est une alternance, ou du moins, une alternative.

Les observateurs n’ont pas manqué d’observer (c’est leur métier) que ce scrutin intervenait quatre ans, quasiment jour pour jour, après le congrès de Reims qui avait vu une majorité socialiste issue des urnes avec le même score (50,04 %), c’est à dire pas grand chose, lorsque l’on connait les conditions naturelles de vote dans certaines féodalités locales.

C’est donc probablement dans le secret de quelque bureau centralisé du parti que la décision a été prise d’en trancher, pour en finir une bonne fois, dans le sens de la majorité de… l’appareil.

Encore une fois, les médias étrangers se sont gaussés de notre fameuse exception française, à nous de chez nous, les citoyens en ont fait des blagues de bistrot et la république de guingois a repris son chemin en claudiquant des godillots.

On peut se féliciter du respect par la minorité de la règle majoritaire. On peut aussi s’interroger de cette démocratie de joueurs de dés, aux tripatouillages de fond de salle, aux manoeuvres incertaines, voir de bousculades musclées.

On peut seulement espérer que le peuple ne se lasse in fine de déléguer la responsabilité suprême à des camarillas d’opportunité ou même bientôt, pour faire moderne, à des agences de notation finalement en charge des grands enjeux de la nation.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Dette française, UMP, la presse en miroir déformanthttp://reflets.info/?p=23047http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121120_155529_Dette_fran__aise__UMP__la_presse_en_miroir_deformantTue, 20 Nov 2012 14:55:29 +0000La notation de la dette française a été dégradée hier soir par l’agence Moody’s. Cela avait déjà été le cas sous Nicolas Sarkozy. Nous avons perdu le triple A (la meilleure note) une nouvelle fois. 2galité donc entre les deux présidents dans ce match là : Nicolas Sarkozy 1 – François Hollande 1. Ils ne devraient pas tarder à être départagés puisque la troisième agence doit encore donner son avis sur la valeur de la dette de ce pays. A en croire les experts et les journalistes qui présentent leurs avis comme des informations, tout cela n’est pas bien grave, d’autant que les marchés avaient déjà intégré cette donnée. La meilleure preuve ? Les marchés ne se sont pas affolés. Dans le même temps, hier soir, l’UMP s’est dotée d’un chef. Un vrai, avec des bollocks, un qui « dit les choses« , qui est « décomplexé« . Et toute la presse, avec son cortège d’experts, d’expliquer : l’UMP est maintenant vraiment à droite, sur la ligne Buisson, alors qu’elle aurait pu choisir une voie plus droite-sociale, gaulliste, avec François Fillon.

Dans les deux cas… Oui, mais non…

Les marchés avaient anticipé. C’est vrai. Les marchés anticipent que tout va imploser, en premier l’Europe. Mais aussi les Etats-Unis et le Japon. Bref, on avance tout doucement, comme au ralenti, vers une vraie catastrophe, une implosion du système capitaliste tel qu’on le connait aujourd’hui. Mais personne dans le secteur financier, ne veut verbaliser la profondeur de la crise. Car lorsque cela sera dit, le film passera du mode ralenti au mode accéléré.

 

 

Les CDS de la dette française ont eux réagi en prenant 3%.

Si tout ne s’est pas effondré avec la dégradation de la dette française, si le gouvernement lui-même pense que cela ne change rien, c’est que ce n’est qu’un coin de plus enfoncé dans le système. En revanche, dire que cela ne change rien, c’est aller un peu vite. D’une part, les entreprises françaises vont le sentir passer. Principalement les grosses et les entreprises publiques, y compris la Caisse des dépôts, qui vont probablement voir leur note être dégradée dans la foulée. Cela signifie que le recours à l’emprunt pour elles, sera plus cher également. Même pour un imbécile ou un ministre, l’impact, même comme un effet de traine, sur la croissance à venir est une évidence.  Pas de croissance, pas de recettes. Pas de recettes, augmentation du déficit. Augmentation du déficit, augmentation de la dette. Toujours plus chère. Et le système de Ponzi continue, avec une fantastique création de faux argent. Avec à la clef, une colossale explosion.

A l’UMP, c’est, dit la radio, le flotteur droit qui a surnagé. La ligne Buisson qui l’a emporté.

Jean-François Copé dans la piscine de la villa de Ziad Takieddine.© Photo Mediapart

Bien entendu, les déclarations variées de Jean-François Copé vont dans ce sens. Il se dit décomplexé, fait volontiers dans la surenchère et surfe sur des idées qui sont généralement celles du Front National.

Mais présenter François Fillon comme l’aile sociale de l’UMP, c’est oublier un peu vite ce qu’il faisait dans la vie au cours de ces cinq dernières années. François Fillon, pour ceux qui ont la mémoire courte, était le premier ministre de Nicolas Sarkozy, le premier à avoir adopté l’idée d’une « droite décomplexée » portée initialement par la Droite Libre, un groupe de l’UMP mis en orbite par Arnaud Dassier.

C’est François Fillon qui, en tant que chef du gouvernement a mis en musique et en production les grandes idées de Nicolas Sarkozy, comme les tests ADN pour le regroupement familial, le fameux débat sur l’identité nationale, qui a créé un « Ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire« . On en passe.

Venir le présenter aujourd’hui comme une alternative non droitière est un peu osé.

Quiz : un avocat se cache dans cette image. Sauras-tu le retrouver ?

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Humeur : quand ça va flamber, ils ne pourront pas dire qu’ils n’y sont pour rien…http://reflets.info/?p=23037http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121119_204159_Humeur___quand___a_va_flamber__ils_ne_pourront_pas_dire_qu___ils_n___y_sont_pour_rien___Mon, 19 Nov 2012 19:41:59 +0000

Ce matin, métro Saint-Lazare : la foule du lundi matin, un flot incessant de personnes. Un grand type, très jeune, la vingtaine, avec encore de l’acné sur le visage. Il hèle quelqu’un. Son bras qui se lève. Un black, 25 ans, habillé cool, sans plus, avec un casque d’Ipod sur les oreilles, une carte Navigo à la main. Il sent que c’est dirigé vers lui. Il se retourne. Le grand type tout maigre de 20 ans lui dit : « oui, toi, là ». Le grand type porte un uniforme de la police nationale. Le black dans un soupir : « oh, non pas encore, je suis déjà en retard… ». Le grand flic de 20 ans : « allez, tu vas là-bas ». Moi, comme un con, je me demande si je ne ne vais pas demander à me faire contrôler, je suis à 50 cm du flic de 20 ans, tout pâle, avec ses boutons et son air fier de lui. Je suis en retard. J’aurais dû aller l’obliger à me contrôler. Lui demander pourquoi ce seul black dans la foule est pris à partie. J’ai pris mon métro. Comme un con. Je m’en veux. La prochaine fois je demande à être contrôlé. Et je demande pourquoi ce seul black est contrôlé au milieu de 200 personnes..

Le jour où ça va flamber, il ne faudra pas pleurer. Ni se demander pourquoi.

 

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
#Gaza : ici on tue avec précision et délicatessehttp://reflets.info/?p=23017http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121119_122736__Gaza___ici_on_tue_avec_precision_et_delicatesseMon, 19 Nov 2012 11:27:36 +0000Cette vidéo de l’armée israélienne, diffusée sur sa chaîne Youtube est un petit chef d’œuvre de propagande communication. Parce qu’Israël est le seul Etat démocratique de la région et dont l’armée est la plus éthique au monde, il fallait bien ça :

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Gaza bombardé, l’info outragéehttp://reflets.info/?p=23006http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121119_023415_Gaza_bombarde__l___info_outrageeMon, 19 Nov 2012 01:34:15 +0000La nouvelle opération militaire d’Israël sur Gaza se poursuit allègrement avec le concours d’une grande partie de la presse internationale qui reprend en cœur la novlangue guerrière sans précaution. Il est question d’une « offensive contre les groupes armés du Hamas », voire même de « représailles israéliennes » suite aux « tirs de roquettes palestiniennes sur Isräel ». Vendredi sur France 2, on parlait même de « missiles palestiniens »! Le déséquilibre des forces est pourtant criant, les armes palestiniennes sont de misérables pétards comparés aux missiles guidés au laser à partir d’avions de chasse F-16, sans parler des drones tueurs dont les images de frappes « chirurgicales » sont balancées en boucle pour prouver leur dextérité, alors qu’ils font tout autant de morts collatéraux dont on ne parle pas. Tout ça prépare les opinions à une invasion armée dans le territoire palestinien. Le petit nom de cette opération militaire est « Colonne de Fumée » (traduction à partir de l’hébreu), alors que les médias occidentaux lui préfèrent celle de… « Pilier de défense » (!).

Nous faisons suivre un texte de Claude Sarah Katz, une démographe proche de l’ONG International Solidarity Movement (ISM) qui vit depuis deux semaines sur place à Gaza et tente tant bien que mal de témoigner…

 

Désinformation

Gaza, 16 novembre 2012. — Non, le gamin qui adorait porter ce T-shirt [ci-dessus] n’est pas « un terroriste du Hamas ». Non, sa mort ne peut pas être imputée à des représailles « obligées » après l’action réussie de la Résistance contre une jeep militaire. Il est mort le jour précédent, un 8 novembre semblable aux jours ordinaires de Gaza. Israël n’était pas « en opération ». Juste, les tanks israéliens ont franchis la « frontière », comme ils en sont accoutumés, et attaqué les fermes les plus proches. Avec des tirs puissants, contre des fermiers sans moyens de défense, atterrés. A quelques centaines de mètres de là, quand le gamin s’est jeté à terre, ses copains qui jouaient avec lui devant sa maison ont cru qu’il plongeait sur la balle. Non, un éclat venait de le faucher.

Alors quand l’AFP commet la dépêche suivante : « Israël mène ce jeudi un deuxième jour d’offensive contre les groupes armés dans la bande de Gaza » , que les médias reprennent à leur compte (le Monde, Médiapart), elle commet une mauvaise action, contre l’information, contre la population de Gaza. Il faut dire, dire sans relâche, que c’est la population qui est visée. Que cette population est humiliée, bousculée, niée dans ses droits, assassinée, depuis tant d’années maintenant. Et qu’au jour d’aujourd’hui cette population est pilonnée, écrabouillée au sol par des moyens militaires aberrants.

Ce que nos médias appellent en se bouchant le nez « les groupes armés de la bande de Gaza », c’est le deuxième des deux seuls moyens de résistance que possède la population à Gaza. Le premier, c’est survivre (« survivre un jour encore, une heure, obstinément »). Et c’est de cela qu’elle est d’abord punie. Quand on a conquis l’essentiel d’un territoire, que faire de ces imbéciles (1 millions 800 000 quand même !) qui se serrent sur le petit bout qui leur reste. Les tuer jusqu’au dernier ? Cela rappelle quelque chose, n’est-ce pas ? Mais probablement difficile à mettre en oeuvre. Alors la terreur. Pour qu’au bout du compte, quand on ouvre la cage, des parents à bout de pleurs et des jeunes écœurés s’en aillent. Le « monde arabe » est grand vous savez. Et ça n’a pas de patrie ces gens là… Mais le plus borné des « observateurs » finis par se rendre compte que ces andouilles se croient palestiniens, et ce avec obstination…

Et le deuxième moyen, c’est la lutte armée. Pour qu’il en soit autrement, il faudrait qu’il y aient des relais significatifs de la cause palestinienne, qui permettent d’avoir une stratégie de conviction. Mais quand le monde est sourd, toujours des combattants se lèvent. Cela s’appelle la Résistance.

Claude Sarah Katz

Lire aussi le billet qu’elle a publié la veille sur le blog du Monde diplomatique

Billets en relation :

flattr this!

]]>
#Gaza : A qui la faute ? #OpIsraelhttp://reflets.info/?p=22945http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121116_095240__Gaza___A_qui_la_faute____OpIsraelFri, 16 Nov 2012 08:52:40 +0000Une fois encore, la bande de Gaza se retrouve au centre de l’actualité.

Si les violences du début de semaine n’avaient pas attiré les media, habitués à l’embrasement de cette minuscule frontière, la situation a changée depuis avant-hier soir.

L’assassinat par Israël  de Ahmed Jabari, chef de la branche armée du Hamas a sonné comme un gong. Les projecteurs médiatiques se sont à nouveaux braqués sur cette région. Et voilà les IDF (« Israel Defense Forces ») et les mouvements de résistance palestiniens prêt à en découdre dans un nouveau round de violence aveugle et destructrice.

Nous ne nous lancerons pas dans un article de fond cette fois ci. Car sur la situation en Palestine, tout le monde s’est déjà fait sa petite idée. Les médias sont depuis bien longtemps un terrain d’affrontement de prédilection des Israéliens et des Palestiniens. Et à ce jeu les rôles sont depuis bien longtemps répartis. Penchons-nous sur les déclarations de quelques seconds rôles de ce nouvel acte, seconds rôles qui possèdent en partie les clefs d’une éventuelles sortie du conflit : les dirigeants des pays occidentaux.

Déclaration de la maison blanche :

« Le président a exhorté le premier ministre Netanyahu à faire tous les efforts pour éviter les victimes civiles. Ils ont convenus que le Hamas doit stopper ses attaques sur Israël pour permettre de désamorcer la situation »

De son coté le secrétaire des affaires étrangères anglais William Hague a affirmé que le Hamas « porte la principale responsabilitée » de l’attaque israélienne sur Gaza.

Quelques déclarations des dirigeants israéliens maintenant. Netanyahu a affirmé :

« Le Hamas et les organisations terroristes ont choisi d’intensifier leurs attaques sur les citoyens israéliens ces derniers jours. »

Pour Ehud Barack :

« Israël ne veut pas de guerre mais les provocations du Hamas ces dernières semaines nous ont forcés à agir durement et avec détermination »

Mettons maintenant ces quelques déclarations à l’épreuve des faits.

Il nous faudra néanmoins prendre quelques précautions. En effet, nous sommes conscients que, en terre de Palestine, la désinformation bat son plein. Et Reflets n’est pas là pour en rajouter. Nous allons donc nous astreindre à n’utiliser que des sources israélienne ou de grands quotidiens internationaux pour éclairer ces évènements.

Suivez le guide …

28 Décembre 2011 : A l’occasion de l’anniversaire de l’opération « Cast Lead », le général Benny Gantz, chef des forces armées israélienne, affirme à la radio que la dernière grande opération militaire d’Israël dans la bande de Gaza en 2008 a été une « excellente » opération. Il affirme ensuite :

« Un second round n’est pas un choix pour Israël. Il doit être initié par Israël, et doit être rapide et douloureux »

9 mars 2012 : Israël interrompt une fragile trêve négociée par l’Egypte et assassine Zuhair al-Qaissi, chef des « Comités populaires de résistance », initiant ainsi un nouveau cycle de violence. Dans un éditorial de Haaretz, journal israélien, on peut lire :

« Mais était-il vraiment nécessaire, après une longue période de calme d’impliquer Israël dans une guerre qui paralyse la vie de millions de civils »

Le cycle de violence est clairement visible sur le graphique suivant, publié par le ministère des affaires étrangères israéliens :

Le prochain cycle de violence semble se dérouler en Juin. Nous devrions le trouver sans problèmes dans les journaux …

16 juin 2012 : Une roquette est tirée depuis le Sinaï Égyptien. Les autorités israéliennes affirment alors que cette roquette a été tirée sur ordre du Hamas, qui aurait lui-même reçu ses ordre des frères musulmans égyptiens. En réponse, les israéliens procèdent à plusieurs frappes sur la bande de Gaza, tuant 5 palestiniens dont une mère et son enfant. Le 18 juin, une nouvelle escarmouche a lieu entre des militants venant du Sinaï et les IDF. En réponse, l’armée israélienne procède à une frappe sur Gaza visant deux « soit disant snipers » circulant à mobylette. Ces évènements vont déclencher une nouvelle vague de violence et cette fois, le mouvement Hamas va être de la partie. Au pouvoir à Gaza, il va ainsi procéder au tir de plus de 100 roquettes, une première depuis presque un an. Puis le mouvement va accepter un cessez le feu négocié par l’Égypte, à condition que Israël cesse ses attaques.

8 octobre 2012 : Les forces de défenses israélienne procèdent à l’assassinat ciblé de deux militants d’un groupe affilié à al-Qaida qui circulaient à moto près de la ville de Rafah. Ces militants sont accusés d’êtres impliqués dans la fabrique d’armes ainsi que dans des attaques sur les civils et des militaires israéliens  »depuis des années« . Le missile qui les vise blesse au passage plusieurs passant incluant trois enfants, une femme et un vieil homme. Cette attaque provoque une réponse massive des groupes palestiniens, et cette fois-ci le Hamas et le Jihad Islamique sont au coeur de la réponse palestinienne.

19 Octobre 2012 : Noam Chomsky visite Gaza, invité à une conférence à l’université islamique. Vous pouvez lire ses impressions sur son voyage ici.

23 Octobre 2012 : Visite de l’émir du Qatar dans la bande de Gaza. Celui-ci promet une enveloppe de 250 millions de dollars pour des projets de reconstruction.  C’est la première fois qu’un chef de gouvernement de cette importance visite Gaza depuis la prise de contrôle de Hamas.

8 Novembre 2012 : Après 2 semaine de relative accalmie, l’armée israélienne fait une excursion près de la frontière. Dans l’échange de coups de feu qui s’en suit, un jeune garçon de 12 ans est tué.

10 novembre 2012 : Les militants palestiniens attaquent une jeep de l’armée israélienne blessant quatre soldats. La réplique israélienne fait deux victimes civiles supplémentaires.

11 Novembre 2012 : Les altercations entre israéliens et palestiniens font une victime civile palestinienne et plusieurs blessés civils israéliens et palestiniens.

12 Novembre 2012 : Les militants palestiniens affirment être prêts à une trêve si Israël cesse toutes ses opération militaires.

14 Novembre 2012 : Israël interrompt deux jours de calme en assassinant le chef de la branche armée de Hamas , Ahmed Jabari.

L’image qui se dégage de cette timeline va à l’encontre des déclarations des dirigeants israéliens. Mais s’il est difficile d’attendre d’une nation qui rentre en guerre, une posture neutre et équilibrée, que penser des déclarations des dirigeants occidentaux,  William Hague et Barack Obama en tête ?

L’enchaînement de ces évènements fait surgir d’autres question bien plus gênantes. Quelle pourrait être l’influence de l’élection récente de Barack Obama dans ce nouveau conflit qui se dessine ? Et quelle est l’influence des prochaine élection israéliennes sur cette nouvelle offensive contre le peuple palestinien ?

Je vous invite à aller lire l’article publié hier par Alain Gresh sur ce sujet.

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Le point crucial à relever de la conférence de presse de Moi-Présidenthttp://reflets.info/?p=22928http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121114_125913_Le_point_crucial_a_relever_de_la_conference_de_presse_de_Moi-PresidentWed, 14 Nov 2012 11:59:13 +0000

C’était chouette cette conférence de presse gaulienne dans les ors de l’Elysée avec tous les ministres et 400 journalistes invités à poser des questions à Moi-Président, non ? Ouais, vachement chouette. Il a endossé les habits présidentiels, Moi-Présient, ça y’est, et c’est les spécialistes-analystes-de-la-chose-politique qui le disent. Il n’est plus « normal », mais « responsable », il l’a répété. Super. On est bien contents.

Mais à un moment, un journaliste assez connu pour changer de veste en fonction des pouvoirs en place, a posé une question pas mal carrée et qui est en un certain sens LA question qui tue : « Dites-moi, M’ssieur l’président, là, vous parlez de ramener le déficit à 3%, de faire de la rigueur budgétaire, et on voit autour que plus il y a de la rigueur, plus l’économie s’écroule, avec même de la récession en Espagne, en Grèce, au Portugal, enfin bref, la France est programmée elle aussi pour y aller dans la récession. Et dans le même temps, il y a pas mal d’économistes, dont un prix « Nobel » (c’est pas vraiment un prix Nobel, parce qu’en économie ça n’existe pas, mais bon, NDLR) qui expliquent que ces politiques de rigueur vont nous couler, que ça marche pas, au contraire. Et que si la France tente d’arriver elle aussi à 3%, ça va vraiment être la catastrophe. Alors, pourquoi vous continuez quand même vot’rigueur alors qu’on sait que ça va nous planter ?

Et là, il y a une moment très important à retenir dans la réponse de Moi-Président. Parce qu’après un bla-bla-bla classique sur les finances saines, la croissance dans un pacte-paquet-bonux et que c’est pas bien d’avoir de la dette, le Président français a dit quelque chose de vraiment important.

Il a dit qu’il ne dirigeait pas le pays.

Et ça c’est quand même pas mal de l’avouer. Sans s’en rendre compte, hein, parce qu’il ne l’a pas fait exprès, mais sa réponse a été tout de même extraordinaire. En substance, Moi-Président a expliqué que les « marchés » allaient se déchaîner s’il ne faisait pas de la réduction de déficit. Premier point qui indique que les marchés lui dictent sa politique. Et puis un autre aveu extra, et central, crucial celui-là : « si je vais voir les 26 autres de l’union, avec une autre voie, en ne faisant pas comme tout le monde, qu’est ce qu’ils vont dire hein ? Quand même, je peux pas aller contre l’Union, en faisant des choses qu’elle veut pas… »

Et oui, notre président a avoué hier qu’il dirigeait que dalle. Que ses ordres il les prenait à Bruxelles et par les agences de notations.  C’est un bel aveu. Très franc. On peut au moins lui reconnaître ça. Merci à lui. On sait maintenant de façon claire et déterminée comment ça marche. Parce qu’à un moment on se demandait bien pourquoi…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Concertation(s), piège(s) à con(s)http://reflets.info/?p=22905http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121113_141900_Concertation_s___piege_s__a_con_s_Tue, 13 Nov 2012 13:19:00 +0000Ce matin 13 novembre, on apprend que Greenpeace vient de décliner l’invitation du ministère de l’Écologie de participer au « Grand débat sur l’énergie » qui devrait nous aider à avaler la pilule des gaz et pétroles de schiste (ça fait aussi la Une ce matin) et de nous convaincre que, finalement, « rester dans le nucléaire » a ses avantages.

Qu’est-ce qu’ils ont encore, ces obscurantistes qui rêvent de retourner à la bougie? Ce qui fait tiquer l’ONG, par la bouche de son numéro un Jean-François Julliard (ex-sec’gen’ de Reporters sans frontières), c’est la composition du « comité de pilotage » de ce « grand débat »:

  • Anne Lauvergeon, ex-patronne d’Areva, numéro un mondial de l’atome en boite;
  • Bruno Rebelle, qui n’a pas les mêmes valeurs de l’actuel directeur général de Greenpeace, puisqu’il en fut lui-même le big boss il y a quelques années;
  • Laurence Tubiana, directrice de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri);
  • Jean Jouzel, climatologue;
  • Pascal Colombani, ancien administrateur général (2000-2002) du CEA, haut lieu français de vénération de l’atome civil et militaire (même s’ils s’est rebaptisé récemment Commissariat à l’énergie atomique « et aux énergies alternatives », pour qu’il garde le même sigle le jour où sera supprimé toute référence au nucléaire…).

« Il y avait déjà le projet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et ce qui s’y passe en ce moment, les incertitudes sur la fermeure de la centrale de Fessenheim, la déception de la conférence environnementale, le flou qui entoure l’organisation de ce débat et maintenant un comité de pilotage déséquilibré avec deux personnes ouvertement pro-nucléaires », a détaillé le directeur de Greenpeace.

Certes, 2 membres sur 5 ouvertement pro-nucléaire (ou au parcours qui le laissent à penser), c’est déjà too much. Mais les dépêches ne s’attardent pas — et c’est bien dommage — sur l’Iddri, un organisme pourtant créé en 2001, qui est en fait une Fondation, comme l’écosystème ultralibéral sait en produire des tonnes, « reconnue d’utilité publique » depuis 2009. Le bref CV des membres du Comité de pilotage cité plus haut est incomplet: Jean Jouze, le climatilogue de service, est aussi membre du collège de l’Iddri. Cet organisme compte donc 2 représentants sur les 5 que comptent le comité de pilotage.

Or, qui trouve-t-on parmi les 15 administrateurs, issus de son « Collège des fondateurs »?  Des haut cadres de chez GDF-Suez, Veolia Environnement, Lafarge  et… EDF! Ouais! Le plus gros producteur d’électricité nucléaire au monde, les deux plus gros profiteurs de l’écologie de marché, et des industriels bouffeurs d’énergie (Lafarge), en sachant que le dernier fondateur de l’Iddri est Saint-Gobain). Ne manque plus qu’Areva, curieusement absent du casting. Il y a aussi, parmi les parrains de l’Iddri, un truc appelé EpE: « Les Entreprises pour l’environnement ». Un lobby énorme, qui ne compte toujours pas Areva (quelle pudeur!), mais rassemble la quasi totalité des poids lourds industriels tricolores, CAC 40 et compagnie.

Pour accompagner la mission pacificatrice de ce think-tank (lié notamment à Sciences-Po Paris), son conseil d’administration compte des membres d’institutions publiques comme l’Agence de la maitrise de l’énergie (Ademe), l’Agence française de développement (AFD), et trois organismes de recherche, plutôt pro-OGM (Cirad, CNRS, INRA). Je vous laisse aller mater ses publications pour voir si, sur l’énergie (qui ne fait pas partie de ses 5 priorités, déjà), ils ont une vision quelque peu plus « indépendante » que son état-major ne le laisse penser. C’est vrai: halte aux procès d’intention, on peut être industriel et concerné par l’écologie, la vraie!

A l’école du numérique, les enfants sont des numéros

Cet avant-propos introduit idéalement le véritable propos de ce billet. Cet été, le ministère de l’Education lançait une vaste « Concertation » sur la « Refondation de l’école de la République ». Pour encadrer ce « grand débat », Peillon a lui aussi créé un Comité de pilotage de quatre membres. Ces 4 experts — une philosophe, une sociologue, un ancien inspecteur de l’EN et un parlementaire — n’ont pas déclenché le moindre scandale. Ce sont plutôt leurs adjoints — et surtout l’un d’entre-eux — qui ont attiré la suspicion. Ont en effet été nommés par le ministre quatre sous-experts pour diriger les débats dans chacune des 4 grandes thématiques.

Durant la concertation (5 juillet-1er octobre), il y eu une vingtaine de sous-groupes de travail, une centaine d’heures de réunions et des centaines de « contributions écrites » parues sur le site internet… Les « ateliers », réunis à Paris jusqu’au 1er octobre, n’étaient pas ouverts à la presse — « pour ne pas intimider les participants », dit-on au cabinet du ministre. On a pu s’y glisser courant septembre. Pour découvrir que cette opération avait tout de l’enfumage caractérisé.

Tout part d’une initiative du Collectif national de résistance à Base-élèves (CNRBE), un collectif de parents et d’enseignants qui se bat depuis quatre ans pour que cesse le fichage de masse de 14 millions d’élèves à travers fichiers, répertoires et bases de donnes qui confondent gestion et tri sélectif. Les fausses promesses de la Concertation sur l’école, le CNRBE en a fait l’amère expérience.

Ils se sont souvenu qu’en mars 2009, le parti de Martine Aubry publiait « La France en liberté surveillée ». Ce texte plutôt radical, en pleine période sarkozyste, dressait, sous forme d’abécédaire, la liste noire des mesures liberticides à proscrire (à consulter en PDF ici). A à la lettre « B » figurait « Base élèves / BNIE », le fichier des écoles et sa « base des identifiants », devenu RNIE en février 2012 (répertoire élargie, bon pour classifier élèves, lycées, apprentis et étudiants!). Bref, le CNRBE espérait lui aussi que le changement, ce soit pour maintenant. Le collectif prend contact avec le cabinet de Peillon au mois de juin, et décroche une « audience » avec deux conseillers le 13 juillet. On leur conseille alors de se joindre à la fameuse concertation pour exposer leurs revendications.

Quelques semaines après, ils sont « invités » à se joindre à l’une des quatre thématiques, « Un système éducatif juste et efficace », et de son groupe de travail « Une grande ambition pour le numérique ». Soit, se disent-ils, pourquoi pas. Alors ils se renseignent. Et voilà qu’ils tombent sur la personnalité choisie pour encadrer les débats de la thématique. Il s’agit d’un certain François Momboisse, présenté comme le président de la FEVAD. Féquoi?? La Fédération pour l’école et la valorisation de la démocratie ? Mmm. Raté: c’est tout simplement le lobby des « entreprises de vente à distance ».

François Monboisse est en effet un fin connaisseur de l’école (de commerce) : ce polytechnicien détenteur d’un MBA de management a passé « les dix-huit premières années de sa carrière chez des fabricants de produits de grande consommation », dixit son CV officiel publié par le ministère, dont 11 ans pour le lessivier Procter & Gamble, et finira sa brillante carrière de grand pédagogue scolaire au groupe Pinault-Printemps-Redoute, en gérant des filiales de la Fnac comme… Eveil & Jeux ! Le ministère, en revanche, ne dit pas qu’il est aussi membre du comité exécutif du MEDEF et, depuis juin 2012, président d’un autre lobby européen, E-Commerce Europe.

En 2011, Monboisse fait partie des 18 brillants élèves à rejoindre la classe du Conseil national du numérique (CNN), un machin créé par Sarko pour fédérer les forces vives des marchands de rêve informatique — tous des dirigeants d’entreprises. En mars 2012, ce CNN a pondu un rapport sur « Le choix du numérique à l’école » [PDF]. Dans lequel il est question:

  • de créer dans chaque académie, des agences locales, financées sur les « budgets aujourd’hui dédiés à l’informatique et aux ressources pédagogiques », qui « entretiendront une relation de type client / fournisseur » avec les établissements scolaires ;
  • de créer un « organe indépendant » de type « Haut Conseil », au service d’un « écosystème public/privé cohérent », chargé d’une « mission permanente d’animation, de réflexion et de conseil sur l’école numérique », dont les membres seraient « issues du milieu enseignant » et « du monde des entreprises du numérique ».
  • le tout afin d’« amorcer une dynamique vertueuse entre les enseignants utilisateurs et les entreprises et éditeurs ».
  • Cela va sans dire, ce rapport ne portait « ni sur les usages pédagogiques du numérique, ni sur la formation initiale des enseignants », mais sur « le cadre à fournir » pour inciter les profs « à faire le choix du numérique et aux entreprises de mettre à profit leur savoir-faire et leur potentiel d’innovation. »

En mars 2012, alors que la loi sur la protection de l’identité, qui prévoit la future carte biométrique d’identité, notre expert en école numérique déclarait, à propos de la puce « services » devant servir de sésame électronique:

«Avec cette puce en option sur la carte d’identité biométrique, les commerçants et les consommateurs auront un moyen d’identification fiable. C’est une bonne chose. On pourrait même imaginer un système européen, voire universel».

Entre-temps, le Conseil Constitutionnel a censuré en partie cette loi, pour supprimer le recours au vaste fichier central et la 2eme puce « services ». Dommage pour notre lobbyiste en chef.

BREF… Invités à débattre du « numérique à l’école » lors d’un dernier atelier, le 19 septembre, des délégués du CNRBE sont venus y lire un texte et ont tourné les talons, ne voulant pas cautionner un échange d’épiciers. En effet, du fichage et du marquage à vie des enfants, il n’en fut point question — ou presque.

Dans le rapport final de ce beau travail d’enfumage [PDF], rendu public le 1er octobre, on peut y lire de précieux conseils sur « Le numérique, une priorité pour la réussite ». On ne peut s’empêcher tout de même d’y voir une logorrhée de poncifs euphorisants inspirés par les mêmes lobbies représentés par M. Monboisse. Le tout recouvert d’une couche de vernis « participatif » pour rendre le tout acceptable. Sur 52 pages, il y en a 1 et demi. Évidemment, on ne parle que du numérique qui « libère » (et libéralise, au sens économique), pas de celui qui asservit, catalogue, tri, classifie les élèves pour qu’ils se façonnent au mieux aux exigences du marché du travail. Cf pages 49-50:

  •  «Tous les domaines de l’éducation sont concernés », et parmi eux: « équipement des salles de classe, des élèves et des enseignants, formation des enseignants, pilotage du système [BINGO: c'est le mot novlangue du fichage!], compréhension de la culture numérique (…) »; mais aussi, « modèle économique de la ressource pédagogique » (ah oui?) et, le summum, « politique industrielle du numérique »: cherchez l’erreur;
  • Propositions: « Mettre en place un plan « numérique au primaire » renforçant les équipements, les usages, l’innovation et la formation des enseignants pour la réussite de tous les élèves ». Voilà qui répond directement à la demande des lobbies, mais je vois le mal partout;
  • « Encourager l’autonomie et la créativité des enseignants dans la production des ressources et mettre à disposition […] des ressources pédagogiques ainsi que des plates-formes collaboratives de travail »: ce dernier point était décrit dans le rapport du CNN décrit plus haut.

Après les « débats publics », les « rencontres citoyennes » et autres instances de diversion, la Concertation (et ses « comités de pilotage ») a de beaux jours devant elle. Rompez.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Ouvre tes oreilles et tes yeux connard de lecteur !http://reflets.info/?p=22875http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121113_004011_Ouvre_tes_oreilles_et_tes_yeux_connard_de_lecteur__Mon, 12 Nov 2012 23:40:11 +0000On ne pouvait boucler cette petite saga sur la presse sans parler des lecteurs, des auditeurs et des téléspectateurs… Ben oui… Voyez-vous, dans la presse, les messieurs Excel sont persuadés que si l’on donne de la merde à lire (pour la presse écrite) aux lecteurs, ils liront de la merde et ne demanderont pas autre chose.

Du coup, on aboutit assez facilement et sans remords aux journaux gratuits qui sont en fait des compilation de dépêches d’agences raccourcies au maximum, à des Le Post (défunt) ou à des Le Lab sur Internet. Et oui, connard de lecteur, tu aimes la merde, et même tu en redemandes. Qui n’en veut du Morandini, du Ruquier, du Fogiel, du Public, du Ici Paris, du Closer et autres Paris-Match ? Allez, bouffe de l’infotainment, c’est du bon ! Et surtout, ne fais pas de régime, on en a à revendre, des tonnes, du bien gras, ou du bien vide, comme on veut.

Ben oui, mon pauvre connard de lecteur… On te comprend en même temps. Crevé par des boulots chiants à mourir, épuisé moralement par des petits chefs qui pourrissent ta vie quotidiennement parce que c’est leur seule façon de se prouver qu’ils existent, rincé par des heures de transport, bref, tu cours comme un hamster dans une roue. Et en plus, on voudrait que tu lises Le Monde Diplomatique, le Canard Enchaîné, la revue Esprit, et puis un peu de presse étrangère pour te faire un idée de ce qui se passe au delà des frontières de ton pays ? Sans rire…

Non, tu n’as ni le temps ni l’énergie. Donc tu te vides l’esprit avec de l’infotainment bien creux. On n’est pas couché, mais on n’est pas très éveillé quand même, hein.

En 2006, Kitetoa.com lançait un sous-site permettant de surveiller la monumentale connerie de 2007 qui se préparait. A base de liens vers des articles de presse sur l’élection à venir. Histoire de garder une trace. On avait appelé ça « La Connerie de 2007″. C’est devenu Aporismes.com. Sur le côté droit de la Connerie de 2007, on avait mis un lien pour que les connards de lecteurs aillent acheter une BD. A l’époque, les Anonymous n’étaient pas ce qu’ils étaient et n’avaient pas encore vu le film tiré de cette BD. Ils ne savaient pas encore que V pour Vendetta existait.

Nous voulions donner un peu de publicité à cette BD parce qu’elle éveille les esprits. Ce n’est sans doute pas pour rien que des milliers de personnes se trimballent dans la rue avec un masque de Guy Fawkes sur la tronche.

Aujourd’hui, ami lecteur…

Digression : il faut bien flatter un peu ses lecteurs, sinon on les perd. C’est ce que m’a dit le gars du Marketing de Reflets, qui ne voulait d’ailleurs pas que l’on publie cet article. Il parait que je risque ma place.

… aujourd’hui, ami lecteur, disais-je, et surtout, amis journalistes qui nous lisez, nous voudrions soumettre à votre sagacité une autre bande dessinée qui traine dans ma bibliothèque de vieux depuis quelques années. Il s’agit de Transmetropolitan, écrit par Warren Ellis.

C’est l’histoire tordue d’un journaliste complètement déjanté, drogué à ne plus savoir quoi se mettre dans le nez, les veines et le reste, mais pour la cause.

Il a tendance à s’énerver un peu vite et quand il ne met pas une mandale dans la tronche des passants, c’est un coup d’agitateur d’intestins qu’il envoie vomir et chier son monde.

Spider Jerusalem, c’est son nom, tente de changer le cours de l’histoire (de l’élection américaine). Et il se plante un peu. Ce qui le met en rage contre ses connards de lecteurs (toujours les mêmes, hein)… Il leur a fourni la vérité et ces cons, qu’en ont-il fait ? Rien.

Spider Jerusalem est peut-être déjanté, mais il a tendance à aller au bout de sa démarche. Et nos amis journalistes qui servent de la merde, sur commande ou pas, à leurs lecteurs seraient bien inspirés de lire et relire cette bande dessinée. Il y a de fortes chances pour qu’ils puissent en retirer quelque chose. Peut-être se mettront-ils à faire du journalisme comme Spider Jerusalem, le couteau entre les dents, avec la rage. Celle de faire autre chose que de la merde, sous prétexte que c’est ce que veulent les connards de lecteurs. Dixit ces messieurs Excel.


Billets en relation :

flattr this!

]]>
Coucou la Libye, tu reprendras bien une louche d’Amesys ?http://reflets.info/?p=22886http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121112_234640_Coucou_la_Libye__tu_reprendras_bien_une_louche_d___Amesys__Mon, 12 Nov 2012 22:46:40 +0000Souvenez-vous amis lecteurs… Reflets vous a parlé, re-parlé, et re-re-parlé d’Amesys/Bull, la joyeuse bande d’exportateurs des Droits de l’Homme à la française avec la participation spéciale de Nicolas Sarkozy et de ses amis proches. Un petit business qui marche bien. Si bien, d’ailleurs, que les salaires des responsables des #Dix qui développent le bousin feraient pâlir ceux de patrons de boites nettement plus grosses. Et croyez-nous, tout va bien pour Amesys/Bull, qui continue encore aujourd’hui son petit business avec le complexe militaro-industriel français et européen. Mais aussi, bien entendu, avec les pays riants comme le Maroc, le Quatar, etc. La liste est très, très, très longue.

Si vous avez suivi Reflets sur ces sujets, vous savez que Amesys/Bull a vendu à Kadhafi un système d’écoute globale de la population, permettant d’arrêter et de torturer les opposants. Vous savez aussi que l’interface libyenne d’Amesys/Bull était Abdallah Senoussi, un terroriste condamné en France par contumace. Un détail qui n’ennuyait ni Philippe Vannier, actuel patron de Bull et architecte de ce deal, ni Ziad Takieddine, ni la clique de ministres et conseillers de Nicolas Sarkozy (lui compris) qui ont trempé dans l’AmesysGate.

Vous savez aussi que depuis des mois, Reflets a publiquement annoncé qu’il tenait ses archives à disposition de la Justice. Nos articles montrent qu’il est possible de poursuivre cette société en adoptant bon nombre d’angles juridiques. Deux procédures ont été ouvertes contre Amesys. A aucun moment la Justice ne s’est manifestée. Nous savions qu’il y avait peu à attendre de ce côté là tant Amesys/Bull représente une boite de Pandore.

Nous avions bien remarqué (on est moins quiches qu’on en a l’air) pendant la campagne électorale que ni Fleur Pellerin (@fleurpellerin), ni François Hollande (@fhollande) ne voulaient aborder le sujet. L’élection de François Hollande avec son changement de c’est maintenant tout de suite semble n’avoir eu aucun effet. Il reste muet, comme ses ministres, comme la justice. Il ne s’est rien passé, circulez, il n’y a rien à voir.

Dommage, parce que voyez-vous, il y a une équipe au pouvoir qui, à juste titre d’ailleurs la plupart du temps, rappelle aux Français que si l’on est dans la merde jusqu’au cou sur le plan économique, c’est qu’ils ont élu le pire président de la cinquième république en 2007 (et ça, c’est vrai). Bien fait pour eux.

Bref, François Hollande et ses amis sont prompts à reprocher les décisions de l’ancienne équipe. Mais pourquoi diable jamais sur ce sujet ? En dépit des tonnes d’informations déversées sur la place publique par Reflets, Owni, le WSJ, et tant d’autres, sans oublier les ONGs ?

On n’en saura rien puisqu’ils ne répondent pas à ces questions que, de toutes façons, la presse ne leur pose pas.

Mieux que garder le silence ? Si, si, on peut

@Steve12L, un lecteur attentif de Reflets, nous signalait ce soir une fort intéressante dépêche. Figurez-vous que l’AFP nous apprend la chose suivante : notre ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius a proposé l’aide de la France à… La Libye… pour… « relever le défi de sécurité« , c’est-à-dire, équiper la police et l’Etat libyen.

Pas mal.

Nous serons (…) à vos côtés pour relever le défi de la sécurité, a déclaré M. Fabius, premier responsable étranger à s’exprimer devant le CGN, élu le 7 juillet.

Je souhaite que notre coopération en matière de sécurité et de défense soit renforcée, pour vous aider à bâtir larmée et la police dont la Libye a besoin. Si vous en exprimez le souhait, la France demandera à l’Union européenne qu’une aide vous soit apportée dans ce domaine primordial, a-t-il déclaré.

[...]

Selon M. Fabius, la France est également prête à aider la Libye, pays de destination et de transit pour des centaines de milliers de migrants essentiellement africains, à surveiller ses frontières.

[...]

Le développement économique et la reconstruction impliquent que vous puissiez efficacement contrôler vos frontières terrestres et maritimes

Allez, on récapitule pour les malcomprenants…

  • Phase 1 : on réhabilite Mouammar Kadhafi sur la scène internationale. Merci Nicolas Sarkozy.
  • Phase 2 : on vent à Kadhafi un système d’écoute global avec l’aval du gouvernement français pour aider à arrêter et torturer les membres du peuple libyen qui s’opposeraient un peu trop au génial Mouammar Kadhafi. Merci Nicolas Sarkozy.
  • Phase 3 : on bombarde Mouammar Kadhafi pour effacer les traces sauver le peuple libyen qui s’oppose courageusement au tyran sanguinaire Mouammar Kadhafi. Merci Nicolas Sarkozy.
  • Phase 4 : surtout, on ne parle plus jamais des deals militaires ni d’Amesys pour ne pas insulter l’avenir. Merci Nicolas Sarkozy, merci François Hollande, merci Fleur Pellerin.
  • Phase 5 : l’avenir est là. Il frappe à la porte du redresseur productif. Génial… On a été malins, on ne l’a pas insulté. Du coup, on propose d’équiper la police locale pour surveiller les frontière, notamment. Justement ce par quoi avait commencé l’affaire Amesys en Libye. La boucle est bouclée.

Demain, le FN sera au pouvoir : merci François…

La gestion de l’AmesysGate en est une simple et triste illustration : gauche ou droite, peu importe, le business continue comme si de rien était et les valeurs humanistes… on tire la chasse et hop, tout est parti, ni vu, ni connu. En outre, à force de pratiquer une politique de centre droit, et parfois de droite type UMP, le Parti Socialiste qui portait des espoirs de changement va finir de s’aliéner ses derniers électeurs. Le calcul est vite fait…

Avec un bon pourcentage de sympathisants de gauche dépités devenus abstentionnistes, avec une France généralement majoritairement à droite qui s’entredéchire entre les conneries de Jean-François Copé, celles de François Fillon (il faut suivre leurs comptes Twitter ces jours-ci, on atteint des sommets), le retour probable de Nicolas Sarkozy en 2017, l’éparpillement des votes au centre (mou, dur, de gauche, du centre et de droite), on peut assez aisément imaginer qui tirera les marrons du feu.

 

Mais franchement… Ils s’en foutent. Parce qu’après eux, les politiques de tous bords, le déluge… et que vous êtes amis votants, le dernier de leurs soucis.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Google : « Don’t worry, we’re from the Internets »http://reflets.info/?p=22883http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121112_200739_Google_______Don___t_worry__we___re_from_the_Internets____Mon, 12 Nov 2012 19:07:39 +0000A la toute fin des années 90, alors que Google venait de souffler sa première bougie, qu’Altavista et Yahoo concentraient à eux deux une bonne partie des recherches mondiales, la bulle Internet explosait après une demi décennie d’euphorie. L’explosion de cette bulle Internet, par delà l’aspect « vaporware killer » salvateur, allait sérieusement trancher avec les insolentes performances du jeune Google.

Google commence à acquérir ses lettres de noblesse en 1999 aux yeux de la presse internationale et donc des internautes.Tout le monde commence et ne cessera d’encenser le moteur de recherche pour sa sobriété, sa simplicité, et surtout, pour ses performances, tant en terme de chargement de la page d’accueil du moteur et le traitement des requêtes qu’en terme de pertinence des réponses à ces requêtes. Déjà à l’époque, il apparaissait évident que Google avait trouvé les « bons » algorithmes pour satisfaire la soif d’information de nombreux internautes. Son modèle économique, c’est en 2000 que Google va le trouver alors même que sa popularité et donc le nombre de requêtes qu’il traite est en pleine explosion. C’est cette année là que Google franchira le cap des 100 millions de requêtes quotidiennes. Avec un tel flux d’utilisateurs, l’entreprise se rend vite compte qu’elle est assise sur une montagne d’or, il lui faut juste trouver le moyen de monétiser sa nouvelle position.

Fait incroyable à cette époque où les startups coulaient unes à unes après avoir atteint des capitalisations boursières totalement aberrantes pour ce qu’elles proposaient (beaucoup de vent), Google a su gérer sa croissance exponentielle. Google surtout a su monétiser la valeur qu’il avait créé : son flux d’utilisateurs. Sa potion magique s’appelait la publicité et était rendue de fait particulièrement rentable par sa masse d’utilisateurs. Les 100 millions de requêtes quotidiennes qu’il affichait à l’époque étaient autant de contacts publicitaires en puissance.

Au mois d’octobre 2000, Google matérialise cette stratégie par un partenariat avec Yahoo portant sur de la publicité contextuelle en fonction des mots clés. La messe sera définitivement dite avec le rachat de DoubleClick par Google en avril 2007 pour plus de 3 milliards de dollars, coiffant Microsoft au poteau. Parallèlement à la mise en place de ce modèle économique, Google se fait petit à petit le fer de lance du service gratuit en ligne. En 2002, alors qu’il est déjà leader incontestable en terme de nombre de pages indexées, Google entame une stratégie de diversification. Et là encore, tout semble réglé comme sur du papier à musique. Ça débute par l’apparition des Google Labs qui permettent à l’entreprise de mener grandeur nature des tests sur des produits en cours de développement. La majorité ne sont alors qu’à l’état embryonnaire mais l’incroyable potentiel de la société est alors déjà perceptible.

C’est en 2004 que Gmail fait son apparition. Avec ce service gratuit de messagerie électronique, Google réussit un coup de maître : venir attaquer frontalement Microsoft et son Hotmail sur le « marché » des services gratuits de messageries électroniques. Et sur ce coup Google frappe particulièrement fort en offrant une interface limpide, simple, et un espace de stockage record pour l’époque de 1 Go qui passera à 2 Go un an plus tard. La centaine de mégas proposée par Microsoft et son service Hotmail font déjà bien pâle figure. Lentement mais très surement, Gmail deviendra le premier services mondial de messagerie électronique. Une messagerie qui deviendra le socle d’authentification à l’univers en création de Google.

L’avantage d’acheminer et de maîtriser des flux colossaux d’information, c’est que l’on a pas loin à chercher pour savoir ce que les internautes recherchent, et donc ce que l’on peut leur vendre ou leur offrir. La position exceptionnelle de Google dans cette perspective font que Google est un « observateur » privilégié qui va pouvoir obtenir des tendances fiables pour orienter sa stratégie de diversification. Les internautes veulent voir des vidéos en ligne ? Google rachète Youtube en 2006 pour 1,6 milliard de dollars. Les internautes veulent faire des rencontres ? Google lance son réseau social Orkut qui restera relativement confidentiel face à un problème grandissant pour Google… Facebook. Les utilisateurs veulent accéder à Internet en mobilité, Google sera un pionier des services en ligne que certains reprocheront à l’entreprise d’avoir « webifié » : groupes de discutions, messagerie électronique, chat (…). L’univers de Google doit être accessible depuis un navigateur performant, robuste et fiable : Google développe alors Chrome, aujourd’hui en train de s’installer à la première place des navigateurs web les plus utilisés dans le monde.

Tout ce que Google touche ne se transforme pourtant pas en or. L’entreprise au aussi connu quelques échecs. Cependant chez Google, un succès, ça se traduit par une première place. Et ce n’est pas tant la faculté à occuper très rapidement la première place d’un marché qui caractérise Google, c’est l’élégance avec lequel il y est jusque là parvenu. Google dont le slogan est « don’t be evil », parviendra t-il toujours à faire l’unanimité ? Tout semble encore pour le moment très rose pour Google. L’entreprise qui s’est fait une spécialité des services gratuits au grand public, services qui sont devenus du jour au lendemain de véritables rituels pour des centaines de millions de personnes dans le monde. Le modèle de la gratuité que Google n’a pas inventé mais qu’il a poussé à son paroxysme, c’est le modèle que beaucoup d’internautes trouvent « normal » aujourd’hui. C’est gratuit, c’est Google, c’est normal, il ne faut pas s’inquiéter, c’est Internet.

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes du côté de chez Google, tout va peut être d’ailleurs un peu trop bien…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Le jour où Google gagna la première bataille du Nethttp://reflets.info/?p=22876http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121112_195401_Le_jour_ou_Google_gagna_la_premiere_bataille_du_NetMon, 12 Nov 2012 18:54:01 +0000Les plus jeunes ne le savent probablement pas, mais la venue de Microsoft sur le « terrain commercial Internet » a été douloureuse. Lente, souvent maladroite, l’approche d’Internet proposée à ses clients en terme d’expérience utilisateur a été l’un des challenges les plus difficiles que Microsoft ait du relever.

En 1998, date de la création de Google par Larry Page et Sergey Brin, Microsoft se consacre corps et âme à son coeur de métier, le développement et la commercialisation du système d’exploitation Windows 98 et de ses solutions entreprise (NT4). Internet n’était alors pas encore dans tous les foyers, aussi, les utilisateurs arrivaient encore tant bien que mal à faire la différence entre leur sphère privée (leur ordinateur, leur navigateur, leur client email, leurs applications de bureautique….) et la sphère publique d’Internet, le offline, gratuit et le online, affreusement consommateur d’unités téléphoniques. Internet n’avait rien d’illimité à l’époque. C’est aussi avec Windows 98 que la majorité des internautes de l’époque surfaient sur un web encore tout jeune. Il fallut d’ailleurs attendre la seconde édition de Windows 98 pour que le système d’exploitation dispose par défaut du nécessaire pour se connecter à peu près convenablement à Internet une fois fraîchement installé.

Le premier coup de Google, ce qui allait ensuite devenir une règle, ce fut d’être là où ne Microsoft n’était pas. Microsoft n’avait pas jeté son dévolu commercial sur Internet  misant sur une stratégie bien rodée consistant à installer son produit sur tous les ordinateurs qui sortaient d’usine. Le modèle économique est simple et repose sur la vente de licences d’utilisation de ses produits. Ce n’est pas le modèle que choisira Google et ce choix aura très vite une incidence qui influera de manière significative sur le quotidien de millions d’utilisateurs.

Une entreprise américaine contrôle le développement des systèmes d’exploitation pour ordinateurs personnels. Une autre entreprise américaine contrôle une grande partie des flux d’information sur Internet. Toutes deux partagent un point commun, leur situation quasi monopolistique dans leurs domaines de prédilection respectifs. Si l’on devait parler de guerre de l’information et d’intelligence économique, nous pourrions considérer que les États-Unis partent avec un sérieux avantage.

La situation quasi hégémonique des deux entreprises n’est pourtant que la partie visible de l’iceberg. L’histoire d’Internet et l’apport indéniable des américains au réseau laissent aux USA un récent mais colossal héritage : les infrastructures (notamment en matière de connectivité), un tissu économique dense sur le secteurs des technologies de l’information et de la communication, une culture de l’ouverture de la bidouille favorable à l’émergence de tout et son contraire. Non contents d’occuper nos terminaux et nos tuyaux, les USA ont aussi et surtout une très forte industrie des contenus.

La bataille la plus importante que Google a gagné contre Microsoft, fut de remplacer dans l’inconscient collectif l’assimilation « Internet=Logo d’Internet Explorer » par « Internet=logo de Google ». La page d’accueil, la porte d’entrée du Web, c’est Google.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Apple brevète le Kill Switch dans votre pochehttp://reflets.info/?p=22849http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121108_213752_Apple_brevete_le_Kill_Switch_dans_votre_pocheThu, 08 Nov 2012 20:37:52 +0000Le Dailymail nous en a appris une bien bonne aujourd’hui. Apple aurait déposé un brevet visant à donner les moyens à la firme de couper certaines fonctionnalités ou même éteindre complètement votre téléphone, le tout à distance et évidemment sans votre accord. Le brevet en question est le brevet américain n ° 8.254.902. Si Apple met en avant cette trouvaille dans le cadre de la prévention aux atteintes au droit d’auteur ou pour garantir la confidentialité dans certaines zones sensibles, ce précédent est une étape inacceptable.

En SIGINT, le brouillage est une arme de guerre, le genre de saloperies qu’Amesys vendait sans trembler des genoux à Kadhafi pour rendre furtif son 4×4. Chers utilisateurs d’iPhone, soyez conscients que vous avez dans votre poche un téléphone piloté par une entreprise qui s’arme contre vos libertés. Il faut bien être conscient qu’une telle fonctionnalité, dans les mains d’une entreprise privée, c’est la porte ouverte à toutes les dérives.

Comprenez qu’Apple sera en mesure de faire ce que le gouvernement britannique rêvait de faire pendant les manifestations londoniennes de cette année : priver de communication toute personne souhaitant exercer son droit de manifestation… quoi de plus beau pour étouffer tout mouvement ? Bachar en a rêvé et c’est Apple qui l’a fait. Avec un tel dispositif sur les smartphones, on imagine aisément que plus aucune image ne sortirait de Syrie, que plus aucun mouvement spontané ne pourrait voir le jour, Apple se propose de les tuer dans l’oeuf… avec un putain de brevet, un brevet qui cette fois, va trop loin. Le brevet sur le double clic déposé par Microsoft était déjà une aberration en soi, mais avec celui là le bureau américain des dépôts de brevet vient de franchir un cap énorme dans la connerie.

Techniquement, il s’agirait d’un signal envoyé sur le réseau GSM qui serait en mesure de mettre en indisponibilité des fonctionnalités du téléphone, et même de l’éteindre complètement sans même que vous vous en aperceviez. Apple sur simple demande officielle de forces de police offre donc la possibilité de priver ses clients de libertés fondamentales. Imaginez une manifestation sans tweete, sans photo, sans vidéos… autres que celles que la presse accréditée aura bien voulu vous servir. Voilà à quoi Apple, entreprise américaine qui bombarde les droits de l’homme et la liberté d’expression dans le Moyen_Orient brevette rien que pour nous et nos « démocraties ».

Chers utilisateurs d’iPhone, la saloperie que vous avez dans votre poche n’est pas un téléphone comme les autres, c’est un killswitch.

Maintenant, vous savez.

Mais ce que vous ne savez probablement pas, c’est que cette technologie est déjà en place dans nos belles démocraties

Greetz Wizasys

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Emploi en Europe : ça part en vrillehttp://reflets.info/?p=22844http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121108_181640_Emploi_en_Europe_____a_part_en_vrilleThu, 08 Nov 2012 17:16:40 +0000Je n’y avais pas pensé avant d’en discuter avec un ami qui est certain que les « Lémuriens » vivent sous nos pieds et vont bientôt prendre le pouvoir (véritablement, car ils nous contrôlent déjà) sur terre, mais il semble que je sois un peu comme la Linda Hamilton (Sarah Connor) dans le premier Terminator. Vers la fin du film, elle a un affreux bandana sur le front, le regard un peu genre « je sais des choses qui foutent la trouille » et elle lance un énigmatique « a storm is coming ». Moi, ce serait plutôt « a shitstorm is coming« . Je répète ça en boucle depuis quelques années. Un peu comme si je savais que des Terminator Lémuriens allaient ravager la planète d’ici peu.

C’est un peu plus compliqué que ça, parce que je pense que les « Lemurs Terminators unleashed » sont déjà à l’oeuvre. Ce que je redoute, c’est le résultat de leurs conneries.

Zerohedge qui a le don de publier de temps en temps des graphiques extrêmement parlants, vient de proposer celui-ci. Je le republie sans commentaires parce que mon petit doigt me dit que tout le monde entrevoit ce qu’il implique.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Vente d’armes électroniques : la fête est terminéehttp://reflets.info/?p=22833http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121107_094853_Vente_d___armes_electroniques___la_fete_est_termineeWed, 07 Nov 2012 08:48:53 +0000

Les ennemis d’Internet – RSF

Depuis son apparition en ligne il y a presque deux ans, Reflets n’a eu de cesse d’identifier et de dénoncer les agissements de certains acteurs du monde des télécoms pour leur participation active à de graves atteintes aux droits de l’homme.

Avec très peu de moyens, Reflets a significativement contribué à l’identification d’acteurs, de marchés, et de clients aux intentions douteuses concernant l’usage de technologies américaines, allemandes ou françaises.

L’équipe de Reflets est relativement éclairée techniquement, nous avons tous très tôt pris conscience des effets que ces dispositifs pouvaient avoir sur l’ensemble d’une population.

C’est probablement l’un des facteurs qui nous a uni dans notre volonté de combattre l’utilisation de technologies duales à des fins de surveillance ou de censure massive. Les soulèvements, les révolutions dans le monde arabo-musulman ont été un vecteur permettant de vulgariser la compréhension des usages de ces technologies par des régimes autoritaires sur leur population.

Une autre conséquence, triste confirmation de tous nos soupçons, ces soulèvements  nous ont permis de mettre au grand jour deux exemples emblématiques du business de la cyber surveillance de masse : les folles aventures d’Amesys en Libye, et #Spanou BlueCoat en Syrie.

Nous n’avons pas ménagé nos efforts. Hier, ces efforts ont enfin payé, ils se sont matérialisés par l’adoption par le Parlement Européen d’amendements destinés à encadrer  plus strictement l’exportation d’armes électroniques. Ces amendements au règlement (CE) n° 428/2009 (Format PDF) sont le fruit des travaux de la parlementaire néerlandaise Marietje Schaake.

Comme Numerama le mentionne, « un règlement en droit européen est obligatoire et d’application immédiate« . Pour les commerciaux d’Utimaco, Area Spa, Qosmos, Alcatel-Lucent, Sagem, Bull,  Amesys et en guest star, Orange(…) ça veut dire en clair que la fête est terminée.

Nous invitons les lecteurs qui ont porté de l’intérêt à ces sujets à se joindre à nous pour remercier chaleureusement Marietje Schaake et les parlementaires européens qui ont soutenu ces amendements.

Le combat ne doit cependant pas s’arrêter là, ce combat, c’est celui de la préservation d’Internet en tant que bien commun, un bien commun qui rapproche les peuples et qui ne dresse pas de barrières entre eux. Sur le plan national, il est également urgent de réglementer l’utilisation de certains outils, notamment ceux opérant de l’inspection en profondeur de paquets sur des réseaux de communications publics (GSM/3G/Internet filaire). De dangereux signaux sont déjà perceptibles.

Une loi générale sur la neutralité des réseaux serait en mesure de prévenir des conséquences d’usages de ces technologies qui sont autant de dérives et de manquement à la mission d’accès neutre à un bien commun, universel et stratégique, dont chaque fournisseur d’accès à Internet digne de ce nom devrait se sentir investi.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Et le Zipiz d’or du mois est attribué à…http://reflets.info/?p=22825http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121105_132944_Et_le_Zipiz_d___or_du_mois_est_attribue_a___Mon, 05 Nov 2012 12:29:44 +0000Je trouve toujours rigolo, on ne se refait pas, d’aller voir de temps en temps à quoi ressemble le serveur sur lequel est hébergé la dernière tentative de phishing reçue dans ma boite aux lettres. Aujourd’hui, on m’annonce qu’EDF va couper si je ne paye pas sur le champ, via CB et un formulaire hébergé dans le serveur d’un forum http://arifkuyumcu.com situé, à priori, en Turquie.

Ni une ni deux, je me dis qu »il y a un fort potentiel de Lulz, je file sur le lien en question et commence à remonter l’URL jusqu’à la racine. Surprise ? Le site a été piraté… Mais pas par n’importe qui. Par « le roi des spameurs ». Là, je me dis que l’on a affaire à un gagnant. Il va sans doute remporter le fameux prix Zipiz.

D’autant que, figurez-vous, la home piratée bouge toute seule dans mon navigateur. Je m’attends à quelque chose de grand et mes espoirs ne seront pas déçus.

Je regarde le code de la page et là, c’est fort. Très fort. Je vous paste ça :

<html xmlns:v="urn:schemas-microsoft-com:vml"
xmlns:o="urn:schemas-microsoft-com:office:office"
xmlns:w="urn:schemas-microsoft-com:office:word"
xmlns:m="http://schemas.microsoft.com/office/2004/12/omml"
xmlns="http://www.w3.org/TR/REC-html40">

<head>
<meta http-equiv=Content-Type content="text/html; charset=windows-1252">
<meta name=ProgId content=Word.Document>
<meta name=Generator content="Microsoft Word 14">
<meta name=Originator content="Microsoft Word 14">
<link rel=Edit-Time-Data href="file:///C:/Users/soufeine/Desktop/team_files/editdata.mso">
<title>Hacked By Dr.spam</title>
<!--[if gte mso 9]><xml>
 <o:DocumentProperties>
  <o:Author>Dr.spam hacker</o:Author>
  <o:Template>Normal</o:Template>
  <o:LastAuthor>Dr.spam hacker</o:LastAuthor>
  <o:Revision>9</o:Revision>
  <o:TotalTime>4</o:TotalTime>
  <o:Created>2012-04-22T16:09:00Z</o:Created>
  <o:LastSaved>2012-05-20T19:07:00Z</o:LastSaved>
  <o:Pages>3</o:Pages>
  <o:Words>148</o:Words>
  <o:Characters>845</o:Characters>
  <o:Lines>7</o:Lines>
  <o:Paragraphs>1</o:Paragraphs>
  <o:CharactersWithSpaces>992</o:CharactersWithSpaces>
  <o:Version>14.00</o:Version>
 </o:DocumentProperties>
 <o:OfficeDocumentSettings>
  <o:AllowPNG/>
 </o:OfficeDocumentSettings>
</xml><![endif]-->
<link rel=themeData href="file:///C:/Users/soufeine/Desktop/team_files/themedata.thmx">
<link rel=colorSchemeMapping href="file:///C:/Users/soufeine/Desktop/team_files/colorschememapping.xml">
<!--[if gte mso 9]><xml>
 <w:WordDocument>

Soufeine… Sans déconner…

Mais attendez, ce n’est pas fini et cela vaut sans doute à notre pirate la mention spéciale qui accompagne le prix Zipiz sur ce coup là…

Tant que l’on est dans le code de la page, allons voir comment il la fait défiler toute seule.

<script language="JavaScript1.2">

/*****************************************
* Visit our site at http://www.star28.com/ for more code
* This notice must stay intact for use
***********************************************/            
//change 1 to another integer to alter the scroll speed. Greater is faster               
var speed=1               
var currentpos=0,alt=1,curpos1=0,curpos2=-1               
function initialize(){               
startit()               
}               
function scrollwindow(){               
if (document.all)               
temp=document.body.scrollTop               
else               
temp=window.pageYOffset               
if (alt==0)

Rhôôôô…

Notre vainqueur du mois a donc cru sur parole les auteurs du script qu’il est allé piquer. Il fallait laisser la mention de leur site à eux pour que cela marche.

Trop fort. Jean-Kevin, sors de ce corps !

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Transhumanisme, NBIC : un monde sans humains ?http://reflets.info/?p=22796http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121103_093712_Transhumanisme__NBIC___un_monde_sans_humains__Sat, 03 Nov 2012 08:37:12 +0000Nous sommes entrés dans un nouveau monde sans vraiment nous en rendre compte et ce nouveau monde est régi par de nouvelles règles, de nouveaux modes de fonctionnements imprimés par l’hégémonie du numérique et ses machines. NBIC : la convergence entre l’informatique, les nano-technologies, la biologie et les sciences cognitives : si une réflexion, une dénonciation de l’utilisation du réseau à des fins de surveillance, de contrôle sont indispensables, ne pas regarder de très près ce qu’il se passe au niveau des techno-sciences qui envahissent notre quotidien est une erreur.

Philippe Borrel  vient de sortir ce documentaire qui nous invite à mieux découvrir ce monde émergent qui risque de recouvrir l’ancien, avec tous les dangers que cela comporte. Les experts se sont tout approprié, c’est une réalité. Dans le même temps de nombreuses choses ont changé, et ceux qui ont connu l’ancien monde, celui d’avant la grande connexion, voient ce qui s’est modifié : déconnexion physique et émotionnelle, changement du rapport au temps, addiction au calcul, prothèses bioniques, interfaces extrêmes (connectées au système nerveux), cyborgs, augmentation des capacités humaines par les technologies, le corps comme dernier bastion du consumérisme, déplacement de la matière par la pensée, nano technologies omniprésentes, bascule d’une hégémonie du matériel vers l’immatériel, et pour finir : le post-humain.

Toutes ces transformations radicales du monde, de l’homme, sont réelles, se mettent en place. Mais les pauvres n’y auront pas accès, comme la plupart des handicapés, qui devraient en être pourtant les premiers bénéficiaires. Le documentaire qui suit est incontournable pour mieux comprendre les enjeux sociaux, économiques de la convergence des NBIC de cette deuxième décennie du XXIème siècle. Celle qui pourrait nous mener à un monde…sans humains.

(Un monde sans humains ? Film de Philippe Borrel. D’après une idée originale de Noël Mamère. Produit par Fabienne Servan-Schreiber et Estelle Mauriac. Musique originale de Piers Faccini. Le 23 octobre 2012 à 20h50 sur Arte. Durée : 96 mn)

 


Billets en relation :

flattr this!

]]>
Merci M. Excel d’avoir si bien précarisé le métier de journaliste…http://reflets.info/?p=22794http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121102_170131_Merci_M._Excel_d___avoir_si_bien_precarise_le_metier_de_journaliste___Fri, 02 Nov 2012 16:01:31 +0000Fort heureusement, la presse est une sorte de contre-pouvoir et quand les gouvernements ou des dirigeants peu scrupuleux ont tendance à jouer avec le droit du travail, elle est là, sur son cheval blanc, prête à défendre la veuve et l’orphelin.Les exemples sont nombreux. Ici, chez Libération, là chez Le Point ou encore ici sur le site du Monde.

Mais de là regarder ce qu’elle même fait en termes de « rationalisation des effectifs », de précarisation, de recours aux stagiaires, aux petites mains esclaves, aux salaires balancés avec un lance-pierre par des pinces de première bourre, il n’y a plus personne.

Les plus vieux doivent se dire « comment en est-on arrivé là » et les plus jeunes, « est-ce que ça a toujours été comme ça ?« .

La situation actuelle est terrible. Les rédactions ont été réduites au delà du raisonnable. Chaque journaliste est tenu d’être « pluri-media ». Il doit savoir enregistrer et monter un son, des images, écrire un article pour le support papier et un autre pour le site Web, moins long, mais différent. Les journalistes doivent désormais cumuler plusieurs métiers qui étaient auparavant bien distincts. On leur demande désormais de faire la mise en forme eux-même (les secrétaires de rédaction sont une espèce en voie de disparition) dans des maquettes préfabriquées. On leur demande désormais de corriger eux-mêmes leurs fautes de français ou d’orthographe et du coup, adieu les correcteurs qui permettaient aux journaux d’avoir un niveau de français parfait, d’homogénéiser les articles. Un correcteur chaque jour au Monde.fr pour relire tout ce qui s’y publie… Pour les plus vieux d’entre nous, c’est aberrant. Pour les messieurs Excel qui dirigent désormais les entreprises de presse, c’est sans doute déjà trop.

Comment peut-on espérer produire des articles à valeur ajoutée lorsque l’immédiateté est privilégiée par dessus tout, qu’il y a de moins en moins de journalistes spécialisés (il faut savoir tout faire), que les services de documentation ont quasiment disparu des journaux.. On en passe.

Avec la fin des patrons de presse et le rachat de tous les titres par des patrons d’industrie, sont arrivés à la tête des journaux des messieurs Excel. Ils ont pris le pouvoir. Tout le pouvoir. Voyez-vous, une entreprise de presse est particulière. Elle a deux têtes. Un patron qui tient les cordons de la bourse, supervise tout le bousin (abonnements, pub, paye, etc.) et un autre qui dirige les journalistes. Ce dernier, le directeur de la rédaction, avait, par le passé, un fort pouvoir au sein de l’entreprise et sa voix était écoutée par l’actionnaire. C’est de moins en moins le cas. Les messieurs Excel ont pris le pas. Ils rabotent partout, tout ce qu’ils peuvent. Et surtout, ils mettent dans des cases ce qui ne peut pas l’être. Souvent, ils sont aidés pour cette tâche par les directeurs des rédactions, ce qui n’aurait pas été le cas il y a vingt ans.

Prenons un exemple vécu. Il y a des années, détaché de la rédaction pendant deux ans, je travaillais en binôme avec le patron qui tenait les cordons de la bourse. Un jour, il m’annonce fièrement avoir compté le nombre de feuillets (un feuillet = 1500 signes) écrits par chaque journaliste de la rédaction durant les quinze jours écoulés. Il pensait avoir une vision claire de la « productivité » de chaque journaliste. Je lui ai rétorqué qu’il était sans doute préférable qu’un journaliste n’écrive rien pendant 15 jours et sorte un scoop sur deux feuillets plutôt que de le voir pondre 30.000 signes de brèves copiées/collées de l’AFP chaque jour. Plus ouvert que les patrons d’aujourd’hui, il a très bien compris ce que je lui expliquais.

Aujourd’hui, les messieurs Excel privilégient l’usage intensif de pigistes qui sont dans une situation particulièrement précaire. Ils sont remplaçables, leur armée étant infinie, ils sont sous-payés et ne coûtent pas cher à l’entreprise, contrairement à un journaliste embauché.

Le pigiste, qui doit être un VRP de ses propres sujets (c’est très lassant) est généralement mal considéré par ses collègues en place dans la rédaction. En outre, il doit se plier à tous les désirs de la rédaction et fournir ce qu’on lui demande. Sans quoi, pas de sujet vendu, pas de sous.

Si monsieur le baron veut bien se donner la peine…

Si les journalistes se sont grandement précarisés, à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur des rédactions, il y a une petite partie d’entre eux, qui ne se précarisent pas et qui ne se précariseront pas : les barons. Où que l’on porte son regard, il finit toujours par tomber sur des 99 et… des 1%…

Le 0,1% du 1%  a été au centre de plusieurs articles ces derniers temps. Ils sont les « commentateurs » multi-casquettes, les « éditocrates« , présents sur toutes es antennes de télévision, dans toutes les radios, dans tous les salons, y compris les cercles très fermés où ils côtoient les grands patrons d’industrie, les grands banquiers, avec un mélange des genres assez pervers.

D’autant que ce qu’ils ne semblent pas percevoir, c’est que ce 1% là, qu’ils fréquentent, les considère comme des chiens de paille.

Ces barons du journalisme savent tout sur tout. Ils ont un avis sur chaque chose et peuvent le donner à la moindre demande d’un confrère en mal d’illustration d’un sujet.

Ils peuvent faire un éditorial sur Nietzsche le lundi, sur les effets du quantitative easing de la Fed le mardi, sur la fonte des glaces le mercredi, sur le Boson de Higgs le jeudi, sur les petits secrets politiques du président socialiste ET sur ceux du patron de l’UMP le vendredi, sur le « bug » de Facebook le samedi et… Le dimanche ? Non, le dimanche ils ne se reposent pas, comme ce flemmard de Dieu. Eux, ils vous pondent un ou deux feuillets sur le salafisme dans l’Islam, la chrétienté menacée et le judaïsme pris en otage au milieu.

Ces barons ne sont pas précarisés, merci pour eux. Les messieurs Excel les ont « oubliés » dans leurs coupes. En revanche, ils refusent de dévoiler leurs salaires. Eh, Oh, on a encore le droit à un peu de vie privée dans ce pays, non ?

Ce qui est étrange, c’est que ces barons sont là depuis votre naissance. Dans leur grande majorité.

Vous les avez toujours connus. Depuis tout petits, vous voyez leurs têtes, entendez leur voix doucereuses ou accusatrices. Ils font partie du paysage et n’en disparaîtront que le jour de leur mort.

Le souci de cette baronnie, c’est qu’elle dirige les grands media. Mais pas en toute transparence, ni en toute indépendance.

Dans son édition du 29 juin 2011, le Canard Enchaîné révélait que le gratin de la presse française bronzait aux frais de Ben Ali lorsque celui-ci dirigeait la Tunisie. Et de citer Michel Schifres (Figaro), Etienne Mougeotte (Le Figaro), Jean-Claude Dassier (LCI), Nicolas de Tavernost (M6), Christian de Villeneuve (Paris-Match, JDD), Dominique de Montvalon (Le Parisien), Alain Weil (RMC BFM TV), François Laborde (France 2).

Dans le temps, les journaux américains refusaient d’envoyer un journaliste sur un événement si le déplacement était payé par l’organisateur. La démarche étant strictement inverse de celle de la plupart des rédactions françaises…

Ce genre d’état d’esprit ne peut mener qu’à de dramatiques compromissions nuisant à la sincérité de l’information transmise aux lecteurs/auditeurs/téléspectateurs.

Mais ce n’est pas demain la veille que les 99% des rédactions ou que les 100% des lecteurs feront la révolution. Les barons sont tranquilles.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Ami lecteur, tu reprendras bien un gros bol d’AFP et de Reuters ?http://reflets.info/?p=22784http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121031_155609_Ami_lecteur__tu_reprendras_bien_un_gros_bol_d___AFP_et_de_Reuters__Wed, 31 Oct 2012 14:56:09 +0000Allez, trêve de critiques stériles, peu constructives, aidons la presse à s’en sortir. Le Reflets Think Tank (RTT), une spin-off de ./Rebuild.sh, la société qui édite Reflets.info, propose ses services aux sites des journaux traditionnels. Nous pouvons encore sauver Lemonde.fr et peut-être Liberation.fr. Ecrire à rtt@reflets.info pour une prise de contact.

Plus sérieusement, il n’est pas inutile de s’interroger sur les raisons du désamour à l’encontre de la presse de la part des générations actuelles.

Le nombre de lecteurs de la presse écrite est en chute libre depuis des lustres. Les dirigeants des entreprises de presse ont testé à peu près toutes les solutions qui leur venaient à l’esprit. Autant d’échecs patents. La baisse du prix, la hausse du prix, la réduction de la pagination, la hausse du prix de l’espace publicitaire, la réduction du format, l e changement de couleur du papier, …

Jamais la presse ne se remet en question sur la qualité de ce qu’elle produit. Comme si les lecteurs se détournaient parce que « les articles sont trop longs« , parce que le prix du quotidien n’est pas assez, ou est trop élevé, parce que le cadeau fourni avec l’abonnement n’est pas assez wiiiizzzz, on en passe. Non, non, le lecteur ne se détourne pas parce qu’il met en cause la qualité des articles proposés. Ça, c’est impossible.

Et pourtant…

Qui n’a jamais lu un article sur un sujet qu’il maîtrise très bien et n’y a pas repéré des incongruités, des approximations, des erreurs patentes, des compromissions évidentes ? De là à généraliser sur le mode « s’ils se trompent sur un sujet que je connais, ils doivent écrire n’importe quoi sur tous les sujets« , il n’y a qu’un pas. Que les lecteurs franchissent allègement.

Qui n’a jamais remarqué que sur les sites des journaux, les articles sont tous les mêmes, parce que simplement, les journalistes sont transformés en machines à couper et reformuler (un peu) des dépêches AFP, Reuters ou Bloomberg ? Et encore, quand c’est modifié par un humain parce que la plupart du temps, les dépêches sont propulsées par le système d’information, sans modification.

Un exemple ?

Aujourd’hui, la hausse du chômage dans l’Union européenne est annoncée par Eurostat. Vous le savez, une partie de la presse veut taxer Google pour la citation de ses articles à forte valeur ajoutée dans Google News. Regardons donc ce que la presse a produit pour ce sujet qui fait à l’instant même où l’on écrit ces lignes, la « Une » de Google News.

Chez nos amis du Nouvel Obs, dirigé par une grande connaisseuse du monde de la presse (on y reviendra), une très belle dépêche AFP, citée comme telle :

Et bien entendu, autour de cet article à très forte valeur ajoutée, une pub pour la Sodexo, une autre pour les téléarlarmes, une autre pour les week-end romantiques, une autre pour Generali, une autre pour une voiture Polo et un pavé pour des campagnes Adwords de Google…

Maintenant, Francetvinfo, un site de France Télévision. Toujours un article rédigé à base d’AFP (c’est signalé en bas de l’article) avec… zéro valeur ajoutée. Cette fois, pas de publicité pour illustrer les contours de cet article illuminant le lecteur par son analyse pertinente.

Passons au troisième site évoqué en « Une » de Google News sur le sujet du chômage en Europe : La Tribune. Devenue « pure player » en raison de difficultés économiques importantes. Que nous apporte-t-elle de plus ?

Un article qui ne mentionne pas l’usage de l’AFP. Pourtant, on y retrouve des phrases issues de la dépêche :

Autour de l’article, toujours à forte valeur ajoutée AFPiène, pas moins de neuf espaces de publicité.

Avec toute cette bonne volonté des journaux (je n’ai pas dit des journalistes), le lecteur n’a que l’embarras du choix. Les analyses sont poussées à l’extrême, les prises de positions variées, on apprend beaucoup à la lecture de ces articles proposés par la crème de la presse française, et il est important de lire tous les articles sur le sujet, car ils diffèrent (au niveau des virgules et des retours chariot).

Les critiques des lecteurs vis-à-vis de la presse sont parfois pas toujours) justifiées. Et ce n’est pas en écrivant des articles plus courts, en augmentant le prix de vente des journaux, que l’on sauvera la presse écrite dans ce pays. Il faudrait peut-être avoir le courage de l’autocritique, laisser les gens de presse faire des journaux et renvoyer les financiers faire de la finance dans les entreprises classiques (oui, une entreprise de presse n’est pas une entreprise comme les autres). Le chemin est long et probablement trop ardu pour ceux qui sont à la tête des groupes de presse. Ils vont donc probablement les mener à la faillite en klaxonnant.

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
N’est pas révolutionnaire qui veut, dans le petit monde du journalismehttp://reflets.info/?p=22609http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121031_134725_N___est_pas_revolutionnaire_qui_veut__dans_le_petit_monde_du_journalismeWed, 31 Oct 2012 12:47:25 +0000Ces dernières années, le nombre de « pure players » a drastiquement augmenté. Rue89, Mediapart, Owni, …, ils sont nombreux dans le petit monde du journalisme à choisir la publication uniquement sur le Net, cet outil formidable de diffusion d’informations. Et tous d’expliquer qu’ils allaient faire un journalisme d’un genre nouveau. Pratiquement révolutionnaire. Ça tombe bien, il y a un désamour croissant des générations actuelles pour la presse. Oui, sauf que, n’est pas révolutionnaire qui veut. Peut-être parce que pour faire les journaux « pure players », on a recréé des rédactions très classique, avec des journalistes tout à fait traditionnels, suivant des règles très anciennes ?

Depuis la nuit des temps, les journalistes mettent leur travail, leur « mission », sur un piédestal. Leur rôle est très important. Il consiste à informer le public. Sans eux, le peuple dans son ensemble serait sans doute inculte. Et pour pouvoir être irréprochable dans cette mission d’intérêt public, les journalistes ont adopté en 1938 une « charte » qui fixe les règles d’exercice du métier. Une charte qui mérite d’être un peu revue. En outre, une sorte de jurisprudence du journalisme s’est mise en place. Et s’est figée.

Par exemple, il est convenu que l’on doit donner la parole à ceux qui sont évoqués dans un article. Ils ont le droit de se défendre si besoin. Non ?

Par exemple, le journaliste doit être « objectif ».

Par exemple, le journaliste se présente sous son nom et énonce sa qualité de journaliste s’il est à la recherche d’informations.

Bref, le journaliste est honnête, respectueux, transparent. Tout cela parce qu’en face, il a affaire à des gentlemen. Qui bien entendu, répondront à ses questions avec la plus grande honnêteté, la plus grande transparence et dans le souci d’une information complète et juste du public.

L’arrivée du Net aurait pu changer les choses. Le journalisme 2.0 aurait pu voir le jour. Et pourtant…

S’ils se vantent d’inventer un nouveau genre de journalisme, les sites des pure players ont failli. Bien entendu, ils ont réussi partiellement. Avec moins de contraintes que les journaux traditionnels, avec moins de dinosaures et de pachydermes dans les structures de direction, avec moins de financiers fanatiques des fichiers Excel, dans la liste des actionnaires, les pure players ont ouvert des portes. Ont signé quelques enquêtes jamais vues ailleurs, ou rarement (si l’on excepte le Canard Enchaîné). C’est paradoxalement la cas de Mediapart dont la rédaction est pourtant composée de nombreux journalistes venant de la presse papier 1.0.

Mais pour ce qui est des règles qui régissent leur façon de travailler, rien n’a vraiment changé. On donne toujours la parole à ceux que l’on évoque dans les articles. Et puisqu’il s’agit de la parole « officielle », on ne la remet pas clairement de doute, on ne la critique que très partiellement. Franchement, à quoi sert d’obtenir une citation des patrons d’Amesys ou des autorités françaises sur l’AmesysGate pour l’insérer dans un article sur ce sujet ? A rien.

Ils ont un « agenda », des choses à défendre, à enterrer, qui sont tellement éloignés de la réalité et de ce qui s’est passé, que cela n’a aucun intérêt.

No info-hacking allowed

Depuis 1938, on ne fait pas de social engineering, sous aucune forme, pour obtenir des informations. Tout ça, c’est mal, pas honnête.

Ce qu’oublient les journalistes 1.5, c’est qu’en face, il y a une armée de communiquants, disposant de budgets faramineux, dont l’unique but est de construire une image positive de leurs employeurs. Qu’il s’agisse des politiques, des entreprises, tout est fait pour fabriquer une image policée, acceptable et même « appétante ». Chez nos amis communiquants (c’est de bonne guerre), personne n’hésitera un instant à mentir, travestir la réalité, manipuler les journalistes, tenter de les acheter, soutirer des informations à grand coups de social engineering. Le monde a beaucoup évolué depuis 1938. Les journalistes, peu.

Bien entendu, le monde de la presse n’est pas resté figé. On est moins « objectifs » (neutres)  que par le passé, on utilise parfois des méthodes peu avouables pour obtenir des informations, mais dans le fond, la presse dans sa grande majorité continue de participer à la fabrication d’un monde idéal (pour les communiquants) ayant pour combustible le storytelling.

Ce qui est étrange c’est que depuis des années, le nombre de lecteurs baisse, qu’en dépit de toutes les solutions stupides testées par les dirigeants de sociétés de presse, la tendance ne s’inverse pas. Il suffit de lire un peu ce qui se raconte à propos des journalistes sur Internet pour prendre la mesure du désamour croissant des générations actuelles vis-à-vis de la presse. Peut-être qu’ouvert à un monde moins teinté par le storytelling (via Internet ?), le public aspire à une presse moins complaisante vis-à-vis de la communication ?

Il est peut-être temps de se lancer… de s’auto-déterminer ? Essayer de ne plus être aussi « objectif », d’user de méthodes plus radicales pour faire émerger une information moins standardisée ?

Mais pour cela, il faudrait que la presse n’appartienne pas à de grands patrons d’industrie et redevienne la propriété de patrons de presse…

L’arrivée de pure players offre un espoir dans ce sens. Sauf bien entendu, quand leurs propriétaires décident de revendre à des grands groupes, comme ce fut le cas, par exemple de Rue89.

Mais l’on retombe sur une équation que seul le Canard Enchaîné a su résoudre : comment gagner de l’argent pour garantir son indépendance sans reposer sur des investisseurs extérieurs, et sans avoir besoin de la publicité pour vivre ?

 

 

Full disclosure : Kitetoa a toujours travaillé dans la presse.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Le Point : robots, veuillez cacher ces articles que je ne saurais voir…http://reflets.info/?p=22769http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121030_195839_Le_Point___robots__veuillez_cacher_ces_articles_que_je_ne_saurais_voir___Tue, 30 Oct 2012 18:58:39 +0000Ah… Le Point, un vrai journal qui sait redresser les torts lorsqu’il le faut. Par exemple, sa dernière couverture est parlante : il y a en France des « enfants gâtés » qui bénéficient de salaires mirifiques, de revenus indus, qui échappent à l’impôt. Salauds… Heureusement, Le Point, et son directeur de la rédaction, Frantz-Olivier Giesbert sont là pour pointer du doigt tous ces « enfants gâtés » qui ont tant de choses à se reprocher. Dans la foulée du Nouvel Observateur qui a un fichier robots.txt très personnel et de Challenges dont le fichier robots.txt dépasse l’entendement, Reflets est allé voir celui du valeureux Point. Vous allez voir, ça vaut aussi son pesant de cacahouètes.

Si le début du fichier semble classique, la suite est plus discutable.

A leur arrivée sur le site du Point, tous les moteurs de recherche reçoivent pour instruction de ne pas archiver des fichiers de type zip ou xls (pourquoi pas .doc, .xlsx, mystère…) et se voient interdire l’entrée dans certains répertoires comme « /user/classeur/. Jusque là, tout le monde comprend à peu près.

En revanche, lorsque Le Point demande aux robots des moteurs de recherche et autres indexeurs fous de ne pas référencer un article parlant de « faussaires » et de « naïfs », on a comme une envie d’aller regarder de quoi il s’agit.

Tout simplement d’un article qui évoque des personnes ayant, si l’on en croit l’auteur de l’article, profité de la crédulité de certains pour leur vendre des croutes au prix de tableaux de maîtres.

Étonnamment, Le Point ne veut pas que ce papier ressorte dans les requêtes sur des mots clefs qu’il contient. Et il explique d’ailleurs aux moteurs de recherche qu’un droit de réponse publié à propos de cet article, ne doit pas être indexé non plus.

Ce qui est très intéressant, c’est que la presse qui vient sur le Net s’accommode assez bien de certaines possibilités offertes par le Web.

Si vous lisez l’article sur les faussaires et les naïfs, vous notez qu’il n’est nulle part fait mention de ce droit de réponse. Et quand vous lisez le droit de réponse, vous notez qu’il n’est nulle part fait mention du nom de l’auteur de ce droit de réponse.

L’article n’est pas signé (sur le Web), l’était-il sur la version papier ?

Mon petit doigt me dit que l’article en version papier devait être signé (on va y revenir), mais je peux me tromper. Et tout cas, cette histoire a visiblement été un peu plus loin qu’un simple droit de réponse puisque Le Point a été condamné (Tribunal de grande instance de Paris, 17ème chambre civile, 24 janvier 2007)…

Plus drôle encore (oui, c’est possible), en inscrivant ces URLs à ne pas indexer, dans le robots.txt de son site, Le Point provoque une indexation de cet article :

Et comme il y a une série d’URLs à ne pas indexer, il n’est pas inutile d’aller regarder les autres. Par exemple celle-ci. Où l’on apprend que Le Point ne veut pas que l’on sache qu’il a été condamné pour la publication de cet article. Mais surtout, on apprend dans cette « Publication judiciaire » (ordonnée donc par décision de justice) que l’article papier… était signé de Vincent Merlot. Un nom qui disparaît dans la version en ligne. Pour ce qui est des autres URLs interdites, la raison est moins évidente et il appartient au Point de l’expliquer si bon lui semble.

 

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Radio Reflets Bêta-0.1http://reflets.info/?p=22725http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121030_125024_Radio_Reflets_Beta-0.1Tue, 30 Oct 2012 11:50:24 +0000Reflets écrit beaucoup. Quasiment 1200 articles depuis sa naissance.

Il nous est venu l’envie de faire parler le journal.

Avec l’aide de la Cantine et de Tryphon, c’est devenu réalité. Reflets parle !

Nous avons bêta-testé Radio Reflets le 24 octobre.

A partir du mois de janvier, nous serons en direct et en public à la Cantine tous les mois avec un invité. Écoutez-nous, participez en venant dans le public, podcastez-nous, partagez !

 

 

Radio Reflets Bêta-0.1

24 octobre 2012.

Invité : Laurent Bonelli, sociologue, co-rédacteur en chef de la revue Cultures et conflits, professeur de science politique à Nanterre, auteur et co-auteur de nombreux ouvrages traitant de la surveillance.

Animateurs : Drapher, Fabrice Epelboin, Kitetoa.

Technique : Epimae, Mael.

Télécharger le fichier audio (mp3)

Écouter :


Billets en relation :

flattr this!

]]>
La photo au fémininhttp://reflets.info/?p=22641http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121028_123751_La_photo_au_femininSun, 28 Oct 2012 11:37:51 +0000La photographie est une technique de reproduction de la réalité inventée par des hommes et expérimentée par ces derniers. Portraitistes, reporters, photographes sociaux, sportifs, très rapidement cette expression lumineuse a envahi les différentes strates sociales. Petit à petit, l’art photographique se met au service de la femme et de ses courbes corporelles mises en valeur de différentes façons par la gente masculine. On retient particulièrement les clichés des stars telles que Brigitte Bardot, Marlène Dietrich et bien d’autres encore. Bien qu’elles semblent prédestinées à s’exposer devant l’objectif, nombreuses sont celles qui ont osé l’impensable : glisser leur regard derrière un appareil photo.

Si il est difficile de déterminer quelle est la première voleuse de lumière, on peut avec certitude citer quelques unes de ces femmes qui ont marqué, chacune à leur manière la photographie par leur regard subtil et leur sensibilité toute particulière.

Diane Arbus, New York et ses bizarreries

C’est par son mari, que cette jeune new yorkaise des années 20 apprend la photographie à 14 ans. D’abord styliste, elle n’osera explorer cet art que dans les années 60. Fascinée par l’étrangeté de cette société américaine pudiquement débridée, Diane capture ses concitoyens au travers de portraits intimistes et souvent dérangeants. Elle noue avec ses modèles une proximité extrême qui lui permet alors de prendre des images saisissantes d’authenticité. Proximité si intense qu’elle n’hésite pas à coucher avec ses modèles attrapant moult maladies sexuelles qui ont failli l’emporter à trépas plusieurs fois. Handicap, transexualité, homosexualité, nanisme, et autres bizarreries de la nature humaine nourrissent la production de cette femme sensible et dépressive. Elle dresse ainsi un tableau saisissant et troublant de sa société urbaine.

En 1967, elle vole l’image de ces deux jumelles qui inspireront quelques années plus tard le cinéaste Stanley Kubrick pour son film Shining.

Diane Arbus est une des maîtres du noir et blanc. Un fort contraste, des noirs tranchés, un cadrage très serré, un décor inexistant font de ses prises de vue une scène perturbante où l’observateur se trouve embarqué dans un autre temps, dans un autre monde, dans un étrange voyage vers ce que l’humanité aimerait cacher. Elle tient à maîtriser le travail graphique dans son entièreté. Ainsi, elle développe elle-même ses propres clichés.

Mais Diane est une femme fragile, elle mettra fin à ses jours en 1971, noyant à jamais une oeuvre considérable dans une overdose de barbituriques.

Gisèle Freund, un regard sur les têtes pensantes

Gisèle Freund est une fugitive de l’Allemagne nazie. Adolescente, elle apprend la photographie et se passionne pour cet art. C’est au travers d’une vie riche en voyages et en rencontres qu’elle devient le témoin de la vie intellectuelle des années après guerre, jusqu’en 1981 où elle fera le cliché officiel de François Mitterand.

Très rapidement, Gisèle se mettra à l’agfacolor. Ainsi, elle sera une des premières à réaliser des portraits couleurs de ses modèles. Les prises de vue, telles que celle ci de Virginia Woolf, se déroulent lors d’une conversation, de manière naturelle. Le modèle est comme pris à son insu, donnant une sensation de discussion de salon et de proximité de la personne. C’est cette intimité qui frappe chez cette voleuse de lumière, cette impression d’avoir toujours connu la personne.

André Gide, Sartre, Simone de Beauvoir, Samuel Beckett, André malraux, Cocteau.. peu échapperont au regard acéré de la portraitiste. Elle se pose ainsi comme le véritable témoin d’une réalité sociale de l’époque où la pensée, la philosophie et l’existentialisme occupaient les terrasses de café de Paris et d’ailleurs.

Gisèle ose parfois de légères mises en scène. Ainsi, on voit Jean Cocteau allongé près d’une main sculptée, clope à la main, dans une attitude douloureusement pensive, les lèvres légèrement maquillées, mettant en valeur la personnalité énigmatique de cet homme de lettres. Gisèle Freund est une amie avant d’être une voleuse d’images et c’est cette complicité qui rend ses clichés plus intimistes encore.

Bettina Rheims, la nudité vue par une femme

Bettina Rheims est une des femmes ayant osé photographier la nudité de la façon la plus crue et la plus incorrecte. Les mêmes clichés pris par des hommes auraient sûrement été vulgaires mais elle a su rajouter ce zest de pudeur qui fait de ses prises de vue une scène délicate et troublante.

Cette photo issue de la série « chambre close » capture des images de jeunes modèles jouant un rôle de prostituées, et ce dans des espaces très confinés, colorés mettant nos sens à la limite de l’overdose.Cette photographe française aime photographier l’incorrect, la nudité, la pauvreté sexuelle voire la soumission. La scandaleuse n’a pas peur des paradoxes en capturant tantôt des nudités provocantes, tantôt des hommes politiques voire des présidents (Jacques Chirac).

Bettina est une voleuse d’images « dans le vent », et c’est grâce à Paris Match entre autres, qu’elle a pu photographier les stars de la musique, du cinéma… Elle réalise ainsi des prises de vue subtiles, très colorées et où il n’est plus question d’intimité, de moments volés mais bel et bien de starification et de strass.

On perçoit son génie en observant sa facilité pour restituer la personnalité publique de ses modèles. Tantôt elle saisit une Madonna sexy et allumeuse, tantôt une Juliette Binoche délicate et réservée.

Alexandra Boulat, le reportage au féminin

Fille du célèbre photo reporter pierre Boulat, cette voleuse d’images , morte d’une rupture d’anévrisme en plein reportage en Cisjordanie, a vécu sa vie entière au service du reportage de guerre. Elle est l’une des rares à avoir su allier la photographie artistique et le reportage au travers de prises de vues saisissantes de réalisme et de douleur. Alexandra s’est évertuée à photographier les femmes au sein de la guerre : mortes, en deuil, en prison… c’est la douleur qui règne en maître sur ses images. Une douleur solitaire, intense qui donne à voir une réalité des coulisses de la guerre, réalité bien plus angoissante que celle des armes.

Mieux qu’un commentaire, laissons nous pénétrer de ces images.

Alexandra Boulat arpente les dessous des guerres et prend ses clichés au hasard d’une prière

d’une manifestation

Cette photographe a bel et bien réinventé le photo reportage, elle a su capturer de belles images, fortes et angoissantes.

Liz Hingley, une jeune anglaise au service de la photographie sociale et familiale

Le concours de la femme photographe, le prix Virginia a vu sa première édition s’achever il y a quelques jours. Cette chronique ne peut s’achever sans en mentionner la lauréate, une jeune anglaise qui saisit des images familiales avec une procédure bien à elle. C’est en vivant quelques mois au sein de familles défavorisées de Londres qu’elle ramène des séries de vie, et comme elle aime le dire elle même, des scènes d’amour familial, cet amour qui perdure au delà de toute adversité et qui lie les humains entre eux au hasard des rencontres et des naissances.

Liz Hingley est pour l’instant peu connue du public. Elle photographie avec simplicité, spontanéité et franchise. Cette photographie sans fioritures, sans ambages, sans faux semblants, semble marquer notre XXI ème siècle.

 

Le monde de la photographie ne peut plus faire sans les femmes. Elles ne sont malheureusement que peu présentes sur les listes de lauréats des grands prix photo et c’est dommage. Leur regard amène un vent nouveau fait de finesse et de subtilité. Les voleuses d’image s’attachent particulièrement au détail, celui qu’on ne voit pas ou qu’on préfère ignorer. La guerre, la nudité, la souffrance, la pauvreté… rien ne fait peur aux captureuses de lumière, elles veulent être là, témoins implacables de nos réalités sociales, elles remplissent ainsi nos silences d’images lumineuses.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Google, la presse, la crémière et le cul de la crémièrehttp://reflets.info/?p=22623http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121027_183334_Google__la_presse__la_cremiere_et_le_cul_de_la_cremiereSat, 27 Oct 2012 16:33:34 +0000Reflets est un média que l’on pourrait qualifier d’irrévérencieux, cet article ne va pas arranger les choses, mais il fallait pas nous chercher. Ne vous attendez donc pas à lire dans les lignes qui suivent une éloge de la presse ou de Google. Si vous êtes partisan de faire passer Google à la caisse pour indexer les titres d’articles dont une bonne partie sont ceux issus d’un travail intellectuel de haut vol consistant à remixer les mots employés dans le titre d’une dépêche AFP… là en revanche, installez vous confortablement, nous allons vous montrer à quel point la presse se la joue faux-cul sur ce point précis. Tout a donc commencé par l’attentive lecture du billet de Kitetoa concernant l’approche du NouvelObs. C’est effectivement super drôle en soi, mais c’est sans compter sur la créativité de challenge.fr un autre des médias du groupe de presse qui a décidément de la suite dans les idées.

Voici l’exemple type de ce que nous pouvons qualifier de robots.txt parfaitement crétin :

Ces quelques lignes ont de quoi nous faire hurler de rire tellement c’en devient pathétique :

## L'utilisation de robots ou tout autre méthode automatique pour consulter le site challenges.fr/magazine/
## est formellement interdite.
## Les autorisations accordées par l'éditeur sont notifiées dans le présent document (/robots.txt)
## Aucune exploitation commerciale gratuite ou payante des contenus et des marques n'est autorisée sans accord express de l'éditeur. Merci de nous contacter sur reproelectronique-at-nouvelobs.com

Petit rappel : le robots.txt a pour seule et unique fonction de demander aux moteurs de recherche de référencer ou non les contenus spécifiques ou l’ensemble d’un site. Vous vous doutez bien que Google ne passe pas un coup de téléphone à chaque site pour lui demander son autorisation de l’indexer, il a des petits programmes, des robots, qui se chargent de ce travail. Il est donc rarissime, quasiment improbable, qu’un utilisateur consulte ce fichier. Il n’est pas référencé lui même dans les moteurs de recherche et parfaitement inutile au commun des mortels. Encore une fois, ce fichier ne s’adresse pas à des humains, mais à des agents logiciels.

Vous comprenez donc maintenant pourquoi il y a de quoi se plier en quatre quand on découvre ce splendide robots.txt de Challenge, qui explique à des robots ses CGU, et qui en plus leur demande d’envoyer un email à reproelectronique@nouvelobs.com pour demander l’autorisation d’indexer ses contenus. On imagine bien un bot lire avec attention un commentaire (par définition illisible par sa cible). Ça donnerait à peu près ceci :

- « Bonjour je suis RefletsBot, je voudrais indexer vos articles pour les agréger dans les rubriques de mon site qui vont bien et que mes lecteurs puissent accéder à vos contenus de qualité »

- « Bonjour RefletsBot, je suis ChallengeRobots.txt, je suis au regret de t’informer qu’après consultation de mon avocat en propriété intellectuelle, je ne suis pas trop assuré que tu en ais vraiment le droit. Je suis désolé tu ne pouvais le voir j’ai laissé ceci en commentaire, donc naturellement tu risquais pas de le lire, mais il est écrit en toutes lettres « Les autorisations accordées par l’éditeur sont notifiées dans le présent document (/robots.txt) », vu que tu n’y figures pas, peut-être devrais tu demander à ton Postfix de nous envoyer un petit email à reproelectronique@nouvelobs.com pour qu’on étudie ton cas. »

- « Cher ChallengeRobots, je suis d’origine chinoise et je ne suis pas sûr d’avoir les bons dico juridiques pour générer automatiquement un email et demander à mon Postfix de te l’envoyer avec ses petits bras musclés, je te propose donc d’aller te faire cuire un oeuf, j’irais récupérer les remix de titres de l’AFP chez tes concurrents, bisous. »

Comble du ridicule, vous vous doutez bien qu’une clause légale du type « Les autorisations accordées par l’éditeur sont notifiées dans le présent document (/robots.txt) » n’a comme valeur juridique que le ridicule qui pourrait provoquer une crise de fou rire à un juge un peu geek. Nous attendons avec impatience le formulaire de contact dans le .htaccess ou le numéro de téléphone dans le /etc/passwd, allez encore un petit effort, c’est pas parce que vous touchez le fond du copyright troll que vous n’avez pas le droit de continuer à creuser.

Une autre perle de ce robots.txt, exemple type d’une condition d’utilisation en parfaite contradiction avec ce qu’il est techniquement, à savoir un site qui pisse du XML dans tous les sens : il fallait oser interdire aux lecteurs de lire ses contenus via un agrégateur RSS, Challenge n’a pas peur du ridicule… il l’a fait, je cite :

"L'utilisation de robots ou tout(e) autre méthode automatique pour consulter le site challenges.fr/magazine/ est formellement interdite."

Nous avons bien rigolé avec Challenge.fr, et il ne s’agissait pourtant que de la forme, je vous propose que nous nous attaquions maintenant au fond.

Par exemple si Challenge, le NouvelObs, ou n’importe quel autre site ne voulait pas que Google s’enrichisse avec ses titres remixés de dépèches AFP, au lieu de raconter bêtement sa vie à des agents logiciels, il rajouterait dans son robots.txt  un truc qui ressemble à ça :

User-agent: GoogleBot
Disallow: /

Cette directive, très simple nous dit la chose suivante :

« Les robots de Google  (User-agent: GoogleBot) n’ont le droit (Disallow), d’indexer aucun des contenus du site (le / réprésentant la racine du site). »

Mais non… au NouvelObs, on préfère tuer les « petits bots » de « petits agrégateurs »… en leur interdisant  d’indexer les contenus, et laisser Google tout indexer… c’est étrange non ? En fait ce n’est pas si étrange que ça, c’est parfaitement crétin et contradictoire, mais ce n’est pas étrange. Pour un groupe de presse, il est plus simple de tuer dans l’oeuf un petit en lui interdisant l’indexation et d’hurler au monopole de Google pour tenter de lui racketer une rémunération en allant pleurnicher comme l’ont fait les industriels du disque avec Youtube (et dans un contexte très différent), que de retirer le droit à Google de donner accès aux contenus de son site.

Concrètement, aujourd’hui si la presse se coupe de Google, elle se coupe, d’Internet pour une immense majorité d’internautes du monde entier qui ne connait pas d’autres moyens d’accéder à ses contenus que par un résultat de recherche Google ou via l’agrégateur Google News. Vous seriez surpris du nombre d’internautes qui ignorent l’existence d’une barre d’adresse sur leur navigateur. Google et plus particulièrement Google News offrent un agrégateur qui est un point d’entrée à l’actualité pour de nombreuses personnes. Les résultats naturels de recherche de Google pointant sur des articles de presse représentent aussi une partie particulièrement importante du trafic de beaucoup de sites de presse. Et la condition pour y figurer, c’est bien entendu d’autoriser les robots de Google d’indexer ces contenus pour qu’il puisse les restituer dans ses résultats de recherche.

Oh tiens c’est amusant, n’assisterions-nous pas là à un schéma que nous connaissons bien ? Celui des fabricants de culture sur rondelle de plastique, les industriels du disques qui refusent de voir leur catalogue mêlé à celui de la concurrence. En refusant de voir les titres de ses articles, dans un agrégateur, mélangés à ceux de la concurrence, la presse nous laisse gentiment entrevoir qu’elle est sur le point de devenir aussi stupide que les crevards du disque.

Mais ce n’est pas là le seul parallèle idiot que nous pourrions faire. En d’autres temps, quand Google n’était pas le géant qu’il est devenu et que nous tapions nos recherches sur les nains de jardin Altavista ou sur Copernick, une condition d’utilisation un peu étrange fleurissait sur quelques sites, notamment des sites gouvernementaux En voici un exemple :

7. LIENS, ENCADREMENT, COPIE IMAGE MIROIR, GRATTAGE, EXPLORATION EN PROFONDEUR DE DONNÉES ET AFFICHAGE INTERDITS

Il est strictement interdit de créer des liens au site Web sans l’autorisation écrite expresse de Toto. Pour demander la permission de créer un lien au site Web, veuillez vous adresser par courriel à l’adresse toto@pouet.com. Toto se réserve le droit d’annuler et de révoquer une telle autorisation visant la création d’un lien avec le site Web en tout temps, sans avis et sans engager sa responsabilité envers vous ou toute autre personne.

L’encadrement, la copie image miroir, le grattage ou l’exploration en profondeur de données du site Web ou de son contenu, sous quelque forme que ce soit et de quelque manière que ce soit, sont strictement interdits. Il est interdit d’utiliser des technologies de visionnement ou d’affichage collaboratives relativement à votre utilisation du site Web ou d’afficher des commentaires, des communications ou quelque forme de donnée que ce soit sur le site Web avec l’intention que de tels affichages soient vus par les autres utilisateurs du site Web.

Aussi consternant que ceci puisse paraitre, il existe donc des sites parfaitement publics vers lesquels vous n’avez pas le droit de faire de lien ! Des sites dont AUCUNE URL ne peut être partagée sur Facebook ou Twitter sans que l’on demande l’autorisation préalable écrite au service juridique du site en question.

Sérieusement les gars, faites vous un intranet, envoyez vos articles par la Poste à vos lecteurs, là au moins, vous contrôlerez leur diffusion. Laissez un Internet neutre aux grandes personnes et arrêtez de nous bassiner avec votre taxe Google à la con. Vous êtes sur un réseau public, Internet, qui est une machine à copier, et Internet, c’est comme la France, tu l’aimes ou tu te casses. Les informations pour être diffusées et lues, se copient de serveurs en serveurs avant de parvenir au lecteur chez qui l’information sera également copiée dans le cache du navigateur. La prochaine étape c’est quoi ? C’est de demander au FAI une rémunération proportionnelle au nombre d’abonnés qui lisent vos contenus ?  Demander aux éditeurs de systèmes d’exploitation ou de navigateurs web une taxe sur les données en cache ?

Arrêtez votre hypocrisie, si vous n’êtes pas joasse que Google vous apporte du trafic et donc des revenus publicitaires, nous vous suggérons un

User-agent: GoogleBot
Disallow: /

dans votre robots.txt. L’effet est garanti, presqu’immédiat et au moins vous aurez l’air moins ridicules devant vos contradictions.

Et puisque la presse a décidé de lancer un concours de robots.txt crétins, Reflets aussi a décidé de jouer :

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Nouvel Obs, taxe Google et autres robots.txt : le bon gag du soirhttp://reflets.info/?p=22610http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121026_155533_Nouvel_Obs__taxe_Google_et_autres_robots.txt___le_bon_gag_du_soirFri, 26 Oct 2012 13:55:33 +0000Certains lecteurs diront que l’on a encore pondu un article un peu obscur parce que « technique ». Il n’en est rien et nous allons faire tout notre possible pour être le plus explicite possible…

Votre serviteur est un observateur avisé d’Internet depuis… Depuis avant que le Web n’arrive. Non, Internet n’est pas le Web et inversement. Oui, il y avait un Internet avant le Web. Si, si, il y avait des pages et des pages de documents présents sur le réseau, pas juste le mail ou les newsgroups. Il y avait les serveur Gopher. Il y avait des BBS reliés au Net. Bref. Vous nous direz : quel rapport avec le Nouvel Obs ?

En fait, depuis quelques temps, je fais du tri dans mes archives. De 1995 à 1998, j’imprimais des tonnes de choses lues sur Internet. Et je gardais… Il me faut faire un peu de place. Donc, je regarde chaque page d’une montagne de papiers représentant près de 11 cartons et je décide : à garder / à jeter.

Et dans ces 11 cartons, il y a de sacrées perles. Du coup, lorsque j’en ai le temps, je partage ces perles avec les gens qui suivent mon compte Twitter. Hier, sous le hashtag #DansLesArchivesDuDino je listais ces moments amusants de l’histoire du réseau. Lorsque sont entrés dans la discussion deux autres dinosaures du Net, Florent Latrive (@latrive) et David Dufresne (@davduf). Dans le flot, Florent Latrive poste ceci :

 

Ni une ni deux, puisque nous étions replongés des années en arrière, je regarde un peu le serveur http://tempsreel.nouvelobs.com/ (on ne sait jamais, le back office du site est peut-être en accès libre ?) et j’y trouve ce fichier robots.txt.

J’avoue avoir trouvé assez gaguesque le contenu de ce fichier.

Procédons par ordre :

A quoi sert ce fichier Robots.txt ?

A indiquer aux programmes d’indexation automatiques des moteurs de recherche quels fichiers, quels répertoires ont est prêt à laisser archiver, ou pas.

Dans le cas particulier, le fichier Robots.txt ferme complètement la porte du site à toute une tripotée de boites qui indexent les contenus de la presse. Prenons un exemple parlant : Melwater.

Ainsi donc, le Nouvel Observateur refuse que la société Meltwater indexe ses contenus. Pourquoi ? Hum… Probablement parce que Meltwater vend un service de veille médias et que le Nouvel Observateur regrette de ne pas toucher quoi que ce soit sur ce petit commerce des revues de presse qui n’existe que parce que le Nouvel Observateur (et le reste de la presse) publie des articles. Sans presse, pas de marché de la revue de presse…

A ce stade, on peut se demander quelle est la position du Nouvel Observateur dans la fameuse polémique qui agite le microcosme du Web franchouillard depuis quelques temps : la presse doit-elle recevoir une compensation pour l’utilisation que fait Google News de ses articles ?

Il suffit, pour le savoir, de regarder sur le Nouvel Obs qui ouvre grandes ses colonnes à ceux qui plaident pour que l’on taxe Google et que l’on redistribue ses bénéfices à cette pauvre presse qui se meurt, non pas de la piètre qualité de ses contenus, mais du siphonnage opéré par Google :

Concrètement, Google devrait rémunérer les différents éditeurs de presse français pour chaque article indexé, c’est-à-dire rendu accessible par le moteur de recherche. En contrepartie, les médias renonceraient à leur droit de s’opposer à toute indexation. Un projet de loi en ce sens a déjà été remis par l’association à Matignon et aux ministères de la Communication et de l’Economie numérique.

Explique benoitement Nathalie Collin, présidente de l’association de la presse d’intérêt politique et générale (IPG) et co-présidente du « Nouvel Observateur« .

Voyons voir… Donc, Nathalie Collin pense que les journaux doivent s’opposer à toute indexation quand il n’y a pas rémunération de la part de ceux qui indexent et font commerce de leur indexation. Jusque là cela se tient parce qu’en effet, les responsables techniques du site du Nouvel Obs savent à peu près paramétrer le fichier Robots.txt qui permet de s’opposer à une indexation.

C’est quand on cherche le robot de Google dans la liste de ceux que le Nouvel Obs ne veut pas voir indexer ses contenus que cela se complique. Parce que, tout simplement, Google n’est pas dans la liste. Le Nouvel Obs refuse l’indexation à pas mal d’entreprises, mais ouvre grand ses portes au vilain méchant Google.

Hum…

Peut-être parce que le Nouvel Obs ne veut pas se passer des visiteurs amenés par Google News ? D’où d’ailleurs, sans doute, sa propension à faire en sorte de créer des contenus de merde, photocopiés ad nauseam pour « faire du clic » (je ne retrouve plus l’article orignal développant cette théorie. Si l’auteur se reconnait, que je mette un lien…).

Car voyez-vous depuis le siècle dernier, même sur le Web, plus on a de visiteur, plus on peut vendre de la publicité, ce qui fait rentrer des sous dans les caisses. Et comme sur Internet, votre annonceur ne sait pas que votre visiteur est un chien…

Tout cela, bien entendu dans l’intérêt du lecteur. Car le lecteur est la première des préoccupations des patrons d’entreprises de presse. Passer dix jours sur les seins d’une femme, dix autres jour sur un tweet envoyé par la compagne du président de la république…, tout cela est d’une importance primordiale, qui impose un tel traitement de l’information…

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Reflets fait sa Radio en public et en direct le 24 octobre à 19h !http://reflets.info/?p=22594http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121023_112617_Reflets_fait_sa_Radio_en_public_et_en_direct_le_24_octobre_a_19h__Tue, 23 Oct 2012 09:26:17 +0000Après avoir beaucoup écrit pendant un an et demi, Reflets prend la parole. Nous bêta-testons une émission de radio d’une heure, en direct, avec l’aide de la Cantine et de Tryphon.

L’émission est ouverte au public dans la limite des places disponibles. Inscrivez-vous sur le site de La Cantine et rejoignez-nous ce mercredi 24 octobre !

Pour ceux qui ne sont pas à Paris ou qui ne peuvent se déplacer, un player sur Reflets.info devrait vous permettre de suivre l’émission en direct.

Nous recevrons mercredi Laurent Bonelli, sociologue, co-rédacteur en chef de la revue Cultures et conflits, professeur de science politique à Nanterre, auteur et co-auteur de nombreux ouvrages traitant de la surveillance. Le thème central de l’émission sera : « Quel Internet sous François Hollande ? ».

L’adresse de La Cantine :

151 rue Montmartre, Passage des Panoramas, 12 Galerie Montmartre, 75002 Paris

Liens:
http://www.lacantine.org
http://www.tryphon.eu

Billets en relation :

flattr this!

]]>
#Syria #Leak: le pilote ou l’avionhttp://reflets.info/?p=22298http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121021_161932__Syria__Leak__le_pilote_ou_l___avionSun, 21 Oct 2012 14:19:32 +0000Nous voici de retour pour notre série sur les fuites de données (ou leaks).

Nous avons voulu commencer cette série par un article de fond. Nous nous sommes penchés sur les concepts de quête de la transparence et sur une approche historique des leaks. Guidés par un approche sociologique, nous avons fait le part belle aux « Whistleblowers » (ou dénonciateurs), ces citoyens prêts à remettre en cause leur situation sociale pour libérer une information qui paraissait, à leurs yeux, cruciale pour la société. Observant alors les efforts de domestication de ces dénonciateurs par nos sociétés, nous avons montré le renouveau de la dénonciation «révolutionnaire», d’abord grâce à Wikileaks, puis grâce à la montée en puissance des mouvements hacktivistes.

Vous pouvez lire cet article en suivant le lien suivant :

#Leak : Révolutionner la quête de la transparence

Trêve de théorie, passons maintenant à la pratique et penchons-nous sur quelques cas de fuites de données qui ont émaillés l’actualité de ces derniers mois. Cette série d’articles aura deux objectifs. Nous chercherons d’abord à interpréter l’information qui a été libérée, à la remettre dans son contexte. Car si l’information, c’est le pouvoir, encore faut-il la consulter, la comprendre et en tirer parti.

Parallèlement à ce premier objectif, nous en poursuivrons un second: mieux comprendre le concept de fuites de données en général. Chaque leak nous servira de prétexte pour approfondir un aspect bien précis de cette problématique. Nous espérons ainsi contribuer à donner à nos lecteurs une partie des armes dont ils auront besoin pour s’orienter dans un monde fait d’anonymat, de luttes informationnelles, de désinformation et de manipulation de masse.

Étant un observateur attentif des grands évènements internationaux qui agitent notre période, je me concentrerai sur les leaks à caractère géopolitique et plus spécialement celles concernant le moyen-orient.

Pourquoi ce choix ?

Car ces leaks seront particulièrement utiles pour réaliser nos deux objectifs. Cette région, pourtant voisine, reste relativement inconnue des lecteurs occidentaux. Les évènements qui s’y déroulent sont souvent analysés grâce à des grilles de lectures décalées, obsolètes ou grâce à des avis préconçus. L’analyse de ces fuites nous permettra-t-elle de nous faire un avis plus pragmatique sur certaines situations ou évènements qui se déroulent dans cette région?

Quant à notre second objectif, il sera lui aussi bien servi par ces fuites de données orientales. Car si la nation est un espace de droit, d’ordre et de hiérarchie, la scène internationale est, elle, considérée comme un espace anarchique où s’affrontent et se concurrencent des entités d’inégales puissances, et où interviennent à différents niveaux une grande multiplicité d’acteurs. Si la leak «nationale» est souvent guidée et maîtrisée, l’état d’anarchie qui règne au niveau géopolitique nous permettra d’observer des leaks très différentes et, toutes, riches en enseignements.

Laissez moi vous présenter notre première invitée. Cette #Leak est déjà relativement ancienne. Elle a déjà été analysée à de nombreuses reprises et a fait l’objet d’une couverture médiatique importante. Pourtant nous jugeons utile de revenir dessus.

Applaudissements pour:

Les mails de Bashar Al Assad

#Leak me, I’m famous

Courant février 2012, le Guardian annonce qu’il vient de recevoir le contenu de la boite mail personnelle de Bashar Al Assad et de sa femme Asma. Les e-mails couvriraient la période de juin 2011 à février 2012. Voici l’histoire tel que le Guardian la rapporte :

Fin mars 2011, un jeune travailleur gouvernemental de Damas glisse nerveusement à un ami un bout de papier et lui demande de faire parvenir ces informations à des exilés syriens. Sur ce papier on peut lire quelques lignes rapidement griffonnées: deux adresses e-mails ainsi que leurs mots de passe associés. Ces informations font alors leur chemin jusque dans les mains de deux activistes syriens présent dans les pays du Golfe. Dès juin 2011, ceux-ci vont se mettre à surveiller les boites mails jours et nuits, conscients de l’importance stratégique de cette fenêtre donnant directement sur la famille régnante syrienne.

Si au départ, le trafic semble relativement faible, celui-ci augmente fin août avec la fin du mois de ramadan et l’intensification de la répression. Tandis que la tension sur le terrain augmente, la surveillance des boites mails se fait de plus en plus difficile mais aussi plus intéressante. Bashar semble prendre conscience des risques inhérents au média Internet, et se met à effacer systématiquement ses e-mails après les avoir reçu: les activistes n’ont alors que quelques secondes pour réagir et sauver ces précieuses pièces de communication.

Plus les mois avancent, plus ces e-mails deviennent intéressants. Mais les activistes attendent l’information cruciale, celle qui les récompensera de tous leurs efforts. Ils resteront sur leur faim.

Enfin, en janvier 2012, un groupe de hacker affilié à Anonymous pénètre les serveurs du ministère syrien des affaires publiques et leakent plus de 80 adresses e-mails. La connaissance des deux boites e-mails de la famille régnante sortent alors du petit cadre des activistes syriens. Des internautes parviennent alors à comprendre que l’adresse «sam@alshahba.com» appartient au président syrien.

Le 7 février 2012, un e-mail de menaces en langue arabe arrive sur la boite e-mail du président. Le jour même, le trafic sur cette boite s’interrompt. Les activistes syriens décident alors de faire fuiter l’ensemble des informations qu’ils ont obtenu au journal anglais, le Guardian.

Plongée dans le cercle restreint d’un dictateur

La révélation des e-mails du président Syrien va défrayer la chronique. Certaines vidéos relayées par le président à sa femme vont faire le tour des médias sociaux. Mais peu de journaux prendront la peine d’analyser les e-mails en profondeur pour en tirer la substantifique moelle.

A notre tour d’essayer … Suivez le guide.

 

Le cocon de la famille Assad

Alors que la Syrie est au cœur d’un séisme géopolitique tel qu’elle n’en avait pas vécu depuis plus de 30 ans, la famille Assad semble maintenir son train de vie doré. Les e-mails de Asma, la femme de Bashar montrent des dépenses dans des produits de luxe et atteignant des dizaines de milliers de dollars.

Ainsi, un e-mail datant du 19 juillet 2011 montre que par l’intermédiaire de son cousin Amal, elle se porte acquéreuse de bijoux dans une boutique parisienne. En juillet encore, elle acquiert pour 10 000 dollars de chandeliers et de bougeoirs. Ces achats doivent être convoyés en Syrie par l’intermédiaire d’une compagnie étatique syrienne basée à Dubai.

En novembre, alors que les manifestations se poursuivent à travers la Syrie, elle envoie un message à un marchand d’art londonien pour connaître le prix de certaines pièces. Celles-ci seront estimées entre 5 000 et 35 000 livres sterling. Le 30 décembre, les manifestations battent leur plein à Alep, Deraa, Damas et Homs. Madame Assad envoie à son mari le lien vers un site Web vendant des armures personnelles pour VIP (BulletBlocker).

Quant à Bashar, lui, c’est dans de la musique et les jeux sur iTunes qu’il investit. Un acompte déguisé, une adresse e-mail peu explicite, une adresse physique américaine et voici l’embargo sur sa personne contourné. Ces achats répétés nous démontrent la faible efficacité des sanctions internationales sur les tenants du pouvoir. Grâce à des intermédiaires proche du cercle restreint (famille, personnes de confiance, …) les Assad parviennent relativement facilement, parfois directement, à se procurer les marchandises qu’ils désirent. Et les marchands concernés se doutent rarement à qui ils ont affaire.

 

Travailler en s’amusant

Le pays gronde, une révolution populaire est en marche. Le travail de dictateur est-il pour autant ennuyant? Les syriens ont-ils une chance de se débarrasser de Bashar grâce au surmenage ou à une dépression nerveuse? Peu probable…

Dans un e-mail datant du 6 juillet 2011, et répondant à sa femme qui l’interroge à propos d’une réunion qui vient de se tenir, Bashar se permet des commentaires sarcastiques sur les réformes qu’il a promis au peuple syrien.

Plus tard, dans un e-mail datant du 30 décembre, c’est des observateurs de la ligue arabe qu’il se moque. Il redirige ainsi à une des ses conseillères, une vidéo virale caricaturant le travail des observateurs.

Il y a enfin cette femme, cette mystérieuse inconnue. Avec elle, Bashar échange une correspondance faite de sous-entendus, de commentaires audacieux et de photos suggestive. Qui est cette femme? Personne ne semble l’avoir découvert. L’e-mail concerné aurait été créé quelques semaines plus tôt. Est-ce une amante? Une admiratrice sensible au charme de l’uniforme dictatorial? Une attaque réputationnelle visant le plus haut niveau du pouvoir syrien? Ou même sa propre femme? Les scénarios possibles sont nombreux. Mais qu’elle que soit la réponse, le quotidien de notre président dictateur semble avoir été pimenté.

Pourtant tout n’est pas rose tous les jours. Certains e-mails révèlent un couple Assad sous tension. Ainsi, dans un e-mail du 28 décembre envoyé à son mari, Asma écrit:

Si nous sommes forts ensemble, nous dépasserons cela ensemble… Je t’aime…

 

Gestion médiatique : place aux jeunes

Une des révélations les plus marquantes des e-mails de Bashar concerne la gestion médiatique.

Sheherazad Jaafari et son père Bachar Jaafari, ambassadeur de la syrie à l’ONU

Alors que le pays s’enfonce dans la révolte et la répression, Bashar semble, jours après jours, contourner de plus en plus l’appareil sécuritaire syrien et son propre clan pour s’appuyer sur un groupe de jeunes expatriés syriens éduqués aux Etats-Unis.

Au centre de ce dispositif, deux jeunes femmes qui vont prendre une place de plus en plus importante: Sheherazad Jaafari, fille de l’ambassadeur syrien à l’ONU et ayant travaillée pour la firme New-Yorkaise Brown Lloyd James, ainsi qu’une amie à elle, Hadeel al-Ali.

Cette dernière semble être l’intermédiaire par laquelle les conseils Iraniens parviennent à Bashar. Ainsi, peu de temps avant un discours prévu en janvier, Bashar reçoit une liste de thèmes cruciaux à aborder. Hadeel précise dans son mail que ces conseils sont basés sur «des consultations avec un bon nombre de personnes incluant le conseiller politique et médiatique de l’ambassadeur Iranien». Une conseillère avisée… Et peut-être plus encore?

Dans un autre mail, on peut voir Sheherazad préparer pour Bashar un interview exclusif d’une heure que celui-ci devra donner à la chaîne ABC. Les deux jeunes femmes insistent aussi régulièrement sur l’importance des réseaux sociaux et d’intervenir dans les discussions online. Sheherazad semble ainsi avoir crée un compte sur le site CNN, en vue d’y poster des commentaires pro-régime. Et le «Directeur des Projets et Initiatives» affilié au bureau de la première dame, écrira à twitter pour tenter d’obtenir la fermeture de plusieurs comptes imposteurs: @firstladyasma, @bashiralassad, @FirstLadySyria…

Mais nos deux expatriées syriennes ne sont pas les seules à constituer ce réseau de conseillers en rapport direct avec le président syrien.

Citons tout d’abord Hussein Mortada. Hussein est un homme d’affaire libanais influent, possédant de bonnes connections en Iran. En décembre, il va conseiller au président syrien de ne plus blâmer Al-Qaida pour les attentats à la voiture piégée qui ont frappés la capitale syrienne. Affirmant que c’est une erreur tactique, car déresponsabilisant l’administration US et les groupes d’opposition, il affirme:

J’ai reçu des contacts en provenance d’Iran et du Hezbollah grâce à mon rôle de directeur dans de nombreux canaux médiatiques Irano-libanais, et ils ont insisté sur le fait de ne pas mentionner que Al-Quaida était derrière l’opération.

Dans un autre e-mail, Mortada conseillera à Bashar de prendre contrôle des jardins publics entre 15 heure et 21 heure pour empêcher l’opposition d’y organiser des manifestations.

Fawas Akhras

Nous terminerons notre tour des conseillers médiatiques en citant le docteur Fawas Akhras, le beau-père de Bashar et un membre influent de la «British Syrian Society». Celui-ci utilisera ainsi le mail personnel de Bashar à plusieurs reprises pour lui offrir son support, ses conseils, notamment sur la façon de gérer les vidéos de torture de manifestants par les forces de sécurité syriennes.

 

Quelle conclusions pour Bachar ? Et pour la Syrie ?

Les réflexions qui me viennent à la lecture de ces e-mails, difficile de les retrouver ailleurs. Peut-être sont-elles à la fois trop évidentes pour les experts, et pas assez sexy pour le commun des lecteurs? L’article qui évoque le mieux ce que m’évoque la lecture de ces mails a été écrit par Peter Beaumont pour le Guardian, et il titre : »Les emails de Assad le font seulement paraître plus humain« .

Depuis que le conflit syrien s’enfonce dans le chaos et que les mots « guerre civile » apparaissent sur les lèvres des commentateurs, nous avons vu de nombreux appels au dialogue entre les parties prenantes de ce conflit. A ces appels à une solution politique du conflit est opposé une demande claire venant de différents groupes d’opposition:

« Oui à la solution politique, mais sans Bashar Al Assad. Celui ci doit quitter le pouvoir avant tout dialogue ».

Chez « Reflets », nous pensons aussi que les dirigeants doivent être tenus responsables des crimes commis par leur administration et sous leur mandat. Nous pensons aussi que Bashar devra quitter son poste d’une façon ou d’une autre. Mais prenons quelques lignes pour nous démarquer de cette position théorique et interrogeons nous sur la pertinence tactique d’insister sur cette demande.

Parlant des activistes qui ont surveillés la boite de Bashar pendant neuf mois, le Guardian affirme :

 [...] la révélation dévastatrice que les activistes attendaient tous continuait à leur échapper.

Cela nous étonne-t-il vraiment? Les mémos militaires et les rapports secrets des services de renseignements ne seraient-ils pas transmis par mail?

Parcourons rapidement les mails touchant à ces décisions stratégiques:

Un peu faible pour un « Commander in Chief ». Bien sur les décisions sécuritaires et militaires se prennent de vive voix lors de meetings secrets. Loin des oreilles indiscrètes qui écoutent sur Internet.

Et pourtant un doute affreux commence à nous saisir. Bashar est-il vraiment bien renseigné sur la situation critique qui touche son pays? Est-il vraiment aux commandes?

 

 

Quelques mois après la divulgation de la boite mail de Bashar, la plateforme Wikileaks reçoit plus de 2 millions d’e-mails en provenance de différents serveurs mails syriens: ce sont les SyriaFiles. Jean-Marc Manach de OWNI aurait alors eu l’occasion d’en analyser une partie. Il se serait penché sur les mails envoyés par l’adresse de Bashar « sam@alshaba.com ». Voici ce qu’il écrit en introduction de son article:

Quand la révolution syrienne a commencé, il a cessé de blaguer, et viré conspirationniste.

Comment Bashar Al-Assad pourrait-il être conspirationniste? N’est-il pas censé être au centre de sa toile, recevant des rapports étayés d’un service de renseignements omniprésent en Syrie, de ses alliés incontournables au Liban et recevant les conseils du nouveau poids lourd régional Iranien?

L’image qui se dessine dans ces mails semble beaucoup plus mitigée. Le président dictateur syrien parait isolé, dans une bulle dorée. Ces mails dessinent une image d’un pouvoir syrien où les responsabilités sont réparties avec soin. Au président le soin de la communication médiatique, des relations publiques. Le soin de faire bonne figure, de parler aux grandes chaines internationales et de garder au chaud la place de roi de Syrie. Mais est-il réellement à la manœuvre lorsqu’on aborde le sujet des grandes décisions stratégiques et politiques. Est-il réellement capable, s’il le désirait, de mettre un point final à la répression?

L’image qui se dessine, c’est celle d’un clan engagé dans une lutte existentielle. Un clan qui partage les responsabilités. Un clan où chaque élément n’a pas à savoir ce que font exactement les autres, tant que tout le monde avance dans la bonne direction.

Et dans ces conditions est-il sage de faire dépendre la solution politique d’une résignation de ce président-pantin?

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Ogm ou la science contre la démocratie (Jean-Pierre Berlan)http://reflets.info/?p=22561http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121021_083139_Ogm_ou_la_science_contre_la_democratie__Jean-Pierre_Berlan_Sun, 21 Oct 2012 06:31:39 +0000Jean-Pierre Berlan, ex-directeur de recherche à l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) analyse l’affaire des conclusions de la recherche de Gilles Seralini sur un OGM, le maïs NK603. Jean-Pierre Berlan ne tente pas de battre en brèche (ou non) le protocole de Mr Seralini, ce que la plupart des « experts » se sont empressés de faire, mais souligne les problématiques centrales que les OGM cultivés en plein champ, et voués à nourrir les êtres vivants posent : celles de la démocratie, de l’agriculture moderne des industries chimiques, du règne des experts, de l’addiction des populations aux pesticides.  

 

Ogm ou la science contre la démocratie :

Les contrefeux destinés à discréditer l’étude de Gilles-Eric Séralini et sa personne ne sont pas près de cesser : « rien de nouveau, manque d’information sur la composition de la ration alimentaire, protocole expérimental biaisé, échantillon statistique insuffisant, présence possible de mycotoxines, coup médiatique, etc. » Séralini témoignerait d’un biais anti-Ogm, accusent ses critiques – parabole de la paille et de la poutre. Mais la toxicologie est la seule discipline scientifique où ne rien trouver assure une carrière paisible.

Montrer des dangers des éthers de glycol, du nucléaire, du sel, des Ogm expose à des déboires sûrs plutôt qu’à des promotions. Le courage et le mérite de Séralini et de quelques rares scientifiques d’aller à contre-courant sont d’autant plus grands. Tout aussi délicat à manier est l’argument que Séralini utilise une souche de rats sensible aux tumeurs. C’est suggérer qu’il aurait dû utiliser une souche résistante pour ne gêner personne et, bien sûr, laisse soupçonner que cette toxicologie sous influence peut choisir, si nécessaire, la “bonne” souche pour obtenir les “bons” résultats.

Depuis le début de cette guerre de tranchées en 1997, les Ogm assurent la carrière, les contrats, les crédits, la consultance, les brevets, les “starts-up”, l’aggrandissement des laboratoires et le prestige scientifique à ceux qui les font. Ils ont un intérêt personnel à leur succès, ce qui n’a, disent-ils, pas d’influence sur la Vérité si bien protégée par La Méthode.

A ce complexe génético-industriel s’oppose une opinion publique dont le bon sens lui dit que si les scientifiques sont dans leur laboratoire, ce n’est pas parce qu’ils savent mais bien parce qu’ils ne savent pas et qu’il est dangereux de s’en remettre à des ignorants, même si, en bons dialecticiens (là aussi, qui s’ignorent), ils se font passer pour des “savants”. Particulièrement lorsque les connaissances et les représentations évoluent à tout vitesse, ce qui est le cas. Pendant des décennies, 95% ou plus de l’ADN était non-fonctionnel, mais il s’avère depuis quelques jours que cet ADN “poubelle” jouerait un rôle fondamental.

Les Ogm sont-ils scientifiquement dangereux pour la santé publique, pour l’environnement ? Peut-être ? Peut-être pas ? Peut-on juger leur dangerosité éventuelle pour les humains sur des rongeurs? C’est la pratique toxicologique barbare imposée, alors que des tests sur cultures de tissus humains permettraient de cribler rapidement les quelques 100 000 molécules de synthèse en circulation. Ces tests sont bon marché, rapides, et raisonnablement fiables : autant de raisons pour que les industriels les refusent.

Reste que notre intérêt est de soutenir ceux que les lobbies industriels et leurs mercenaires cherchent à faire taire. Qu’on se souvienne du rôle des médecins mercenaires dans le désastre de l’amiante. Mais plutôt que se laisser piéger par une expression qui implique que la modification génétique est le problème (ce qui conduit à le confier aux experts sous influence), il faut se tourner vers la réalité, la marchandise, que les Monsanto, DuPont, Syngenta, Dow, Bayer et autres fabricants d’agrotoxiques (car ce sont ces industriels qui contrôlent les semences dans le monde) vendent sous cette expression. Après tout, c’est nous qui l’ingurgitons. Autant savoir de quoi il s’agit.

Les lois et règlements exigent que les plantes semées soient “homogènes et stable”». Le premier adjectif signifie que les plantes doivent être identiques (aux défauts inévitables de fabrication près) et le second que la même plante soit offerte à la vente année après année. Le rôle semencier est donc de faire des copies d’un modèle de plante déposé auprès d’instances officielles. Le terme “clone” désigne, je pense de façon appropriée, la marchandise vendue, bien que les biologistes récusent ce terme qu’ils voudraient réserver à la reproduction végétative, la pomme de terre par exemple. Ils préfèrent donc continuer à utiliser le terme variété, « le caractère de ce qui est varié, contraire de l’uniformité » selon le dictionnaire. La variété chez les plantes est l’équivalent de la race chez les animaux (les Vilmorin utilisent indifféremment les deux mots dans leur livre de 1880, Les meilleurs blés) et renvoie à l’idée de caractères communs particulièrement visibles dissimulant des variations moins évidentes mais importantes.

Partout, mais particulièrement en science, les mots doivent désigner la réalité. Lorsque le terme usuel implique le contraire de ce que l’on voit, c’est qu’il faut la cacher. Le paysan produisait du blé, le système agro-industriel produit des profits en transformant les pesticides en pain Jacquet. Le capitalisme industriel a siphoné la substance des activités qui ont fait notre l’humanité mais il serait dangereux que nous nous en rendions compte. Il fait tout pour entretenir l’illusion.

Ces clones sont “pesticides”. Le président Sarkozy a condamné les “Ogm pesticides” lors de son discours de clôture du Grenelle de l’Environnement. Il a donc condamné 99,6% des “Ogm” commercialisés. Le pourcentage est le même cinq ans plus tard. Mais qui fabrique les Ogm-pesticides ?

Ces clones pesticides sont de deux types, ceux qui produisent une toxine insecticide, ceux qui absorbent un herbicide sans mourir. De plus en plus, ces deux traits se retrouvent simultanément. La toxine insecticide est produite par toutes les cellules de la plante. L’herbicide, lui, pour agir doit pénétrer dans la plante. La construction génétique introduite dans la plante neutralise son action. La plante survit et l’herbicide reste. C’est le cas du Round-up qui fait la fortune de Monsanto. Dans les deux cas, le pesticide entre dans l’alimentation.

Le but des fabricants d’agro-toxiques est, on le voit, de changer subrepticement le statut des pesticides : de produits toxiques à éliminer autant que possible de notre alimentation, ils sont en train d’en faire des constituants de notre alimentation. Le principe de l’équivalence en substance, scientifiquement ridicule mais qui fonde la “sécurité alimentaire” – tant qu’une fraise transgénique ne ressemble pas à une pomme de pin, elle est “substanciellement équivalente” à une fraise normale – permet de courtcircuiter les tests coûteux et longs qui grèvaient les profits des agrotoxiques chimiques.

Il n’y a pas de conséquences néfaste, nous affirment les fabricants d’agrotoxiques et leurs experts d’autant plus facilement qu’ils se gardent bien de faire les travaux approfondis qui permettraient (peut-être) de les découvrir. Ils se contentent de s’assurer “scientifiquement” que « dans l’état actuel des connaissances scientifiques », on ne peut pas “scientifiquement” démontrer une toxicité éventuelle. Ils font de l’absence de preuve la preuve de l’absence. Or l’état de ces connaissances est balbutiant. Les bactéries de notre tube digestif sont 100 fois plus nombreuse que les cellules de notre corps. On connaît 5 à 10% seulement de ce microbiote, qui joue un rôle physiologique important – et mal connu. Il en est de même pour les micro-organismes du sol – une poignée de terre fertile contient de 5 à 50 milliards de bactéries, pour ne rien dire des champignons, des actinomycètes, des algues etc. 80% de la biomasse se trouve dans les 30 premiers centimétres de la sol et nous détruisons cette pellicule moléculaire de Vie qui assure le fonctionnement des grands cycles biologiques du carbone, de l’azote, de l’eau etc.

On ne sait presque rien du développement de l’œuf fécondé à l’organisme final : l’oreille par exemple avec son pavillon, son conduit auditif, le tympan, l’enclume, l’étrier, les canaux, le limaçon et ses cellules ciliées qui transmettent le son au nerf auditif, tout ceci est délicatement et admirablement façonné spatialement, arrangé avec précision dans le temps et l’espace et se met exactement à sa place – à partir d’une seule cellule ! Tout plonger dans un bain de perturbateurs hormonaux et autres produits chimiques est d’autant imprudent que ces molécules peuvent entrer en synergie et être plus toxiques encore à des doses non mesurables. Pour résumer, l’Italie nous a offert un plat sublime de simplicité, la pasta al pesto. Les fabricants d’agrotoxiques veulent nous imposer désormais la pasta al pesticida. Ce n’est pas à leurs mercenaires de décider de notre appétit.

Enfin, ces clones pesticides sont brevetés. L’enjeu ? Les être vivants se reproduisent et se multiplient gratuitement. La loi de la vie s’oppose à la loi du profit. La vie a donc tort. Ce projet de société, l’expropriation de la vie, commence avec le capitalisme industriel. Dès la fin du 18ième siècle, les aristocrates anglais infatués de courses de chevaux créent un système administratif du contrôle du “sang” de leurs animaux. Il est l’image dans un miroir des règles aristocratique de transmission du pouvoir et de la richesse. Les papiers administratifs (le “pedigree”) et le contrôle des saillies assurent aux aristocrates éleveurs le monopole du “sang” de leurs animaux. Un animal qui a des “papiers” a de la valeur, un animal roturier ne vaut que sa roture.

Ce système est repris au début du 19ième siècle pour les animaux de ferme et perdure encore avec les livres des origines. Pour les plantes, il faut attendre bien que, dès la fin du 19ième siècle, les sélectionneurs se plaignent de l’injustice de la Nature. Elle prendra différentes formes. Biologique avec le fameux maïs “hybride” que les agriculteurs ne peuvent re-semer sans chute de rendement – une des plus belles escroqueries scientifiques du siècle passé et présent, ce monopole permettant de multiplier par 50 ou 100 le prix des semences – le non moins fameux Terminator de mars 1998 qui permet de faire des plantes dont la descendance est carrément stérile.

Monsanto s’est immédiatement jeté sur Terminator, ce produit de la collaboration de la recherche publique (!) et d’une entreprise privée, lui assurant ainsi une publicité mondiale. Cet Ogm “répugnant” révélait le secret le mieux gardé de la génétique agricole : séparer ce que la vie confond, séparer la production de la reproduction. Technologie et précipitation inopportunes, car les fabricants d’agrotoxiques étaient sur le point d’arriver discrètement à leurs fins avec la Directive 98/44 “de brevetabilité des inventions biotechnologiques”, péniblement transposée en droit français à l’unanimité (sauf le groupe communiste) à la fin 2004. Ce brevet – un monopole accordé à un cartel et le renforçant – favorise, prétend-t-on l’Innovation alors que la doxa économique enseigne depuis Adam Smith que la concurrence assure le Progrès. Quelle imposture !

Le Parti Socialiste a assorti son vote d’une demande de renégociation dont plus personne n’a entendu parler. En France, d’ailleurs, multiplier les obstacles règlementaires pour empêcher l’agriculteur de semer le grain récolté est une spécialité des ministres socialistes de l’agriculture, de Michel Rocard en 1995 à Jean Glavany (2001) en passant par Henry Nallet (1989). Mais Glavany a surclassé ses prédécesseurs avec sa “cotisation volontaire obligatoire”, une taxe sur les semences de ferme (non commerciales), pour secourir une interprofession sous la coupe du cartel.

Une société démocratique doit-elle se laisser dicter sa loi par les experts – ces « hommes compétents qui se trompent en suivant les règles » (Paul Valéry) – pour évaluer la dangerosité des clones pesticides brevetés (ou tout autre problème)? Pas besoin d’expert pour se rendre compte que nous courons au désastre. Des clones, alors que la diversité biologique cultivée est à l’agonie. Des clones pesticides qui permettent d’éviter les tests coûteux imposés aux agrotoxiques chimiques et nous enfoncent dans l’addiction à des poisons qui créent leur propre marché et l’élargissent constamment car les ravageurs et les pathogènes les contournent inévitablement. Des clones pesticides brevetés qui confient notre avenir biologique aux fabricants de produits en “cide”, aux fabricants de mort.

L’expression Ogm et les débats qu’elle impose, typiques de notre époque d’enfumage, révèlent l’état de notre démocratie. Appeler les choses par leur nom, ouvre un possible renouveau démocratique: démonter une législation semencière dépassée qui impose les clones et condamne des associations qui, comme Kokopelli, luttent pour sauvegarder la diversité. Lutter sérieusement contre l’addiction aux pesticides. En finir, enfin et surtout, avec le brevet du vivant. Le PS n’a–t-il pas dit qu’il en demanderait la renégociation ?

Bien entendu, les sycophantes détournent l’attention en annonçant l’avènement d’Ogm philanthropiques et verts. Les Ogm vont nourrir la planète et protéger l’environnement annonçait Axel Khan dans Les Echos en 1998. Mais nous n’avons toujours que des clones pesticides brevetés.

Comment ces Ogm philanthropiques et verts pourraient-ils être ceux d’une société où la maximisation du profit est la seule règle, où les experts scientifiques sous influence remplacent la démocratie, où les “empoisonneurs publics” (Roger Heim, Président de l’Académie des Sciences dans sa préface au livre de Rachel Carlson, “Un printemps silencieux” de 1964 – une autre époque) et marchands de Mort ont toute liberté pour confisquer la Vie. Les Ogm philanthropiques et verts sont ceux d’une société démocratique et libre, donc philanthropique et verte qui, pour ces raisons, n’en aura pas besoin.

Article rédigé sur le site de Kokopelli, le 25 septembre 2012 par :

Jean-Pierre     Berlan
Jean-Pierre Berlan
ex-Directeur de Recherche Inra.jpe.berlan@gmail.com

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Testé et approuvé : on peut transformer un PS en une UMP avec un baril d’Amesyshttp://reflets.info/?p=22498http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121019_235523_Teste_et_approuve___on_peut_transformer_un_PS_en_une_UMP_avec_un_baril_d___AmesysFri, 19 Oct 2012 21:55:23 +0000François Hollande a été élu sur un slogan intéressant : « le changement, c’est maintenant« . Après cinq années de décomplexitude, de lâcher prise total dans la pratique d’une politique de clan, la promesse d’une salutaire (ré)inversion des valeurs, sonnait comme une douce mélodie aux oreilles des démocrates. Bien entendu, chacun (sauf les naïfs, mais ils peuvent être nombreux) savait que François Hollande ne changerait pas tout. Au mieux avait-on un mince espoir… Cela ne pouvait pas être pire.

Le futur président qui sait utiliser la langue française, à l’inverse de son prédécesseur, avait d’ailleurs utilisé le débat télévisé pour placer une intéressante anaphore :

« Je veux être un président qui d’abord respecte les Français, qui les considère. Un président qui ne veut pas être président de tout, chef de tout et en définitive responsable de rien. »
« Moi président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l’Élysée.
Moi président de la République, je ne traiterai pas mon Premier ministre de collaborateur.
Moi président de la République, je ne participerai pas à des collectes de fonds pour mon propre parti, dans un hôtel parisien.
Moi président de la République, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante, je ne nommerai pas les membres du parquet alors que l’avis du Conseil supérieur de la magistrature n’a pas été dans ce sens.
Moi président de la République, je n’aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, je laisserai ça à des instances indépendantes.
Moi président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire.
Moi président de la République, j’aurai aussi à cœur de ne pas avoir un statut pénal du chef de l’État ; je le ferai réformer, de façon à ce que si des actes antérieurs à ma prise de fonction venaient à être contestés, je puisse dans certaines conditions me rendre à la convocation de tel ou tel magistrat ou m’expliquer devant un certain nombre d’instances.
Moi président de la République, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire, autant de femmes que d’hommes.
Moi président de la République, il y aura un code de déontologie pour les ministres, qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d’intérêts.
Moi président de la République, les ministres ne pourront pas cumuler leur fonction avec un mandat local, parce que je considère qu’ils devraient se consacrer pleinement à leur tâche.
Moi président de la République, je ferai un acte de décentralisation, parce que je pense que les collectivités locales ont besoin d’un nouveau souffle, de nouvelles compétences, de nouvelles libertés.
Moi président de la République, je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés, aussi bien les organisations professionnelles que les syndicats, et que nous puissions avoir régulièrement une discussion pour savoir ce qui relève de la loi, ce qui relève de la négociation.
Moi président de la République, j’engagerai de grands débats, on a évoqué celui de l’énergie, et il est légitime qu’il puisse y avoir sur ces questions-là de grands débats citoyens.
Moi président de la République, j’introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives, pour les élections non pas de 2012, mais celles de 2017, car je pense qu’il est bon que l’ensemble des sensibilités politiques soient représentées.
Moi président de la République, j’essaierai d’avoir de la hauteur de vue, pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions, mais en même temps je ne m’occuperai pas de tout, et j’aurai toujours le souci de la proximité avec les Français. »

Et comme le disait à l’époque Daniel Schneidermann, cette tirade était un moment d’allégresse :  « Trois minutes vingt, le temps d’une chanson, pour effacer, venger, cinq ans d’appropriation, cinq ans de gloutonnerie, d’anomalie et au total d’humiliation ».

Reste que le pouvoir change les hommes, paraît-il.

En tout cas, certains espoirs portés par François Hollande sont aujourd’hui assez sérieusement douchés. Nous pourrions disserter sur chaque point de la tirade du candidat. Mais ce serait un peu fastidieux.

Concentrons-nous sur un exemple que les lecteurs de Reflets connaissent bien : l’AmesysGate.

Pensiez-vous ami lecteur que l’impunité des dirigeants de Bull/Amesys allait venir à son terme avec l’arrivée d’une alternance au pouvoir ?

Pas le moins du monde. Et les derniers tweets échangés avec @francediplo le confirment : avec un baril d’Amesys, il est possible de transformer un PS en une UMP… Démonstration…

Hier, @francediplo évoque un congrès régional à Rabat sur la peine de mort et précise que François Zimeray, ambassadeur pour les droits de l’homme, représentera la France au congrès de Rabat.

Ce à quoi Reflets, taquin, répond :

_reflets_
Dites, @francediplo, François Zimeray parlera-t-il du #Eagle qu’#Amesys installe à Rabat avec la bénédiction du #gouvernement Français ?
18/10/12 17:51

et

_reflets_
A propos, @francediplo, quelle est votre position sur cette installation #Eagle d’#Amesys à Rabat ? http://t.co/NK5danj3
18/10/12 18:01

@francediplo s’est renseigné et a trouvé des réponses à nos questions. Il s’agit de la position du gouvernement socialiste en place. Accrochez vos ceintures :

francediplo
@_reflets_ Ls sys. informatiques Amesys ne ft pas l’objet de contrôle avant exportation car n’entrent pas ds la cat. ds biens à double usage
19/10/12 19:20
francediplo
@_reflets_ Il y a une réflexion en cours en interministériel pr proposer une extension des biens à double usage aux intercepteurs d’internet
19/10/12 19:23

Chez Reflets, une telle réponse laisse sans voix.

C’est en effet la théorie officielle du gouvernement Sarkozy, celui qui a tant facilité le deal entre Amesys et Abdallah Senoussi, un terroriste  notoire, condamné par contumace en France depuis 1999.

Cette théorie consiste à évoquer un « vide juridique » à propos de l’exportation des armes numérique.

Cette théorie a été plusieurs fois évoquée et relayée par Jean-Marc Manach et a fait l’objet d’une longue discussion entre lui et moi (Full disclosure : je connais très bien Jean-Marc Manach, il travaillait dans mon service à Transfert). Je suis farouchement opposé à cette théorie farfelue qui exonère tout le monde de toute responsabilité.

Pas de politiques ayant favorisé la vente d’un outil de surveillance globale de la population libyenne à Mouammar Kadhafi, pas de dirigeants de Bull / Amesys ayant traité avec un terroriste (Abdallah Senoussi) qui était leur interface gouvernementale. Pas d’usage d’un logiciel français, d’un savoir-faire français, d’une équipe de développeurs français au service de tortionnaires pour pister les opposants libyens. Aucune responsabilité ne pourrait être recherchée en justice puisqu’il n’y aurait pas de « délit ». Cela plairait bien à tous les dirigeants des entreprises vendeuses de Deep Packet Inspection. Ils ont une fâcheuse tendance à prendre tout le monde pour des cons, et là, on atteindrait une apothéose.

Pour Reflets, et pour moi, tout ce petit monde, les politiques, les dirigeants de Bull / Amesys, les facilitateurs (comme Ziad Takieddine) ont une responsabilité qui peut être recherchée. Il suffit de choisir un angle juridique qui se tienne et qui puisse devenir un angle judiciaire. Pour nous, l’exportation de produits de ce genre ne peut être faite sans la signature du premier ministre.

Entendre @francediplo ressortir les arguments de l’ancien gouvernement, cela laisse pantois. Il suffirait donc d’un baril d’Amesys pour transformer le PS en une UMP ?

De la merde dans les ventilos ?

Bien entendu, on savait que sur ce point, le changement, ce n’était pas maintenant. Mais tout de même… Là c’est un peu fort.

On pourrait être de gros complotistes et se dire que si tout le monde, UMP comme PS, veut étouffer cette histoire de vente par Amesys à Mouammar Kadhafi d’un système de surveillance de toute la population, c’est peut-être parce que si la justice entrait dans la partie, il y aurait de merde propulsée dans les ventilos et donc, étalée partout.

D’ailleurs, en mai 2012, une information judiciaire était ouverte contre Amesys pour complicité d’actes de tortures en Libye après une plainte de la FIDH et depuis… Rien. Un assourdissant silence. Reflets qui dispose d’informations privilégiées sur Amesys et n’a pas caché être à la disposition de la Justice n’a jamais été contacté par cette dernière. Pas plus, à notre connaissance, que Owni, Mediapart ou tout autre journal…

Le silence est d’or. Pourvu que le bruit médiatique retombe…

Si l’on était de gros complotistes on dirait qu’il est particulièrement étrange de voir les principaux clients d’Amesys défiler dans le bureau de François Hollande. Tous des démocrates convaincus et patentés comme le Roi du Maroc, le roi de Bahreïn, le premier ministre du Qatar, le fils du roi d’Arabie saoudite, le roi de Jordanie et le prince héritier d’Abu Dhabi qui en moins de 100 jours de pouvoir socialiste ont été reçus par François Hollande…

francediplo
@_reflets_ Il y a une réflexion en cours en interministériel pr proposer une extension des biens à double usage aux intercepteurs d’internet
19/10/12 19:23

Nous expliquait vendredi soir @francediplo.

Ce sont les militants du mouvement du 20 février qui vont être contents  : il y a une réflexion en cours en interministériel.

Prenez votre temps amis ministres, les opposants attendront.

Mais bon, hein, ceci dit, personne n’est coupable de rien pour l’existant :

francediplo
@_reflets_ Si un tel matériel a été exporté, l’exportateur n’avait pas besoin d’obtenir une autorisation ni d’en informer l’administration
19/10/12 19:40

L’existant, c’est un Eagle en cours d’installation à Rabat par Amesys avec du matériel fourni par Euriware, le soutien d’Alten… Bref, que du bon… Du savoir faire français si cher au gouvernement actuel.

Dites François Hollande… Vous président, pourriez-vous répondre à une question simple ?

Vous semble-t-il « normal » qu’une entreprise française ait vendu un outil de chasse aux opposants à Mouammar Kadhafi, avec comme interface d’Amesys, un terroriste condamné par la France sans jamais être inquiétée par la justice ?

Allons un peu plus loin :

Alors que la tendance est à la lutte contre le terrorisme depuis le 11 septembre 2001, peut-on avoir en France une totale impunité pour un fleuron de l’industrie informatique (et son patron qui s’est très directement impliqué) vendant des outils de chasse aux opposants politiques à quelqu’un qui est condamné en France pour son implication, justement, dans un acte terroriste ? L’Etat est-il si désarmé que cela face à de tels agissements ? En cherchant bien, ne peut-il trouver des avocats capables de trouver un angle d’attaque juridique qui tienne la route ?

L’Etat français serait-il moins puissant que l’Etat américain lorsqu’il s’agit d’expliquer aux entreprises que l’on ne joue pas impunément avec la vie d’opposants dans des dictatures ou des Etats policiers ? L’OpSyria de Telecomix, Reflets et  Fhimt n’était pas passée, outre  Atlantique, aussi inaperçue que l’AmesysGate de ce côté ci de l’océan…

En cherchant un peu dans les archives, vous président, pourriez voir si François Fillon ou un service de l’Etat a signé une autorisation de vente des produits Bull / Amesys à la Libye. Si tel n’était pas le cas, le gouvernement français pourrait rechercher la responsabilité d’Amesys sur la base des articles évoqués dans ce papier.

 

 

 

Interlude :

Bomba estereo, La Yegros, Jay Z ont accompagné l’écriture de cet article.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Allo la France réchauffiste ? Ici Londres… #ClimateGatehttp://reflets.info/?p=22482http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121019_142914_Allo_la_France_rechauffiste___Ici_Londres_____ClimateGateFri, 19 Oct 2012 12:29:14 +0000C’est une très très mauvaise nouvelle qui vient de tomber, pour toute l’église réchauffiste, et elle vient d’Angleterre, via le Dailymail du 13 octobre :

« From the start of 1997 until August 2012, however, figures released last week show the answer is zero: the trend, derived from the aggregate data collected from more than 3,000 worldwide measuring points, has been flat. »

« Du début 1997 jusqu’à Août 2012, toutefois, les chiffres publiés la semaine dernière montrent que la réponse est zéro: la tendance, provenant de l’ensemble des données recueillies auprès de plus de 3.000 points de mesure dans le monde entier, a été stable. »

D’un point de vue graphique, ça donne ça :

Le Dailymail, ce repère de pollueurs, pro-Bush, soutenus par le grand capital et les industries pétrolières ose nous infliger des données récemment modélisées, c’est vraiment dégueulasse.

« The world stopped getting warmer almost 16 years ago, according to new data released last week.

The figures, which have triggered debate among climate scientists, reveal that from the beginning of 1997 until August 2012, there was no discernible rise in aggregate global temperatures.

This means that the ‘plateau’ or ‘pause’ in global warming has now lasted for about the same time as the previous period when temperatures rose, 1980 to 1996. Before that, temperatures had been stable or declining for about 40 years. »

« Le monde a arrêté de se réchauffer depuis 16 ans, selon de nouvelles données publiées la semaine dernière.

Les chiffres, qui ont déclenché un débat entre les scientifiques du climat, révèlent que depuis le début de l’année 1997 jusqu’à Août 2012, il n’y avait pas d’augmentation sensible du montant global des températures mondiales.

Cela signifie que le «plateau» ou «pause» dans le réchauffement climatique a une durée équivalente à la période précédente, lorsque les températures ont augmenté, de 1980 à 1996. Avant cela, les températures ont été stables ou en déclin depuis environ 40 ans. »

Dingue, non ? On y croit pas. C’est moche. Vraiment moche…on est très déçus, on y croyait, on était contents que cette saloperie d’homme ait fait grimper en flèche la température par ses pollutions toutes pourries à 90% certains, on était contents.

Mais Phil Jones, le spécialiste en demande d’effacement de mails compromettants du Giec, [Dans un courriel daté de fin mai 2008, Phil Jones demande à Michael Manncitation : « Peux-tu supprimer tous les courriels que tu peux avoir eu avec Keith [Briffa] concernant l’AR4 [le quatrième rapport du Giec]41 ? Keith fera la même chose. […] Peux-tu aussi envoyer un courriel à Gene [Wahl] et lui dire de faire pareil ? Je n’ai pas sa nouvelle adresse. On demandera à Caspar [Ammann] de faire la même chose. »] a très vite réagi pour corriger le tir :

« Some climate scientists, such as Professor Phil Jones, director of the Climatic Research Unit at the University of East Anglia, last week dismissed the significance of the plateau, saying that 15 or 16 years is too short a period from which to draw conclusions »

On ne lui la fait pas à Phil, c’est pas avec un truc de températures globales sur 15 ans qu’on peut démontrer quoi que ce soit.

Mais d’autres scientifiques contredisent ce pauvre Phil (qui n’aime pas qu’on puisse lire ses mails compromettants et propose des ruses pour faire coller les résultats, quand il en a besoin [Un des courriels mis en cause propose d’utiliser une astuce (a trick) afin de cacher une baisse de la température moyenne (hide the decline). D’autres fichiers font référence à des astuces variées pour « cacher » le « déclin » ou la « divergence » : suppression, remplacement par des moyennes thermométriques globales, remplacement par des chiffres fixes (…) Phil Jones affirme que l’astuce signifiait de façon familière « quelque chose d’intelligent à faire » et non une manipulation des données comme l’affirment ses détracteurs.]) :

« Others disagreed. Professor Judith Curry, who is the head of the climate science department at America’s prestigious Georgia Tech university, told The Mail on Sunday that it was clear that the computer models used to predict future warming were ‘deeply flawed’. »

Le modèle prédictif informatique est profondément défectueux. Ca c’est énervant pour Prof Jones (et d’autres), qui avoue quand même quelques trucs, mais pas trop :

« Even Prof Jones admitted that he and his colleagues did not understand the impact of ‘natural variability’ – factors such as long-term ocean temperature cycles and changes in the output of the sun. However, he said he was still convinced that the current decade would end up significantly warmer than the previous two. »

Bon, ok, ils avouent qu’ils pigeaient pas tout dans les facteurs naturels des variations du climat, comme les cycles de variations des températures océaniques et les changements niveau cycles solaires. Ok, ok. Mais il reste convaincu qu’au final, cette décennie finira bien par être significativement plus chaude que les deux précédentes. Le Jones, il y arrivera bien au final à faire, que ça colle.

Parce que, bon, comme c’est un peu répété depuis le début de cette série, le climat, son réchauffement, tout ce bazar est un peu plus compliqué que « ça chauffe parce qu’on pollue, on va tous mourir ». Que les modèles informatiques, ben tout dépend de ce qu’on y met dedans, et que c’est le climat d’une planète quand même…

« But according to increasing numbers of serious climate scientists, it does suggest that the computer models that have for years been predicting imminent doom, such as  those used by the Met Office and the UN Intergovernmental Panel on Climate Change, are flawed, and that the climate is far more complex than the models assert. ‘The new data confirms the existence of a pause in global warming,’ Professor Judith Curry, chair of the School of Earth and Atmospheric Science at America’s Georgia Tech university, told me yesterday. »

« Mais, selon un nombre croissant de scientifiques du climat, cela suggère que les modèles informatiques qui ont prédit une catastrophe imminente pendant des années tels que ceux utilisés par le Met Office et le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), sont imparfaits, et que le climat est beaucoup plus complexe que les modèles l’affirment. «Les nouvelles données confirment l’existence d’une pause dans le réchauffement climatique, m’a dit hier le professeur Judith Curry, président de l’Ecole de la Terre et des sciences atmosphériques à l’université américaine Georgia Tech, »

Ces salauds d’Anglo-saxons sont en train de nous dire que tout notre emballement anti-Co2 est bidon, que le réchauffement c’est plus complexe que ce qu’expliquent nos éminentes stars de l’écologie française ? Les papes du réchauffement anthropique ? Qu’il y a même une pause dans le réchauffement ? Attends, mais on n’est pas d’accord du tout ! Et mon vélo ? Et ma voiturette verte alors ? Et mon club de militants anti-pollueurs ? Et les ours, ils vont pas se noyer ? Et on va pas tous être dans MadMax avec des aliens qui viennent nous aider alors que la plaète à pris 5°C en moins de 100 ans, avec des déserts partout et des arches de Noé ?

Nan, parce que Phil a des réponses :

« Like Prof Curry, Prof Jones also admitted that the climate models were imperfect: ‘We don’t fully understand how to input things like changes in the oceans, and because we don’t fully understand it you could say that natural variability is now working to suppress the warming. We don’t know what natural variability is doing.’ »

Et ouais ! Il admet qu’on comprend pas vraiment, et parce qu’il comprends pas parfaitement, il peut dire que le réchauffement est surement « supprimé » grâce à la variabilité naturelle ! Bon, c’est cool. Mais ils savent pas ce que fait vraiment la variabilité naturelle. Ben oui, mais on y avait pas pensé, trop cons, on est. Et de toute manière, 15 ans, 16 ans, c’est trop court, pas significatif. Et puis comme le consensus à dit que la variabilité naturelle on s’en cogne parce que c’est le Co2 et qu’on doit calculer les prévisions de la montée des eaux et de l’Apocalypse de Jean…et qu’au final le Co2 fait chauffer la planète et qu’heureusement la variabilité naturelle est là pour refroidir le bazar…

Mais pour autant, que disait Prof Jones en 2009 ?

« Yet in 2009, when the plateau was already becoming apparent and being discussed by scientists, he told a colleague in one of the Climategate emails: ‘Bottom  line: the “no upward trend” has to  continue for a total of 15 years before we get worried. »

Ah oui, quand même, 15 ans ça lui suffisait pour s’inquiéter au Jones. S’inquiéter que ça chauffe ? Non, au contraire, que ça ne chauffe pas, ou qu’il y ait une pause, parce que là, si ça chauffait pas, il passe pour un gros con,  le Phil, et en gros il est viré, voire…pire.

Mais tout ça n’es pas très intéressant : il y a changement climatique, et personne ne le conteste dans la communauté mondiale scientifique sérieuse et spécialisée dans le domaine, mais il n’est juste pas du tout celui indiqué par le Giec, et ne colle pas du tout avec les prédictions ou prévisions du machin vendu par d’Al Gore. Les modèles sont défectueux. Y’a une pause dans le réchauffement. Même le niveau des mers et océans se met à baisser, (heureusement, en France, on ne se fait pas berner) mais là, quand on lit ça, on dit NON ! Et on se dit que si c’est vrai, et bien il faut que Phil Jones il se défende, que c’est dégueulasse !

Non aux sceptiques d’outre-manche et d’outre atlantique, non à ces sectes anti-réchauffement qui nous expliquent que ça ne pas être la catastrophe ! Non, non, non !

— Allo, passez-moi sa seigneurie, s’il vous plaît…

— Allo, oui, ici sa sainteté, le Pape du Giec et du Réchauffement climatique anthropique, que voulez-vous ?

— Il semble qu’il y ait une pause en réalité dans le réchauffement ces 15 dernières années, on fait quoi votre seigneurie ?

— Dites que c’est normal.

— Mais pourtant nous avons toujours dit que…

— Oui, mais les voies du réchauffement anthropique par le Co2 sont impénétrables, dites-leur que c’est encore plus grave, et que quand ça va reprendre, ce sera pire.

— Et, bon…ok, vous avez pensé à tout, mais vous y croyez toujours votre seigneurie, vous croyez, hein ?

— Vous me prenez pour qui ? Jamais ma foi ne sera entamée, jamais ! Allez en paix mon fils, et réduisez vos émissions de Co2, sinon je vous fais muter au Gröenland.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Le prêtre et les suceuseshttp://reflets.info/?p=22474http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121019_102438_Le_pretre_et_les_suceusesFri, 19 Oct 2012 08:24:38 +0000Parfois, on se demande s’ils le font exprès ou si c’est involontaire. Dans certains cas, les communicants, les journalistes peuvent aller loin dans la « provocation », histoire d’accrocher le regard du chaland désabusé. Un titre bien sulfureux (par exemple « Le prêtre et les suceuses »), un nom de boite ou un slogan assez osé peuvent aider à sortir du lot…

En fouillant mes archives je suis retombé sur cette fabuleuse Une du journal paroissial que je recevais comme spam dans ma boite aux lettres il y a quelques années :

En période de scandales répétés liés à des dérives pédophiles de prêtres, le titre du dossier était peut-être un peu mal choisi.

Mais tout est possible. Y compris choisir un nom de boite comme celui-ci :

Pensée émue pour les commerciales qui font du démarchage :

« Bonjour monsieur, les suceuses de l’Ouest à l’appareil… »

Dur métier…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
La DISA, Wikileaks et la cyberguerrehttp://reflets.info/?p=22453http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121018_152145_La_DISA__Wikileaks_et_la_cyberguerreThu, 18 Oct 2012 13:21:45 +0000Allez, dans la rubrique « les mono-neuronaux affutent leur storytelling« , nous allons ajouter un petit caillou blanc…

Figurez-vous que la Defense Information Systems Agency (DISA) vient d’être chargée de sécuriser un peu mieux tous les réseaux et systèmes du gouvernement fédéral américain, à l’exception du FBI et du Département d’Etat qui ont leur propres infrastructures. Ceci serait une réponse aux méga fuites qui ont abouti aux différentes publications d’informations confidentielles dans Wikileaks.

C’est probablement la meilleure blague de l’année et elle a failli passer inaperçue.

Attention, on copie-colle quelques déclarations de la DISA pour rendre le truc un peu plus croustillant, vous allez voir, cela en vaut la peine :

“In response to WikiLeaks, the Office of Management and Budget and the [21 agency] Committee for National Security Systems determined that all federal agencies that operate on the federal classified [or] Secret networks must implement a hardware-based PKI solution to protect their information and networks. The objective is to remove anonymity and improve the overall security of the federal Secret networks,” DISA said.

“there is a sense of urgency to have all federal agencies using hardware tokens to access their networks and information as quickly as possible. Since DoD is already well on their way to implementing the DoD PKI SIPRNET [Secret Internet Protocol Router Network] token capability, it was decided that DoD would leverage its existing infrastructure to stand up a common service provider capability to all federal agencies except for Department of State and FBI, which already had their own systems. Because DISA is the operator of the DoD PKI, DISA will be the CSP for the federal agencies.”

Ce n’est pas un secret puisque cela avait fait l’objet d’un gros papier dans le Canard Enchaîné, votre serviteur s’est promené pendant un temps certain dans un serveur Web non protégé de la DISA.

Ce qui nous permettait d’expliquer, à l’époque des fuites dans Wikileaks que les coupables n’étaient pas les whistleblowers mais les cranes d’oeufs de Washington (notamment les faucons de l’époque Bush) et du Pentagone. A trop vouloir partager l’information pour que le « combattant » ait toutes les informations nécessaires en mains, on a multiplié de manière exponentielle le nombre de personnes partageant des secrets. Bilan ? Le risque de diffusion de ces secrets a augmenté lui aussi de façon exponentielle.

Et qui était au coeur de ce réseau « Net centric » permettant au « Warfighter » luttant courageusement contre la terreur de prendre les bonnes décisions ? On vous le donne en mille : la DISA.

C’est très réussi.

Donc, maintenant que le pompier pyromane a bien cramé les champs et permis à Wikileaks d’obtenir des tonnes de documents, on va lui demander de sécuriser le périmètre. Tout va bien. La logique industrielle appliquée dans le public comme dans le privé ces 30 dernières années est bien respectée.

La paille, la poutre et la cyber-guerre

Mais le tableau ne serait pas complet si Reflets ne rebondissait pas sur son article du 17 octobre évoquant la cyber-guerre.

Vous savez, la protection des structures informatiques essentielles, le truc à la mode qui donne un vague intérêt aux études sur la cyber-guerre ? Et bien on en a une bonne à vous raconter à propos de la DISA, l’agence qui est chargée de sécuriser les infrastructures essentielles du gouvernement et de l’armée américaine…

Cette petite anecdote devrait, espérons-le finir de vous convaincre que ce que racontent les militaires américains sur les cyber terroristes, sur la cyber-guerre et toutes ces choses, sont du caca de taureau.

Figurez-vous que lorsque les militaires américains sont dans leurs tanks en Afghanistan ou en Irak, en train de pilonner les positions des Talibans ou de Saddam Hussein, le plus gros producteur d’armes de destruction massive que le monde ait connu, ils ont des petits points de couleur qui s’affichent sur leurs écrans.

Mettons rouge pour les ennemis et bleus pour les copains. C’est censé éviter les « tirs amis ». Bon, il faut l’avouer, ça a très mal marché au début de ces deux conflits et des documents hébergés par la DISA sur le serveur en question (mal sécurisé) en attestent.

Mais revenons à ce système de petits points de couleur.

La DISA expliquait dans certains documents comment le système fonctionnait, quels serveurs traitaient les informations et servaient de centre de dispatching. Mieux, elle conservait des documents qui permettaient d’identifier physiquement où se trouvaient ces serveur dans un certain bâtiment. Et comme quand on est con, il n’est pas interdit de l’être jusqu’au bout (il y a un stade où l’on ne vous en tient même plus rigueur), le serveur de la DISA proposait un plan extrêmement détaillé de l’immeuble où se trouvaient ces serveurs.

Histoire de fournir toutes les informations nécessaires à un commando pour qu’il puisse balancer une roquette sur l’endroit exact du bâtiment où ils se trouvaient. Ce qui aurait forcé tous les pious-pious américains à ressortir leurs jumelles pour identifier les méchants sur les théâtres d’opérations.

Venir raconter après ça que la cyber-guerre menace, que les vilains nakeurs chinois sont si forts qu’ils peuvent mettre à mal les infrastructures essentielles des Etats-Unis et que donc, il faut des budgets supplémentaires pour sécuriser tout ça, c’est un peu exagéré. Si l’on commençait par lutter contre la connerie et la prolifération des mono-neuronaux, cela coûterait moins d’argent aux contribuables pour une efficacité rarement égalée.

Un peu comme une Hadopi dont on pourrait probablement utiliser les budgets annuels pour la lutte contre la pauvreté, le chômage, l’illettrisme, la faim, que sais-je…

Revenons une dernière fois à la DISA… Elle va donc travailler sur une meilleur implémentation de la PKI permettant de sécuriser tout le bousin cyber-gouvernemental…  Voila qui devrait contribuer à relancer l’économie américaine ! Des dépenses publiques, des commandes à l’industrie…

Oui, bon, sauf que le travail sur l’implémentation de la PKI, cela fait plus de 10 ans qu’il dure. Visiblement, 10 ans qui n’ont servi à rien. A part à produire des powerpoint® merdiques, stockés sur des serveurs Web merdiques, de test…

Ca bosse dur à la DISA. Et depuis des lustres.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
L’open-data, les ours blancs et noushttp://reflets.info/?p=22381http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121018_113709_L___open-data__les_ours_blancs_et_nousThu, 18 Oct 2012 09:37:09 +0000L’open-data c’est très cool. Tout le monde en conviendra. Pourquoi ? Parce que c’est un oxygène démocratique inépuisable, et que vu l’état maladif des poumons de la démocratie, il serait temps que chaque citoyen puisse respirer les données que Etats ou organismes d’Etats produisent avec leurs impôts, et l’on parle des impôts qui viennent des citoyens.

Ca libère le nez des citoyens en plus, ils ne sont alors plus obligés de respirer à travers le seul masque à gaz des chiffres et analyses des seuls experts, qui sont si régulièrement victimes, les pauvres, d’accusations de “conflits d’intérêts” (un terme élégant pour ne pas dire corrompus jusqu’à la moelle). Quant aux risques de pandémies calculées et propagandistes, peut être les citoyens pourront-ils trouver là aussi des raisons de considérer l’open data comme une sorte d’urgence sanitaire.

Ce principe d’open-data présente toutefois une faiblesse, qui vient de la fragilité psychologique des citoyens. Les données ne mentent pas, et si elles vont contre la croyance ou les convictions des citoyens préalablement « informés », ceux-ci peuvent alors prendre une peur bleue de les voir les data en mode open, prendre peur de regarder la réalité dans sa compliquétude en d’autres termes.

Imaginons que des données sur les chefs d’Etat et leur train de vie existent, et que l’on se rende compte que Ben Ali, par exemple, était un grand mécène, un ascète qui a donné la majorité de son argent pour aider son peuple ? Ou que les multinationales préservent l’environnement bien plus que les paysans traditionnels du tiers-monde ? Que les députés sont assidus à l’assemblée à 99% ?

Rassurez-vous, ce n’est pas le cas. Comme quoi, le monde des data est assez bien fait.

Mais, réalisons un petit test, avec des données mises en graphiques par des instituts scientifiques au sujet de la fonte des pôles. Parce que c’est très grave la fonte des pôles : des ours blancs meurent de noyade et les océans vont monter à un niveau tel que la moitié de la France sera submergée d’ici 2100. Whouuu, ça fait super peur.

Et les citoyens concernés par ces sujets, qui isolent leur logements pour économiser l’énergie, parce que c’est leur trop grande dépense énergétique qui participe à l’effet de serre, roulent avec des voiturettes vertes faiblement émettrices de Co2, ils aident à empêcher ce réchauffement qui fait fondre les pôles. Parce que l’effet de serre par le Co2 et les gaz à effet de serre, c’est pas de la rigolade, non, non. C’est par contre assez facile à comprendre, l’effet de serre, et d’ailleurs on l’enseigne dès la maternelle pour être bien sûr que dès le plus jeune âge il n’y ait pas de doute sur le sujet. C’est super simple à piger.

On sait que les enfants sont les meilleurs prescripteurs du bien de l’humanité. Et qu’un enfant « sait » spontanément ce qui est bon pour l’humanité, ils sont donc éduqués dès le départ. Et éduquent leurs parents aussi, qui sont souvent un peu cons, il faut bien le dire. Et on leur apprend que si il y a plus de Co2 chaque année, il y a plus de réchauffement, plus d’effet de serre : toutes les prévisions du GIEC sont calquées sur ce facteur. Et la fonte des pôles est donc une conséquence dramatique de ce phénomène absolument indiscutable. Ca ne peut que fondre un peu plus chaque année. Point.

Sans données, ça donne ce type d’explications :

Holalalala, mais c’est horrible ! Et ces ours, trop mignons, qui vont tous mourir, alors qu’ensemble on peut les sauver ! Dingue. Bien se rappeler de la rapide animation de la glace du pôle nord qu’on voit disparaître en accéléré.

Au secours ! Ca fond pas comme on veut !

Le réchauffement est global. Le seuil énoooorme de 391 PPM (particules par million en volume) de Co2 a été atteint : c’est grave, parce que la fonte des pôles a largement commencé et ne peut qu’augmenter (la fonte, hein, pas les pôles).

Que fait le citoyen qui a envie d’aller comprendre ce qu’il se passe ? Sans open-data, il regarde le film au dessus, la télévision, Nicolas Hulot, Yann Arthus Bertrand, et bon, l’affaire est entendue : les pôles fondent, quoi. Sacrément dans la merde on est. Genre, je ne fais pas de gosses et je me mets au bio Carrefour (on ne sait jamais).

Et avec l’open-data ? Et bien il récupère des relevés des observatoires des pôles. Sur leurs sites. Les sites des observatoires, les vrais quoi. Pas les sites des spécialistes en « optimisation carbone des organisations ». Et ça donne ça pour le pôle nord :

Carte Observatoire Artic Roos

Source : http://arctic-roos.org/observations/satellite-data/sea-ice/observation_images/ssmi1_ice_ext.png

Que voit-on donc ? La superficie de la glace de l’Arctique. Entre 2007 et 2012. De janvier à décembre. Mais aussi entre 1979 et 2006 (moyenne mensuelle). La première chose surprenante qui saute aux yeux, c’est que l’année 2012 est bien meilleure entre mars et mai que toutes les autres années antérieures. Hum… bizarre, on aurait juré que si c’est plus chaud tout le temps et que ça fond, 2012 doit voir la superficie de l’Arctique inférieure toute l’année. Bon, on est rassuré avec  les mois d’août-septembre octobre : c’est la pire année pour ces trois mois, les ours vont bien crever et on va tous vivre une catastrophe effroyable : on ne s’est pas abonnés au câble pour regarder la chaîne Planète qui nous explique que ça fond, pour rien.

Mais l’année 2009 ? C’est quoi cette année de merde ? Elle est meilleure que les précédentes ! Mais carrément meilleure, elle fait partie du haut du tableau, au point qu’en plein été elle est à 6 millions de Km2 alors que 2007 est à 4,5 ! Si ça chauffe de façon régulière, que ça fond de plus en plus, comment le pôle nord est super-plus étendu en 2009 qu’en 2007 ? Faut certainement chercher des réponses, aller voir plus loin…

Allons donc voir le pôle sud. Après tout il n’y a pas de raison, là-bas aussi ça craint niveau fonte, en mode media mainstream, voyez plutôt :

Ah carrément ! 10 ans ! Pfuiiii, c’est court. Et puis si c’est Europe1 et le chanteur de Trio qui le disent, ben ouais, c’est sûr que bon…

Mais quand même, avec des scientifiques et une télé qui fait son reportage, c’est mieux, plus sérieux :

 

Oh pétard ! La télé de TF1 aussi, aidée d’un scientifique et de la revue « Nature » (c’est du lourd de citer « Nature ») nous confirment nos pires craintes : le pôle Sud, c’est encore pire que celui du Nord, et les mecs du GIEC ont carrément sous-estimé le truc de la montée des océans ! Les spécialistes du climat modélisent mal le niveau futur des mers… Bon, on découvre que leur boulot n’est plus l’étude du climat mais de modéliser des prévisions de la montée des mers, c’est d’une logique implacable. Et scientifique, de toute manière.

Alors, si on va voir les datas d’un centre d’observation dans l’Illinois, qui bosse avec le GIEC d’ailleurs, qu’est-ce qu’il nous dit le Pôle Sud ?

Il nous dit ça, niveau superficie de la glace :

Source : http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IMAGES/seaice.anomaly.antarctic.png

 

Mais c’est quoi cette affaire ? Il ne diminue pas franchement le pôle Sud, hein ! Hola, y’a un truc qui cloche. Bon, l’Illinois c’est des ricains, ils sont tous libéraux, payés par les lobbies, c’est une bande de scientifiques libertariens à la solde des néoconservateurs. Ils en parlent pas des masses non plus de ce relevé de la glace du pôle sud, mais bon, le relevé, il est là. Alors comme on ne nous la fait pas, il suffit d’aller voir les températures du pôle Sud, en août, tiens, par exemple, entre deux années bien éloignées : 1980 et 2002. Là, tu vas voir ce que tu vas voir. Parce que si il y a du réchauffement, ça c’est certain au pôle Nord, on va le voir au Sud : en plus les scientifiques le disent à TF1, alors…

Source août 1980 :

http://igloo.atmos.uiuc.edu/ANTARCTIC/ANOMIMAGES/ant.t.anom.1980.08.jpg

Source août 2002 :

http://igloo.atmos.uiuc.edu/ANTARCTIC/ANOMIMAGES/ant.t.anom.2002.08.jpg

Mais qu’est-ce que c’est ce bazar ? Il fait plus froid sur de plus grandes zones en août 2002 qu’en août 1980 ! Mais ça ne va pas du tout, là ! Bon, comparons les deux courbes de changement de la surfaces de la glace entre Pôle Nord et Pôle Sud, sur une plus longue période, comme ça on va bien voir :

Ah ouais, c’est un peu plus compliqué que TF1, parce qu’en réalité, il n’y a pas moins de glace au pôle Sud au cours des 30 dernières années, mais plus, que la glace du pôle Nord a rétréci vers les années 90, de façon plus ou moins irrégulière, avec une chute en 2008 et une remontée spectaculaire l’année d’après…

Donc, ça a l’air de se réchauffer, mais pas de partout du tout, pas de façon linéaire, pas avec une fonte massive des pôles uniforme et surtout pas le pôle Sud. Mince, ça ne fait pas notre affaire. Un réchauffement qui bouge, qui ne suit pas la règle établie par le réchauffement officiel basé sur une règle de 3, c’est très ennuyeux. Les choses ne sont pas aussi simples que Arthus Bertrand et Hulot le disent ? Y’en a même qui étudient les influences des cyclones, des océans, des volcans, dans cette affaire.

Source : http://climate4you.com/images/MSU%20UAH%20SST%20GlobalMonthlyTempSince1979%20With37monthRunningAverage.gif

En 91 on voit le refroidissement atmosphérique (basse au dessus des océans) suite à l’éruption du Pinatubo, en 1998 il y a le cyclone El-Nino. Toutes ces données représentent la température mondiale moyenne mensuelle de la troposphère inférieure au-dessus des océans. Très intéressant pour réfléchir.

Global monthly average lower troposphere temperature above oceans since 1979, according to University of Alabama at Huntsville, USA. This graph uses data obtained by the National Oceanographic and Atmospheric Administration (NOAA) TIROS-N satellite, interpreted by Dr. Roy Spencer and Dr. John Christy, both at Global Hydrology and Climate Center, University of Alabama at Huntsville, USA. The thick line is the simple running 37 month average, nearly corresponding to a running 3 yr average. The cooling and warming periods directly influenced by the 1991 Mt. Pinatubo volcanic eruption and the 1998 El Niño, respectively, are clearly visible. Please note that the temperature scale is slightly different from the scale used in the two diagrams below. Reference period 1981-2010. Last month shown: September 2012. Last diagram update: 9 October 2012.

C’est quand même très agaçant. Tout ça ne colle pas parfaitement avec la théorie de l’ours et du Co2 seul responsable.  Il y a même les cycles solaires qui sont de la partie :

C’est décidé, je me désabonne du cable. Et bien que déçu de savoir que, peut-être, les ours blancs ne vont pas tous crever sous la fonte des pôles à cause de l’homme, je compte me rattraper en adoptant un militant écologiste dépressif. Ou le chanteur de Trio. Si on les nourrit bien, qu’on les câline, ils arrivent à remonter la pente et peuvent se mettre à étudier les choses en toute indépendance d’esprit. Avec l’open-data, par exemple…pour aller observer que l’augmentation en concentration du Co2 dans l’atmosphère est toujours présente à chaque réchauffement :

Une belle méthode pour la période post-carbonifère moyen, c’est l’utilisation de l’indice stomatique des feuilles fossiles de plantes vasculaires. On sait que plus il y a de CO2 dans l’atmosphère et moins il y a de stomates (indice stomatique faible). on montre ainsi qu’au carbonifère (300 millions d’années), la teneur en CO2 était probablement aussi faible que maintenant. Puis elle a augmenté jusqu’au Crétacé (5 fois la valeur actuelle). Des valeurs relativement élevées de la teneur en CO2 se sont maintenues pendant le Mésozoïoque (de 240 à 100 millions d’années). depuis cette teneur diminue (de 80 à 0 millions d’années). http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-co2-depuis-4ga.xml

Ah mais oui, mais non : c’est pas du jeu, seuls les experts peuvent interpréter toutes ces données, et les contribuables, eux ils devraient mieux se contenter de payer pour que ces données soient crées et seulement utilisables par les spécialistes.

On ne va quand même pas laisser les gens aller regarder par eux mêmes les choses ? Ah ben non. Réfléchir, c’est réservé aux seuls scientifiques : ceux qui permettent des consensus d’organisation onusiennes, par exemple ?

En fait, l’Open-data, ça craint, hein…?

Billets en relation :

flattr this!

]]>
La cyber guerre, ça fait des cyber mortshttp://reflets.info/?p=22424http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121017_133446_La_cyber_guerre____a_fait_des_cyber_mortsWed, 17 Oct 2012 11:34:46 +0000Cela fait des années que Kitetoa.com raconte cela, dans ses articles, dans des conférences… La cyber guerre, ça fait des cyber morts. Ce n’est donc pas bien grave. Il faut dire que la dramatisation d’un possible cyber Pearl Haror, d’une putain de cyber guerre menée par des affreux pirates chinois terroristo-pédophilo-iraniens ne perd pas de terrain. Elle est remise à la Une de toute la presse en ligne assez régulièrement. Principalement par les cranes d’oeuf du Pentagone et de la communauté américaine du renseignement. Mais aussi par de (sacrés) consultants.

Pour une raison assez simple et déjà expliquée dans une palanquée d’articles : avec la fin de l’opposition des blocs (Est/Ouest – Communistes/Capitalistes), l’immense communauté du renseignement et l’énorme appareil militaire américain a vu dans le cyberespace une sorte de nouvelle frontière, une nouvelle pompe à budgets mirobolants.

Il suffisait de crier au loup pour que l’on sorte des sous afin d’acheter des fusils. En l’occurrence, expliquer régulièrement que les « infrastructures vitales » du pays étaient à la merci de gamins aux cheveux longs, un peu autistes, incontrôlables (les vilains nakeurs à nageoire jaune) et  pire, à la merci de cyber terroristes pédophiles financés par des Etats félons.

C’est un principe simple : diffuser du FUD (Fear, uncertainty and doubt). Car la peur est l’arme ultime et ça, les agences de renseignement, les politiques et les militaires le savent très bien.

Avec le FUD, on fait passer toutes les lois liberticides que l’on veut, on obtient tous les budgets que l’on veut.

Les mots ont un sens

Ils en avaient, jusqu’ici du moins, car cela semble de moins en moins être le cas.

Prenez la guerre…

Kim Phuc peut en parler. Elle a vu s’abattre sur elle, enfant, innocente, l’horreur de la guerre. A coup de Napalm.

Si cette photo d’elle a contribué à mettre un terme à la guerre du Vietnam, elle n’a visiblement pas mis un terme à la folie guerrière des empires.

Cette folie se manifeste par de véritables morts. Ce ne sont pas des serveurs informatiques victimes d’une bête DDoS remis en ligne quelques heures plus tard… Ce ne sont pas quelques données informatiques envolées puis retrouvées dans des backups. Non, non, ce sont de vrais morts. Avec du sang et des larmes. De vrais torturés avec de vrais morceaux d’horreur dedans… Ce sont aussi 295 attaques par drones au dessus du Pakistan depuis le début du mandat de Barack Obama (contre 52 pour George Bush) avec une volonté de cibler aussi des civils (176 enfants tués).

Du côté de la cyber guerre, je n’ai jamais pu compter un seul mort et je met au défi les experts en « cyber guerre » (la cyber connerie est-elle plus dangereuse que la connerie ?) et en sécurité informatique de me citer un seul réseau électrique à l’échelle d’un pays, un seul opérateur téléphonique dont l’infrastructure (forcément vitale, hein…) a été définitivement « fermé » par les affreux cyber-terroristes, cyber-combattants ou autre pédo-pirates… Une centrale nucléaire qui a explosé après le piratage de haut vol des « pirates chinois » peut-être ?

Tiens, tant qu’on en parle… Les cyber-terroristes…

Voyez-vous, le terrorisme, dans le temps, c’était un truc qui consistait à frapper des innocents pour terroriser un pays, une population, un gouvernement. Ça consistait à tuer un maximum de personnes de la manière la plus violente possible. Le terrorisme, c’était ça, ou ça, ou encore ça, ou ceci.

Au rayon cyber terrorisme, les exemples montrent que l’on parle d’autre chose. Un truc très FUDien, permettant à des consultants d’engranger des sommes rondelettes pour leurs conseils inutiles.

Quel con-sultant peut raisonnablement affirmer qu’il parle de terrorisme lorsqu’il évoque de ridicules attaques de sites Web ? Les familles des vrais morts dus au vrai terrorisme apprécieront.

Il y a des baffes qui se perdent… Et pas que cyber, les baffes…

 

 

 

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Les bourreaux de la crise passent-ils aux aveux ?http://reflets.info/?p=22229http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121016_141022_Les_bourreaux_de_la_crise_passent-ils_aux_aveux__Tue, 16 Oct 2012 12:10:22 +0000Banques centrales, FMI, plusieurs signaux tendent à montrer que les institutions largement coupables de l’aggravation de la crise financière sont en train d’opérer un virage idéologique en admettant leurs erreurs, devant les évidences factuelles, mais aussi la pression de nouvelles écoles de pensée.

Le peuple a raison d’avoir mal au QE…

Tout d’abord, la Banque d’Angleterre commence à battre en retraite. Dans un intéressant rapport publié en juillet dernier à l’attention du Trésor britannique, la Banque centrale le reconnaît : sa politique de quantitative easing n’est pas neutre sur la répartition des richesses. La Banque explique en conclusion de son étude (que corroborent les conclusions d’une autre étude universitaire venant tout juste de paraître) :

« En soutenant le prix d’une certaine gamme d’actifs financiers, les rachats d’actifs ont boosté la valeur de la richesse financière des ménages en dehors des fonds de pension, mais cela est lourdement asymétrique puisque les 5 % de ménages les plus riches possèdent 40 % de ces actifs. »

La Banque tente certes de se justifier en invoquant le fait que sa politique monétaire a permis d’éviter un effondrement financier pire encore, mais trop tard, le mot est lâché : asymétrique ! C’est en effet sur ce point précis que le bât blesse : selon quel principe démocratique une banque centrale devrait-elle favoriser tel ou tel groupe de citoyens ? Selon quels critères ? Avec quelle légitimité ?

Le débat sur cette question semble émerger au Royaume-Uni. On vient ainsi d’apprendre que le comité du Trésor au Parlement britannique va lancer une enquête visant à élucider davantage encore les effets de la politique monétaire de la Bank of England et, en particulier, à identifier « les gagnants et les perdants » de celle-ci.

Voilà qui promet, d’autant que la Banque centrale est en phase de recrutement de son prochain gouverneur, le mandat de Mervyn King arrivant à échéance l’année prochaine. Déjà, des iconoclastes ont postulé.

Le FMI change de fusil d’épaule

Un autre bourreau qui essaye d’esquiver les critiques est le Fonds monétaire international. Dans le dernier rapport sur les perspectives économiques mondiales (pdf), l’économiste en chef du Fonds, Olivier Blanchard, reconnaît platement une mauvaise prévision de l’impact des redressements fiscaux sur la croissance. Dans La Tribune, Ivan Best résume :

« Le FMI examine ce que les experts appellent les multiplicateurs keynésiens, autrement dit l’impact sur l’économie des mesures d’austérité (ou de relance, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui). Si une réduction de dépense publique d’un euro entraîne une baisse du PIB d’un euro, le multiplicateur est alors estimé à un. Avant la crise, il était d’usage, c’était en tous cas celui en cours au FMI, de considérer que l’effet multiplicateur était limité à 0,5. Mais l’examen de la situation des grands pays industriels depuis le début de la crise conduit à réviser totalement cette estimation. Le multiplicateur serait actuellement compris entre 0,9 et 1,7. »

En gros, le FMI explique que si la politique monétaire n’est pas assez accommodante et/ou que la croissance n’est pas assez soutenue, alors les politiques d’austérité sont vouées à l’échec. De là à dire que le FMI va soudainement promouvoir des politiques budgétaires expansionnistes, serait bien entendu exagéré. Le FMI reste le FMI, une arme reste une arme. Mais il s’agit tout de même d’un retournement de veste important qu’il va falloir surveiller de près.

Mais revenons à nos amies les banques centrales.

La Fed sort de ses réserves

De l’autre côté de l’Atlantique, un autre événement estival a également quelque peu bouleversé le paysage des banques centrales. Ainsi, lors de la dernière messe de famille des banquiers centraux, réunis annuellement à Jackson Hole aux États-Unis, la blogosphère US s’est notamment émue d’un papier du réputé économiste, Michael Woodford.

Dans ce long papier (pdf), l’économiste de l’université de Columbia défend – sans vraiment le dire, mais c’est la règle… – le NGDP targeting, une théorie en vogue dans les milieux anglo-saxons, selon laquelle la banque centrale devrait avoir pour objectif un certain niveau de croissance nominale du PIB plutôt qu’un objectif de maintien de l’inflation. Argument majeur de cette théorie : une croissance nominale soutenue, même inflationniste, est préférable à une faible inflation pouvant dériver en récession. En effet, cette dernière rend les dettes impossibles à rembourser.

Apparemment, la démonstration de Woodford (qui rejoint d’ailleurs la position de Charles Evans, le banquier central ‘hétérodoxe’ de la Fed de Chicago) a eu de l’influence au sein de la Fed. Lors d’une de ses dernières sorties, le patron de la Fed, Ben Bernanke, a ainsi annoncé un nouveau round de QE, mais cette fois-ci dans un esprit différent, puisque la Fed a explicitement exprimé le caractère illimité dans le temps de son intervention, tant que le chômage ne diminue pas suffisamment.

Comme l’explique The Economist, ce qui est significatif n’est peut-être pas tant la nouvelle politique de la Fed que les inspirations qui l’ont conduite, à savoir la blogosphère économique :

« Cela est en partie dû à l’efficacité de l’idée elle-même et des arguments déployés par Scott Sumner (N.D.A. le grand manitou-blogueur du NGDP targeting) [...]. Les blogs ont aidé son idée à trouver son audience. Et à mesure que l’audience a augmenté, Sumner a su trouver des points de vente pour promouvoir ses vues. Et à travers les blogs, les économistes qui ont adopté l’idée ont pu communiquer et approfondir leurs arguments, jusqu’à former ce qui a ensuite été reconnu comme la première école de pensée née sur internet : le market monetarism. »

Pour l’hebdomadaire, cette décision de la Fed va constituer un véritable test grandeur nature du bien-fondé de cette école de pensée. Si non seulement les banquiers centraux commencent à reconnaître que leurs théories ne marchent pas bien et qu’en plus ils commencent à expérimenter d’autres méthodes… Comme un certain Nicolas dirait : tout devient possible !

Quand le vent tourne… les girouettes aussi !

Mais ne nous réjouissons pas trop vite, car est-ce bien surprenant après tout ? Quand l’acharnement idéologique ne produit pas seulement le contraire des effets escomptés, mais la colère des peuples en prime, il y a bien un moment où la raison reprend le dessus.

Non que les oligarques vont soudainement se mettre à servir l’intérêt général ou même prendre conscience de l’inconsistance de leurs modèles économiques. Le réveil, s’il en est un, n’est probablement que la simple prise de conscience que leurs intérêts privés ainsi que leur soif de pouvoir est, à un certain point, corrélé avec le bien-être de leurs subordonnés. Ou, pour paraphraser un certain chanteur français habitué de la controverse :

« On est certes pas du même monde, mais on est tous embarqués sur la même planète ! »

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Je mets les pieds dans le plat du libéralisme détaxé… pour une fois.http://reflets.info/?p=21920http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121016_121849_Je_mets_les_pieds_dans_le_plat_du_liberalisme_detaxe____pour_une_fois.Tue, 16 Oct 2012 10:18:49 +0000Il y a quelque chose que je n’aime pas, c’est l’idée que pour faire de l’innovation, il n’y a qu’une seule solution : la défiscalisation.

Ce n’est pas que je sois contre par principe. On peut très bien imaginer que pour des raisons d’intérêt général, la nation considère qu’il soit utile de favoriser tel ou tel dispositif. Par exemple des éoliennes pour compenser l’achat de pétrole, soutenir tel ou tel produit dans sa phase de démarrage, apporter une aide ici ou là, mais l’idée que plus rien de nouveau ne puisse se passer sans le petit avantage fiscal, ça me déprime.

On voit bien le problème. Il y aurait d’un côté le bas peuple, le business à l’ancienne, le mec normal, et là paf, tu passes à la casserole de l’inspecteur des impôts. Et de l’autre l’avant-garde, l’élite techno, le cercle des petits malins, et pour eux, la route à grande vitesse où l’on peut doubler sans souci, le grand accélérateur de croissance, le paquet cadeau garanti.

Je vais vous le dire tout net, je n’y crois pas. Ce qui me choque, c’est le côté automatique du dispositif. C’est innovant, donc chic, donc dérogatoire. On fera des statistiques après pour voir si c’est vrai.

Je ne pense pas que la détaxe soit décisive pour le soutien à l’innovation et ceci pour deux raisons : d’une part au niveau de celui qui finance, style le pharmacien de province qui se fait appeler le 18 décembre par son banquier qui lui susurre au téléphone : « Au fait, vous avez pensé à vos impôts de l’année prochaine ? » Et qui lui refile le premier produit maison qui lui passe sous la main, c’est-à-dire n’importe quoi. Vous vous imaginez que le pharmacien de Tulle en Corrèze va se lancer dans la lecture de Techcrunch pour miser sur la startup qui va bien ?

Et également au niveau de l’équipe qui bosse sur le projet. Il y a des centaines de paramètres à prendre en compte pour mener une entreprise au succès, mais très franchement, je n’ai encore jamais vu la défiscalisation produire de la bonne ligne de code ou de la user experience !

Je ne crois pas du tout que l’espoir de défiscalisation soit un critère de sélection de bons projets, de motivation des équipes et de succès. Ça me rappelle un peu toutes les mesures qui avaient été mises en place dans ce pays pour le soutien à l’emploi et qui s’étaient soldées par des chiffres du chômage parmi les plus élevés du monde.

Je crois tout au contraire que le yoyo de la défiscalisation conduit à produire des business models délirants, à mettre en œuvre des solutions qui ne verront jamais le jour, à entretenir un petit monde de l’entre-soi, décalé des réalités économiques, centré sur lui-même et quelques sensibilités pseudo libérées, in the cloud.

Vous me direz : « D’accord, tu as raison, on le sait déjà, mais comment entretenir la flamme d’une jeunesse désabusée, motiver les mecs à bosser tous les weekends, réveiller l’âme de l’entrepreneur dans le petit fonctionnaire qui sommeille en chacun de nous ? »

Ça, c’est une autre histoire…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
L’écologie, ce n’est pas réduire sa pollution en Co2 #LesMoissonsDuFuturhttp://reflets.info/?p=22273http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121015_100819_L___ecologie__ce_n___est_pas_reduire_sa_pollution_en_Co2__LesMoissonsDuFuturMon, 15 Oct 2012 08:08:19 +0000Les Moissons du futur, ce nouveau documentaire de Marie-Monique Robin, réalisatrice entre autres des films Le Monde selon Monsanto et Du Poison dans nos assiettes, est incontournable. Il pose les véritables problèmes et enjeux écologiques planétaires, qui sont ceux de l’agriculture. Il sera diffusé demain, 16 octobre 2012, sur Arte à 20 h.

Ce n’est pas « la planète » qu’il faut sauver, mais l’humanité : si l’être humain dans son ensemble ne parvient pas au XXIIe siècle, ce ne sera pas parce que des prévisions de +4 °C se révèleront exactes ou pas, mais bien parce que la crise alimentaire et agricole en cours aura atteint des sommets inconnus jusque-là.

En réalité, ce documentaire, Les Moissons du futur est une ode à l’espoir : ce voyage à travers la planète, de l’Amérique centrale au Japon, en passant par l’Amérique du Nord, l’Afrique de l’Est et l’Allemagne, démontre que des solutions écologiques, d’agro-écologie, existent et sont déjà appliquées. Ce sont ces solutions qui peuvent nous « sauver » du désastre, et elles sont agricoles.

Parce que les arbres et les plantes cultivés sont la vie, que la pollution humaine n’est pas celle des rejets de CO2 (bien qu’on trouve quelques morceaux de discours « réchauffistes » dans le documentaire, politiquement correct, français oblige) mais bien celle des pesticides et engrais chimiques qui épuisent les terres, tuent la biodiversité et condamnent les êtres humains à terme.

Dans ce documentaire, il y a de l’économie, de « l’écologie véritable, centrée sur les réalités », de la science, des analyses politiques, et des êtres humains qui démontrent que la voie tracée par l’agro-industrie depuis 60 ans n’est pas tenable et doit être abandonnée. Les affirmations totalement fausses sur l’impossibilité de cultiver sans la chimie continuent d’influencer le plus grand nombre alors que c’est l’inverse qui s’avère exact. C’est là que l’écologie doit travailler. Le reste n’est que diversion.

Il faut prendre ces 90 minutes pour regarder ce documentaire, si l’on s’intéresse aux véritables problèmes écologiques mondiaux. Et que l’on est prêt à accepter que l’écologie est autre chose que la simple communication des gouvernements, avec pour but réel le contrôle social desdites populations.

Pendant que les adeptes du Grenelle convainquent les foules de réduire leurs émissions de CO2, les êtres humains et les terres crèvent sous les coups de boutoir de l’agrochimie et du lobby des OGM qui amènent des solutions contre le réchauffement climatique. Y aurait-il comme un paradoxe étrange ? Les « écologistes » français, défenseurs du GIEC et de la politique environnementale, devraient se poser la question.

 


Billets en relation :

flattr this!

]]>
Science et idéologie : une relation à haut risque #climategatehttp://reflets.info/?p=22257http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121013_101419_Science_et_ideologie___une_relation_a_haut_risque__climategateSat, 13 Oct 2012 08:14:19 +0000Si de nombreux débats, des questionnements de fond sur des problématiques importantes, touchant à de nombreux domaines, n’ont plus véritablement lieu et sont remplacés par des confrontations de points de vue, d’attaques et d’ostracisme, il est important d’en comprendre les causes et les effets. Ce phénomène de plus en plus présent dans toutes les sphères publiques, professionnelles, semble être causé par un principe de plus en plus répandu : l’idéologie. Et la lutte de pouvoir qu’elle entraîne.

Cette affirmation à caractère général peut être perçue comme une simplification. Et pourtant c’est une réalité, et si l’on s’accorde pour dire que le débat politique est désormais orienté autour des valeurs et de la morale pour finir par faire l’impasse sur les véritables enjeux politiques et économiques qui devraient l’animer, la science n’échappe pas à ce glissement des plus inquiétants.

Et c’est un scientifique, de très haut niveau, spécialiste du climat qui l’affirme, anciennement membre du GIEC : Richard S. Lindzen. S’il est une science qui est devenue idéologique, c’est bien celle du climat, et ce chercheur l’exprime et le démontre.

L’idéologie, la science… et leur interaction

Avant de chercher à comprendre comment et pourquoi cette science climatique est devenue idéologique, donc politique (et économique) grâce au chercheur Richard S. Lindzen, il faut bien définir ce que recouvre le mot « idéologie ». Le dictionnaire Larousse nous donne trois définitions :

- Système d’idées générales constituant un corps de doctrine philosophique et politique à la base d’un comportement individuel ou collectif : L’idéologie marxiste. L’idéologie nationaliste.

- Ensemble des représentations dans lesquelles les hommes vivent leurs rapports à leurs conditions d’existence (culture, mode de vie, croyance) : L’idéologie des romantiques allemands du XIXe s.

- Système spéculatif vague et nébuleux.

Les représentations dans lesquelles les hommes vivent leurs rapports à leurs conditions d’existence : il y a donc de nombreuses idéologies à l’heure actuelle qui « poussent », influencent, travaillent à faire que leur représentation, qu’ils estiment la meilleure, soit celle qui s’impose. Quitte à tricher ou s’arranger avec la réalité. Sachant qu’une idéologie peut aussi définir un système spéculatif et nébuleux. Et ceux qui travaillent à découvrir des vérités, c’est-à-dire des réalités prouvées, sont le plus souvent des scientifiques.

Certains peuvent être des idéologues, mais la majorité sont avant tout des « amoureux de la science », et ne cherchent pas à faire coïncider leurs découvertes ou leurs travaux avec leurs croyances, leurs représentations diverses et variées des rapports aux conditions d’existence. Ou participer à un système spéculatif et nébuleux.

Sauf que leur dépendance financière aux États, aux institutions, est très importante, et que si une idéologie émerge, une politique précise, reliée à leur spécialité, il leur devient difficile (surtout pour continuer à être financés) d’aller à l’encontre de cette idéologie, celle des décideurs financiers. Pour comprendre ce phénomène et ses implications, le mieux est d’écouter Lindzen qui explique très bien ce phénomène dans la recherche sur le climat.

L’étude du réchauffement climatique : au début… tout était normal

Richard S. Lindzen est un chercheur du centre de météorologie et de physique océanique du « Massachusetts Institute of Technology » (MIT) à Cambridge, Massachusetts, aux USA. Diplômé en 1964. Spécialiste de l’atmosphère, des influences hydrauliques sur le climat, des moussons, Lindzen a participé à la rédaction du second rapport du GIEC en 1995, pour en démissionner en 2001, lors de la sortie du troisième rapport intitulé « Bilan 2001 des changements climatiques ». Le document qui suit date de 1994. Il est une synthèse du chercheur à une époque où il n’y a ni consensus établi ni débat public ou politique sur le réchauffement climatique. Mais des directions fortes de la part du GIEC en faveur d’un réchauffement climatique causé par les gaz à effet de serre, particulièrement le CO2.

(…)Compte tenu de la variabilité normale du climat, on peut raisonnablement s’attendre qu’il y ait des climats futurs à la fois plus chauds et plus froids que le régime actuel. Ceci, cependant, ne confirme guère la crainte actuelle que l’augmentation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère mènera à un réchauffement catastrophique(…)

Lindzen n’est pas convaincu par les théories scientifiques du réchauffement causé par les gaz à effet de serre, et plus particulièrement par le CO2. Il le dit très clairement dès le début de son exposé. Puis il critique un rapport du GIEC (pour lequel il travaille) datant de quatre ans et mis à jour deux ans auparavant :

L’évaluation scientifique du GIEC (voir note 1) ainsi que la mise à jour actuelle (Houghton et al., 1990, 1992) reconnaissent tous deux que les variations de température au cours du siècle passé (un réchauffement net de 0,45 °C + 0,15 °C) sont compatibles avec la variabilité naturelle et moindre que ce qu’elle se serait attendue pour les modèles de prévision sur le réchauffement d’environ 1,3 °C d’équilibre pour un doublement du CO2 – en supposant que tous les changements au cours du siècle passé étaient dus au CO2 (voir note 2). 

L’évaluation scientifique du GIEC admet à l’époque que les réchauffements par la variation de température au cours des siècles sont compatibles avec la variabilité naturelleIl faut rappeler que le GIEC a été créé en 1988 par deux organisations de l’ONU à la demande du G7 (aujourd’hui G20) : l’organisation météorologique mondiale (OMM) et le programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Ce groupe intergouvernemental, malgré ce qui est souvent répété, n’est pas une organisation scientifique d’étude du climat puisqu’elle « n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents ». Elle se fonde donc sur « des évaluations principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue » (wikipedia). Des publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue, comme celles de Lindzen.

Richard S. Lindzen exprime dans ce document de 1994 pourquoi il conteste la variation de température établie dans le rapport du GIEC :

En supposant que tous les changements au cours du siècle passé étaient dus au CO2… Bien sûr, cela semble peu probable pour l’essentiel du réchauffement survenu avant 1940. Ainsi, les données fournies ne suggèrent ou démontrent les scénarios de réchauffement en cours. Pas plus que les simples considérations sur l’effet de serre. Tous les autres facteurs demeurant constants, le réchauffement par effet de serre à l’équilibre, résultant d’un doublement du CO2, est estimé entre environ 0,5 °C et 1,2 °C (Ramanathan, 1981, Lindzen et al, 1982, Houghton et al, 1990, Sun et Lindzen, 1993a). Ces valeurs peuvent paraître faibles, mais le CO2 n’est qu’un gaz à effet de mineur. Si tout le CO2 était retiré de l’atmosphère, la vapeur d’eau et les nuages pourraient encore fournir la majeure partie de l’effet de serre présent (la température moyenne globale est réduite d’environ 1,5 °C).

La suite de l’exposé de Lindzen donne des clés de compréhension sur les effets d’interaction entre les radiations solaires, les océans. Le chercheur reste dans sa spécialité : l’effet de serre, les réponses climatiques, etc. Sa spécialité, l’atmosphère, lui fait simplement dire que ce n’est pas du côté du CO2 qu’il faut chercher, mais que de nombreuses autres interférences complexes sont à étudier. Ce qui ne va pas dans le sens que le GIEC a déjà fortement imprimé.

Que s’est-il passé en 18 ans ?

À l’époque, en 1994, il n’y a pas de « climato-sceptiques », mais des chercheurs, spécialistes du climat, spécialistes des champs complexes qui influencent ce climat. L’idéologie n’est pas présente en tant que telle dans le débat scientifique puisque ce ne sont pas des débats mais des confrontations de recherches scientifiques. Lindzen va donc continuer ses travaux sur le climat, puis en 2001, refusera de signer le troisième rapport du GIEC et claquera la porte du groupe intergouvernemental avec fracas.

Mais que reproche donc Lindzen au GIEC et, de façon plus générale, à la tournure qu’a prise la recherche scientifique sur le climat ?

Une conférence écrite en 2008, traduite en français, répond à de nombreuses questions à ce propos : sur le GIEC, l’indépendance des chercheurs, les changements de paradigme de la recherche scientifique. Ce document est véritablement passionnant. Il indique avec précision la prégnance de l’idéologie et de l’économie sur la science du climat.

Quelques passages tirés de cette conférence permettent de résumer les constats du chercheur :

(…)Ce changement de point de vue s’est produit pour l’essentiel sans  commentaires. Néanmoins, la fin de la guerre froide, en supprimant une grosse part de cette peur motrice, a imposé une réévaluation de la situation. Le gros de la réflexion a été consacrée à mettre l’accent sur d’autres sources de peur : la compétitivité, la santé, l’épuisement des ressources et l’environnement.(…)

Lindzen exprime que la peur peut être un facteur au cours de l’histoire pour pousser la science à aller dans un certain sens. Le sens actuel est celui de la compétitivité, la santé, l’épuisement des ressources et l’environnement, ce qui s’entend très bien. Il précise un peu plus loin sa pensée :

(…)Mais ces considérations dépassent de loin mon sujet, qui consiste à examiner les conséquences d’employer la peur perçue comme fondement du soutien apporté à la science. La conjonction du changement d’échelle et de l’affaiblissement de l’importance accordée à l’excellence est, d’un certain point de vue, un phénomène dévastateur, qui facilite grandement la possibilité d’une direction politique de la science, et de la création de structures tributaires. Avec de telles structures, les garde-fous les plus évidents comme le contrôle par les pairs ou la pleine responsabilisation s’effondrent, et se mettent même à contribuer à la perpétuation des défauts du système. Miller (2007) traite spécifiquement de la manière dont le système favorise tout spécialement le dogmatisme et le conformisme(…)

Cette analyse a des conséquences, Lindzen les exprime très bien :

(…)Une conséquence de ce développement semble avoir été une diminution d’intérêt pour la théorie, en raison de sa difficulté intrinsèque et de sa petite échelle, au profit de la simulation (qui demande de gros investissements financiers pour mener à bien les calculs), et de l’encouragement porté à de vastes programmes affranchis de tout objectif précis. En un mot, nous sommes entrés dans un nouveau paradigme dans lequel la simulation et les programmes ont remplacé la théorie et l’observation, où le pouvoir politique détermine largement la nature de l’activité scientifique, et où le rôle principal des sociétés savantes consiste en des actions de lobbying auprès de la puissance publique pour obtenir des avantages particuliers.(…)

Et sur la climatologie, le chercheur du MIT explicite très bien la situation qu’a engendré ce changement de paradigme :

(…)La situation est particulièrement sévère dans un domaine aussi peu développé que la climatologie. Ce domaine fait traditionnellement partie de diverses disciplines comme la météorologie, l’océanographie, la géographie, la géochimie, etc. Ces disciplines sont elles-mêmes peu développées et immatures. En même temps, ces disciplines peuvent facilement être associées à des désastres naturels. Enfin, les sciences du climat ont été prises pour cible par un important mouvement politique représentant l’écologie dont l’effort principal a été d’associer les désastres naturels du système terrestre aux activités humaines, créant la peur et favorisant des projets politiques de réformes sociétales et de contrôle. La suite du présent article décrit brièvement comment tout cela s’est articulé au travers de la question climatique.(…)

À chacun, à la lecture des analyses de Lindzen, d’observer ce qu’il s’est passé sur la liaison dangereuse entre idéologie et recherche scientifique, dans le domaine de la climatologie en particulier, et d’en tirer les conclusions qu’il souhaite. Pour information, il faut savoir que si les scientifiques qui ont quitté le GIEC et contestent ses conclusions, dénoncent les méthodes et les orientations idéologiques du GIEC, sont souvent accusés de travailler pour le lobby pétrolier (ce qu’il faudrait prouver pour une grande partie d’entre eux), de nombreux décideurs d’organismes scientifiques soutenant le GIEC ne sont pas exempts de collusions idéologiques, politiques ou économiques. Loin de là. Robert Napier, ancien directeur du WWF UK de 1999 à 2007 a été président du conseil d’administration de l’Office météorologique britannique de 2006 jusqu’à… septembre dernier. L’institut Postdam, plus grand institut de recherche sur le réchauffement climatique en Allemagne a comme représentant scientifique pour le rapport 2013 du GIEC, Bill Hare(William Hare, une recherche de « Hare » dans le document permet de le trouver en tant que Lead Author), qui est aussi directeur de campagne de… Greenpeace (archive). La liste est très longue des promoteurs du réchauffement climatique reliés à des organisations « écologistes » ou, si l’on est plus précis, des organisations de défense d’une certaine vision écologiste que l’on pourrait intituler « écologisme ». Mais cet aspect des choses est trop vaste pour être développé dans cet article.

Reste la question centrale : la recherche en climatologie, en toute indépendance, est-elle encore possible ?

Post scriptum : Petite précision sur le film qui a emballé les esprits et fait basculer l’opinion : Une vérité qui dérange. Al Gore a eu le prix Nobel de la paix avec le GIEC grâce à ce film (aujourd’hui, c’est l’Union européenne…). Mais les pays anglo-saxons sont plus aptes à remettre en cause certaines affirmations, qui, en France, ne se discutent pas. C’est le cas pour le film d’Al Gore, film politique et pétri d’erreurs, ou d’inexactitudes dont plusieurs ont été reconnues par le GIEC. En 2007, un directeur d’école, Stewart Dimmock, a porté plainte contre le gouvernement britannique, qui avait annoncé son intention de diffuser le film dans les écoles, en l’accusant de faire du lavage de cerveau. En octobre 2007, la Haute Cour de Londres a décidé que pour pouvoir diffuser ce film, le gouvernement britannique devait modifier le guide de diffusion aux enseignants (Guidance Notes to Teachers) pour mettre en évidence que :

1. Le film est une œuvre politique qui ne montre qu’un seul point de vue ;

2. Si les enseignants présentent le film sans le signaler clairement, ils peuvent se trouver en violation de la section 406 de l’Education Act 1996 et coupables d’endoctrinement politique ;

3. Onze inexactitudes (inaccuracies) doivent être en particulier portées à l’attention des enfants des écoles.

En juillet 2007, un article publié dans le Chicago Sun-Times, intitulé Les Prévisions alarmistes sur le réchauffement planétaire fondent devant la rigueur scientifique, a accusé Al Gore de mentir tout au long de son film (source wikipedia).

Le jugement de la Cour anglaise est toujours consultable en ligne.

Et pour finir, un peu de littérature, avec cet ouvrage fort intéressant : LE GIEC EST MORT, vive la science !, une critique implacable mais rigoureuse du Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat, de Drieu Godefridi, juriste et docteur en philosophie (Paris IV Sorbonne) et l’auteur, récemment, de Le Droit public (2009) et Arbitraire et droit dans l’Athènes antique (Folia Electronica Classica, 2010).

« La critique de Drieu Godefridi se situe sur un tout autre plan : celui de la critique philosophique et épistémologique. L’apport de son travail est de nous montrer comment tout ce que l’on peut reprocher aujourd’hui au GIEC – notamment sa dérive quasi totalitaire vers l’intolérance de tout point de vue un tant soit peu dissident – plonge ses racines au plus profond des concepts qui ont servi de matrice à sa mise en place et à son développement. Si l’on était dans le domaine du vivant, nous dirions que tout était déjà ses « gènes ». Principalement, l’essai de Godefridi nous ramène à ce théorème fondamental de la philosophie des sciences selon lequel si l’objet de la Science est de nous dire « ce qui est », elle ne peut en tout état de cause pas nous dire « ce qui doit être », car dans toute action, dans toute décision, dans tout choix économique, politique et social intervient nécessairement un élément irréductible de subjectivité individuelle qui fait qu’on ne pourra jamais déduire des « normes » faussement qualifiées de scientifiques, de ce qui n’est qu’une simple explication scientifique de faits. »

Question à l’auteur : Qu’entendez-vous par « les gribouillages de Claude Allègre » ? N’est-il pas surprenant, vous qui êtes critique à l’égard du GIEC, de vous en prendre à Claude Allègre ?

Réponse de Drieu Godefridi : Je crois que si l’on veut éviter au débat climatique, public en général, de sombrer dans l’esprit de meute, qui répond au lynchage médiatique (lobby du pétrole !) par un autre lynchage médiatique (lobby du nucléaire !), il faut être capable de conserver son esprit critique même à l’égard de ses alliés objectifs. Le problème avec Claude Allègre, dont je m’empresse de saluer le courage personnel, est double : d’une part son livre, en fait une longue interview en forme de coup médiatique, est criblé d’erreurs ; d’autre part, l’attitude méprisante, voire carrément grossière, de son auteur à l’égard de ses contradicteurs a largement contribué à ruiner le débat climatique en France. Le débat public mérite mieux que des invectives !

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Reflets, Orange, le DPI, la presse et notre ego surdimensionné…http://reflets.info/?p=22244http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121012_002003_Reflets__Orange__le_DPI__la_presse_et_notre_ego_surdimensionne___Thu, 11 Oct 2012 22:20:03 +0000 La gauche socialiste, c’est quand même pas pareil !http://reflets.info/?p=22233http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121011_190918_La_gauche_socialiste__c___est_quand_meme_pas_pareil__Thu, 11 Oct 2012 17:09:18 +0000Bien que cela ait été traité un peu partout, il semble quand même intéressant de parler rapidement du cambriolage du ministre socialiste (de gauche, il faut le rappeler, le socialiste est de gôche, et la gôche, c’est le bien), Jérôme Cahuzac, samedi dernier.

Un socialiste, c’est donc de gauche. Ça déclare vouloir s’attaquer aux injustices sociales, économiques. Ça n’aime pas les grandes fortunes, ça n’aime pas l’argent, le luxe, la frime, le capital, c’est l’antithèse de Sarkozy, en gros.

Et l’on peut vérifier que ces socialistes qui gouvernent sont bien en accord avec leurs principes et ne prennent personne pour des cloches. Le journal Le Parisien a dévoilé ce cambriolage qui a eu lieu samedi dernier dans le modeste appartement du ministre du Budget, appartement de 140 m2 situé dans le quartier (très populaire) du XVIe arrondissement : entre 10 000 et 14 000 euros le mètre carré dans ce haut lieu de la gôche historique, c’est un appart (de gauche) d’une valeur située entre 1 400 000 et 2 000 000 d’euros. Et ils ont volé quoi les monte-en-l’air ? Oh, des trucs sentimentaux, de « gauche ». Mais qu’est-ce qu’un socialiste proche des ouvriers, des exclus, qui se soucie de l’injustice sociale peut bien conserver comme objets sentimentaux dans son modeste appart à deux patates ?

Huit montres, de marques Rolex, Jaeger-Lecoultre, Boucheron, Chaumet et Breitling.

Le ministre du Budget a bien raison de nous expliquer qu’il va falloir que nous fassions tous des efforts et des sacrifices : il est bien placé pour savoir ce que c’est, surtout depuis qu’on lui a volé ses tocantes à 10 000 euros pièce et qu’il doit en faire le deuil, dans son modeste logement socialiste.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Analyse : la stratégie de la fin du pétrolehttp://reflets.info/?p=22201http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121009_150850_Analyse___la_strategie_de_la_fin_du_petroleTue, 09 Oct 2012 13:08:50 +0000Chacun connaît le discours univoque qui condamne le pétrole : polluant de l’air (réchauffement climatique), de l’eau (marées noires), du sol (contamination des sous-sols), source de conflits, épuisable, sale, etc.

La liste des tares est longue à propos du pétrole, à juste titre. Ces problèmes sont réels. Mais si l’on prend un peu de recul, que l’on ne regarde pas que les problèmes, que l’on accepte de sortir du discours uniquement négatif, qu’en ressort-il ? L’honnêteté intellectuelle peut-elle s’accorder d’un discours à charge contre le pétrole, en opposition frontale avec la réalité du monde, de son évolution et des progrès incontestables qui sont survenus en moins de deux siècles par le biais de cette ressource ? Et surtout, de ce qui risque de le remplacer ?

La civilisation du pétrole

Si un saut « quasi quantique » de l’humanité s’est effectué au cours de son histoire, c’est avec l’apparition du pétrole et de son utilisation industrielle. L’or noir est connu depuis l’antiquité, mais jusqu’au XIXe siècle, il n’a jamais trouvé d’application importante. La conjonction de l’invention de l’électricité et de l’utilisation du pétrole raffiné comme source de carburant des premiers moteurs à explosion, ainsi qu’ensuite de la matière plastique (et d’autres dérivés), sont une révolution de tous les domaines touchant la civilisation humaine dans son ensemble.

Les déplacements individuels, collectifs, commerciaux passent par le pétrole : premières voitures, camions, paquebots puis avions. La médecine est transformée par le pétrole, l’agriculture est radicalement modifiée par le pétrole, ainsi que la chimie, puis survient l’informatique (au début du XXe siècle avec Jacquard en France et IBM aux USA), qui avait déjà fait ses premiers pas sans pétrole (métiers à tisser, machines à cartes perforées) et n’avait pas pu se développer sans celui-ci : elle explose cette informatique et peut se développer grâce à lui après la seconde guerre mondiale et l’invention des transistors. L’industrialisation de l’informatique débute.

Bien entendu, tout n’a pas été positif à tous les niveaux dans les « progrès » vendus comme tels : l’étude de la « révolution verte » des années 50 en est un exemple frappant. Si les productions agricoles ont augmenté, la santé humaine, elle, en a été totalement affectée. La paysannerie traditionnelle, de même.

Il n’en est pas moins certain que le pourcentage d’éléments de la vie courante composés de pétrole qui rendent service, sauvent des vies, permettent d’améliorer les activités humaines est énorme. Notre civilisation est une civilisation du pétrole. Cette matière piégée dans l’écorce terrestre est le centre de gravité de l’humanité moderne. Sans lui, l’espérance de vie en occident serait encore au niveau du XVIIIeMais, c’est quoi ce discours incorrect ?

Oui, dans une vision manichéenne des choses, écolo-anti-capitalo aveugle, il faut uniquement parler de toutes les horreurs générées par l’exploitation et le commerce du pétrole : guerres, corruption, pollutions, captation de richesses, la liste est très longue. Cet article n’en fait pas l’impasse et ces constats sont évident. Mais le refus de parler d’autre chose est dangereux.

Parce que cela est-il le propre du pétrole, ou bien ne serait-ce pas le propre de toute ressource rare et surtout indispensable dans la recherche des sociétés humaines à caractère conquérant et vouées à se transformer sous la pression du progrès technique érigé comme modèle ? Des sociétés capitalistes, en réalité ? Et ces progrès amenés par l’utilisation du pétrole sont-ils une « horreur » ?

Les sociétés occidentales ont tué, envahi d’autres civilisations pour l’or. Pour avoir de la main d’œuvre humaine aussi : l’esclavage a été aboli quand les machines utilisant le pétrole ont pu remplacer les esclaves. Quand la monarchie absolue a été détruite et que l’esprit des lumières, féru de progrès technique, s’est répandu, la révolution industrielle, déjà en marche, a explosé. L’or noir a remplacé l’or et les esclaves. L’argent qu’il générait a remplacé Dieu, le « dieu dollar » s’est ensuite imposé, sous le joug du pétrole. Mais la logique est implacable : une autre matière capable d’autant de possibilités, exploitable avec la technique du XIXe siècle aurait donné exactement le même résultat.

Vient donc ensuite l’énergie atomique. Qu’on ne peut absolument pas comparer avec le pétrole. Il n’est pas discuté du nucléaire ici, mais de l’énergie atomique. Le nucléaire était utilisé dès la fin du XIXe siècle avec les découvertes de Marie Curie. L’efficacité nucléaire (rayons X, radios etc.) aurait pu être développée en médecine sans l’énergie atomique. L’énergie atomique est un changement assez curieux dans la civilisation humaine planétaire. On parle de civilisation de l’atome, ce qui est une ineptie puisque l’électricité produite par des centrales nucléaires sur la planète est inférieure à 16 %. L’énergie atomique a simplement changé les rapports de force géostratégiques par le biais de la bombe atomique. Mais il n’a pas changé la progression technique et technologique des sociétés humaines : si c’était le cas, l’énergie atomique serait aujourd’hui utilisée pour une grande part des activités humaines, il n’en est rien. Heureusement, puisque sa dangerosité est avérée, sa pollution mille fois plus dommageable que le pétrole, ses déchets impossibles à rendre inoffensifs. Le pétrole est d’ailleurs resté le facteur géopolitique central.

Imaginons un monde sans pétrole

Si le pétrole s’éteint (certains pensent qu’il va s’épuiser, d’autres pensent au contraire que c’est une matière créée en permanence et qui est quasi infinie), ou qu’il est interdit à terme de l’exploiter, il faut donc le remplacer. Pas seulement en tant que carburant et qu’énergie mais aussi en tant que matière fossile pour la fabrication de matières plastiques et autres dérivés. Quelles sont les possibilités ? Pour le carburant, il y a les agrocarburants. Les rapports de la FAO sont accablants : la ruée de grandes nations vers cette exploitation agricole pour remplacer le carburant issu du pétrole détruit les terres arables et génère des famines et une perturbation colossale dans les pays les plus pauvres. Ce choix des carburants agricoles affame littéralement des millions de personnes chaque année.

C’est donc du côté des agrocarburants que se trouve la cause principale de la hausse de la demande. L’industrie des agrocarburants, basée dans les pays émergents comme dans les pays développés, absorbe 40 % du maïs produit aux États-Unis et les deux tiers des huiles végétales de l’UE. Ce développement spectaculaire a été rendu possible, souligne la FAO, par un soutien public massif sous forme de subventions, d’exonération de taxes et d’obligations d’achat, estimé à 5,6 milliards d’euros en Europe et aux États-Unis. En parallèle, le soutien à tous les autres secteurs agricoles s’amenuisait.

Ce qui amène la FAO à conclure que « l’actuel emballement de la demande mondiale n’est pas la conséquence du développement économique mondial, mais le résultat d’une politique publique menée par les États-Unis et les gouvernements de l’UE, le résultat d’un choix politique clair et réversible. » Pour Jayati Ghosh, économiste indienne tenant un blog sur le Guardian, ce rapport renverse ainsi « le mythe selon lequel la consommation accrue des pays en développement (Inde et Chine avant tout) mène à une hausse de la demande globale et donc à une hausse des prix des céréales. » (source : Lemonde.fr - Famine : la FAO pointe les biocarburants et la surexploitation des sols)

Le véhicule électrique ? Oui, mais rechargé par quoi ? Des centrales électriques. Une majorité sont au charbon sur la planète, et les énergies fossiles représentent 80 % de la production d’énergie primaire totale. De plus, les défenseurs actuels de l’écologie (dans les gouvernements et les populations) refusent toute exploitation du charbon à des fins de production électrique puisqu’il est censé réchauffer le climat par le CO2 qu’il rejette dans l’atmosphère. Des panneaux solaires ? Difficile de croire, vu le parc automobile mondial, qu’il soit possible d’en construire suffisamment au regard des mines de silicium et des capacités de rechargement de batteries dans des pays peu ensoleillés. Le nucléaire ? Un monde recouvert de centrales nucléaires serait donc plus enviable au monde du pétrole ? La dangerosité de cette énergie est telle qu’il semble impossible de concevoir cette approche. Sachant que de nombreuses nations se voient interdire de développer une filière nucléaire par crainte qu’ils ne se dotent de l’arme atomique, comme l’Iran. L’énergie hydraulique, quant à elle, est très dépendante de la géographie.

D’autres solutions ? Oui, les énergies fossiles autres que le pétrole, comme les gaz et bitumes de schiste. Mais là encore, la piste est très inquiétante, et en réalité, bien plus que celle du pétrole. La liste des problématiques de l’exploitation des gaz de schiste est tellement importante qu’un article entier serait nécessaire. En résumé : coût technique et de transport très élevés, épuisement de l’eau, destruction des paysages, contamination des nappes phréatiques, risques sismiques, technologie propriétaire, destruction environnementale… Avec, de plus, un bémol majeur : le gaz de schiste est un carburant. Il ne permet pas de créer des dérivés solides comme le pétrole. Et puis, c’est un détail, mais il émet, à la combustion, des gaz à effet de serre, et donc, réchauffe le climat (selon ceux qui adhèrent à cette théorie)… comme le pétrole ou le charbon.

Restent les moteurs « atomiques ». Et des nouvelles technologies nucléaires. Là encore, la prudence reste de mise, la radioactivité n’est pas une mince affaire. Le coût. La maîtrise technique. L’impossibilité pour les nations en voie de développement (en réalité en sous-développement entretenu) de se doter de tels véhicules, de telles technologies. Mais… mais, mais…

La voie est-elle déjà tracée ?

S’il y a une guerre qui fait rage depuis des décennies et qui régit le monde moderne, c’est celle de l’énergie et de la production industrielle. Cette guerre a lieu depuis plus d’un siècle, à partir du pétrole. La géopolitique mondiale est en permanence influencée par l’or noir. Mais avec quelques orientations originales parfois, avec un pays comme le Venezuela qui a effectué une transformation sociale et économique sans précédent grâce aux revenus du pétrole. Un État comme l’Arabie saoudite disparaîtra le jour où le pétrole cessera d’être le centre du commerce mondial et d’un enjeu technique majeur. Les États-Unis tentent de se rendre auto-suffisants en équivalents pétrole issus des ressources non-conventionnelles.

Et nous sommes, aujourd’hui, à une croisée des chemins puisque l’économie mondiale est en voie d’effondrement. Ou peut-être en voie d’une radicale transformation si elle ne veut pas s’effondrer. Tous les indicateurs sont dans le rouge et les limites du système d’échanges spéculatifs sont atteintes. Avec un horizon à atteindre pour ceux qui activent et profitent de cette guerre énergético-industrielle : basculer l’économie pour éviter l’effondrement qui pourrait bien les atteindre eux aussi. La seule voie logique est celle d’un changement de paradigme énergétique : le saut quantique du XXIe siècle, deux cents ans après celui du pétrole. La nouvelle révolution industrielle. Sans pétrole.

Les voies les plus évidentes semblent se diriger vers des technologies du « futur », à fusion nucléaire, centrales à hydrogène « propres », couplées à l’exploitation des sources fossiles mais dans des mesures bien moindre. Additionnées à des centrales solaires installées en Afrique pour la consommation européenne, énergies hybrides, capture des émissions de CO2 avec des technologies ultra modernes.

Ce saut quantique doit relancer les pays industriels. Et confiner les pays en voie de développement les plus pauvres dans une dépendance technologique et énergétique bien plus grande encore. Si cette voie est prise, portée par des foules d’occidentaux anti pétrole, écologistes pro Giec, pro-nouvelles technologies « propres » non-émettrice de CO2, avides d’un nouveau monde « vert » (sans pétrole), les conséquences seront terribles : pour les peuples qui ne « comptent pas », ceux qui subissent les sauts quantiques énergétiques des civilisations du Nord. Mais aussi pour l’ensemble des êtres humains, asservis à des technologies tellement chères et pointues, potentiellement dangereuses (la fusion nucléaire est vendue comme inoffensive) et inaccessibles aux compétences humaines normales, qu’ils ne pourront plus que prier pour… un retour de la civilisation du pétrole. Cette civilisation qui pourrait tout à fait exploiter et gérer intelligemment cette ressource qui fonde sa modernité.

Mais si l’histoire se répète, elle ne revient jamais en arrière. A chacun, s’il pense que cette approche peut s’entendre, d’en tirer des conclusions et des actions pour s’en… prémunir.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Pourquoi le FN a déjà gagné les prochaines électionshttp://reflets.info/?p=22161http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121007_144249_Pourquoi_le_FN_a_deja_gagne_les_prochaines_electionsSun, 07 Oct 2012 12:42:49 +0000Le Front National est un parti d’extrême droite qui tente depuis que sa présidence a été lâchée par son fondateur, Jean-Marie Le Pen, de s’affranchir de cette étiquette qui le marginalise. La nouvelle direction incarnée par la fille, Marine Le Pen, a totalement modifié le discours du parti jusqu’à prendre une orientation dans la critique des problèmes économiques totalement alignée sur la gauche de la gauche et de l’extrême gauche. D’un point de vue politique, le Front National est désormais un parti, qui sur certains points est moins « conservateur », dans le discours, qu’une bonne partie de l’UMP. Mais pourquoi imaginer que le Front National puisse accéder au pouvoir, ou ait déjà gagné les élections ?

Le FN : une idée de la société

Dans un parti politique, il y a les dirigeants, le cercle rapproché, les élus, et les militants. Il est fréquent de trouver une grande différence entre l’idée—l’idéologie entretenue au sein des hautes sphères d’un parti et les motivations de ceux qui le soutiennent, et encore plus loin, ceux qui votent seulement : les stratégies du bureau national sont souvent décalées par rapport aux désirs des électeurs qui soutiennent ce même bureau dans sa course au pouvoir. Ceux qui ont fréquenté de près les sphères dirigeantes du FN savent quelles sont leurs motivations et leurs idées « réelles » : le racisme primaire y est très présent, l’idée d’une nation française rongée par l’immigration et corrompue par des élites à la solde d’une internationale financière sont le cœur des croyances frontistes. Pour le FN, La France coule par son laxisme, sa faiblesse, se saigne pour des étrangers d’origine africaine qui viennent en masse profiter de son système social, génèrent de l’insécurité et surtout  veulent imposer l’islam aux français, chrétiens de souche et de cœur.

Les idées, ça se partage

Cette idée de la société, de ses problèmes, est partagée en grande partie par les soutiens de l’UMP.  Nicolas Sarkozy s’est d’ailleurs fait élire en 2007 en reprenant à son compte nombre de ces éléments de discours : immigration, laxisme d’Etat, problème avec l’islam, abandon des Français, fraude sociale, délinquance des étrangers, des banlieues, etc…


Sarko VS Hayate l’Algérienne par narutiba

Les électeurs français sont nombreux, lorsqu’ils ne se déclarent pas de gauche, à adhérer avec ces thèses. Mais une partie des gens de gauche commencent à partager ce discours, sans bien entendu se l’avouer : la laïcité, désormais farouchement défendue par Marine Le Pen est devenue un combat commun (à la droite populaire, UMP, et la gauche laïque) qui fait bouger les lignes. Les affaires des caricatures de Charlie Hebdo ont démontré la capacité à la stigmatisation la plus vulgaire d’une partie des « gauchistes » défenseurs de la laïcité et de la liberté d’expression. Un homme à genoux en train de prier, les fesses à l’air avec une étoile dans l’anus, et une légende : « Mahomet, une étoile est née » comme flambeau de la liberté d’expression ? Ceux qui pratiquent cette religion, déjà très sévèrement réprimée dans la réalité sociale, policière, économique, du pays, apprécieront. Le FN, lui, applaudit.

Quand on ne fait plus de politique on fait de la morale

L’espace nommé « politique » aujourd’hui n’en a plus que le nom. A l’exception d’une ou deux figures politiques qui aujourd’hui semblent s’être recentrées sur l’expression de leurs projets de société, l’ensemble de ce qui est nommé la « classe politique française » a plongé dans la défense des valeurs, du débat moral. L’avantage de ce glissement de la politique vers la morale et les valeurs,  est qu’il permet d’évacuer le vrai débat politique, l’opposition des idées (de transformation, progrès de la société), de ne pas avoir à défendre des projets : en s’opposant de cette manière, ce sont ceux qui récolteront le plus d’adhésion aux valeurs qu’ils défendent, à leur bonne morale qui l’emporteront…aux prochaines élections. Tout en laissant entendre que ces débats concernent des problèmes de fond de la société.

Le racisme anti-blanc en est un bel exemple. Mais celui du TSCG aussi. De l’insécurité, de la violence dans les cités : accords et désaccords sur la France de ceux qui défendent le vrai-antiracisme ou pas, la France qui défend ses intérêts ou au contraire qui baisse sa culotte, la France qui voit les problèmes et les traite ou pas, qui sait se montrer ferme ou faible : tous ces débats n’ont rien à voir avec ce que doit être la politique. Elle représente simplement une confrontation de « deux pensées uniques » qui se dénoncent mutuellement. Mais tout ce glissement conforte un phénomène : celui d’un espace démocratique désormais calé sur celui que le FN a tenté d’établir durant des décennies. Cet espace où il est très performant : les valeurs, la morale, et la réduction de la politique à une joute sur ces quelques points.

La droite populaire, le FN, l’UMP, le PS et des électeurs…qui cherchent ?

Les 18% du premier tour de Marine Le Pen mis en parallèle des 27% de Nicolas Sarkozy (des votes exprimés) amènent des questions très importantes sur l’état des orientations politiques électives françaises. Les études qualitatives sur les motivations des votants, adhésion aux « idées » des candidats permettent de mieux comprendre comment les prochaines élections (municipales et présidentielles) pourraient se dérouler.

Mais étrangement, sans arriver à cette échéance, les discours des représentants politiques de ces courants de la droite conservatrice et libérale (qui n’est pas la droite gaulliste et sociale historique) et du FN tendent vers une convergence des valeurs, et d’une « morale commune ». Les socialistes, excessivement prudents à de nombreux égards, promoteurs d’une politique économique de droite et d’une « morale sociale de gauche » mais qui se droitisent avec un Valls au ministère de l’intérieur (sur ce dernier point), sont aussi dans ce wagon de la nouvelle donne qui se veut politique, mais qui en réalité est un simple réajustement de valeurs…électoralistes.

Le FN n’a pas besoin de gagner des élections si ses idées, sa vision de la société sont partagées par le plus grand nombre, et au delà si le débat ne se situe que sur son terrain, celui des valeurs. Si la majorité des formations politiques se préoccupent avant toute chose de décrire des problèmes, d’ajuster leur morale pour éviter la confrontation de projets de société, de vision politique au sens réel du terme, au profit d’une guerre de tranchées basée sur la seule adhésion ou rejet de leurs valeurs, le FN est déjà en train de gouverner. Si ce n’est pas l’Etat français, au moins les esprits…ou pour nuancer un peu : l’espace nommé « démocratique ».

Quand la décomposition amène à une recomposition

L’UMP n’est pas un parti gaulliste. Ni libéral. Ni de droite sociale. L’UMP est un parti néo-conservateur allié aux sphères des oligarchies financières internationales. La droite sociale, gaulliste, n’est plus audible, et il est difficile de savoir qui est encore en mesure de l’activer politiquement. La gauche socialiste et écologiste n’ont de socialiste et d’écologistes que les dénominations : tout démontre leur adhésion à un modèle de gestion étatique européiste, sans aucune autre volonté que de perpétuer les politiques gestionnaires d’une technocratie bruxelloise aux ordres de ce qui est nommé par certains avec un certain à-propos « le capitalisme stalinien ». Le « centre » est une nébuleuse improbable dans l’incapacité d’innover tout en prétendant le faire et qui ne sait au final que tenter d’accorder, de mixer les « valeurs »du PS et de l’UMP dans une bouillie informe.

L’extrême droite n’est plus extrême (dans les esprits de nombreux électeurs et dans les discours apaisants de sa présidente) et le FN va certainement changer de nom de parti pour basculer dans une structure de type « droite populaire » similaire à celle déjà créée par certains de ses transfuges ralliés à l’UMP : le sas de la Droite populaire est un moyen de faire communiquer le « nouveau FN » dé-extrémisé avec la droite décomplexée qui commence à se dessiner de façon plus ferme à l’UMP.

Restent la « gauche de la gauche » et l’extrême gauche, ou ce qu’il en reste : le NPA n’ose même plus avouer ses fondations révolutionnaires issues de la LCR. Ses discours anti-impérialistes, anti-capitaliste radicaux, cœur de leur vision politique ont été siphonnés par le FN, et son refus d’accepter de gouverner l’a définitivement recalé dans les périphéries des partis qui ne veulent rien faire, mais seulement dénoncer.

Les communistes, déjà assez éloignés de l’extrême gauche après les différentes tentatives d’exercice du pouvoir au sein des gouvernements socialistes sont noyés dans la récente formation portée par Jean-Luc Mélenchon. Le Front de Gauche n’est pas un parti d’extrême gauche, il est une coalition composée de divers partis et mouvements à la gauche des socialistes et de communistes « réformés ». La voix du Front de gauche est peut-être la seule qui évite de participer au combat des valeurs et de la morale et s’échine à porter aujourd’hui un projet politique clair : mais si l’on est seul dans l’arène, difficile de combattre. Surtout après avoir joué le jeu de la joute des valeurs et de la morale contre Marine Le Pen et passé plus de temps à agiter des chiffons rouges, bleus, roses ou bruns plutôt que d’avoir seulement porté le combat politique là où il doit rester : dans l’affirmation d’orientations économiques, sociales, de projets de société, d’une proposition globale pour l’ensemble des habitants d’un pays. Mélenchon s’est égaré sur le terrain des valeurs et de la morale : difficile de revenir comme force de proposition et de projet par la suite…

Réduire, simplifier, et satisfaire l’aveuglement

Ces constats mènent à une réflexion inquiétante, bien plus inquiétante qu’une progression des résultats d’une formation politique comme le FN aux prochaines élections : c’est celle d’une nouvelle ère qui ne permet plus d’autre alternative que d’opposer des réductions, des simplifications de problèmes les uns envers les autres.

Il est évident qu’en temps de crise économique massive, de récession, de chômage en augmentation permanente, de réduction des protections sociales, d’élévation des prélèvements sur une population de plus en plus en difficulté, les citoyens sont toujours incités à croire que des décisions politiques importantes sont à prendre pour sortir de l’ornière. Ce qui est juste. Mais quand sur les causes établies de la crise, les dirigeants au gouvernement font exactement l’inverse et écrasent la dite population de son mépris et surtout lui fait payer leurs propres errements, la dite population se radicalise. Avec des idées de gauche, comme de droite. Et cette radicalité se positionne aujourd’hui, avant tout, sur les fameuses valeurs, la morale et donc sur une adhésion ou pas avec des « idées ». Et puisque rien ne sera fait pour juguler le raz-de-marée d’austérité technocratique qui accentue les difficultés au lieu de les réduire, il ne reste pour la population que la solution de s’accorder à ces valeurs et cette morale.

Parce que bien entendu, il y a du racisme anti-blanc. Mais il y a aussi des contrôles au faciès permanents pour toute une partie de la population. Avec humiliations à la clef. Il y a des intégrismes religieux. Bien entendu. Des stigmatisations religieuses aussi. Une laïcité de combat islamophobe. De la violence. Des quartiers laissés à l’abandon. Une France du haut, une France du bas. Une France éclairée et furieuse après ses représentants. Des bons gauchistes défendeurs du service public et d’une société juste, sociale, équitable et des gens de droite ultra-sécuritaires, racistes et proche du fascisme. Des gauchistes béni-oui-oui englués dans la « pensée unique » et des gens de droite responsables, pragmatiques et attachés au respect des valeurs de la République, d’un capitalisme éclairé et social. Enfin, c’est ainsi que se dessine désormais le paysage de l’engagement politique.

Sauf que tout ça ne fait pas de la politique. Tout ça est une manière de se débarrasser du dialogue, empêche la véritable parole politique de s’exprimer, occulte les fondements de ce qui fait la vie démocratique d’un pays comme la France. Pays qui devrait discuter des choix de société, des constats honnêtes à effectuer et des réponses, elles aussi honnêtes à apporter, chacun avec sa propre sensibilité, sa vision réellement politique.

Retrouver le sens de la politique : mission impossible ?

Le FN a déjà gagné les élections. Puisqu’il n’y a pas besoin d’élus FN si une grande partie des électeurs, de leurs représentants pensent et débattent, se positionnent de la même manière que le FN. Sachant que les « désirs » du FN sont déjà appliqués dans de nombreux domaines, comme la surveillance et le contrôle social.

L’immigration est aujourd’hui un sujet clos qui appartient au passé : la lutte contre l’immigration est désormais une valeur partagée. L’insécurité est une valeur sure, qui se discute non pas en termes de causes, d’étude et compréhension des racines de cette violence mais en termes de réponse pure et de réduction de celle-ci : le FN n’a jamais dit autre chose.

Comme pour la délinquance, juvénile en particulier. Originaire des « quartiers difficiles ou sensibles » surtout, moyen de ne pas dire « issu de l’immigration maghrébine ». Constat qui peut certainement trouver des « preuves » comme les pourfendeurs de la « pensée unique de gauche » (qui existe, bien entendu, comme celle de droite), les Eric Zemmour de l’analyse « savante » de la société savent en trouver : une fois qu’on a dégoté les coupables, pourquoi s’embarrasser à aller chercher les origines du problèmes ? Serait-il si gênant ce constat, mettrait-il en cause les politiques sociales et économiques de tous bords depuis plus de 30 ans au point qu’il serait plus intéressant de simplement pourfendre une « pensée unique » laxiste, qui passe son temps à chercher des excuses, alors que n’importe quel historien ou sociologue peut amener l’explications socio-économique qui se vérifie à peu près partout dans le monde ?

Le Front National  a déjà gagné les prochaines élections. Même si elles seront remportées sans qu’on sache que c’est lui le grand vainqueur. Même si une grande partie de ses idées sont déjà partagées par ceux qui prétendent le haïr. Le comble de la stupidité en politique, c’est de ne même pas se rendre compte qu’on participe à créer la société qu’on est censé refuser.

La droite gaulliste, sociale, et anti-socialiste, comme la gauche sociale et anti-libérale ont oublié quelque chose en route.

Cela s’appelle le courage. Et surtout, le sens de la politique…

Quant aux autres, ceux qui veulent agiter leurs valeurs et leur morale : leur victoire est complète.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Reflets : red or blue pill ? (free of charge)http://reflets.info/?p=22142http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121006_113553_Reflets___red_or_blue_pill____free_of_charge_Sat, 06 Oct 2012 09:35:53 +0000Totalement gratuite, la suite de l’ordonnance de Reflets sur l’influence. L’un des médicaments prescrit donnait quelques clés grâce à l’expérience d’influence majoritaire d’Asch. La pression du groupe et du nombre peut mener les individus, c’est-à-dire nous tous, à accepter des « fausses vérités » si le groupe qui nous entoure est majoritairement d’accord pour accepter cette « fausse vérité » comme acceptable, donc juste, alors qu’elle est fausse.

Mais il existe d’autres sphères d’influence de l’esprit humain qui peuvent modifier les comportements, nous amener à fonctionner différemment de ce que nous devrions fonctionner de manière habituelle, à penser et agir autrement sous l’effet d’un facteur d’influence. Même depuis la petite enfance, comme vous le verrez avec la prise du médicament N°2.

Si bien entendu vous pensez être totalement dégagé de toute influence, avoir une indépendance d’esprit pleine et entière, prendre vos décisions en toute autonomie, agir sans jamais subir une pression qui modifierait votre comportement, votre jugement, vous devriez quand même regarder prendre ces courts documents vidéos 3 médicaments. Si vous n’êtes pas dans cette configuration, acceptez que vous êtes sous influence, vous pouvez le faire aussi, mais prenez garde : si l’abus de pilules bleues peut nuire à la santé, les pilules rouges, elles peuvent vous déplacer en des lieux étranges et inconfortables. Leur consommation doit se faire avec modération sous peine de doute permanent et d’angoisses prolongées. Tout ça n’est qu’histoire de choix : nous, malades, sommes les meilleurs juges au fond pour savoir si nous voulons prendre les traitements.

Ce premier médicament n’est pas très violent, médicament de confort, pas inutile, mais léger :

Ce deuxième médicament est beaucoup plus fort, mais indispensable bien qu’ayant quelques effets secondaires (sensation d’affliction profonde) :

Ce dernier médicament est indispensable, de plus il peut amener une grande détente, quelques sourires et démarre à proprement parler le traitement qui nécessitera encore quelques prescriptions :

On dit merci qui ? Merci Docteur Reflets !

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Pigeons au pruneaux : gastronomie Française ou gastro tout court ? #geonpihttp://reflets.info/?p=22126http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121005_170104_Pigeons_au_pruneaux___gastronomie_Fran__aise_ou_gastro_tout_court____geonpiFri, 05 Oct 2012 15:01:04 +0000Mouvement leaderless, adoption des codes du LULZ et « agit » via les réseaux sociaux : aussi surprenant que cela puisse paraitre, le mouvement des #geonpi s’est saisi des outils et des méthodes les plus contemporains du pouvoir politique, celui des Ano et autres LulzSec.

Mais est-ce si surprennant que celà ?

On aurait pu imaginer ces codes liés à « la gôche », mais les #geonpi ont brutalement rappelé qu’il n’en est rien. Tout le monde peut s’en saisir afin d’exercer une pression politique.

Redressement sémantique : les maux ont un sens

Petit lexique succinct pour mieux roucouler avec les pigeons.

Startups

N’est pas startup qui veut. En particulier, l’idée qu’une société de prestation de service qui fait des sites web en PHP et du eMarketing sur Facebook soit une entreprise d’innovation est, et restera, un vaste enfummage.

Or il faut le reconnaitre, bon nombre des pigeons qui se sont fait jour sont à la tête de telles entreprises, ce qui ne les empêchent nullement de se considérer comme startuppers. On imagine que les experts comptables ont réussi à les faire bénéficier du Crédit Impôt Recherche, mais ce dernier n’est pas plus reconnu à l’international comme label de startupper que le diplôme de l’école supérieur de journalisme de Plougastel.

Mais il y a pire. Comme cette tribune publiée dans Libé, qui a lancé l’ouverture de la chasse aux pigeons, signée d’une quarteron d’entrepreneurs dont la quasi totalité est en relations d’affaires étroite avec le Parti Socialiste, ses thinktanks, les institutions politiques dirigés par celui-ci ou ses grands argentiers.

Coté démagogie, c’est un partout, balle au centre.

Libéralisme

Notion parfaitement absente de la politique Française, et dont on affuble néanmoins tout ce qui se présente comme étant de droite (au grand désespoir de certains), le libéralisme, une doctrine politique censée être favorable aux intêrets des pigeons, n’est ni de gauche, ni de droite, Elle n’est tout simplement nulle part au pays du fromage. On peut le regretter ou pas, mais profiter d’une alternance politique pour faire croire que « c’était mieux avant », du temps où Nicolas régnait sur le royaume de France, est une bonne blague qui fait rire jusque dans les couloirs de Bercy.

Nous, hauts fonctionnaires de Bercy, ne lassons pas de nous étonner de cette brusque éruption de mécontentement de la part de ces entrepreneurs qui se font appeler les « pigeons ».
Comme s’ils se découvraient, dans l’équilibre byzantin des intérêts à partir desquels naissent les politiques publiques, la dernière roue du carrosse.
Nous leur livrons ici un secret de Polichinelle : la conception de la politique économique en France, depuis trente ans, se fait sans aucune véritable considération de ce qu’ils sont, de leurs difficultés, ni même de ce qu’ils apportent au pays.

Auto entrepreneur

L’auto entrepreneur, que la bande du fouquets de gauche qui publie dans Libé s’est empressée de lier au mouvement des pigeons, histoire de brouiller les cartes, est un exemple type de tarte à la crème. Après tout, qu’est-ce donc que ce truc que le gouvernement du changement c’est maintenant s’est bien gardé de remettre en cause pour mieux le taxer ?

C’est très simple : transformez votre masse salariale en sous traitants, et traitez-les comme de vulgaires ouvriers chinois. En bonus, si vous êtes une PME avec peu d’employés, vous pourrez une fois vos salariés transformés en auto-entrepreneurs, faire un petit montage financier vous permettant d’opérer tout cela depuis une structure localisée à l’étranger afin d’échapper au fisc. Si vous avez trop d’employés, cela demandera des montages financiers plus complexes et prendra plus de temps. Après tout, la société du spectacle fait cela avec les intermitemps depuis des lustres. Sauf que les Intermittent sont mieux traités par l’Etat que les auto-entrepreneurs (pour le moment). Si vous êtes une très grosse entreprise… vous vous en foutez, de toutes façon vous ne payez même pas le tiers en impôts de ce que déboursent les PME.

On aurait pu imaginer qu’un gouvernement de gauche s’insurge contre de telles pratiques, qui précarisent la middle class, mais non. La voilà qui fait désormais parti des salauds de patrons. Pas de chance. D’autant que pour ce qui est de se délocaliser, les auto entrepreneurs sont définitivement les dindons de la farce.

Leaderless organization

Le mode d’organisation des pigeons est certainement ce qu’il y a de plus inquiétant. En tout cas pour un mec qui s’est toujours imaginé à gauche et qui continue d’imaginer que l’innovation sociale est un truc de gauche (full disclosure : je suis très con parfois).

Ainsi, après Anonymous, LulzSec et autres Telecomix, la toute première déclinaison nationale – cocorico – de ce mode d’action politique, qui fut au cœur du printemps arabe, est le fait d’une groupe de libéraux qui s’opposent à un gouvernement de gauche (ou centre droit, c’est une question de point de vue).

La riposte, qui consiste pour le pouvoir en place à envoyer ses laquais publier de violentes tribunes dans la presse inféodée au gouvernement, est elle une méthode ancestrale à laquelle Sarkozy nous avait habitué. Il faut croire que ce mode de riposte n’est pas spécifique à la droite mais au pouvoir en place, quel que soit son positionnement marketing. C’est triste, d’autant plus triste que les spins doctors de gôche (contrairement à ceux de droite) semblent ne rien comprendre à ce type d’action politique, mais c’est également annonciateur de la suite.

Job creators

Autre mythe apparu avec le mouvement des pigeons, l’idée que les startups créent de l’emploi en France. Grosse rigolade. Dans un pays où l’on peut compter sur les doigts de la main les startups qui ont connu un gros succès international, on est en droit de se marrer.

Si ce type d’entreprises représentent un gros potentiel pour l’emploi et l’économie dans les pays anglo saxons, en France, ça n’a jamais été autre chose qu’un potentiel. L’idée saugrenue que les startups pourraient être un relais de croisance et une source de création d’emplois se heurte à une réalité culturelle inébranlable : l’aversion absolue pour le risque de la société Française ; y compris chez les pigeons, et en particulier chez leurs investisseurs. Là encore, la sémantique le démontre à merveille : « Venture Capital », qui devrait se traduire par « Capitalisme aventurier », se décline – plus qu’il ne se traduit – par « Capital Risque », comme pour bien insister, dans l’adaptation locale, sur la spécificité culturelle régionale.

Pour faire illusion, on ressortira les « usual suspects », qui ne sont guère que des exceptions à la règle : Meetic, Kelkoo, PriceMinister, Partech… Allez-y, comptez, vous avez suffisament de doigts.

Class Warfare & l’insurection qui vient de là où on l’attendait pas du tout

Autre élément particulièrement signifiant, le déferlement de haine, orchestré par la bande du Fouquets de la rive gauche – celle qui publie des tribunes dans Libé -à l’égard des pigeons, avec la bienveillance de l’Elysée, qui s’est rapidement transformée en entrepreneur-bashing sur les réseaux sociaux (pas facile de contrôler un mouvement social en ligne, hein les gars ? A moins que ce n’ait été le but de la manœuvre ?).

C’est certainement la plus grande réussite du mouvement des pigeons. A défaut d’avoir obtenu autre chose que du vent de la part du gouvernement, ceux-ci on réussi un coup de maitre : la connerie, c’est comme le judo, il faut utiliser la force de l’adversaire.

Voilà une réalité jusqu’ici relativement discrète de la culture Française remise sur le devant de la scène : patron du CAC40, startupper qui ne touche même pas un smic tout en faisant 100h de travail par semaine, le tout sans assurance chomage ni mutuelle, les voilà tous pointés du doigt de façon indiférenciée et désignés à la vindicte populaire.

On sait comment cela se termine, il suffit d’aller regarder de l’autre coté de l’Atlantique, où, comme souvent, on a une longueur d’avance. La gôche qui fait le lit d’un tea party bleu marine frenchy ? Il suffira d’étendre le concept de startups non plus au prestataires de l’IT mais carrément aux petits commerçants (après tout, pourquoi pas ?).

Pire, quand on sait que la même gôche est sur le point de confier en héritage au futur TeaParty (dans 4 ans et 6 mois) tout le kit necessaire à la mise en place d’un régime autoritaire. Il ne manque plus que d’affreux terroristes pour justifier et instaurer un régime policier, mais comme la gauche continue de fournir aux dictatures arabes les outils de surveillance et de repression numérique indispensable à leur survie, nul doute que ça devrait arriver.

Patience.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
ClimateGate, hackers, sceptiques, rapports du GIEC : comment ça marche ?http://reflets.info/?p=22101http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121004_195004_ClimateGate__hackers__sceptiques__rapports_du_GIEC___comment___a_marche__Thu, 04 Oct 2012 17:50:04 +0000L’affaire du ClimateGate est passé presque inaperçue en France, et pour cause, les médias n’en ont quasiment pas parlé, ou bien du bout des lèvres. Cette affaire est pourtant très importante, met en cause la crédibilité du GIEC, d’une partie de ses membres et de la validité de ses rapports. Mais qu’est-ce donc ?

Quelques milliers de mails en full disclosure sur un serveur…

Si il y a adhésion quasi générale pour dénoncer les pratiques d’une entreprise comme Amesys, pratiques dénoncées par des hackers qui dévoilent les secrets d’une société high-tech française qui aidait Khadafi à surveiller sa population et torturer ses opposants, avec les mails du CRU, l’adhésion est nettement moins marquée. Ce qui est logique, puisque dans un cas, on dénonce une entreprise privée qui aide un dictateur, et dans l’autre, on dévoile des manipulations de scientifiques impliqués dans une manipulation, manipulation qui a amené une planète entière à péter de trouille et s’auto-flageller. C’est sûr qu’entre un affreux qui torture ses citoyens de l’autre côté de la méditerranée aidé par une boite de solutions réseaux françaises et la mise en cause d’un organisme qui a reçu le Nobel de la paix et donne le « la » pour savoir comment la fin du monde va arriver, on plus de facilité à croire la première histoire et ne pas vouloir entendre parler de la deuxième.

Sauf que dans les deux cas, il y a (très certainement des hackers), des preuves, et que dans le premier cas tout le monde condamne les auteurs des malversations mais que dans le deuxième cas, tout le monde s’en contrefout. Et qu’au final si cette affaire du ClimateGate n’a pas eu l’ampleur qu’elle aurait dû avoir c’est qu’elle gène énormément de monde, citoyens compris. Parce qu’adhérer à une cause noble, censée mettre en péril l’industrie pétrolière et offrir à la planète la chance de ne plus être polluée (enfin par les émissions de Co2 uniquement) par les puissants (les industries) est quelques chose de difficile à lâcher. Surtout si, pour une fois on est soutenus par une organisation mondiale, le GIEC. Soutenus même par un gouvernement de droite, celui de Sarkozy, avec son Grenelle.

Ce qui ne signifie pas qu’il n’y a définitivement pas de réchauffement ou changement climatique, ou que les rejets humains de Co2 et gaz à effets de serre ne sont absolument pas en cause dans ce réchauffement. Non, parce que c’est bien plus subtil, et une fois les informations délivrées, analysées au sujet du ClimateGate, si l’on accepte de sortir du dogme imposé, dogme qui veut que le GIEC a raison, et que rien peut lui être contesté, que ceux qui contestent ses thèses sont obligatoirement à la solde des pétroliers, il y a simplement une nouvelle photographie de l’ensemble qui apparaît. Plus nuancée. Moins effrayante, ou au contraire plus effrayante, selon de quel côté on regarde l’affaire. Mais en tout cas bien différente du story-telling diffusé ad-nauseum depuis des années.

Mais revenons à ces  5000 mails de University of East Anglia’s (UEA) Climate Research Unite (CRU) déposés sur un serveur russe en 2009. Nous les nommerons  les mails du CRU. Le ClimateGate débute en 2009, lors de la divulgation d’échanges de courriers électroniques de membres du CRU :

L’incident des emails du Climatic Research Unit, plus souvent appelé Climategate, est une affaire résultant de la divulgation, dans la seconde moitié du mois de novembre 2009, d’un ensemble de courriels et de fichiers, datés entre 1996 et le 12 novembre 2009, attribués à des responsables du Climatic Research Unit de l’Université d’East Anglia et à leurs correspondants.

Ce centre de recherche est l’un des plus influents de ceux étudiant les changements climatiques naturels et anthropiques (réchauffement climatique) et nombre des correspondants concernés font partie de l’encadrement du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). La divulgation des fichiers a eu lieu deux semaines avant le début du sommet de Copenhague.
Le Climategate est décrit par les uns comme un des plus grands scandales scientifiques de notre temps et par les autres comme un évènement de peu d’importance.

Pour les premiers, les courriels et fichiers du Climategate suggèreraient que les scientifiques du climat les plus influents dans le monde de la climatologie et du GIEC auraient été coupables de graves dérives déontologiques, agissant de concert pour afficher un consensus de façade, manipuler les données ou leur présentation et ainsi exagérer le réchauffement climatique ou son interprétation, faire de la rétention d’information, interférer dans le processus d’évaluation par leurs pairs afin d’empêcher la publication d’articles divergents et détruire des courriels et des données brutes pour empêcher les audits indépendants. Les scientifiques directement mis en cause répondent que ces éléments, cités hors contexte, seraient en réalité bénins. De nombreux scientifiques réaffirment leur soutien à la thèse du réchauffement climatique anthropique.

Un peu plus de détails sur les manipulations de données, rétentions d’informations,  empêchements d’audits, d’évaluations par les pairs, et autres exagérations :

Les scientifiques du Climategate sont accusés par leurs détracteurs d’avoir refusé de communiquer certaines de leurs données scientifiques ou administratives, voire tenté de les détruire.

En particulier, ces derniers[Qui ?] mettent en cause un courriel daté du 2 février 2005, dans lequel Phil Jones écrit à Michael Manncitation :
« Envoie plein de données pour Scott. Prends soin à ce qu’il les commente mieux cette fois ! Et ne laisse rien traîner sur les sites FTP — on ne sait jamais qui peut les visiter. Les deux MMsnote 1 cherchent à obtenir les données du CRU depuis des années. S’ils entendent seulement parler de l’existence d’un Freedom of Information Act au Royaume Uni, je pense que j’effacerai le fichier plutôt que de le donner à quiconque. Est-ce que votre loi similaire aux USA vous force à répondre aux requêtes sous 20 jours ? — c’est le cas de la nôtre ! Le Royaume Uni fonctionne par précédents, donc la première requête testera ce point. Nous avons également une loi sur la protection des données, derrière laquelle je me réfugierai. Tom Wigley m’a envoyé un courriel inquiet lorsqu’il a entendu parler de ça — il pensait qu’on pourrait lui demander le code de son modèle. Il a quitté officiellement l’UEA [Université d'East Anglia] donc il peut se réfugier derrière ça. L’IPRnote 2 devrait être pertinent ici, mais je me vois déjà me disputer avec quelqu’un de l’UAE qui dira que nous devons y adhérer ! »

Dans un courriel daté de fin mai 2008, Phil Jones demande à Michael Manncitation :
« Peux-tu supprimer tous les courriels que tu peux avoir eu avec Keith [Briffa] concernant l’AR4 [le quatrième rapport du Giec]41 ? Keith fera la même chose. […] Peux-tu aussi envoyer un courriel à Gene [Wahl] et lui dire de faire pareil ? Je n’ai pas sa nouvelle adresse. On demandera à Caspar [Ammann] de faire la même chose. »

Ces petits échanges qui cherchent à cacher des résultats sur le réchauffement, de la part de scientifiques, sont un peu inquiétants. Les mails du CRU mènent aussi à des problématiques plus anciennes :

Les scientifiques du CRU sont accusés par leurs détracteurs d’avoir tenté d’interférer dans la ligne éditoriale de revues scientifiques, et d’avoir manqué de déontologie scientifique en utilisant les relectures d’articles qui leur étaient attribuées (en tant que pairs) et leur mandat au Giec de manière partisane, pour exclure systématiquement les travaux « sceptiques ».

Certains courriels du CRU apportent un nouvel éclairage sur la réception d’un article très controversé des astrophysiciens Willie Soon et Sallie Baliunas, publié en janvier 2003 dans le journal scientifique Climate Research. Treize climatologues, dont une partie des scientifiques du CRU, ont publié en juillet 2003 une réponse à cet article. Les courriels en question adressent la question de la légitimité du processus d’évaluation par les pairs au sein de la revue Climate Research, et démontrent selon les détracteurs des scientifiques du CRU la pression exercée par les climatologues sur la communauté et les journaux scientifiques. La polémique a indirectement mené à la démission de cinq des dix responsables éditoriaux de Climate Research, dont l’éditeur en chef, en août 2003.

D’autres courriels sont également cités, dans lesquels les activités en tant qu’éditeurs des scientifiques visés par la fuite de courriels apparaissent elles-mêmes, pour leurs détracteurs, comme orientées et contraires à la déontologie scientifique.
En juillet 2010, la commission d’enquête indépendante (Independent Climate Change Email Review), a conclu que, en dépit des réactions très vives habituelles entre les diverses parties sur des sujets litigieux, rien ne pouvait être reproché au professeur Jones, et qu’en tout état de cause, aucune pression indue n’avait été exercée

Rien ne peut être reproché à Jones et le contenu de ses mails. Comme pour les autres mails, tout le monde sera lavé de tous soupçons par une « enquête indépendante ». Même cet échange assez amusant, datant de 1999 :

Dans un courriel du 22 septembre 1999, Keith Briffa fait part de l’existence « d’une pression pour présenter une jolie petite histoire au sujet ‘d’un réchauffement apparemment sans précédent depuis mille ou plus d’après les indicateurs’, mais la réalité la situation n’est pas aussi simple. Je pense que le réchauffement récent est semblable à celui d’il y a mille ans »

Parlons un peu de Keith Briffa

Parce que ce scientifique n’est pas un obscur chercheur sans influence : Briffa est en réalité l’un des meilleurs spécialistes du climat au monde et est au cœur d’une controverse très importante pour démontrer le caractère anthropique du changement climatique.

Un des courriels mis en cause propose d’utiliser une astuce (a trick) afin de cacher une baisse de la température moyenne (hide the decline). D’autres fichiers font référence à des astuces variées pour « cacher » le « déclin » ou la « divergence » : suppression, remplacement par des moyennes thermométriques globales, remplacement par des chiffres fixes. Les parties en présence s’accordent sur le fait que ce déclin ou cette divergence cachée porte sur la baisse pour la seconde moitié du xxe siècle des températures reconstruites à partir des données relais (proxys) notamment en provenance d’arbres, alors que les moyennes thermométriques utilisées en références affichent une hausse importante sur cette période.

Phil Jones affirme que l’astuce signifiait de façon familière « quelque chose d’intelligent à faire » et non une manipulation des données comme l’affirment ses détracteurs.

Michael E. Mann précise que l’astuce statistique dont parle Phil Jones dans le courriel cité consistait simplement à remplacer les températures reconstruites à partir des données des arbres des années récentes par des données plus précises venant des mesures directes de la température atmosphérique.

Si la prestigieuse revue Nature a pris position massivement pour défendre les scientifique du CRU, une autre, la non moins prestigieuse revue National Review offre encore en  mai 2012 à des scientifiques  la possibilité d’exprimer leurs doutes sur l’impartialité des travaux de Keith Briffa :

Why did Briffa include only half the number of cores covering the balmy interval known as the Medieval Warm Period that another scientist, one with whom he was acquainted, had reported for Yamal ? And why were there so few cores in Briffa’s 20th century? By 1988, there were only twelve cores used in a year, an amazingly small number from the period that should have provided the easiest data. By 1990, the count was only ten, and it dropped to just five in 1995. Without an explanation of how the strange sampling of the available data had been performed, the suspicion of cherry-picking became overwhelming, particularly since the sharp 20th-century uptick in the series was almost entirely due to a single tree.

Débat interdit (surtout en France)

Malgré le ClimateGate, qui a déstabilisé très fortement la communauté scientifique et continue de créer des débats à l’étranger, particulièrement aux USA et au Royaume-Uni, la discussion sur ce sujet n’est plus au goût du jour par chez nous. « L’urgence d’agir » est devenue un leitmotiv qui abolit toute possibilité d’expression du doute sur un problème mondial qui change pourtant énormément de choses au niveau politique. La France est quand même émettrice de 1% du Co2 et gaz à effets de serre mondial, ce n’est pas rien ! Si la France baisse ses émission de moitié, il est important de mesurer le changement « majeur » qui s’opérera sur le climat mondial…

L’Institut de Physique britanique posait la question suivante en 2007 : « Climate change prediction: a robust or flawed process? ». La prédiction du climat : un processus fiable ou défectueux ? La question peut être posée, et elle l’est en Angleterre, surtout quand les résultats des sondes en 2006 n’ont absolument pas collé aux prédictions antérieures du GIEC en termes d’augmentation des températures. Un document de « réconciliation » a donc été publié par climatescience.gov, afin d’expliquer les divergences et faire « coller » les résultats.

Deux scientifiques allemands, Gerhard Gerlich and Ralf D. Tscheuschner, publient (très difficilement) en 2009 une étude sur l’effet de serre dans « L’International Journal of Modern Physics ». Leur étude (ici en version numérique) intitulée « falsification of the atmospheric CO2 Greenhouse effects within the frame of physics » bat en brèche les théories du GIEC et démontre que l’effet de serre par le Co2 ne tient pas debout. Avec un préambule qui peut interpeler le lecteur non averti :

Many authors assume that carbon dioxide emissions from fossil-fuel consumption represent a serious danger to the health of our planet, since they are supposed to influence the climates, in particular the average temperatures of the surface and lower atmosphere of the Earth. However, carbon dioxide is a rare trace gas, a very small part of the atmosphere found in concentrations as low as 0; 03 Vol %.

De nombreux auteurs supposent que les émissions de dioxyde de carbone provenant de la consommation de combustibles fossiles représentent un grave danger pour la santé de notre planète, car ils sont censés influencer les climats, en particulier les températures moyennes de la surface et la basse atmosphère de la Terre. Cependant, le dioxyde de carbone est un gaz rare, présent dans l’atmosphère à des concentrations aussi faibles que 0, 03% vol.

Toute l’étude des deux chercheurs n’est pas basée sur cette démonstration anti-Co2 puisqu’ils travaillent sur les effets de physique fondamentale dont les interactions solaires. Mais la littérature scientifique est vaste au sujet du climat, puisque toute une partie de la communauté des chercheurs continue de vouloir comprendre le climat planétaire et n’adhère pas à la thèse par « consensus » du GIEC.

Le ClimateGate a eu au moins une vertu, celle de montrer au grand jour la vocation très politique des chercheurs du GIEC, des éléments d’influence et de volonté d’empêcher d’autres théories d’être publiées. Malgré tout, le réchauffement, devenu changement climatique est toujours causé par l’émission de Co2 humaine, aucune autre cause ne peut être invoquée, et si les relevés de températures indiquent une pause dans un réchauffement, il y aura toujours des explications du GIEC pour nous rassurer : nous sommes la raison du dérèglement à 90%, aucune autre possibilité n’est envisageable.

Les conséquences géopolitiques, économiques, technologiques, énergétiques de l’imposition de la théorie unique sur le changement climatique sont énormes, et mériteraient un autre article. Mais est-ce bien nécessaire puisque nous savons que ce sont les rejets de Co2 qui réchauffent l’atmosphère et détraquent le climat ?

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Fyodor, we (data)love youhttp://reflets.info/?p=22093http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121004_014132_Fyodor__we__data_love_youWed, 03 Oct 2012 23:41:32 +0000Dear Fyodor, it’s been years since we have not had a ride on a rotten motorbike… This time, let me tell you how much we (data)love you. We’re taking you for a tour around the Net with nice boxes, plenty of space for data, strong chips, you know what I mean…

 

 

 

 

 

Re: Hakin9′s new Nmap Guide


From: Fyodor <fyodor () insecure org>
Date: Wed, 3 Oct 2012 15:42:12 -0700


On Fri, Sep 28, 2012 at 01:05:25PM -0700, Fyodor wrote:
Hahahaha, I just saw the guide.  The best article is the first one,
which Hakin9 apparently published without even reading.  And they told
me I could post it as a sample of their work.  Here it is:

http://nmap.org/misc/hakin9-nmap-ebook-ch1.pdf

Uh-oh, it seems that Hakin9 had a change of heart.  At first they were
very proud to show off their DICKS (DARPA Inference Checking Kludge
Scanning) article.  When I asked if I could post it, they replied:

 "Sure! You can post whichever article you'd like. Will you be posting
  that on your main page?"

I guess they expected the security community to be impressed by their
DICKS, but instead they faced scorn and ridicule.  Now they're so
embarrassed by everyone mocking their DICKS that they had their lawyer
send me this removal demand:

  Date: Wed, 3 Oct 2012 17:20:03 +0200
  From: Izabela Grotowska <iza.grotowska () gmail com>
  To: fyodor () insecure org
  Cc: ewa dudzic <ewa.dudzic () software com pl>
  Subject: illegal use of copyright

  Dear Sir,

  On behalf of Hakin9 Media Sp. z o.o. with its seat in Warsaw
  (Poland), by a power of attorney given to me, I inform You that the
  company is one and only publisher of the magazine "Hakin9 Magazine"
  and has exclusive copyrights to the article entitled Nmap: 'The
  Internet Considered Harmful - DARPA Inference Cheking Kludge
  Scanning', written by Mr. Yarochkin Fyodor.

  Therefore, please remove this article from website under the
  following address: http://seclists.org/nmap-dev/2012/q3/1050 as it
  is distributed without any legal basis and even permission of the
  publisher.  In case of failure to comply with this request, the
  Company will be forced to take a legal way.

  Regards,
  Izabela Grotowska
  legal adviser
  Warsaw, Wysowska 13 Str, 02-682 Warsaw (Poland)

I don't know how long I can hold out against Hakin9's legal
department, especially if they're "forced to take a legal way".  Since
this may be your last chance to see their DICKS, here's the link
again:

http://nmap.org/misc/hakin9-nmap-ebook-ch1.pdf

Interestingly, the legal threat wasn't the only email that Hakin9 sent
me today.  They also want me to write an article (see the solicitation
below).  Anyone have good ideas for what I should submit?  Maybe a
paper on the Continuously Updating Nmap Technology System. :) 

Cheers,
Fyodor

PS: Here is the article submission spam:

Date: Wed, 3 Oct 2012 12:52:25 +0200
From: Anna Medrzecka <anna.medrzecka () software com pl>
To: fyodor () insecure org
Subject: cooperation with hakin9 magazine

Dear Gordon Lyon,

I write on behalf Hakin9 magazine (hakin9.org) and I would like to
propose you cooperation. Our magazine is dedicated for professionals
in IT and software branch and has more than 90 thousand readers
worldwide. Writing for us is great opportunity to promote yourself and
your site.

In next edition we will publish texts on Kismet. I find articles
published on your site really interesting and showing original vision
of hacking and wireless security. I also really like your style and I
truly belive, that you can contribute relevant materials for our
magazine.

Please contact me at anna.medrzecka () software com pl and let me know if
you would like to contribute.

Sincirely,
Anna Medrzecka

_______________________________________________
Sent through the nmap-dev mailing list
http://cgi.insecure.org/mailman/listinfo/nmap-dev
Archived at http://seclists.org/nmap-dev/

Of course,in case the paper would disapear, we have a copy here. Our readers deserve the best as always. Don’t they ?

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Alors comme ça, tu nous observes, tu nous lis…?http://reflets.info/?p=22087http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121004_011026_Alors_comme___a__tu_nous_observes__tu_nous_lis____Wed, 03 Oct 2012 23:10:26 +0000Il semble bien que ce soit vrai, ami lecteur. Tu nous lis régulièrement. Et tu es nombreux.

Légion, si j’osais.

Tu nous lis et tu as comme une petite voix qui te dit : »oh, mais merde à la fin, ils passent leur temps à nous annoncer la fin des temps.  Ils ne seraient pas un peu complotistes ? »

Mais si, bien sûr, nous sommes complotistes.

En ce sens que nous verbalisons des choses que peu de monde veut verbaliser. Car les dire, les affirmer, leur donner du sens, c’est rompre un statuquo, un oeil du cyclone protecteur. C’est surtout ouvrir la voie à la réalisation de ces choses. Et il faut bien l’avouer, nombreux et puissants sont ceux qui ne veulent pas qu’elles se réalisent.

Lorsque des informaticiens talentueux  – #oups- (pour ne pas dire des hackers, des pirates, des Anons, des… whatever) prennent pour cible des militaires, des services secrets, des entreprises, ils se trompent de cible. Pourquoi dire cela ? Parce que nos sociétés ne bougent désormais qu’avec un seul moteur : la finance. Les politiques ont déserté et ont prêté allégeance à ce pouvoir mal défini.

Faisons la courte. Il paraît que c’est à la mode d’écrire court sur Internet.

En tapant sur les gouvernements, les militaires, des entreprises, rien ne changera. Eux aussi sont légion. Un qui tombe ? Des centaines qui sont toujours là, avec le même agenda. Vous manger. La finance est composé de centaines de jeux à somme nulle. En d’autre termes, si l’un gagne, c’est que quelqu’un, quelque part perd. Celui qui perd, c’est vous. Pas eux.

Dans les mois à venir, peut-être les années si rien n’est verbalisé par « les marchés » et les politiques, le monde que nous connaissons va changer drastiquement. Ici, chez Reflets, nous savons ce que nous faisons pour tenter de changer un peu le cours de l’Histoire. Rien ne dit que nous y parviendrons.

Mais toi, ami lecteur, que fais-tu pour éviter le pire ?

Dans quelques semaines, quelques mois, quelques années, la profondeur de la crise économique qui touche l’ensemble de la planète sera verbalisée. Les phrases toutes faites des Marios et de leurs amis cesseront définitivement d’avoir le moindre sens auprès des populations.

Fini donc les « we will do whatever it takes” to save the euro, les #toutvabien, les on gère, les l’euro est désormais sauvé, les la sortie d’un pays de l’Union n’est pas une option, les défaut, ne fait pas partie de notre vocabulaire. Tout ces mensonges qui ne visent qu’à gagner du temps (et le temps c’est de l’argent) ne tiendront plus. Quelqu’un finira par dire ce qui est. Les chiffres sont têtus et le fait de nommer la  profondeur réelle de cette crise lui donnera pleinement vie. Du jour au lendemain. De la même manière que l’Irlande, la Grèce ou l’Espagne se sont retrouvés du jour au lendemain dans une situation « intenable » qu’ils démentaient tous quelques heures avant.

A ce moment, il sera trop tard.

Qu’aurons-nous fait pour l’empêcher ?

Les commentaires sont ouverts, exprimez-vous!

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Ayrault et le TSCG : WTF ?http://reflets.info/?p=22071http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121002_213459_Ayrault_et_le_TSCG___WTF__Tue, 02 Oct 2012 19:34:59 +0000Ils sont forts ces socialistes, très forts. Leur premier ministre le formidable JMA vient de vendre le TSCG à l’assemblée nationale avec une belle conviction. C’était beau et émouvant à la fois. Mais que disaient-ils tous ces socialistes il y a moins d’un an, à propos de la règle d’or qu’ils jurent ne pas voter aujourd’hui avec le TSCG ?

 

Remember…

 

Ah ils en voulaient pas du TSCG, ça c’est certain. Mais parce que le TSCG d’aujourd’hui, ce n’est donc plus du tout une règle d’or, non, non, non.

Il suffit de le lire pour s’en rendre compte. Petit passage savoureux :

a) la situation budgétaire des administrations publiques d’une partie contractante est en équilibre ou en excédent;

b) la règle énoncée au point a) est considérée comme respectée si le solde structurel annuel des administrations publiques correspond à l’objectif à moyen terme spécifique à chaque pays, tel que défini dans le pacte de stabilité et de croissance révisé, avec une limite inférieure de déficit structurel de 0,5 % du produit intérieur brut aux prix du marché. Les parties contractantes veillent à assurer une convergence rapide vers leur objectif à moyen terme respectif. Le calendrier de cette convergence sera proposé par la Commission européenne, compte tenu des risques qui pèsent sur la soutenabilité des finances publiques de chaque pays. Les progrès réalisés en direction de l’objectif à moyen terme et le respect de cet objectif font l’objet d’une évaluation globale prenant pour référence le solde structurel et comprenant une analyse des dépenses, déduction faite des mesures discrétionnaires en matière de recettes, conformément au pacte de stabilité et de croissance révisé;

0,5% de déficit structurel, avec évaluation globale. Hum hum. Et ensuite, si ce déficit structurel est plus haut ?

1. Une partie contractante qui fait l’objet d’une procédure concernant les déficits excessifs en vertu des traités sur lesquels l’Union européenne est fondée, met en place un programme de partenariat budgétaire et économique comportant une description détaillée des réformes structurelles à établir et à mettre en œuvre pour assurer une correction effective et durable de son déficit excessif. Le contenu et la forme de ces programmes sont définis dans le droit de l’Union européenne. Leur présentation pour approbation au Conseil de l’Union européenne et à la Commission européenne ainsi que leur suivi auront lieu dans le cadre des procédures de surveillance existantes en vertu du pacte de stabilité et de croissance.

Et bien il faut aller montrer patte blanche à Bruxelles. Mais ça ne s’arrête pas là. Le suite est bien mieux :

2. La mise en œuvre du programme de partenariat budgétaire et économique et des plans budgétaires annuels qui s’y rattachent, fera l’objet d’un suivi par le Conseil de l’Union européenne et par la Commission européenne.

La Commission européenne est invitée à présenter en temps utile aux parties contractantes un rapport concernant les dispositions adoptées par chacune d’entre elles conformément à l’article 3, paragraphe 2. Si, après avoir donné à la partie contractante concernée la possibilité de présenter ses observations, la Commission européenne conclut dans son rapport que ladite partie contractante n’a pas respecté l’article 3, paragraphe 2, la Cour de justice de l’Union européenne sera saisie de la question par une ou plusieurs parties contractantes. Lorsqu’une partie contractante estime, indépendamment du rapport de la Commission, qu’une autre partie contractante n’a pas respecté l’article 3, paragraphe 2, elle peut également saisir la Cour de justice de cette question. Dans les deux cas, l’arrêt de la Cour de justice est contraignant à l’égard des parties à la procédure, lesquelles prennent les mesures nécessaires pour se conformer audit arrêt dans un délai à déterminer par la
Cour de justice.

Paf, saisie de la cour de justice européenne. Avec contrainte, quitte à faire. Mais promis juré, avec l’adoption du TSCG, il n’y a pas de règle d’or et surtout pas de perte de souveraineté nationale. Comme c’est pas dans la constitution française, c’es pas pareil. Même si c’est l’Europe qui contraint. C’est JMA qui le dit, alors…

Mais il reste des économistes un peu mauvais coucheurs pour penser autrement : mais franchement, on ne va pas aller se fier aux dires d’un vieil économiste de l’OFCE pour un traité budgétaire, quand même ?
(Henri Sterdyniak, Directeur du Département économie de la mondialisation à l’OFCE)

Le Traité en question est bien entendu consultable, téléchargeable, ici même : http://european-council.europa.eu/media/639232/08_-_tscg.fr.12.pdf

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Do you comment me ? Ooooh yeaaah !http://reflets.info/?p=22046http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121002_120047_Do_you_comment_me___Ooooh_yeaaah__Tue, 02 Oct 2012 10:00:47 +0000Salut lecteur : ça va ? Bon, tu n’es pas obligatoirement concerné par ce billet, et tu peux refermer cette page si cette première phrase te gonfle. Ouais, c’est un billet. Parce qu’il faut savoir qu’il y a des « billets » et des « articles ». Le truc est super important : d’un côté c’est considéré comme un truc fait sur un coin de table à la va vite, par des gens pas très compétents (le billet), et de l’autre, c’est du lourd, coco (l’article, un truc de journaliste). Donc là, tu lis un truc pas super sérieux, pas fabriqué par un mec très compétent, ni très bien construit.

Donc, ça c’est un billet, disais-je (remarque le « je », ça change tout). Un truc où tu te mets plus où moins en scène, et interpelles le lecteur, appelé « internaute ». L’internaute, ce mystère quantique : il est là sans y être, il est partout, mais il est…un internaute. Une sorte d’entité mal définie : c’est censé être un être humain, mais il ne se comporte pas toujours comme un être humain. Il a même des relents de « bot » parfois. Ouais, le bot. Une créature artificielle, un algorithme qui s’autonomise pour aller faire des trucs sur la toile. Parfois il tente d’être « intelligent ». C’est-à-dire de rivaliser avec les humains en termes d’échanges écrits. Ca donne des trucs bizarre. Mais de la même manière que l’internaute qui a oublié qu’il était humain peut aussi écrire des trucs bizarre. Comme des commentaires.

Qu’est-ce que fait un bot qui veut commenter un article ou un billet, via twitter par exemple ? Heu…il essaye, il récupère des mots, les fait correspondre avec des dictionnaires pour sortir des phrases types. Ca peut donner : « C’est vachement chouette ! mais on ne pourrait pas parler de Trucmuche.com ? lol ». Bon, c’est certain, ça calme. Pour l’internaute-bot, c’est plus complexe.

Première phase : il ouvre un papier, lit le titre et commence à lire très rapidement le texte, en diagonale. Il repère quelques passages clés et arrive à la fin du truc en 25 secondes iphone en main. Là il écrit son premier commentaire en tentant de prendre le contre-pied de ce qu’il croit avoir compris du billet (ou de l’article, nuance), par l’ambiance qu’il a senti qui s’en dégageait et les quelques passages clés. Les intertitres l’aident à se faire une idée. Il peut même parfois être honnête (ce que ne sait pas faire un bot) en disant : »je n’ai lu que le début, mais… ».

Donc, un commentaire par un internaute-bot, ça donne des trucs comme ça : « Tu oses prétendre que…alors que l’on voit bien que tu tentes de…et dans le même temps je te fais savoir qu’en allant sur http://gros-relou-quilit-rien.net, là je pense que tu vas commencer à avoir le début d’une idée de ce que tu prétends dire dans ce papier tellement merdique que même mon chien n’en voudrait pas dans sa gamelle après 3 jours de diette « .

Chouette. Un commentaire. Se dit l’auteur.

Enfin, ça dépend quand même. Parfois ça l’énerve. Pas qu’on attaque son papier. Non, ce qui l’énerve c’est qu’on fasse dire à son papier ce qui n’y est pas dit. Voire, que le bot-naute colle des bouts du texte en s’abstenant de mettre l’intégralité de la phrase, pour bien assoir sa pseudo-démonstration. Un montage par commentaire. Ce que le même bot-internaute ne supporte pas que des médias effectuent dans des reportages où des interlocuteurs sont coupés pour leur faire dire ce qu’ils n’ont pas dit. « Je suis convaincu qu’il n’y a pas de place pour un débat… » qui est en réalité : « Je suis convaincu qu’il n’y a pas de place pour un débat si les attaques à mon encontre persistent, et que mes détracteurs continuent à détourner mes propos ».

Tu vois la nuance, lecteur ?

Alors, ce billet est-il une plainte d’un pauvre contributeur de Reflets qui ne supporte plus de voir une partie des commentaires de bot-nautes fainénants qui ne lisent que ce qu’ils veulent et détournent l’essence des contenus écrits pour mieux asseoir leur botnetitude ?

Mais non, lecteur, c’est prétexte ! :-)

Celui de te vendre mon dernier bouquin, écrit avec une femme, un truc hyper drôle que tu vas adorer, bien noir et bien méchant, chez un éditeur de romans au format numérique only, sans DRM. C’est pas cher du tout (3,99 euros) et tu vas beaucoup rire, tout en étant captivé par un suspens haletant…

Pour t’inciter à aller voir plus loin, même si tu es un botnaute qui déteste Yovan Menkevick (ce qu’on peut comprendre, hein…), à essayer de lire un texte plus longtemps que 25 secondes (c’est vrai qu’au delà c’est fatiguant et ça peut être considéré comme une perte de temps), voici une critique effectuée sur un blog à propos « Du dernier juge de ma vie », le dit bouquin. Et en prime, des liens…(aaaaaah les liens !)

Il est pas content le botnaute ?

Critique sur le site de Jean-Basile Boutak, écriture & lecture numérique :

« Le Dernier juge de ma vie est un texte plein de curiosité. Tout d’abord, il s’agit d’un texte écrit à quatre mains, et en tant qu’auteur, je me suis toujours demandé comment on parvenait à obtenir un roman cohérent et homogène à partir de deux cerveaux bien distincts. Ensuite, c’est une histoire qui aurait pu – le temps est important – avoir sa place dans la collection SeXtasy. Enfin, c’est une fiction qui traite d’un sujet difficile à aborder : la dépendance au sexe.

Il y a quelques semaines, j’ai vu Shame de Steve McQueen, avec Michaël Fassbender. Le film traite du même sujet, mais il est d’un ennui mortel – ceux et celles qui fantasment sur Fassbender y auront peut-être trouvé un certain réconfort. Il est centré sur son sujet, et ne va finalement chercher bien loin. Ce que j’aime avec le roman noir et le polar, c’est qu’il permet d’aborder des sujets délicats en les attaquants de biais, en y venant et en s’en éloignant, en s’en rapprochant et en repartant. Il y a ça, mais il n’y a pas que ça. Un peu comme les coups de reins du personnage principal du Dernier juge de ma vie, finalement. Sensualité ignorée du polar…

Voilà pourquoi ce texte a bien sa place dans la collection « noir c’est noir ».

Et pour vous prouver qu’il est aussi bien écrit, j’aimerais partager avec vous ces quelques lignes, avant de vous inviter à en télécharger un extrait sur la plateforme de votre choix. Et plus si affinités. »

« Je n’ai donné aucune raison valable sur ma présence dans ce restaurant grec hier soir. De toute façon, j’y étais seul et personne ne pourra dire le contraire. J’avais envie de manger grec, voilà tout. Il y en a qui se ruent dans les sex-shop quand ils vont mal, moi c’est les restaurants grecs. Quelqu’un a quelque chose à redire ? Un chirurgien surmené a bien le droit de décompresser en mangeant de la moussaka et quelques feuilles de vigne de temps en temps, non ? Quant à la crise, j’ai répété dix fois que je ne savais pas ce qui m’avait pris. Se rouler par terre en chialant comme une madeleine n’est pas un crime et ne rentre pas non plus dans les psychopathologies lourdes. Qui plus est dans un restaurant grec. »

Un extrait un peu plus long : https://incipit.jux.com/520212

La librairie en ligne de l’éditeur (québécois): http://librairie.immateriel.fr/fr/ebook/9782897173296/le-dernier-juge-de-ma-vie

L’éditeur (toujours québécois) : http://comprendrelelivrenumerique.com/

Ecrire des romans, des articles, c’est un peu plus long que des commentaires. Encore plus difficile de se les faire publier. Mais comme quasiment plus personne ne lit de romans, on s’en fout, puisqu’à termes c’est le commentaire qui tiendra lieu de bibliothèque universelle des créations littéraires humaines.

En super bonus, je tiens à t’offrir, cher lecteur, ce clip musical qui résume avec un brio sans pareil tout ce qui vient d’être énoncé dans ce billet :-) . Attention, il y a du second degré…mais pas que…si ? Non ? On s’en fout…


Billets en relation :

flattr this!

]]>
#Leak : Revolutionner la quête de la transparencehttp://reflets.info/?p=21926http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121001_183701__Leak___Revolutionner_la_quete_de_la_transparenceMon, 01 Oct 2012 16:37:01 +0000Depuis plus de deux ans maintenant les fuites d’informations (ou « leak ») pleuvent sur la toile. Le début de ce mouvement pourrait-il être attribué à Assange et à son équipe ? Où ont-ils simplement su sentir l’air de leur temps ? Si la  fameuse plateforme a d’abord décollé doucement, c’est grâce à Bradley Manning que Wikileaks va gagner ses lettres de noblesse.

Le 25 juillet 2010, Wikileaks publie les journaux de la guerre en Afghanistan. Le 22 octobre 2010, c’est au tour des journaux de la guerre en Irak, journaux compilés par l’armée américaine entre 2004 et 2009. Enfin le 28 octobre, le site commence à publier le troisième volet de leurs « mégas-leaks » : l’ensemble des câbles diplomatiques issus des différentes ambassades américains à travers le monde. Ces trois gros coups vont propulser le site sur le devant de la scène, avec tous les désagréments qui vont avec. Bradley Manning est arrêté, emprisonné sans procès dans des conditions dignes de Guantánamo. Assange, lui, se retrouve assigné à résidence en Angleterre, traqué par les instances judiciaires de trois pays différents avec en ligne de mire un procès pour espionnage sur le territoire américain. Les états occidentaux vont s’attaquer à WikiLeaks et à ses soutiens en visant, en premier lieux, sa structure financière.

Cette chasse aux sorcièrex ne va pas arrêter le mouvement.

Dés début 2011, surfant sur la vague des révolutions arabes, le mouvement Anonymous s’étoffe et prend de l’ampleur, se posant en défenseur de la transparence. La défense de Wikileaks va être un combat important, un combat fondateur. Mais ne dit-on pas que la meilleure défense, c’est l’attaque ?  Les hackers affiliés au mouvement rentrent dans la course et la fuite d’informations critiques devient une de leurs armes de prédilection.

Dans un monde gangrené par l’impérialisme et la corruption, les fuites d’informations stratégiques seraient un outil qui nous permettrait de nous diriger avec plus d’assurance vers un monde plus juste.

L’automne arrive, l’hiver suivra. L’agitation va laisser place au travail et à la réflexion. « Reflets.info » ne compte pas rester sur le bas-coté. Permettez moi d’apporter ma pierre à l’édifice en vous proposant un petit voyage sociologique au cœur des notions de transparence, de fuites d’informations et de sonneurs d’alertes (« whistleblowers »). Cet article ne prétend pas vous apporter des réponses tout faites, mais aspire à créer de nouvelles pistes de réflexion.

Suivez le guide …

 

L’émergence d’une société de la connaissance

 Les chercheurs en sciences politiques Inglehart et Welzel replacent la notion de transparence dans un cadre plus général, celui du processus de modernisation sociale des sociétés.

Pour eux, nos sociétés sortent du processus d’industrialisation. Celui-ci est caractérisé par plusieurs notions : la rationalisation, la bureaucratisation et la sécularisation. Alors que ce type de société arrive à maturité, ayant amené à la majeure partie de leur population bien-être et sécurité physique, l’évolution prend une nouvelle direction et un nouveau paradigme se met en place: celui de la société de la connaissance. Celui-ci est caractérisé par un nouvel ensemble de changements, mettant l’accent sur l’autonomie individuelle, la libre expression et le libre choix. Le pouvoir vient de la connaissance et le citoyen moderne peut aisément exercer ce privilège.

 La société de la connaissance est plus complexe, plus interconnectée. On y observe une forte dispersion des responsabilités. Dans l’entreprise, on demande aux travailleurs de faire preuve d’initiative et d’assumer ainsi une petite part de responsabilité. La politique elle même perd de son sens. Nos nations remettent une part de leur souveraineté à des instances supérieures (Union Européenne, traités internationaux, …). L’économie, qui était pourtant considérée comme une arme essentielle des Etats, se transforme ainsi en une entité divinisée contre laquelle on ne peut rien faire (la main invisible). Chaque individu devient une pièce d’une énorme machinerie qui semble avancer toute seule. Dans ce nouveau cadre, comment influer sur la course du système, comment l’homme peut-il garder la maîtrise de son environnement ?

Car cette société de la connaissance révolutionne aussi la notion de risque. Les menaces directes à l’encontre de l’intégrité physique de l’individu ont été éliminées. Son bien-être est garanti. Paradoxalement, l’individu va alors prendre conscience d’autres types de risques, et ne va plus les tolérer. Muni de l’information, source de pouvoir, le citoyen découvre des risques plus globaux, souvent associés à la modernité « Man Made » (risques environnementaux, risques sanitaires, …).

Et contre ces nouveaux types de risques, les anciennes méthodes montrent vite leurs limites. Les anciens agents du processus d’industrialisation, agents chargés de détecter et de corriger les problèmes (surveillants, contrôleurs) deviennent aveugles devant cette irresponsabilité organisée. D’autres individus se trouvent alors mieux placés pour dénoncer et agir sur ces risques globaux. Ces individus, positionnés à différents endroits de la grande machine sociétale, peuvent par hasard, de par leurs connaissances ou leurs compétences prendre conscience, à un moment de leur vie, d’une image plus globale et ainsi repérer des dysfonctionnements structurels. Les exemples les plus symboliques de ces individus sont les scientifiques ou les sonneurs d’alertes (whistleblowers).

 

Le paradoxe des whistleblowers

 Précisons maintenant ce qu’est un whistleblower (ou « sonneur d’alerte » en français). D’après Wikipédia :

 Un lanceur d’alerte, parfois appelé dénonciateur, désigne une personne ou un groupe qui estime avoir découvert des éléments qu’il considère comme menaçants pour l’homme, la société, l’économie ou l’environnement et qui de manière désintéressée décide de les porter à la connaissance d’instances officielles, d’associations ou de médias, parfois contre l’avis de sa hiérarchie.

 Et pour compléter cette définition, rien de mieux qu’un exemple : Bradley Manning.

 Ce soldat Américain, travaillant comme analyste en Irak, est, selon les autorités américaines, l’auteur des trois « mégas-leak » qui ont fait la renommée de Wikileaks. Pour son geste, Manning a été encensé par une grande partie de la population mondiale. Et sur ce point, il n’est pas le seul dans son cas.

En 2002, éclate aux États-Unis l’affaire Enron suivie de près par l’affaire WorldCom. La corruption et les fraudes en vigueur dans les grandes compagnies américaines sont ainsi exposées aux yeux du monde. A l’origine des ces affaires, trois whistleblowers faisant partie des ces compagnies mythiques: Cyntia cooper, Sherron Watkins, Coleen Roley. Ce trio sera nommé « Person of the year 2002″ par le magazine Time, une forme de reconnaissance mondiale. Remontons plus loin avec Jeffrey Wigand. En 1995, Jeffrey dénonce les secrets les plus noirs de l’industrie du tabac, en témoignant dans un reportage sur la chaîne CBS. Un film sera tiré de son histoire : « The Insider ». Russell Crowe sera choisi pour jouer son rôle: à ce stade les whistleblowers deviennent carrément « people »…

Et pourtant … Voici ce que dit le psychanalyste Fred Alford, parlant des whistleblowers avec qui il a travaillé pendant plus de 20 ans :

 « [...] Je pense que nous ne comprendrons pas ce qui se passe dans nos sociétés tant que nous n’écouterons pas les larmes, les cris, la souffrance et l’horreur de ceux qui ont passé une limite dont ils ne connaissaient pas l’existence »

 C’est ce que nous nommons le « paradoxe des whistleblowers ».

 Si ces individus sont adulés du grand public, personne ne veut les avoir proche de soi. La plupart, après être passés à l’acte se sont retrouvés marginalisés, isolés de leurs relations sociales et semblent devoir finir leur vie dans la solitude. Dénoncer les méfaits de nos organisations: ok pour les autres, mais pas pour moi ou mes relations …

Comment expliquer cette apparente contradiction ? Tournons-nous vers un sociologue : c’est George Simmel qui s’y colle.

Simmel s’est penché sur les sociétés secrètes et sur le rôle du secret dans les relations sociales. Il affirme ainsi que, si toute relation entre les hommes nécessite un certain savoir sur l’autre, ce savoir ne doit pas être parfait. Le non-savoir, l’ambiguïté et le mensonge peuvent être moralement répréhensibles, mais ils sont socialement positifs pour l’établissement des relations humaines. Apprendre un secret de quelqu’un forge la relation de confiance et crée un lien privilégié. Il décrit:

“La possession de la pleine connaissance élimine le besoin de confiance, alors que l’absence complète de transparence rend la confiance évidemment impossible ».

Une société ne peut pas survivre sans confiance. Ce constat lui permet d’appliquer la métaphore d’Icare à la quête de la transparence.

Ceci nous éclaire mieux sur le paradoxe des whistleblowers. Ces individus ont trahi les secrets qui leur avaient été confiés. Ils ne sont donc plus dignes de confiance. Et qu’importent les motifs derrière leur trahison. Nous pouvons saluer leurs prises de positions, leur lutte pour des principes supérieurs et leurs efforts pour construire une société plus juste. Mais qu’ils se tiennent loin de nous. Traître un jour, traître toujours. Comment les considérer autrement que comme des balances (snitches en anglais).

 

La complexité de rompre le silence

 Nous avons discutés des racines sociologiques du paradoxe des whistleblowers.

 Mais ce paradoxe ne suffit pas à expliquer pourquoi tant de secrets essentiels restent enfouis pendant si longtemps. Le « destin », propre aux whistleblowers ne les frappe qu’après leur passage à l’acte, comme une punition, une sanction. Pourquoi si peu de personnes passent-elles à l’acte ? Qu’est ce qui peut donc empêcher un citoyen, témoin d’une malversation grave, de dénoncer les fautifs pour le bien-être commun ?

 Il semble que la non-action soit inhérente à la nature humaine. Les raisons rationnelles pour garder le silence sont nombreuses: peur d’être impliqué, empathie avec les fautifs, incertitude sur les conséquences (« qu’est ce que va impliquer mon geste ? »), absence de sens moral clair, ainsi que le fait de ne pas croire en la possibilité du changement. Toutes ces raisons sont compréhensibles. Mais il en existe d’autres plus subtiles, plus insidieuses. En voici trois:

L’organisation structurelle

Nous avons déjà évoqué le thème de l’organisation structurelle lorsque nous avons parlé de la société de la connaissance et de son irresponsabilité organisée. Avec le partage du travail (taylorisation) issu de la modernisation, l’individu ne devient qu’un rouage d’une immense machine: c’est le syndrome des trains d’Hitler. L’individu n’accomplit qu’une toute petite tache dans la grande mécanique de la déportation. Beaucoup de ses co-travailleurs constatent aussi bien que lui l’horreur qui se trame. Personne ne parle … alors pourquoi le ferait-il ? Et s’il décide de ne pas accomplir sa tache pour entraver la machine, quelqu’un ne viendra-t-il pas le remplacer très rapidement ?

L’organisation structurelle agit aussi sur un autre plan : l’obéissance à une autorité considérée comme légitime. C’est le sociologue Milgram qui a travaillé sur cet aspect. Dans son expérience, des faux scientifiques prétendent réaliser une expérience sur la douleur et demandent à différents sujets d’infliger des décharges électriques à leurs compatriotes. Les résultats de cette expérience sont pleins d’enseignements. Quel que soit l’ordre qui est donné, si la personne qui le donne est considérée comme légitime, alors nous avons beaucoup de mal à le contester.

La sociation

C’est Christopher Browning qui mettra en évidence l’importance de la sociation. Ce sociologue va travailler sur un bataillon SS, envoyé en plein cœur de la Pologne pendant la deuxième guerre mondiale. Ces personnes ordinaires ont commis de nombreux massacres et Browning veut comprendre pourquoi. Il tâche alors d’éliminer tous les éléments non pertinent. La propagande semble avoir peu jouée, les soldats étaient des personnes ordinaires, la menace des châtiments était presque inexistante … Il découvre alors que la sociologie du groupe a été déterminante. Ces cinquante allemands perdus en territoire ennemi se sont serrés les coudes entre eux. Une des excuse la plus employé était : « Je ne vaut pas mieux que les autres. Si eux participent alors je participerai aussi ».

En entreprise, ou dans les grandes organisations, cette tendance a une forte influence. Elle prend parfois le nom de culture d’entreprise. Les whistleblowers potentiels se sentent liés à leur organisation : économiquement, socialement. Ceci conduit à l’aveuglement moral, et à l’autocensure.

Le corbeau de mauvaise augure

Une troisième raison du silence, cruciale dans le phénomène de whistleblowing, est la présence d’une oreille attentive, prête à écouter ce que le whistleblower a à dire. La malversation qu’il s’apprête à dénoncer cadre-t-elle avec l’agenda politique ? Ou l’agenda médiatique ? Et plus généralement, sommes-nous vraiment prêts à remettre en cause certaines de nos idées sur notre société ou sur le monde. Sommes-nous prêts à bouleverser nos quotidiens pour nous adapter aux révélations qui nous sont faites ?

 

Domestiquer les dénonciateurs

Lorsque nous avons évoqué les quelques whistleblowers célèbres, nous avons donné l’impression que ces dénonciateurs étaient solitaires, partis en croisade contre un système injuste et corrompu. Si cette image à quelques accents de vérité, on constate aussi l’apparition d’un autre type de whistleblower, plus intégré au système en place, beaucoup moins révolutionnaire. Et pour comprendre comment ce wistleblower « nouveau » a émergé, il va falloir nous rendre aux États-Unis et remonter un peu dans l’histoire.

Suivez le guide.

En 1863, pendant la guerre civile, est mise en place la première législation pour favoriser  les whistleblower : l’ »US False Claims Act ».  Dans le viseur, les entreprises qui profitent de la guerre en vendant au gouvernement du matériel défectueux. Les dénonciateurs peuvent venir de l’intérieur ou de l’extérieur de la société. Et la loi prévoit qu’ils soient récompensés pour leur geste. Aujourd’hui encore, cette loi sert de cadre à certaines dénonciations: entre 1987 et 2005, l’état américain récupérera ainsi 15 milliards de dollars et les dénonciateurs seront récompensés à hauteur de 70 millions de dollars.

Durant le 20ième siècle, plusieurs lois vont venir compléter la couverture législative des dénonciateurs: d’abord le « Railway Labour Act » en 1926, puis le « Federal Railroad Safety Act » en 1970, le « Safe Drinking Water Act » (1978) et le « Clean Air Ac »t (1988). Bien que ne concernant pas directement les dénonciateurs, ces lois comprennent des dispositions pour les protéger contre les représailles, certaines prévoyant même des récompenses. On voit l’apparition des hotlines de dénonciation.

La volonté politique semble être du coté des whistleblowers. Mais dans les faits, de nombreuses approximations persistent. Des amendements législatifs sont apportés au fil du temps mais les erreurs sont fréquentes et devinez qui en paye le prix … A l’aube des années 2000, et malgré ces nombreux tâtonnements, la législation qui s’est mise en place aux États-Unis est unique au monde. Seuls les dénonciateurs agissant contre la sécurité nationale des États-Unis ne sont pas protégés. Une association milite pour leur protection : la « National Security Whistleblowers Coalition » (NSWC).

Les années 2000 vont marquer un tournant.

Les États-Unis vont d’abord décider d’accorder l’asile politique aux officiels gouvernementaux étrangers prêts à dénoncer la corruption dans leur pays, marquant ainsi une première tentative d’export du whistleblowing. Puis interviennent les attentats du 11 septembre 2001 et avec eux la guerre contre terrorisme. Les citoyens sont de plus en plus appelés à dénoncer les actes suspicieux, promouvant ainsi les comportements liés à la dénonciation. A l’opposé, les nouvelles législations de sécurité nationale vont venir menacer les acquis législatifs des whistleblowers.

Enfin, éclatent les scandales financiers de 2002. La corruption des grands groupes financiers a été dénoncée par des employés, pénalisés par les malversations de leurs dirigeants. Ces grands groupes, à l’image de Enron, vacillent. La confiance dans le marché baisse, à tel point que la bourse de New York va appeler le gouvernement à des réformes. La réponse du gouvernement américain va prendre la forme du « Sarbanes-Oxley Act » (SOX). Cette réforme introduit un ensemble de dispositions visant à la responsabilisation et à la bonne gouvernance (contrôles internes, évaluation de ces contrôles internes, hotlines anonymes). Cette réforme met au centre de ses mécanismes de contrôle les whistleblowers. Mais plus important, elle impose à toutes les entreprises cotées à la bourse de New York de se conformer à ces dispositions. C’est une nouvelle étape dans l’exportation des législations de protection des dénonciateurs. Et un défi culturel pour les Européens plus enclins à mettre en avant la protection des accusés.

Prenons maintenant un peu de recul pour analyser les différences entre ce whistleblower « nouveau » et le whistleblower « historique ».

  • Passage d’un focus acteur à un focus « structure »: le whistleblower lui-même perd de son importance face au message.
  • Le message convoyé par le whistleblower devient guidé et devient un outil de détection d’anomalies. Les managers parlent alors de mécanisme de « early warning ».
  • Le message du wistleblower, auparavant dirigé de l’intérieur vers l’extérieur de la structure, devient un message à destination de la structure elle-même.
  • D’une dynamique réactive, on passe à une dynamique proactive: la dénonciation devient organisée, domestiquée.
  • Enfin le dénonciateur agit pour améliorer la compagnie et non contre elle.

On observe une perte du sens moral associé au whistleblowing. Les différentes législations mise en place ont un but politique et sont plus que jamais une histoire de pouvoir. Elles visent à protéger ceux dont le geste va conforter le groupe au pouvoir. Et gare à ceux qui auraient l’intention de changer le système.

Plongeons dans le cas Wikileaks, symbolique de cette nouvelle dynamique.

 

La révolution Wikileaks / Bradley Manning

D’un point de vue sociologique, le cas Wikileaks / Bradley Manning représente une résurrection du concept « historique » du whistleblower.

Avant toutes choses, la plateforme Wikileaks elle même s’appuie sur les recherches tournant autour du concept de dénonciation. Elle propose au citoyen du monde un moyen anonyme pour dénoncer les nouveaux risques de nos sociétés, lui épargnant ainsi de subir le « destin du whistleblower ». Et elle est une oreille toujours prête à écouter. Les contenus leakés ne sont pas filtrés, ou choisis par des médias en quête de scoop alléchant. Mais grâce à des partenariats avec ceux-ci, Wikileaks s’attache à organiser et à diffuser aux personnes intéressées les contenus qui lui ont été envoyés.

Wikileaks peut-il être déconnectée de Bradley Manning ?

Manning est l’archétype même du whistleblower historique. Avec Manning, nous repassons à un focus « acteur ». C’est de nouveau un citoyen avec des valeurs morales qui décide de passer à l’acte. Le message est réactif et non pro-actif : celui-ci aurait décidé de passer à l’acte en visionnant la vidéo de l’hélicoptère américain abattant des civils irakien et un cameraman de Reuters. Le message de Manning est bel est bien dirigé vers l’extérieur de sa structure: l’armée et le renseignement américain. Il s’adresse ainsi à la société mondiale dans son ensemble. Manning ne vise pas, en réalisant son geste, à améliorer l’armée américaine. Il dénonce ce qu’il voit et est prêt à en assumer les conséquences.

Qu’elle va être la réaction du pouvoir ?

Manning va subir de plein fouet les conséquences de son geste. À la fois adulé et détesté, il est emprisonné depuis plus de deux ans dans des conditions d’isolement maximum. Il attend toujours son procès. Le destin d’un whistleblower…

Depuis cette affaire, l’administration Obama a décidé de resserrer la vis et d’appliquer au champ de la sécurité nationale, une politique de tolérance zéro. Jamais une administration américaine n’avait poursuivi autant de dénonciateurs sous un mandat: six procès actuellement en cours. Les whistleblowers sont ainsi poursuivis grâce à l’ »Espionnage Act », une législation datant de 1917. Aucun sens moral n’est reconnu à ces Américains, prêts à s’élever contre les abus touchant à la sécurité nationale: ils sont considérés comme des espions et des traîtres à leur patrie. Parmi ces traîtres, citons John Kiriakou qui a dénoncé des agents de la CIA ayant pratiqué le « waterboarding », ou Thomas Drake, agent de la NSA qui a dénoncé les abus du projet TrailBlazer, un projet d’espionnage des communications…

Peut-on pour autant en conclure que l’administration Obama est allergique aux fuites d’informations ? Pas vraiment …

Durant la campagne 2012, l’équipe Obama a été accusée à de nombreuses reprises de fuites d’informations, et ce, pour renforcer son capital politique. C’est d’abord autour du programme de drones et de guerre cybernétique que surgissent les premières accusations: des sujets pourtant au cœur de la sécurité nationale. Enfin, le cas Ben Laden va faire parler de lui. Les articles de journaux, très précis sur l’opération américaine, s’avèrent être téléguidés depuis la maison blanche. Puis on apprend que le film sur la traque de Ben Laden, a bénéficié de renseignements venant des plus hauts lieux et disposant d’un accès étendu aux agences de renseignement. 

Les législations de protections des whistleblowers semblent donc bien être une problématique de pouvoir. Et l’administration Obama est parvenue sur ce sujet au comble de l’hypocrisie. Un message guidé, encadré et conçu pour améliorer le système est le bienvenu. Mais lorsque le message vient saper les fondements du pouvoir, ce message est considéré comme ennemi et traité comme tel.

 

La luttes des classes « hackers »

L’histoire ne s’arrête pas là. Elle est en train de s’écrire sous nos yeux.

Depuis 2010, les leak ne sont plus la chasse gardée des whistleblowers. D’abord partis en défense de Wikileaks, un certain nombre de hackers ont décidé de rentrer dans le jeu. Un nouvel espoir pour une transparence libre et citoyenne ?

Nous allons conclure en citant quelques passages d’un texte écrit dans le magazine « Phrack » par un contributeur anonyme.

Certaines rumeurs attribueraient ce texte à Jeremy Hammond, aka Anarchaos, affilié au mouvement Anonymous, et auteur de la leak « Stratfor ». Jeremy Hammond avait eu l’occasion de parler à la conférence Black Hat, appelant à la désobéissance civile par le piratage informatique. Il a été arrêté en 2012 pour son attaque contre la société « Stratfor » et est actuellement en prison, sans procès, depuis plus de 200 jours.

Laissons lui la parole.

« De quel bord êtes vous dans la lutte des classes Hacker »

Avec l’essor considérable des activités de hacking et des fuites d’informations, parallèlement aux bouleversements révolutionnaires dans le monde, nous entendons de plus en plus fort la rhétorique de la « cyber-war », clamée par les gouvernements qui essayent de maintenir leur légitimité et d’exercer leur pouvoir d’états policiers.

[…]

Nous faisons l’expérience de l’ouverture de la prochaine lutte des classes Hacker. Avec les nombreuses factions à la manœuvre opérant chacune avec leur propre agenda et stratégies, avec de plus en plus de hackers pénétrant dans des systèmes pour la révolution ou pour les profits du complexe industriel du renseignement militaire, la question posée est la suivante « Dans quel camp êtes vous ? »

[…]

Parce que beaucoup de ceux qui affirment représenter les hackers, finissent par travailler dans les institutions corrompues et oppressives combattues par d’autres hackers, il est temps de tracer des lignes dans le sable. Si vous travaillez pour les militaire, faisant partie ou informateur des forces du maintien de l’ordre, travaillant pour une compagnie en contrat avec le « Département de la Défense », ou pour une compagnie privée louée pour chasser les hackers ou protéger l’infrastructure que nous voulons détruire, vous n’êtes pas un de nos camarades. Nous sommes en 2011, l’année des leaks et des révolutions. Chaque jour nous entendons les échos des émeutes qui agitent le monde, ainsi que des histoires de systèmes corporatistes ou gouvernementaux « ownés » par des hackers.

[…]

Alors que les hackers continuent d’exposer et d’attaquer la corruption, les forces de l’ordre vont désespérément continuer à essayer de faire des arrestations de haut niveau, sans tenir compte de la réelle culpabilité ou association. Et plus particulièrement, alors que les politiciens continuent d’essayer de classer l’hacktivisme comme cyber-terrorisme (considéré comme un acte de guerre), le danger de la prison est réel et les gens doivent être préparés à l’avance à toutes les répercussions de leur implication.

Nous ne devons cependant pas nous laisser effrayer par la peur de la répression des gouvernements, cela ne doit pas nous empêcher de passer à l’action. À la place de cela, nous devons renforcer notre mouvement en pratiquant une meilleure culture de la sécurité et en travaillent pour soutenir les autres hackers, arrêtés alors qu’ils faisaient leur devoir.

[…]

Aujourd’hui plus que jamais nous devons nous unir et pratiquer la solidarité entre nous, et mettre de coté nos différences pour nous concentrer sur nos ennemis communs.

 

Cet article s’est appuyé sur des travaux de Master en criminologie internationale et comparative réalisé à l’université de Rotterdam par Evita Sips : 

Condem Silence. Honour the whistleblower ? The Emergence of Internal Whistleblowing Schemes Within a Quest for Transparency.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Chercher la vérité, ça craint : s’auto-convaincre, c’est mieux #ReOpen911 #ClimateGatehttp://reflets.info/?p=22030http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20121001_160556_Chercher_la_verite____a_craint___s___auto-convaincre__c___est_mieux__ReOpen911__ClimateGateMon, 01 Oct 2012 14:05:56 +0000Notre époque est formidable ! Pas la peine de creuser les choses, ou de chercher à comprendre au delà de ce qui est déclaré par ceux qui commandent, puisque les grands prêtres de la vérité officielle sont là pour nous éclairer. Ou nous écraser de leur formidable savoir souvent confondu avec « l’expertise ». Nous expliquer que nous sommes des escrocs, des idiots inutiles, des naïfs crédules, des attardés en manque de sensations. C’est ainsi, chers lecteurs, et nous en avons déjà parlé, que des vérités apparaissent, incontestables, avérées, indiscutables. Sous peine, pour celui qui oserait émettre des doutes sur sa validité (de cette vérité, vous suivez ?) de se voir très rapidement envoyé au bûcher de l’inquisition intellectuelle. Et le bûcher est sacrément alimenté, il ne manque pas de personnel pour ramener des fagots bien secs.

Il y a deux sujets devenus étrangement sujets à « trolls », qui n’ont plus aucune raison d’être discutés parce qu’attirant les inquisiteurs de la pensée unique, et ils ne sont pourtant pas sans conséquences sur l’espace « démocratique » mondial.

Le premier, ce sont les attentats du 11/09, le deuxième ce sont les conclusions du GIEC sur le réchauffement climatique anthropique.

Dans les deux cas, une vérité est énoncée, très discutable et très discutée, particulièrement par des scientifiques. Mais dans les deux cas, le débat s’enflamme, et des camps se créent. Puis, une fois un certain travail médiatique effectué, sur plusieurs années, avec son lots de bûchers et de « débats d’experts », une version incontestable ou tout du moins impossible à contester sous peine de se voir traité de tous les noms, de malade de la conspiration, est déclarée.

C’est une vérité. Officielle. Point. Et le « débat », la recherche de compréhension des points obscurs, n’ont plus lieu. C’est une censure sans issue qui s’est installée. Plus personne n’ose élever la voie ou réouvrir le dossier. C’est fini.

Mais à quoi ça sert ?

Oui, qu’engendre cette méthode ? La possibilité de créer des politiques à l’échelle planétaires qui ne peuvent plus être stoppées. Dans le cas du 11/09 c’est le principe de guerre préventive et de guerre sans fin au terrorisme avec les USA dans la possibilité de se déployer partout ou ils le souhaitent ou presque. L’ennemi permanent pour une guerre permanente, la guerre éternelle contre le terrorisme : quoi de mieux pour une nation dirigée par des gouvernements impérialiste ?

Chacun peut visionner cette vidéo, absolument claire, sans théorie fumeuse, qui reprend des émissions de télévision, des explications de scientifiques et donne simplement à réfléchir sur cet événement du 11 septembre entre théorie officielle et… autre chose de possible :


« 5 Objets du Scandale » (11 septembre 2001) by ReOpen911

Dans le cas du GIEC, c’est la possibilité d’imposer une forme de dictature écologique, économique et technologique pour lutter contre un problème à l’échelle planétaire que seuls les puissances les plus avancées peuvent combattre ou surtout, à termes, amoindrir. Une indépendance occidentale face aux nations pétrolifères aussi. Si le réchauffement global est d’origine anthropique, donc causé par les rejets de Co2 et gaz à effets de serre humains, chacun est bien en mesure de comprendre aujourd’hui qu’il est impossible d’empêcher leur émission dans des proportions suffisantes pour empêcher le changement climatique. Mais par contre, imposer des rigueurs écologiques ou des nouveaux modèles de vie pour amoindrir les effets du Co2 est bien entendu possible, ce qui semble se dérouler en ce moment même.

La phase d’imposition aux populations de contraintes anti-co2 a déjà débuté et permet de nombreuses choses. La plus importante est la vente de nouvelles technologies hors de portée des nations les moins avancées industriellement. Les nouveaux véhicules, nouvelles centrales électriques sans rejet de Co2 mais à base de technologie atomique, entre autres, arrivent. Le contrôle des populations dans leurs déplacements, dans la consommation d’énergie, dans l’habitat sont en bonne voie de se mettre en place. Contrôle de la production d’énergie aussi. Comme l’imposition de normes de plus en plus drastiques, toujours pour lutter contre le réchauffement anthropique, normes qui engendrent des études sur des nouveaux composants, nouvelles technologies très pointues. Et encore plus de contrôle. Les soutiens au monde du « naturel » s’est vite réduit à une peau de chagrin (l’environnement ça commence à bien faire à dit un certain chef d’Etat), comme pour les énergies douces qui sont en voie d’écroulement, plus particulièrement les filières non-industrielles et pouvant être utilisées par des particuliers.

Mais tout ça n’a pas d’importance, puisque la vérité est celle du GIEC, et uniquement celle du GIEC. Même quand on découvre que des 3000 scientifiques du GIEC, il y en a à peine la moitié qui en sont véritablement, quand de nombreux scientifiques ont démissionné du GIEC, que des collectifs de chercheurs (toujours des scientifiques) ont essayé de contester cette « vérité qui dérange » parce que bourrée d’erreurs et d’approximations, la vérité établie de façon planétaire n’est pourtant plus contestable.

Théorie verrouillée contre…recherche scientifique non aboutie

Quelques vidéo pour que chacun puisse se faire une idée. Après tout, la science, c’est aussi et surtout une capacité à se remettre en question, non ? Parce que si la croyance religieuse, elle, se contente de vérités indéboulonnables et qui n’ont pas besoin d’être prouvées, la science a normalement l’humilité de dire qu’elle n’apporte des réponses qui ne sont valables uniquement que jusqu’au moment où de nouvelles découvertes viendront démonter la première théorie ? C’est ainsi que modéliser le climat planétaire n’est pas, en 2012, terminé. Parce que des données très importantes n’ont pas encore pu être incorporées. Comme l’influence océanique, solaire, ainsi que de nombreuses données très difficiles à collecter à l’échelle d’une planète. Et qu’aucun ordinateur n’est assez puissant aujourd’hui pour modéliser le climat de la planète en prenant en compte toutes les données nécessaires à cette modélisation. Le plus « amusant « reste que l’observation fine des élévations de température globales au cours du temps démontrent que c’est l’élévation de température naturelle (et qui est vérifiée sur des centaines de milliers d’années par le carottage) qui amène une augmentation du Co2 dans l’atmosphère, et non l’inverse. Mais désormais, tout le monde s’en moque puisque la vérité du Co2 réchauffeur de climat a été imposée. Documentaire canadien qui met en cause cette « vérité » incontestable (IPCC est l’acronyme de GIEC en anglais) :

Pour ceux qui n’aiment pas les VO non sous-titrés, un autre documentaire, celui-ci de la BBC, en 2007 et en VO sous-titrée (partie1/4) :


Partie 1 Arnaque du réchauffement climatique by mediawatchqc

Partie 2 :


Partie 2 Arnaque du réchauffement climatique by mediawatchqc

Partie 3 :


Partie 3 Arnaque du réchauffement climatique by mediawatchqc

Et la dernière :


Partie 4 Arnaque du réchauffement climatique by mediawatchqc

Puis quelques morceaux de Vincent Courtillot dans cette « vérité indéboulonnable », le géologue et géophysicien (qui était encore à l’époque directeur de l’Institut de physique du globe de Paris et ne l’est plus depuis janvier 2011) qui bien entendu a été diffamé et est en général assimilé à Claude Allègre. Les recherches de Courtillot sont pourtant très intéressantes à suivre. La curiosité devrait l’emporter, et regarder (entre autres) ces vidéos permet de comprendre qu’il y a, comme qui dirait, des petits problèmes au GIEC en termes de réalités scientifiques. Et d’orientation politique. Cette conférence a eu lieu en 2009. A l’époque, les scientifiques qui contestaient le GIEC avaient encore le droit de s’exprimer en public et étaient écoutés « normalement « . Ce n’est plus le cas. La « vérité officielle » les en empêche désormais.

La réponse de Courtillot a la réaction d’un élu au cours de ce débat-conférence, assez passionnante, et qui démonte complètement ce que sont les rapports du GIEC (que personne n’a lu dans leur version complète) et son escroquerie avérée :

 

Conclusion

Que retenir de tout ça ? Que la faculté de questionner certaines choses est devenue excessivement difficile quand une voie officielle s’exprime avec des enjeux très importants (économiques, politiques, géostratégiques) en aval ? Mais que continuer à chercher le « vrai » au delà des vérités imposées, même quand ce « vrai » est encore incertain est tout de même « humainement plus acceptable » que d’adhérer sous le coup de la peur ou de l’influence, même inconsciente à un corpus fabriqué ou imposé de manière directe ou indirecte ? Qu’une fois un message est asséné par tous les canaux possibles, c’est l’idéologie et le combat politique, la croyance quasi religieuse qui emportent toute raison, au détriment de la réalité, de la recherche, de l’étude scientifique ?

La recherche de la vérité est un sujet intéressant, surtout dans un monde de jeux d’influences, de manipulations et de communication hypertrophiés. Mais a-t-on encore vraiment la possibilité de le faire en toute liberté ? Pas si sûr…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Quand le voile traverse la Méditerranéehttp://reflets.info/?p=21878http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20120930_163132_Quand_le_voile_traverse_la_MediterraneeSun, 30 Sep 2012 14:31:32 +0000Les filles de Tanger ont une étoile sur chaque sein. Complices de la nuit et des vents, elles habitent dans des coquillages sur un rivage de tendresse.

Tahar Ben Jelloun

La vertu de la photographie est de dévoiler des choses inavouables. Elle nous permet ainsi de remettre en question nos convictions les plus profondes afin d’interroger sans cesse nos fondations politiques, sociales et psychiques. Nous assistons ces derniers temps à un débat, qui n’en est plus vraiment un, sur ce que devraient, pourraient, voudraient faire les femmes d’autres contrées. Au travers de nos médias, nous pouvons entendre une multitude d’arguments allant de la bienséance à la lutte acharnée pour la sacro sainte liberté de la femme en passant par des idées parfois préconçues dictées par une ignorance certaine du monde musulman en général. Le but de cette chronique n’étant pas de politiser le débat de façon directe, il semble plus judicieux d’interroger le travail d’un photographe marocain qui a fait le choix de photographier les femmes de son pays et ce dans toutes leurs contradictions, leurs ambivalences et leurs désirs les plus profonds : Hassan Hajjaj. Ce dernier ayant bien voulu répondre aux questions d’un collègue journaliste, vous trouverez certains de ses propos au cours de ce billet.

Allons donc à la rencontre de ce voleur de lumières venues du pays du soleil couchant.

Quand le Maroc dévoile son intimité au travers d’un univers urbain bigarré

Hassan hajjaj est né à Larache au Nord du Maroc dans les années 60. Enfant de cette petite ville côtière de la fin de la plaine du Rif, c’est entre mer et plaine que Hassan fit ses premières armes photographiques. Très vite, il se passionne pour l’urbanisme marocain et capture des images de ces villes aux multiples couleurs et contrastes.

Faisant poser ses modèles en plein coeur de la ville, dans des décors typiquement marocains, il a recours fréquemment à un habillage de ses prises de vue faisant appel aux marques prisées de ses contemporains. Il n’est pas rare de repérer des marques nationales et internationales soulignant la modernité des cités marocaines cherchant à allier tradition et consumérisme. Jouant sur des compositions soigneusement étudiées, ce voleur de scènes urbaines joue à nous interpeller, à nous amuser, voire nous provoquer.

Rapidement reconnu au sein du Royaume d’Hassan II, il part pour Londres et en retire une véritable fascination pour un univers artistique londonien qui rapidement influence sa production très fortement. Travaillant un long moment pour l’univers de la pub, puis pour des musiciens anglais de la scène pop rock, il partage alors sa vie entre Londres, Marrakech et Casablanca et décide de braquer son appareil photo sur les femmes marocaines.

La femme marocaine dans tous ses états

La femme marocaine est complexe à approcher. Pudique en société, exubérante et reine dans l’intimité, elle a su au travers des années faire valoir ses envies de modernité, de liberté tout en amadouant des hommes en perte de repères et souvent pris au piège du chômage et de la pauvreté. La marocaine est capable de passer naturellement d’un monde très traditionnel, tentant de la capturer à un univers très libre et plein d’espérance. Porter le voile est, là-bas, souvent un choix qui peut relever de l’esthétisme, de la religion, voire même de la provocation. Il n’est pas rare de voir des jeunes filles mettre le voile dans certaines circonstances familiales pour le retirer dans l’heure qui suit pour aller danser et draguer dans des cafés de la côte océanique. C’est cette ambivalence que Hassan Hajjaj tente de capturer. Pour ceux et celles qui ont vécu au Maroc parmi des femmes marocaines et connaissent bien cette culture de l’intérieur, les quelques lignes ci-dessus prennent certainement un sens tout particulier.

Cette série prise à Marrakech est présentée comme un défilé de mode. A ce sujet, Hassan dit :

«Le Hijab fait partie de la culture marocaine, ce n’est pas quelque chose de choquant ou de très important comme c’est le cas en Europe. Le Hijab est décliné d’énormément de manière différentes, par ses couleurs, les tissus utilisés, à tel point qu’il y a une sorte de mode qui fait que les femmes doivent réfléchir avant de l’acheter, un peu comme lorsqu’on achète un sac à main.»

Le mode de prise de vue très coloré s’inspire des techniques prisées des grandes marques. Il faut percuter, flasher allant jusqu’à tourner en dérision la marque coca-cola qui se transforme en boisson rose bonbon. Les deux femmes sont voilées à la façon Arabie Saoudite et pourtant elles s’exposent à une terrasse de café avec des lunettes en forme de coeur happant ainsi le passant masculin dans une hypothétique histoire de séduction ou plus si affinités.

Il n’y a pas de prouesse technique dans cette photographie mais un souci de la composition et du message qu’elle véhicule. Hassan veut nous dire quelque chose.

«Je ne cherche pas à montrer le Hijab dans sa dimension religieuse, d’où l’utilisation des marques. Mais au final, cela reste un morceau de tissu et c’est une vision avant tout culturelle que j’essaye de développer. J’espère que ce travail ouvrira les esprits et créera un dialogue…»

Dans cette même série datant de 2008, le voleur de lumières capte la femme marocaine dans toutes ses contradictions. Quand on va au Hammam, y compris dans des petites villes reculées, il n’est pas rare de voir de jeunes femmes ôter leur caftan ou leur djellaba et d’y découvrir des habits de marques américaines de toutes sortes. Le contraste est saisissant, amusant et révélateur de cette féminité audacieuse et courageuse.

Mais ne nous y trompons pas, Hassan Hajjaj ne veut pas que provoquer, il envoie un véritable appel à l’échange interculturel espérant ainsi que les idées préconçues tombent laissant place à une compréhension qui serait bénéfique aux femmes de son pays. Au Maroc, rien n’est simple, il ne faut pas s’arrêter aux apparences et c’est ce que ces clichés tentent de nous dire.

La Femme marocaine dans sa fragilité

Il serait stupide de réduire la femme marocaine à une maîtresse femme, comme il serait aussi stupide de la réduire à une esclave soumise moderne. La réalité que tente de nous montrer Hassan est plus subtile. Il aime aussi montrer les femmes dans leur fragilité :

Le raffinement de cette composition suggère de multiples messages : la prison de la tradition (les dessins du sol), la captivité du consumérisme (le cadre fait de publicités) mais aussi et surtout la fragilité de cette femme allongée, voilée nous offrant le spectacle de sa détresse.

Au delà de la fragilité, notre voleur de lumières aime aussi saisir la femme dans son intimité, une douce tranquillité où il ne s’agit plus de séduire, ni même de nous interpeller mais tout simplement de nous inviter à sa table, autour d’un thé fumant et de converser avec elle des heures durant.

Dans ce décor typiquement berbère, autre facette et non la moindre de ce Royaume attirant, cette jeune fille semble enfin se reposer sans se soucier d’un photographe curieux qui cherche à capturer sa beauté mais aussi sa sagesse… En toute simplicité…

Hassan Hajjaj est un photographe libre et c’est cette liberté qu’il cherche à nous montrer au travers de ses séries photographiques. Véritable ode à la féminité marocaine, il nous invite dans cette contrée, de l’autre côté de la Méditerranée, et est prêt à nous accueillir si tenté que nous soyons capables de laisser de côté nos préjugés et notre faussement bonne conscience.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Reflets : provoquer et inciter à la…réflexionhttp://reflets.info/?p=21856http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20120929_170807_Reflets___provoquer_et_inciter_a_la___reflexionSat, 29 Sep 2012 15:08:07 +0000(C’est à la suite des commentaires quelque peu agressifs, commentaires qui obligent à répondre agressivement (ce qui n’est jamais très bon) que ce billet est né. Son objectif est simple : exprimer le pourquoi de la démarche des derniers articles, provocateurs et cinglants, mettant en cause des fonctionnements humains, les nôtres. De Facebook à l’apiculture, en passant par la conservation des semences anciennes, le logiciel libre ou les filières alimentaires associatives, une certaine approche cohérente des choses se crée, peut-être une issue positive pour l’avenir ?. Ceci n’est donc pas un article.)

Tout part du principe d’inversion des valeurs et de la société du « concernement », qui se mélange avec celle de l’opinion : il y a des choses qui sont difficilement entendables parce qu’elle touchent à nos contradictions. A notre responsabilité, pas seulement collective, mais aussi personnelle.

L’article à propos de Facebook est intolérable (pour certains) parce qu’il dit de façon explicite que Facebook est un outil anti-démocratique, enfermant, qui empêche une partie de plus en plus conséquente des internautes de faire vivre le reste du réseau, qu’il participe à la société de la surveillance, de l’utilisation des données personnelles et de la dictature du marketing. Par conséquent, ceux qui sont sur Facebook voient bien qu’ils sont assimilés à ces phénomènes. Ce qui est vrai : participer directement à Facebook c’est collaborer au succès de Facebook, donc être complice. La provocation pure est de traiter d’abrutis les internautes qui étalent leur vie personnelle sur Facebook. Ca ne sert à rien, mais ça fait toujours du bien de le dire. Bien entendu, on peut nuancer le propos, mais pour quoi faire ? Pour mieux faire passer le message ? Mais lequel ? Que les internautes doivent partir de Facebook ? Ce serait donner beaucoup trop d’importance et de pouvoir à l’auteur que de penser qu’un article, même nuancé, pourrait influencer les internautes qui livrent leurs données  tous les jours à une société privée américaine qui en fait son beurre. Sachant que critiquer Facebook doit être est possible sans demander quoi que ce soit à quiconque…normalement.

Alors, la démarche de ce premier article, ou billet d’humeur sur Facebook était avant tout celle de pointer la contradiction des individus : se plaindre des abus de la finance, du pouvoir destructeur des multinationales et faire vivre tous les jours une société comme Facebook est problématique, surtout si l’on dénonce ces mêmes abus. Certains sont venus pointer le bouton Facebook sur les articles de Reflets, nous exprimant à leur tour une contradiction. La réponse reste la même : entre participer à l’écosystème fermé Facebook, avec un compte, des données et seulement permettre, depuis un site, à ceux qui y sont d’y communiquer (ou pas) des contenus venus de l’extérieur, il y a un fossé. Si les utilisateurs se lassent de Facebook, le bouton ne remplira plus aucune fonction. Cela ne changera rien de l’enlever ou pas. Mais le fond n’est pas là. Le fond est : « pourquoi parler des individus, de leur responsabilité et de leurs contradictions, de leur complicité, au lieu de se contenter de continuer à dénoncer les « entités supérieures » (politiques, économiques) qui ont pourtant elles aussi leur part de responsabilité ? Des contradictions, nous en avons tous. Mais jusqu’à quel point est-ce supportable, et qu’est ce que cette contradiction engendre, à quoi est-elle due ?

La société du concernement, de l’implication et de l’inversion des valeurs

Ce qui caractérise l’époque actuelle est une surcharge d’information qui incite une majorité d’individus (dont l’auteur) à rentrer dans une « spirale du concernement » : je sais des choses, je ne peux que me sentir concerné par ces choses. Mais les informations qui peuvent nous concerner sont légions, et touchent à des pans entiers de nos vies : pollution, santé, environnement, économie etc, etc… Arrive donc un moment où nous nous sentons impliqués, puisqu’au milieu des problèmes renvoyés par les canaux d’information. Impliqué veut dire « pris à l’intérieur », complice. Les problèmes écologiques sont un très bon exemple de ce phénomène : chacun devient conscient des problèmes de pollution et l’information globale renvoie que chacun peut et doit faire quelque chose pour empêcher un désastre annoncé. N’importe qui en France, s’il est interrogé sur la préservation de l’environnement répondra qu’il se sent concerné, qu’il essaye de faire quelque chose. Mais chacun de se retrouver impuissant puisqu’au delà de l’information, les solutions concrètes et viables à l’échelle de chaque citoyen ne sont pas données. Ou si des solutions sont données elles sont homéopathique et ne trompent plus grand nombre : acheter des voitures « vertes » (il faut l’argent et c’est un oxymore), économiser l’eau, moins dépenser d’énergie (il faut investir dans l’isolation), rouler moins vite, etc…

Ce qui survient assez rapidement et qui est en cours aujourd’hui, avec ce principe de surcharge informative, concernement, implication est l’émergence de comportements et d’une pensée nihilistes. Comportements  et pensée nihilistes en phase avec la société de consommation qui s’en nourrit de façon inégalée. Les comportements nihilistes sont baignés d’inversion des valeurs : il n’y a plus de bien et de mal en général dans cette approche, mais des choses qui se valent, des équilibres qui compensent des déséquilibres. Pour parler de l’article sur l’écologie, à grande échelle c’est le rachat d’émissions polluantes, à petite échelle c’est l’achat de voitures diesel vertes, d’actes responsables et durables, d’achat d’aliments labellisés « bio ». Les citoyens sont alors convaincus que leur concernement suivi de leur implication dans leur changement de consommation a un « effet positif pour la planète ». Cet exemple ne se veut pas une charge contre ces changements de comportements, ni un réquisitoire contre la prise de conscience écologique de la population française de la deuxième décennie du XXIème siècle, mais simplement une piste de réflexion sur le sens réel de ces changements en grande partie nihilistes. Pourquoi nihilistes ? Parce qu’ils inversent les valeurs de ce qu’est l’écologie et la préservation ou protection de l’environnement.

Les grands problèmes écologiques qui touchent notre territoire comme la quasi totalité de la planète sont pour la plupart dus à une sur-exploitation des ressources par l’homme et de la destruction de ressources naturelles par les rejets polluants humains. Et la conséquence centrale de ces actions des sociétés humaines est la destruction de la biodiversité. Des variétés de plantes, d’animaux, d’insectes se raréfient ou disparaissent. Plus l’industrie et l’urbanisme augmentent avec la croissance démographique, plus certains espaces naturels se raréfient eux aussi. La culture intensive, appelée aussi agro-industrie, dévore des pans entiers de territoires pour y imposer la mono-culture, donc une seule forme d’espèce, hybridée par l’homme. Ce n’est donc pas moins polluer qui est écologique mais participer à ré-enrichir la bio-diversité.

Voir l’écologie comme un « moins de pollution » est une inversion des valeurs. C’est en réalité un système nihiliste voué à nourrir un ensemble minoritaire de prédateurs économiques. Le moins de pollution est évidemment une nécessité, une obligation dans la mesure des possibilités financières des personnes et de la société dans son ensemble, mais n’a rien à voir avec l’écologie. Le moins de pollution est une régulation du système industriel et marchand face aux ravages qu’il engendre, exactement de la même manière que la finance devrait être désarmée pour stopper le chaos qu’elle engendre. Mais ce n’est pas de l’écologie.

Sortir du nihilisme et du concernement/implication

Ce que ces articles renvoient, et que l’auteur assume, se mettant en jeu lui-même dans la boucle, est d’un ordre quasi philosophique mais est pourtant crucial pour les choix de société qui vont s’effectuer. Si la situation est grave, elle l’est par l’impuissance apparente des populations et de leurs gouvernements : l’économie va mal, l’environnement va mal, la politique va mal, tout va mal. Les grandes déclarations, les discours engagés n’ont pas fait beaucoup avancer les choses, c’est le moins qu’on puisse dire. L’impuissance semble la règle. Mais il y a pourtant des avancées très intéressantes qui s’opèrent. Elles existent par l’opiniâtreté d’individus, ceux qu’on appelle « la société civile. » Cela peut-être des associations, des collectifs, ou des individus isolés. Et tous ont un point commun : ils sont passés du concernement, de l’implication à l’action concrète.

Bien entendu, personne ne parle d’eux, ils ne sont pas invités dans les commissions, ne sont pas dans les ministères, ne bénéficient pas de traitement médiatique. Et malgré ça, leurs actions concrètes ont un impact très sensible sur l’ensemble. Ainsi que pour eux-mêmes. Un article dédié à chacun de ces « agissants » serait nécessaire pour démontrer la valeur de leur travail : producteurs de semences paysannes anciennes, associations d’apiculteurs, apiculteurs amateurs ou professionnels, paysans qui innovent dans les techniques raisonnées sans chimie, planteurs d’arbres, de plantes rares, filières directes agricoles, coopératives d’agriculteurs, habitats autonomes en énergie, etc…

L’accord entre pensée et actes est très positif parce qu’il amène à l’individu un confort personnel que l’on nomme habituellement « harmonie » : faire ce que l’on dit et dire ce que l’on fait est agréable. Mais cet accord évite aussi le renversement des valeurs et peut se faire par étapes, ne nécessitant pas nécessairement d’être socialement ou économiquement élevé : il est une liberté des individus de vivre ses choix. Avec les risques que cela comporte et une garantie : celle de mieux vivre. Le misérabilisme moderne écarte rapidement cet aspect en décrivant des individus fatigués par les transports en commun et ne pouvant « pas faire autrement », en aucune manière.

C’est un grand dommage : des milliers de personnes font pourtant le choix de quitter leur environnement nihiliste et changent radicalement de mode de vie chaque année pour se mettre en accord. La prison dans laquelle nous vivons est celle que nous nous fabriquons.

A quoi bon ce billet, mais à quoi bon ?

Comme de nombreux détracteurs ont tendance à amalgamer les choses, opérer des raccourcis, faire dire ce qui n’est pas dit aux textes, il est nécessaire d’énoncer clairement les choses dans cette dernière partie : ce qui est décrit, exposé ici est une réflexion. Sur le magazine Reflets. La réflexion, le fait de réfléchir, sur Reflets. Ca doit faire sens. Ce qui signifie qu’il n’est pas dit « tout le monde devrait faire ça » ou encore « il n’y a que cette solution », ou « tout le reste est nul et non à venu ». Non. Il est simplement établi ici une piste de réflexion d’un auteur qui pense que sortir du seul concernement ou implication, ainsi que du nihilisme pur  qui en découle est un levier important pour l’équilibre des individus, et à termes, pourquoi pas, pour les sociétés. Le modèle actuel est essoufflé, il a montré ses limites. La communication a remplacé l’échange. Les discours les actes. Et les résultats sont négatifs. Pourquoi ne pas essayer de se pencher sur une autre manière d’être et de faire ? C’est en tout cas ce que pense et décrit l’auteur.

Dans tous les cas, si la contradiction est désormais une valeur que certains défendent (Facebook, écologie anti-pollution, par exemple), elle est le carburant du nihilisme et ne peut que nous pousser vers des « vivre-ensemble » de plus en plus difficiles. C’est encore une conviction. de l’auteur. Comme celle que les défenseurs du logiciel libre ont su avant tout créer, en groupe, parfois seuls, mais ont fait une chose importante : mettre en adéquation leurs convictions dans les actes. Et c’est pour cela que nous avons le GNU et la possibilité de ne pas être captifs d’un ou deux systèmes d’exploitation propriétaire.

Que se passerait-il si la même chose se produisait pour l’écologie, l’agriculture, l’alimentaire, l’habitat, les échanges marchands ?

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Fusion CSA-ARCEP-HADOPI : réponse à la tribune de Nathalie Sonnac et Pascal Wilhelmhttp://reflets.info/?p=21788http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20120929_090348_Fusion_CSA-ARCEP-HADOPI___reponse_a_la_tribune_de_Nathalie_Sonnac_et_Pascal_WilhelmSat, 29 Sep 2012 07:03:48 +0000Pascal Wilhelm, avocat à la Cour, Wilhelm & Associés, chargé d’enseignement à Paris-Dauphine et Nathalie Sonnac professeure à Paris-2, directrice de l’IFP, Expert du Lab Hadopi « Économie numérique de la création », se sont cette semaine fendus d’un interessant billet d’humeur au sujet de la nécessité, selon eux, de fusionner au plus vite HADOPI, CSA et ARCEP. Une lecture assez divertissante que l’on pourra comparer au dernier opus de la série Scary Movie… une blague d’étudiant qui peut faire peur aux âmes sensibles, mais qui en touchera une sans faire bouger l’autre aux autres.

Il ne me viendrait pas à l’idée de remettre en question cette implacable logique, fruit de la réflexion commune d’

  • à notre droite :  d’une experte du Lab Hadopi « Économie numérique de la création » (comprenez le lab du « comment refourguer des galettes en plastiques dans un tuyau en cuivre qui fait 5mm d’épaisseur« ).

… qui permet d’aboutir à ce terrifiant constat :  #sapeupudurer, la France a un besoin impérieux d’une super giga haute autorité des intertubes.

L’argumentaire déroulé par les auteurs est pour le moins surprenant. Il tient d’ailleurs en un seul point :
« C’est comme ça que ça se passe ailleurs donc pourquoi on ne ferait pas pareil que tout le monde, regardez le Royaume-Uni et les USA ».

Ouais… un peu léger. C’est surtout faire preuve d’une grande méconnaissance du tissu numérique Britannique qui compte presque autant de fournisseurs d’accès Internet (environ 200) que la France ne compte de fromages, ou des USA qui en comptent presque 4000! … Là où la France en compte une dizaine de significatifs pour le grand public.

Si le nombre de FAI ne peut à lui seul pas expliquer qu’un pays décide de centraliser tous les pouvoirs, les plus paranoïaques d’entre nous se remémorent certaines institutions qui ont depuis fait marche arrière. C’est notamment le cas de l’Agence Tunisienne Internet qui aujourd’hui cherche plus à fragmenter ces pouvoirs qu’à les concentrer, suite aux dérives du régime Ben Ali en matière de surveillance massive des communications et de censure, dérives inhérentes à toutes structures de ce type.

Rentrons un peu dans le détail du texte, histoire de nous assurer que nos auteurs ont bien pris la mesure du monstre mutant pour lequel ils plaident.

« La France, qui s’illustre par un secteur audiovisuel et un secteur télécom très actifs, composés de très nombreuses entreprises, de toutes tailles, reste l’un des derniers pays à ne pas avoir unifié ses autorités de régulation. »

La première phrase pose le ton. On commence tout de suite par amalgamer deux industries, deux univers : l’industrie du divertissement et le réseau de tuyaux permettant la distribution et l’échange de données. Des données qui sont en majorité le fruit d’internautes et certainement pas le produit de l’industrie du divertissement. La suite de l’article est donc naturellement un plaidoyer sur l’art d’additionner des choux avec des carottes.

Tout de suite on notera le ton alarmiste « la France est le dernier pays »… Ah bon ? Première nouvelle ! Tous les pays sauf la France seraient dotés d’un organisme en charge de la régulation des contenus sur Internet. C’est un scoop ça. C’est surtout une erreur on ne peut plus factuelle que les auteurs tentent de nous faire naïvement gober. Continuons notre lecture…

« ARCEP pour les télécoms, CSA pour l’audiovisuel, deux autorités qui ont démontré depuis leur création une grande capacité à appréhender les enjeux et défis du secteur dont elles ont la charge. »

Cette phrase serait parfaite si elle n’omettait pas un mot :  »ARCEP pour les télécoms, CSA pour l’audiovisuel, deux autorités qui ont démontré depuis leur création une grande capacité à appréhender les enjeux et défis de leur secteur RESPECTIF. »

C’est après que les auteurs sombrent dans le pathétique, en mode supporter du PSG…

« Plus récemment la création de la Hadopi, largement vilipendé semble pourtant indispensable à la protection des œuvres et leur circulation sur la Toile. L’instance est d’ailleurs copiée chez nombreux de nos voisins. »

#HADOPISayBonMangezEn … Ben voyons. Il faut être animé d’une mauvaise foi à toute épreuve pour considérer HADOPI comme un succès quand on se penche quelques secondes sur son incroyable bilan.

  • trois années de débats parlementaires à 99% pathétiques,
  • 35% de bonne rigolade et 65% de hausse de chiffre d’affaires pour quelques voleurs 2.0.
  • une bonne grosse claque au conseil constitutionnel dont les auteurs de l’article semblent avoir oublié quelques considérants (SVP lisez le considérant 11 avant que l’on attaque la suite).
  • deux années de « fonctionnement » (compter 3 mégabits de débit constant pour le serveur SMTP) ;
  • 25 millions d’euros de budget (tiens ça fait cher le mégabit) ;
  • des millions d’emails qui pourrissent dans les boites à spam des internautes qui n’ont pas encore compris que seuls les échanges non commerciaux de paire à paire sont surveillés et réprimes et qu’ils feraient mieux d’aller engraisser des petites mafias s’ils veulent avoir la paix ;
  • un condamné à une amende de 150 euros parce que sa femme avec laquelle il est en instance de divorce écoute de la musique de merde et télécharge un ou deux mp3 de temps en temps… c’est brillant.
  • une seule connexion coupée, celle de TMG #lol ;
  • des adresses IP qui transitent en train par coursier depuis cet épisode tragicomique de TMG ;
  • des sociétés, Orange en tête, qui tentent d’exploiter commercialement la peur d’HADOPI en refourgant des solutions toutes aussi nulles les unes que les autres en attendant qu’un jour peut être, une technologie d’origine extraterrestre nous inspire les spécifications fonctionnelles d’un logiciel, prévu par la loi, permettant aux internautes de prouver leur bonne foi. Pour l’instant on nage dans un truc parfaitement ridicule, un bidule modulaire en XML qui fait trucs et qu’on peut étendre grâce à des plugins qui font des bidules et une API pour faire des machins. HADOPI est  à l’image de ce logiciel, c’est un machin parfaitement inutile qui crée de l’insécurité et encourage des dérives.
  • une offre légale ralentie par la cupidité des moines copistes de DVD.

Avec ça, il est évident que les pays du monde entier envient le notre. Comme quoi la réussite, ce n’est pas que faire n’importe quoi, il faut aussi et surtout le faire n’importe comment. Par exemple, en ouvrant des consultations une fois que le texte est adopté avec un paquet d’absurdités « étonnamment subtiles »… Les labs ils appellent ça.

Non contents de fonder leur raisonnement sur une absurdité dont les faits montrent le parfait contraire de ce que les auteurs tentent de démontrer, ces derniers poursuivent en introduisant dans leur raisonnement une énormité technique :

« Mais à l’heure où la convergence de l’audiovisuel et des télécoms est devenue une réalité, à l’heure de la prise unique pour le téléphone, la télévision et l’Internet, cette dichotomie entre les instances est-elle encore gage d’efficacité? »

Et c’est reparti pour un tour de convergence, un mot foutoir dans lequel on tente d’assimiler Internet à un média classique alors qu’il est la glue permettant la convergence d’autres médias. En confondant un fondement technologique disruptif indispensable (Internet) et ce qui en résulte (la convergence média), on tente de rabaisser le rôle d’Internet pour le cantonner à un média « classique ». Sauf que voilà, Internet c’est à peu près tout, SAUF ça..

C’est toujours compliqué de garder son calme quand on lit ce genre de choses. Disons pour faire simple que sans rien contester de l’expertise de Nathalie Sonnac en matière de produits culturels dématérialisables ou a Pascal Wilhelm en terme de monétisation matérialisable, la question ici posée, relative à la dichotomie des instances, est principalement liée à un fait : la télévision hertzienne et la radio sont deux médias centralisés où seuls quelques happyfews peuvent se targer d’avoir le droit de cité. Internet, lui, ne fonctionne pas spécialement de la même manière, encore une fois, ce sont les internautes qui créent et échangent des contenus et non un studio hollywoodien qui leur assène ses productions moyennant du temps de cerveau disponible. Réguler les contenus d’Internet, c’est réguler… LES INTERNAUTES. C’est réguler « le caractère fondamental du droit à la liberté d’expression et de communication » (considérant 11).

On passe maintenant aux comparaisons douteuses avec les instances anglo-saxonnes de régulation, l’OFCOM et la FCC.

« La France, parce qu’elle veut rester l’un des pays leaders des secteurs de l’audiovisuel et des réseaux en Europe, mais aussi dans le monde, a besoin d’une commission de régulation unique qui puisse discuter d’une seule voix notamment avec la puissante FCC Américaine, l’efficace OFCOM britannique, deux pays qui ont eux aussi des secteurs audiovisuels et télécoms dynamiques, de questions qui dépassent les frontières géographiques. »

Ni l’OFCOM, ni la FCC, ne comptent en leur sein un cancer comme l’HADOPI. Ni l’OFCOM, ni la FCC n’ont décidé de criminaliser les échanges non commerciaux de paire à paire. Petit détail qui tue, l’OFCOM et la FCC n’ont pas une dizaine de gus à gérer, il y en a 200 pour l’un et 4000 pour l’autre. Les auteurs tentent ici de nous faire passer HADOPI dans le lot, c’est quand même ça le plus hallucinant. Les compétences de l’OFCOM et de la FCC portent sur la régulation des contenus et des tuyaux, certes, mais ni l’une ni l’autre ne compte en ses rangs un bras armé chargé de surveiller les échanges sur le réseau Internet et de les réprimer. Aucune de ces institutions ne fait appel à une petite milice privée pour flashouiller les internautes, aucune d’entre elle ne s’est vue confier pour mission par un texte de loi de lutter contre les téléchargements considérés comme illégaux à la tête du premier octet dans un routeur.

Une fois que les auteurs ont fait le tour de leur argumentaire que l’on résume donc en deux points :

  • C’est comme ça ailleurs
  • #Sapeupludurer

La conclusion, épique, tient en un lieu commun :

« L’union fait la force ».

S’en suit une affirmation qui a de quoi faire bondir quand on connait un tantinet les forces en présence et le lobbying sur-amphétaminé des moines copistes de DVD :

« seule une commission unifiée peut promouvoir la voix et la spécificité française aussi bien dans les domaines technologiques que de la création et de la protection des droits a l’heure de la TV connectée – point de rencontre parfait entre l’Internet et l’audiovisuel, qui pourrait représenter plus de 50 % des postes de télévision en 2014 et peut-être la totalité en 2016 – une régulation commune semble indispensable afin que les acteurs de la régulation des « tuyaux » prennent en considération les problématiques et les spécificités propres aux industries de contenus, et réciproquement ! »

Ne vous laissez pas endormir, le chiffre des 50%, c’est une diversion censée vous faire passer une énormité : l’amalgame de la régulation du contenu et du contenant.

Notre bordel bien français à nous, il se nomme « exception culturelle ». L’exception culturelle, c’est typiquement LE truc qui fait qu’en aucun cas, notre droit d’auteur, imprescriptible et inaliénable ne peut être comparé aux problématiques et aux protagonistes liés aux acteurs du copyright. Avec une ARCEP qui représente 10 fournisseurs d’accès… non allez, 5, et un CSA qui représente des milliers d’acteurs, on sent tout de suite une disproportion dans le rapport de force.

Mais lisons un peu mieux cette phrase, particulièrement ce passage :

« de la régulation des « tuyaux » prennent en considération les problématiques et les spécificités propres aux industries de contenus, et réciproquement ! »

Alors là, nous reconnaissons l’argumentaire dit Enrico, du nom d’Enrico Macias qui affirmait « c’est à Internet de s’adapter à nous les artistes et pas le contraire« . Les auteurs sont ils ici assez naifs pour penser qu’une technologie aussi discuptive qu’Internet, un bien commun fondé pour permettre aux personnes de communiquer, va volontairement entraver son développement au profit d’une caste d’imbéciles (celle ci s’adresse directement au monde de la musique) pleurnichards qui nous tanne depuis 15 ans. Si les auteurs pensent que c’est l’industrie de la culture qui apportera des modifications à Internet… comment dire… ils se fourrent allègrement le doit dans l’oeil. Nous sommes donc en droit de penser qu’il ne s’agit pas du tout de naiveté de la part de Nathalie Sonnac et Pascal Wilhelm. Ils ont probablement un autre intérêt à un tel plaidoyer… à moins que …

A moins que les auteurs ne regardent le doigt qui leur montre la lune :

« Dès lors qu’un seul écran réunit les fonctions du téléviseur, de l’ordinateur et de l’accès à internet, comment traiter séparément et avec des missions distinctes, des questions qui touchent ces secteurs, sans créer de cacophonie ? »

Ah ! Nous y sommes, voilà le ciment de l’argumentaire des auteurs : l’objet « écran ». C’est amusant car ils ne sont pas les seuls à penser écran = télévision = Internet… regardez bien, rien qu’à la lecture de ces mots, vous verrez qu’il y en a un seul qui porte une majuscule.

Définir l’écran comme vecteur commun, preuve irréfutable de l’impérieuse nécessité de créer une super méga giga haute autorité des Internets, n’a rien de technologique, il est principalement fiscal, nous avons largement débattu dans cet article que nos auteurs devraient d’ailleurs prendre soin de lire attentivement avant de nous resservir cette insipide marmelade de la « convergence ». Puis le festival continue, il faut à tout prix sauver le soldat HADOPI :

« La télévision est déjà sur Internet et Internet transporte déjà la télévision. Considérer que les questions de contenants n’affectent pas les questions de contenus est illusoire. La mission de l’ARCEP n’est pas celle du CSA et réciproquement et aucune de ces autorités ne traite les missions d’Hadopi ».

Comme l’ARCEP et le CSA ne sont pas fondés sur un truc aussi bancal qu’HADOPI, que diriez vous de défoncer un peu leurs fondations en y incluant une haute autorité fantoche basée sur un texte privateur de libertés fondamentales au profit d’une castes de cupides imbéciles qui appelle de tout son corps à  la mort de la neutralité du net, et au filtrage des contenus.

Ces propos ne seraient que pathétiques s’ils ne masquaient pas une dangereuse perspective esquissée juste ensuite par le biais d’un brillant exemple :

On l’a vu avec les élections présidentielles, le CSA ayant posé des règles strictes pour le déroulement de la campagne, mais ne couvrant pas Internet ces règles ont été largement bafouées et rendues inefficaces, le comble du ridicule ayant été les résultats des premiers et seconds tours, interdits d’antenne radio et télé avant 20 heures alors qu’ils circulaient largement sur les réseaux dès 18 heures ! Les JO de Londres ont offert un autre exemple d’inefficacité de régulation séparée, les médias traditionnels ne pouvant diffuser d’images sans les avoir acquises alors que les nouveaux médias en ont largement diffusé.

Nous y voilà ! Pascal, Nathalie ? Vous proposez quoi au juste ? Que le jour des élections présidentielles les fournisseurs d’accès ne soient tenus à l’obligation légale de bloquer les sites de presse belges et suisses  ? Sans être juriste, il me semble que ça risque de poser un ou deux problèmes légaux… vous en pensez quoi ?

CSA + HADOPI… le cocktail est détonnant. Avec, ça, les auteurs seront bien protégés face à ces fournisseurs d’accès Internet qui veulent leur mort :

« Émerge alors une concurrence déloyale entre les médias traditionnels et les opérateurs de l’Internet, avec des armes inégales pour les premiers. Seule une régulation unifiée, où les intérêts des uns et des autres devront être pris en compte à parts égales, permettrait de rendre aux médias traditionnels une plus grande équité. »

Une autorité ARCEP/CSA/HADOPI trouverait donc justification, il suffit de bien lire les auteurs de cet article, dans la défense des intérêts des créateurs face à ces voleurs de fournisseurs d’accès. Nathalie Sonnac et Pascal Wilhelm sont donc pour la paix dans les ménages, ils plaident pour l’unification dans le conflit. On sent tout de suite le truc qui peut échouer avec succès.

Unifions l’ARCEP, le CSA et l’HADOPI pour que le CSA et l’HADOPI fassent corps devant l’ARCEP et que tout ce petit monde s’entretue allègrement et foute la paix à Internet qui ne peut, techniquement, souffrir d’aucune régulation des contenus, sauf à centraliser dans un seul tuyaux tous les échanges, interdir le chiffrement, et déployer des trésors de connerie pour tenter de surveiller l’ensemble du trafic pour essayer d’arrêter l’océan avec les mains. Mais il y a aussi une petite subtilité escroquerie intellectuelle, que les auteurs de l’article publié sur le Cercle des Echos ne peuvent occulter. Ils le font cependant tout à fait volontairement. La poignée de fournisseurs d’accès Internet qui se partage le Net français ont une ENORME particularité face à leurs homologues anglais et américains pour poursuivre la pathétique comparaison faite par les auteurs. Nos FAI à nous, exception culturelle oblige, sont TOUS des producteurs de contenus :

  • SFR : Vivendi Universal
  • Bouygues : TF1
  • Orange : bouffe à tous les râteliers et produits ses propres contenus
  • Free : se pencher sur les acquisitions et prises de participation de Xavier Niel

Le reste de l’argumentaire des auteurs laisse subodorer le chaos si ce rapprochement ne se fait pas :

« comment s’assurer que la convergence des technologies ne rendra pas les missions de cette autorité totalement obsolètes ?  » (NDLR : du CSA)

Réponse courte : à l’heure d’Internet, la mission du CSA, est, PAR DEFINITION obsolète.

« Le CSA est le garant de libertés fondamentales.« 

Réponse courte : Le CSA est la seule autorité au monde qui est « le garant de libertés fondamentales » et qui appelle au filtrage des contenus sur Internet et à la mise à mort de la neutralité du Net, exception culturelle, qund tu nous tiens ! Nathalie, Pascal, sachez simplement que non, Reflets n’affichera JAMAIS aucun logo à la con imposé par le CSA ou l’HADOPI, que nous sommes loins d’être les seuls à nous opposer à toute tentative de régulation des contenus sur Internet.

Et c’est là qu’on sombre définitivement dans l’erreur confinant à la bêtise :

« Ensuite, parce que l’on ne trouve pas d’un côté des téléspectateurs et de l’autre des internautes, mais un ensemble de citoyens connectés en permanence, qui souhaitent accéder au plus grand nombre de contenus possibles, variés et de qualité, ce que permet Internet, devenue manufacture mondialisée de ces contenus »

Internautes, il semblerait que selon les auteurs tu n’ais pas encore compris qu’Internet est un média à flux bidirectionnel, que tu cherches à accéder à des contenus de qualité que SEULS des acteurs de l’industrie culturelle officiellement visés par le CSA et l’HADOPI et aux lien de consangunité avérés avec les FAI ne peuvent produire.

Toujours selon les auteurs, tout ceci ne serait qu’une question de proportionnalité :

« Faire la guerre au lance-pierre face à des fusils, construire des lignes Maginot, la France sait faire. Mais sur des secteurs aussi essentiels pour notre économie comme pour nos libertés individuelles, l’heure n’est plus à l’angélisme ».

Avec 2 HADOPIs, des amendes, des spams, des coupures de connexion Internet et un DELIT de CONTREFACON qui n’est JAMAIS sorti de la loi depuis HADOPI, ces pauvres producteurs de contenus commerciaux ne se sentent pas assez « armés ». Nathalie, Pascal ? Vous avez un programme nucléaire en cours ? On fait quoi ? On confie au CSA un gros bouton rouge et des routeurs de service DPI compliant pour traquer sur Internet tout ce qui n’est pas labellisé par le CSA ? Vers un Internet civilisé… la boucle est bouclée.

« la France doit parler d’une seule voix, aussi puissante que la FCC ou l’OFCOM.« 

Oui, mais la France, qui a inventé la commutation de paquets, a aussi et surtout le devoir de ne pas raconter n’importe quoi et d’être consciente qu’elle a avant tout besoin d’une réforme en profondeur du Droit d’auteur à l’ère d’Internet. Nier cet aspect de la problématique pour assoir un plaidoyer pour l’unification dans l’inutilité, c’est se rendre coupable de la petite mort de la culture française et du cloisonnement liberticide programmé par une telle fusion.

« Il faut aux secteurs réunis de l’audiovisuel et des télécoms un organe de régulation unique qui aura pour mission de protéger aussi bien le dynamisme économique du secteur des télécoms, que les droits attachés aux créations qui circulent sur internet, mais aussi les libertés fondamentales qui s’expriment grâce aux médias. »

Mais bon sang, qui et quand a décrété que l’industrie des telecoms et l’industrie de l’audiovisuel formaient une seule et même filière ? C’est cette conséquence technique qu’est la convergence d’un flux vers un tuyaux ? Ce raisonnement a autant de logique qu’assimiler la filière automobile à la filière goudron sous prétexte de l’existence des autoroutes !

« Cette fusion des autorités devrait être l’un des chantiers prioritaires du nouveau gouvernement »

Nathalie, Pascal ? Vous êtes sérieux là ? Vous ne pensez pas que notre pays a des chantiers un poil plus importants que de sauver la tête d’une autorité aussi risible HADOPI au risque d’en discréditer 2 qui ont fait leur preuves dans leur secteur RESPECTIF ?

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Ecologie : si on arrêtait l’enfumage, deux minutes ?http://reflets.info/?p=21819http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20120928_172533_Ecologie___si_on_arretait_l___enfumage__deux_minutes__Fri, 28 Sep 2012 15:25:33 +0000(Ca devient très très agaçant les leçons d’écologies du XXIème siècle, leçons très décalées et souvent hors-sujet. Au fond, si l’on reprend un peu l’histoire et qu’on observe ce qu’il se passe aujourd’hui, est-il vraiment intelligent d’être « écologiste » ? Pas si certain…)

Au début des années 70 ils étaient pris pour des rétrogrades totalement abrutis : les hippies écologistes. Ils militaient contre le nucléaire, faisaient la promotion de l’agrobiologie (ainsi nommée à l’époque) et critiquaient la société de consommation. Les politiques, ainsi qu’une énorme majorité de la population se sont foutus de leur gueule jusqu’à que certain problèmes surviennent, mis en avant par des gens « sérieux » : les scientifiques. Problèmes que personne ne peut vérifier par lui-même, puisqu’à « l’échelle de la planète ».

Les problèmes en question étaient les gaz à effet de serre dans les années 90, puis le Co2 à partir des années 2006-2007 avec l’alerte émise par le GIEC et le film d’Al Gore « Une vérité qui dérange« . Là, d’un seul coup, le Français moyen qui sur-consommait de l’électricité, du fioul, achetait tout et n’importe quoi sans se soucier de l’origine des produits, de l’énergie consommé, des rejets polluants, s’est mis à vouloir « protéger la planète ». Les médias l’ont bien aidé : campagnes pour sauver la planète, grenelle de l’environnement pour sauver la planète, tee-shirt éthiques pour sauver la planète, préservatifs pour sauver la planète : enfin bref, la planète était en danger et le consommateur pouvait devenir « responsable ».

Whaaaaa, super : le développement durable et la consommation responsable. Des trucs géniaux, hyper bien pensés, qui permettent en réalité de vendre des concepts. Voyons voir ce qu’est l’écologie en 2012. Parce qu’entre environnementalisme, écologisme militant, mode de vie raisonné et enfumage à tous les étages, il y du grain OGM à moudre.

L’écologiste, ça trompe énormément (et plus encore)

Il y a des termes à bien connaître et à utiliser à outrance si vous voulez bien montrer votre implication dans le sauvetage de la planète, termes qui permettent votre propre mise en valeur, si possible, parce qu’être un sauveur c’est quand même toujours mieux qu’être un destructeur, n’est-ce pas ? Le premier est « énergie grise ». Ah, ça, c’est un truc tip-top : placez-le donc dans une discussion, vous verrez l’effet et la possibilité de donner la leçon à votre interlocuteur. Genre : « Oui, mais est-ce que tu as pris en compte l’énergie grise, hum…? » N’oubliez pas de faire une tête très concernée, avec les yeux un peu plissés, la bouche légèrement entrouverte. Ouais, si tu calcules pas l’énergie grise, t’es rien qu’un con. Mais c’est quoi ce truc au juste ? C’est wikipedia qui le dit :

« L’énergie grise est la quantité d’énergie nécessaire au cycle de vie d’un matériau ou d’un produit : la production, l’extraction, la transformation, la fabrication, le transport, la mise en œuvre, l’utilisation, l’entretien et à la fin le recyclage. Chacune de ces étapes nécessite de l’énergie, qu’elle soit humaine, animale, électrique, thermique ou autre. En cumulant l’ensemble des énergies consommées sur l’ensemble du cycle de vie, on peut prendre la mesure du besoin énergétique d’un matériau ou d’un produit. Cette connaissance peut guider ou renseigner les choix notamment en vue de réduire l’impact environnemental. »

Et c’est vrai, c’est ça.

Ce qui est génial avec cette invention de statisticien, c’est qu’à peu près plus rien n’est « écolo-compatible » tout « coûte » à l’ »environnement ». On crée plein d’énergie grise tout le temps. On tue la planète, en gros. C’est mal, très mal. Tu te fais une cabane en bois, et bien y’a de l’énergie grise : ta tronçonneuse, la fumée qu’elle dégage, ton mélange, le transport des rondins, la production de l’acier des clous, le transport des clous, la durée de vie de la cabane… C’est un truc dingue, parce qu’au final, on peut être plus écolo et moins dévoreur d’énergie grise en achetant un truc tout fait au supermarché du coin qu’en faisant soi-même. Avec à la clef une autre question : est-ce que l’urgence est vraiment avant tout celle de limiter les rejets de Co2 ou bien de conserver la biodiversité, participer à l’accueil des plantes, insectes exterminés par les pollutions chimiques ?

Il y aussi le terme « durable ». Tout doit être durable, comme le développement. Sauf que toute cette soupe écologiste de publicitaires qui renvoie chaque individu à un consommateur qui peut acheter pour le « bien de la planète » (acheter avant toute chose) n’est en aucune manière reliée à la réalité, à l’action concrète des individus sur le terrain, aux actes quotidiens respectueux de l’environnement, mais surtout qui permettent qu’un « environnement naturel « se maintienne dans un bon état et surtout perdure.

Paysan chasseur Vs Ecolo en ville

Les paysans, pas les gros industriels, mais les petits ou moyens, il en reste encore un peu, sont souvent chasseurs dans certaines régions. Ils vivent dans la « nature » et la jardinent. Certains mettent des pesticides dans leurs champs, des engrais chimiques, ce qui n’est pas très bon pour le vivant en général. D’autres ont choisi de se passer des produits chimiques ou de les réduire au strict minimum. Ces individus sont centraux à bien des égards, ils maintiennent l’écosystème, nourrissent la terre, les animaux d’élevage et la population humaine. Quant à la chasse, elle a deux vertus en général : nourrir les familles de chasseurs et réguler les espèces. Bien entendu, certains cercles de chasseurs sont de parfaits bouchers sans âmes qui comptent les points et sont de simples tueurs assermentés. Mais de nombreux autres sont de véritables amoureux de la nature qui exerce leur art avec éthique et jouent un rôle important. Les paysans ne revendiquent rien le plus souvent, ils vivent dans la nature, s’en servent, mais la protègent aussi puisqu’elle est leur garde-manger et leur outil professionnel. Ils connaissent très bien la nature. Très très bien.

De l’autre côté, il y a les écologistes. Difficile de les généraliser, mais pas mal de ses partisans le sont [écologistes] en ville, et se préoccupent « d’environnement ». L’écologiste moderne est « contre » plein de choses, mais pour autant, utilise la plupart du temps ces « choses ». Il est contre le nucléaire mais est électrifié chez lui à l’énergie nucléaire. Contre l’agriculture intensive, mais ne fait pas pousser de plantes. Il peut être pour sauver les abeilles, par exemple, mais n’a pas de ruches. La liste est longue, et la plupart du temps l’écologiste a pour vocation de donner la leçon : culpabilisation sur l’énergie grise, les produits bio, la défense de, l’interdiction de etc… Tout ça n’est pas sans intérêt, soyons bien clair, mais il manque quand même quelque chose, ce qu’on pourrait appeler une approche constructiviste, créative…et un accord entre parole et actes.

Un exemple pour mieux comprendre l’absurdité du système de pensée écologiste moderne : prenez une maison en campagne. Si elle est consommatrice d’énergie grise (à la construction par exemple), l’écologiste vous le reprochera. Mais que se passe-il si une maison parfaitement « écologique » (que l’écologiste applaudit) est plantée sur un terrain avec une pelouse bien tondue toute l’année pour seule activité ? Il se passera que cette maison ne créera rien en terme d’action bénéfique sur l’environnement, de biodiversité : elle n’aura servi qu’à contenter les statisticiens de l’écologie moderne. Si une maison moins « écologique « s’implante et que ses habitants se préoccupent de planter des espèces de plantes qui accentuent la bio-diversité, installent des ruches pour aider à la pollinisation, des vergers, etc… ?

On leur reprochera leur habitation peu « écologique » mais il n’y aura aucune préoccupation écologique établie pour le travail autour de la maison, qui lui est central. Et c’est là que se trouve la vraie préoccupation. Comme les paysans le font. Ce paradoxe est terriblement destructeur.

Les bons moyens de ne rien faire et se donner bonne conscience

Pendant qu’on mélange bien les choses au point de tout confondre en termes de discours sur l’écologie, (la consommation d’énergie n’est pas la première des préoccupations à avoir si l’on est un tant soit peu perspicace sur le terrain des problèmes écologiques) la réalité, elle, ne se gène pas pour venir nous rappeler qu’elle se moque des belles paroles. Les abeilles sont en train de crever en France, et leur rôle est central dans la pollinisation, donc la reproduction d’un maximum de plantes. Interdire le Gaucho, très bien. Mais il reste d’autres pesticides, sans compter des champs OGM qui peuvent aussi jouer un rôle destructeurs dans les essaims. La seule chose à faire aujourd’hui est d’adopter quelques ruches avec leurs essaims. En gros, faire. Les abeilles se portent très bien en ville, les citadins pourraient en installer sur leurs balcons. De la même manière, planter des variétés d’arbres, et autres semences anciennes a cent fois plus d’intérêt que de calculer ses rejets de Co2 et acheter une nouvelle voiture dite « verte ».

De nombreux discours viennent servir la cause de l’immobilisme : ceux des parleurs qui n’agissent pas, et ceux des consommateurs d’écologie qui se donnent bonne conscience mais n’amènent rien en termes d’actions concrètes dans « l’environnement naturel ». Et comme d’habitude, ce n’est pas en attendant que « le photovoltaïque soit plus performant », ou « que le gouvernement décide de faire quelque chose », ou que « de nouvelle techniques apparaissent » que les choses avanceront pour se déconnecter des centrales nucléaires, acquérir son autonomie énergétique. Pour ceux qui n’ont pas envie de participer au « grand n’importe quoi » moderne, qui peuvent aussi avoir envie de mettre, ne serait-ce qu’un peu d’accord entre les idées et les actes, il reste donc la solution d’agir. A sa petite échelle, sans aller calculer des taux de rendements et des coûts de matières premières à l’échelle planétaire.

Parce qu’il n’y a rien de plus facile que de rester immobile en prétextant que la solution individuelle ne peut s’appliquer à l’ensemble : c’est ainsi que rien ne change, que chacun attend que l’ensemble soit façonné pour l’individuel, et au final, que rien ne se fait.

Mais parler, théoriser est plus facile que d’agir concrètement.

Ce que l’écologie moderne a fortement tendance à faire. D’où sa crédibilité fortement mise en doute. Et son action, de plus en plus aberrante. Les mouvements de hacking au sens large, les hackeristes, ont un rôles à jouer dans cette invention d’une écologie concrète et constructive, c’est une certitude. Mais au delà de se fabriquer un sauna en faisant brûler du bois sous une baignoire de récupération :-)

Bonus, grâce au lecteur-contributeur Didier : ce clip excellentissime du rappeur Duval Mc…

 


Billets en relation :

flattr this!

]]>
CDO : Cupidité Dramatique Organiséehttp://reflets.info/?p=21807http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20120928_114444_CDO___Cupidite_Dramatique_OrganiseeFri, 28 Sep 2012 09:44:44 +0000

Comme promis, voici la suite de l’article sur les CDS. Le CDO (Collateralised Debt Obligation) a eu un rôle très important dans la crise dans la mesure où il a permis de revendre des CDS pourris en masquant leur contenu. Ça, c’est pour les effets qu’il a eu et que tout le monde lui reproche. Mais ce n’est pas son but premier ; reprenons donc depuis le début pour voir comment est créé un CDO.

Le but premier du CDO

Comme la plupart des produits financiers, le CDO a été créé pour répondre à un besoin (des acteurs financiers, hein :) ). Pour bien comprendre, il faut savoir qu’un des principaux aspects de la finance est d’assurer le risque à la place des autres (et de se faire rémunérer pour ça). Or pour assurer un risque, il faut aussi pouvoir le maîtriser. Et c’est précisément ici qu’entre en jeu le CDO. Son rôle principal est de transformer le risque pour le revendre de manière plus spécifique et ciblée à des investisseurs. Il est alors possible de revendre de manière séparée les parties les plus risquées (et très rémunératrices) à des fonds spéculatifs (Hedge fund par exemple) et les moins risquées à des investisseurs institutionnels (fond de pension par exemple).

La face technique du CDO

Transformer le risque d’un produit financier pour le rendre soit plus important soit moins important en fonction de la demande n’est pas une mince affaire… Comment s’y prendre? Supposons que je possède 100 CDS identiques mais indépendants (hypothèse simplificatrice). Ces CDS comportent un certain risque (qui dépend de la probabilité de déclenchement, du montant de la prime et du coût du dédommagement). Pour échelonner les risques, il est possible de simplement regrouper tous les CDS au sein d’un même panier et les revendre par « ordre de défaut ». Ainsi le premier sera le first-to-default. L’acquéreur de ce first-to-default sera en charge d’assurer le risque pour le premier CDS du panier qui fera défaut (peu importe lequel). Autant dire que le risque est alors très élevé puisque si un seul des CDS (sur 100) se déclenche, il en assurera pleinement les conséquences. Vient ensuite le second-to-default et ainsi de suite jusqu’à la fin de notre panier de CDS. Avec ce mécanisme, nous venons de créer, à partir d’un ensemble de CDS identiques, un échelonnement de risques avec des produits extrêmement risqués (first-to-default) et d’autres très peu risqués (last-to-default). Habituellement, on distingue trois tranches dans un CDO en fonction de leur risque : la tranche equity (les 3% du début) qui est la plus risquée, la tranche mezzanine (les 7% suivant) qui vient ensuite puis les tranches senior (les 20% d’après) et super-senior (le reste) qui sont les moins risquées.

Pour se donner une idée de l’échelonnement du risque, avec un CDO composé de 100 CDS ayant une probabilité p = 1% de se déclencher, le first-to-default aura une probabilité de se déclencher de 1 – ((1-p)^100) = 63,4% alors que le last-to-default aura lui une probabilité de p^100 = 10^-200 = 0.000…00001% (198 zéros à la suite) (si la probabilité qu’un CDS se déclenche était de 95% le last-to-default aurait une probabilité de 0.6% de se déclencher). On comprend donc facilement que les tranches hautes soient peu risquées même si le produit initial est très risqué. C’est ce qui leur a permis, entre autre (voir plus bas), d’obtenir la meilleure notation financière : le AAA.

construction d'un CDO

Construction d’un CDO

Un CDO, c’est pas si compliqué alors!

Effectivement, le principe de répartition de risque est facilement compréhensible. Ce qui est extrêmement complexe c’est d’une part de pricer (déterminer le prix) chaque tranche de CDO et d’autre part d’évaluer le risque d’exposition lorsque l’on achète une partie d’un CDO en fonction de la rémunération qu’il rapporte. Dans notre exemple, tous les produits étaient identiques et indépendants, le calcul est donc très simple. Mais si chaque produit est différent, le calcul devient très complexe. Ainsi, le risque de n’importe quelle tranche du CDO dépend directement de tous les produits contenus dans le CDO. De plus, il faut tenir compte des effets de corrélation entre les produits. La corrélation entre deux produits est la probabilité que si le premier se déclenche, le deuxième se déclenche aussi. S’ils sont identiques les deux se déclencheront d’un coup. Il peut, en outre, y avoir des liens plus ou moins évidents (si ce sont deux assurances sur des entreprises françaises, une crise française peut les affecter tous les deux). Il est extrêmement difficile de déterminer les corrélations entre produits financiers. Dans la pratique chaque banque établit de manière empirique un tableau de corrélation entre les grandes institutions, les multinationales et des évènements pour en tirer des indices de corrélation (étude historique et économique des acteurs et de leurs réactions vis à vis évènements).

Le problème des CDO

Contrairement aux CDS, il est assez aisé de voir le problème que posent les CDO : il est impossible de savoir précisément ce que l’on achète ou ce que l’on vend. Il n’est pas toujours aisé de savoir ce que contient un produit financier, comment il se comporte et quels sont les risques qui lui sont liés, alors imaginez si ce produit financier se retrouve parmi toute une gamme d’autres produits aussi complexes et différents… C’est tout simplement impossible -que ce soit pour le vendeur ou pour l’acheteur ! Le seul repère que possèdent les acteurs financiers pour avoir une idée du risque qu’ils prennent est la note attribuée par les agences de notation. Leur rôle est donc majeur dans cette affaire. Mais comme l’explique très bien Jean de Maillard dans son livre, l’Arnaque, elles ne sont pas d’une objectivité à toute épreuve. Extrait p214 et suivantes :

Or, la structuration des produits dérivés dépend entièrement de la façon dont ces produits sont notés. A tel point que les banques sollicitent les agences de notation comme « conseils » lors de la structuration de leurs titres, juste avant que les mêmes agences, qui ont participé à leur élaboration, ne leur attribuent une note. Autrement dit, le conflit d’intérêts est patent alors que, par ailleurs, il est souvent reproché aux agences de ne pas disposer de la capacité technique d’évaluer correctement les produits financiers forts complexes qui leur sont soumis. Mais le conflit d’intérêt est rarement puni. La seule forme sous laquelle on en retrouve une interdiction dans l’ensemble des pays est celle du « délit d’initié », mais il n’existe que dans les marchés boursiers. Dans les autres domaines, et notamment celui de la notation, il n’est qu’une indélicatesse ô combien répandue dans les milieux financiers.

Comme le dit le très prudent, très consensuel et très financièrement correct « Rapport sur la crise financière » remis par René Ricol au président de la République en septembre 2008 : « Les principales erreurs reconnues par les agences elles-mêmes font ressortir un défaut de prise en compte de l’environnement dans les modèles de notation, une insuffisante adaptation de la notation des produits en fonction de leur évolution et une évolution des canaux de distribution des prêts où les particuliers n’étaient plus protégés par les banques centrales. » Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites ! En termes plus crus on se contentera de traduire que les particuliers sont abandonnés à tous les requins de la finance, derrière la mascarade des notations. De simples erreurs d’appréciation ? En tous cas, le rédacteur du rapport n’y a pas vu la malice bien qu’il relève lui-même juste après ce constat que « les commissions payées pour la notation initiale sont calculées comme un pourcentage du montant émis et liées à la complexité de la transaction. Les commissions pour les produits financiers structurés sont donc conçues pour augmenter avec le montant des opérations ainsi qu’avec la fréquence des émissions. Ces commissions s’apparentent à des « success fees » car elles ne sont payées que si l’opération est réalisée. » Faut-il le dire plus clairement ? Les agences de notation, dont dépendent entièrement l’émission et le volume des produits financiers dérivés, sont payées à la commission pour valider par charretées entières ces produits toxiques qui ont envahi toute la planète et auxquels elles ne comprennent elles-mêmes pas grand-chose. Plus ils sont compliqués, moins elles comprennent, mais mieux elles sont payées.

Que dire de plus ? Tout est fait pour que les plus toxiques des produits soient notés avec la meilleure note et que cette note soit le seul et unique repère. D’autant plus que pour les spéculateurs, qui achètent et revendent à tour de bras, peu importe ce qu’ils achètent, du moment que les prix suivent leurs prévisions (ils achèteront le sac de merde à 1 millions d’euros s’ils pensent pouvoir le revendre avec une marge !).

Dans la pratique

On peut faire des CDO un peu tout et n’importe quoi et pour des objectifs très variés. Mais l’imagination des financiers ne s’arrête pas là ! Puisqu’il s’agit avant tout de spéculer, il faut simplement trouver quelque chose, lui attribuer un prix, puis parier si celui-ci va monter ou descendre. Peu importe si cet objet a un sens ou pas. Par exemple, pour les CDO synthétiques : des CDO de CDO. L’incompréhension de ce qu’on achète est alors totale, mais qu’importe, seule compte la spéculation.

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Ta mère en string sur Facebook : tu l’as vue ma contradiction ?http://reflets.info/?p=21789http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20120926_141428_Ta_mere_en_string_sur_Facebook___tu_l___as_vue_ma_contradiction__Wed, 26 Sep 2012 12:14:28 +0000C’est marrant tous ces commentaires à propos du « réseau social » de Mark Zukerberg et des théories diverses et variées qui fleurissent pour la défense ou non de ce « truc » ayant capturé presque un milliards d’abrutis qui passent un temps infini à tenter d’exposer leur misérable personne un peu plus chaque jour.

Restons sérieux : Facebook est au départ un machin d’adolescent, fait pour permetter à des étudiants de s’échanger des blagues potaches et des photos de soirées arrosées. Le potentiel commercial de la bestiole s’est révélé un peu par hasard avec l’arrivée massive d’entreprises ou de stars qui y ont vu une aubaine. Mais l’objectif de de ce modeste article n’est pas de faire ou défaire l’histoire de Facebook : non, il serait plutôt de remettre les pendules à l’heure. Parce qu’à force de balancer des déclarations binaires pour défendre le réseau social de Mark Zukerberg à tout crin, on en vient à vraiment raconter n’importe quoi.

Facebook est un portail captif

Le monopole, là est toute la substance moelle de ce type d’outils du net : si vous estimez qu’un réseau mondial, enrichi (pour beaucoup bénévolement) par des millions de contributeurs depuis des décennies peut se retrouver capté sans problème par une seule entreprise qui organise la vie numérique en ligne de ses milliards d’adhérents en faisant absolument tout pour qu’ils ne sortent plus ailleurs sur la toile et restent consommateurs de leur outil (celui de l’entreprise en question), alors vous êtes simplement contre la diversité. Et ce qui fait un écosystème viable c’est justement la diversité.

Que l’outil soit « formidable », « extraordinaire », ait « une puissance inégalée en termes de communication » n’est pas la question : iriez-vous défendre une chaîne de télévision tellement « captivante » qu’elle aurait une audience de 70 ou 80% de téléspectateurs qui se mettraient à la regarder deux fois plus de temps qu’auparavant ? Si elle était publique, la majorité viendrait crier à la propagande d’Etat, au stalinisme audio-visuel.  Facebook est un portail captif, ce qu’avaient rêvé de créer Microsoft ou AOL à la fin des années 90. Et comme l’entreprise Facebook ne vend rien en tant que tel, la question de sa viabilité financière se pose, et avec elle, l’utilisation de son unique produit : les données personnelles des adhérents.

Facebook : l’aboutissement de la dictature du marketing

La démarche n’est pas très compliquée, il suffit d’ouvrir un peu les yeux et d’accepter ce que l’on croit être une « bonne chose » ou une « mauvaise chose ». Si vous estimez que les grandes multinationales sont une bonne chose pour l’humanité, que leurs profits démesurés et distribués (en premier lieu) à leurs actionnaires est une évolution positive, si vous pensez que le marketing en ligne, le ciblage publicitaire des internautes par l’utilisation de toutes les données qu’ils laissent au cœur d’un système, est normal, alors vous avez totalement le droit de défendre Facebook.

Mais dans le même temps, vous ne pouvez pas crier au scandale des licenciements boursiers, des délocalisations et autres casses sociales organisées par les entreprises mondiales et mondialisées. Si vous défendez Facebook, vous défendez la mondialisation néo-libérale, la lutte pour les profits maximums, les méthodes les plus agressives du marketing, et au final ce qui est appelé la dictature du marketing. Que l’on peut aussi nommer « dictature de l’argent ».

La règle qui prédomine est donc celle du « cerveau disponible » que TF1 avait inventée en son heure, et dans le cadre de Facebook, celle des « cerveaux et des données disponibles« . Tout ceci est donc une histoire de choix personnel des individus au sein de la société dans laquelle ils évoluent.

Apprécier la publicité, la compétition capitaliste sans limite est quelque chose de partagé depuis des décennies, cela a même été la règle jusqu’à il y a peu. Mais des « petites choses « un peu embrassantes sont apparues dans cette voie, et pouvoir la critiquer est même devenu possible sans se faire traiter de « sale communiste ». Dingue.

Ta mère en string, ton père à poil, et toi ?

On peut refuser de se poser des questions, comme avec tout sujet. Décider qu’il n’y a pas de problème, que tout est normal. Mais dans le cas de Facebook, la prison numérique sur laquelle nous proposons, à Reflets , que ceux qui y sont, puissent faire connaître nos publications (nous n’allons quand même pas priver les prisonniers de Facebook de lire Reflets sous prétexte que nous ne sommes pas nous même dans la prison) il y a quand même des questions très dérangeantes. La première est l’aspect autoritaire de l’outil : comment peut-on accepter que des médias, comme Lemonde.fr, par exemple,  demandent à leurs lecteurs de continuer des articles sur Facebook via leur compte ? Ne pas posséder de compte Facebook serait donc un handicap pour s’informer ?

Facebook propose de partager des données de manière « publique » ou « privée » et utilise ces données à des fins commerciales : refuser d’être pisté n’est pas possible ? Mettre sa vie sociale en ligne est dangereux, c’est une évidence, et pourtant des millions d’individus le font. Et ils ont l’air contents de le faire. Si tu vois ta mère en string sur Facebook via un faux compte d’ami que ta mère n’a pas vérifié, tu vas faire la gueule. Mais toi, pourquoi es-tu sur Facebook, au juste ? Pour rester en relation avec les autres ? Ah oui, c’est ça : tu es seul, et tes amis sur Facebook te donnent l’impression d’être en relation. Il n’y a pas d’autre issue. Ou bien tu as peur que professionnellement tu puisses être un peu « has been », ne pas être assez au courant des derniers trucs si tu ne suis pas les dernières infos sur les murs de ceux qu’il faut avoir comme « ami ». Bon. Bien. Et si tu contactais tes amis, tes vrais amis, pour discuter autrement, via un forum ou un  blog ? Trop nul, trop has been ?

Et bien pas grave, reste sur Facebook : assume ta contradiction, continue à cautionner le système monopolistique qui gave les actionnaires rentiers et affame les 99% de la population. Mais un truc quand même : en dehors de Facebook, ne viens pas revendiquer pour le respect des libertés ou la neutralité du net. Ca vaut mieux…

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Facebook : une palanquée d’abrutishttp://reflets.info/?p=21786http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20120925_144321_Facebook___une_palanquee_d___abrutisTue, 25 Sep 2012 12:43:21 +0000Alors…? Bug, pas bug ? Les messages privés se sont-ils affichés sur les murs publics d’utilisateurs ? Franchement… La réponse a-t-elle la moindre importance ?

Il y a maintenant un bout de temps, j’expliquais chez nos amis d’OWNI que Facebook était très largement surévalué par des investisseurs toujours aussi stupides, prêts à refaire les mêmes erreurs que par le passé (la bulle Internet). Je ne me trompais pas puisque l’introduction en bourse du réseau a été une des pires de l’histoire. Les gogos qui ont cru aux chants des sirènes (Forrester et autres Gartner ou banques conseil), en sont aujourd’hui pour leurs frais.

Passé l’engouement pré-introduction, les financiers qui semblaient tout d’un coup avoir une vision claire, expliquaient doctement que l’entreprise n’avait pas les moyens d’engendrer les profits espérés. Et de donner toutes sortes d’exemples pertinents.

Au delà des chiffres, une bonne connaissance du monde Internet suffisait pour le dire. Ce réseau est, en vrac :

  • une mode (elle passera),
  • un piège à cons (lesdits cons finissent généralement par comprendre qu’on les désigne comme tels),
  • une aberration en termes de protection de la vie privée (et donc de la vie tout court),
  • un « machin » qui ne sert strictement à rien,
  • en termes de diffusion de l’information, Facebook est au Net ce que TF1 est à la télévision, RTL à la radio, le Journal du dimanche à la presse écrite,

Internet est un outil sans pareil pour la diffusion des savoirs, la mise en réseau de l’humanité. Un moyen pour cette dernière de s’élever et de se transformer. Facebook est probablement le plus gros frein posé sur ce chemin depuis l’apparition du Web avec, peut-être, les Skyblogs.

Vous avez entre les mains un outil sans pareil. Appropriez-vous cet outil, publiez. Ne laissez pas une société commerciale s’approprier votre production. Sans quoi, votre création est entre ses mains. Le jour où l’entreprise disparaît (et cela arrivera, tout est cyclique, rond, dans l’univers), votre production disparaitra avec elle.

Créez votre propre maison sur Internet, maîtrise-en les portes, les fenêtres, les murs, le toit, les fondations. Cela ne coûte pratiquement rien financièrement et cerise sur le gâteau, vous maitriserez votre déco et vos contenus…

Ceux qui viennent se plaindre aujourd’hui d’avoir vu des messages privés s’afficher dans une partie « publique » (s’ils existent) ne subissent que ce qu’ils ont créé eux-mêmes. Donner ses petits secrets à une entreprise commerciale est une démarche aussi stupide que de les inscrire sur un mur dans une rue, en signant en bas (ne pas oublier d’inscrire son numéro de téléphone et son mail en bas).

Fermez vos comptes Facebook et décentralisez !

 

Billets en relation :

flattr this!

]]>
SOS Racisme plaide pour un régime Orwellienhttp://reflets.info/?p=21756http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20120924_190012_SOS_Racisme_plaide_pour_un_regime_OrwellienMon, 24 Sep 2012 17:00:12 +0000Renforcer l’arsenal juridique contre internet, « principal outil de la diffusion de la haine raciale », pour Cindy Léoni, « il y a urgence à y mettre un coup d’arrêt ».

Le moins que l’on puisse dire c’est que la première sortie médiatique de la toute nouvelle présidente de SOS Racisme, dont le fondateur vient d’être nommé (à défaut d’être « élu » démocratiquement) à la tête du Parti Socialiste, est une catastrophe.

(intégralité de la vidéo ici)

Comme il est permis de douter que cette idée brillante sorte de ce qui lui sert de cerveau, il est – du même coup – permis d’avoir très peur de ce que nous réserve le nouveau pouvoir en place en matière de contrôle social et de mise sous surveillance de l’internet Français.

Dura Lex, Sed Lex

Initié dans un grand élan populaire dans les années 80 (full disclosure, j’étais à l’époque à fond là dedans), SOS Racisme a rapidement dégénéré en poussant le pouvoir en place vers une solution législative au problème du racisme. Solution qui s’est rapidement retrouvé être la seule et unique approche proposée par l’organisation.

Testing, et punition des contrevenants. De l’entrée de boites de nuits à l’envoi de candidatures à des offres d’emploi, la présidente de SOS Racisme convient elle même que les résultats font peur. A croire que la méthode est parfaitement innefficace pour lutter contre le racisme. Pourtant, il n’est nullement question de la remettre en cause, bien au contraire, SOS Racisme lance carrément un appel au gouvernement afin d’étendre l’arsenal juridique anti racisme Français à internet, afin d’y faire appliquer, par exemple, la loi Gayssot.

Surveiller (et bannir ?)

Par chance (pour Cindy), la méthode qui consiste à « surveiller et punir » se décline fort bien sur internet. Autre chance (toujours pour Cindy), les technologies qui permettent cela sont l’un des points forts de l’économie numérique Française. Elles ont été testées et approuvées par Ben Ali, Kadhafi et sont en cours d’installation chez Mohamed VI et dans de nombreux autres pays « amis de la France ». Tout va bien pour Cindy, ou presque. Elle oublie juste un détail : ces contrées sont loin d’être des démocraties. On y nomme les dirigeants plutôt que de les élire (comme Harlem Désir, en pratique… comme quoi…).

Autant il est permis de trouver des excuses aux ainés de Cindy – trop vieux pour comprendre internet – autant Cindy est absolument inexcusable. En plaidant pour l’instauration d’un Big Brother en charge de traquer sur internet les propos racistes, ce n’est ni plus ni moins la surveillance généralisée du peuple Français que Cindy préconise. Elle ne s’en rend peut être pas compte, mais est-ce une excuse pour autant ?

La surveillance de l’internet, si l’on s’en réfère aux propos de Cindy Léoni, est déjà l’une des missions dont s’est saisi SOS Racisme. Mais voilà : la tache est « titanesque », et comme le souligne pernicieusement le journaliste qui l’interroge, il est impossible de faire cela « à la main ». Cindy en convient, et en rajoute une couche : même en s’appuyant sur un vaste réseau de dénonciateurs (une tradition Française), pas moyen d’en venir à bout.

Que Cindy se rassure : la France, dans sa bienveillance, a su mettre au point des technologies suceptibles de surveiller une nation toute entière et de traquer sans répis les dissidents. Pétain en a rêvé, Amesys l’a fait. Peut importe que ceux-ci soient des opposants Lybiens sous Kadhafi, des militants des droits de l’homme Tunisiens sous Ben Ali ou des racistes Français sous Hollande, tout cela n’est qu’une question de paramétrage.

Evidemment, on sera invité à demander des comptes à SOS Racisme au cas – tellement improbable – où ceux contre lesquels elle lutte arriveraient au pouvoir en France, et modifieraient quelque peu le paramétrage du Big Brother voulu par SOS Racisme afin de surveiller autre chose.

Merci Cindy. Le Changement, c’est violent. Ceci dit, plus de doute, c’est maintenant.

1984, avec trois décennies de retard.

Rassurons nous, le réseau internet Français n’est pas encore prêt à être mis intégralement sous écoute. Il faudra pour cela en modifier de façon significativement l’architecture. C’est d’ailleurs le sens de la proposition 25 du rapport Bockel – signe que la remarque de Cindy s’inscrit dans une certaine cohérence en matière de politique du cyberespace national.

Une fois ces rectifications faites et les recommandations de Jean-Marie Bockel mises en application, on pourra enfin mettre la totalité de population française sous écoute, afin de traquer tout propos raciste en vu de le sanctionner. Pas d’affolement, étant donné la quantité d’infractions anticipée, le plus simple sera d’adjoindre à la surveillance un brin de censure – ce que préconise et met en œuvre dès à présent SOS Racisme. Ca tombe bien, ces technologies – surveillance et censure – sont faites pour fonctionner ensemble. Ca n’a donné aucun résultat probant jusqu’ici, raison de plus pour continuer dans le cyberespace, non ?

S’attaquer au racisme comme on fait le ménage : en mettant la poussière sous le tapis et en espérant que cela passera inaperçu ? On fait ça depuis trente ans, et ça commence à se voir.

Peut-être est il temps d’innover ?

Billets en relation :

flattr this!

]]>
Aurora : et si c’était pas les hackers chinois ?http://reflets.info/?p=21754http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20120924_175505_Aurora___et_si_c___etait_pas_les_hackers_chinois__Mon, 24 Sep 2012 15:55:05 +0000On s’en doutait, l’Opération Aurora (également désignée comme l’attaque Hydraq, du nom du trojan), n’était pas un cas isolé. Symantec s’est chargé de surveiller et de détecter des mécanismes similaires afin de comprendre à posteriori cette attaque.Trois ans après la déclaration publique de Google, cible de cette attaque, Hydraq continue son bonhomme de chemin et appelle encore d’autant plus de questions. En trame de fond, nous allons nous questionner sur le business de certaines sociétés du milieu de la sécurité informatique, même si rien ne semble les associer directement, si ce n’est la pléthore de vulnérabilités 0day employées dans le cadre de l’Opération Aurora.

Mesurer les effets d’une attaque, c’est long, mais nécessaire

On peut mesurer l’impact d’une attaque informatique selon diverses variables. Certaines sont plus ou moins objectives. Le préjudice financier causé par une attaque ne peut à lui seul constituer un critère objectif, le nombre de machines infectées non plus. En revanche, la durée dans le temps, la « persistance » d’une attaque, est un critère particulièrement intéressant. Les cibles, elles aussi, peuvent nous renseigner sur la nature, les motivations ou les auteurs présumés.

Aujourd’hui, les attaques sérieuses sont toujours complexes à analyser « à chaud ». Les méthodes d’analyse, la complexité de ces attaques et surtout le fait que certaines passent dans des giga de trafic légitime, obligent les analystes à collecter un maximum de trafic malicieux pour tenter de comprendre :

  • les mécanismes d’infection ;
  • les éventuels mécanismes polymorphiques de propagation ;
  • l’évolution des techniques d’exploitation conduisant à la compromission.

Trouver un coupable, nous l’avons vu avec Aurora, Stuxnet, Flame ou Gauss n’est pas des plus évident. Le code malveillant ainsi que le trafic portant l’attaque est anonymisé et chiffré, comprendre son fonctionnement dans le détail prend souvent plus de temps qu’il n’en faut à l’auteur de l’attaque pour la faire « muter ». Si les motivations d’une attaque finissent généralement par être connues après analyse des effets, des mois, voir des années après, débusquer les auteurs, en revanche, c’est une autre paire de manches.

Parmi les motivations les plus communes et pourtant les plus méconnues, il y a les motivations d’ordre économique. Dans ce domaine, il est difficile de demander aux victimes d’être transparentes. Les victimes craignent souvent que d’être la cible d’une attaque réussie, même partiellement, ne nuise à leur image de marque. Cependant aux USA, et de plus en plus en France, entreprises et administrations victimes commencent à se prêter au jeu de la transparence. Et que dire de cette transparence si ce n’est qu’elle est une condition à une réponse plus adaptée et plus rapide à ces attaques, à leur compréhension ?

Aurora, selon Symantec, ne serait pas terminée

Aurora, nous avons commencé à en entendre parler début 2010. L’attaque se serait déroulée pendant le second semestre 2009. Début septembre, Symantec publiait le fruit d’une longue analyse de plusieurs mois, ciblant le groupe présumé d’auteurs et les techniques qu’ils mettent en oeuvre, encore aujourd’hui, pour s’introduire sur des cibles de choix. Quand Google a brisé le silence, on parlait déjà en 2010 d’une trentaine de gros acteurs privés du secteur de la défense et des TIC, des ONG et des structures proches de mouvements de défense des droits de l’homme. Symantec affirme disposer d’éléments factuels qui indiquent que les auteurs d’Hydraq sont toujours en activité et qu’ils poursuivent leurs intrusions, généralement des attaques menées à très grande échelle, mais avec quelques petites nouveautés.

Une pluie de 0day…

Ce ne sont pas moins de huit 0day qui ont été utilisés dans le cadre des propagations d’Hydraq. Ça fait beaucoup, ça fait même trop pour certains experts qui désignent aussitôt des moyens d’une structure gouvernementale. Là encore, aucune certitude de trouver la main d’un gouvernement derrière l’Opération Aurora sur la simple constatation de l’utilisation de 8 vulnérabilités jusqu’alors inconnues… ça donne juste une indication très intéressante sur les moyens dont disposent les auteurs d’Hydraq, être puppetmaster d’Hydraq et mener des attaques de grande envergure (34 entreprises compromises sur une courte période et par des attaques utilisant le même mécanisme), c’est le travail d’une équipe à plein temps. Pour mener à bien ces attaques, le mode opératoire consiste en un simple email liant une page web contenant un script malicieux et exploitant un buffer overflow sur la CoolType.dll d’Acrobat Reader (CVE), ça c’était en 2009, la vulnérabilité a été patchée début 2010. Dans le temps, ce seront 7 autres 0day qui seront exploités pour l’inoculation du Trojan Hydraq. Voici en vrac les derniers 0day aujourd’hui connus et ayant été utilisés (révélés par les chercheurs de Symantec) pour inoculer Hydraq :

• Adobe Flash Player Object Type Confusion Remote Code Execution Vulnerability (CVE-2012-0779)
• Microsoft Internet Explorer Same ID Property Remote Code Execution Vulnerability (CVE-2012-1875)
• Microsoft XML Core Services Remote Code Execution Vulnerability (CVE-2012-1889)
• Adobe Flash Player Remote Code Execution Vulnerability (CVE-2012-1535)

mais pas de leak.

Que sont devenues les données dérobées par les auteurs de ces attaques ? Elles n’ont à notre connaissance pas été publiées, on en déduira que le groupe n’agit donc pas « for the lulz ». Aucun chantage financier n’a, à notre connaissance, été exercé sur les victimes. S’il y a des motivations économiques à ces attaques, on peut en conclure que nous sommes, peut-être, face à une affaire importante d’espionnage industriel. Les cibles, qui comptent quand même jusqu’à l’ordinateur personnel du Dalai Lama, ouvrent d’autres portes qui font converger les regards sur Pékin. Huit 0day pour accéder à des comptes Gmail de dissidents, ça fait quand même beaucoup. Pékin de son côté a toujours nié être à l’origine de ces attaques, déclarant qu’en chine, des milliers de machines et beaucoup d’entreprises avaient été victimes d’attaques similaires semblant émaner des USA. Wikileaks a de son côté publié des câbles diplomatiques qui pourraient confirmer la piste de nos fameux hackers chinois. Oui, mais…

Et si ce n’était pas un gouvernement ?

Et voici la question que personne ne semble _vouloir_ se poser : est il possible que ces attaques ne proviennent pas d’acteurs publics, mais d’acteurs privés ? Nous allons éviter de nous cacher derrière notre petit doigt, et répondre affirmativement à cette question. Oui il est parfaitement possible que des acteurs privés (nous entendons par là des sociétés et/ou des particuliers) soient à l’origine d’Aurora. L’espionnage politique est une chose, l’espionnage économique en est une autre. Si des sociétés commerciales et des particuliers peuvent ne sembler pas avoir grand intérêt à déployer autant de ressources, on peut envisager une autre explication.

Le hacker chinois, on le sait, est responsable de tous les maux sur Internet, il y a même un rapport parlementaire qui en atteste. Que ferait une organisation criminelle dont l’objectif serait de dérober des informations valant des dizaines ou des centaines de millions de dollars, notamment des secrets industriels ? Ne serait-elle pas tentée de faire accuser un coupable tout désigné… comme ce satané hacker Chinois ? pour le faire accuser, rien de plus simple, il suffit de s’en prendre à son ennemi juré, au pif quelques dignitaires tibétains et une ou deux ONG pour faire bonne figure et bien laisser des grosses traces bien visibles permettant d’affirmer que c’est la même équipe qui vise le PC Dalai Lama et les systèmes d’information de Boeing, Juniper ou Google.

Le concept d’une attaque ciblée comporte plusieurs avantages :

  • il est possible de cibler exactement qui on veut et donc par les cibles choisies de faire croire à peu près tout et n’importe quoi
  • ces attaques demeurent discrètes, moins voyantes que des infections de masse et passent souvent sous les radars des Firewall des ISP
  • si la loi du silence n’est pas brisée par une victime, alors le public n’en sait jamais rien.

Le business du 0day

Le législateur a toujours eu un peu de mal à appréhender les questions relatives à la sécurité informatique. Les intrusions, la divulgation de vulnérabilité (en full disclosure), le fait d’avoir contourné un dispositif de sécurité, le fait d’étudier le fonctionnement d’un logiciel en le reversant (c’est à dire en décompilant son binaire pour en étudier le code source) est lui aus