Autoblog de reflets.infohttp://reflets.info/http://reflets.info/ JO 2024 : Interdire la règle des jeux #25b44eba8-ac22-4e0f-8235-d9b47803e433http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240416_150951_JO_2024___Interdire_la_regle_des_jeux__2Tue, 16 Apr 2024 15:09:51 +0200

Les cyber-JO sous la surveillance d’Amnesty International

C’est en Nouvelle-Aquitaine dans la ville royale de Rochefort que L’ONG internationale a donné conférence pour exposer ses craintes en matière de surveillance de masse. Le match des cyber-JO de Paris s’arbitre aussi en province…

La sécurisation des JO, remise en question - © Reflets

Alors bien sûr le palais des congrès de Rochefort n’était pas plein à craquer. Nul doute qu’en matière d’intérêt à la cause du sport le stade rochelais Marcel Deflandre et ses 17.000 places auraient probablement attiré davantage de personnalités politiques. Il faut vous dire qu’à La Rochelle, on ne badine pas avec les évènements sportifs. Pour preuve, les dernières subventions allouées par la région, le département et les collectivités locales (50 % des 15 millions de travaux prévus), afin d’offrir aux supporters un stade au niveau du palmarès du club double champion d’Europe. Alors comprenez qu’ici, ces fumeuses histoires de JO parisien placé sous surveillance algorithmique, bof…

Moins nombreux qu'au stade rochelais, le public présent ce soir-là fut très attentif à la cause défendue par Amnesty International : Interdire la surveillance biométrique de masse avant, pendant, et après les JO. Une centaine de particuliers et deux courageux élus locaux s’étaient déplacés pour participer activement aux débats.

Nous avons profité de la présence de Katia Roux, Chargée de plaidoyer et responsable des technologies et droits humains au sein d’Amnesty, pour aborder le thème de la cybersurveillance en avant-propos de cette conférence. L’interview aurait pu durer des heures tant le sujet est vaste et tant sa connaissance du sujet s'avère étendue, mais nous nous sommes bornés à lui poser quelques questions faciles et sans importances, du genre : « Et si la partie était déjà...

]]>

Les cyber-JO sous la surveillance d’Amnesty International

C’est en Nouvelle-Aquitaine dans la ville royale de Rochefort que L’ONG internationale a donné conférence pour exposer ses craintes en matière de surveillance de masse. Le match des cyber-JO de Paris s’arbitre aussi en province…

La sécurisation des JO, remise en question - © Reflets

Alors bien sûr le palais des congrès de Rochefort n’était pas plein à craquer. Nul doute qu’en matière d’intérêt à la cause du sport le stade rochelais Marcel Deflandre et ses 17.000 places auraient probablement attiré davantage de personnalités politiques. Il faut vous dire qu’à La Rochelle, on ne badine pas avec les évènements sportifs. Pour preuve, les dernières subventions allouées par la région, le département et les collectivités locales (50 % des 15 millions de travaux prévus), afin d’offrir aux supporters un stade au niveau du palmarès du club double champion d’Europe. Alors comprenez qu’ici, ces fumeuses histoires de JO parisien placé sous surveillance algorithmique, bof…

Moins nombreux qu'au stade rochelais, le public présent ce soir-là fut très attentif à la cause défendue par Amnesty International : Interdire la surveillance biométrique de masse avant, pendant, et après les JO. Une centaine de particuliers et deux courageux élus locaux s’étaient déplacés pour participer activement aux débats.

Nous avons profité de la présence de Katia Roux, Chargée de plaidoyer et responsable des technologies et droits humains au sein d’Amnesty, pour aborder le thème de la cybersurveillance en avant-propos de cette conférence. L’interview aurait pu durer des heures tant le sujet est vaste et tant sa connaissance du sujet s'avère étendue, mais nous nous sommes bornés à lui poser quelques questions faciles et sans importances, du genre : « Et si la partie était déjà...

]]>
Le juteux marché de l'aide à la recherche d'emploi 7d301ffc-f098-4052-a1cb-f88d86446e36http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240415_105234_Le_juteux_marche_de_l_aide_a_la_recherche_d_emploi_Mon, 15 Apr 2024 10:52:34 +0200

France Travail : 559 millions euros de prestations externalisées

Alors que le gouvernement souhaite à nouveau durcir l'accès à l'assurance chômage, les services publics dépensent chaque année des centaines de millions d'euros dans la sous-traitance de l'accompagnement des plus précaires à des entreprises privées.

Une drôle de privatisation du rôle de France Travail

Tout est bon pour occuper les 15 à 20 heures d'activité hebdomadaires des nouveaux allocataires du Revenu de solidarité active (RSA) : « Actions pour favoriser l'estime et la confiance en soi » dans le Loir-et-Cher, « remobilisation et savoir-être » dans l'Allier, « accompagnement des bénéficiaires du RSA en santé mentale » dans la Manche... Une aubaine pour certaines entreprises qui décrochent des appels d'offres à plusieurs centaines de milliers d'euros. Ces marchés ont été publiés ces dernières semaines par plusieurs conseils départementaux. Depuis le 1er mars, le nombre de départements à expérimenter la réforme du RSA est passé de 18 à 47, avant sa généralisation en 2025.

Parmi eux : le Loir-et-Cher, dont l'appel d'offres comprend trois lots d'une valeur hors taxes estimée à plus de 420.000 pour quatre ans. Dans un mail adressé à Reflets, la Manche évalue quant à elle à près de 640.000 le coût des actions menées dans le cadre plus global du « réseau pour l'emploi ». L’État en finance la moitié. Ces marchés représentent une manne pour les sociétés spécialisées dans l'orientation, l'accompagnement et l'évolution professionnelle. Avec l'entrée en vigueur de la loi « plein emploi » en décembre 2023, « Nous craignons une augmentation de la sous-traitance voire même qu'elle se substitue, en partie, à notre propre intervention », lâche Natalia Jourdin, déléguée syndicale FO à France Travail (ex Pôle emploi).

... ]]>

France Travail : 559 millions euros de prestations externalisées

Alors que le gouvernement souhaite à nouveau durcir l'accès à l'assurance chômage, les services publics dépensent chaque année des centaines de millions d'euros dans la sous-traitance de l'accompagnement des plus précaires à des entreprises privées.

Une drôle de privatisation du rôle de France Travail

Tout est bon pour occuper les 15 à 20 heures d'activité hebdomadaires des nouveaux allocataires du Revenu de solidarité active (RSA) : « Actions pour favoriser l'estime et la confiance en soi » dans le Loir-et-Cher, « remobilisation et savoir-être » dans l'Allier, « accompagnement des bénéficiaires du RSA en santé mentale » dans la Manche... Une aubaine pour certaines entreprises qui décrochent des appels d'offres à plusieurs centaines de milliers d'euros. Ces marchés ont été publiés ces dernières semaines par plusieurs conseils départementaux. Depuis le 1er mars, le nombre de départements à expérimenter la réforme du RSA est passé de 18 à 47, avant sa généralisation en 2025.

Parmi eux : le Loir-et-Cher, dont l'appel d'offres comprend trois lots d'une valeur hors taxes estimée à plus de 420.000 pour quatre ans. Dans un mail adressé à Reflets, la Manche évalue quant à elle à près de 640.000 le coût des actions menées dans le cadre plus global du « réseau pour l'emploi ». L’État en finance la moitié. Ces marchés représentent une manne pour les sociétés spécialisées dans l'orientation, l'accompagnement et l'évolution professionnelle. Avec l'entrée en vigueur de la loi « plein emploi » en décembre 2023, « Nous craignons une augmentation de la sous-traitance voire même qu'elle se substitue, en partie, à notre propre intervention », lâche Natalia Jourdin, déléguée syndicale FO à France Travail (ex Pôle emploi).

... ]]>
JO 2024 : le prétexte sécuritaire #1100baa1f-d3bf-40e3-8fda-69ece18747e0http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240411_105104_JO_2024___le_pretexte_securitaire__1Thu, 11 Apr 2024 10:51:04 +0200

Une occasion idéale pour répondre aux différents besoins de l’État

Issu d'une étroite collaboration entre la filière industrielle sécuritaire et le ministère de l'Intérieur, un programme en vue des JO 2024 a permis de tester en dehors de tout contrôle démocratique une centaine de dispositifs. Que contient ce programme, quelles innovations ont été testées, et par quelles stratégies l'industrie de sécurité s'organise-t-elle pour déployer ses produits dans notre quotidien ? Réponses dans cette série d'articles.

À Milipol, l'État fait la démonstration de son savoir-faire - © Reflets

L’artiste auteur de l’affiche officielle des JO 2024 dévoilée le 4 mars semble avoir voulu intégrer dans son œuvre tous les symboles possibles de cette 33ème olympiade. Dans un décor joyeux et haut en couleur — censé représenter tous les lieux des sites de compétitions olympiques —, les citoyens et sportifs sont mélangés et disséminés dans de somptueux gradins, amphithéâtres et terrains de jeux animés, où s’entremêlent des ponts et des édifices majestueux entourés de quelques luxuriants jardins à la française. L’eau, représentée à la fois par la Seine et l’océan, occupe presque un quart de l’illustration, exprimant un sentiment de douceur et d’apaisement. L’univers artistique est indiscutablement féérique, presque poétique. Mais il subsiste une ombre importante au tableau. On ne trouve pas la moindre trace des 35.000 policiers, 18.000 agents de sécurité privée, ou des 10.000 soldats de l’opération Sentinelle qui seront déployés chaque jour de compétition. Aucun périmètre de sécurité antiterroriste comme le prévoit la Loi SILT, d’escadrons de CRS en action, d’équipes du GIGN, de la BRI ou du RAID n’apparaissent. Ni caméras de vidéosurveillance ou hélicoptères, ni tireurs d'élite en stationnaire, ni drones, ni même le moindre petit centre de commande n'ont été représentés.

En se portant candidat et en remportant l’organisation de ces jeux, l’État français s’est lui-même créé un défi sécuritaire titanesque : 15 millions de visiteurs attendus dont 1 à 2 millions d’...

]]>

Une occasion idéale pour répondre aux différents besoins de l’État

Issu d'une étroite collaboration entre la filière industrielle sécuritaire et le ministère de l'Intérieur, un programme en vue des JO 2024 a permis de tester en dehors de tout contrôle démocratique une centaine de dispositifs. Que contient ce programme, quelles innovations ont été testées, et par quelles stratégies l'industrie de sécurité s'organise-t-elle pour déployer ses produits dans notre quotidien ? Réponses dans cette série d'articles.

À Milipol, l'État fait la démonstration de son savoir-faire - © Reflets

L’artiste auteur de l’affiche officielle des JO 2024 dévoilée le 4 mars semble avoir voulu intégrer dans son œuvre tous les symboles possibles de cette 33ème olympiade. Dans un décor joyeux et haut en couleur — censé représenter tous les lieux des sites de compétitions olympiques —, les citoyens et sportifs sont mélangés et disséminés dans de somptueux gradins, amphithéâtres et terrains de jeux animés, où s’entremêlent des ponts et des édifices majestueux entourés de quelques luxuriants jardins à la française. L’eau, représentée à la fois par la Seine et l’océan, occupe presque un quart de l’illustration, exprimant un sentiment de douceur et d’apaisement. L’univers artistique est indiscutablement féérique, presque poétique. Mais il subsiste une ombre importante au tableau. On ne trouve pas la moindre trace des 35.000 policiers, 18.000 agents de sécurité privée, ou des 10.000 soldats de l’opération Sentinelle qui seront déployés chaque jour de compétition. Aucun périmètre de sécurité antiterroriste comme le prévoit la Loi SILT, d’escadrons de CRS en action, d’équipes du GIGN, de la BRI ou du RAID n’apparaissent. Ni caméras de vidéosurveillance ou hélicoptères, ni tireurs d'élite en stationnaire, ni drones, ni même le moindre petit centre de commande n'ont été représentés.

En se portant candidat et en remportant l’organisation de ces jeux, l’État français s’est lui-même créé un défi sécuritaire titanesque : 15 millions de visiteurs attendus dont 1 à 2 millions d’...

]]>
Reflets wants you ! 3a775e8b-c060-4625-b0a1-b036eaf2d366http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240410_111713_Reflets_wants_you___Wed, 10 Apr 2024 11:17:13 +0200

Dessous Choc #18

Pour que nous puissions continuer à vous informer de manière libre et indépendante, soutenez le financement de nos nouveaux outils d’aide à l’investigation. Dans ce numéro de Dessous Choc, Antoine Champagne, le rédacteur en chef de Reflets nous explique, dans le détail, le sens de cette campagne exceptionnelle d’appel aux dons.

Très concrètement, nous avons besoin d’investir dans un nouveau serveur, beaucoup plus puissant ; de salarier quelqu’un pour assurer sa maintenance, sans parler des autres frais (hébergement ou juridique). Au total, cela représente un budget de plus de 60 000 euros dont 20.000 ont déjà été prélevés sur les fonds propres de Reflets… Il nous reste donc 40.000 euros à trouver.

Ce nouveau matériel nous permettra non seulement d’engranger encore plus de données sensibles sur ce serveur, de les indexer grâce à nos logiciels pour pouvoir faire de la corrélation. Mais aussi, pourquoi pas, de mettre en commun ces documents avec d’autres médias d’investigation comme nous l'avons fait avec StreetPress et Blast pour les DeahiLeaks. Sans nos outils les DrahiLeaks n'auraient pas donné lieu à une telle série d'enquêtes.

Pour qu’une information libre et indépendante, portant sur des sujets d’intérêt général, ne soit pas écrasée par les artifices de la communication, vous avez les cartes en mains ! Aidez-nous à la mesure de vos moyens. Chaque don compte !

Participez à notre cagnotte sur J’aime l’Info

]]>

Dessous Choc #18

Pour que nous puissions continuer à vous informer de manière libre et indépendante, soutenez le financement de nos nouveaux outils d’aide à l’investigation. Dans ce numéro de Dessous Choc, Antoine Champagne, le rédacteur en chef de Reflets nous explique, dans le détail, le sens de cette campagne exceptionnelle d’appel aux dons.

Très concrètement, nous avons besoin d’investir dans un nouveau serveur, beaucoup plus puissant ; de salarier quelqu’un pour assurer sa maintenance, sans parler des autres frais (hébergement ou juridique). Au total, cela représente un budget de plus de 60 000 euros dont 20.000 ont déjà été prélevés sur les fonds propres de Reflets… Il nous reste donc 40.000 euros à trouver.

Ce nouveau matériel nous permettra non seulement d’engranger encore plus de données sensibles sur ce serveur, de les indexer grâce à nos logiciels pour pouvoir faire de la corrélation. Mais aussi, pourquoi pas, de mettre en commun ces documents avec d’autres médias d’investigation comme nous l'avons fait avec StreetPress et Blast pour les DeahiLeaks. Sans nos outils les DrahiLeaks n'auraient pas donné lieu à une telle série d'enquêtes.

Pour qu’une information libre et indépendante, portant sur des sujets d’intérêt général, ne soit pas écrasée par les artifices de la communication, vous avez les cartes en mains ! Aidez-nous à la mesure de vos moyens. Chaque don compte !

Participez à notre cagnotte sur J’aime l’Info

]]>
Méandres ou la rivière inventée00bb7754-b09a-4bb4-b470-8ba0f24ed680http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240408_105921_Meandres_ou_la_riviere_inventeeMon, 08 Apr 2024 10:59:21 +0200

Interview de Marie Lusson, sociologue des sciences et autrice de documentaire

S'appuyant sur le travail de thèse de Marie Lusson, notre précédant article questionnait les pratiques de restauration écologique des écosystèmes endommagés. En 2023 et dans la suite de son travail, elle a publié un documentaire qui continue d'explorer notre rapport à la nature qui nous entoure. Entretien.

L'Hérault, grand acteur du documentaire, à la tombée de la nuit. - © Marie Lusson

Notre article, « Au chevet des rivières », faisait le constat d'une nature fracassée, de mondes disparus et de l'illusion du retour en arrière. Il montrait les tâtonnements des écologues et des entrepreneurs de restauration, d'une science de la restauration « en train de se faire », d'une prise de conscience politique encore loin des enjeux.

Depuis l'obtention de sa thèse en 2021, Marie Lusson n'a pas lâché son sujet d'étude et y a donné une nouvelle impulsion. En 2023, elle publie un documentaire intitulé « Méandres ou la rivière inventée ». Un documentaire qui embarque le spectateur sur un radeau lancé à la descente du fleuve Hérault. Un film onirique, ouvrant une fenêtre sur de nouveaux univers en s'appuyant sur le travail des scientifiques de terrains, véritables explorateurs de cette nouvelle science dont nous avons tant besoin.

Pour continuer à creuser ces questions, nous sommes allés à sa rencontre. Interview.

Se laisser embarquer dans un voyage, plus proche et plus en connexion avec nos écosystèmes. - Marie Lusson
Se laisser embarquer dans un voyage, plus proche et plus en connexion avec nos écosystèmes. - Marie Lusson

Reflets : Depuis l'obtention de ta thèse en 2021, tu n'as pas chômé. En 2023, tu publies un documentaire: «Méandres ou la rivière imaginée ». Ce n'est pas une chose courante qu'une doctorante prolonge ses recherches par la publication d'un documentaire. Tu nous en dis un peu plus sur tes intentions derrière ce projet ?

Marie Lusson : Pour être reconnu par ses pairs, un...

]]>

Interview de Marie Lusson, sociologue des sciences et autrice de documentaire

S'appuyant sur le travail de thèse de Marie Lusson, notre précédant article questionnait les pratiques de restauration écologique des écosystèmes endommagés. En 2023 et dans la suite de son travail, elle a publié un documentaire qui continue d'explorer notre rapport à la nature qui nous entoure. Entretien.

L'Hérault, grand acteur du documentaire, à la tombée de la nuit. - © Marie Lusson

Notre article, « Au chevet des rivières », faisait le constat d'une nature fracassée, de mondes disparus et de l'illusion du retour en arrière. Il montrait les tâtonnements des écologues et des entrepreneurs de restauration, d'une science de la restauration « en train de se faire », d'une prise de conscience politique encore loin des enjeux.

Depuis l'obtention de sa thèse en 2021, Marie Lusson n'a pas lâché son sujet d'étude et y a donné une nouvelle impulsion. En 2023, elle publie un documentaire intitulé « Méandres ou la rivière inventée ». Un documentaire qui embarque le spectateur sur un radeau lancé à la descente du fleuve Hérault. Un film onirique, ouvrant une fenêtre sur de nouveaux univers en s'appuyant sur le travail des scientifiques de terrains, véritables explorateurs de cette nouvelle science dont nous avons tant besoin.

Pour continuer à creuser ces questions, nous sommes allés à sa rencontre. Interview.

Se laisser embarquer dans un voyage, plus proche et plus en connexion avec nos écosystèmes. - Marie Lusson
Se laisser embarquer dans un voyage, plus proche et plus en connexion avec nos écosystèmes. - Marie Lusson

Reflets : Depuis l'obtention de ta thèse en 2021, tu n'as pas chômé. En 2023, tu publies un documentaire: «Méandres ou la rivière imaginée ». Ce n'est pas une chose courante qu'une doctorante prolonge ses recherches par la publication d'un documentaire. Tu nous en dis un peu plus sur tes intentions derrière ce projet ?

Marie Lusson : Pour être reconnu par ses pairs, un...

]]>
Citoyens, c’est la guerre !5a2ab419-637e-4aa3-8640-af6e20e79b92http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240403_191053_Citoyens__c___est_la_guerre__Wed, 03 Apr 2024 19:10:53 +0200

Mais pas celle que vous croyez

Les princes qui nous gouvernent enchaînent les échecs économiques. Mais leur égo étant ce qu’il est, impossible pour eux de se remettre en question. Un ministre qui a plus de facilités à filer la métaphore sur les anus – le fameux renflement brun- qu’à mettre en œuvre des politiques macro-économiques a donc annoncé une guerre contre les plus faibles. C’est un choix de société qui devrait inquiéter tout le monde, y compris les classes les plus élevées de la population.

Le ministre de l'Économie n'est pas très au point en macro-économie

Ceux parmi vous qui ont suivi nos enquêtes sur les DrahiLeaks le savent, « la fin de l’insouciance, la fin de l’abondance » annoncées par Emmanuel Macron en août 2022 c’est pour les autres. Pas question pour le président de se l’appliquer à lui-même ou mieux, de demander à ses amis milliardaires ou chefs d’entreprises de prendre en compte ce nouveau paradigme. De fait, un peu moins de deux ans plus tard, le président a validé l’idée que deux de ses costumes voyagent sur un siège dédié, en première classe, pour aller l’attendre au Brésil. Alors que ses costumes volaient à 10.000 mètres d’altitude dans un confort de première classe, son gouvernement officialisait une guerre initiée il y a plusieurs millénaires contre les plus démunis, contre les plus faibles. L’abondance, l’insouciance, ce ne peut pas être pour tout le monde. Pour que certains puissent continuer à en profiter, il faut que d’autres se serrent la ceinture. Les classes les plus privilégiées, le « système » (lire également ici) est en guerre contre les autres. Pour la mener, le « système » a un besoin impérieux des politiques, quel que soit leur bord. Démonstration par l’exemple…

Le monde dans lequel nous évoluons a brutalement changé au mitan des années 70. En privilégiant un certain nombre de postulats (comme le fait que les marchés financiers seraient efficients ou que l’économie devrait être « dérégulée », les pays développés ont lâché la bride et mis en place un environnement juridique permettant...

]]>

Mais pas celle que vous croyez

Les princes qui nous gouvernent enchaînent les échecs économiques. Mais leur égo étant ce qu’il est, impossible pour eux de se remettre en question. Un ministre qui a plus de facilités à filer la métaphore sur les anus – le fameux renflement brun- qu’à mettre en œuvre des politiques macro-économiques a donc annoncé une guerre contre les plus faibles. C’est un choix de société qui devrait inquiéter tout le monde, y compris les classes les plus élevées de la population.

Le ministre de l'Économie n'est pas très au point en macro-économie

Ceux parmi vous qui ont suivi nos enquêtes sur les DrahiLeaks le savent, « la fin de l’insouciance, la fin de l’abondance » annoncées par Emmanuel Macron en août 2022 c’est pour les autres. Pas question pour le président de se l’appliquer à lui-même ou mieux, de demander à ses amis milliardaires ou chefs d’entreprises de prendre en compte ce nouveau paradigme. De fait, un peu moins de deux ans plus tard, le président a validé l’idée que deux de ses costumes voyagent sur un siège dédié, en première classe, pour aller l’attendre au Brésil. Alors que ses costumes volaient à 10.000 mètres d’altitude dans un confort de première classe, son gouvernement officialisait une guerre initiée il y a plusieurs millénaires contre les plus démunis, contre les plus faibles. L’abondance, l’insouciance, ce ne peut pas être pour tout le monde. Pour que certains puissent continuer à en profiter, il faut que d’autres se serrent la ceinture. Les classes les plus privilégiées, le « système » (lire également ici) est en guerre contre les autres. Pour la mener, le « système » a un besoin impérieux des politiques, quel que soit leur bord. Démonstration par l’exemple…

Le monde dans lequel nous évoluons a brutalement changé au mitan des années 70. En privilégiant un certain nombre de postulats (comme le fait que les marchés financiers seraient efficients ou que l’économie devrait être « dérégulée », les pays développés ont lâché la bride et mis en place un environnement juridique permettant...

]]>
Le projet secret de Patrick Drahi pour rentabiliser ses investissements dans Sotheby’sd8e9e2e5-6cbe-4c24-9b96-624ed97031f0http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240325_160000_Le_projet_secret_de_Patrick_Drahi_pour_rentabiliser_ses_investissements_dans_Sotheby___sMon, 25 Mar 2024 16:00:00 +0100

Comment rembourser les 3,7 milliards dépensés

En s’offrant pour 3,7 milliards d’euros la maison de ventes aux enchères Sotheby’s, Patrick Drahi s’offre une stature internationale. Mais l’homme d'affaires a aussi un plan pour rentabiliser son investissement.

La maison de ventes aux enchères a ouvert de nouveaux horizons au milliardaire - © Caroline Varon

17 juin 2019, coup de tonnerre dans le milieu feutré de l’art : Patrick Drahi rachète la maison de ventes aux enchères Sotheby’s. Pour 3,7 milliards de dollars, le milliardaire s’ouvre une porte sur un monde très fermé. Déjà collectionneur, Patrick Drahi devient l’égal de François Pinault, propriétaire de Christie’s. En surpayant Sotheby's (qui ne dégage alors qu’un chiffre d’affaires de 1,04 milliard de dollars et un bénéfice net de 109 millions), il s’offre surtout un carnet d’adresse et une stature internationale. Mais même si l'achat est très largement affaire de prestige, l'homme d'affaire prépare en coulisse un plan pour rentabiliser, à terme, l'investissement.

Sotheby's à Londres - Zeisterre - Wikipedia
Sotheby's à Londres - Zeisterre - Wikipedia

Comme toujours, avec Patrick Drahi, le montage financier pour racheter Sotheby’s est assez complexe. Pour la galerie, une présentation simplifiée à été livrée aux médias. Le milliardaire explique investir « aux côtés de sa famille ». Il offre aux actionnaires une prime de 61 % sur le cours de l’action (par rapport à son plus haut de l’année 2019) en les achetant 57 dollars. Le financement repose sur de la dette (principalement BNP Paribas) et 400 millions en fonds propres qu'il récupère en cédant avant fin 2019 environ 2,5 % d’Altice USA.

En réalité, pour racheter Sotheby’s, Patrick Drahi et ses conseils habituels vont mettre en place un plan d’ingénierie financière complexe. Un document du cabinet d'avocats et de fiscalistes Mayer...

]]>

Comment rembourser les 3,7 milliards dépensés

En s’offrant pour 3,7 milliards d’euros la maison de ventes aux enchères Sotheby’s, Patrick Drahi s’offre une stature internationale. Mais l’homme d'affaires a aussi un plan pour rentabiliser son investissement.

La maison de ventes aux enchères a ouvert de nouveaux horizons au milliardaire - © Caroline Varon

17 juin 2019, coup de tonnerre dans le milieu feutré de l’art : Patrick Drahi rachète la maison de ventes aux enchères Sotheby’s. Pour 3,7 milliards de dollars, le milliardaire s’ouvre une porte sur un monde très fermé. Déjà collectionneur, Patrick Drahi devient l’égal de François Pinault, propriétaire de Christie’s. En surpayant Sotheby's (qui ne dégage alors qu’un chiffre d’affaires de 1,04 milliard de dollars et un bénéfice net de 109 millions), il s’offre surtout un carnet d’adresse et une stature internationale. Mais même si l'achat est très largement affaire de prestige, l'homme d'affaire prépare en coulisse un plan pour rentabiliser, à terme, l'investissement.

Sotheby's à Londres - Zeisterre - Wikipedia
Sotheby's à Londres - Zeisterre - Wikipedia

Comme toujours, avec Patrick Drahi, le montage financier pour racheter Sotheby’s est assez complexe. Pour la galerie, une présentation simplifiée à été livrée aux médias. Le milliardaire explique investir « aux côtés de sa famille ». Il offre aux actionnaires une prime de 61 % sur le cours de l’action (par rapport à son plus haut de l’année 2019) en les achetant 57 dollars. Le financement repose sur de la dette (principalement BNP Paribas) et 400 millions en fonds propres qu'il récupère en cédant avant fin 2019 environ 2,5 % d’Altice USA.

En réalité, pour racheter Sotheby’s, Patrick Drahi et ses conseils habituels vont mettre en place un plan d’ingénierie financière complexe. Un document du cabinet d'avocats et de fiscalistes Mayer...

]]>
AMI, la société qui encaissait des commissions sur les contrats entre Altice et ses fournisseurs2c4799c5-a642-42aa-a8a2-32dbe7627d52http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240325_150000_AMI__la_societe_qui_encaissait_des_commissions_sur_les_contrats_entre_Altice_et_ses_fournisseursMon, 25 Mar 2024 15:00:00 +0100

Jusqu’à 10% des factures

Certains fournisseurs du groupe Altice ont versé des commissions à une filiale du groupe, en échange de prestations dont on n’a pas trouvé trace. Le système a été interrompu en 2018 à la demande du service juridique d’Altice.

AMI, l'amie du groupe - © Caroline Varon

En ce mois de mars, les giboulées sont déjà de sortie. Chez Altice, on les prend pleine face. Le 14, le groupe du milliardaire Patrick Drahi annonce la cession prochaine de BFMTV et RMC à Rodolphe Saadé, le magnat franco-libanais à la tête de CMA-CGM, géant du transport maritime et de la logistique. Six jours plus tôt, l’agence Bloomberg, spécialisée dans la finance a révélé l’ouverture par le Parquet national fiancier (PNF) d’une enquête préliminaire qui vise Altice. Elle cible des faits de « corruption de personnes n'exerçant pas de fonction publique, [de] blanchiment et [de] recel de ces délits ».

Le PNF se demande si le groupe de Telecom n’a pas, en France, mis en place un système similaire à celui révélé par la justice portugaise. Les enquêteurs lusitaniens reprochent notamment au bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira, d’avoir imposé des sociétés de prestation appartenant à des proches dans les affaires du groupe. Ceux-ci lui auraient renvoyé l'ascenseur sous forme de rétributions financières, ou d'avantages en nature. L’affaire n’est pas encore jugée et Armando Pereira est toujours présumé innocent mais ses conséquences se font déjà sentir.

Quelques têtes sont tombées chez Altice, dont celle de Yossi Benchetrit, directeur des achats d’Altice USA et gendre d’Armando Pereira. (Lire tous nos articles sur Armando Pereira) De son côté Patrick Drahi nie avoir eu connaissance de ces pratiques. Il s’affirme « trahi ». Mais pouvait-il vraiment ignorer les...

]]>

Jusqu’à 10% des factures

Certains fournisseurs du groupe Altice ont versé des commissions à une filiale du groupe, en échange de prestations dont on n’a pas trouvé trace. Le système a été interrompu en 2018 à la demande du service juridique d’Altice.

AMI, l'amie du groupe - © Caroline Varon

En ce mois de mars, les giboulées sont déjà de sortie. Chez Altice, on les prend pleine face. Le 14, le groupe du milliardaire Patrick Drahi annonce la cession prochaine de BFMTV et RMC à Rodolphe Saadé, le magnat franco-libanais à la tête de CMA-CGM, géant du transport maritime et de la logistique. Six jours plus tôt, l’agence Bloomberg, spécialisée dans la finance a révélé l’ouverture par le Parquet national fiancier (PNF) d’une enquête préliminaire qui vise Altice. Elle cible des faits de « corruption de personnes n'exerçant pas de fonction publique, [de] blanchiment et [de] recel de ces délits ».

Le PNF se demande si le groupe de Telecom n’a pas, en France, mis en place un système similaire à celui révélé par la justice portugaise. Les enquêteurs lusitaniens reprochent notamment au bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira, d’avoir imposé des sociétés de prestation appartenant à des proches dans les affaires du groupe. Ceux-ci lui auraient renvoyé l'ascenseur sous forme de rétributions financières, ou d'avantages en nature. L’affaire n’est pas encore jugée et Armando Pereira est toujours présumé innocent mais ses conséquences se font déjà sentir.

Quelques têtes sont tombées chez Altice, dont celle de Yossi Benchetrit, directeur des achats d’Altice USA et gendre d’Armando Pereira. (Lire tous nos articles sur Armando Pereira) De son côté Patrick Drahi nie avoir eu connaissance de ces pratiques. Il s’affirme « trahi ». Mais pouvait-il vraiment ignorer les...

]]>
L’ex conseiller juridique de Patrick Drahi déballe les magouilles de son patrond9b8adbf-3053-41b8-93e3-39f4dd801490http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240325_140000_L___ex_conseiller_juridique_de_Patrick_Drahi_deballe_les_magouilles_de_son_patronMon, 25 Mar 2024 14:00:00 +0100

Fraude fiscale et faux prêts

Dans un long courrier, l’ex-conseiller juridique de Patrick Drahi accuse l’homme d'affaires d’organiser la fraude fiscale de certains de ses lieutenants. Il est bien placé pour connaître la combine puisqu’il en a lui même été bénéficiaire.

Michel Matas met en cause Patrick Drahi - © Caroline Varon

La lettre recommandée qu’il décachette, en cette fin mars 2021, plonge Patrick Drahi dans une colère noire. L’homme d’affaire voit derrière la mise en demeure qui vient d’échouer dans sa boîte aux lettres une tentative de chantage de l’ancien conseiller juridique de son groupe, rien de moins. Il jure qu’il ne cédera pas… Et pourtant il va céder et signer un accord confidentiel assorti d’un joli dédommagement pour échapper à un grand déballage devant les tribunaux.

Au fil des 4 pages de cette mise en demeure, repêchées par Reflets, StreetPress et Blast dans les DrahiLeaks, Michel Matas retrace son parcours professionnel dans l’entreprise. De 2000 à 2004, il est l’avocat de Patrick Drahi «dans les dossier télécoms». Le 19 juillet 2005, il entre au service exclusif de Patrick Drahi et devient son conseiller juridique principal. La rémunération est des plus confortables : un fixe annuel de 130.000 euros (hors taxes) auquel peut s’ajouter jusqu’à 50.000 euros de «variable».

Première page du courrier de Michel Matas à Patrick Drahi - Copie d'écran - © Reflets
Première page du courrier de Michel Matas à Patrick Drahi - Copie d'écran - Reflets

Mais surtout le deal inclut une prime de 600.000 euros si Michel dépasse les cinq ans au service de Drahi et qu’il va encaisser en plusieurs fois. «Les modalités de versement de cette prime étaient explicitement mentionnées, sur ta proposition, “selon des modalités fiscales à déterminer” car tu m’avais expliqué à l’époque qu’un versement en Suisse éviterait tout impôt mais qu’on ne pouvait pas l’écrire comme ça»,...

]]>

Fraude fiscale et faux prêts

Dans un long courrier, l’ex-conseiller juridique de Patrick Drahi accuse l’homme d'affaires d’organiser la fraude fiscale de certains de ses lieutenants. Il est bien placé pour connaître la combine puisqu’il en a lui même été bénéficiaire.

Michel Matas met en cause Patrick Drahi - © Caroline Varon

La lettre recommandée qu’il décachette, en cette fin mars 2021, plonge Patrick Drahi dans une colère noire. L’homme d’affaire voit derrière la mise en demeure qui vient d’échouer dans sa boîte aux lettres une tentative de chantage de l’ancien conseiller juridique de son groupe, rien de moins. Il jure qu’il ne cédera pas… Et pourtant il va céder et signer un accord confidentiel assorti d’un joli dédommagement pour échapper à un grand déballage devant les tribunaux.

Au fil des 4 pages de cette mise en demeure, repêchées par Reflets, StreetPress et Blast dans les DrahiLeaks, Michel Matas retrace son parcours professionnel dans l’entreprise. De 2000 à 2004, il est l’avocat de Patrick Drahi «dans les dossier télécoms». Le 19 juillet 2005, il entre au service exclusif de Patrick Drahi et devient son conseiller juridique principal. La rémunération est des plus confortables : un fixe annuel de 130.000 euros (hors taxes) auquel peut s’ajouter jusqu’à 50.000 euros de «variable».

Première page du courrier de Michel Matas à Patrick Drahi - Copie d'écran - © Reflets
Première page du courrier de Michel Matas à Patrick Drahi - Copie d'écran - Reflets

Mais surtout le deal inclut une prime de 600.000 euros si Michel dépasse les cinq ans au service de Drahi et qu’il va encaisser en plusieurs fois. «Les modalités de versement de cette prime étaient explicitement mentionnées, sur ta proposition, “selon des modalités fiscales à déterminer” car tu m’avais expliqué à l’époque qu’un versement en Suisse éviterait tout impôt mais qu’on ne pouvait pas l’écrire comme ça»,...

]]>
De la Suisse aux Caraïbes, visite guidée de l’immense patrimoine immobilier de Patrick Drahi48294841-5749-4495-889b-e1c6f8831cedhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240325_120000_De_la_Suisse_aux_Caraibes__visite_guidee_de_l___immense_patrimoine_immobilier_de_Patrick_DrahiMon, 25 Mar 2024 12:00:00 +0100

Des maisons aux quatre coins du monde

Des villas en Suisse et aux Caraïbes, d’immenses appartements à New York, Tel Aviv et Paris… Patrick Drahi s’est constitué un patrimoine immobilier gigantesque grâce aux banques, toujours disposées à lui prêter aux meilleures conditions.

Un point de chute sur chaque continent ? - © Caroline Varon

Avec 27 passeports (https://reflets.info/articles/pas-de-frontieres-pour-les-drahi-et-leurs-30-passeports) pour une famille composée de 6 membres, le monde est un terrain de jeu et chaque pays une case de Monopoly, sur laquelle il faut poser des maisons : de la Suisse à la petite île de Saint-Kitts-et-Nevis, en passant par les États-Unis, la France ou Israël, les Drahi se sont bâti un empire immobilier qui se joue des frontières. Les documents issus des DrahiLeaks permettent de faire le tour du propriétaire. Le voyage commence en Suisse, pays tranquille à la fiscalité si douce.

Un milliardaire qui a su rester simple (Suisse/Genève /Cologny)

En Suisse, sa patrie officielle, la famille Drahi s'est dans un premier temps établie à Cologny. Ici, dans la « banlieue » de Genève, les fortunes et les grands noms du capitalisme voisinent dans la discrétion et l’entre-soi, dans un panorama exceptionnel. Dans cet Eden avec vue sur le lac Léman, les demeures rivalisent de luxe. Chez les discrets agents immobiliers qui accompagnent les transactions, les prix s’affichent et se négocient en millions de francs suisses (CHF).

Patrick Drahi, lui, semble mener une vie « toute simple », presque modeste, pour ne pas écrire banale, si l’on en croit un article de Vanity Fair qui brossait en mai 2016 le portrait d’un milliardaire en quête de simplicité. « Il se murmure, dans les rues du village, que l’homme est un peu spécial", brosse Sophie des Déserts dans son article, [car]" il...

]]>

Des maisons aux quatre coins du monde

Des villas en Suisse et aux Caraïbes, d’immenses appartements à New York, Tel Aviv et Paris… Patrick Drahi s’est constitué un patrimoine immobilier gigantesque grâce aux banques, toujours disposées à lui prêter aux meilleures conditions.

Un point de chute sur chaque continent ? - © Caroline Varon

Avec 27 passeports (https://reflets.info/articles/pas-de-frontieres-pour-les-drahi-et-leurs-30-passeports) pour une famille composée de 6 membres, le monde est un terrain de jeu et chaque pays une case de Monopoly, sur laquelle il faut poser des maisons : de la Suisse à la petite île de Saint-Kitts-et-Nevis, en passant par les États-Unis, la France ou Israël, les Drahi se sont bâti un empire immobilier qui se joue des frontières. Les documents issus des DrahiLeaks permettent de faire le tour du propriétaire. Le voyage commence en Suisse, pays tranquille à la fiscalité si douce.

Un milliardaire qui a su rester simple (Suisse/Genève /Cologny)

En Suisse, sa patrie officielle, la famille Drahi s'est dans un premier temps établie à Cologny. Ici, dans la « banlieue » de Genève, les fortunes et les grands noms du capitalisme voisinent dans la discrétion et l’entre-soi, dans un panorama exceptionnel. Dans cet Eden avec vue sur le lac Léman, les demeures rivalisent de luxe. Chez les discrets agents immobiliers qui accompagnent les transactions, les prix s’affichent et se négocient en millions de francs suisses (CHF).

Patrick Drahi, lui, semble mener une vie « toute simple », presque modeste, pour ne pas écrire banale, si l’on en croit un article de Vanity Fair qui brossait en mai 2016 le portrait d’un milliardaire en quête de simplicité. « Il se murmure, dans les rues du village, que l’homme est un peu spécial", brosse Sophie des Déserts dans son article, [car]" il...

]]>
Les très chers et très polluants jets privés de Patrick Drahi6d9d8245-8f6a-4ccf-ba91-40ec5fa1c0c5http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240325_110000_Les_tres_chers_et_tres_polluants_jets_prives_de_Patrick_DrahiMon, 25 Mar 2024 11:00:00 +0100

Il s’est acheté le plus gros avion d’affaire du marché

Toujours plus haut : Patrick Drahi s’est offert le plus gros avion d’affaires du marché, pour la modique somme de 61,7 millions d’euros. Un joli coucou avec lequel il survole la planète dans tous les sens, générant au passage des milliers de tonnes de CO2.

Un jet pour s'envoler vers un ciel sans nuages ? - © Caroline Varon

Si l’on en croit les portraits publiés dans la presse, Patrick Drahi est un homme très simple. On peut le croiser à l’arrêt de bus, habillé très casual. S’il circule peut-être en bus quand il est en Suisse, pour ses déplacements dans le reste du monde c’est une autre histoire. La planète, l’homme d’affaires la survole, plusieurs fois par semaine, dans son jet privé. Son Bombardier Global 7500 est un monstre des airs - le plus gros appareil de l’aviation d’affaires en circulation. Prix d’achat? 61,7 millions de dollars.

Le jet de Patrick Drahi est rarement au garage. Pour les seuls cinq premiers mois de l’année 2022, il a effectué 56 vols sur quatre continents, note le magazine Complément d’enquête. Au total, l’appareil a avalé 128.000 kilomètres et émis 684 tonnes de CO2, soit plus de 70ans de rejets d'un Français moyen.

Les vols de Patrick Drahi en 2022 et 2023, avant qu'il n'interdise que son avion soit suivi - © Reflets
Les vols de Patrick Drahi en 2022 et 2023, avant qu'il n'interdise que son avion soit suivi - Reflets

Ce méga-jet n’est pas le premier avion de Patrick Drahi. Comme Reflets, puis Heidi News l’ont raconté, la société Manjet fondée par le milliardaire a acheté un Falcon 7X, puis un Bombardier 6500, tous deux revendus par la suite. Un autre appareil (un Challenger 3500, toujours chez Bombardier) devait être livré l’an dernier. Les documents des Drahileaks montrent par ailleurs que l’entreprise de Patrick Drahi supervise aussi les rotations et la gestion d’un Global 6500 appartenant à son bras droit Armando Pereira et d’un Global 3000. Ces avions...

]]>

Il s’est acheté le plus gros avion d’affaire du marché

Toujours plus haut : Patrick Drahi s’est offert le plus gros avion d’affaires du marché, pour la modique somme de 61,7 millions d’euros. Un joli coucou avec lequel il survole la planète dans tous les sens, générant au passage des milliers de tonnes de CO2.

Un jet pour s'envoler vers un ciel sans nuages ? - © Caroline Varon

Si l’on en croit les portraits publiés dans la presse, Patrick Drahi est un homme très simple. On peut le croiser à l’arrêt de bus, habillé très casual. S’il circule peut-être en bus quand il est en Suisse, pour ses déplacements dans le reste du monde c’est une autre histoire. La planète, l’homme d’affaires la survole, plusieurs fois par semaine, dans son jet privé. Son Bombardier Global 7500 est un monstre des airs - le plus gros appareil de l’aviation d’affaires en circulation. Prix d’achat? 61,7 millions de dollars.

Le jet de Patrick Drahi est rarement au garage. Pour les seuls cinq premiers mois de l’année 2022, il a effectué 56 vols sur quatre continents, note le magazine Complément d’enquête. Au total, l’appareil a avalé 128.000 kilomètres et émis 684 tonnes de CO2, soit plus de 70ans de rejets d'un Français moyen.

Les vols de Patrick Drahi en 2022 et 2023, avant qu'il n'interdise que son avion soit suivi - © Reflets
Les vols de Patrick Drahi en 2022 et 2023, avant qu'il n'interdise que son avion soit suivi - Reflets

Ce méga-jet n’est pas le premier avion de Patrick Drahi. Comme Reflets, puis Heidi News l’ont raconté, la société Manjet fondée par le milliardaire a acheté un Falcon 7X, puis un Bombardier 6500, tous deux revendus par la suite. Un autre appareil (un Challenger 3500, toujours chez Bombardier) devait être livré l’an dernier. Les documents des Drahileaks montrent par ailleurs que l’entreprise de Patrick Drahi supervise aussi les rotations et la gestion d’un Global 6500 appartenant à son bras droit Armando Pereira et d’un Global 3000. Ces avions...

]]>
Le yacht de Patrick Drahi navigue loin des impôts et du droit du travail6821e192-792b-4396-8984-337f8a243e5fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240325_100454_Le_yacht_de_Patrick_Drahi_navigue_loin_des_impots_et_du_droit_du_travailMon, 25 Mar 2024 10:04:54 +0100

Un bateau à 32 millions d’euros

Patrick Drahi était, jusqu’en 2022, propriétaire d’un superyacht acheté presque 32 millions d’euros. Mais même quand il est question de son budget vacances, l’homme d’affaires met en place des montages pour éviter les impôts et autres droits sociaux.

Le Quite Essential, un petit bateau, en toute simplicité - © Caroline Varon

Que faire lorsqu’on est milliardaire et que l’on possède déjà plusieurs résidences à travers la planète - chalets en Suisse, villa aux Caraïbes et appartement géant à New-York ? À la tête du groupe Altice (SFR, BFM...) et 13ème fortune de France, Patrick Drahi s’est d’abord offert son jet privé, comme il se doit. Après avoir conquis les airs, il a voulu la mer. Il a donc investi dans un superyacht.

Mais jouir d’un yacht revient à jeter l’argent par le hublot : équipages, assurances, carburant, entretien, etc., tout se facture et l’addition gonfle vite. Problème, l’homme aime autant les opérations juteuses que les économies. Heureusement, le patron de SFR est un fin navigateur fiscal. Un art dans lequel il excelle, les révélations des DrahiLeaks l’ont documenté.

Le Quite Essential en ballade... - Copie d'écran sur un site de promotion des superyachts
Le Quite Essential en ballade... - Copie d'écran sur un site de promotion des superyachts

Un luxe essentiel

Patrick Drahi a usé de toutes les astuces pour réduire les coûts de son somptueux yacht, conservé pendant une petite décennie, de 2013 à 2021. Originellement appelé Quinta Essentia – traduction latine du « 5e élément » – le bateau géant a été rebaptisé Quite Essential quand il l’a racheté en 2013.

Classé dans la catégorie des superyachts, c'est un palace flottant qui porte bien son nom : « tout à fait indispensable », en français. En réalité, il a bien plus que le nécessaire. Ses 55 mètres de long peuvent accueillir jusqu’à 12 passagers et 13 membres d’équipage. À bord, rien n’est trop beau...

]]>

Un bateau à 32 millions d’euros

Patrick Drahi était, jusqu’en 2022, propriétaire d’un superyacht acheté presque 32 millions d’euros. Mais même quand il est question de son budget vacances, l’homme d’affaires met en place des montages pour éviter les impôts et autres droits sociaux.

Le Quite Essential, un petit bateau, en toute simplicité - © Caroline Varon

Que faire lorsqu’on est milliardaire et que l’on possède déjà plusieurs résidences à travers la planète - chalets en Suisse, villa aux Caraïbes et appartement géant à New-York ? À la tête du groupe Altice (SFR, BFM...) et 13ème fortune de France, Patrick Drahi s’est d’abord offert son jet privé, comme il se doit. Après avoir conquis les airs, il a voulu la mer. Il a donc investi dans un superyacht.

Mais jouir d’un yacht revient à jeter l’argent par le hublot : équipages, assurances, carburant, entretien, etc., tout se facture et l’addition gonfle vite. Problème, l’homme aime autant les opérations juteuses que les économies. Heureusement, le patron de SFR est un fin navigateur fiscal. Un art dans lequel il excelle, les révélations des DrahiLeaks l’ont documenté.

Le Quite Essential en ballade... - Copie d'écran sur un site de promotion des superyachts
Le Quite Essential en ballade... - Copie d'écran sur un site de promotion des superyachts

Un luxe essentiel

Patrick Drahi a usé de toutes les astuces pour réduire les coûts de son somptueux yacht, conservé pendant une petite décennie, de 2013 à 2021. Originellement appelé Quinta Essentia – traduction latine du « 5e élément » – le bateau géant a été rebaptisé Quite Essential quand il l’a racheté en 2013.

Classé dans la catégorie des superyachts, c'est un palace flottant qui porte bien son nom : « tout à fait indispensable », en français. En réalité, il a bien plus que le nécessaire. Ses 55 mètres de long peuvent accueillir jusqu’à 12 passagers et 13 membres d’équipage. À bord, rien n’est trop beau...

]]>
DrahiLeaks saison 3 : Altice, le groupe propriétaire de SFR pourrait s’écrouler9d3533e1-e94d-4dca-abfc-beff1a2c03e5http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240325_100000_DrahiLeaks_saison_3____Altice__le_groupe_proprietaire_de_SFR_pourrait_s___ecroulerMon, 25 Mar 2024 10:00:00 +0100

Nouvelles révélations sur un empire aujourd’hui en péril

Reflets, StreetPress et Blast publient une nouvelle série de révélations sur le groupe Altice (SFR, BFM, Sotheby’s…). L’empire de Patrick Drahi, dans le viseur de la justice et rattrapé par ses dettes délirantes est aujourd’hui en péril. Enquêtes.

La dette, le point faible de Patrick Drahi - © Caroline Varon

Tremblement de terre le 13 juillet 2023 : la justice portugaise déclenche l’opération « Picoas » et place en détention l’ami de toujours, le bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira. Dans son pays, celui-ci est un homme d’affaire star. Il a un temps été l’homme le plus riche du portugal avec une fortune estimée aujourd’hui à environ 2 milliards d’euros. Armando Pereira est l’homme avec qui Patrick Drahi a créé Altice en 2002. Il a été ensuite de tous les montages financiers, de tous les investissements, de tous les projets les plus fous. Armando Pereira est connu comme le cost-killer du groupe, craint pour ses méthodes de management brutales et les charrettes de licenciements qu’il laisse derrière lui.

DRAHILEAKS

Patrick Drahi est un homme d’affaires puissant. 13e fortune française bien que domicilié en Suisse, il est à la tête du groupe Altice. Un empire tentaculaire qui réunit notamment des entreprises de télécom (SFR, Cablevision…) et des médias (BFM TV, RMC…) ou de commerce d’art (Sotheby’s)...

En août 2022, le groupe de hackers russes Hive a mis en ligne dans un recoin caché d’Internet des centaines de milliers de documents piratés à Altice après avoir échoué à faire chanter l’homme d’affaires. Reflets, Blast et StreetPress se sont associés pour explorer ces leaks.

Aujourd’hui le groupe Altice est en péril. Nos enquêtes sur Patrick Drahi et son système de prédation de ses propres sociétés permet de mieux comprendre pourquoi il est si près du gouffre. Elles sont...

]]>

Nouvelles révélations sur un empire aujourd’hui en péril

Reflets, StreetPress et Blast publient une nouvelle série de révélations sur le groupe Altice (SFR, BFM, Sotheby’s…). L’empire de Patrick Drahi, dans le viseur de la justice et rattrapé par ses dettes délirantes est aujourd’hui en péril. Enquêtes.

La dette, le point faible de Patrick Drahi - © Caroline Varon

Tremblement de terre le 13 juillet 2023 : la justice portugaise déclenche l’opération « Picoas » et place en détention l’ami de toujours, le bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira. Dans son pays, celui-ci est un homme d’affaire star. Il a un temps été l’homme le plus riche du portugal avec une fortune estimée aujourd’hui à environ 2 milliards d’euros. Armando Pereira est l’homme avec qui Patrick Drahi a créé Altice en 2002. Il a été ensuite de tous les montages financiers, de tous les investissements, de tous les projets les plus fous. Armando Pereira est connu comme le cost-killer du groupe, craint pour ses méthodes de management brutales et les charrettes de licenciements qu’il laisse derrière lui.

DRAHILEAKS

Patrick Drahi est un homme d’affaires puissant. 13e fortune française bien que domicilié en Suisse, il est à la tête du groupe Altice. Un empire tentaculaire qui réunit notamment des entreprises de télécom (SFR, Cablevision…) et des médias (BFM TV, RMC…) ou de commerce d’art (Sotheby’s)...

En août 2022, le groupe de hackers russes Hive a mis en ligne dans un recoin caché d’Internet des centaines de milliers de documents piratés à Altice après avoir échoué à faire chanter l’homme d’affaires. Reflets, Blast et StreetPress se sont associés pour explorer ces leaks.

Aujourd’hui le groupe Altice est en péril. Nos enquêtes sur Patrick Drahi et son système de prédation de ses propres sociétés permet de mieux comprendre pourquoi il est si près du gouffre. Elles sont...

]]>
Titre : DrahiLeaks saison 3 : Altice, le groupe propriétaire de SFR pourrait s’écrouler9d3533e1-e94d-4dca-abfc-beff1a2c03e5http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240324_100000_Titre___DrahiLeaks_saison_3____Altice__le_groupe_proprietaire_de_SFR_pourrait_s___ecroulerSun, 24 Mar 2024 10:00:00 +0100

nouvelles révélations sur un empire aujourd’hui en péril

Reflets, StreetPress et Blast publient une nouvelle série de révélations sur le groupe Altice (SFR, BFM, Sotheby’s…). L’empire de Patrick Drahi, dans le viseur de la justice et rattrapé par ses dettes délirantes est aujourd’hui en péril. Enquêtes.

La dette, le point faible de Patrick Drahi - © Caroline Varon

Tremblement de terre le 13 juillet 2023 : la justice portugaise déclenche l’opération « Picoas » et place en détention l’ami de toujours, le bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira. Dans son pays, celui-ci est un homme d’affaire star. Il a un temps été l’homme le plus riche du portugal avec une fortune estimée aujourd’hui à environ 2 milliards d’euros. Armando Pereira est l’homme avec qui Patrick Drahi a créé Altice en 2002. Il a été ensuite de tous les montages financiers, de tous les investissements, de tous les projets les plus fous. Armando Pereira est connu comme le cost-killer du groupe, craint pour ses méthodes de management brutales et les charrettes de licenciements qu’il laisse derrière lui.

DRAHILEAKS

Patrick Drahi est un homme d’affaires puissant. 13e fortune française bien que domicilié en Suisse, il est à la tête du groupe Altice. Un empire tentaculaire qui réunit notamment des entreprises de télécom (SFR, Cablevision…) et des médias (BFM TV, RMC…) ou de commerce d’art (Sotheby’s)...

En août 2022, le groupe de hackers russes Hive a mis en ligne dans un recoin caché d’Internet des centaines de milliers de documents piratés à Altice après avoir échoué à faire chanter l’homme d’affaires. Reflets, Blast et StreetPress se sont associés pour explorer ces leaks.

Aujourd’hui le groupe Altice est en péril. Nos enquêtes sur Patrick Drahi et son système de prédation de ses propres sociétés permet de mieux comprendre pourquoi il est si près du gouffre. Elles sont...

]]>

nouvelles révélations sur un empire aujourd’hui en péril

Reflets, StreetPress et Blast publient une nouvelle série de révélations sur le groupe Altice (SFR, BFM, Sotheby’s…). L’empire de Patrick Drahi, dans le viseur de la justice et rattrapé par ses dettes délirantes est aujourd’hui en péril. Enquêtes.

La dette, le point faible de Patrick Drahi - © Caroline Varon

Tremblement de terre le 13 juillet 2023 : la justice portugaise déclenche l’opération « Picoas » et place en détention l’ami de toujours, le bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira. Dans son pays, celui-ci est un homme d’affaire star. Il a un temps été l’homme le plus riche du portugal avec une fortune estimée aujourd’hui à environ 2 milliards d’euros. Armando Pereira est l’homme avec qui Patrick Drahi a créé Altice en 2002. Il a été ensuite de tous les montages financiers, de tous les investissements, de tous les projets les plus fous. Armando Pereira est connu comme le cost-killer du groupe, craint pour ses méthodes de management brutales et les charrettes de licenciements qu’il laisse derrière lui.

DRAHILEAKS

Patrick Drahi est un homme d’affaires puissant. 13e fortune française bien que domicilié en Suisse, il est à la tête du groupe Altice. Un empire tentaculaire qui réunit notamment des entreprises de télécom (SFR, Cablevision…) et des médias (BFM TV, RMC…) ou de commerce d’art (Sotheby’s)...

En août 2022, le groupe de hackers russes Hive a mis en ligne dans un recoin caché d’Internet des centaines de milliers de documents piratés à Altice après avoir échoué à faire chanter l’homme d’affaires. Reflets, Blast et StreetPress se sont associés pour explorer ces leaks.

Aujourd’hui le groupe Altice est en péril. Nos enquêtes sur Patrick Drahi et son système de prédation de ses propres sociétés permet de mieux comprendre pourquoi il est si près du gouffre. Elles sont...

]]>
Les ego boursouflés à l'assaut du bien commun7744f757-35fb-4f2d-8b20-bd913029164ahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240320_140443_Les_ego_boursoufles_a_l_assaut_du_bien_communWed, 20 Mar 2024 14:04:43 +0100

Politiques, experts, toutologues, ils saturent l'espace public

A quoi sert la sagesse dans un monde qui va vers la folie ? lit-on dans une bande dessinée. A pas grand chose semble-t-il. Cette course vers la folie est précipitée par des personnages qui investissent et confisquent l'espace public pour gonfler leurs ego. A détriment donc du bien commun.

Le businessman dans Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry - Copie d'écran

À écouter Emmanuel Macron et les ministres du gouvernement, tout va pour le mieux. Nous volons de victoires en victoires, de réussites en explosions de joie et de fierté. Ne sommes-nous pas les champions de l'économie, les organisateurs des Jeux Olympiques, la cathédrale Notre-Dame n'est elle pas en passe d'être reconstruite ? Cette pensée paralogique, c'est à dire une construction intellectuelle juste mais basée sur des prémisses fausses, masque une réalité bien plus triste.

La société française n'a jamais été parfaite. Le propos n'est pas de plonger dans une forme de nostalgie sur l'air de « c'était mieux avant ». Mais tout de même...

Les politiques ont depuis longtemps abandonné leur dernier pouvoir : celui de fabriquer la loi et de l'imposer aux divers secteurs qui composent notre société. Le « vivre-ensemble » suppose que chacun se plie à des règles communes qui protègent tout le monde. C'est un contrat social. Un renoncement aux droits ou aux envies individuelles au profit du bien commun, de l'intérêt général. Ils ont choisi, délibérément, de servir des intérêts individuels et de créer des lois qui répondent aux besoins de quelques uns, au détriment des autres. Et n'allez pas le leur faire remarquer. Si vous le faites dans la rue, vous subirez les foudres de la force publique. Si vous le faites poliment, ils vous rétorqueront que s'ils ne l'avaient pas fait, d'autres l'auraient fait....

]]>

Politiques, experts, toutologues, ils saturent l'espace public

A quoi sert la sagesse dans un monde qui va vers la folie ? lit-on dans une bande dessinée. A pas grand chose semble-t-il. Cette course vers la folie est précipitée par des personnages qui investissent et confisquent l'espace public pour gonfler leurs ego. A détriment donc du bien commun.

Le businessman dans Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry - Copie d'écran

À écouter Emmanuel Macron et les ministres du gouvernement, tout va pour le mieux. Nous volons de victoires en victoires, de réussites en explosions de joie et de fierté. Ne sommes-nous pas les champions de l'économie, les organisateurs des Jeux Olympiques, la cathédrale Notre-Dame n'est elle pas en passe d'être reconstruite ? Cette pensée paralogique, c'est à dire une construction intellectuelle juste mais basée sur des prémisses fausses, masque une réalité bien plus triste.

La société française n'a jamais été parfaite. Le propos n'est pas de plonger dans une forme de nostalgie sur l'air de « c'était mieux avant ». Mais tout de même...

Les politiques ont depuis longtemps abandonné leur dernier pouvoir : celui de fabriquer la loi et de l'imposer aux divers secteurs qui composent notre société. Le « vivre-ensemble » suppose que chacun se plie à des règles communes qui protègent tout le monde. C'est un contrat social. Un renoncement aux droits ou aux envies individuelles au profit du bien commun, de l'intérêt général. Ils ont choisi, délibérément, de servir des intérêts individuels et de créer des lois qui répondent aux besoins de quelques uns, au détriment des autres. Et n'allez pas le leur faire remarquer. Si vous le faites dans la rue, vous subirez les foudres de la force publique. Si vous le faites poliment, ils vous rétorqueront que s'ils ne l'avaient pas fait, d'autres l'auraient fait....

]]>
Ski : « le business est toujours là »a45e1d84-cc78-42c1-bf86-55f7cdc3e74bhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240314_112100_Ski______le_business_est_toujours_la___Thu, 14 Mar 2024 11:21:00 +0100

Mais pour combien de temps et à quel prix ?

La neige, comme les glaciers, disparait peu à peu. A tel point que l’on peut se demander s’il restera un flocon en altitude dans deux générations. Mais cela n’arrête pas l’industrie du ski qui continue à miser sur cette pratique, au risque de s’autodétruire.

À Tignes, en juillet 2023, les grues et les bulldozers sont partout... - © Reflets

En France, on n’a pas de pétrole mais on a de la neige, aurait pu être un bon slogan, plutôt que « En France on n’a pas de pétrole mais on a des idées ». Le pays compte plus de 200 stations de ski et possède le plus grand parc mondial de remontées mécaniques. Mais que va devenir toute cette industrie si la neige n’est plus au rendez-vous ? Et a-t-on prévu une transformation pour tendre vers un tourisme « quatre saisons » ?

« Nous, on n’a pas à se plaindre, explique Roland*, ici c’est la haute montagne ». Ce propriétaire d’un magasin de matériel de ski de Tignes est un local pur jus. Il a plutôt bien réussi et contemple sa longue carrière qui s’achève avec un calme assumé. Il a connu toutes les époques du développement de la montagne et fait le bilan. Il ne semble pas plus concerné que cela par les problématiques actuelles liées au réchauffement climatique. Roland est un habitant de Tignes, l’une des plus hautes stations avec Val Thorens. Alors la neige… Il y en aura encore longtemps, pense-t-il, insensible aux problèmes des autres stations.

« Tant qu’il y a de l’eau et du froid... On fabrique de la neige artificielle qui se marie très bien avec la neige classique » lance-t-il, se rassurant lui-même. Et puis le ski, longtemps considéré comme un « sport de riches », au même titre que le golf, s’est largement démocratisé. La clientèle est toujours là. Mieux, précise Roland, « il y a maintenant beaucoup de gens qui ont de très, très, gros moyens, ils ne regardent absolument...

]]>

Mais pour combien de temps et à quel prix ?

La neige, comme les glaciers, disparait peu à peu. A tel point que l’on peut se demander s’il restera un flocon en altitude dans deux générations. Mais cela n’arrête pas l’industrie du ski qui continue à miser sur cette pratique, au risque de s’autodétruire.

À Tignes, en juillet 2023, les grues et les bulldozers sont partout... - © Reflets

En France, on n’a pas de pétrole mais on a de la neige, aurait pu être un bon slogan, plutôt que « En France on n’a pas de pétrole mais on a des idées ». Le pays compte plus de 200 stations de ski et possède le plus grand parc mondial de remontées mécaniques. Mais que va devenir toute cette industrie si la neige n’est plus au rendez-vous ? Et a-t-on prévu une transformation pour tendre vers un tourisme « quatre saisons » ?

« Nous, on n’a pas à se plaindre, explique Roland*, ici c’est la haute montagne ». Ce propriétaire d’un magasin de matériel de ski de Tignes est un local pur jus. Il a plutôt bien réussi et contemple sa longue carrière qui s’achève avec un calme assumé. Il a connu toutes les époques du développement de la montagne et fait le bilan. Il ne semble pas plus concerné que cela par les problématiques actuelles liées au réchauffement climatique. Roland est un habitant de Tignes, l’une des plus hautes stations avec Val Thorens. Alors la neige… Il y en aura encore longtemps, pense-t-il, insensible aux problèmes des autres stations.

« Tant qu’il y a de l’eau et du froid... On fabrique de la neige artificielle qui se marie très bien avec la neige classique » lance-t-il, se rassurant lui-même. Et puis le ski, longtemps considéré comme un « sport de riches », au même titre que le golf, s’est largement démocratisé. La clientèle est toujours là. Mieux, précise Roland, « il y a maintenant beaucoup de gens qui ont de très, très, gros moyens, ils ne regardent absolument...

]]>
À La Clusaz, la retenue de la discorde78f394e1-612c-4d95-ba5d-b120b3081850http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240314_112037_A_La_Clusaz__la_retenue_de_la_discordeThu, 14 Mar 2024 11:20:37 +0100

Prolonger la saison à tout prix

Comme nombre de stations, La Clusaz mise sur les canons à neige pour tenter de faire la nique au réchauffement climatique. Mais l’idée d’une nouvelle retenue collinaire sur le plateau de Beauregard, un lieu relativement préservé, n’a pas plu à tout le monde. A tel point qu’une ZAD a pris forme et a mis en déroute les partisans des bulldozers.

Liste des bassines recensées dans les Alpes - © Reflets

La station de ski connue pour con côté « village » et son air de carte postale avec arbres et chalets s’est un peu transformée en « Clochemerle ». Les habitants (pas les touristes) se regardent en chiens de faïence. Il y a ceux qui militent pour le développement des canons à neige, avec la promesse de bénéficier de « trente ans de ski supplémentaires » en dépit du réchauffement, et ceux qui pensent qu’il est plus que temps de s’atteler à une transition pour sortir du « tout ski ». Au passage, si l’on pouvait éviter de construire des retenues collinaires dans des lieux immaculés comme le plateau de Beauregard, ou de faire sortir de terre une nouvelle petite station à seulement 1.500 mètres d'altitude au col de la Croix Fry…

Retour en arrière : en 2022, la préfecture approuve un projet de 2018 pour une nouvelle retenue collinaire sur le plateau de Beauregard, pour alimenter les canons de la station de La Clusaz. Dans cet écrin de nature où l’on trouve une zone humide qui accueille mammifères et espèces d’oiseaux protégées, la mairie souhaite installer une réserve d’eau de près de 150.000 mètres cubes, soit 5 terrains de foot ou 60 piscines olympiques, avec une digue de 12 mètres de haut… Qui se serait ajoutée aux quatre existantes.

Une nouvelle station sort de terre au col de la Croix Fry. Le projet de retenue sur le plateau de Beauregard voisin est évidemment une coïncidence. - © Reflets
Une nouvelle station sort de terre au col de la Croix Fry. Le projet de retenue sur le plateau de Beauregard voisin est évidemment une coïncidence. - Reflets

Le béton, toujours... - © Reflets
Le béton, toujours... - Reflets

Juste à côté du col de la Croix Fry commence le plateau de Beauregard avec sa zone protégée Natura 2000 - © Reflets
Juste à côté du col de la Croix Fry commence le...

]]>

Prolonger la saison à tout prix

Comme nombre de stations, La Clusaz mise sur les canons à neige pour tenter de faire la nique au réchauffement climatique. Mais l’idée d’une nouvelle retenue collinaire sur le plateau de Beauregard, un lieu relativement préservé, n’a pas plu à tout le monde. A tel point qu’une ZAD a pris forme et a mis en déroute les partisans des bulldozers.

Liste des bassines recensées dans les Alpes - © Reflets

La station de ski connue pour con côté « village » et son air de carte postale avec arbres et chalets s’est un peu transformée en « Clochemerle ». Les habitants (pas les touristes) se regardent en chiens de faïence. Il y a ceux qui militent pour le développement des canons à neige, avec la promesse de bénéficier de « trente ans de ski supplémentaires » en dépit du réchauffement, et ceux qui pensent qu’il est plus que temps de s’atteler à une transition pour sortir du « tout ski ». Au passage, si l’on pouvait éviter de construire des retenues collinaires dans des lieux immaculés comme le plateau de Beauregard, ou de faire sortir de terre une nouvelle petite station à seulement 1.500 mètres d'altitude au col de la Croix Fry…

Retour en arrière : en 2022, la préfecture approuve un projet de 2018 pour une nouvelle retenue collinaire sur le plateau de Beauregard, pour alimenter les canons de la station de La Clusaz. Dans cet écrin de nature où l’on trouve une zone humide qui accueille mammifères et espèces d’oiseaux protégées, la mairie souhaite installer une réserve d’eau de près de 150.000 mètres cubes, soit 5 terrains de foot ou 60 piscines olympiques, avec une digue de 12 mètres de haut… Qui se serait ajoutée aux quatre existantes.

Une nouvelle station sort de terre au col de la Croix Fry. Le projet de retenue sur le plateau de Beauregard voisin est évidemment une coïncidence. - © Reflets
Une nouvelle station sort de terre au col de la Croix Fry. Le projet de retenue sur le plateau de Beauregard voisin est évidemment une coïncidence. - Reflets

Le béton, toujours... - © Reflets
Le béton, toujours... - Reflets

Juste à côté du col de la Croix Fry commence le plateau de Beauregard avec sa zone protégée Natura 2000 - © Reflets
Juste à côté du col de la Croix Fry commence le...

]]>
« Plan neige » : ils ont empoisonné la montagne dd042914-7faf-4bf1-920f-b5176abb64b2http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240314_112019____Plan_neige______ils_ont_empoisonne_la_montagne_Thu, 14 Mar 2024 11:20:19 +0100

Réédité récemment le livre de Danielle Arnaud montre que peu de choses ont changé

Journaliste, Danielle Arnaud avait mené l'enquête en 1975. Son livre titré La neige empoisonnée (par l'argent, l'immobilier, la politique...) vient d'être réédité par un groupe de personnes en lutte contre les développements aberrants en montagne et contre le « tout ski ». Pour Reflets, elle raconte comment est né son livre et ce qui a changé ou pas... Interview.

Couverture du livre de Danielle Arnaud

Reflets : Comment est venue l’idée de cette enquête et de ce livre en 1975, une époque où il n’était pas question de discuter le bien-fondé des développements en montagne ?

Danielle Arnaud : J’ai commencé à fréquenter Val d’Isère, où j’ai appris à skier, dans les années 70. J’étais entre deux jobs et j’avais du temps. Beaucoup de stations nouvelles avaient été construites grâce au plan neige dans les années 60. Je me suis lancée dans une enquête sur ces constructions ex nihilo sans a priori. Elle a vite montré que si l’idée de créer des stations dans des endroits vierges n’était pas idiote, la réalisation laissait à désirer. On imposait les réalisations de manière peu démocratique et c’était souvent assez laid architecturalement parlant. Et puis il y avait eu cet accident avec un chalet de l’UCPA, enseveli par une avalanche, en février 1970 avec 39 morts. La question se posait de savoir comment il était possible de construire dans un endroit aussi dangereux.

Mon livre a énervé pas mal de promoteurs, mais je n’ai pas eu de procès. C’est donc que l’enquête était sérieuse. D’ailleurs j’avais recueilli tous les documents nécessaires pour prouver ce que j’avançais. Je parlais aussi des réussites ou des pistes de développement différentes comme celles suivies par Gilbert André, le maire de Bonneval. Il paraît qu’aujourd’hui mon livre, dans son édition originale, est exposé au musée de Chambéry.

Quel était le constat principal du livre ? Le titre dit que la neige était...

]]>

Réédité récemment le livre de Danielle Arnaud montre que peu de choses ont changé

Journaliste, Danielle Arnaud avait mené l'enquête en 1975. Son livre titré La neige empoisonnée (par l'argent, l'immobilier, la politique...) vient d'être réédité par un groupe de personnes en lutte contre les développements aberrants en montagne et contre le « tout ski ». Pour Reflets, elle raconte comment est né son livre et ce qui a changé ou pas... Interview.

Couverture du livre de Danielle Arnaud

Reflets : Comment est venue l’idée de cette enquête et de ce livre en 1975, une époque où il n’était pas question de discuter le bien-fondé des développements en montagne ?

Danielle Arnaud : J’ai commencé à fréquenter Val d’Isère, où j’ai appris à skier, dans les années 70. J’étais entre deux jobs et j’avais du temps. Beaucoup de stations nouvelles avaient été construites grâce au plan neige dans les années 60. Je me suis lancée dans une enquête sur ces constructions ex nihilo sans a priori. Elle a vite montré que si l’idée de créer des stations dans des endroits vierges n’était pas idiote, la réalisation laissait à désirer. On imposait les réalisations de manière peu démocratique et c’était souvent assez laid architecturalement parlant. Et puis il y avait eu cet accident avec un chalet de l’UCPA, enseveli par une avalanche, en février 1970 avec 39 morts. La question se posait de savoir comment il était possible de construire dans un endroit aussi dangereux.

Mon livre a énervé pas mal de promoteurs, mais je n’ai pas eu de procès. C’est donc que l’enquête était sérieuse. D’ailleurs j’avais recueilli tous les documents nécessaires pour prouver ce que j’avançais. Je parlais aussi des réussites ou des pistes de développement différentes comme celles suivies par Gilbert André, le maire de Bonneval. Il paraît qu’aujourd’hui mon livre, dans son édition originale, est exposé au musée de Chambéry.

Quel était le constat principal du livre ? Le titre dit que la neige était...

]]>
Salles de spectacle : le Wifi s'expose en backstage04e608f5-1405-41ff-ae44-262f410e4d4chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240311_104225_Salles_de_spectacle___le_Wifi_s_expose_en_backstageMon, 11 Mar 2024 10:42:25 +0100

Pluie de mots de passe sur Youtube

Dans les coulisses des salles de spectacle françaises(mais pas seulement), une pratique courante soulève des préoccupations importantes en matière de sécurité informatique.

En 2015, après le piratage de la chaîne de télé TV5 Monde, un journaliste est interviewé. Derrière-lui, s'affiche le mot de passe permettant d'administrer la chaîne Youtube de TV5 Monde... - Copie d'écran

Il est fréquent que les mots de passe du réseau Wi-Fi soient affichés sur les murs des loges, où les artistes se préparent avant leur performance. Cette habitude anodine à première vue peut avoir des conséquences graves si ces informations sensibles tombent entre de mauvaises mains.

Les origines d'une exposition inconsidérée

Les codes d'accès au réseau sans fil sont exposés dans les espaces privés, comme les loges, tout simplement parce ce que c'est pratique. Les équipes techniques peuvent fournir rapidement aux artistes invités l'accès à Internet, ce qui permet aux musiciens ou comédiens de rester connectés avec leurs proches, leur agent ou leur public via les réseaux sociaux. Mais cette facilité d'utilisation va à l'encontre des principes fondamentaux de la cybersécurité, selon lesquels il faut éviter autant que possible de divulguer des données sensibles telles que les mots de passe.

Le mot de passe de la salle Pleyel dans un documentaire sur Jérémy Ferrari (2018) - Copie d'écran
Le mot de passe de la salle Pleyel dans un documentaire sur Jérémy Ferrari (2018) - Copie d'écran

Une inattention regrettable de la part des journalistes

Les professionnels des médias jouent un rôle involontaire dans la propagation de ces informations confidentielles. Lorsqu'ils réalisent des interviews vidéo dans les loges, ils semblent ne se soucier à aucun moment des mots de passe Wi-Fi affichés. Ce manque de vigilance peut être attribué à un défaut de formation sur les bonnes pratiques en matière de protection de la vie privée ou tout simplement à une...

]]>

Pluie de mots de passe sur Youtube

Dans les coulisses des salles de spectacle françaises(mais pas seulement), une pratique courante soulève des préoccupations importantes en matière de sécurité informatique.

En 2015, après le piratage de la chaîne de télé TV5 Monde, un journaliste est interviewé. Derrière-lui, s'affiche le mot de passe permettant d'administrer la chaîne Youtube de TV5 Monde... - Copie d'écran

Il est fréquent que les mots de passe du réseau Wi-Fi soient affichés sur les murs des loges, où les artistes se préparent avant leur performance. Cette habitude anodine à première vue peut avoir des conséquences graves si ces informations sensibles tombent entre de mauvaises mains.

Les origines d'une exposition inconsidérée

Les codes d'accès au réseau sans fil sont exposés dans les espaces privés, comme les loges, tout simplement parce ce que c'est pratique. Les équipes techniques peuvent fournir rapidement aux artistes invités l'accès à Internet, ce qui permet aux musiciens ou comédiens de rester connectés avec leurs proches, leur agent ou leur public via les réseaux sociaux. Mais cette facilité d'utilisation va à l'encontre des principes fondamentaux de la cybersécurité, selon lesquels il faut éviter autant que possible de divulguer des données sensibles telles que les mots de passe.

Le mot de passe de la salle Pleyel dans un documentaire sur Jérémy Ferrari (2018) - Copie d'écran
Le mot de passe de la salle Pleyel dans un documentaire sur Jérémy Ferrari (2018) - Copie d'écran

Une inattention regrettable de la part des journalistes

Les professionnels des médias jouent un rôle involontaire dans la propagation de ces informations confidentielles. Lorsqu'ils réalisent des interviews vidéo dans les loges, ils semblent ne se soucier à aucun moment des mots de passe Wi-Fi affichés. Ce manque de vigilance peut être attribué à un défaut de formation sur les bonnes pratiques en matière de protection de la vie privée ou tout simplement à une...

]]>
Films et séries : quoi de neuf ?6382023a-fd53-4ab8-8b5b-280dbb5dc1b1http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240305_192406_Films_et_series___quoi_de_neuf__Tue, 05 Mar 2024 19:24:06 +0100

A voir ou à éviter, notre sélection

Il pleut toujours des films et des séries comme à Gravelotte. Mais tout ne vaut pas la peine d'être vu. Il y a même des choses qu'ils vaut mieux fuir pour ne pas couler dans une mélasse informe... Même si les goûts et les couleurs...

L'American Star échoué sur une plage de Fuerteventura aux Canaries - Lance Rolf - Wikipedia - CC BY 2.0

American Star

Un peu de poésie dans un monde fantasmé de tueurs à gage. Il faut dire que l'histoire se déroule en Espagne (aux Canaries), pays où il y a toujours une graine de folie et une autre de poésie. L'histoire du bateau est étonnante.

Aquaman and The Lost Kingdom

On se noie dans la guimauve. Le film coule dès les premières minutes. Attention à ne pas boire la tasse. Oui, bon, on a essayé d'avoir un humour à la hauteur du film. Désoslés.

Beacon 23

Belle série de science fiction avec un huis clos aux frontières de l'univers connu dans un « phare » qui permet aux vaisseaux spatiaux de traverser les immensités spatiales. A ne pas manquer. D'autant que l'on nous dit que la saison deux arrive en avril...

Counterpart

Intéressante idée de départ. Que se passerait-il si une porte s'ouvrait entre deux univers similaires en tous points et que quelque chose changeait dans l'un d'eux, justement en raison de cette ouverture ? Vous sentez-vous prêt à rencontrer votre double ? A voir. Il n'y a que deux saisons.

Echo

Ils ne savent décidément plus quoi faire pour tirer la corde des super-héros. On sort épuisés de cette série qui s'embourbe dans une représentation ridicule des natifs du nouveau monde. Geronimo, reviens.

For all Mankind

La saison 4 ne déçoit pas. Décidément, cette série est une petite pépite alors que l'idée de départ pouvait décourager : les Russes ont posé le pied sur la lune en premier et la course à...

]]>

A voir ou à éviter, notre sélection

Il pleut toujours des films et des séries comme à Gravelotte. Mais tout ne vaut pas la peine d'être vu. Il y a même des choses qu'ils vaut mieux fuir pour ne pas couler dans une mélasse informe... Même si les goûts et les couleurs...

L'American Star échoué sur une plage de Fuerteventura aux Canaries - Lance Rolf - Wikipedia - CC BY 2.0

American Star

Un peu de poésie dans un monde fantasmé de tueurs à gage. Il faut dire que l'histoire se déroule en Espagne (aux Canaries), pays où il y a toujours une graine de folie et une autre de poésie. L'histoire du bateau est étonnante.

Aquaman and The Lost Kingdom

On se noie dans la guimauve. Le film coule dès les premières minutes. Attention à ne pas boire la tasse. Oui, bon, on a essayé d'avoir un humour à la hauteur du film. Désoslés.

Beacon 23

Belle série de science fiction avec un huis clos aux frontières de l'univers connu dans un « phare » qui permet aux vaisseaux spatiaux de traverser les immensités spatiales. A ne pas manquer. D'autant que l'on nous dit que la saison deux arrive en avril...

Counterpart

Intéressante idée de départ. Que se passerait-il si une porte s'ouvrait entre deux univers similaires en tous points et que quelque chose changeait dans l'un d'eux, justement en raison de cette ouverture ? Vous sentez-vous prêt à rencontrer votre double ? A voir. Il n'y a que deux saisons.

Echo

Ils ne savent décidément plus quoi faire pour tirer la corde des super-héros. On sort épuisés de cette série qui s'embourbe dans une représentation ridicule des natifs du nouveau monde. Geronimo, reviens.

For all Mankind

La saison 4 ne déçoit pas. Décidément, cette série est une petite pépite alors que l'idée de départ pouvait décourager : les Russes ont posé le pied sur la lune en premier et la course à...

]]>
OSINT : Reflets partage avec la communauté ses « tranforms » Maltego pour Pappers0081f10f-3f5e-4578-ac34-26415a21168chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240301_133732_OSINT___Reflets_partage_avec_la_communaute_ses____tranforms____Maltego_pour_PappersFri, 01 Mar 2024 13:37:32 +0100

Une opération rendue possible avec le Fonds pour une presse libre

Et pour mieux vous expliquer de quoi on parle, on vous emmène, pas à pas, dans les coulisses de l'enquête Font Del Rey, qui nous a servi de base pour le développement de l'outil.

Notre "transform" Papper appliqué à Patrick Drahi donne beaucoup de résultats... - © Reflets

Il y a deux ans, Reflets bénéficiait du Fonds pour la presse libre (FPL). Dans le cadre de notre proposition de développement du pôle OSINT, était annoncé la publication pour la communauté journalistique de développements permettant d'enquêter avec Maltego, un logiciel de renseignement en sources ouvertes. Et notamment, de code permettant d'interroger « Pappers.fr » avec Maltego. Pappers recense les données publiques sur les entreprises française et leurs bénéficiaires. Elle est très utile pour étudier les montages entrepreneuriaux en tous genres.

Pour le développement de l'outil, rien de tel qu'un cas concret. Une enquête menée à l'automne dernier nous en a donné la possibilité. Lors d'un procès médiatisé, des associations et des habitants, mettait en accusations les gestionnaires d'un immeuble délabré du quartier populaire de la Mosson à Montpellier, les mots de « marchands de sommeils » fusant dans les médias. Partant de l'acte d'accusation, nous avons fait chauffer les machines et produit cet outil.

Pour l'enquête, c'est à lire par ici, avec un premier volet racontant l'histoire de la découverte de l'affaire par des associations. Le second volet, au coeur de ces investigations numériques, revient sur le montage financier des accusés et leur défense, le jour du procès. Dans le troisième volet, nous avons donné la parole au conseil d'administration de HabiterEnfin! qui a partagé leur vison sur...

]]>

Une opération rendue possible avec le Fonds pour une presse libre

Et pour mieux vous expliquer de quoi on parle, on vous emmène, pas à pas, dans les coulisses de l'enquête Font Del Rey, qui nous a servi de base pour le développement de l'outil.

Notre "transform" Papper appliqué à Patrick Drahi donne beaucoup de résultats... - © Reflets

Il y a deux ans, Reflets bénéficiait du Fonds pour la presse libre (FPL). Dans le cadre de notre proposition de développement du pôle OSINT, était annoncé la publication pour la communauté journalistique de développements permettant d'enquêter avec Maltego, un logiciel de renseignement en sources ouvertes. Et notamment, de code permettant d'interroger « Pappers.fr » avec Maltego. Pappers recense les données publiques sur les entreprises française et leurs bénéficiaires. Elle est très utile pour étudier les montages entrepreneuriaux en tous genres.

Pour le développement de l'outil, rien de tel qu'un cas concret. Une enquête menée à l'automne dernier nous en a donné la possibilité. Lors d'un procès médiatisé, des associations et des habitants, mettait en accusations les gestionnaires d'un immeuble délabré du quartier populaire de la Mosson à Montpellier, les mots de « marchands de sommeils » fusant dans les médias. Partant de l'acte d'accusation, nous avons fait chauffer les machines et produit cet outil.

Pour l'enquête, c'est à lire par ici, avec un premier volet racontant l'histoire de la découverte de l'affaire par des associations. Le second volet, au coeur de ces investigations numériques, revient sur le montage financier des accusés et leur défense, le jour du procès. Dans le troisième volet, nous avons donné la parole au conseil d'administration de HabiterEnfin! qui a partagé leur vison sur...

]]>
Homophobie, appel à la haine : peut-on rire avec Papacito ?9f263089-13bf-4727-9345-9af4c212afeahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240229_172224_Homophobie__appel_a_la_haine___peut-on_rire_avec_Papacito__Thu, 29 Feb 2024 17:22:24 +0100

C'est dur

Le Youtubeur Papacito, Ugo Gil Jimenez de son vrai nom, a comparu mercredi 28 février devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour « provocation à la haine », « injures publiques à raison de l’orientation sexuelle » et « provocation non suivie d’effet à une atteinte volontaire à la vie aggravée ». C'était la première fois qu'il comparaissait devant une juridiction pénale. Le parquet a requis six mois de prison avec sursis. Le tribunal rendra sa décision le 28 avril.

Le maire Christian Eurgal, pris pour cible par le youtubeur d'extrême-droite Papacito - Copie d'écran BFMTV

Papacito aime pêle-mêle : les chevaliers, le moyen-âge, les paysans, la chasse, les bons gros blasons occitan et la justice, mais pas la justice «des tarlouzes » qui se rend à coup d’articles, plutôt celle de l’ancien temps qui se rendait à coup d’épées. Papacito n’aime pas : la modernité, la corruption des élites, la République, le maire du village de Montjoi, les fouines (parce que c’est tordu), les sangliers (parce qu’il est chasseur) et les homosexuels (il s’en défend). Ces constats résultent du visionnage attentif de longues vidéos postées par le YoutuBeur toulousain de 38 ans, agitateur nationaliste, royaliste, influenceur d’extrême-droite et amateur inconditionnel de «gaudriole» un peu trash dans lesquelles ce sont toujours un peu les mêmes qui prennent des coups, en l’occurence ici la communauté LGBTQI+, les anglais et le maire de Montjoi.

Ces visionnages ont été imposés par le procès de Ugo Gil Jimenez, alias Papacito, assis devant à droite de la grande salle d’audience, dont on aperçoit le profil : une barbe taillée, des grandes lunettes fumées à monture épaisse et un crâne tout à fait lisse. Tout cela surmonte un corps robuste de 192 cm enrobé d’une longue chemise en Denim, ce qui, couplé aux lunettes, donne incontestablement un côté fashion victim au prévenu.

Papacito tourne deux vidéos, en novembre 2022 et mai 2023, dont sont extraits les cinq passages qui lui valent d’être jugé ce jour. On le retrouve dans la première vidéo, « Le paysan, le maire et le lord »...

]]>

C'est dur

Le Youtubeur Papacito, Ugo Gil Jimenez de son vrai nom, a comparu mercredi 28 février devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour « provocation à la haine », « injures publiques à raison de l’orientation sexuelle » et « provocation non suivie d’effet à une atteinte volontaire à la vie aggravée ». C'était la première fois qu'il comparaissait devant une juridiction pénale. Le parquet a requis six mois de prison avec sursis. Le tribunal rendra sa décision le 28 avril.

Le maire Christian Eurgal, pris pour cible par le youtubeur d'extrême-droite Papacito - Copie d'écran BFMTV

Papacito aime pêle-mêle : les chevaliers, le moyen-âge, les paysans, la chasse, les bons gros blasons occitan et la justice, mais pas la justice «des tarlouzes » qui se rend à coup d’articles, plutôt celle de l’ancien temps qui se rendait à coup d’épées. Papacito n’aime pas : la modernité, la corruption des élites, la République, le maire du village de Montjoi, les fouines (parce que c’est tordu), les sangliers (parce qu’il est chasseur) et les homosexuels (il s’en défend). Ces constats résultent du visionnage attentif de longues vidéos postées par le YoutuBeur toulousain de 38 ans, agitateur nationaliste, royaliste, influenceur d’extrême-droite et amateur inconditionnel de «gaudriole» un peu trash dans lesquelles ce sont toujours un peu les mêmes qui prennent des coups, en l’occurence ici la communauté LGBTQI+, les anglais et le maire de Montjoi.

Ces visionnages ont été imposés par le procès de Ugo Gil Jimenez, alias Papacito, assis devant à droite de la grande salle d’audience, dont on aperçoit le profil : une barbe taillée, des grandes lunettes fumées à monture épaisse et un crâne tout à fait lisse. Tout cela surmonte un corps robuste de 192 cm enrobé d’une longue chemise en Denim, ce qui, couplé aux lunettes, donne incontestablement un côté fashion victim au prévenu.

Papacito tourne deux vidéos, en novembre 2022 et mai 2023, dont sont extraits les cinq passages qui lui valent d’être jugé ce jour. On le retrouve dans la première vidéo, « Le paysan, le maire et le lord »...

]]>
Reflets et l’OSINT, une vieille histoiref28dd3d3-5b51-485b-a474-4275bc65f953http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240226_155550_Reflets_et_l___OSINT__une_vieille_histoireMon, 26 Feb 2024 15:55:50 +0100

Et une nouvelle étape !

Créé par des journalistes et des experts en sécurité informatique, Reflets ne risquait pas de passer à côté de tous les outils d’OSINT qui permettent de récolter des informations sur des personnes ou des entreprises en utilisant des sources « ouvertes ». Nous avons beaucoup investi ce domaine et nous passons aujourd’hui une nouvelle étape. Vous pouvez nous y aider.

L'investigation journalistique ne peut plus faire l'impasse sur le numérique qui devient un allié de premier plan. - Image Midjourney - CC

Nous vous avons beaucoup parlé au fil du temps des outils que nous développions ou que nous utilisions pour nous aider à enquêter dans un monde de plus en plus numérique. Mais aussi un monde où les « traces » laissées par les individus, les entreprises et les institutions sont désormais si vastes qu’il n’est plus nécessaire d’être un État pour pouvoir y accéder. C’est le paradoxe du numérique : tout le monde l’utilise désormais pour absolument tout, des achats aux loisirs en passant par les interactions avec les services publics. Plus rien n’échappe au tracking et Google en sait plus sur vous que votre maman ou vous-même.

Mais le géant du marketing n’est plus seul sur la grande place de marché de la donnée personnelle. Des milliers de petits acteurs négocient nos petits secrets et souvent sans aucune sécurité. Bilan des courses ? Tout est accessible, soit en sources ouvertes, soit en payant, soit parce que toutes les entreprises qui font commerce de données personnelles finissent par se faire pirater. Et les données sont publiées sur Internet. Dans ce Far West, nous sommes des observateurs avisés et nous utilisons tout cela.

Aujourd’hui, nous passons une nouvelle étape dans le développement de nos outils et nous avons besoin de votre aide. On vous raconte tout ça…

Où en sommes-nous ?

Il y a deux ans nous mettions en route un serveur sur lequel nous avions installé Aleph, le logiciel développé par l’OCCRP, un consortium journalistique d’investigation. Ce logiciel permet d...

]]>

Et une nouvelle étape !

Créé par des journalistes et des experts en sécurité informatique, Reflets ne risquait pas de passer à côté de tous les outils d’OSINT qui permettent de récolter des informations sur des personnes ou des entreprises en utilisant des sources « ouvertes ». Nous avons beaucoup investi ce domaine et nous passons aujourd’hui une nouvelle étape. Vous pouvez nous y aider.

L'investigation journalistique ne peut plus faire l'impasse sur le numérique qui devient un allié de premier plan. - Image Midjourney - CC

Nous vous avons beaucoup parlé au fil du temps des outils que nous développions ou que nous utilisions pour nous aider à enquêter dans un monde de plus en plus numérique. Mais aussi un monde où les « traces » laissées par les individus, les entreprises et les institutions sont désormais si vastes qu’il n’est plus nécessaire d’être un État pour pouvoir y accéder. C’est le paradoxe du numérique : tout le monde l’utilise désormais pour absolument tout, des achats aux loisirs en passant par les interactions avec les services publics. Plus rien n’échappe au tracking et Google en sait plus sur vous que votre maman ou vous-même.

Mais le géant du marketing n’est plus seul sur la grande place de marché de la donnée personnelle. Des milliers de petits acteurs négocient nos petits secrets et souvent sans aucune sécurité. Bilan des courses ? Tout est accessible, soit en sources ouvertes, soit en payant, soit parce que toutes les entreprises qui font commerce de données personnelles finissent par se faire pirater. Et les données sont publiées sur Internet. Dans ce Far West, nous sommes des observateurs avisés et nous utilisons tout cela.

Aujourd’hui, nous passons une nouvelle étape dans le développement de nos outils et nous avons besoin de votre aide. On vous raconte tout ça…

Où en sommes-nous ?

Il y a deux ans nous mettions en route un serveur sur lequel nous avions installé Aleph, le logiciel développé par l’OCCRP, un consortium journalistique d’investigation. Ce logiciel permet d...

]]>
Au chevet des rivières91585788-ea53-4c36-a966-8de8f3141cfbhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240222_151320_Au_chevet_des_rivieresThu, 22 Feb 2024 15:13:20 +0100

Controverses sociotechniques des politiques réparatrices

La crise écologique n'est plus aujourd'hui en débat. À la crise climatique, s'ajoute celle aussi inquiétante de l'effondrement de la biodiversité, mise en avant par le GIEC au fil de ses rapports. Quand il n'est plus le temps de prévenir, il faut bien se mettre à guérir. Encore faudrait-il savoir comment s'y prendre.

Si l'on veut comprendre la nature, peut-être faudrait-t-il prendre le temps de l'écouter ? - Image : Marie Lusson

Le premier mars 2019 et à l'appel de 70 pays, l'assemblée générale des Nations Unies proclame 2021 - 2030 décennie pour la restauration des écosystèmes. En effet, rétablir 15% des milieux terrestres, tout en stoppant l'artificialisation, pourrait éviter jusqu'à 60% d'extinctions d'espèces attendues et contribuer à hauteur de 30% aux objectifs climatiques de 2030. La résolution prend acte des précédents traités sur la question et met la barre tout en haut, avec pour objectif un milliard d'hectares de terres dégradées à restaurer, soit une superficie supérieure à la Chine. La France est entrée dans la danse avec la loi Climat Résilience promulgué en 2021. Avec seulement 20% de ses habitats naturels jugés dans un état de conservation « favorables » et moins de 10% des milieux humides ou aquatiques en bon état, il était temps qu'elle s'y mettre.

Mais si l'humain a fait ses preuves en termes de destruction, la science de la restauration du vivant est à peine naissante. Par tâtonnements, elle cherche encore à trouver son chemin. Plongée dans ses problématiques et ses questionnements, avec en toile de fond la question des rivières. Des écosystèmes complexes, source de vie depuis la nuit des temps.

Les mondes disparus

La Durance avait autrefois la réputation de « fléau » de la Provence, connue pour ses crues dévastatrices et son flux irrégulier. Ce caractère capricieux la préserve longtemps d'aménagements humains,...

]]>

Controverses sociotechniques des politiques réparatrices

La crise écologique n'est plus aujourd'hui en débat. À la crise climatique, s'ajoute celle aussi inquiétante de l'effondrement de la biodiversité, mise en avant par le GIEC au fil de ses rapports. Quand il n'est plus le temps de prévenir, il faut bien se mettre à guérir. Encore faudrait-il savoir comment s'y prendre.

Si l'on veut comprendre la nature, peut-être faudrait-t-il prendre le temps de l'écouter ? - Image : Marie Lusson

Le premier mars 2019 et à l'appel de 70 pays, l'assemblée générale des Nations Unies proclame 2021 - 2030 décennie pour la restauration des écosystèmes. En effet, rétablir 15% des milieux terrestres, tout en stoppant l'artificialisation, pourrait éviter jusqu'à 60% d'extinctions d'espèces attendues et contribuer à hauteur de 30% aux objectifs climatiques de 2030. La résolution prend acte des précédents traités sur la question et met la barre tout en haut, avec pour objectif un milliard d'hectares de terres dégradées à restaurer, soit une superficie supérieure à la Chine. La France est entrée dans la danse avec la loi Climat Résilience promulgué en 2021. Avec seulement 20% de ses habitats naturels jugés dans un état de conservation « favorables » et moins de 10% des milieux humides ou aquatiques en bon état, il était temps qu'elle s'y mettre.

Mais si l'humain a fait ses preuves en termes de destruction, la science de la restauration du vivant est à peine naissante. Par tâtonnements, elle cherche encore à trouver son chemin. Plongée dans ses problématiques et ses questionnements, avec en toile de fond la question des rivières. Des écosystèmes complexes, source de vie depuis la nuit des temps.

Les mondes disparus

La Durance avait autrefois la réputation de « fléau » de la Provence, connue pour ses crues dévastatrices et son flux irrégulier. Ce caractère capricieux la préserve longtemps d'aménagements humains,...

]]>
Trois scénarios pour la guerre en Ukraine en 20241ab5ccef-ec04-4e26-a008-93ba48594099http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240221_183719_Trois_scenarios_pour_la_guerre_en_Ukraine_en_2024Wed, 21 Feb 2024 18:37:19 +0100

La Russie ou l’Ukraine peuvent-elles s’effondrer ? Trump changerait-il la donne ?

« 2024 ressemblera à 2023. L’hypothèse la plus probable est la fixation du front et une remontée en puissance des deux adversaires pour des offensives importantes en 2025, prédit Michel Goya, ancien militaire et analyste des conflits. Aucun des deux adversaires n’a la capacité de rompre le front de manière décisive. » Un avis partagé par Stéphane Audrand qui décrypte aussi cette guerre.

L'un des memes produits par l'Ukraine - Copie d'écran

Et si la Russie, empêtrée dans une guerre qu’elle espérait courte, s’effondrait ? Qui sait, la population pourrait se lasser des départs sur un front lointain ? Pour Michel Goya, rien de tel en perspective. « La situation sur le front n’est pas assez critique pour provoquer une révolution. La société russe est peu impliquée dans la guerre, la mobilisation se fait surtout dans les provinces périphériques, pas à Moscou ni à Saint-Pétersbourg. Ce n’est pas une guerre totale côté russe. Ils peuvent continuer longtemps à ce rythme. » D’autant que le président russe prend soin d’arroser financièrement les personnes sensibles qui pourraient s’opposer et de réprimer brutalement l’opposition.

Une révolution de palais est-elle possible ? Difficile de le savoir. Quant à la santé de Poutine, le secret est bien gardé. Et rien ne prouve que le successeur de Vladimir Poutine serait moins belliqueux.

L’effondrement pourrait-il être économique ? « Il y a débat sur l’efficacité réelle des sanctions, explique Stéphane Audrand, historien et consultant indépendant spécialiste du commerce des armes. Je fais partie des pessimistes qui pense que l’économie russe ne s’en sort pas si mal. Les relations commerciales avec la Chine et d’autres partenaires compensent en partie les sanctions. »

De fait, les images de contestation que l’on peut voir sur les réseaux sociaux portent plus sur les conditions de la guerre, le manque de moyens, que sur la guerre elle-même.

Et l’Ukraine ? La population...

]]>

La Russie ou l’Ukraine peuvent-elles s’effondrer ? Trump changerait-il la donne ?

« 2024 ressemblera à 2023. L’hypothèse la plus probable est la fixation du front et une remontée en puissance des deux adversaires pour des offensives importantes en 2025, prédit Michel Goya, ancien militaire et analyste des conflits. Aucun des deux adversaires n’a la capacité de rompre le front de manière décisive. » Un avis partagé par Stéphane Audrand qui décrypte aussi cette guerre.

L'un des memes produits par l'Ukraine - Copie d'écran

Et si la Russie, empêtrée dans une guerre qu’elle espérait courte, s’effondrait ? Qui sait, la population pourrait se lasser des départs sur un front lointain ? Pour Michel Goya, rien de tel en perspective. « La situation sur le front n’est pas assez critique pour provoquer une révolution. La société russe est peu impliquée dans la guerre, la mobilisation se fait surtout dans les provinces périphériques, pas à Moscou ni à Saint-Pétersbourg. Ce n’est pas une guerre totale côté russe. Ils peuvent continuer longtemps à ce rythme. » D’autant que le président russe prend soin d’arroser financièrement les personnes sensibles qui pourraient s’opposer et de réprimer brutalement l’opposition.

Une révolution de palais est-elle possible ? Difficile de le savoir. Quant à la santé de Poutine, le secret est bien gardé. Et rien ne prouve que le successeur de Vladimir Poutine serait moins belliqueux.

L’effondrement pourrait-il être économique ? « Il y a débat sur l’efficacité réelle des sanctions, explique Stéphane Audrand, historien et consultant indépendant spécialiste du commerce des armes. Je fais partie des pessimistes qui pense que l’économie russe ne s’en sort pas si mal. Les relations commerciales avec la Chine et d’autres partenaires compensent en partie les sanctions. »

De fait, les images de contestation que l’on peut voir sur les réseaux sociaux portent plus sur les conditions de la guerre, le manque de moyens, que sur la guerre elle-même.

Et l’Ukraine ? La population...

]]>
GL-307 : la grenade qui fait du bruit, au propre comme au défiguréa1b8f5f5-c338-48ed-a0d2-27499a752794http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240217_174004_GL-307____la_grenade_qui_fait_du_bruit__au_propre_comme_au_defigureSat, 17 Feb 2024 17:40:04 +0100

That's da sound of da police

Nos confrères de Politis révèlent la nature des nouvelles « grenades à effet sonore » dont les forces de l'ordre seront bientôt dotées.

GL-307 - Copie d'écran

Dans un article du 15 février 2024, nos excellents confrères de Politis donnaient des détails sur les nouveaux équipements que les forces de l'ordre seraient amenées bientôt à balancer aux pieds — ou dans la poire, c'est selon — des manifestants, récalcitrants ou non.

Notamment, Politis évoquait une grenade du fabricant brésilien Condor, la GL-307, une grenade à laquelle les fabricants et les pandores, dans leur jargon, accolent le qualificatif mignon-tout-plein « à effet sonore ». C'est sympa, les effets sonores, ça nous fait penser à Star Wars en THX ou à un mix de Cut Killer, non ?

Politis nous explique d'ailleurs que « selon la documentation de Condor, à une distance de 2 mètres, l’intensité de la grenade de maintien de l’ordre atteint 175 dB ». Ça doit être vachement sympa, comme effet sonore, assurément.

Mais alors, c'est quoi une grenade à « effet sonore » ? Et 175 dB, on imagine que c'est sans doute pas mal beaucoup, mais beaucoup combien ? Difficile en effet de se le représenter.

Grenade à effet sonore ?

Le son, ce sont des déplacements d'air qui vont provoquer des variations de pression sur un certains nombre de récepteurs mécaniques situés dans nos esgourdes. Le principe d'une grenade à effet sonore c'est, basiquement, de déplacer une grande quantité d'air quasiment instantanément. Un pétard, quoi. Mais un pétard vénère. En fait, quelques grammes d'un explosif puissant, ça donne un bon...

]]>

That's da sound of da police

Nos confrères de Politis révèlent la nature des nouvelles « grenades à effet sonore » dont les forces de l'ordre seront bientôt dotées.

GL-307 - Copie d'écran

Dans un article du 15 février 2024, nos excellents confrères de Politis donnaient des détails sur les nouveaux équipements que les forces de l'ordre seraient amenées bientôt à balancer aux pieds — ou dans la poire, c'est selon — des manifestants, récalcitrants ou non.

Notamment, Politis évoquait une grenade du fabricant brésilien Condor, la GL-307, une grenade à laquelle les fabricants et les pandores, dans leur jargon, accolent le qualificatif mignon-tout-plein « à effet sonore ». C'est sympa, les effets sonores, ça nous fait penser à Star Wars en THX ou à un mix de Cut Killer, non ?

Politis nous explique d'ailleurs que « selon la documentation de Condor, à une distance de 2 mètres, l’intensité de la grenade de maintien de l’ordre atteint 175 dB ». Ça doit être vachement sympa, comme effet sonore, assurément.

Mais alors, c'est quoi une grenade à « effet sonore » ? Et 175 dB, on imagine que c'est sans doute pas mal beaucoup, mais beaucoup combien ? Difficile en effet de se le représenter.

Grenade à effet sonore ?

Le son, ce sont des déplacements d'air qui vont provoquer des variations de pression sur un certains nombre de récepteurs mécaniques situés dans nos esgourdes. Le principe d'une grenade à effet sonore c'est, basiquement, de déplacer une grande quantité d'air quasiment instantanément. Un pétard, quoi. Mais un pétard vénère. En fait, quelques grammes d'un explosif puissant, ça donne un bon...

]]>
Occupations bruxelloises6d17c14c-9d1b-4ce5-a74c-72443b247371http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240213_182700_Occupations_bruxelloisesTue, 13 Feb 2024 18:27:00 +0100

D'une conférence sur le logiciel libre aux luttes des sans-papiers, itinéraire iconoclaste dans la capitale belge.

Les frontières sont souvent bien illusoires. Nos voisins européens vivent les mêmes crises que nous, y réagissent parfois différemment. Plongées dans le Bruxelles des occupations pour creuser les questions et les réponses belges aux crises du logement et des sans-papiers.

Les voies de la mobilisation sont impénétrables, un week-end de détente en Belgique peut se transformer en manifestation contre la précarité. - © Reflets

Les 3 et 4 février se tenait à Bruxelles, la conférence FosDem, une des plus grandes conférences européennes sur le logiciel libre. S'y rassemblaient des myriades de programmeurs et geeks en tout genre, évoluant entre ateliers éclairs de 30 minutes, « develloper rooms » toujours complètes et conférences plénières aux sujets cryptiques. L'avenir des logiciels libre était débattu, mais également l'adoption par une sombre librairie méconnue du dernier standard en vogue dans la communauté. La conférence se tenait à l'ULB, l'Université libre de Belgique.

Le samedi soir, une des soirées quasi officieuse de l'évènement, la « ByNight », était hébergée par le hackerspace Bruxellois, le HSBXL, uu troisième étage d'un ancien bâtiment industriel abandonné. Un lieu loué à une entreprise spécialisée, sous-louant ces ruines à des associations et permettant ainsi aux propriétaires d'éviter de payer la taxe sur les bâtiments inoccupés, fort chère en Belgique. Mais une occupation temporaire, le bâtiment devant être détruit prochainement.

Ici, le discours de la conférence est appuyée par ce grand écran bleu, la dernière mise à jour du conférencier n'étant pas compatible avec le rétroprojecteur. - © Reflets
Ici, le discours de la conférence est appuyée par ce grand écran bleu, la dernière mise à jour du conférencier n'étant pas compatible avec le rétroprojecteur. - Reflets

Une soirée « ByNight » en forme d'adieu, le HSBXL devant déménager dans les semaines qui viennent. - © Reflets
Une soirée « ByNight » en forme d'adieu, le HSBXL devant déménager dans les semaines qui viennent. - Reflets

Ces grands évènements, sponsorisés par les fleurons de l'industrie informatique, sont de ce...

]]>

D'une conférence sur le logiciel libre aux luttes des sans-papiers, itinéraire iconoclaste dans la capitale belge.

Les frontières sont souvent bien illusoires. Nos voisins européens vivent les mêmes crises que nous, y réagissent parfois différemment. Plongées dans le Bruxelles des occupations pour creuser les questions et les réponses belges aux crises du logement et des sans-papiers.

Les voies de la mobilisation sont impénétrables, un week-end de détente en Belgique peut se transformer en manifestation contre la précarité. - © Reflets

Les 3 et 4 février se tenait à Bruxelles, la conférence FosDem, une des plus grandes conférences européennes sur le logiciel libre. S'y rassemblaient des myriades de programmeurs et geeks en tout genre, évoluant entre ateliers éclairs de 30 minutes, « develloper rooms » toujours complètes et conférences plénières aux sujets cryptiques. L'avenir des logiciels libre était débattu, mais également l'adoption par une sombre librairie méconnue du dernier standard en vogue dans la communauté. La conférence se tenait à l'ULB, l'Université libre de Belgique.

Le samedi soir, une des soirées quasi officieuse de l'évènement, la « ByNight », était hébergée par le hackerspace Bruxellois, le HSBXL, uu troisième étage d'un ancien bâtiment industriel abandonné. Un lieu loué à une entreprise spécialisée, sous-louant ces ruines à des associations et permettant ainsi aux propriétaires d'éviter de payer la taxe sur les bâtiments inoccupés, fort chère en Belgique. Mais une occupation temporaire, le bâtiment devant être détruit prochainement.

Ici, le discours de la conférence est appuyée par ce grand écran bleu, la dernière mise à jour du conférencier n'étant pas compatible avec le rétroprojecteur. - © Reflets
Ici, le discours de la conférence est appuyée par ce grand écran bleu, la dernière mise à jour du conférencier n'étant pas compatible avec le rétroprojecteur. - Reflets

Une soirée « ByNight » en forme d'adieu, le HSBXL devant déménager dans les semaines qui viennent. - © Reflets
Une soirée « ByNight » en forme d'adieu, le HSBXL devant déménager dans les semaines qui viennent. - Reflets

Ces grands évènements, sponsorisés par les fleurons de l'industrie informatique, sont de ce...

]]>
Vous n'avez aucun contrôle sur vos viesa1010653-8bce-42b1-bb8d-38a8ef98b181http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240209_103614_Vous_n_avez_aucun_controle_sur_vos_viesFri, 09 Feb 2024 10:36:14 +0100

La preuve par les agriculteurs

Ils ont manifesté, bloqué des autoroutes, brûlé deux ou trois trucs avant de rentrer chez eux, pensant naïvement avoir obtenu quelque chose. Les agriculteurs, pas plus que les autres citoyens n'ont le moindre contrôle sur leurs vies. Et cela fait des décennies que cela dure. Explications.

Le pouvoir du monde de la finance est très sous-évalué - © Reflets

Les citoyens ont commencé à réellement comprendre qu'ils n'avaient que peu de contrôle sur leurs propres existences avec la crise des « subprimes » en 2008 et celle de la dette souveraine qui a commencé en 2010. Tout le monde ou presque a alors pris conscience (avant de l'oublier à nouveau ?) que nos vies étaient désormais à la merci de quelques financiers en costume prenant des décisions (pas toujours intelligentes) en haut de tours vitrées et qui nous regardent comme on observe des insectes accrochés avec une épingle dans une vitrine. Il dictent les lois avec l'aide de grands cabinets de consulting , des textes qu'ils seront souvent les seuls à savoir utiliser pour mettre en place une politique de prédation totale au détriment, évidemment, du plus grand nombre.

Pressés jusqu'à ce qu'il ne leur reste plus rien, les citoyens courent comme des lapins aveuglés par des phares. De temps en temps, quand il n'en peuvent vraiment plus, ils descendent dans la rue et espèrent que les dirigeants qu'ils ont élus et qui sont donc à leur service, simples dépositaires du pouvoir du peuple, vont répondre à leurs demandes.

C'est le cas récemment des agriculteurs. Ils ne parlaient pas d'une seule voix puisqu'il y avait là des petits producteurs et des dirigeants de méga consortiums qui pensent faire la pluie et le beau temps.

Ont-ils obtenu ce qu'ils voulaient ? Oui et non. Certains, parmi eux, pensent que les choses vont se...

]]>

La preuve par les agriculteurs

Ils ont manifesté, bloqué des autoroutes, brûlé deux ou trois trucs avant de rentrer chez eux, pensant naïvement avoir obtenu quelque chose. Les agriculteurs, pas plus que les autres citoyens n'ont le moindre contrôle sur leurs vies. Et cela fait des décennies que cela dure. Explications.

Le pouvoir du monde de la finance est très sous-évalué - © Reflets

Les citoyens ont commencé à réellement comprendre qu'ils n'avaient que peu de contrôle sur leurs propres existences avec la crise des « subprimes » en 2008 et celle de la dette souveraine qui a commencé en 2010. Tout le monde ou presque a alors pris conscience (avant de l'oublier à nouveau ?) que nos vies étaient désormais à la merci de quelques financiers en costume prenant des décisions (pas toujours intelligentes) en haut de tours vitrées et qui nous regardent comme on observe des insectes accrochés avec une épingle dans une vitrine. Il dictent les lois avec l'aide de grands cabinets de consulting , des textes qu'ils seront souvent les seuls à savoir utiliser pour mettre en place une politique de prédation totale au détriment, évidemment, du plus grand nombre.

Pressés jusqu'à ce qu'il ne leur reste plus rien, les citoyens courent comme des lapins aveuglés par des phares. De temps en temps, quand il n'en peuvent vraiment plus, ils descendent dans la rue et espèrent que les dirigeants qu'ils ont élus et qui sont donc à leur service, simples dépositaires du pouvoir du peuple, vont répondre à leurs demandes.

C'est le cas récemment des agriculteurs. Ils ne parlaient pas d'une seule voix puisqu'il y avait là des petits producteurs et des dirigeants de méga consortiums qui pensent faire la pluie et le beau temps.

Ont-ils obtenu ce qu'ils voulaient ? Oui et non. Certains, parmi eux, pensent que les choses vont se...

]]>
Parcoursup : le ministère ne répond plus10fc72d1-8bce-45ae-872d-38bc3898b1b0http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240205_164739_Parcoursup___le_ministere_ne_repond_plusMon, 05 Feb 2024 16:47:39 +0100

Le ministère de l'éducation nationale refuse de rendre public le code source de Parcoursup

C'est une sacrée pépite que l'on peut trouver dans la « Lettre d'information juridique n°228 » du ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques (et des établissements privés sous contrat).

OSS 117 - Rio ne répond plus - Copie d'écran

Un savant mélange de dinguerie juridique et d'incompétence technique, aromatisé d'un soupçon de bureaucratie façon soviétique, lui même saupoudré d'une dose généreuse de mauvaise foi, que seules les administrations françaises sont capables de nous mitonner à la perfection.

Dans toute bonne démocratie qui se respecte, la transparence dans le fonctionnement des administrations devrait être la règle. Tout citoyen devrait être en droit d'obtenir les documents qu'il souhaite consulter auprès de l'administration de son choix, qu'il s'agisse des notes de frais d'un édile local ou d'une étude sur l'évolution de la population de pingouins dans les locaux du ministère de la Culture.

Le Code des relations entre le public et l'administration donne une définition plutôt large — et c'est heureux — des documents consultables, en résumé n'importe quel document «produit ou reçu» par une administration. Cela inclut «notamment les dossiers, rapports, études, comptes rendus, procès-verbaux, statistiques, instructions, circulaires, notes et réponses ministérielles, correspondances, avis, prévisions, codes sources et décisions». Le code source des logiciels est donc inscrit dans la loi comme l'un des documents auquel tout un chacun est en droit de réclamer l'accès.

Il existe bien sûr des exceptions à ce principe. Certaines paraissent évidentes, par exemple lorsqu'il s'agit de protéger la vie privée, le secret médical ou le...

]]>

Le ministère de l'éducation nationale refuse de rendre public le code source de Parcoursup

C'est une sacrée pépite que l'on peut trouver dans la « Lettre d'information juridique n°228 » du ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques (et des établissements privés sous contrat).

OSS 117 - Rio ne répond plus - Copie d'écran

Un savant mélange de dinguerie juridique et d'incompétence technique, aromatisé d'un soupçon de bureaucratie façon soviétique, lui même saupoudré d'une dose généreuse de mauvaise foi, que seules les administrations françaises sont capables de nous mitonner à la perfection.

Dans toute bonne démocratie qui se respecte, la transparence dans le fonctionnement des administrations devrait être la règle. Tout citoyen devrait être en droit d'obtenir les documents qu'il souhaite consulter auprès de l'administration de son choix, qu'il s'agisse des notes de frais d'un édile local ou d'une étude sur l'évolution de la population de pingouins dans les locaux du ministère de la Culture.

Le Code des relations entre le public et l'administration donne une définition plutôt large — et c'est heureux — des documents consultables, en résumé n'importe quel document «produit ou reçu» par une administration. Cela inclut «notamment les dossiers, rapports, études, comptes rendus, procès-verbaux, statistiques, instructions, circulaires, notes et réponses ministérielles, correspondances, avis, prévisions, codes sources et décisions». Le code source des logiciels est donc inscrit dans la loi comme l'un des documents auquel tout un chacun est en droit de réclamer l'accès.

Il existe bien sûr des exceptions à ce principe. Certaines paraissent évidentes, par exemple lorsqu'il s'agit de protéger la vie privée, le secret médical ou le...

]]>
Vous avez dit « doléances » ? 600aa5c9-7050-4d4b-861e-2c0d387fafc2http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240205_104050_Vous_avez_dit____doleances______Mon, 05 Feb 2024 10:40:50 +0100

Dessous Choc #17

Dans un documentaire inédit « Les doléances » (diffusé le 8 février sur les antennes régionales de France 3 et disponible à partir du 9 février sur le site de France Télévisions) Hélène Desplanques s’intéresse à un véritable trésor enterré par le pouvoir.

Dans le sillage de la crise des Gilets jaunes, il y a tout juste cinq ans, Emmanuel Macron lançait un grand débat national, bientôt suivie par la décision, suggérée à l’origine par un collectif de maires ruraux, de recueillir les doléances des citoyens. Quelque 200.000 contributions (représentant pas moins de 20.000 cahiers) ont été rédigées par des français de tous milieux, enthousiastes de se prêter à un exercice démocratique hors du commun. Sauf que toute cette somme dort depuis dans les différents sites des archives départementales de l’hexagone.

Fabrice Dalongeville, initiateur de l’opération « mairie ouverte » créée avant même le grand débat, est le charismatique personnage fil-rouge de ce documentaire. Avec un optimisme à toute épreuve, l’édile d’une petite commune de l’Oise se bat pour que ces contributions puissent être enfin rendues publiques. La caméra d’Hélène Desplanques le suit dans une sorte de road trip citoyen de la Creuse, jusqu’en Meuse, en passant par la Gironde et même jusqu’à l’Assemblée nationale, à la rencontre d’hommes et de femmes (dont des anciens Gilets jaunes) qui avaient cru dans la parole présidentielle.

Ne nous y trompons cependant pas, le héros de ce film n’est pas cet élu particulièrement engagé, mais, comme l’explique Hélène Desplanques dans ce podcast, les doléances elles-mêmes, bien visibles à l’écran comme une sorte de refrain entêtant. Dans des graphies régulières ou hésitantes, chacune d’elles font état de réalités bien concrètes, souvent marquées par la détresse mais surtout par une dignité qui force l’admiration… La dignité de citoyens trahis qui n’ont, semble-t-il, pas dit leur dernier mot.

Deux "crieurs publics" qui apparaissent dans le documentaire - D.R.
Deux "crieurs publics" qui apparaissent dans le documentaire - D.R.


La programmation des projections du documentaire (suivies de débats) est à retrouver sur le site : lesdoleances.fr/

]]>

Dessous Choc #17

Dans un documentaire inédit « Les doléances » (diffusé le 8 février sur les antennes régionales de France 3 et disponible à partir du 9 février sur le site de France Télévisions) Hélène Desplanques s’intéresse à un véritable trésor enterré par le pouvoir.

Dans le sillage de la crise des Gilets jaunes, il y a tout juste cinq ans, Emmanuel Macron lançait un grand débat national, bientôt suivie par la décision, suggérée à l’origine par un collectif de maires ruraux, de recueillir les doléances des citoyens. Quelque 200.000 contributions (représentant pas moins de 20.000 cahiers) ont été rédigées par des français de tous milieux, enthousiastes de se prêter à un exercice démocratique hors du commun. Sauf que toute cette somme dort depuis dans les différents sites des archives départementales de l’hexagone.

Fabrice Dalongeville, initiateur de l’opération « mairie ouverte » créée avant même le grand débat, est le charismatique personnage fil-rouge de ce documentaire. Avec un optimisme à toute épreuve, l’édile d’une petite commune de l’Oise se bat pour que ces contributions puissent être enfin rendues publiques. La caméra d’Hélène Desplanques le suit dans une sorte de road trip citoyen de la Creuse, jusqu’en Meuse, en passant par la Gironde et même jusqu’à l’Assemblée nationale, à la rencontre d’hommes et de femmes (dont des anciens Gilets jaunes) qui avaient cru dans la parole présidentielle.

Ne nous y trompons cependant pas, le héros de ce film n’est pas cet élu particulièrement engagé, mais, comme l’explique Hélène Desplanques dans ce podcast, les doléances elles-mêmes, bien visibles à l’écran comme une sorte de refrain entêtant. Dans des graphies régulières ou hésitantes, chacune d’elles font état de réalités bien concrètes, souvent marquées par la détresse mais surtout par une dignité qui force l’admiration… La dignité de citoyens trahis qui n’ont, semble-t-il, pas dit leur dernier mot.

Deux "crieurs publics" qui apparaissent dans le documentaire - D.R.
Deux "crieurs publics" qui apparaissent dans le documentaire - D.R.


La programmation des projections du documentaire (suivies de débats) est à retrouver sur le site : lesdoleances.fr/

]]>
La vérité, le droit et le macronisme sont sur un bateau...05e1efa8-5e25-46c5-8aff-a40ecbf3e1adhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240126_193843_La_verite__le_droit_et_le_macronisme_sont_sur_un_bateau...Fri, 26 Jan 2024 19:38:43 +0100

Les deux premiers tombent à l'eau et se noient

Les délires sur le mode « faits alternatifs » et « post vérité » ne sont finalement pas réservés à Trump et ses adorateurs. La gestion de la crise des agriculteurs démontre que par peur d'une « Jacquerie », par veulerie, le gouvernement, piloté en sous-main par Emmanuel Macron est capable de s'assoir sur le droit et d'énoncer des mensonges plus gros que l'ego du président lui-même. C'est dire.

Arrestation de Farida le 16 juin 2020. Elle n'avait pas de tracteur, son coup de sang n'était pas légitime. - © Antoine Guibert

« En tant que ministre de l'intérieur, à la demande du président et du premier ministre, je les laisse faire », à expliqué Gérald Darmanin sur TF1. Il faut bien écouter le ministre et ne pas se focaliser immédiatement sur la suite de son discours. C'est à la demande d'Emmanuel Macron et de Gabriel Attal que le ministre de l'Intérieur impose aux forces de l'ordre de ne pas intervenir contre les agriculteurs en colère. L'exécutif décide donc désormais de manière complètement arbitraire qui peut manifester, mettre le feu, ravager des parkings de supermarchés, bloquer la circulation sur des centaines de kilomètres de routes sans risquer la moindre répercussion. Emmanuel Macron et Gabriel Atal ont demandé à Gérald Darmanin de les « laisser faire ».

Devant Gilles Bouleau, un journaliste de TF1 pourtant pas soupçonnable d'être à la solde de l'extrême-gauche mais totalement éberlué, le ministre a précisé ses propos. « Est-ce que les agriculteurs ont le droit de revendiquer ? Est-ce qu’ils souffrent ? Oui, ils souffrent et ils ont le droit de revendiquer. Est-ce qu’on doit les laisser faire sans envoyer les CRS ? Oui. Je les laisse faire ». Tout de même, relève Gilles Bouleau, les agriculteurs ont défoncé la grille de la préfecture de Bordeaux... « Est-ce que les agriculteurs s’en prennent aux policiers ou aux gendarmes ? Est-ce qu’ils mettent le feu aux bâtiments publics ? », explique le ministre de...

]]>

Les deux premiers tombent à l'eau et se noient

Les délires sur le mode « faits alternatifs » et « post vérité » ne sont finalement pas réservés à Trump et ses adorateurs. La gestion de la crise des agriculteurs démontre que par peur d'une « Jacquerie », par veulerie, le gouvernement, piloté en sous-main par Emmanuel Macron est capable de s'assoir sur le droit et d'énoncer des mensonges plus gros que l'ego du président lui-même. C'est dire.

Arrestation de Farida le 16 juin 2020. Elle n'avait pas de tracteur, son coup de sang n'était pas légitime. - © Antoine Guibert

« En tant que ministre de l'intérieur, à la demande du président et du premier ministre, je les laisse faire », à expliqué Gérald Darmanin sur TF1. Il faut bien écouter le ministre et ne pas se focaliser immédiatement sur la suite de son discours. C'est à la demande d'Emmanuel Macron et de Gabriel Attal que le ministre de l'Intérieur impose aux forces de l'ordre de ne pas intervenir contre les agriculteurs en colère. L'exécutif décide donc désormais de manière complètement arbitraire qui peut manifester, mettre le feu, ravager des parkings de supermarchés, bloquer la circulation sur des centaines de kilomètres de routes sans risquer la moindre répercussion. Emmanuel Macron et Gabriel Atal ont demandé à Gérald Darmanin de les « laisser faire ».

Devant Gilles Bouleau, un journaliste de TF1 pourtant pas soupçonnable d'être à la solde de l'extrême-gauche mais totalement éberlué, le ministre a précisé ses propos. « Est-ce que les agriculteurs ont le droit de revendiquer ? Est-ce qu’ils souffrent ? Oui, ils souffrent et ils ont le droit de revendiquer. Est-ce qu’on doit les laisser faire sans envoyer les CRS ? Oui. Je les laisse faire ». Tout de même, relève Gilles Bouleau, les agriculteurs ont défoncé la grille de la préfecture de Bordeaux... « Est-ce que les agriculteurs s’en prennent aux policiers ou aux gendarmes ? Est-ce qu’ils mettent le feu aux bâtiments publics ? », explique le ministre de...

]]>
Et si l'on mesurait l'action économique d'Emmanuel Macron ?f0ae33fb-037e-4785-8522-70a11d20708ahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240125_150255_Et_si_l_on_mesurait_l_action_economique_d_Emmanuel_Macron__Thu, 25 Jan 2024 15:02:55 +0100

Globalement, son action est neutre

Réformer ! Tous les politiques n'ont que ce mot à la bouche. Comme s'ils ne pouvaient se contenter de gérer la copropriété « France » et tenter de la faire prospérer sur la base des acquis. Alors, toutes ces réformes libérales entreprises par Emmanuel Macron depuis 2017, qu'ont-elles donné ? Toute la casse sociale au service d'un supposé progrès économique, peut-on le mesurer ?

Les politiques sont toujours persuadés de faire mieux que leurs prédécesseurs sur le plan économique. Quitte à dépasser les bornes en termes de mensonges. - Copie d'écran

L'économie est tout sauf une science exacte. On est dans l'à peu près, les théories se tirant la bourre pour promettre de faire en sorte que tout baigne dans l'huile de noix de coco. Mais d'ailleurs, qu'est-ce que la réussite sur le plan économique ? Est-ce une progression de Produit intérieur brut (PIB) ? Où plutôt une amélioration des conditions de vie des habitants d'un pays ? Et encore, comment mesurer cette amélioration ? Par une hausse des salaires ? De l'épargne ? Par une meilleure couverture sociale ? Un enseignement de qualité et gratuit ? Une médecine de pointe accessible à tous ? Bref. S'il y a une certitude, c'est que c'est compliqué.

Tellement compliqué que les politiques, généralement assez mauvais dans ce domaine, n'ont la plupart du temps aucune idée des effets de bords provoqués par leurs décisions. Ils croient en leur réussite sur ce plan comme le charbonnier a la foi. C'est tout simplement irrationnel.

L'économie est une balance à plateaux multiples. Influer sur un des plateaux (les taux par exemple) en fait bouger un autre (l'investissement), mais aussi deux ou trois auxquels personne n'avait pensé. Et ces effets de bords peuvent varier dans le temps. Une action décidée dans l'environnement mondial des années 80 n'aura pas les mêmes effets que ceux liés à une décision du même type mais prise aujourd'hui...

Pour mesurer l'impact sur l'économie d'un président qui...

]]>

Globalement, son action est neutre

Réformer ! Tous les politiques n'ont que ce mot à la bouche. Comme s'ils ne pouvaient se contenter de gérer la copropriété « France » et tenter de la faire prospérer sur la base des acquis. Alors, toutes ces réformes libérales entreprises par Emmanuel Macron depuis 2017, qu'ont-elles donné ? Toute la casse sociale au service d'un supposé progrès économique, peut-on le mesurer ?

Les politiques sont toujours persuadés de faire mieux que leurs prédécesseurs sur le plan économique. Quitte à dépasser les bornes en termes de mensonges. - Copie d'écran

L'économie est tout sauf une science exacte. On est dans l'à peu près, les théories se tirant la bourre pour promettre de faire en sorte que tout baigne dans l'huile de noix de coco. Mais d'ailleurs, qu'est-ce que la réussite sur le plan économique ? Est-ce une progression de Produit intérieur brut (PIB) ? Où plutôt une amélioration des conditions de vie des habitants d'un pays ? Et encore, comment mesurer cette amélioration ? Par une hausse des salaires ? De l'épargne ? Par une meilleure couverture sociale ? Un enseignement de qualité et gratuit ? Une médecine de pointe accessible à tous ? Bref. S'il y a une certitude, c'est que c'est compliqué.

Tellement compliqué que les politiques, généralement assez mauvais dans ce domaine, n'ont la plupart du temps aucune idée des effets de bords provoqués par leurs décisions. Ils croient en leur réussite sur ce plan comme le charbonnier a la foi. C'est tout simplement irrationnel.

L'économie est une balance à plateaux multiples. Influer sur un des plateaux (les taux par exemple) en fait bouger un autre (l'investissement), mais aussi deux ou trois auxquels personne n'avait pensé. Et ces effets de bords peuvent varier dans le temps. Une action décidée dans l'environnement mondial des années 80 n'aura pas les mêmes effets que ceux liés à une décision du même type mais prise aujourd'hui...

Pour mesurer l'impact sur l'économie d'un président qui...

]]>
Amélie Oudéa-Castéra : un continuum de gros revenus ?523d1104-aa27-4aa2-987d-6613a700c6e3http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240123_214457_Amelie_Oudea-Castera___un_continuum_de_gros_revenus__Tue, 23 Jan 2024 21:44:57 +0100

Une véritable question d’éducation, sans aucun doute

Dans ses premiers discours lancés à l’attention des fonctionnaires de l’Éducation nationale la ministre n’a pas évoqué le problème des salaires qui sont plutôt faibles par rapport à la moyenne Européenne. Peut-elle seulement entrevoir ce genre de difficultés ?

La ministre de l'Éducation nationale, Amélie Oudéa-Castéra - Copie d'écran - site du gouvernement

Les envolées lyriques prononcées en « Français-Linkedin » resteront à jamais la marque de la nouvelle ministre de l’éducation Amélie Oudéa-Castéra. Devant la représentation nationale, elle a ainsi déclamé : « le président de la république et le premier ministre m’ont confié un continuum de responsabilités aux synergies qui sont en effet nombreuses mais au cœur de ce continuum, il y a une ambition, le réarmement civique de notre jeunesse. Et un trésor : l'école. Je m'appuierai sur trois piliers. Restaurer l'exigence à travers le choc des savoirs impulsé par Gabriel Attal et réaffirmer l'autorité de nos professeurs. Renforcer l'attractivité des métiers en réinventant la formation initiale, en repensant la formation continue, en améliorant l'organisation des remplacements de courte durée, en revalorisant les carrières et les conditions de travail, des enseignants mais aussi des AESH ou des infirmières scolaires ».

Et dans ce grand projet politico-philosophique, pas un mot sur les salaires des profs. Ce n’est peut-être pas tout à fait un hasard…

Quitte à vouloir réenchanter le métier de professeur, un petit mot sur les salaires aurait pourtant été de bon ton. Car en effet un professeur gagne 2.000 euros bruts en début de carrière, soit environ 2.000 euros nets en y ajoutant les primes. Pas de quoi pavoiser puisque rapporté à une échelle commune, un professeur français gagne à peine plus de la moitié de ce que perçoit son homologue Allemand.

Selon le ...

]]>

Une véritable question d’éducation, sans aucun doute

Dans ses premiers discours lancés à l’attention des fonctionnaires de l’Éducation nationale la ministre n’a pas évoqué le problème des salaires qui sont plutôt faibles par rapport à la moyenne Européenne. Peut-elle seulement entrevoir ce genre de difficultés ?

La ministre de l'Éducation nationale, Amélie Oudéa-Castéra - Copie d'écran - site du gouvernement

Les envolées lyriques prononcées en « Français-Linkedin » resteront à jamais la marque de la nouvelle ministre de l’éducation Amélie Oudéa-Castéra. Devant la représentation nationale, elle a ainsi déclamé : « le président de la république et le premier ministre m’ont confié un continuum de responsabilités aux synergies qui sont en effet nombreuses mais au cœur de ce continuum, il y a une ambition, le réarmement civique de notre jeunesse. Et un trésor : l'école. Je m'appuierai sur trois piliers. Restaurer l'exigence à travers le choc des savoirs impulsé par Gabriel Attal et réaffirmer l'autorité de nos professeurs. Renforcer l'attractivité des métiers en réinventant la formation initiale, en repensant la formation continue, en améliorant l'organisation des remplacements de courte durée, en revalorisant les carrières et les conditions de travail, des enseignants mais aussi des AESH ou des infirmières scolaires ».

Et dans ce grand projet politico-philosophique, pas un mot sur les salaires des profs. Ce n’est peut-être pas tout à fait un hasard…

Quitte à vouloir réenchanter le métier de professeur, un petit mot sur les salaires aurait pourtant été de bon ton. Car en effet un professeur gagne 2.000 euros bruts en début de carrière, soit environ 2.000 euros nets en y ajoutant les primes. Pas de quoi pavoiser puisque rapporté à une échelle commune, un professeur français gagne à peine plus de la moitié de ce que perçoit son homologue Allemand.

Selon le ...

]]>
HabiterEnfin ! revient sur le verdict du procès Font Del Reyf82922f8-f5d4-4dd1-8c85-36ac3900353fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240123_105136_HabiterEnfin___revient_sur_le_verdict_du_proces_Font_Del_ReyTue, 23 Jan 2024 10:51:36 +0100

Analyse du verdict d'un des premiers procès de marchands de sommeil opérant dans une grande copropriété

Pour mieux comprendre les tenants humains et juridiques de la décision du tribunal de Montpellier, entretien avec le conseil d'administration de HabiterEnfin !, l'association à l'origine de cette affaire.

Font Del Rey, une affaire qui révèle les méthodes des marchands de sommeil - © Reflets

Le 15 novembre dernier, le tribunal de Montpellier rendait son verdict dans le procès des marchands de sommeil de la résidence Font Del Rey dans le quartier populaire de la Mosson à Montpellier. Nous avions suivi de près l'affaire, d'abord en revenant sur sa mise sous les projecteurs par l'association Habiter Enfin !, une histoire qui avait duré presque 10 ans. Dans un deuxième volet, nous avions décortiqué les ficelles de l'opération des marchands de sommeil, dévoilant notamment que ceux-ci présidaient à la destinée de l'immeuble depuis bien plus longtemps que ce que leurs déclarations aux procès ne laissaient penser.

Pour comprendre les tenants et les aboutissants de la décision du tribunal, nous sommes allés rencontrer le conseil d'administration de l'association HabiterEnfin ! pour qu'il nous livre son analyse sur ce jugement.

Reflets : Le tribunal reconnait l'existence d'un système visant à « utiliser des déséquilibres sociaux-économiques en défaveur de cette population aux fins de réaliser des profits financiers » avec un réel risque pour leurs personnes. Comment appréciez-vous cette décision du tribunal ?

HabiterEnfin ! : Depuis vingt-cinq ans, l’association Habiter Enfin! agit principalement dans deux directions:

  • Accompagner les familles victimes de discriminations pour favoriser leur accès à un logement digne et adapté à leurs besoins;
  • Lutter contre toutes les formes de discrimination dans l’accès au logement, ce...
]]>

Analyse du verdict d'un des premiers procès de marchands de sommeil opérant dans une grande copropriété

Pour mieux comprendre les tenants humains et juridiques de la décision du tribunal de Montpellier, entretien avec le conseil d'administration de HabiterEnfin !, l'association à l'origine de cette affaire.

Font Del Rey, une affaire qui révèle les méthodes des marchands de sommeil - © Reflets

Le 15 novembre dernier, le tribunal de Montpellier rendait son verdict dans le procès des marchands de sommeil de la résidence Font Del Rey dans le quartier populaire de la Mosson à Montpellier. Nous avions suivi de près l'affaire, d'abord en revenant sur sa mise sous les projecteurs par l'association Habiter Enfin !, une histoire qui avait duré presque 10 ans. Dans un deuxième volet, nous avions décortiqué les ficelles de l'opération des marchands de sommeil, dévoilant notamment que ceux-ci présidaient à la destinée de l'immeuble depuis bien plus longtemps que ce que leurs déclarations aux procès ne laissaient penser.

Pour comprendre les tenants et les aboutissants de la décision du tribunal, nous sommes allés rencontrer le conseil d'administration de l'association HabiterEnfin ! pour qu'il nous livre son analyse sur ce jugement.

Reflets : Le tribunal reconnait l'existence d'un système visant à « utiliser des déséquilibres sociaux-économiques en défaveur de cette population aux fins de réaliser des profits financiers » avec un réel risque pour leurs personnes. Comment appréciez-vous cette décision du tribunal ?

HabiterEnfin ! : Depuis vingt-cinq ans, l’association Habiter Enfin! agit principalement dans deux directions:

  • Accompagner les familles victimes de discriminations pour favoriser leur accès à un logement digne et adapté à leurs besoins;
  • Lutter contre toutes les formes de discrimination dans l’accès au logement, ce...
]]>
Au tribunal de Paris, le petit Noël du crack25d2c760-6614-4cd4-bbef-c5debe55f1d8http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240122_112655_Au_tribunal_de_Paris__le_petit_Noel_du_crackMon, 22 Jan 2024 11:26:55 +0100

Les crackheads dormiront en prison pendant les JO

Vendredi 22 décembre 2023, au tribunal de Paris, une audience de comparution immédiate. La moitié des prévenus sont jugés pour de la revente de crack. Ils vivent tous dans la misère et dormiront tous en prison le soir-même, car les infractions liées au crack sont plus sévèrement réprimées que celles liées aux autres produits stupéfiants.

Palais de justice de Paris - © Reflets

Le choc carcéral, c’est l’effet qu’une première incarcération produit sur un détenu : de l’angoisse, un abattement dépressif, une altération du rapport à soi-même. Il se produit au début de la détention et dure quelques jours, pendants lesquels le risque de suicide est au maximum. C’est pour cela qu’il existe un «quartier arrivants» où les détenus sont parqués, le temps que le choc éventuel passe, avant d’être placés en détention classique.

C’est un «choc carcéral dont Monsieur a besoin», dit le procureur dans son réquisitoire contre un prévenu en récidive. Parce que dans l’esprit du procureur, ce «choc carcéral» est une bonne chose, c’est même tout à fait positif, ça fait comprendre la vie, ça aide à distinguer le bien du mal et à faire en sorte de ne plus troubler l’ordre public par la commission de délits. Après ça, on avance, et ce jeune majeur qui vient de prendre quatorze mois de prison ferme a bien besoin d’avancer.

Choc carcéral pour Monsieur, qui redescend dans les geôles du tribunal pour être aussitôt remplacé par Daouda, 21 ans, déjà bénéficiaire de plusieurs chocs carcéraux et qui n’a pas avancé malgré l’aubaine de ce choc offert systématiquement par la justice aux personnes qui, comme Daouda, ont à voir avec le crack.

Le soir venu dans le quartier de Stalingrad à cheval sur les 10e et 19e arrondissement, des grappes d’hommes se forment au bord du canal, dans les coins de la place de la Rotonde, sous le métro aérien de la ligne 2. Il y a des tentes, des soupes...

]]>

Les crackheads dormiront en prison pendant les JO

Vendredi 22 décembre 2023, au tribunal de Paris, une audience de comparution immédiate. La moitié des prévenus sont jugés pour de la revente de crack. Ils vivent tous dans la misère et dormiront tous en prison le soir-même, car les infractions liées au crack sont plus sévèrement réprimées que celles liées aux autres produits stupéfiants.

Palais de justice de Paris - © Reflets

Le choc carcéral, c’est l’effet qu’une première incarcération produit sur un détenu : de l’angoisse, un abattement dépressif, une altération du rapport à soi-même. Il se produit au début de la détention et dure quelques jours, pendants lesquels le risque de suicide est au maximum. C’est pour cela qu’il existe un «quartier arrivants» où les détenus sont parqués, le temps que le choc éventuel passe, avant d’être placés en détention classique.

C’est un «choc carcéral dont Monsieur a besoin», dit le procureur dans son réquisitoire contre un prévenu en récidive. Parce que dans l’esprit du procureur, ce «choc carcéral» est une bonne chose, c’est même tout à fait positif, ça fait comprendre la vie, ça aide à distinguer le bien du mal et à faire en sorte de ne plus troubler l’ordre public par la commission de délits. Après ça, on avance, et ce jeune majeur qui vient de prendre quatorze mois de prison ferme a bien besoin d’avancer.

Choc carcéral pour Monsieur, qui redescend dans les geôles du tribunal pour être aussitôt remplacé par Daouda, 21 ans, déjà bénéficiaire de plusieurs chocs carcéraux et qui n’a pas avancé malgré l’aubaine de ce choc offert systématiquement par la justice aux personnes qui, comme Daouda, ont à voir avec le crack.

Le soir venu dans le quartier de Stalingrad à cheval sur les 10e et 19e arrondissement, des grappes d’hommes se forment au bord du canal, dans les coins de la place de la Rotonde, sous le métro aérien de la ligne 2. Il y a des tentes, des soupes...

]]>
Peut-on encore surmonter la honte générée par Emmanuel Macron ?17d97f66-818d-4d0d-983a-4848bdd7400ahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240118_184158_Peut-on_encore_surmonter_la_honte_generee_par_Emmanuel_Macron___Thu, 18 Jan 2024 18:41:58 +0100

Être représenté par des vaniteux devient franchement insupportable

Alors que le monde fait face à des défis énormes, le président de la république convoque toute la presse pendant près de trois heures pour lui parler cours de théâtre, fertilité et uniforme. Les ministres s’embourbent dans leurs mensonges et leur incapacité à aligner deux phrases cohérentes. Ils nous font honte !

Le président a fait des annonces qui ont bouleversé la marche du monde - Bésot - http://besot.canalblog.com/

On nous glisse dans l’oreillette qu’il serait normal d’éprouver et de démontrer un certain «respect pour la fonction» présidentielle. Certes. Mais tout de même… Arrivés au stade où nous en sommes, il serait peut-être temps de dire les choses en choisissant les mots justes. Pour bon nombre de nos concitoyens, on dirait bien que la coupe est pleine. Difficile d’être représentés par des médiocres infatués.

Mardi 16 janvier, le président Emmanuel Macron a convoqué la presse. Et celle-ci s’est exécutée. Pas moins de huit chaînes de télévision ont retransmis la conférence: TF1, France 2, BFMTV, CNews, LCI, France Info, LCP et TV5 Monde. Il y avait comme un air d’ORTF. Seule innovation — startup nation oblige: l’image n’était pas en noir et blanc.

L’attente était forte.

Sur le plan national, l’inflation grignote chaque mois le maigre porte-monnaie des Français. Emmanuel Macron a trouvé un pays avec une hausse des prix à la consommation de 0,2% en 2016. En 2017, on passe à 1%. Puis 1,8% en 2018. Petit répit en 2019 et 2020 avec une hausse, respectivement, de 1,1% et 0,5%. Mais en 2021, on repasse à 1,6% puis 5,2% en 2022 et 4,9% en 2023. Quel plan macro-économique d’envergure le président allait-il annoncer? Un plan qui tiendrait compte des problématiques mondiales (hausse des taux, inflation, surendettement des pays et des entreprises…)?

Taux d'inflation en France - INSEE
Taux d'inflation en France - INSEE

Les services publics s’écroulent. L’hôpital qui ne parvient même plus à écluser les urgences, qui...

]]>

Être représenté par des vaniteux devient franchement insupportable

Alors que le monde fait face à des défis énormes, le président de la république convoque toute la presse pendant près de trois heures pour lui parler cours de théâtre, fertilité et uniforme. Les ministres s’embourbent dans leurs mensonges et leur incapacité à aligner deux phrases cohérentes. Ils nous font honte !

Le président a fait des annonces qui ont bouleversé la marche du monde - Bésot - http://besot.canalblog.com/

On nous glisse dans l’oreillette qu’il serait normal d’éprouver et de démontrer un certain «respect pour la fonction» présidentielle. Certes. Mais tout de même… Arrivés au stade où nous en sommes, il serait peut-être temps de dire les choses en choisissant les mots justes. Pour bon nombre de nos concitoyens, on dirait bien que la coupe est pleine. Difficile d’être représentés par des médiocres infatués.

Mardi 16 janvier, le président Emmanuel Macron a convoqué la presse. Et celle-ci s’est exécutée. Pas moins de huit chaînes de télévision ont retransmis la conférence: TF1, France 2, BFMTV, CNews, LCI, France Info, LCP et TV5 Monde. Il y avait comme un air d’ORTF. Seule innovation — startup nation oblige: l’image n’était pas en noir et blanc.

L’attente était forte.

Sur le plan national, l’inflation grignote chaque mois le maigre porte-monnaie des Français. Emmanuel Macron a trouvé un pays avec une hausse des prix à la consommation de 0,2% en 2016. En 2017, on passe à 1%. Puis 1,8% en 2018. Petit répit en 2019 et 2020 avec une hausse, respectivement, de 1,1% et 0,5%. Mais en 2021, on repasse à 1,6% puis 5,2% en 2022 et 4,9% en 2023. Quel plan macro-économique d’envergure le président allait-il annoncer? Un plan qui tiendrait compte des problématiques mondiales (hausse des taux, inflation, surendettement des pays et des entreprises…)?

Taux d'inflation en France - INSEE
Taux d'inflation en France - INSEE

Les services publics s’écroulent. L’hôpital qui ne parvient même plus à écluser les urgences, qui...

]]>
Mots de passe ministériels dans la nature : ça continue614e1467-c21b-40b1-80e1-623c1a46db93http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240115_142540_Mots_de_passe_ministeriels__dans_la_nature_____a_continueMon, 15 Jan 2024 14:25:40 +0100

Une équipe gouvernementale pas très « Net » ?

Après le directeur de cabinet d'Attal, c'est au tour de son remplaçant de laisser traîner ses mots de passe sur internet. Et pas mieux du côté du remplaçant du remplaçant… La liste s'allonge et la question du rôle préventif de l'ANSSI se fait de plus en plus prégnante.

De gauche à droite, Emmanuel Moulin, Bertrand Dumont et Jérôme Fournel. - Copies d'écrans du site du FMI, du ministère de l'économie et de Youtube.

Plus ça va, moins ça va. Nous avions alerté sur les patrons de l'ANSSI, l'agence chargée de la sécurisation des réseaux informatiques gouvernementaux, sur les membres du gouvernement, sur Emmanuel Moulin, le directeur de cabinet de Gabriel Attal mais visiblement, c'est une cascade sans fin... Voilà qu'un mot de passe de Bertrand Dumont, remplaçant d'Emmanuel Moulin, circule aussi sur Internet. Mais ce n'est pas fini, un mot de passe de Jérôme Fournel, lui-même remplaçant de Bertrand Dumont, est disponible dans une « combo list » traînant sur le « Darknet ». Vous êtes perdus ? C'est normal.

On reprend dans l'ordre et tout doucement.

En octobre, nous avions publié un article dans lequel nous expliquions qu'en recherchant les traces numériques des patrons de l'ANSSI, nous avions découvert qu'ils avaient des habitudes sur Internet assez éloignées des canons de la cybersécurité. En utilisant de simples outils de renseignement en sources ouvertes (OSINT), nous avions trouvé leurs mails sur des plateformes américaines, des mots de passe ayant fuité après des piratages de sites marchands.

Forts de ce constat de non « hygiène informatique » (le terme à été inventé par l'ANSSI), nous avions regardé l'empreinte numérique des ministres. Les grandes déclarations sur la souveraineté numérique des uns et des autres, les annonces liées à l'utilisation d'Olvid comme système de messagerie instantanée,...

]]>

Une équipe gouvernementale pas très « Net » ?

Après le directeur de cabinet d'Attal, c'est au tour de son remplaçant de laisser traîner ses mots de passe sur internet. Et pas mieux du côté du remplaçant du remplaçant… La liste s'allonge et la question du rôle préventif de l'ANSSI se fait de plus en plus prégnante.

De gauche à droite, Emmanuel Moulin, Bertrand Dumont et Jérôme Fournel. - Copies d'écrans du site du FMI, du ministère de l'économie et de Youtube.

Plus ça va, moins ça va. Nous avions alerté sur les patrons de l'ANSSI, l'agence chargée de la sécurisation des réseaux informatiques gouvernementaux, sur les membres du gouvernement, sur Emmanuel Moulin, le directeur de cabinet de Gabriel Attal mais visiblement, c'est une cascade sans fin... Voilà qu'un mot de passe de Bertrand Dumont, remplaçant d'Emmanuel Moulin, circule aussi sur Internet. Mais ce n'est pas fini, un mot de passe de Jérôme Fournel, lui-même remplaçant de Bertrand Dumont, est disponible dans une « combo list » traînant sur le « Darknet ». Vous êtes perdus ? C'est normal.

On reprend dans l'ordre et tout doucement.

En octobre, nous avions publié un article dans lequel nous expliquions qu'en recherchant les traces numériques des patrons de l'ANSSI, nous avions découvert qu'ils avaient des habitudes sur Internet assez éloignées des canons de la cybersécurité. En utilisant de simples outils de renseignement en sources ouvertes (OSINT), nous avions trouvé leurs mails sur des plateformes américaines, des mots de passe ayant fuité après des piratages de sites marchands.

Forts de ce constat de non « hygiène informatique » (le terme à été inventé par l'ANSSI), nous avions regardé l'empreinte numérique des ministres. Les grandes déclarations sur la souveraineté numérique des uns et des autres, les annonces liées à l'utilisation d'Olvid comme système de messagerie instantanée,...

]]>
Le mot de passe du directeur de cabinet de Gabriel Attal en clair sur le Net289b4886-e795-44e8-a23c-8a9cba8d6a45http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240112_093146_Le_mot_de_passe_du_directeur_de_cabinet_de_Gabriel_Attal_en_clair_sur_le_NetFri, 12 Jan 2024 09:31:46 +0100

Une « erreur », avoue-t-il

Ouvrir des comptes sur des plateformes privées comme Copains d'avant ou Deezer avec un mail de l'Élysée, c'est un déjà un peu léger mais cela devient vraiment problématique quand ces sites grand public se font pirater. Les mots de passe finissent sur le « Darkweb » : vie privée et photos des bons potes avec bien sûr…

Le mot de passe circule sur Tor

Emmanuel Moulin a l'air un peu perplexe lorsqu'on l'appelle sur son portable avec cette question : avez-vous bien ouvert un compte sur Copains d'avant et sur Deezer avec votre adresse mail emmanuel.moulin@elysee.fr ? « Mais qui êtes-vous ? » s'enquière-t-il. Il faut dire que l'homme doit être actuellement occupé à bien d'autres choses, il vient d'être nommé directeur de cabinet du nouveau premier ministre, Gabriel Attal. Et puis ça lui revient. « c'était il y a quinze ans, quand j'étais à l'Élysée... Et alors ? » Alors, cela peut poser un problème de sécurité quand ces sites se font pirater et que vos mots de passe circulent sur le « Darkweb »...

Lorsque l'on énonce le mot de passe, un long silence se fait entendre. Emmanuel Moulin reprend : « C'était une erreur en effet. Eh bien je vais changer ces mots de passe ».

Bonne idée...

Outre le fait qu'il soit accessible sur Internet, le mot de passe est composé de prénoms de membres de sa famille est il est évidemment extrêmement simple à trouver. Emmanuel Moulin a été conseiller économique de Nicolas Sarkozy, à l'Élysée, de juin 2009 à mai 2012.

Allo l'ANSSI ?

Nous avions interpellé l'ANSSI sur Tweeter (devenu X) il y a quelques jours pour savoir si ouvrir des comptes privés sur des plateformes privées avec une adresse mail de l'Élysée faisait partie des « bonnes pratiques », de la fameuse « hygiène...

]]>

Une « erreur », avoue-t-il

Ouvrir des comptes sur des plateformes privées comme Copains d'avant ou Deezer avec un mail de l'Élysée, c'est un déjà un peu léger mais cela devient vraiment problématique quand ces sites grand public se font pirater. Les mots de passe finissent sur le « Darkweb » : vie privée et photos des bons potes avec bien sûr…

Le mot de passe circule sur Tor

Emmanuel Moulin a l'air un peu perplexe lorsqu'on l'appelle sur son portable avec cette question : avez-vous bien ouvert un compte sur Copains d'avant et sur Deezer avec votre adresse mail emmanuel.moulin@elysee.fr ? « Mais qui êtes-vous ? » s'enquière-t-il. Il faut dire que l'homme doit être actuellement occupé à bien d'autres choses, il vient d'être nommé directeur de cabinet du nouveau premier ministre, Gabriel Attal. Et puis ça lui revient. « c'était il y a quinze ans, quand j'étais à l'Élysée... Et alors ? » Alors, cela peut poser un problème de sécurité quand ces sites se font pirater et que vos mots de passe circulent sur le « Darkweb »...

Lorsque l'on énonce le mot de passe, un long silence se fait entendre. Emmanuel Moulin reprend : « C'était une erreur en effet. Eh bien je vais changer ces mots de passe ».

Bonne idée...

Outre le fait qu'il soit accessible sur Internet, le mot de passe est composé de prénoms de membres de sa famille est il est évidemment extrêmement simple à trouver. Emmanuel Moulin a été conseiller économique de Nicolas Sarkozy, à l'Élysée, de juin 2009 à mai 2012.

Allo l'ANSSI ?

Nous avions interpellé l'ANSSI sur Tweeter (devenu X) il y a quelques jours pour savoir si ouvrir des comptes privés sur des plateformes privées avec une adresse mail de l'Élysée faisait partie des « bonnes pratiques », de la fameuse « hygiène...

]]>
Sac de boxe et remaniement : déconnexion totale43e62d7c-b971-4a6a-aa03-6c8505694000http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240109_092522_Sac_de_boxe_et_remaniement___deconnexion_totaleTue, 09 Jan 2024 09:25:22 +0100

Le président est désormais à des années lumières des préoccupations des Français

Emmanuel Macron est décidément le roi de la communication. Alors que le quotidien des Français est chaque jour plus compliqué, le voilà qui lance un ballon d'essai médiatique sur un remaniement gouvernemental qu'il finit par annoncer officiellement et une vidéo engageant tout le monde à faire du sport. Cerise sur le gâteau, le président met en avant une marque prisée par l'extrême-droite. Où va-t-il chercher tout cela ?

Manu fait du sport - Copie d'écran

Croient-ils à leurs propres mensonges ? Les ministres et le président de la république sont-ils réellement persuadés que leur action a le moindre effet positif sur la vie des Français ? Bruno Le Maire pense-t-il qu'il ralentit la hausse des prix à la consommation ? Le président envisage-t-il réellement que les Français portent le moindre intérêt à son annonce non officielle d'un éventuel remaniement du gouvernement, que la presse a complaisamment relayée ? Et une fois ce remaniement officiellement annoncé, croit-il que les Français ont perdu le sommeil en attendant le nom du prochain premier ministre ? Entre la guerre qui fait rage partout et particulièrement dans quelques endroits qui pourraient bien servir de détonateur pour un conflit bien plus large, l'économie qui plonge dans le rouge, un climat politique qui rendrait toute personne saine d'esprit complètement dingue, les annonces tonitruantes, les fake news et autres déclarations auto-satisfaites de l'exécutif sont à des années lumières des préoccupations des Français.

La communication, ce n'est décidément pas le « truc » d'Emmanuel Macron. On oublie vite, mais tout de même... Qui se souvient de l'interview d'Emmanuel Macron dans Pif Gadget alors que la France était dans la rue, vent debout contre sa réforme des retraites ? Ou de Marlène Chiappa dans Playboy ? La célébration de la fête d'Hanouka à l'Élysée en plein conflit à Gaza, le soutien à Depardieu,...

]]>

Le président est désormais à des années lumières des préoccupations des Français

Emmanuel Macron est décidément le roi de la communication. Alors que le quotidien des Français est chaque jour plus compliqué, le voilà qui lance un ballon d'essai médiatique sur un remaniement gouvernemental qu'il finit par annoncer officiellement et une vidéo engageant tout le monde à faire du sport. Cerise sur le gâteau, le président met en avant une marque prisée par l'extrême-droite. Où va-t-il chercher tout cela ?

Manu fait du sport - Copie d'écran

Croient-ils à leurs propres mensonges ? Les ministres et le président de la république sont-ils réellement persuadés que leur action a le moindre effet positif sur la vie des Français ? Bruno Le Maire pense-t-il qu'il ralentit la hausse des prix à la consommation ? Le président envisage-t-il réellement que les Français portent le moindre intérêt à son annonce non officielle d'un éventuel remaniement du gouvernement, que la presse a complaisamment relayée ? Et une fois ce remaniement officiellement annoncé, croit-il que les Français ont perdu le sommeil en attendant le nom du prochain premier ministre ? Entre la guerre qui fait rage partout et particulièrement dans quelques endroits qui pourraient bien servir de détonateur pour un conflit bien plus large, l'économie qui plonge dans le rouge, un climat politique qui rendrait toute personne saine d'esprit complètement dingue, les annonces tonitruantes, les fake news et autres déclarations auto-satisfaites de l'exécutif sont à des années lumières des préoccupations des Français.

La communication, ce n'est décidément pas le « truc » d'Emmanuel Macron. On oublie vite, mais tout de même... Qui se souvient de l'interview d'Emmanuel Macron dans Pif Gadget alors que la France était dans la rue, vent debout contre sa réforme des retraites ? Ou de Marlène Chiappa dans Playboy ? La célébration de la fête d'Hanouka à l'Élysée en plein conflit à Gaza, le soutien à Depardieu,...

]]>
Cachez ce déjeuner que je ne saurais voir !dfcfc0f8-b0e3-44e1-9179-22e766f3fbb0http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20240108_104931_Cachez_ce_dejeuner_que_je_ne_saurais_voir__Mon, 08 Jan 2024 10:49:31 +0100

Dessous Choc #16

Dans un livre récemment publié aux éditions Ouest France, Stéphane Vernay revient sur un faux scandale, un supposé « déjeuner secret » (titre du livre du journaliste) qui a été monté en épingle par un milieu politico-médiatique pourtant familier de ce genre de rendez-vous.

Couverture du livre de Stéphane Vernay
Couverture du livre de Stéphane Vernay
Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est un déjeuner avec Emmanuel Macron himself, il y a tout juste un an, le 17 janvier 2023 au « château », soit deux jours avant la première mobilisation contre la réforme des retraites. Stéphane Vernay était entouré d’autres éditorialistes de grands médias nationaux pour échanger avec le président. Échanger, entendre des éléments de langage… mais de là à y souscrire sans distance et d’être qualifiés de petits télégraphistes du pouvoir, il y a un fossé !

Journaliste politique depuis des années au sein de la rédaction du quotidien Ouest France, Stéphane Vernay est un habitué des déjeuners ou des petits déjeuner avec des élus, députés, sénateurs ou même ministres. Lors de ces rendez-vous, le professionnel de l’information n’est bien évidemment pas dupe des stratégies de communication déployées avec plus ou moins de talents par les convives. Pour autant, au détour de telle ou telle phrase ou commentaire, entre la poire et le fromage, les politiques peuvent parfois tomber le masque et distiller des infos.

Mais pour lever toute ambiguïté sur une prétendue collusion entre politiques et journalistes et dénoncer l’hypocrisie d’un faux scandale, Stéphane Vernay a décidé de jouer cartes sur table et de briser le tabou de la sacro-sainte règle du « off » journalistique. Outre « l’affaire » du déjeuner présidentiel, l’éditorialiste de Ouest France, raconte d’autres échanges qu’il a eus avec Elisabeth Borne, Laurent Berger, Marine Le Pen ou Clémentine Autain dans le contexte tendu de la réforme contestée des retraites. Un récit vivant, tout en nuances, dont il nous livre ici les principaux éléments, bien loin des fantasmes du « tous pourri » qui servent trop souvent l’agenda des extrêmes.

]]>

Dessous Choc #16

Dans un livre récemment publié aux éditions Ouest France, Stéphane Vernay revient sur un faux scandale, un supposé « déjeuner secret » (titre du livre du journaliste) qui a été monté en épingle par un milieu politico-médiatique pourtant familier de ce genre de rendez-vous.

Couverture du livre de Stéphane Vernay
Couverture du livre de Stéphane Vernay
Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est un déjeuner avec Emmanuel Macron himself, il y a tout juste un an, le 17 janvier 2023 au « château », soit deux jours avant la première mobilisation contre la réforme des retraites. Stéphane Vernay était entouré d’autres éditorialistes de grands médias nationaux pour échanger avec le président. Échanger, entendre des éléments de langage… mais de là à y souscrire sans distance et d’être qualifiés de petits télégraphistes du pouvoir, il y a un fossé !

Journaliste politique depuis des années au sein de la rédaction du quotidien Ouest France, Stéphane Vernay est un habitué des déjeuners ou des petits déjeuner avec des élus, députés, sénateurs ou même ministres. Lors de ces rendez-vous, le professionnel de l’information n’est bien évidemment pas dupe des stratégies de communication déployées avec plus ou moins de talents par les convives. Pour autant, au détour de telle ou telle phrase ou commentaire, entre la poire et le fromage, les politiques peuvent parfois tomber le masque et distiller des infos.

Mais pour lever toute ambiguïté sur une prétendue collusion entre politiques et journalistes et dénoncer l’hypocrisie d’un faux scandale, Stéphane Vernay a décidé de jouer cartes sur table et de briser le tabou de la sacro-sainte règle du « off » journalistique. Outre « l’affaire » du déjeuner présidentiel, l’éditorialiste de Ouest France, raconte d’autres échanges qu’il a eus avec Elisabeth Borne, Laurent Berger, Marine Le Pen ou Clémentine Autain dans le contexte tendu de la réforme contestée des retraites. Un récit vivant, tout en nuances, dont il nous livre ici les principaux éléments, bien loin des fantasmes du « tous pourri » qui servent trop souvent l’agenda des extrêmes.

]]>
L'hôpital Pompidou appelle aux dons pour financer un scanner04f28ad5-5cc0-4ce0-a181-1e310c1625f6http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231231_115649_L_hopital_Pompidou_appelle_aux_dons_pour_financer_un_scannerSun, 31 Dec 2023 11:56:49 +0100

Et s’il suffisait de demander à Patrick Drahi ?

Un établissement public qui lance un appel à la générosité des Français pour l' aider à finaliser l’acquisition du premier scanner à comptage photonique… Voilà un tweet qui ressemble fort à un cri d’alarme sanitaire. L'hôpital Pompidou aurait peut-être mieux fait de solliciter la fondation Patrick et Lina Drahi qui a déjà fait don d'un scanner à l'hôpital de Nevis, ce paradis fiscal où le milliardaire a beaucoup investi et dont il a pris la nationalité

Le scanner que l'hôpital Pompidou envisage d'acheter - Siemens - Copie d'écran du site

Cela fait un bon moment que l'hôpital crie misère. La période de pandémie liée au Covid a montré les failles du meilleur système de santé du monde. De toute évidence nous n'étions pas prêts. Nos soignants n'avaient ni masques, ni matériels de protection, ni lits disponibles en nombre suffisant. L'exécutif s'engageait alors à réparer l'hôpital comme il s'est engagé à réparer la justice. Mais en dépit d’une multitude de communiqués triomphalistes, les résultats se font toujours attendre.

Le tweet posté le 28 décembre par l'hôpital Georges Pompidou (situé dans le 15ème arrondissement de Paris) n'est donc pas passé inaperçu. L'AP-HP demande aux internautes de faire des dons pour pouvoir acheter un scanner à comptage photonique. Le prix n'est pas communiqué mais des articles anciens évoquent un peu plus d'un million d'euros. Bien entendu une telle demande d'aumône pose un peu question quand on met en regard certaines dépenses de l'État pourtant bien moins essentielles qu'un scanner dans un hôpital. Selon l'enquête parlementaire sur l'utilisation des cabinets de conseil par l'État, les dépenses dans ce domaine ont dépassé le milliard en 2021. En 2021, les dépenses de conseil de l’État au sens large ont dépassé le milliard d’euros « dont 893,9 millions pour les ministères et 171,9 millions pour un échantillon de 44 opérateurs ». En d'autre termes, avec toutes ces sommes dilapidées auprès de...

]]>

Et s’il suffisait de demander à Patrick Drahi ?

Un établissement public qui lance un appel à la générosité des Français pour l' aider à finaliser l’acquisition du premier scanner à comptage photonique… Voilà un tweet qui ressemble fort à un cri d’alarme sanitaire. L'hôpital Pompidou aurait peut-être mieux fait de solliciter la fondation Patrick et Lina Drahi qui a déjà fait don d'un scanner à l'hôpital de Nevis, ce paradis fiscal où le milliardaire a beaucoup investi et dont il a pris la nationalité

Le scanner que l'hôpital Pompidou envisage d'acheter - Siemens - Copie d'écran du site

Cela fait un bon moment que l'hôpital crie misère. La période de pandémie liée au Covid a montré les failles du meilleur système de santé du monde. De toute évidence nous n'étions pas prêts. Nos soignants n'avaient ni masques, ni matériels de protection, ni lits disponibles en nombre suffisant. L'exécutif s'engageait alors à réparer l'hôpital comme il s'est engagé à réparer la justice. Mais en dépit d’une multitude de communiqués triomphalistes, les résultats se font toujours attendre.

Le tweet posté le 28 décembre par l'hôpital Georges Pompidou (situé dans le 15ème arrondissement de Paris) n'est donc pas passé inaperçu. L'AP-HP demande aux internautes de faire des dons pour pouvoir acheter un scanner à comptage photonique. Le prix n'est pas communiqué mais des articles anciens évoquent un peu plus d'un million d'euros. Bien entendu une telle demande d'aumône pose un peu question quand on met en regard certaines dépenses de l'État pourtant bien moins essentielles qu'un scanner dans un hôpital. Selon l'enquête parlementaire sur l'utilisation des cabinets de conseil par l'État, les dépenses dans ce domaine ont dépassé le milliard en 2021. En 2021, les dépenses de conseil de l’État au sens large ont dépassé le milliard d’euros « dont 893,9 millions pour les ministères et 171,9 millions pour un échantillon de 44 opérateurs ». En d'autre termes, avec toutes ces sommes dilapidées auprès de...

]]>
Depardieu : quand le Figaro soutient une opération de la galaxie bruned6dae5cc-c676-44dd-8017-81d4eba9b49fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231229_105945_Depardieu___quand_le_Figaro_soutient_une_operation_de_la_galaxie_bruneFri, 29 Dec 2023 10:59:45 +0100

L'initiateur de la pétition patauge dans le milieu de l'extrême-droite depuis longtemps

Alors que vient de décéder Patrick Buisson, infatigable militant de l'union des droites (de LR au RN et plus si affinités), la frontière entre droite et extrême-droite est de moins en moins visible. La galaxie Bolloré a beaucoup aidé à cette disparition. Dernier épisode en date, la pétition initiée par un acteur inconnu, Yannis Ezziadi en soutien à Gérard Depardieu.

Toujours plus à l'extrême-droite... - Copie d'écran

Qu'est-ce que CNEWS ? La réponse parait simple : une chaine d'information en continu. La réponse factuelle est très différente. Il s'agit de la proue d'un navire. C'est l'arme principale de Vincent Bolloré. Un outil pour façonner les esprits. À coups de « plateaux » où se succèdent les tenants d'une idéologie rance, où se bousculent racistes, tenants des théories loufoques et meurtrières comme le « grand remplacement », toutologues adeptes des phrases clivantes qui font le buzz, CNEWS change imperceptiblement le curseur des Français sur ce qui est républicain et ce qui est d'extrême-droite. Son succès (relatif puisqu'elle capte 8,5 millions d'auditeurs quotidiens) pousse ses concurrents à venir se vautrer dans le même marigot. Et peu à peu, c'est toute l'offre de news en continu qui substitue un imaginaire politique d'extrême-droite à l'information. Mais il n'y a pas que CNEWS dans la galaxie brune qui s'est mise en place au fil des années pour préparer les esprits au vote décisif, celui qui fera parvenir au pouvoir un représentant néo-fasciste.

Dernier épisode de l'entrisme permanente de cette galaxie dont l'empire Bolloré est le navire amiral, la pétition publiée dans Le Figaro à l'initiative de Yannis Ezziadi, un acteur inconnu mais surtout, éditorialiste occasionnel pour le magazine d’extrême-droite Causeur. Cet inconnu vient de réaliser une OPA réussie sur une cinquantaine...

]]>

L'initiateur de la pétition patauge dans le milieu de l'extrême-droite depuis longtemps

Alors que vient de décéder Patrick Buisson, infatigable militant de l'union des droites (de LR au RN et plus si affinités), la frontière entre droite et extrême-droite est de moins en moins visible. La galaxie Bolloré a beaucoup aidé à cette disparition. Dernier épisode en date, la pétition initiée par un acteur inconnu, Yannis Ezziadi en soutien à Gérard Depardieu.

Toujours plus à l'extrême-droite... - Copie d'écran

Qu'est-ce que CNEWS ? La réponse parait simple : une chaine d'information en continu. La réponse factuelle est très différente. Il s'agit de la proue d'un navire. C'est l'arme principale de Vincent Bolloré. Un outil pour façonner les esprits. À coups de « plateaux » où se succèdent les tenants d'une idéologie rance, où se bousculent racistes, tenants des théories loufoques et meurtrières comme le « grand remplacement », toutologues adeptes des phrases clivantes qui font le buzz, CNEWS change imperceptiblement le curseur des Français sur ce qui est républicain et ce qui est d'extrême-droite. Son succès (relatif puisqu'elle capte 8,5 millions d'auditeurs quotidiens) pousse ses concurrents à venir se vautrer dans le même marigot. Et peu à peu, c'est toute l'offre de news en continu qui substitue un imaginaire politique d'extrême-droite à l'information. Mais il n'y a pas que CNEWS dans la galaxie brune qui s'est mise en place au fil des années pour préparer les esprits au vote décisif, celui qui fera parvenir au pouvoir un représentant néo-fasciste.

Dernier épisode de l'entrisme permanente de cette galaxie dont l'empire Bolloré est le navire amiral, la pétition publiée dans Le Figaro à l'initiative de Yannis Ezziadi, un acteur inconnu mais surtout, éditorialiste occasionnel pour le magazine d’extrême-droite Causeur. Cet inconnu vient de réaliser une OPA réussie sur une cinquantaine...

]]>
Les journalistes s’indignent des projets qui visent à intercepter leurs communications408b98ba-b820-4d5a-a1e1-60526da8f23chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231228_125643_Les_journalistes_s___indignent_des_projets_qui_visent_a_intercepter_leurs_communicationsThu, 28 Dec 2023 12:56:43 +0100

Ils ont raison mais le combat est déjà perdu

Raté. À l’échelon européen, la France voulait inclure les journalistes dans les personnes pouvant être « écoutées » et justifiait cela par la nécessité de pouvoir défendre la nation. La mobilisation a porté ses fruits et la presse est exclue de cette curiosité indécente. Mais ce n’est qu’une victoire de papier. On vous explique.

Data lake ou lac de données, vu par Midjourney - CC

Cette volonté française d’autoriser à l’échelon européen la surveillance des journalistes au nom de la « sécurité nationale » n’est pas une nouveauté. La France a toujours eu une position qui la rapproche plus d’une dictature ou d’un État policier que d’une démocratie en matière d’interceptions ou de lutte contre la cryptographie. Disclose a révélé il y a quelques jours la manœuvre portée par Paris :

Pour comprendre la manœuvre en cours, il faut remonter au 16 septembre 2022. À l’époque, la Commission européenne présente un projet de loi sur la liberté des médias. Dans son article 4, le texte initial interdit l’utilisation de logiciels espions contre des journalistes et des médias, sauf dans le cadre « d’enquêtes sur [dix] formes graves de criminalité » (terrorisme, viol, meurtre — cf. encadré en fin d’article). Ces technologies, qui permettent d’intercepter les e-mails et messages sécurisés, pourront aussi être utilisées au « cas par cas, pour des raisons de sécurité nationale ».

Inconcevable pour la France qui, dans un document interne au Conseil de l’UE, écrit le 21 octobre 2022 qu’elle « refuse que les enjeux en matière de sécurité nationale ne soient traités dans le cadre d’une dérogation ». Le gouvernement d’Elisabeth Borne, alors représenté par sa conseillère culture exige d’ajouter « une clause d’exclusion explicite » à l’interdiction de surveiller les journalistes. En clair, la France veut pouvoir entraver le travail de la presse, quand elle l’estime nécessaire...

]]>

Ils ont raison mais le combat est déjà perdu

Raté. À l’échelon européen, la France voulait inclure les journalistes dans les personnes pouvant être « écoutées » et justifiait cela par la nécessité de pouvoir défendre la nation. La mobilisation a porté ses fruits et la presse est exclue de cette curiosité indécente. Mais ce n’est qu’une victoire de papier. On vous explique.

Data lake ou lac de données, vu par Midjourney - CC

Cette volonté française d’autoriser à l’échelon européen la surveillance des journalistes au nom de la « sécurité nationale » n’est pas une nouveauté. La France a toujours eu une position qui la rapproche plus d’une dictature ou d’un État policier que d’une démocratie en matière d’interceptions ou de lutte contre la cryptographie. Disclose a révélé il y a quelques jours la manœuvre portée par Paris :

Pour comprendre la manœuvre en cours, il faut remonter au 16 septembre 2022. À l’époque, la Commission européenne présente un projet de loi sur la liberté des médias. Dans son article 4, le texte initial interdit l’utilisation de logiciels espions contre des journalistes et des médias, sauf dans le cadre « d’enquêtes sur [dix] formes graves de criminalité » (terrorisme, viol, meurtre — cf. encadré en fin d’article). Ces technologies, qui permettent d’intercepter les e-mails et messages sécurisés, pourront aussi être utilisées au « cas par cas, pour des raisons de sécurité nationale ».

Inconcevable pour la France qui, dans un document interne au Conseil de l’UE, écrit le 21 octobre 2022 qu’elle « refuse que les enjeux en matière de sécurité nationale ne soient traités dans le cadre d’une dérogation ». Le gouvernement d’Elisabeth Borne, alors représenté par sa conseillère culture exige d’ajouter « une clause d’exclusion explicite » à l’interdiction de surveiller les journalistes. En clair, la France veut pouvoir entraver le travail de la presse, quand elle l’estime nécessaire...

]]>
Mémoires de tours à détruire73949227-f751-4be9-9c68-a702ca11a75chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231218_162301_Memoires_de_tours_a_detruireMon, 18 Dec 2023 16:23:01 +0100

Sociologie historique d'un quartier populaire à l'heure d'une grande remise à plat

Après avoir analysé en détails l'opération des marchands de sommeil du quartier de la Mosson à Montpellier, plongée dans l'histoire de ce quartier populaire du sud de la France, le micro tendu vers ses habitants. Documentaires à l'appui.

L'installation "Souffles", oeuvre de l'artiste Al Sticking, trône à l'entrée du quartier de la Mosson depuis début mai - © Reflets

Baignée par la lumière du soleil du sud de la France, avec en bruit de fond le crissement des cigales, la tour d'Assas trône à l'entrée du quartier de la Mosson à Montpellier. C'est la plus haute d'Occitanie et elle vit ses derniers jours. La face sud, visible de loin depuis l'extérieur du quartier, semble agitée d'une vie propre, changeante avec le vent. Lorsque celui-ci s'apaise, sur une énorme fresque en tissus, un personnage apparait, de dos, avec son imperméable des années 60 et un chapeau. Une mallette dans une main, l'autre posée sur la tête, il semble débarquer, se demandant ce qu'il peut bien faire ici. Mais lorsque le vent reprend son œuvre, et que les tissus composant l'installation se mettent à voleter, un autre personnage apparait. Une femme, de face, le poing levé, en jupe avec un foulard sur la tête, témoignage des luttes locales qui aboutiront à la décision de destruction de la tour. Sur chacune des cases composant cette toile vivante, des témoignages de cinquante-cinq ans d'habitation. L'artiste Al Sticking, auteur de l'installation « Souffles », explique :

« Quand il y a un enterrement, on fait une cérémonie. Pour conserver la mémoire. Pour ne pas que les expériences, comme la pierre, disparaissent totalement  »

Le chantier permanent

Le quartier de la Paillade nait avec le grand plan logement de la fin des années 50 et la création des ZUP. En France, le logement est en crise et...

]]>

Sociologie historique d'un quartier populaire à l'heure d'une grande remise à plat

Après avoir analysé en détails l'opération des marchands de sommeil du quartier de la Mosson à Montpellier, plongée dans l'histoire de ce quartier populaire du sud de la France, le micro tendu vers ses habitants. Documentaires à l'appui.

L'installation "Souffles", oeuvre de l'artiste Al Sticking, trône à l'entrée du quartier de la Mosson depuis début mai - © Reflets

Baignée par la lumière du soleil du sud de la France, avec en bruit de fond le crissement des cigales, la tour d'Assas trône à l'entrée du quartier de la Mosson à Montpellier. C'est la plus haute d'Occitanie et elle vit ses derniers jours. La face sud, visible de loin depuis l'extérieur du quartier, semble agitée d'une vie propre, changeante avec le vent. Lorsque celui-ci s'apaise, sur une énorme fresque en tissus, un personnage apparait, de dos, avec son imperméable des années 60 et un chapeau. Une mallette dans une main, l'autre posée sur la tête, il semble débarquer, se demandant ce qu'il peut bien faire ici. Mais lorsque le vent reprend son œuvre, et que les tissus composant l'installation se mettent à voleter, un autre personnage apparait. Une femme, de face, le poing levé, en jupe avec un foulard sur la tête, témoignage des luttes locales qui aboutiront à la décision de destruction de la tour. Sur chacune des cases composant cette toile vivante, des témoignages de cinquante-cinq ans d'habitation. L'artiste Al Sticking, auteur de l'installation « Souffles », explique :

« Quand il y a un enterrement, on fait une cérémonie. Pour conserver la mémoire. Pour ne pas que les expériences, comme la pierre, disparaissent totalement  »

Le chantier permanent

Le quartier de la Paillade nait avec le grand plan logement de la fin des années 50 et la création des ZUP. En France, le logement est en crise et...

]]>
Films et séries : flop ou glop-glop ?2b7a6f62-7d82-40d3-ae4a-cc2bc72aec63http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231212_182627_Films_et_series___flop_ou_glop-glop__Tue, 12 Dec 2023 18:26:27 +0100

A voir ou à éviter, notre sélection

Les vacances approchent à grands pas. Voici quelques occasions de passer le temps, sous la couette, avec un chocolat chaud et un bon film ou une bonne série. Et tout le reste, à ne pas voir, ne pas louer, ne pas se faire offrir pour Noël...

Bosch Legacy, saison 2 - Copie d'écran

Bosch Legacy, Saison 2

Bosch : 7 saisons pour la série initiale, deux pour la série "Legacy". Ambiance particulière pour cette série. Le jazz, Los Angeles, il y a comme un parfum de nostalgie pour les années 90/2000 qui transparaît. Policier toujours au bord de ligne jaune, mais avec un bon fond. Étonnamment, les scènes de hack ne sont pas complètement à la ramasse dans cette saison. A voir.

Expendables 4

Comme son nom l'indique. Expendables : "dont on peut se passer". Même en le prenant au second degré, ce n'est pas possible.

Fast Charlie

Rien ne va pour ce nouveau film avec Pierce Brosnan. Le voilà dans un rôle d'exécuteur pour un mafieux. Un autre clan s'en prend au sien ? Il va tuer tout le monde. OK, mais même s'il présente mieux que de nombreuses personnes de son âge, même s'il est super beau mec, faire tomber amoureux de lui une femme de 44 ans alors qu'il en a 70, il y a quand même un gros moment de gênance qui dure... Le temps du film. Quant à la baston avec un monstre de muscles, ça ne tient pas bien la route.

Heart of Stone

Pourquoi ?

L'IA est à la mode mais au point de faire des trucs comme ça...?

Au secours.

Gen V

Miam-miam. Cette série issue de l'univers "The Boys" tient la route. Toujours le même humour trash à prendre au 15ème degré, la même critique pertinente de nos sociétés occidentales. Ça décoiffe. En attendant la sortie de la saison 4 de The Boys (les premiers trailers sont là),...

]]>

A voir ou à éviter, notre sélection

Les vacances approchent à grands pas. Voici quelques occasions de passer le temps, sous la couette, avec un chocolat chaud et un bon film ou une bonne série. Et tout le reste, à ne pas voir, ne pas louer, ne pas se faire offrir pour Noël...

Bosch Legacy, saison 2 - Copie d'écran

Bosch Legacy, Saison 2

Bosch : 7 saisons pour la série initiale, deux pour la série "Legacy". Ambiance particulière pour cette série. Le jazz, Los Angeles, il y a comme un parfum de nostalgie pour les années 90/2000 qui transparaît. Policier toujours au bord de ligne jaune, mais avec un bon fond. Étonnamment, les scènes de hack ne sont pas complètement à la ramasse dans cette saison. A voir.

Expendables 4

Comme son nom l'indique. Expendables : "dont on peut se passer". Même en le prenant au second degré, ce n'est pas possible.

Fast Charlie

Rien ne va pour ce nouveau film avec Pierce Brosnan. Le voilà dans un rôle d'exécuteur pour un mafieux. Un autre clan s'en prend au sien ? Il va tuer tout le monde. OK, mais même s'il présente mieux que de nombreuses personnes de son âge, même s'il est super beau mec, faire tomber amoureux de lui une femme de 44 ans alors qu'il en a 70, il y a quand même un gros moment de gênance qui dure... Le temps du film. Quant à la baston avec un monstre de muscles, ça ne tient pas bien la route.

Heart of Stone

Pourquoi ?

L'IA est à la mode mais au point de faire des trucs comme ça...?

Au secours.

Gen V

Miam-miam. Cette série issue de l'univers "The Boys" tient la route. Toujours le même humour trash à prendre au 15ème degré, la même critique pertinente de nos sociétés occidentales. Ça décoiffe. En attendant la sortie de la saison 4 de The Boys (les premiers trailers sont là),...

]]>
La saga Twitter : naissance, envol et crash de l’oiseau bleu (2/2)535937fd-4ce9-4792-be89-ce64852de530http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231204_165959_La_saga_Twitter___naissance__envol_et_crash_de_l___oiseau_bleu__2_2_Mon, 04 Dec 2023 16:59:59 +0100

Dessous Choc #15

Deuxième volet de notre série consacrée à Twitter. Après avoir évoqué l’histoire du réseau social à l’oiseau bleu, Fabrice Epelboin analyse, tout en nuances, la stratégie de son sulfureux repreneur, Elon Musk.

Twitter devenu X fait pousser à certains des cris d’orfraie ­(« un vaste égout mondial » selon la maire de Paris Anne Hidalgo­), tandis que d’autres saluent le génie visionnaire du patron de Tesla, qui aurait libéré le réseau social de la manipulation liberticide dans laquelle il était enfermé.

Adepte des coups d’éclat, Musk s’est récemment emporté contre des annonceurs (en particulier Ubisoft, Apple et Disney) qui ont décidé de quitter la plateforme, en des termes plus que fleuris : « Allez-vous faire foutre ! » Ce ton direct résume bien l’état d’esprit d’un patron qui semble être incontrôlable, en apparence seulement.

Car sans être dupe ni naïf sur les errements objectifs du milliardaire dans un certain nombre de domaines, Fabrice Epelboin ne tombe cependant pas dans le piège de la caricature. Déclarer par exemple que le réseau social est une « arme de destruction massive de nos démocraties » (Anne Hidalgo, encore elle !) fait partie des fantasmes qui empêchent de penser et d’analyser sereinement une stratégie plus complexe qu’il n’y paraît.

Twitter est devenu X
Twitter est devenu X

]]>

Dessous Choc #15

Deuxième volet de notre série consacrée à Twitter. Après avoir évoqué l’histoire du réseau social à l’oiseau bleu, Fabrice Epelboin analyse, tout en nuances, la stratégie de son sulfureux repreneur, Elon Musk.

Twitter devenu X fait pousser à certains des cris d’orfraie ­(« un vaste égout mondial » selon la maire de Paris Anne Hidalgo­), tandis que d’autres saluent le génie visionnaire du patron de Tesla, qui aurait libéré le réseau social de la manipulation liberticide dans laquelle il était enfermé.

Adepte des coups d’éclat, Musk s’est récemment emporté contre des annonceurs (en particulier Ubisoft, Apple et Disney) qui ont décidé de quitter la plateforme, en des termes plus que fleuris : « Allez-vous faire foutre ! » Ce ton direct résume bien l’état d’esprit d’un patron qui semble être incontrôlable, en apparence seulement.

Car sans être dupe ni naïf sur les errements objectifs du milliardaire dans un certain nombre de domaines, Fabrice Epelboin ne tombe cependant pas dans le piège de la caricature. Déclarer par exemple que le réseau social est une « arme de destruction massive de nos démocraties » (Anne Hidalgo, encore elle !) fait partie des fantasmes qui empêchent de penser et d’analyser sereinement une stratégie plus complexe qu’il n’y paraît.

Twitter est devenu X
Twitter est devenu X

]]>
« Nous étions séparés par un simple mur, j'ai perdu mes quatre enfants »b23f816e-481f-4dc3-83a9-d701d0aeb9f1http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231128_190431____Nous_etions_separes_par_un_simple_mur__j_ai_perdu_mes_quatre_enfants___Tue, 28 Nov 2023 19:04:31 +0100

Depuis Gaza, Islam Idhair, collaborateur de Reflets raconte son calvaire

Traducteur de profession, Islam est aussi fixeur pour de nombreux journalistes. Il a collaboré avec Reflets par le passé. Le 21 octobre, une bombe a détruit sa maison. Lui et sa femme ont été blessés. Ses quatre enfants sont morts.

Ce qui reste de la maison d'Islam Idhair après le bombardement - © Islam Idhair

Nous avions recontacté Islam peu après le 7 octobre. Il avait écrit avec Jacques Duplessy plusieurs articles en 2021. Le 21 octobre vers 11 heures du matin, sa maison a été soufflée par une bombe. Elle était à Rafah, dans le Sud de la bande de Gaza, là où Israël demandait aux Gazaouis de se rendre. « Il y avait seulement un mur entre moi et mes enfants, un seul mur. Moi je suis vivant, mes enfants sont morts. Juste un seul mur », a-t-il expliqué à Vanessa Descouraux sur France Inter. Islam était injoignable pendant une dizaine de jours. Lorsque l'on a pu le joindre à nouveau, c'est un homme brisé qui répond sur un téléphone prêté par des amis. « J'ai perdu toute ma vie. Le petit... Il avait seulement cinq ans. Il souriait tout le temps, il avait beaucoup de rêves ».

La guerre lui a pris deux garçons et deux filles. Ils avaient de 5 à 13 ans. Ils étaient des civils innocents.

Hier soir, Islam nous a envoyé quelques mots inspirés par la trêve de quatre jours :

Dans la bande de Gaza, on a 4 jours de trêve ...

4 jours de calme ...

4 jours sans bombardement...

4 jours sans sang...

4 jours de soleil clair...

4 jours sans fumée noire...

4 jours sans victimes...

4 jours sans corps dans les rues...

4 jours sans les restes des victimes....

4 jours sans blessés...

4 jours à respirer de l'air frais ou une partie...

4 jours sans destruction aveugle....

4 jours sans douleurs ...

4 jours sans fatigue...

4 jours sans larmes...

Aussi... 4 jours sans...

]]>

Depuis Gaza, Islam Idhair, collaborateur de Reflets raconte son calvaire

Traducteur de profession, Islam est aussi fixeur pour de nombreux journalistes. Il a collaboré avec Reflets par le passé. Le 21 octobre, une bombe a détruit sa maison. Lui et sa femme ont été blessés. Ses quatre enfants sont morts.

Ce qui reste de la maison d'Islam Idhair après le bombardement - © Islam Idhair

Nous avions recontacté Islam peu après le 7 octobre. Il avait écrit avec Jacques Duplessy plusieurs articles en 2021. Le 21 octobre vers 11 heures du matin, sa maison a été soufflée par une bombe. Elle était à Rafah, dans le Sud de la bande de Gaza, là où Israël demandait aux Gazaouis de se rendre. « Il y avait seulement un mur entre moi et mes enfants, un seul mur. Moi je suis vivant, mes enfants sont morts. Juste un seul mur », a-t-il expliqué à Vanessa Descouraux sur France Inter. Islam était injoignable pendant une dizaine de jours. Lorsque l'on a pu le joindre à nouveau, c'est un homme brisé qui répond sur un téléphone prêté par des amis. « J'ai perdu toute ma vie. Le petit... Il avait seulement cinq ans. Il souriait tout le temps, il avait beaucoup de rêves ».

La guerre lui a pris deux garçons et deux filles. Ils avaient de 5 à 13 ans. Ils étaient des civils innocents.

Hier soir, Islam nous a envoyé quelques mots inspirés par la trêve de quatre jours :

Dans la bande de Gaza, on a 4 jours de trêve ...

4 jours de calme ...

4 jours sans bombardement...

4 jours sans sang...

4 jours de soleil clair...

4 jours sans fumée noire...

4 jours sans victimes...

4 jours sans corps dans les rues...

4 jours sans les restes des victimes....

4 jours sans blessés...

4 jours à respirer de l'air frais ou une partie...

4 jours sans destruction aveugle....

4 jours sans douleurs ...

4 jours sans fatigue...

4 jours sans larmes...

Aussi... 4 jours sans...

]]>
Le retour des ligues fascistes ?e5b9f948-5f7b-4a1a-aedd-dae36f7d839chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231127_190257_Le_retour_des_ligues_fascistes__Mon, 27 Nov 2023 19:02:57 +0100

Des groupuscules tentent de prendre la rue avant de prendre le pouvoir ?

Les ligues d'extrême-droite ont fait leur apparition à la fin du XIXème siècle. L'une d'elles, l'Action française a survécu jusqu'à nos jours. Le 6 février 1934 marque le début de manifestations des ligues qui feront au total 19 morts et près de 1.500 blessés. Aujourd'hui, certains tentent de raviver le feu, dans la plus grande passivité des autorités et d'une partie de la presse qui leur ont indirectement redonné des ailes.

Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre le 6 février 1934.

Un peu moins de 100 militants de l'extrême-droite la plus violente (sympathisants néo-nazis) ont défilé samedi 25 novembre aux alentours du quartier de la Monnaie à Romans sur Isère derrière une banderole « Justice pour Thomas, ni pardon, ni oubli » en scandant des slogans racistes. Certains, armés de barres de fer ou de battes de baseball, souhaitaient ainsi protester à leur manière contre le drame de Crépol, lorsque Thomas, un adolescent a été tué à coups de couteau en marge d'un bal de village.

Les membres de ces groupes sont souvent très jeunes, mais très déterminés. Leur idéologie mortifère les entraine vers des affrontements de plus en plus violents, Street Press a dressé leur portrait dans plusieurs enquêtes. Parmi ces groupes, on compte entre autres l'Alvarium, Des tours et des lys, Tenessoum, les Zouaves de Paris, Ouest Casual...

Ce sont aussi ceux qui défilaient le 6 mai dernier à Paris, sans que le ministère de l'Intérieur ne s'en émeuve (quelques policiers à vélo encadraient 300 néo-nazis), ni ne déclenche les foudres policières habituelles pour les défilés contestant l'ordre tel qu'imaginé par Emmanuel Macron.

A quelques dizaines de mètres du rassemblent de ces jeunes, se tenaient trois personnes. Deux hommes et une femme, bien plus âgés. Ils surveillaient de loin ce que la relève faisait. Ces groupes de jeunes ne sortent pas de nulle part, ils sont l'incarnation actuelle des membres du GUD des années 80-90, des jeunesses du...

]]>

Des groupuscules tentent de prendre la rue avant de prendre le pouvoir ?

Les ligues d'extrême-droite ont fait leur apparition à la fin du XIXème siècle. L'une d'elles, l'Action française a survécu jusqu'à nos jours. Le 6 février 1934 marque le début de manifestations des ligues qui feront au total 19 morts et près de 1.500 blessés. Aujourd'hui, certains tentent de raviver le feu, dans la plus grande passivité des autorités et d'une partie de la presse qui leur ont indirectement redonné des ailes.

Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre le 6 février 1934.

Un peu moins de 100 militants de l'extrême-droite la plus violente (sympathisants néo-nazis) ont défilé samedi 25 novembre aux alentours du quartier de la Monnaie à Romans sur Isère derrière une banderole « Justice pour Thomas, ni pardon, ni oubli » en scandant des slogans racistes. Certains, armés de barres de fer ou de battes de baseball, souhaitaient ainsi protester à leur manière contre le drame de Crépol, lorsque Thomas, un adolescent a été tué à coups de couteau en marge d'un bal de village.

Les membres de ces groupes sont souvent très jeunes, mais très déterminés. Leur idéologie mortifère les entraine vers des affrontements de plus en plus violents, Street Press a dressé leur portrait dans plusieurs enquêtes. Parmi ces groupes, on compte entre autres l'Alvarium, Des tours et des lys, Tenessoum, les Zouaves de Paris, Ouest Casual...

Ce sont aussi ceux qui défilaient le 6 mai dernier à Paris, sans que le ministère de l'Intérieur ne s'en émeuve (quelques policiers à vélo encadraient 300 néo-nazis), ni ne déclenche les foudres policières habituelles pour les défilés contestant l'ordre tel qu'imaginé par Emmanuel Macron.

A quelques dizaines de mètres du rassemblent de ces jeunes, se tenaient trois personnes. Deux hommes et une femme, bien plus âgés. Ils surveillaient de loin ce que la relève faisait. Ces groupes de jeunes ne sortent pas de nulle part, ils sont l'incarnation actuelle des membres du GUD des années 80-90, des jeunesses du...

]]>
On achète bien les journalistes...2a5fdd56-8531-45e9-9b00-36c671caa139http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231116_103755_On_achete_bien_les_journalistes...Thu, 16 Nov 2023 10:37:55 +0100

Le shopping parfait selon le lobbyiste Duthion

France Inter, France TV, Paris Match, Le Figaro, BFMTV… Selon ses propres déclarations, le lobbyiste Jean-Pierre Duthion, au cœur d’une enquête sur l’influence du Qatar, a rémunéré ou vu passer des rémunérations de journalistes français. Il en dresse la liste dans des conversations auxquelles Reflets a eu accès.

Musée de l'art islamique du Qatar - RAS_RNS - Pixabay

Il dit les avoir rémunérés, ou avoir vu passer leurs factures : le lobbyiste Jean-Pierre Duthion fait preuve d’un vrai « amour vache » pour les journalistes. D’un côté il dit se servir d’eux pour le compte de ses clients, contre espèces sonnantes et trébuchantes, de l’autre, il dit les « détester ». Dans des enregistrements auxquels Reflets a eu accès, Jean-Pierre Duthion livre des noms de journalistes qui auraient profité des largesses du Qatar. Parmi eux, Régis Le Sommier, Léa Salamé, Renaud Girard, Ulysse Gosset et un mystérieux « directeur d’un journal ». Ceux qui ont accepté de répondre à nos questions démentent.

Régis Le Sommier - Youtube - Copie d'écran
Régis Le Sommier - Youtube - Copie d'écran

Dans ces nouvelles conversations auxquelles nous avons eu accès, Jean-Pierre Duthion évoque des milliers d’euros payés à Régis Le Sommier. A une époque où celui-ci travaillait pour Paris Match. Il est désormais le fondateur d’un journal classé à l’extrême-droite : Omerta. Déjà contacté lors de notre précédent article, Régis Le Sommier a démenti catégoriquement les déclarations du lobbyiste qui lui, ne manque pas de dire qu’il « déteste » ce journaliste.

Léa Salamé - France TV - Copie d'écran
Léa Salamé - France TV - Copie d'écran

Tout comme il dit « détester » Léa Salamé. Selon lui, Léa Salamé et son compagnon Raphaël Glucksmann (qu’il appelle Patrick) ont bénéficié d’un séjour au Qatar tous frais payés. Contactée, Léa Salamé dément : « jamais je n’ai mis les pieds au Qatar, pas plus que mon compagnon. Je ne connais pas ce monsieur et il...

]]>

Le shopping parfait selon le lobbyiste Duthion

France Inter, France TV, Paris Match, Le Figaro, BFMTV… Selon ses propres déclarations, le lobbyiste Jean-Pierre Duthion, au cœur d’une enquête sur l’influence du Qatar, a rémunéré ou vu passer des rémunérations de journalistes français. Il en dresse la liste dans des conversations auxquelles Reflets a eu accès.

Musée de l'art islamique du Qatar - RAS_RNS - Pixabay

Il dit les avoir rémunérés, ou avoir vu passer leurs factures : le lobbyiste Jean-Pierre Duthion fait preuve d’un vrai « amour vache » pour les journalistes. D’un côté il dit se servir d’eux pour le compte de ses clients, contre espèces sonnantes et trébuchantes, de l’autre, il dit les « détester ». Dans des enregistrements auxquels Reflets a eu accès, Jean-Pierre Duthion livre des noms de journalistes qui auraient profité des largesses du Qatar. Parmi eux, Régis Le Sommier, Léa Salamé, Renaud Girard, Ulysse Gosset et un mystérieux « directeur d’un journal ». Ceux qui ont accepté de répondre à nos questions démentent.

Régis Le Sommier - Youtube - Copie d'écran
Régis Le Sommier - Youtube - Copie d'écran

Dans ces nouvelles conversations auxquelles nous avons eu accès, Jean-Pierre Duthion évoque des milliers d’euros payés à Régis Le Sommier. A une époque où celui-ci travaillait pour Paris Match. Il est désormais le fondateur d’un journal classé à l’extrême-droite : Omerta. Déjà contacté lors de notre précédent article, Régis Le Sommier a démenti catégoriquement les déclarations du lobbyiste qui lui, ne manque pas de dire qu’il « déteste » ce journaliste.

Léa Salamé - France TV - Copie d'écran
Léa Salamé - France TV - Copie d'écran

Tout comme il dit « détester » Léa Salamé. Selon lui, Léa Salamé et son compagnon Raphaël Glucksmann (qu’il appelle Patrick) ont bénéficié d’un séjour au Qatar tous frais payés. Contactée, Léa Salamé dément : « jamais je n’ai mis les pieds au Qatar, pas plus que mon compagnon. Je ne connais pas ce monsieur et il...

]]>
Un sombre aveniracb8364d-45d5-4285-a75e-f8df2d79b91dhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231113_115335_Un_sombre_avenirMon, 13 Nov 2023 11:53:35 +0100

La « lepénisation des esprit » est achevée

L’expression de Robert Badinter utilisée lors du vote de la loi Debré sur l’immigration en 1997 n’a jamais été autant d’actualité. Mêlée à un complotisme rampant, une inversion du sens et à un niveau de désinformation inédit, nous sommes à la veille d’une catastrophe.

Interview accordée par Emmanuel Macron à Valeurs Actuelles - Copie d'écran

Il faut une force d’esprit en béton armé ces temps-ci pour résister. Résister à plonger dans les discussions trollesques sans fin. Faut-il ou non défiler avec le Rassemblement national ? La gauche est-elle antisémite ? Est-ce que ne pas soutenir le massacre des civils dans la bande de Gaza, c’est être antisémite ? Est-il normal, comme le fait le Sénat, de priver les populations d’allocations familiales (pas avant cinq ans de résidence sur le territoire) ? Et supprimer l’aide médicale d’État (AME), limiter le regroupement familial ? Toutes ces questions n’en sont pas. La réponse, il y a moins de trente ans, aurait été évidente et personne n’aurait pu la poser sans être perçu comme un ultra-conservateur, limite réactionnaire ou facho. C'est-à-dire, faisant partie d'une minorité politique réprouvée. Ce n'est visiblement plus le cas. Il faut une force d’esprit en béton armé pour ne pas vaciller, pour rester fidèle à une vision du monde répondant à une éthique humaniste, pour ne pas se laisser aller à la colère. Car jour après jour, même ceux que l’on pensait les plus posés distillent des messages qui suintent la haine, l’anathème. Tout cela ne s’est pas fait en un jour, mais il faut bien le constater, tout s’accélère. La lepénisation des esprits est achevée. Et avec elle s’est installée une polarisation complète de la population. Tout le monde s’étripe sur tout. Il n’y a plus de gauche et de droite, plus d’extrême-gauche et d’extrême-droite. Il n’y a plus d’idées,...

]]>

La « lepénisation des esprit » est achevée

L’expression de Robert Badinter utilisée lors du vote de la loi Debré sur l’immigration en 1997 n’a jamais été autant d’actualité. Mêlée à un complotisme rampant, une inversion du sens et à un niveau de désinformation inédit, nous sommes à la veille d’une catastrophe.

Interview accordée par Emmanuel Macron à Valeurs Actuelles - Copie d'écran

Il faut une force d’esprit en béton armé ces temps-ci pour résister. Résister à plonger dans les discussions trollesques sans fin. Faut-il ou non défiler avec le Rassemblement national ? La gauche est-elle antisémite ? Est-ce que ne pas soutenir le massacre des civils dans la bande de Gaza, c’est être antisémite ? Est-il normal, comme le fait le Sénat, de priver les populations d’allocations familiales (pas avant cinq ans de résidence sur le territoire) ? Et supprimer l’aide médicale d’État (AME), limiter le regroupement familial ? Toutes ces questions n’en sont pas. La réponse, il y a moins de trente ans, aurait été évidente et personne n’aurait pu la poser sans être perçu comme un ultra-conservateur, limite réactionnaire ou facho. C'est-à-dire, faisant partie d'une minorité politique réprouvée. Ce n'est visiblement plus le cas. Il faut une force d’esprit en béton armé pour ne pas vaciller, pour rester fidèle à une vision du monde répondant à une éthique humaniste, pour ne pas se laisser aller à la colère. Car jour après jour, même ceux que l’on pensait les plus posés distillent des messages qui suintent la haine, l’anathème. Tout cela ne s’est pas fait en un jour, mais il faut bien le constater, tout s’accélère. La lepénisation des esprits est achevée. Et avec elle s’est installée une polarisation complète de la population. Tout le monde s’étripe sur tout. Il n’y a plus de gauche et de droite, plus d’extrême-gauche et d’extrême-droite. Il n’y a plus d’idées,...

]]>
L’impossible contrôle parlementaire des services de renseignementf99c37fe-48cc-4cbc-83c9-a21a41f49395http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231103_104258_L___impossible_controle_parlementaire_des_services_de_renseignementFri, 03 Nov 2023 10:42:58 +0100

Députés et sénateurs entretiennent l’illusion

Le rapport d’activité 2022-2023 de la Délégation parlementaire au renseignement (DPR) dirigée par Sacha Houlié voit le renseignement comme le « cœur battant de la riposte démocratique aux ingérences étrangères ». Dès lors, difficile de trouver dans le rapport un oeil critique de l'action des services.

Site de la délégation parlementaire au renseignement (Assemblée Nationale) - Copie d'écran

Le président de la DPR présentait ce jeudi 2 novembre 2023 le rapport annuel 2022-2023. Au cœur des travaux de la délégation : les ingérences étrangères. Comment mieux les prévenir ? Qui sont les acteurs clef ? Sacha Houlié aimerait que les moyens des services, qui seraient le « cœur battant de la riposte démocratique aux ingérences étrangères » soient élargis. Par exemple, il verrait bien les outils de traitement algorithmiques des données utilisés actuellement pour lutter contre le terrorisme, mis à disposition pour contrer les tentatives d’ingérence de la Russie, de la Chine, la Turquie ou de l’Iran. Il faut selon-lui, sensibiliser les élus à ce type de risque et renforcer la protection de la recherche dans le domaine des sciences sociales car il y aurait là des choses très intéressantes, notamment en ce qui concerne les comportements psychologiques et sociaux.

Le discours de Sacha Houlié devant les journalistes laissait transparaître une forme de fascination pour le monde du renseignement. Visiblement, ceux-ci fonctionnent parfaitement et le dialogue avec les parlementaires est quasiment parfait. Cette position était plus claire encore lors du discours d’ouverture d’un colloque organisé en mai dernier ayant pour thème « la politique publique du renseignement est-elle bien contrôlée ? ».

« J’ai pu mesurer les menaces, leur ampleur, l’abîme qu’elles représentent. Mais j’ai aussi constaté la puissance, la maîtrise et l’intelligence que dégagent nos services...

]]>

Députés et sénateurs entretiennent l’illusion

Le rapport d’activité 2022-2023 de la Délégation parlementaire au renseignement (DPR) dirigée par Sacha Houlié voit le renseignement comme le « cœur battant de la riposte démocratique aux ingérences étrangères ». Dès lors, difficile de trouver dans le rapport un oeil critique de l'action des services.

Site de la délégation parlementaire au renseignement (Assemblée Nationale) - Copie d'écran

Le président de la DPR présentait ce jeudi 2 novembre 2023 le rapport annuel 2022-2023. Au cœur des travaux de la délégation : les ingérences étrangères. Comment mieux les prévenir ? Qui sont les acteurs clef ? Sacha Houlié aimerait que les moyens des services, qui seraient le « cœur battant de la riposte démocratique aux ingérences étrangères » soient élargis. Par exemple, il verrait bien les outils de traitement algorithmiques des données utilisés actuellement pour lutter contre le terrorisme, mis à disposition pour contrer les tentatives d’ingérence de la Russie, de la Chine, la Turquie ou de l’Iran. Il faut selon-lui, sensibiliser les élus à ce type de risque et renforcer la protection de la recherche dans le domaine des sciences sociales car il y aurait là des choses très intéressantes, notamment en ce qui concerne les comportements psychologiques et sociaux.

Le discours de Sacha Houlié devant les journalistes laissait transparaître une forme de fascination pour le monde du renseignement. Visiblement, ceux-ci fonctionnent parfaitement et le dialogue avec les parlementaires est quasiment parfait. Cette position était plus claire encore lors du discours d’ouverture d’un colloque organisé en mai dernier ayant pour thème « la politique publique du renseignement est-elle bien contrôlée ? ».

« J’ai pu mesurer les menaces, leur ampleur, l’abîme qu’elles représentent. Mais j’ai aussi constaté la puissance, la maîtrise et l’intelligence que dégagent nos services...

]]>
La saga Twitter : naissance, envol et crash de l’oiseau bleu (1/2)685ad765-8ae8-485f-8f12-d398f32921achttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231102_105234_La_saga_Twitter___naissance__envol_et_crash_de_l___oiseau_bleu__1_2_Thu, 02 Nov 2023 10:52:34 +0100

Dessous Choc #14

Il y a tout juste un an, Elon Musk provoquait un véritable coup tonnerre en rachetant le réseau social à l’oiseau bleu qu’il choisit de rebaptiser « X ». Occasion de revenir, dans une série de deux volets de Dessous Choc, sur l’histoire de Twitter (1) et la stratégie plutôt détonante du milliardaire américain (2).

Dans ce premier volet, Fabrice Epelboin, enseignant à Sciences Po, spécialiste des réseaux sociaux (et actionnaire de Reflets) évoque au micro d’Antoine Bellier les principales étapes de l’histoire de Twitter. Comme dans beaucoup de start-up qui sont devenues des entreprises à succès, se dessine, un peu comme dans la célèbre série américaine « Dallas », un univers impitoyable fait de coups bas, de jalousies et de trahisons.

Mais Twitter c’est aussi l’histoire d’un réseau qui a su adapter ses usages non sans faire râler certains de ses utilisateurs, qui a tenté de monétiser ses contenus avec plus ou moins de succès sans pour autant dépasser celui de son concurrent Facebook. Contrairement à l’image populaire de ce dernier, Twitter s’est forgé, depuis ses débuts, une réputation plutôt élitiste, devenant le principal outil d’influence des politiques et des journalistes.

Twitter, comme nous l’explique Fabrice Epelboin, n'a cependant pas su affronter les conséquences du Covid. Plusieurs facteurs dont principalement une gestion hasardeuse et des failles de sécurité objectives, ont précipité sa chute et son rachat par Elon Musk.

Twitter est devenu X
Twitter est devenu X

]]>

Dessous Choc #14

Il y a tout juste un an, Elon Musk provoquait un véritable coup tonnerre en rachetant le réseau social à l’oiseau bleu qu’il choisit de rebaptiser « X ». Occasion de revenir, dans une série de deux volets de Dessous Choc, sur l’histoire de Twitter (1) et la stratégie plutôt détonante du milliardaire américain (2).

Dans ce premier volet, Fabrice Epelboin, enseignant à Sciences Po, spécialiste des réseaux sociaux (et actionnaire de Reflets) évoque au micro d’Antoine Bellier les principales étapes de l’histoire de Twitter. Comme dans beaucoup de start-up qui sont devenues des entreprises à succès, se dessine, un peu comme dans la célèbre série américaine « Dallas », un univers impitoyable fait de coups bas, de jalousies et de trahisons.

Mais Twitter c’est aussi l’histoire d’un réseau qui a su adapter ses usages non sans faire râler certains de ses utilisateurs, qui a tenté de monétiser ses contenus avec plus ou moins de succès sans pour autant dépasser celui de son concurrent Facebook. Contrairement à l’image populaire de ce dernier, Twitter s’est forgé, depuis ses débuts, une réputation plutôt élitiste, devenant le principal outil d’influence des politiques et des journalistes.

Twitter, comme nous l’explique Fabrice Epelboin, n'a cependant pas su affronter les conséquences du Covid. Plusieurs facteurs dont principalement une gestion hasardeuse et des failles de sécurité objectives, ont précipité sa chute et son rachat par Elon Musk.

Twitter est devenu X
Twitter est devenu X

]]>
Gouvernement : les ministres accros à Gmail et aux plateformes, des mots de passe dans la nature696f4603-64b9-4e18-863d-cee651d003d0http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231101_105752_Gouvernement___les_ministres_accros_a_Gmail_et_aux_plateformes__des_mots_de_passe_dans_la_natureWed, 01 Nov 2023 10:57:52 +0100

La souveraineté nationale n'est visiblement pas une priorité au gouvernement...

Quasiment tous utilisent Google ou Meta, pour ne citer que les plus intrusives en matière de données personnelles. Que font les plateformes des données des hommes et femmes politiques en vue ? Sans doute un casse-tête pour les services de renseignement...

Le silence est d'or - National Archives at College Park - Wikimedia Commons - Domaine public

L'incohérence est une constante des hommes et femmes politiques. Ils peuvent énoncer une chose le lundi et le contraire le mardi. Selon comment souffle le vent du populisme le plus crasse. Il faut caresser l'électeur dans le sens du poil, car in fine, c'est grâce à lui que ces hommes et femmes ayant fait de la politique une profession, reçoivent un salaire (très) conséquent.

Ce principe fonctionne pour tous les sujets, y compris la cybersécurité et la fameuse « souveraineté nationale ». Mais on n'en est même plus là.

C'est au niveau de l'OPSEC, la sécurité opérationnelle, celle qui permet d'éviter de servir des informations sur un plateau, que cela pèche. Il n'est même plus question d'éviter que nos infrastructures essentielles dépendent de fabricants asiatiques ou américains. Il n'est plus question de conserver les entreprises essentielles sur le grand marché de l'interception au lieu de les vendre à des sociétés étrangères...

Les ministres du gouvernement français ont quasiment tous une adresse mail chez Gmail (USA - Google), la plateforme la plus intrusive au monde en matière de données personnelles, celle qui a le plus grand pouvoir de corrélation. Et en matière de renseignement, dans le monde numérique, la force nucléaire revient à celui qui peut faire le plus de corrélation. C'est dire si la vie des ministres est décortiquée par les États-Unis...

Au delà de Gmail qui est en soi une hérésie pour des...

]]>

La souveraineté nationale n'est visiblement pas une priorité au gouvernement...

Quasiment tous utilisent Google ou Meta, pour ne citer que les plus intrusives en matière de données personnelles. Que font les plateformes des données des hommes et femmes politiques en vue ? Sans doute un casse-tête pour les services de renseignement...

Le silence est d'or - National Archives at College Park - Wikimedia Commons - Domaine public

L'incohérence est une constante des hommes et femmes politiques. Ils peuvent énoncer une chose le lundi et le contraire le mardi. Selon comment souffle le vent du populisme le plus crasse. Il faut caresser l'électeur dans le sens du poil, car in fine, c'est grâce à lui que ces hommes et femmes ayant fait de la politique une profession, reçoivent un salaire (très) conséquent.

Ce principe fonctionne pour tous les sujets, y compris la cybersécurité et la fameuse « souveraineté nationale ». Mais on n'en est même plus là.

C'est au niveau de l'OPSEC, la sécurité opérationnelle, celle qui permet d'éviter de servir des informations sur un plateau, que cela pèche. Il n'est même plus question d'éviter que nos infrastructures essentielles dépendent de fabricants asiatiques ou américains. Il n'est plus question de conserver les entreprises essentielles sur le grand marché de l'interception au lieu de les vendre à des sociétés étrangères...

Les ministres du gouvernement français ont quasiment tous une adresse mail chez Gmail (USA - Google), la plateforme la plus intrusive au monde en matière de données personnelles, celle qui a le plus grand pouvoir de corrélation. Et en matière de renseignement, dans le monde numérique, la force nucléaire revient à celui qui peut faire le plus de corrélation. C'est dire si la vie des ministres est décortiquée par les États-Unis...

Au delà de Gmail qui est en soi une hérésie pour des...

]]>
A la prison de Château-Thierry, mieux tenir compte des troubles psychiatriquesde6dfc28-2e13-4efc-bf84-33f12b352ca6http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231031_101441_A_la_prison_de_Chateau-Thierry__mieux_tenir_compte_des_troubles_psychiatriquesTue, 31 Oct 2023 10:14:41 +0100

Reportage au quartier maison centrale où sont orientés les détenus aux pathologies mentales.

Depuis plus de soixante-dix ans, les professionnels du centre pénitentiaire de Château-Thierry, dont le quartier maison centrale est unique en France, ont développé des pratiques plus adaptées. Si ce « modèle » ne doit pas se substituer à l'hôpital psychiatrique, il offre des pistes intéressantes pour l'ensemble du monde pénitentiaire.

Centre pénitentiaire de Château-Thierry, France (Février 2021) - Pascal3012 - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

«Maison d'arrêt de l'arrondissement». L'inscription sur la façade du centre pénitentiaire de Château-Thierry, située sur les hauteurs de cette commune de l'Aisne, à une centaine de kilomètres de Paris, date d'un autre temps tout comme les murs érigés au milieu du XIXe siècle. A l'intérieur, des prisonniers continuent d'y purger leur peine au sein d'un quartier centre détention de quelques places et d'un quartier maison centrale où vivent 66 condamnés en grande majorité à de longues peines, dont neuf à la perpétuité. Ces derniers ont été orientés ici en raison de leurs troubles psychiatriques. Les deux tiers perçoivent l'allocation aux adultes handicapés.

Cette particularité de la maison centrale de Château-Thierry, unique en France, remonte à 1950 et perdure aujourd'hui, institutionnalisée par la circulaire du 21 février 2012 relative à l'orientation en établissement pénitentiaire des personnes détenues. Elle indique que sa mission principale est d’accueillir des condamnés présentant des « troubles du comportement» rendant difficile leur intégration à un régime de détention classique. Parmi les comportements inadaptés cités : «la peur ou refus de sortir de l'isolement de longue durée, le manque d'hygiène grave, l'état de prostration, l'ingestion fréquente de corps étrangers, les passages à l'acte auto ou hétéro agressifs» ...

L'état de santé de ces prisonniers ne doit cependant relever «ni d’une...

]]>

Reportage au quartier maison centrale où sont orientés les détenus aux pathologies mentales.

Depuis plus de soixante-dix ans, les professionnels du centre pénitentiaire de Château-Thierry, dont le quartier maison centrale est unique en France, ont développé des pratiques plus adaptées. Si ce « modèle » ne doit pas se substituer à l'hôpital psychiatrique, il offre des pistes intéressantes pour l'ensemble du monde pénitentiaire.

Centre pénitentiaire de Château-Thierry, France (Février 2021) - Pascal3012 - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

«Maison d'arrêt de l'arrondissement». L'inscription sur la façade du centre pénitentiaire de Château-Thierry, située sur les hauteurs de cette commune de l'Aisne, à une centaine de kilomètres de Paris, date d'un autre temps tout comme les murs érigés au milieu du XIXe siècle. A l'intérieur, des prisonniers continuent d'y purger leur peine au sein d'un quartier centre détention de quelques places et d'un quartier maison centrale où vivent 66 condamnés en grande majorité à de longues peines, dont neuf à la perpétuité. Ces derniers ont été orientés ici en raison de leurs troubles psychiatriques. Les deux tiers perçoivent l'allocation aux adultes handicapés.

Cette particularité de la maison centrale de Château-Thierry, unique en France, remonte à 1950 et perdure aujourd'hui, institutionnalisée par la circulaire du 21 février 2012 relative à l'orientation en établissement pénitentiaire des personnes détenues. Elle indique que sa mission principale est d’accueillir des condamnés présentant des « troubles du comportement» rendant difficile leur intégration à un régime de détention classique. Parmi les comportements inadaptés cités : «la peur ou refus de sortir de l'isolement de longue durée, le manque d'hygiène grave, l'état de prostration, l'ingestion fréquente de corps étrangers, les passages à l'acte auto ou hétéro agressifs» ...

L'état de santé de ces prisonniers ne doit cependant relever «ni d’une...

]]>
Nouveau mensonge : après le Maroc, le Qatar nie toute relation avec Amesys/Nexa641d2464-fe0c-47a3-a4a4-ac4138b66309http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231025_150017_Nouveau_mensonge___apres_le_Maroc__le_Qatar_nie_toute_relation_avec_Amesys_NexaWed, 25 Oct 2023 15:00:17 +0200

Pour la deuxième fois, Reflets est contraint de publier des documents

Lorsque le Maroc avait menacé de poursuivre tous les journalistes locaux qui évoqueraient l’achat par le royaume d’un Eagle d’Amesys, nous avions publié des documents prouvant cette transaction. Le Qatar prend le même chemin.

Nouveau logo de Neaxa/Amesys - © Reflets

Dans la multitude de révélations par Mediapart du business d’Amesys/Nexa, un passage d’un des articles a retenu notre attention : « "Aucune entité liée au Qatar n’a eu de relation" avec le groupe Nexa, nous a répondu le gouvernement de l’émirat. "Ces documents ont été entièrement fabriqués et ces accusations n’ont aucun fondement", affirme le Qatar ». Le Qatar n’est pas le premier État à nier avoir commercé avec cette entreprise. En 2015, le Maroc avait menacé les journalistes et les ONG de poursuites s’ils évoquaient un achat par le royaume d’un Eagle, cette solution permettant d’intercepter toutes les communications circulant via Internet. Pour donner des moyens de défense aux journalistes et aux ONG, nous avions publié un certain nombre de documents.

En règle générale, nous demandons à nos lecteurs de nous croire sur parole et réservons nos preuves à la Justice. Mais nous avions fait une exception face à la profonde mauvaise foi du Maroc et à ses menaces. Aujourd’hui, c’est le Qatar qui tente de prendre le même chemin.

L’article de Mediapart relate également les dénégations du patron de Gama International, Louthean Nelson :

Notre enquête montre que Nexa a vendu Predator à trois régimes autoritaires, et qu’il l’a proposé à au moins sept autres pays, dont le Qatar.

C’est ce que montre un document saisi en perquisition. Il s’agit de la mouture non signée d’un « accord de courtage » daté du 6 janvier 2020 entre la société française Nexa Technologies et...

]]>

Pour la deuxième fois, Reflets est contraint de publier des documents

Lorsque le Maroc avait menacé de poursuivre tous les journalistes locaux qui évoqueraient l’achat par le royaume d’un Eagle d’Amesys, nous avions publié des documents prouvant cette transaction. Le Qatar prend le même chemin.

Nouveau logo de Neaxa/Amesys - © Reflets

Dans la multitude de révélations par Mediapart du business d’Amesys/Nexa, un passage d’un des articles a retenu notre attention : « "Aucune entité liée au Qatar n’a eu de relation" avec le groupe Nexa, nous a répondu le gouvernement de l’émirat. "Ces documents ont été entièrement fabriqués et ces accusations n’ont aucun fondement", affirme le Qatar ». Le Qatar n’est pas le premier État à nier avoir commercé avec cette entreprise. En 2015, le Maroc avait menacé les journalistes et les ONG de poursuites s’ils évoquaient un achat par le royaume d’un Eagle, cette solution permettant d’intercepter toutes les communications circulant via Internet. Pour donner des moyens de défense aux journalistes et aux ONG, nous avions publié un certain nombre de documents.

En règle générale, nous demandons à nos lecteurs de nous croire sur parole et réservons nos preuves à la Justice. Mais nous avions fait une exception face à la profonde mauvaise foi du Maroc et à ses menaces. Aujourd’hui, c’est le Qatar qui tente de prendre le même chemin.

L’article de Mediapart relate également les dénégations du patron de Gama International, Louthean Nelson :

Notre enquête montre que Nexa a vendu Predator à trois régimes autoritaires, et qu’il l’a proposé à au moins sept autres pays, dont le Qatar.

C’est ce que montre un document saisi en perquisition. Il s’agit de la mouture non signée d’un « accord de courtage » daté du 6 janvier 2020 entre la société française Nexa Technologies et...

]]>
L’ANSSI, ou la fable de l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information71a0b4a4-8c68-4705-8a8f-82502379463dhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231019_145238_L___ANSSI__ou_la_fable_de_l___agence_nationale_de__la_securite_des_systemes_d___informationThu, 19 Oct 2023 14:52:38 +0200

Des mots de passe des patrons de l’ANSSI en accès libre…

Après le refus catégorique et répété de communiquer avec Reflets, nous avons regardé de plus près qui dirigeait cette agence en charge de la cybersécurité de l’État. Et nous avons eu des surprises.

Site de l'ANSSI - Copie d'écran

La souveraineté nationale en matière cyber est une vieille lune des politiques et autres experts du domaine. La question revient épisodiquement au centre des débats. Or, tout ceci tient de la fable pour qui a le moindre bagage technique en la matière. Car évidemment rien, ou si peu, n’est possible dans ce domaine tant les équipementiers, les fabricants, les éditeurs et tous ceux qui comptent sont américains, asiatiques ou israéliens. Alors que faire, chez nous, en France ? Pas grand-chose en fait. En tout cas ne pas alimenter le mensonge en faisant régulièrement croire à une possible souveraineté nationale numérique. Au moins pourrait-on espérer que les hauts fonctionnaires, les politiques et les membres de l'armée n'utilisent pas les plateformes américaines.

Curieusement les hauts dirigeants de l’ANSSI au coeur de la protection des réseaux essentiels français, n’hésitent pourtant pas à utiliser des adresses mail offertes «gratuitement» par des plateformes américaines dont tout le monde sait depuis les révélations liées aux documents Snowden, qu’elles sont tout sauf protégées contre la très grande curiosité de la National Security Agency.

Règle de base: quand on est un homme ou une femme politique, quand on est un fonctionnaire, un patron d’entreprise, et à fortiori un «Sachant» de l’ANSSI, les adresses mail de Gmail ou Yahoo sont à bannir. Chacun peut imaginer aisément que les services de renseignement étranger s'intéressent en particulier à toutes ces...

]]>

Des mots de passe des patrons de l’ANSSI en accès libre…

Après le refus catégorique et répété de communiquer avec Reflets, nous avons regardé de plus près qui dirigeait cette agence en charge de la cybersécurité de l’État. Et nous avons eu des surprises.

Site de l'ANSSI - Copie d'écran

La souveraineté nationale en matière cyber est une vieille lune des politiques et autres experts du domaine. La question revient épisodiquement au centre des débats. Or, tout ceci tient de la fable pour qui a le moindre bagage technique en la matière. Car évidemment rien, ou si peu, n’est possible dans ce domaine tant les équipementiers, les fabricants, les éditeurs et tous ceux qui comptent sont américains, asiatiques ou israéliens. Alors que faire, chez nous, en France ? Pas grand-chose en fait. En tout cas ne pas alimenter le mensonge en faisant régulièrement croire à une possible souveraineté nationale numérique. Au moins pourrait-on espérer que les hauts fonctionnaires, les politiques et les membres de l'armée n'utilisent pas les plateformes américaines.

Curieusement les hauts dirigeants de l’ANSSI au coeur de la protection des réseaux essentiels français, n’hésitent pourtant pas à utiliser des adresses mail offertes «gratuitement» par des plateformes américaines dont tout le monde sait depuis les révélations liées aux documents Snowden, qu’elles sont tout sauf protégées contre la très grande curiosité de la National Security Agency.

Règle de base: quand on est un homme ou une femme politique, quand on est un fonctionnaire, un patron d’entreprise, et à fortiori un «Sachant» de l’ANSSI, les adresses mail de Gmail ou Yahoo sont à bannir. Chacun peut imaginer aisément que les services de renseignement étranger s'intéressent en particulier à toutes ces...

]]>
La folie derrière les barreaux, l'inhumanité du régime carcéral18fc4386-5e24-41d6-abf3-355b3b8d6446http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231018_184112__La_folie_derriere_les_barreaux__l_inhumanite_du_regime_carceralWed, 18 Oct 2023 18:41:12 +0200

De nombreux détenus présentant des troubles se suicident alors que les moyens manquent

Ils avaient moins de 30 ans et sont morts dans la plus grande détresse en prison. L'histoire de ces détenu.e.s souffrant de troubles psychiatriques, portée devant les tribunaux, jette la lumière sur un système carcéral inadapté et pathogène.

Prison de Valence dans la Drôme - Celeda - Wikipedia

« À revoir demain matin ». Voilà la conclusion de la dernière fiche d'observations de Paul Germain. Trois heures plus tard, l'homme de 23 ans, incarcéré pour la première fois depuis seulement un mois, était retrouvé pendu avec ses lacets de chaussures dans sa cellule du quartier disciplinaire du centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan. L'ergothérapeute lui ayant rendu visite ce 28 octobre 2021 écrivait pourtant : « Le patient est nu en cellule car il a mis ses affaires dans les toilettes car la cellule était sale d’après ses dires ». Il « ne note pas d'activité délirante » mais relève que le détenu « n’arrive pas à verbaliser, voire se souvenir que le médecin de l’UCSA [unité sanitaire en milieu pénitentiaire] est passé ce matin ». Dans les quelques mètres carrés où il ne supporte plus d'être enfermé, le prisonnier arrache même un radiateur en fonte. « Les jours précédents, il était énervé, il a inondé sa cellule, déchiré sa housse de matelas et cassé sa radio puis m’a insulté et menacé à plusieurs reprises », témoignera un surveillant. Les troubles psychotiques du jeune adulte qui se traduisaient par des bouffées délirantes aiguës étaient connus de la justice. Il avait signalé une hospitalisation en 2020 et le médecin en charge d'une expertise psychiatrique rendue le 14 octobre 2021 attestait : « l’état actuel de Monsieur Germain ne nous apparait pas compatible avec une mesure de détention ». Pourtant, il sera placé en quartier disciplinaire dix...

]]>

De nombreux détenus présentant des troubles se suicident alors que les moyens manquent

Ils avaient moins de 30 ans et sont morts dans la plus grande détresse en prison. L'histoire de ces détenu.e.s souffrant de troubles psychiatriques, portée devant les tribunaux, jette la lumière sur un système carcéral inadapté et pathogène.

Prison de Valence dans la Drôme - Celeda - Wikipedia

« À revoir demain matin ». Voilà la conclusion de la dernière fiche d'observations de Paul Germain. Trois heures plus tard, l'homme de 23 ans, incarcéré pour la première fois depuis seulement un mois, était retrouvé pendu avec ses lacets de chaussures dans sa cellule du quartier disciplinaire du centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan. L'ergothérapeute lui ayant rendu visite ce 28 octobre 2021 écrivait pourtant : « Le patient est nu en cellule car il a mis ses affaires dans les toilettes car la cellule était sale d’après ses dires ». Il « ne note pas d'activité délirante » mais relève que le détenu « n’arrive pas à verbaliser, voire se souvenir que le médecin de l’UCSA [unité sanitaire en milieu pénitentiaire] est passé ce matin ». Dans les quelques mètres carrés où il ne supporte plus d'être enfermé, le prisonnier arrache même un radiateur en fonte. « Les jours précédents, il était énervé, il a inondé sa cellule, déchiré sa housse de matelas et cassé sa radio puis m’a insulté et menacé à plusieurs reprises », témoignera un surveillant. Les troubles psychotiques du jeune adulte qui se traduisaient par des bouffées délirantes aiguës étaient connus de la justice. Il avait signalé une hospitalisation en 2020 et le médecin en charge d'une expertise psychiatrique rendue le 14 octobre 2021 attestait : « l’état actuel de Monsieur Germain ne nous apparait pas compatible avec une mesure de détention ». Pourtant, il sera placé en quartier disciplinaire dix...

]]>
Gaza : « c'est la première fois que je ne suis pas sûr de rester vivant »f98fed95-5cfc-4bf5-bc91-7091039e8980http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231017_154149_Gaza______c_est_la_premiere_fois_que_je_ne_suis_pas_sur_de_rester_vivant___Tue, 17 Oct 2023 15:41:49 +0200

L'eau potable n'est pas rétablie et les bombardements se poursuivent

Un habitant de la bande Gaza témoigne d'une guerre inhabituelle dans sa violence et d'une situation humanitaire « terrible » dans ce territoire d'où personne ne peut s'échapper.

Dégâts dans la bande de Gaza après un bombardement israélien en octobre 2023 - Al Araby - Wikipedia - CC BY-SA 3.0

« Netanyahou pense sauver son poste avec cette guerre, mais ce sont des civils qui payent le prix de cette folie », raconte ce Gazaoui. « Il n'y a plus d'eau potable, plus d'électricité. Ce matin, j'ai trouvé quelques bouteilles, la situation est terrible, horrible, catastrophique », poursuit-il.

L'accès à l'eau potable a été coupée le deuxième jour, précise-t-il et n'a pas été rouvert en dépit de ce qui est dit dans les médias.

« Nous imposons un siège complet à Gaza », avait lancé Yoav Gallant, le ministre de la Défense israélien. « Pas d’électricité, pas d’eau, pas de gaz », avait-il précisé après l'incursion et les meurtres perpétrés par les membres du Hamas en Israël le 7 octobre et qui laisse un terrible bilan de 1400 morts, selon les derniers décomptes.

« Le prix que paiera la bande de Gaza sera très lourd et changera la réalité pour des générations » a poursuivi le ministre de la Défense.

« J'ai vécu beaucoup de guerres à Gaza. Cela n'a jamais été comme ça. C'est un génocide collectif. Les bombes utilisées sont bien plus puissantes que les fois précédentes. Lorsqu'une maison est bombardée, toutes les maisons autour sont soufflées. Il y a souvent 2 ou 3 familles par maison. Les victimes sont des femmes, des enfants, ce sont des civils. », précise ce Gazaoui, joint aujourd'hui par Reflets. Selon le ministère de la santé de Gaza, le bilan était ce matin de 2837...

]]>

L'eau potable n'est pas rétablie et les bombardements se poursuivent

Un habitant de la bande Gaza témoigne d'une guerre inhabituelle dans sa violence et d'une situation humanitaire « terrible » dans ce territoire d'où personne ne peut s'échapper.

Dégâts dans la bande de Gaza après un bombardement israélien en octobre 2023 - Al Araby - Wikipedia - CC BY-SA 3.0

« Netanyahou pense sauver son poste avec cette guerre, mais ce sont des civils qui payent le prix de cette folie », raconte ce Gazaoui. « Il n'y a plus d'eau potable, plus d'électricité. Ce matin, j'ai trouvé quelques bouteilles, la situation est terrible, horrible, catastrophique », poursuit-il.

L'accès à l'eau potable a été coupée le deuxième jour, précise-t-il et n'a pas été rouvert en dépit de ce qui est dit dans les médias.

« Nous imposons un siège complet à Gaza », avait lancé Yoav Gallant, le ministre de la Défense israélien. « Pas d’électricité, pas d’eau, pas de gaz », avait-il précisé après l'incursion et les meurtres perpétrés par les membres du Hamas en Israël le 7 octobre et qui laisse un terrible bilan de 1400 morts, selon les derniers décomptes.

« Le prix que paiera la bande de Gaza sera très lourd et changera la réalité pour des générations » a poursuivi le ministre de la Défense.

« J'ai vécu beaucoup de guerres à Gaza. Cela n'a jamais été comme ça. C'est un génocide collectif. Les bombes utilisées sont bien plus puissantes que les fois précédentes. Lorsqu'une maison est bombardée, toutes les maisons autour sont soufflées. Il y a souvent 2 ou 3 familles par maison. Les victimes sont des femmes, des enfants, ce sont des civils. », précise ce Gazaoui, joint aujourd'hui par Reflets. Selon le ministère de la santé de Gaza, le bilan était ce matin de 2837...

]]>
Assassinat dans un lycée d’Arras : l’auteur connu des services de policecace02e4-ccdd-403a-9f17-43d3d3b6a291http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231013_215543_Assassinat_dans_un_lycee_d___Arras____l___auteur_connu_des_services_de_policeFri, 13 Oct 2023 21:55:43 +0200

Reflets avait déjà dressé le portrait de son frère aîné

La DGSI avait produit une note décrivant la mouvance radicalisée d'origine tchétchène en France dans le cadre de l'instruction de l'assassinat de Samuel Paty.

Profil Linkedin de Mohammed Mogouchkov - Copie d'écran

Le 16 octobre 2020, Abdoullakh Anzorov, un citoyen russe d'origine tchétchène âgé de 18ans décapitait Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine. Ce 13 octobre 2023, trois ans après, Mohammed Mogouchkov, fiché S, âgé d’une vingtaine d’années également d’origine tchétchène, a attaqué au couteau des professeurs du Lycée Carnot d’Arras. Dominique Bernard, professeur de français qui a tenté de s’interposer a été tué de plusieurs coups de couteau tandis qu’un agent du lycée et un autreenseignant ont été blessés mais sont désormais hors de danger.

Arrivé en France en 2008, Mohammed Mogouchkov était un ancien élève du lycée Carnot et avait, selon son profil Linkedin, obtenu un BTS sur les moteurs à combustion interne. Ses comptes Instagram et Facebook sont désormais inaccessibles.

Compte Facebook - Copie d'écran
Compte Facebook - Copie d'écran

Compte Instagram - Copie d'écran
Compte Instagram - Copie d'écran

Les avait-il fermés où les autorités ont-elles demandé à Meta de les faire disparaître? Impossible à savoir. Dans les cas d’attaques terroristes, les autorités obtiennent des réponses extrêmement rapides des plateformes.

L’auteur de l’attaque n’est pas un inconnu des services de renseignement. Selon des sources policières citées par l’AFP, il faisait l’objet d’un suivi actif de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et avait été contrôlé la veille «sans qu’aucune infraction ne puisse lui être reprochée». «Il était sous écoute et faisait l’objet de surveillances physiques», «depuis cet été», a précisé cette source...

]]>

Reflets avait déjà dressé le portrait de son frère aîné

La DGSI avait produit une note décrivant la mouvance radicalisée d'origine tchétchène en France dans le cadre de l'instruction de l'assassinat de Samuel Paty.

Profil Linkedin de Mohammed Mogouchkov - Copie d'écran

Le 16 octobre 2020, Abdoullakh Anzorov, un citoyen russe d'origine tchétchène âgé de 18ans décapitait Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine. Ce 13 octobre 2023, trois ans après, Mohammed Mogouchkov, fiché S, âgé d’une vingtaine d’années également d’origine tchétchène, a attaqué au couteau des professeurs du Lycée Carnot d’Arras. Dominique Bernard, professeur de français qui a tenté de s’interposer a été tué de plusieurs coups de couteau tandis qu’un agent du lycée et un autreenseignant ont été blessés mais sont désormais hors de danger.

Arrivé en France en 2008, Mohammed Mogouchkov était un ancien élève du lycée Carnot et avait, selon son profil Linkedin, obtenu un BTS sur les moteurs à combustion interne. Ses comptes Instagram et Facebook sont désormais inaccessibles.

Compte Facebook - Copie d'écran
Compte Facebook - Copie d'écran

Compte Instagram - Copie d'écran
Compte Instagram - Copie d'écran

Les avait-il fermés où les autorités ont-elles demandé à Meta de les faire disparaître? Impossible à savoir. Dans les cas d’attaques terroristes, les autorités obtiennent des réponses extrêmement rapides des plateformes.

L’auteur de l’attaque n’est pas un inconnu des services de renseignement. Selon des sources policières citées par l’AFP, il faisait l’objet d’un suivi actif de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et avait été contrôlé la veille «sans qu’aucune infraction ne puisse lui être reprochée». «Il était sous écoute et faisait l’objet de surveillances physiques», «depuis cet été», a précisé cette source...

]]>
Quand il s'agissait de poser une bombe chez Refletse2bc7196-b347-46d6-a459-ae7aca287a3ahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231010_130000_Quand_il_s_agissait_de_poser_une_bombe_chez_RefletsTue, 10 Oct 2023 13:00:00 +0200

Deux salariés de Nexa/Amesys discutaient de faire sauter, littéralement, le rédacteur en chef de notre journal

Dans un échange saisi par la justice, deux salariés d'Amesys/Nexa évoquent une filature, l’identification du véhicule et de l’adresse du rédacteur en chef de Reflets et l’idée d’y poser un bombe. Le dossier judiciaire portant sur « une complicité de torture ou acte de barbarie, traitements inhumains et dégradants » n'a pas empêché l'exfiltration de deux anciens d’Amesys vers l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI). Un message clair envoyé par l'Etat français...

Amesys/Nexa - © Reflets - CC

Ce n’est pas la première fois que les membres de Reflets sont menacés de mort. Mais par des salariés d'une société sur laquelle nous enquêtons, si. Ce 6 mai 2014, Nicolas Deckmyn et Renaud Roques échangent par messagerie Skype. Ils ne s’en doutent pas, mais leur conversation va être versée au dossier judiciaire tentaculaire et interminable qui pèse sur la société Amesys, devenue Nexa et Advanced systems (AMES), une affaire initiée par Reflets en 2011 (lire notre tout premier article) et dont ils sont des employés essentiels.

Renaud Roques et Nicolas Deckmyn - © Reflets
Renaud Roques et Nicolas Deckmyn - Reflets

La Justice soupçonne l’entreprise de «complicité de torture ou acte de barbarie, traitements inhumains et dégradants». Plusieurs dirigeants ont été mis en examen ou placés sous le statut de témoin assisté. En 2011, Reflets avait dévoilé la vente par la société qui s’appelait encore Amesys, d’un système permettant d’intercepter toutes les communications passant par Internet à la Libye de Kadhafi.

Mieux, l’interface commerciale d’Amesys en Libye était Abdallah Senoussi, beau frère du «guide suprême» et accessoirement condamné en France par contumace pour terrorisme dans le cadre de l’explosion d’un DC10 de la compagnie UTA au dessus du Ténéré au Niger, qui a fait 170 morts dont 54 français.

Photo de la carcasse du DC10 d'UTA - D.R.
Photo de la carcasse du DC10 d'UTA - D.R.

Le scandale lié aux ventes de ce produit à la Libye, ainsi qu’à d’autres pays, ce que nous avons également révélé, a poussé la société à changer de nom. Elle deviendra...

]]>

Deux salariés de Nexa/Amesys discutaient de faire sauter, littéralement, le rédacteur en chef de notre journal

Dans un échange saisi par la justice, deux salariés d'Amesys/Nexa évoquent une filature, l’identification du véhicule et de l’adresse du rédacteur en chef de Reflets et l’idée d’y poser un bombe. Le dossier judiciaire portant sur « une complicité de torture ou acte de barbarie, traitements inhumains et dégradants » n'a pas empêché l'exfiltration de deux anciens d’Amesys vers l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI). Un message clair envoyé par l'Etat français...

Amesys/Nexa - © Reflets - CC

Ce n’est pas la première fois que les membres de Reflets sont menacés de mort. Mais par des salariés d'une société sur laquelle nous enquêtons, si. Ce 6 mai 2014, Nicolas Deckmyn et Renaud Roques échangent par messagerie Skype. Ils ne s’en doutent pas, mais leur conversation va être versée au dossier judiciaire tentaculaire et interminable qui pèse sur la société Amesys, devenue Nexa et Advanced systems (AMES), une affaire initiée par Reflets en 2011 (lire notre tout premier article) et dont ils sont des employés essentiels.

Renaud Roques et Nicolas Deckmyn - © Reflets
Renaud Roques et Nicolas Deckmyn - Reflets

La Justice soupçonne l’entreprise de «complicité de torture ou acte de barbarie, traitements inhumains et dégradants». Plusieurs dirigeants ont été mis en examen ou placés sous le statut de témoin assisté. En 2011, Reflets avait dévoilé la vente par la société qui s’appelait encore Amesys, d’un système permettant d’intercepter toutes les communications passant par Internet à la Libye de Kadhafi.

Mieux, l’interface commerciale d’Amesys en Libye était Abdallah Senoussi, beau frère du «guide suprême» et accessoirement condamné en France par contumace pour terrorisme dans le cadre de l’explosion d’un DC10 de la compagnie UTA au dessus du Ténéré au Niger, qui a fait 170 morts dont 54 français.

Photo de la carcasse du DC10 d'UTA - D.R.
Photo de la carcasse du DC10 d'UTA - D.R.

Le scandale lié aux ventes de ce produit à la Libye, ainsi qu’à d’autres pays, ce que nous avons également révélé, a poussé la société à changer de nom. Elle deviendra...

]]>
Le lobbyiste Jean-Pierre Duthion affirme « bakchicher » deux conseillers de l’Élyséee92a6a21-1cb5-4bde-9654-e94edc8a8c21http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20231004_174514_Le_lobbyiste_Jean-Pierre_Duthion_affirme_____bakchicher_____deux_conseillers_de_l___ElyseeWed, 04 Oct 2023 17:45:14 +0200

Un déjeuner sur commande vaudrait entre 10.000 et 25.000 euros

Le député Hubert Julien-Laferrière et le journaliste de BFMTV Rachid M’Barki n’auraient pas été les seuls à avoir été pris dans les filets du lobbyistes. Jean-Pierre Duthion se vante d’avoir des connexions jusqu’à la présidence de la République. Reflets a eu accès à ses confessions..

Jean-Pierre Duthion sur son site Internet - Copie d'écran

Rebondissement dans l’affaire de Jean-Pierre Duthion? Alors que le Parquet national financier a perquisitionné au Palais Bourbon et au domicile du lobbyiste, l’affaire pourrait prendre une nouvelle ampleur. Car le lobbyiste se vante d’avoir vendu des accès à l’Elysée.

Selon Le Monde,Le Palais-Bourbon a reçu la visite des pandores mercredi 27septembre.Une perquisition menée dans le cadre d’une procédure ouverte par le Parquet national financier (PNF) pour trafic d’influence, corruption d’agent public et corruption privée. Elle visait le député Hubert Julien-Laferrière (Génération Ecologie). Mediapart avait révélé que Jean-Pierre Duthion avait obtenu du député qu’il se lance, devant les caméras de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale en février2022, dansun plaidoyer en faveur du LimoCoin, une cryptomonnaie crée par un homme d’affaires camerounais accusé d’escroqueries. Jean-Pierre Duthion a également fait l’objet d’une perquisition dans le cadre de la même affaire.

Le lobbyiste avait été au centre de toutes les attentions lorsque le collectif Forbidden Stories avait révélé qu’il avait obtenu du journaliste de BFMTV Rachid M’Barki que ce dernier diffuse des sujets non validés par la rédaction en chef et qui étaient intéressants pour les clients du lobbyiste.

Mardi 3 septembre, le dossier a été étendu à des soupçons d’ingérence du Quatar (l'un des clients de Jean-Pierre Duthion) dans la politiques et des médias français. Le lobbyste a été placé...

]]>

Un déjeuner sur commande vaudrait entre 10.000 et 25.000 euros

Le député Hubert Julien-Laferrière et le journaliste de BFMTV Rachid M’Barki n’auraient pas été les seuls à avoir été pris dans les filets du lobbyistes. Jean-Pierre Duthion se vante d’avoir des connexions jusqu’à la présidence de la République. Reflets a eu accès à ses confessions..

Jean-Pierre Duthion sur son site Internet - Copie d'écran

Rebondissement dans l’affaire de Jean-Pierre Duthion? Alors que le Parquet national financier a perquisitionné au Palais Bourbon et au domicile du lobbyiste, l’affaire pourrait prendre une nouvelle ampleur. Car le lobbyiste se vante d’avoir vendu des accès à l’Elysée.

Selon Le Monde,Le Palais-Bourbon a reçu la visite des pandores mercredi 27septembre.Une perquisition menée dans le cadre d’une procédure ouverte par le Parquet national financier (PNF) pour trafic d’influence, corruption d’agent public et corruption privée. Elle visait le député Hubert Julien-Laferrière (Génération Ecologie). Mediapart avait révélé que Jean-Pierre Duthion avait obtenu du député qu’il se lance, devant les caméras de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale en février2022, dansun plaidoyer en faveur du LimoCoin, une cryptomonnaie crée par un homme d’affaires camerounais accusé d’escroqueries. Jean-Pierre Duthion a également fait l’objet d’une perquisition dans le cadre de la même affaire.

Le lobbyiste avait été au centre de toutes les attentions lorsque le collectif Forbidden Stories avait révélé qu’il avait obtenu du journaliste de BFMTV Rachid M’Barki que ce dernier diffuse des sujets non validés par la rédaction en chef et qui étaient intéressants pour les clients du lobbyiste.

Mardi 3 septembre, le dossier a été étendu à des soupçons d’ingérence du Quatar (l'un des clients de Jean-Pierre Duthion) dans la politiques et des médias français. Le lobbyste a été placé...

]]>
Altice doit 1,3 milliard d’euros à Armando Pereira, l’homme d’affaire accusé de malversations406584ab-c99b-4d38-875a-1f9767cea5e7http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230929_163000_Altice_doit_1_3_milliard_d___euros_a_Armando_Pereira__l___homme_d___affaire_accuse_de_malversationsFri, 29 Sep 2023 16:30:00 +0200

Drahi tente de minimiser l’influence de Pereira sur le groupe

Patrick Drahi propriétaire d’Altice (SFR, BFM…) essaie de minimiser l’importance de l’homme d'affaires Armando Pereira mis en examen pour des malversations. Pourtant selon des documents issus des DrahiLeaks, Altice lui doit 1,3 milliards d’euros.

Patrick Drahi et Armando Pereira, les (anciens ?) meilleurs amis du monde - © Caroline Varon

Le groupe Altice, propriétaire de plusieurs sociétés de télécom dont SFR est dans la tourmente. Au creux de l’été, la justice portugaise plaçait en détention, Armando Pereira, l’homme avec qui Patrick Drahi a construit son empire. Il a depuis été relâché mais demeure assigné à résidence et mis en examen dans le cadre d’une affaire portant sur 11 délits de corruption et de blanchiment d’argent.

Drahi prend immédiatement ses distances. Pereira n’était pas un proche, tout juste une connaissance. «Cette affaire a été un choc et une déception. Je me sens trahiet trompé.Si les suspicions du fisc se révèlent vraies, cela voudrait dire qu'un petit groupe d'individus a caché ses actions et profité de certaines de nos acquisitions au détriment d'Altice et de ma réputation.», explique-t-il aux créanciers cet été. Il laisse aussi entendre que la procédure n’aurait aucune incidence sur le groupe. Mais la stratégie de communication ne prend pas et Patrick Drahi est contraint de changer son fusil d’épaule. Il est prêt à vendre les bijoux de famille : le pôle médias, une partie du capital de SFR ou de l’opérateur portugais Meo seraient sur le marché… Visiblement, les créanciers que le milliardaire a réunis trois fois dans l’été ont fait passer un message clair : il faut vendre pour désendetter le groupe, sinon il sera vendu à la découpe dans des conditions moins favorables.

Selon nos calculs basés sur des documents internes, les DrahiLeaks, la dette cumulée du groupe Altice...

]]>

Drahi tente de minimiser l’influence de Pereira sur le groupe

Patrick Drahi propriétaire d’Altice (SFR, BFM…) essaie de minimiser l’importance de l’homme d'affaires Armando Pereira mis en examen pour des malversations. Pourtant selon des documents issus des DrahiLeaks, Altice lui doit 1,3 milliards d’euros.

Patrick Drahi et Armando Pereira, les (anciens ?) meilleurs amis du monde - © Caroline Varon

Le groupe Altice, propriétaire de plusieurs sociétés de télécom dont SFR est dans la tourmente. Au creux de l’été, la justice portugaise plaçait en détention, Armando Pereira, l’homme avec qui Patrick Drahi a construit son empire. Il a depuis été relâché mais demeure assigné à résidence et mis en examen dans le cadre d’une affaire portant sur 11 délits de corruption et de blanchiment d’argent.

Drahi prend immédiatement ses distances. Pereira n’était pas un proche, tout juste une connaissance. «Cette affaire a été un choc et une déception. Je me sens trahiet trompé.Si les suspicions du fisc se révèlent vraies, cela voudrait dire qu'un petit groupe d'individus a caché ses actions et profité de certaines de nos acquisitions au détriment d'Altice et de ma réputation.», explique-t-il aux créanciers cet été. Il laisse aussi entendre que la procédure n’aurait aucune incidence sur le groupe. Mais la stratégie de communication ne prend pas et Patrick Drahi est contraint de changer son fusil d’épaule. Il est prêt à vendre les bijoux de famille : le pôle médias, une partie du capital de SFR ou de l’opérateur portugais Meo seraient sur le marché… Visiblement, les créanciers que le milliardaire a réunis trois fois dans l’été ont fait passer un message clair : il faut vendre pour désendetter le groupe, sinon il sera vendu à la découpe dans des conditions moins favorables.

Selon nos calculs basés sur des documents internes, les DrahiLeaks, la dette cumulée du groupe Altice...

]]>
Films, séries, BD, quelques idées pour vos soirées...22c853e1-b3af-4850-b4d2-a1e450dfdc6fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230927_095344_Films__series__BD__quelques_idees_pour_vos_soirees...Wed, 27 Sep 2023 09:53:44 +0200

A voir et à ne pas voir

Il vous reste du temps ? Vous avez toujours les moyens de payer votre abonnement au vidéo-club ? Voici quelques films, séries et (nouveauté) quelques bandes dessinées qui valent le coup, ou pas...

Los amantes del circulo polar de Carlos Medem - Copie d'écran

Invasion 2021

La saison 2 vient de commencer. Allez vite louer la première saison dans votre vidéo-club préféré. Les auteurs avancent à un rythme très lent ce qui nous permet de découvrir en profondeur les personnages. Sans spoiler, le dialogue entre l’astronaute Hinata et son amie Mitsuki au début de l’épisode 9 de la première saison est un petit bijou de poésie. Une déclaration d’amour pleine d’étoiles (et de David Bowie).

Secret Invasion

Ce n’est pas la peine. Quand elles sont secrètes, les invasions sont nulles.

Full Circle

N’est pas Carlos Medem qui veut. Voilà qui nous donne l’occasion de vous engager à regarder les films de ce réalisateur espagnol qui a un don poétique pour raconter les cercles qui composent nos vies : les gens se croisent et se recroisent, parfois sans le savoir (voir par exemple Los amantes del circulo polar). Full Circle essaye de faire ce genre de chose et rate lamentablement.

Warrior

La saison 3 vient de s’achever. Warrior réhabilite les combats d’arts martiaux façon Bruce Lee en projetant tout ça dans un San Francisco de la fin du XIXème siècle. On n’y croit pas un instant, mais c’est rigolo et détendant.

Cashback 2006

Largué par sa copine, Ben se fait embaucher pour travailler de nuit car il est devenu insomniaque en raison de cette rupture difficile. Tout à ses insomnies et écrasé par des heures qui s’écoulent particulièrement lentement la nuit, le voici capable de suspendre le temps. On le découvre utilisant les clientes comme modèles pour...

]]>

A voir et à ne pas voir

Il vous reste du temps ? Vous avez toujours les moyens de payer votre abonnement au vidéo-club ? Voici quelques films, séries et (nouveauté) quelques bandes dessinées qui valent le coup, ou pas...

Los amantes del circulo polar de Carlos Medem - Copie d'écran

Invasion 2021

La saison 2 vient de commencer. Allez vite louer la première saison dans votre vidéo-club préféré. Les auteurs avancent à un rythme très lent ce qui nous permet de découvrir en profondeur les personnages. Sans spoiler, le dialogue entre l’astronaute Hinata et son amie Mitsuki au début de l’épisode 9 de la première saison est un petit bijou de poésie. Une déclaration d’amour pleine d’étoiles (et de David Bowie).

Secret Invasion

Ce n’est pas la peine. Quand elles sont secrètes, les invasions sont nulles.

Full Circle

N’est pas Carlos Medem qui veut. Voilà qui nous donne l’occasion de vous engager à regarder les films de ce réalisateur espagnol qui a un don poétique pour raconter les cercles qui composent nos vies : les gens se croisent et se recroisent, parfois sans le savoir (voir par exemple Los amantes del circulo polar). Full Circle essaye de faire ce genre de chose et rate lamentablement.

Warrior

La saison 3 vient de s’achever. Warrior réhabilite les combats d’arts martiaux façon Bruce Lee en projetant tout ça dans un San Francisco de la fin du XIXème siècle. On n’y croit pas un instant, mais c’est rigolo et détendant.

Cashback 2006

Largué par sa copine, Ben se fait embaucher pour travailler de nuit car il est devenu insomniaque en raison de cette rupture difficile. Tout à ses insomnies et écrasé par des heures qui s’écoulent particulièrement lentement la nuit, le voici capable de suspendre le temps. On le découvre utilisant les clientes comme modèles pour...

]]>
Reflets invite Olivier Véran à discuter des attaques contre la presse70894d9d-b3fa-4a34-a0be-0efa2615498chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230921_162102_Reflets_invite_Olivier_Veran_a_discuter_des_attaques_contre_la_presseThu, 21 Sep 2023 16:21:02 +0200

Mision impossible ?

Le ministre délégué chargé du Renouveau démocratique et porte-parole du gouvernement a indiqué en conférence de presse être disponible pour parler du cas d'Ariane Lavrilleux et de la presse en général. Alors que vont s'ouvrir des États généraux de l’information, les attaques contre la presse, dont Reflets a été l'une des victimes, se multiplient. Celles-ci touchent évidemment la Démocratie. Olivier Véran tiendra-t-il sa parole ?

Appel à un rassemblement hier place de la République pour protester contre la garde à vue de Ariane Lavrilleux. - D.R.

Ariane Lavrilleux, journaliste pour Disclose vient de passer 39 heures en garde à vue. Un juge enquête sur ses articles qui révélaient des ventes d'armes françaises à des dictatures et tout particulièrement, l'aide apportée par la France au maréchal Al-Sissi. La DGSI a perquisitionné son domicile pendant une dizaine d'heures. C'est une attaque frontale de l'État contre le journalisme d'investigation qui contourne, encore une fois, la loi sur la presse. C'est Disclose en tant qu'éditeur qui aurait dû être poursuivi et non pas la journaliste auteur des articles.

En conférence de presse, après le conseil des ministres, Mediapart a interrogé Olivier Véran, ministre délégué chargé du Renouveau démocratique, porte-parole du gouvernement sur cette garde à vue.

Le ministre a botté en touche. Selon lui, une conférence de presse du porte-parole du gouvernement n'est pas le lieu pour lui poser des questions. Allez comprendre.

Mais il a proposé que Mediapart l'invite pour discuter de ce sujet : « Si vous m'invitez, je veux bien vous répondre. Je ne refuse pas de vous parler, je viendrai avec plaisir. ».

Reflets a pris au mot le ministre et a lancé une invitation. Car la liberté de la presse est un outil essentiel de la Démocratie. La presse, lorsqu'elle est libre d'exercer son rôle est un moyen donné aux citoyens d'exercer leur rôle démocratique de manière éclairée.

Les procédures bâillon se succèdent, en contournant...

]]>

Mision impossible ?

Le ministre délégué chargé du Renouveau démocratique et porte-parole du gouvernement a indiqué en conférence de presse être disponible pour parler du cas d'Ariane Lavrilleux et de la presse en général. Alors que vont s'ouvrir des États généraux de l’information, les attaques contre la presse, dont Reflets a été l'une des victimes, se multiplient. Celles-ci touchent évidemment la Démocratie. Olivier Véran tiendra-t-il sa parole ?

Appel à un rassemblement hier place de la République pour protester contre la garde à vue de Ariane Lavrilleux. - D.R.

Ariane Lavrilleux, journaliste pour Disclose vient de passer 39 heures en garde à vue. Un juge enquête sur ses articles qui révélaient des ventes d'armes françaises à des dictatures et tout particulièrement, l'aide apportée par la France au maréchal Al-Sissi. La DGSI a perquisitionné son domicile pendant une dizaine d'heures. C'est une attaque frontale de l'État contre le journalisme d'investigation qui contourne, encore une fois, la loi sur la presse. C'est Disclose en tant qu'éditeur qui aurait dû être poursuivi et non pas la journaliste auteur des articles.

En conférence de presse, après le conseil des ministres, Mediapart a interrogé Olivier Véran, ministre délégué chargé du Renouveau démocratique, porte-parole du gouvernement sur cette garde à vue.

Le ministre a botté en touche. Selon lui, une conférence de presse du porte-parole du gouvernement n'est pas le lieu pour lui poser des questions. Allez comprendre.

Mais il a proposé que Mediapart l'invite pour discuter de ce sujet : « Si vous m'invitez, je veux bien vous répondre. Je ne refuse pas de vous parler, je viendrai avec plaisir. ».

Reflets a pris au mot le ministre et a lancé une invitation. Car la liberté de la presse est un outil essentiel de la Démocratie. La presse, lorsqu'elle est libre d'exercer son rôle est un moyen donné aux citoyens d'exercer leur rôle démocratique de manière éclairée.

Les procédures bâillon se succèdent, en contournant...

]]>
Explosion de la surveillance dans l'espace public02bbd8b0-4da7-4a57-84bc-d835c1e23a25http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230915_151942_Explosion_de_la_surveillance_dans_l_espace_publicFri, 15 Sep 2023 15:19:42 +0200

Coupe du monde Rugby et JO 2024 en France : le nouvel eldorado des entreprises techno-sécuritaires

Alors que la coupe du monde de rugby et les JO sont prétexte à des expérimentations en termes de surveillance, le pays se couvre depuis longtemps de "capteurs". Les smart cities ne sont en réalité que des safe city. La surveillance a pris le pas. D'ailleurs, le chiffre d'affaires du secteur explose. Revue des outils les plus répandus.

La surveillance vue par Midjourney - CC

Le débat sur la vidéosurveillance algorithmique (VSA), qui a largement monopolisé l’attention ces derniers mois, a pour effet d’éclipser d’autres logiciels de surveillance qui se déploient plus discrètement dans l’espace public. D’autre part, l’infrastructure physique et ses nombreux capteurs qui composent désormais les villes connectées permettent aux éditeurs de logiciels de venir enrichir une offre sécuritaire devenue stratégique pour l’économie française (34 milliards de CA en 2016 soit 1,5 % du PIB ). Or des millions de touristes et de spectateurs du monde entier afflueront en France, en l’espace de quelques semaines, pour assister à la coupe du monde de rugby 2023 et aux JO 2024. Un nouveau défi pour le ministère de l’Intérieur. Une fabuleuse opportunité pour l’industrie sécuritaire.

Si des lois (1) sont venues très récemment et partiellement encadrer l’usage des technologies dites « d’aide à la décision », elles ne doivent pas faire oublier qu’elles sont utilisées depuis des années par les forces de l’ordre. Les dernières améliorations techniques et industrielles dans le domaine de l’intelligence artificielle ont non seulement permis de voir émerger de nouveaux logiciels de surveillance, d’améliorer l’efficience de ceux déjà existants, mais surtout de créer une complémentarité technique entres elles.

Petit tour d’horizon d’un écosystème technologique et sécuritaire censé resserrer le quadrillage policier au travers de trois logiciels qui analysent nos comportements...

]]>

Coupe du monde Rugby et JO 2024 en France : le nouvel eldorado des entreprises techno-sécuritaires

Alors que la coupe du monde de rugby et les JO sont prétexte à des expérimentations en termes de surveillance, le pays se couvre depuis longtemps de "capteurs". Les smart cities ne sont en réalité que des safe city. La surveillance a pris le pas. D'ailleurs, le chiffre d'affaires du secteur explose. Revue des outils les plus répandus.

La surveillance vue par Midjourney - CC

Le débat sur la vidéosurveillance algorithmique (VSA), qui a largement monopolisé l’attention ces derniers mois, a pour effet d’éclipser d’autres logiciels de surveillance qui se déploient plus discrètement dans l’espace public. D’autre part, l’infrastructure physique et ses nombreux capteurs qui composent désormais les villes connectées permettent aux éditeurs de logiciels de venir enrichir une offre sécuritaire devenue stratégique pour l’économie française (34 milliards de CA en 2016 soit 1,5 % du PIB ). Or des millions de touristes et de spectateurs du monde entier afflueront en France, en l’espace de quelques semaines, pour assister à la coupe du monde de rugby 2023 et aux JO 2024. Un nouveau défi pour le ministère de l’Intérieur. Une fabuleuse opportunité pour l’industrie sécuritaire.

Si des lois (1) sont venues très récemment et partiellement encadrer l’usage des technologies dites « d’aide à la décision », elles ne doivent pas faire oublier qu’elles sont utilisées depuis des années par les forces de l’ordre. Les dernières améliorations techniques et industrielles dans le domaine de l’intelligence artificielle ont non seulement permis de voir émerger de nouveaux logiciels de surveillance, d’améliorer l’efficience de ceux déjà existants, mais surtout de créer une complémentarité technique entres elles.

Petit tour d’horizon d’un écosystème technologique et sécuritaire censé resserrer le quadrillage policier au travers de trois logiciels qui analysent nos comportements...

]]>
Épidémie de coups d’état en Afrique8f27ea21-9a73-4c85-9d8e-e7e3f53d7e66http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230914_100316_Epidemie_de_coups_d___etat_en_AfriqueThu, 14 Sep 2023 10:03:16 +0200

Interview d'Antoine Glaser

Alors que les changements de régimes se multiplient sur le continent, Antoine Glaser, journaliste et Rédacteur en chef pendant trente ans de la revue « la Lettre du Continent », revient avec nous sur la situation au Gabon et au Niger. Deux pays qui ne laissent pas l'Élysée de marbre...

Le journaliste Antoine Glaser lors d'une table ronde à la Médiathèque d'Orléans le 27 février 2016 pendant le festival "Les Médiatiques" - O. Morand - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Reflets : L’Afrique a été secouée par des coups d’État à répétition : Mali, Niger, Gabon... Comment analysez-vous cela ?

Antoine Glaser : Ces putschs ont une résonance et des motivations différentes. Au Gabon, c’est une révolution de palais, au Niger, c’est le renversement d’un président légitimement élu. Les situations n’ont rien à voir et n’ont aucun lien entre elles.

Comment décryptez-vous ce qui s’est passé au Gabon ?

Fondamentalement, c’est un problème avec le chef de la garde présidentielle et au sein de la famille Bongo. Ce coup d’état ne signe pas forcément la fin du clan Bongo. Pour comprendre ce qui se passe, il faut remonter à 2018 et l’accident vasculaire cérébral d’Ali Bongo. La conséquence a été que sa femme Sylvia et son fils Noureddin ont pris une place très importante dans la gestion des affaires. Le général Brice Oligui Nguema, chef de la garde républicaine, savait que ces deux membres du clan Bongo voulaient se séparer de lui, et il a pris les devants.

Officiellement, Ali Bongo venait d’être réélu…

Tout le monde sait que les élections ont été truquées. Comme après la dernière élection de Bongo en 2016, la période post-électorale allait être compliquée. Ali Bongo avait fait tirer sur l’opposition. Cela allait recommencer. Oligui Nguema a voulu éviter cela. Mais la famille Bongo n’est toujours pas loin. Le général Brice Oligui Nguema est lié à la sœur du président, Pascaline Bongo. Ce coup d’état signe en fait le retour au pouvoir des proches d’Omar Bongo...

]]>

Interview d'Antoine Glaser

Alors que les changements de régimes se multiplient sur le continent, Antoine Glaser, journaliste et Rédacteur en chef pendant trente ans de la revue « la Lettre du Continent », revient avec nous sur la situation au Gabon et au Niger. Deux pays qui ne laissent pas l'Élysée de marbre...

Le journaliste Antoine Glaser lors d'une table ronde à la Médiathèque d'Orléans le 27 février 2016 pendant le festival "Les Médiatiques" - O. Morand - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Reflets : L’Afrique a été secouée par des coups d’État à répétition : Mali, Niger, Gabon... Comment analysez-vous cela ?

Antoine Glaser : Ces putschs ont une résonance et des motivations différentes. Au Gabon, c’est une révolution de palais, au Niger, c’est le renversement d’un président légitimement élu. Les situations n’ont rien à voir et n’ont aucun lien entre elles.

Comment décryptez-vous ce qui s’est passé au Gabon ?

Fondamentalement, c’est un problème avec le chef de la garde présidentielle et au sein de la famille Bongo. Ce coup d’état ne signe pas forcément la fin du clan Bongo. Pour comprendre ce qui se passe, il faut remonter à 2018 et l’accident vasculaire cérébral d’Ali Bongo. La conséquence a été que sa femme Sylvia et son fils Noureddin ont pris une place très importante dans la gestion des affaires. Le général Brice Oligui Nguema, chef de la garde républicaine, savait que ces deux membres du clan Bongo voulaient se séparer de lui, et il a pris les devants.

Officiellement, Ali Bongo venait d’être réélu…

Tout le monde sait que les élections ont été truquées. Comme après la dernière élection de Bongo en 2016, la période post-électorale allait être compliquée. Ali Bongo avait fait tirer sur l’opposition. Cela allait recommencer. Oligui Nguema a voulu éviter cela. Mais la famille Bongo n’est toujours pas loin. Le général Brice Oligui Nguema est lié à la sœur du président, Pascaline Bongo. Ce coup d’état signe en fait le retour au pouvoir des proches d’Omar Bongo...

]]>
Apprenons à nous connaître !89c4ab6c-7aad-4845-a306-626ec86eeff1http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230913_104647_Apprenons_a_nous_connaitre__Wed, 13 Sep 2023 10:46:47 +0200

Reflets organise une enquête (anonyme) sur son lectorat

Nous vous invitons à répondre à une enquête qui nous permettra de connaître un peu mieux nos lecteurs, leurs besoins, leurs valeurs et leurs préférences. Elle est totalement anonyme et n'a pas été conçue pour recueillir des données personnelles.

Logo Reflets

Reflets.info est actif depuis 2011. Certains parmi vous nous suivent depuis cette date. D’autres sont arrivés plus récemment. Nous ne savons rien de vous. C’était volontaire… Nous sommes sans doute le seul journal à ne rien collecter en matière de données personnelles sur nos lecteurs. C’est un positionnement éthique : nous ne monétisons pas nos abonnés et leurs données. Mais cela a des conséquences : nous ne savons pas ce qui vous intéresse ou ce qui ne vous plaît pas. C’est donc un frein pour nous car nous ne pouvons pas adapter nos contenus à vos envies. Nous allons continuer à ne pas accaparer vos données personnelles, mais nous aimerions, ponctuellement, apprendre à vous connaître et mieux comprendre ce qui vous plaît dans votre relation avec nous, ou pas.

Nous avons donc lancé la réalisation d’une enquête de lectorat qui respecte votre vie privée. Elle est hébergée par notre prestataire, l’agence Médianes et non pas par une plateforme.

Reflets.info, c’est avant tout un journal que nous avons voulu au service de ses lecteurs. Nous voulons vous apporter des informations qui vous permettront de faire des choix éclairés dans l’exercice de vos droits démocratiques. Nous ne sommes pas un 4ème pouvoir vengeur, nous sommes l'un des outils de la démocratie. Pour cela, nous réalisons de l’investigation et des articles de décryptage qui remettent en perspective les faits. Nous ne surfons sur aucun buzz, nous choisissons le temps long.

Vous êtes à peu près 1.300 à nous faire...

]]>

Reflets organise une enquête (anonyme) sur son lectorat

Nous vous invitons à répondre à une enquête qui nous permettra de connaître un peu mieux nos lecteurs, leurs besoins, leurs valeurs et leurs préférences. Elle est totalement anonyme et n'a pas été conçue pour recueillir des données personnelles.

Logo Reflets

Reflets.info est actif depuis 2011. Certains parmi vous nous suivent depuis cette date. D’autres sont arrivés plus récemment. Nous ne savons rien de vous. C’était volontaire… Nous sommes sans doute le seul journal à ne rien collecter en matière de données personnelles sur nos lecteurs. C’est un positionnement éthique : nous ne monétisons pas nos abonnés et leurs données. Mais cela a des conséquences : nous ne savons pas ce qui vous intéresse ou ce qui ne vous plaît pas. C’est donc un frein pour nous car nous ne pouvons pas adapter nos contenus à vos envies. Nous allons continuer à ne pas accaparer vos données personnelles, mais nous aimerions, ponctuellement, apprendre à vous connaître et mieux comprendre ce qui vous plaît dans votre relation avec nous, ou pas.

Nous avons donc lancé la réalisation d’une enquête de lectorat qui respecte votre vie privée. Elle est hébergée par notre prestataire, l’agence Médianes et non pas par une plateforme.

Reflets.info, c’est avant tout un journal que nous avons voulu au service de ses lecteurs. Nous voulons vous apporter des informations qui vous permettront de faire des choix éclairés dans l’exercice de vos droits démocratiques. Nous ne sommes pas un 4ème pouvoir vengeur, nous sommes l'un des outils de la démocratie. Pour cela, nous réalisons de l’investigation et des articles de décryptage qui remettent en perspective les faits. Nous ne surfons sur aucun buzz, nous choisissons le temps long.

Vous êtes à peu près 1.300 à nous faire...

]]>
Font del Rey : l'opération2efe5f4f-bc55-417b-b408-1dc4e8d88bb6http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230907_192258_Font_del_Rey___l_operationThu, 07 Sep 2023 19:22:58 +0200

Plongée dans le procès d'un marchand de sommeil à Montpellier, second volet.

Le procès des 5 et 6 septembre a mis en lumière les ficelles d'une exploitation ordinaire de la misère. La mise en accusation des marchands de sommeil de la tour Font del Rey, à Montpellier est un « aboutissement » pour les associations et certains habitants.

Répartition des lots dans la résidence Font del Rey dans le quartier de la Mosson à Montpellier

Côté accusation, on se bouscule : deux associations, la ville, l'ARS et douze familles. Pour tous les représenter, cinq avocats, tout ce beau monde mené par le procureur de la république. En face, sur le banc des accusés, sont poursuivis cinq individus et trois sociétés, défendus par huit avocats. Dès l'entame le ton est donné par la défense : l'accusation est « mal ficelée » obligeant la défense à « faire de la prospective ». « Tout cela pue l'instrumentalisation » assènera l'avocat de Dider Raymond, remonté. L'affaire est complexe et il y a tant de fils à démêler qu'il faut remonter dans le temps pour mieux l'appréhender.

Le SCI Foncière de Rénovation acquiert 82 appartements de l'immeuble « Font Del Rey » en août 2005. Elle s'est constituée pour l'occasion, un mois plus tôt, en juillet. Et dès cette époque, sont déjà présents les principaux personnages de l'histoire. Les trois quarts des actions vont à la SARL ALCINVEST, la société d'investissement des Bouruet-Aubertot, une famille parisienne connue (un aïeul a créé les premiers grands magasins). Un quart des parts sont attribuées à un certain Didier Raymond, présent sur le banc des accusés. La gestion de la SCI est confiée en novembre à Patrick Bolzer, connaissance de longue date d'André Bouruet-Aubertot qui prend au passage 25% des parts. Lui aussi est présent sur le banc des accusés.

Un duo à tout faire

Le procureur a...

]]>

Plongée dans le procès d'un marchand de sommeil à Montpellier, second volet.

Le procès des 5 et 6 septembre a mis en lumière les ficelles d'une exploitation ordinaire de la misère. La mise en accusation des marchands de sommeil de la tour Font del Rey, à Montpellier est un « aboutissement » pour les associations et certains habitants.

Répartition des lots dans la résidence Font del Rey dans le quartier de la Mosson à Montpellier

Côté accusation, on se bouscule : deux associations, la ville, l'ARS et douze familles. Pour tous les représenter, cinq avocats, tout ce beau monde mené par le procureur de la république. En face, sur le banc des accusés, sont poursuivis cinq individus et trois sociétés, défendus par huit avocats. Dès l'entame le ton est donné par la défense : l'accusation est « mal ficelée » obligeant la défense à « faire de la prospective ». « Tout cela pue l'instrumentalisation » assènera l'avocat de Dider Raymond, remonté. L'affaire est complexe et il y a tant de fils à démêler qu'il faut remonter dans le temps pour mieux l'appréhender.

Le SCI Foncière de Rénovation acquiert 82 appartements de l'immeuble « Font Del Rey » en août 2005. Elle s'est constituée pour l'occasion, un mois plus tôt, en juillet. Et dès cette époque, sont déjà présents les principaux personnages de l'histoire. Les trois quarts des actions vont à la SARL ALCINVEST, la société d'investissement des Bouruet-Aubertot, une famille parisienne connue (un aïeul a créé les premiers grands magasins). Un quart des parts sont attribuées à un certain Didier Raymond, présent sur le banc des accusés. La gestion de la SCI est confiée en novembre à Patrick Bolzer, connaissance de longue date d'André Bouruet-Aubertot qui prend au passage 25% des parts. Lui aussi est présent sur le banc des accusés.

Un duo à tout faire

Le procureur a...

]]>
Font del Rey : anguille sous le béton4d25fe10-f3b1-46f1-8e77-55c6d49cb007http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230905_111723_Font_del_Rey___anguille_sous_le_betonTue, 05 Sep 2023 11:17:23 +0200

Plongée dans le procès d'un marchand de sommeil à Montpellier, premier volet.

Aujourd'hui, 5 septembre 2023 s'ouvre au Tribunal judiciaire de Montpellier un procès au caractère exceptionnel. Il ouvre une fenêtre sur les magouilles autour du logement insalubre, sur l'exploitation des discriminations et de la misère. En toile de fond, le quartier populaire de la Paillade à Montpellier. Entre deux arrêts de tramway, l'immeuble Font del Rey.

La résidence Font del Rey dans le quartier de la Mosson à Montpellier - © Reflets

En 2015, l'association HabiterEnfin ouvre une permanence dans le centre social de la CAF dans le quartier de la Mosson, à Montpellier. L'association existe depuis 1998 et s'est donné pour mission de lutter contre les discriminations en matière de logement. Elle travaille sur le terrain, accompagnant chaque année des centaines de ménages dans leurs démarches et maintient un parc d'appartement en bail glissant, se portant ainsi garant pour des personnes ayant des difficultés financières. Elle a par ailleurs une approche plus systémique de la problématique et produit des guides ou effectue des séances de formation auprès des acteurs sociaux.

Peu de temps après l'ouverture de la permanence de la Mosson, une association de femmes du quartier, Tin Hinan, s'y présente pour demander de l'aide à la constitution de dossiers DALO. Plusieurs habitants de la résidence Font del Rey se sont plaint de l'état des logements. Marion Persil, qui travaille dans l'association depuis 2011 et s'occupe de la permanence, est étonnée par la similarité des profils : marocains souvent récemment arrivés en France, sur-occupation des appartements, loyers conséquents pour les surfaces habitées. Une première famille est accompagnée pour une médiation avec Didier Raymond, propriétaire et syndic de l'immeuble. À la demande d'HabiterEnfin d'effectuer les réparations sur une fuite d'eau qui traverse tout l'appartement, celui-ci rejette la faute sur...

]]>

Plongée dans le procès d'un marchand de sommeil à Montpellier, premier volet.

Aujourd'hui, 5 septembre 2023 s'ouvre au Tribunal judiciaire de Montpellier un procès au caractère exceptionnel. Il ouvre une fenêtre sur les magouilles autour du logement insalubre, sur l'exploitation des discriminations et de la misère. En toile de fond, le quartier populaire de la Paillade à Montpellier. Entre deux arrêts de tramway, l'immeuble Font del Rey.

La résidence Font del Rey dans le quartier de la Mosson à Montpellier - © Reflets

En 2015, l'association HabiterEnfin ouvre une permanence dans le centre social de la CAF dans le quartier de la Mosson, à Montpellier. L'association existe depuis 1998 et s'est donné pour mission de lutter contre les discriminations en matière de logement. Elle travaille sur le terrain, accompagnant chaque année des centaines de ménages dans leurs démarches et maintient un parc d'appartement en bail glissant, se portant ainsi garant pour des personnes ayant des difficultés financières. Elle a par ailleurs une approche plus systémique de la problématique et produit des guides ou effectue des séances de formation auprès des acteurs sociaux.

Peu de temps après l'ouverture de la permanence de la Mosson, une association de femmes du quartier, Tin Hinan, s'y présente pour demander de l'aide à la constitution de dossiers DALO. Plusieurs habitants de la résidence Font del Rey se sont plaint de l'état des logements. Marion Persil, qui travaille dans l'association depuis 2011 et s'occupe de la permanence, est étonnée par la similarité des profils : marocains souvent récemment arrivés en France, sur-occupation des appartements, loyers conséquents pour les surfaces habitées. Une première famille est accompagnée pour une médiation avec Didier Raymond, propriétaire et syndic de l'immeuble. À la demande d'HabiterEnfin d'effectuer les réparations sur une fuite d'eau qui traverse tout l'appartement, celui-ci rejette la faute sur...

]]>
Fachos 2.0 : les boucles brunes de Telegram8ab577fc-f74a-4397-96b1-c0e1bb12ba9ahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230904_093053_Fachos_2.0___les_boucles_brunes_de_TelegramMon, 04 Sep 2023 09:30:53 +0200

Quand l'extrême-droite infiltre le réseau

Organiser des ratonnades, recruter de nouveaux militants, ou simplement propager du racisme. Les boucles Telegram sont devenues un outil incontournable pour les groupuscules et influenceurs d'extrême-droite, qui utilisent cette plateforme pour entretenir des liens au sein de la fachosphère, mais aussi avec des acteurs internationaux.

parfois sous couvert d'humour, parfois de manière très claire, la haine se diffuse sans filtres - © Reflets

Reflets a identifié plus d’une soixantaine de boucles Telegram actives qui partagent des liens directs ou indirects avec la majorité des formations d'extrême-droite françaises. Des groupes comme le GUD, Les Nationalistes, Tenesoun, Auctorum, Luminis, dont les medias on relaté ces derniers mois les actions violentes lors des manifestations contre la réforme des retraites, ou leurs actions anti-migrants et anti-LGBT. Ces boucles d’extrême-droite sont accessibles au public, factuellement fascistes, axées sur la protection de la culture européenne, le suprémacisme blanc et pour une partie le néonazisme.

Dans ce nuage numérique, une trentaine de ces boucles, sous couvert d’ironie, de blagues, ou de la banalité du mal, cherchent à polariser la société en alimentant les pires sentiments islamophobes, négrophobes et antisémites. Ces canaux Telegram, actifs parfois pendant des années, produisent un flux de messages colossal, sans censure, consolidant ainsi un réseau de centaines de milliers d'abonnés, où le fruit de leur haine finit par prendre forme avant de se matérialiser dans le monde réel.

Telegram, le paradis de l'extrémisme

Telegram est une application de messagerie instantanée qui suscite autant d'éloges que de controverses. Lancée en 2013 par les frères Nikolai et Pavel Durov, elle s'est rapidement imposée comme une alternative aux autres plateformes de messagerie comme Messenger ou Whatsapp.

Sur le papier, grâce au chiffrement de bout en bout, les...

]]>

Quand l'extrême-droite infiltre le réseau

Organiser des ratonnades, recruter de nouveaux militants, ou simplement propager du racisme. Les boucles Telegram sont devenues un outil incontournable pour les groupuscules et influenceurs d'extrême-droite, qui utilisent cette plateforme pour entretenir des liens au sein de la fachosphère, mais aussi avec des acteurs internationaux.

parfois sous couvert d'humour, parfois de manière très claire, la haine se diffuse sans filtres - © Reflets

Reflets a identifié plus d’une soixantaine de boucles Telegram actives qui partagent des liens directs ou indirects avec la majorité des formations d'extrême-droite françaises. Des groupes comme le GUD, Les Nationalistes, Tenesoun, Auctorum, Luminis, dont les medias on relaté ces derniers mois les actions violentes lors des manifestations contre la réforme des retraites, ou leurs actions anti-migrants et anti-LGBT. Ces boucles d’extrême-droite sont accessibles au public, factuellement fascistes, axées sur la protection de la culture européenne, le suprémacisme blanc et pour une partie le néonazisme.

Dans ce nuage numérique, une trentaine de ces boucles, sous couvert d’ironie, de blagues, ou de la banalité du mal, cherchent à polariser la société en alimentant les pires sentiments islamophobes, négrophobes et antisémites. Ces canaux Telegram, actifs parfois pendant des années, produisent un flux de messages colossal, sans censure, consolidant ainsi un réseau de centaines de milliers d'abonnés, où le fruit de leur haine finit par prendre forme avant de se matérialiser dans le monde réel.

Telegram, le paradis de l'extrémisme

Telegram est une application de messagerie instantanée qui suscite autant d'éloges que de controverses. Lancée en 2013 par les frères Nikolai et Pavel Durov, elle s'est rapidement imposée comme une alternative aux autres plateformes de messagerie comme Messenger ou Whatsapp.

Sur le papier, grâce au chiffrement de bout en bout, les...

]]>
Une prodigieuse chute518f8e82-7e95-4604-9ac5-3caa71b15edehttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230830_135159_Une_prodigieuse_chuteWed, 30 Aug 2023 13:51:59 +0200

Le coup de maître de Justine Triet

Dans son dernier film, Palme d'or 2023 au festival de Cannes, la réalisatrice confirme son absolue maîtrise de l'art du scénario et de la direction d'acteurs.

Affiche du film - D.R.

Au commencement était un cadavre. Il gît sur le sol neigeux auréolé de rouge. La victime a-t-elle chuté d'un des étages de son chalet ou bien a-t-elle été assassinée ? C'est la question posée tout au long de ce dernier opus de Justine Triet magistralement mené, « anatomie d’une chute ». La réalisatrice parvient en effet à maintenir le suspense sur l'issue d'une affaire qui dévoile peu à peu ses zones d'ombre dans un procès d'assise qui occupe les trois quarts du film.

Pour autant l'ennui ne guette pas le spectateur grâce au jeu subtil des acteurs tout en finesse et en ambiguïté, à commencer par une Sandra Hüller hiératique, dont on ne sait si on doit la plaindre ou l'accabler tant elle parvient à instiller le doute sur sa responsabilité dans ce drame. Doute que semble partager son conseil à la crinière poivre et sel : un formidable Swann Arlaud, dont la pugnacité dans la défense de son amie cliente n'est pas étrangère à cet amour mêlé de fascination qu'il lui porte.

Dans la catégorie des acteurs virtuoses, mention spéciale aussi à Antoine Reinartz dans le rôle d'un avocat général intraitable qui exécute son accusation telle une danse de la mort qui n'attend - sans mauvais jeu de mots - que son coup de grâce !

Enfin, le film ne serait pas ce qu'il est sans la prestation remarquable du fils, le jeune Milo Machado Graner, premier témoin de la scène initiale. Sa cécité partielle, cause d'une grande partie des tourments...

]]>

Le coup de maître de Justine Triet

Dans son dernier film, Palme d'or 2023 au festival de Cannes, la réalisatrice confirme son absolue maîtrise de l'art du scénario et de la direction d'acteurs.

Affiche du film - D.R.

Au commencement était un cadavre. Il gît sur le sol neigeux auréolé de rouge. La victime a-t-elle chuté d'un des étages de son chalet ou bien a-t-elle été assassinée ? C'est la question posée tout au long de ce dernier opus de Justine Triet magistralement mené, « anatomie d’une chute ». La réalisatrice parvient en effet à maintenir le suspense sur l'issue d'une affaire qui dévoile peu à peu ses zones d'ombre dans un procès d'assise qui occupe les trois quarts du film.

Pour autant l'ennui ne guette pas le spectateur grâce au jeu subtil des acteurs tout en finesse et en ambiguïté, à commencer par une Sandra Hüller hiératique, dont on ne sait si on doit la plaindre ou l'accabler tant elle parvient à instiller le doute sur sa responsabilité dans ce drame. Doute que semble partager son conseil à la crinière poivre et sel : un formidable Swann Arlaud, dont la pugnacité dans la défense de son amie cliente n'est pas étrangère à cet amour mêlé de fascination qu'il lui porte.

Dans la catégorie des acteurs virtuoses, mention spéciale aussi à Antoine Reinartz dans le rôle d'un avocat général intraitable qui exécute son accusation telle une danse de la mort qui n'attend - sans mauvais jeu de mots - que son coup de grâce !

Enfin, le film ne serait pas ce qu'il est sans la prestation remarquable du fils, le jeune Milo Machado Graner, premier témoin de la scène initiale. Sa cécité partielle, cause d'une grande partie des tourments...

]]>
Barbie versus Oppenheimer9fc60325-c0aa-4db5-9eb5-db5fa9426ddehttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230822_181029_Barbie_versus_OppenheimerTue, 22 Aug 2023 18:10:29 +0200

De la bombe bébé ?

Difficile de passer à côté de ces deux blockbusters des vacances – toujours à l’affiche – qui n’ont a priori pas beaucoup de points communs. A priori seulement…

Le match du siècle ? De la décennie ? de l'année ? Euh... Du mois ?

C’était la bataille de cet été ! Qui de Barbie ou d’Oppenheimer remporterait la victoire ? Ne nous y trompons pas, cette joute est aussi crédible que l’hypothétique combat de MMA entre Zuckerberg et Musk…

Cela fait bien longtemps que les apôtres du capitalisme surjouent le conflit pour en faire un argument marketing. Et cela n’a pas loupé avec les deux films les plus visionnés du moment. Ils cartonnent car ils répondent à la promesse de savant dosage d’émotions, de suspense et de rebondissements.

Certes, les deux derniers items sont relativement limités dans l’opus de Greta Gerwig sur la poupée préférée des petites filles. Mais tout de même, ne soyons pas chiens ! Nous sommes tenus a minima en haleine.

Pensez-vous donc : Barbie, pourra-t-elle survivre à sa crise existentielle consécutive à sa confrontation au « monde réel » ?

Confrontation qui engendre, du côté de Ken, de curieuses prétentions patriarcales que la bimbo plastifiée devra par-là même combattre…

Le monde merveilleux de Mattel est soumis à d’énormes secousses qui pourraient bientôt avoir raison de ce rêve aseptisé. Quand les idéaux, même illusoires, sont menacés, tout doit être mis en œuvre pour les préserver.

Les agents du projet Manhattan, J. Robert Oppenheimer en tête, le savent parfaitement. L'arme nucléaire ne peut pas être du côté de l’ennemi, mais bien de celui des chantres du monde libre.

Mais on ne joue pas impunément avec le feu… Nolan parvient parfaitement à rendre compte des ambiguïtés de...

]]>

De la bombe bébé ?

Difficile de passer à côté de ces deux blockbusters des vacances – toujours à l’affiche – qui n’ont a priori pas beaucoup de points communs. A priori seulement…

Le match du siècle ? De la décennie ? de l'année ? Euh... Du mois ?

C’était la bataille de cet été ! Qui de Barbie ou d’Oppenheimer remporterait la victoire ? Ne nous y trompons pas, cette joute est aussi crédible que l’hypothétique combat de MMA entre Zuckerberg et Musk…

Cela fait bien longtemps que les apôtres du capitalisme surjouent le conflit pour en faire un argument marketing. Et cela n’a pas loupé avec les deux films les plus visionnés du moment. Ils cartonnent car ils répondent à la promesse de savant dosage d’émotions, de suspense et de rebondissements.

Certes, les deux derniers items sont relativement limités dans l’opus de Greta Gerwig sur la poupée préférée des petites filles. Mais tout de même, ne soyons pas chiens ! Nous sommes tenus a minima en haleine.

Pensez-vous donc : Barbie, pourra-t-elle survivre à sa crise existentielle consécutive à sa confrontation au « monde réel » ?

Confrontation qui engendre, du côté de Ken, de curieuses prétentions patriarcales que la bimbo plastifiée devra par-là même combattre…

Le monde merveilleux de Mattel est soumis à d’énormes secousses qui pourraient bientôt avoir raison de ce rêve aseptisé. Quand les idéaux, même illusoires, sont menacés, tout doit être mis en œuvre pour les préserver.

Les agents du projet Manhattan, J. Robert Oppenheimer en tête, le savent parfaitement. L'arme nucléaire ne peut pas être du côté de l’ennemi, mais bien de celui des chantres du monde libre.

Mais on ne joue pas impunément avec le feu… Nolan parvient parfaitement à rendre compte des ambiguïtés de...

]]>
"Un camping sans tentes, c’est comme une boulangerie sans pain !"b942f3a6-40bf-4ff3-ad2d-ca3dc70fdc82http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230821_093219__Un_camping_sans_tentes__c___est_comme_une_boulangerie_sans_pain___Mon, 21 Aug 2023 09:32:19 +0200

Le collectif « Sauvons le vrai camping » monte au créneau

Depuis février 2023, le collectif « Sauvons le vrai camping » alerte l’opinion publique face à la diminution des emplacements nus destinés aux tentes, camping-cars et caravanes. Selon lui, il est primordial d’instaurer une part raisonnable de ces emplacements pour que les campings ne se transforment pas uniquement en parcs de mobilhomes.

Photographie du camping de l’Iscle De Prelles dans les Hautes Alpes - Olivier Lemercier/Collectif Sauvons le vrai camping

Depuis deux ans et demi, Olivier Lemercier et sa femme gèrent le camping de l’Iscle de Prelles dans les Hautes Alpes. En dialoguant avec des campeurs et en étudiant les chiffres de la FNHPA (fédération nationale de l’hôtellerie de plein air), Olivier a constaté une diminution des emplacements pour tentes, campings-car et caravanes. «En 2011, on était à 29% des emplacements de camping occupés par des mobilhomes. Dix ans plus tard, on est passé à 46%. Si on ne fait rien, il n’y aura bientôt plus d’emplacements nus» explique-t-il. En février 2023, lui et quatre autres gérants fondent le collectif «Sauvons le vrai camping». Aujourd’hui, il rassemble 50 représentants de 150 campings.

Le cœur de leur lutte, c’est l’appellation. Pour eux, un établissement qui ne propose que des séjours en mobilhomes n’est pas un camping mais un village de plein air. Si le collectif ne se positionne pas contre le locatif – ces réservations font vivre les propriétaires – il défend un taux raisonnable de 25 à 35% d’emplacements nus par établissement. Soutenu par la fédération française de randonnée, de camping-car et de cyclotourisme, Sauvons le vrai camping ne rencontre pas l’appui de la FNHPA.

Photographie du camping de l’Iscle De Prelles dans les Hautes Alpes. - Olivier Lemercier / collectif Sauvons le vrai camping
Photographie du camping de l’Iscle De Prelles dans les Hautes Alpes. - Olivier Lemercier / collectif Sauvons le vrai camping

En effet, Nicolas Dayot, le président de la fédération, considère l’établissement d’un quotas comme «une fausse bonne idée». «On s’est battu pendant 25 ans pour créer une...

]]>

Le collectif « Sauvons le vrai camping » monte au créneau

Depuis février 2023, le collectif « Sauvons le vrai camping » alerte l’opinion publique face à la diminution des emplacements nus destinés aux tentes, camping-cars et caravanes. Selon lui, il est primordial d’instaurer une part raisonnable de ces emplacements pour que les campings ne se transforment pas uniquement en parcs de mobilhomes.

Photographie du camping de l’Iscle De Prelles dans les Hautes Alpes - Olivier Lemercier/Collectif Sauvons le vrai camping

Depuis deux ans et demi, Olivier Lemercier et sa femme gèrent le camping de l’Iscle de Prelles dans les Hautes Alpes. En dialoguant avec des campeurs et en étudiant les chiffres de la FNHPA (fédération nationale de l’hôtellerie de plein air), Olivier a constaté une diminution des emplacements pour tentes, campings-car et caravanes. «En 2011, on était à 29% des emplacements de camping occupés par des mobilhomes. Dix ans plus tard, on est passé à 46%. Si on ne fait rien, il n’y aura bientôt plus d’emplacements nus» explique-t-il. En février 2023, lui et quatre autres gérants fondent le collectif «Sauvons le vrai camping». Aujourd’hui, il rassemble 50 représentants de 150 campings.

Le cœur de leur lutte, c’est l’appellation. Pour eux, un établissement qui ne propose que des séjours en mobilhomes n’est pas un camping mais un village de plein air. Si le collectif ne se positionne pas contre le locatif – ces réservations font vivre les propriétaires – il défend un taux raisonnable de 25 à 35% d’emplacements nus par établissement. Soutenu par la fédération française de randonnée, de camping-car et de cyclotourisme, Sauvons le vrai camping ne rencontre pas l’appui de la FNHPA.

Photographie du camping de l’Iscle De Prelles dans les Hautes Alpes. - Olivier Lemercier / collectif Sauvons le vrai camping
Photographie du camping de l’Iscle De Prelles dans les Hautes Alpes. - Olivier Lemercier / collectif Sauvons le vrai camping

En effet, Nicolas Dayot, le président de la fédération, considère l’établissement d’un quotas comme «une fausse bonne idée». «On s’est battu pendant 25 ans pour créer une...

]]>
Altice, le conte défait5b71596f-178c-4967-a05b-e62185a3498bhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230806_163101_Altice__le_conte_defaitSun, 06 Aug 2023 16:31:01 +0200

Quand Patrick Drahi décrivait avec ses mots la chute possible de son groupe

Lors d'une émission de dette en 2021, le groupe listait les risques auxquels les futurs investisseurs allaient faire face. Etrangement, c'est exactement ce qui se profile aujourd'hui.

Extrait d'un des documents du projet "Bogosian" - © Reflets

Le groupe Altice a listé lui-même les conditions qui pourraient déclencher le feu nucléaire de la finance. En août 2021 Altice International émettait de la dette remboursable en 2029. Quelque 2,625 milliards en euros et en dollars. Au sein du groupe, ce projet est baptisé « Bogosian ». Dans un « Offering Memorandum » - un document de 662 pages - Altice décrit son offre aux investisseurs.

C'est barbant comme un document légal financier, mais intéressant pour comprendre comment le groupe qualifie lui-même le risque d'un investissement dans ses titres.

Nous vous parlions il y a quelques jours du « Système » et le la possibilité que Patrick Drahi soit lâché par ses créanciers, en période de hausse des taux, ce qui augmente considérablement les remboursements attendus de la part d'Altice, mais aussi au regard de l'enquête portugaise qui menace de s'étendre à d'autres pays.

Les investisseurs pourraient en venir à préférer un capitaine d'industrie ayant un vrai plan entrepreneurial.

La politique de prédation totale mise en lumière par l'enquête portugaise n'est en effet pas très engageante.

Bien qu'il s'agisse d'une précaution légale, la façon dont Patrick Drahi et ses troupes décrivent les risques liés à l'investissement dans la dette émise, conforte cette idée d'un débarquement du timonier. Il y a là comme une sorte de prescience.

C'est à la page 30 que démarre le descriptif des « ...

]]>

Quand Patrick Drahi décrivait avec ses mots la chute possible de son groupe

Lors d'une émission de dette en 2021, le groupe listait les risques auxquels les futurs investisseurs allaient faire face. Etrangement, c'est exactement ce qui se profile aujourd'hui.

Extrait d'un des documents du projet "Bogosian" - © Reflets

Le groupe Altice a listé lui-même les conditions qui pourraient déclencher le feu nucléaire de la finance. En août 2021 Altice International émettait de la dette remboursable en 2029. Quelque 2,625 milliards en euros et en dollars. Au sein du groupe, ce projet est baptisé « Bogosian ». Dans un « Offering Memorandum » - un document de 662 pages - Altice décrit son offre aux investisseurs.

C'est barbant comme un document légal financier, mais intéressant pour comprendre comment le groupe qualifie lui-même le risque d'un investissement dans ses titres.

Nous vous parlions il y a quelques jours du « Système » et le la possibilité que Patrick Drahi soit lâché par ses créanciers, en période de hausse des taux, ce qui augmente considérablement les remboursements attendus de la part d'Altice, mais aussi au regard de l'enquête portugaise qui menace de s'étendre à d'autres pays.

Les investisseurs pourraient en venir à préférer un capitaine d'industrie ayant un vrai plan entrepreneurial.

La politique de prédation totale mise en lumière par l'enquête portugaise n'est en effet pas très engageante.

Bien qu'il s'agisse d'une précaution légale, la façon dont Patrick Drahi et ses troupes décrivent les risques liés à l'investissement dans la dette émise, conforte cette idée d'un débarquement du timonier. Il y a là comme une sorte de prescience.

C'est à la page 30 que démarre le descriptif des « ...

]]>
Altice : Patrick Drahi est-il lâché par le système ?83f8ee43-4dd2-405a-a147-99a0ecaf8772http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230803_093118_Altice___Patrick_Drahi_est-il_lache_par_le_systeme__Thu, 03 Aug 2023 09:31:18 +0200

Il y a des précédents, même pour des hommes d'un tel pouvoir

Patrick Drahi, comme d'autres hommes d'affaires, est un rouage nécessaire du capitalisme. Ils font « circuler » les liquidités. Mais en période difficile, de remontée des taux, la tempête probable qui se profile peut pousser les créanciers à vouloir imposer d'autres timoniers.

Comment payer moins d'impôts en faisant son marché sur la planète ? Atoz a la réponse... - © Reflets

Le bel empire que voilà : Altice, un méga-groupe, présent partout dans le monde et dans des secteurs économiques très variés, de la téléphonie à la presse en passant par la télévision et même une compagnie d'aviation pour jets privés. Mais cet empire a des pieds d'argile. Il s'est construit sur de la dette. Près de 70 milliards. Une paille. Si Patrick Drahi a beau être propriétaire du groupe, cette propriété ne repose que sur la capacité de ses entreprises à rembourser la dette. Tant que les taux sont bas, c'est facile. Il suffit de se « refinancer ». En clair, de réemprunter. En période de remontée des taux, comme c'est nettement le cas actuellement, c'est beaucoup plus compliqué. La « charge » de la dette, c'est à dire ce qu'elle vous coûte chaque année explose. La nouvelle donne économique signe-t-elle la fin de l'empire Drahi ? Les réponses sont multiples. Mais la question qui se pose surtout, c'est de savoir si les pouvoirs, notamment financiers, qui se cachent derrière cette dette monumentale sont prêts à laisser les rênes du groupe à un homme dont tout le monde sait (depuis le début) qu'il a bien plus une politique de prédation vis-à-vis des entreprises entrant dans son groupe, plutôt qu'une attitude entrepreneuriale. Le début de dénouement de l'enquête au Portugal marque-t-il une forme de prélude à la chute du milliardaire ? Il y a des précédents.

Flash-back : en 1994, Mario Conde, un banquier...

]]>

Il y a des précédents, même pour des hommes d'un tel pouvoir

Patrick Drahi, comme d'autres hommes d'affaires, est un rouage nécessaire du capitalisme. Ils font « circuler » les liquidités. Mais en période difficile, de remontée des taux, la tempête probable qui se profile peut pousser les créanciers à vouloir imposer d'autres timoniers.

Comment payer moins d'impôts en faisant son marché sur la planète ? Atoz a la réponse... - © Reflets

Le bel empire que voilà : Altice, un méga-groupe, présent partout dans le monde et dans des secteurs économiques très variés, de la téléphonie à la presse en passant par la télévision et même une compagnie d'aviation pour jets privés. Mais cet empire a des pieds d'argile. Il s'est construit sur de la dette. Près de 70 milliards. Une paille. Si Patrick Drahi a beau être propriétaire du groupe, cette propriété ne repose que sur la capacité de ses entreprises à rembourser la dette. Tant que les taux sont bas, c'est facile. Il suffit de se « refinancer ». En clair, de réemprunter. En période de remontée des taux, comme c'est nettement le cas actuellement, c'est beaucoup plus compliqué. La « charge » de la dette, c'est à dire ce qu'elle vous coûte chaque année explose. La nouvelle donne économique signe-t-elle la fin de l'empire Drahi ? Les réponses sont multiples. Mais la question qui se pose surtout, c'est de savoir si les pouvoirs, notamment financiers, qui se cachent derrière cette dette monumentale sont prêts à laisser les rênes du groupe à un homme dont tout le monde sait (depuis le début) qu'il a bien plus une politique de prédation vis-à-vis des entreprises entrant dans son groupe, plutôt qu'une attitude entrepreneuriale. Le début de dénouement de l'enquête au Portugal marque-t-il une forme de prélude à la chute du milliardaire ? Il y a des précédents.

Flash-back : en 1994, Mario Conde, un banquier...

]]>
Patrick Drahi ne pouvait tout ignorer des magouilles de son bras droit 5afc6e61-5ae1-48de-af35-80891fa2bb28http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230731_150000_Patrick_Drahi_ne_pouvait_tout_ignorer_des_magouilles_de_son_bras_droit_Mon, 31 Jul 2023 15:00:00 +0200

La justice portugaise met son nez dans les affaires du milliardaire

Portugal : la justice a arrêté le bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira. Elle le soupçonne de multiples délits financiers. Altice se dit victime des mauvais comportements de son numéro 2, mais Patrick Drahi ignorait-il vraiment tout ?

Armando Pereira, l'ami de toujours - © Caroline Varon

Après plusieurs années d’enquête sur le groupe Altice, la justice portugaise a déclenché le 13 juillet dernier l’opération « Picoas ». Dès le premier jour, le Portugal frappe un grand coup en plaçant en détention provisoire le bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira. L’homme est une star du monde des affaires qui a minutieusement construit sa légende : à peine adolescent, il aurait quitté le Portugal et la misère, avec en tout et pour tout deux pantalons, deux chemises et l’équivalent de 600 euros. C’est en France, aux côtés de Patrick Drahi, qu’il a bâti sa fortune. Il pèserait aujourd’hui près de deux milliards d’euros.

Mais le voilà mis en examen et assigné à résidence dans le cadre d’une affaire portant sur onze délits de corruption et de blanchiment d’argent. Panique au sein du groupe Altice, propriétaire notamment de SFR et BFM qui craint, évidemment, une propagation de l’affaire dans d’autres pays. Car la justice, française notamment, pourrait bien être tentée de passer au peigne fin les méthodes internes. Contacté par Reflets, StreetPress et Blast, le Parquet National Financier a indiqué qu’il ne souhaitait « pas communiquer à ce stade ». Une procédure pourrait-elle être bientôt déclenchée en France ? Patrick Drahi peut-il être touché par l’onde de choc ? Avait-il connaissance des méthodes que la justice portugaise reproche à son ami et bras droit ? Ou plutôt pouvait-il vraiment les ignorer ? Armando Pereira est l’homme avec qui Patrick Drahi a créé Altice en...

]]>

La justice portugaise met son nez dans les affaires du milliardaire

Portugal : la justice a arrêté le bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira. Elle le soupçonne de multiples délits financiers. Altice se dit victime des mauvais comportements de son numéro 2, mais Patrick Drahi ignorait-il vraiment tout ?

Armando Pereira, l'ami de toujours - © Caroline Varon

Après plusieurs années d’enquête sur le groupe Altice, la justice portugaise a déclenché le 13 juillet dernier l’opération « Picoas ». Dès le premier jour, le Portugal frappe un grand coup en plaçant en détention provisoire le bras droit de Patrick Drahi, Armando Pereira. L’homme est une star du monde des affaires qui a minutieusement construit sa légende : à peine adolescent, il aurait quitté le Portugal et la misère, avec en tout et pour tout deux pantalons, deux chemises et l’équivalent de 600 euros. C’est en France, aux côtés de Patrick Drahi, qu’il a bâti sa fortune. Il pèserait aujourd’hui près de deux milliards d’euros.

Mais le voilà mis en examen et assigné à résidence dans le cadre d’une affaire portant sur onze délits de corruption et de blanchiment d’argent. Panique au sein du groupe Altice, propriétaire notamment de SFR et BFM qui craint, évidemment, une propagation de l’affaire dans d’autres pays. Car la justice, française notamment, pourrait bien être tentée de passer au peigne fin les méthodes internes. Contacté par Reflets, StreetPress et Blast, le Parquet National Financier a indiqué qu’il ne souhaitait « pas communiquer à ce stade ». Une procédure pourrait-elle être bientôt déclenchée en France ? Patrick Drahi peut-il être touché par l’onde de choc ? Avait-il connaissance des méthodes que la justice portugaise reproche à son ami et bras droit ? Ou plutôt pouvait-il vraiment les ignorer ? Armando Pereira est l’homme avec qui Patrick Drahi a créé Altice en...

]]>
Raconter la police19916bf1-da97-44ab-a35f-5acc9454f259http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230728_121636_Raconter_la_policeFri, 28 Jul 2023 12:16:36 +0200

Dessous Choc #13

Mikael Corre évoque au micro d’Antoine Bellier son immersion au commissariat de Roubaix. Au plus près du quotidien des policiers, il évite, à travers la description de faits et de situations concrètes, le double écueil de l’idéalisation ou de la stigmatisation d’une profession actuellement en plein questionnement, tant de la part des citoyens que des policiers eux-mêmes.

Le Central, publié chez Bayard - D.R.
Le Central, publié chez Bayard - D.R.
Le sujet des violences policières qui s’invite à nouveau en ce moment dans le débat public intéresse depuis des années le journaliste Mikael Corre. Il y avait consacré un article paru en 2019 dans l’hebdomadaire pour lequel il travaille, La Croix L’Hebdo, sous le titre : « Violences, bavures, des policiers racontent ». Il avait alors longuement interviewé des policiers de Mulhouse sur les situations limites auxquelles ils étaient confrontés pour tenter de comprendre ­- non pas de minimiser encore moins d’excuser -, les raisons pour lesquelles un agent des forces de l’ordre peut un jour basculer dans la violence.

L’article n’avait pas été bien reçu par les policiers qui ont regretté que le journaliste n’évoque pas davantage leur quotidien. Au-delà des fantasmes et des clichés agités par les extrêmes sur le monde de la police, Mikael Corre a donc décidé de rendre compte, au plus près du terrain, ce qu’elle vit. Cela a donné lieu à un long reportage « Au commissariat : un an au cœur de la police », puis au récit Le Central, publié dernièrement aux éditions Bayard. Le journaliste décrit la vie du commissariat de Roubaix, où il a passé de longs mois en immersion : « Je veux comprendre ce que c’est qu’être flic. Entrer dans leur tête. Raconter ce qui se passe, surtout quand il ne se passe rien, ou pas grand-chose. »

Le récit de Mikael Corre n’a pas pour objectif de se positionner pour ou contre la police ou de livrer de grandes théories sur cette dernière, mais de nous faire entr’apercevoir la complexité et les limites d’une institution, qui, qu’on le veuille ou non, est constitutive de notre État de droit. Entre gardes à vues, paperasses et contrôles, dans un quotidien, peut-être plus banal qu’on aurait imaginé, le journaliste, sans biais idéologique, prend le pouls du rapport aujourd’hui fortement questionné entre la police et les citoyens.

]]>

Dessous Choc #13

Mikael Corre évoque au micro d’Antoine Bellier son immersion au commissariat de Roubaix. Au plus près du quotidien des policiers, il évite, à travers la description de faits et de situations concrètes, le double écueil de l’idéalisation ou de la stigmatisation d’une profession actuellement en plein questionnement, tant de la part des citoyens que des policiers eux-mêmes.

Le Central, publié chez Bayard - D.R.
Le Central, publié chez Bayard - D.R.
Le sujet des violences policières qui s’invite à nouveau en ce moment dans le débat public intéresse depuis des années le journaliste Mikael Corre. Il y avait consacré un article paru en 2019 dans l’hebdomadaire pour lequel il travaille, La Croix L’Hebdo, sous le titre : « Violences, bavures, des policiers racontent ». Il avait alors longuement interviewé des policiers de Mulhouse sur les situations limites auxquelles ils étaient confrontés pour tenter de comprendre ­- non pas de minimiser encore moins d’excuser -, les raisons pour lesquelles un agent des forces de l’ordre peut un jour basculer dans la violence.

L’article n’avait pas été bien reçu par les policiers qui ont regretté que le journaliste n’évoque pas davantage leur quotidien. Au-delà des fantasmes et des clichés agités par les extrêmes sur le monde de la police, Mikael Corre a donc décidé de rendre compte, au plus près du terrain, ce qu’elle vit. Cela a donné lieu à un long reportage « Au commissariat : un an au cœur de la police », puis au récit Le Central, publié dernièrement aux éditions Bayard. Le journaliste décrit la vie du commissariat de Roubaix, où il a passé de longs mois en immersion : « Je veux comprendre ce que c’est qu’être flic. Entrer dans leur tête. Raconter ce qui se passe, surtout quand il ne se passe rien, ou pas grand-chose. »

Le récit de Mikael Corre n’a pas pour objectif de se positionner pour ou contre la police ou de livrer de grandes théories sur cette dernière, mais de nous faire entr’apercevoir la complexité et les limites d’une institution, qui, qu’on le veuille ou non, est constitutive de notre État de droit. Entre gardes à vues, paperasses et contrôles, dans un quotidien, peut-être plus banal qu’on aurait imaginé, le journaliste, sans biais idéologique, prend le pouls du rapport aujourd’hui fortement questionné entre la police et les citoyens.

]]>
Les bonnes affaires immobilières de Dior dans le 8e arrondissement, à Paris0887e9aa-329f-4ce8-aae7-2fbff97f9648http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230712_094521_Les_bonnes_affaires_immobilieres_de_Dior_dans_le_8e_arrondissement__a_ParisWed, 12 Jul 2023 09:45:21 +0200

On ne dit pas merci au patron...

L'ancien propriétaire d’un appartement de l'avenue Montaigne, acheté par Dior, a déposé plainte pour «entrave à la liberté des enchères ». Il dénonce des conditions de vente truquées et de l’intimidation de la part de la marque de luxe.

Un clin d'oeil que doit apprécier le patron de LVMH... - D.R.

Il y a des remous derrière les belles façades de l’avenue Montaigne, dans la capitale. Cédric L., ancien propriétaire d’un appartement du coin acheté aux enchères par Dior, dénonce des conditions de vente truquées et de l’intimidation de la part de la marque de luxe. Il a déposé une plainte pour « entrave à la liberté des enchères » qui a été rejetée. Décision dont il a fait appel, en avril dernier.

L’histoire commence en 2013, lorsque Cédric L. achète un appartement de 64 mètres carrés, au 28 avenue Montaigne. Le logement, situé au premier étage, est en plein cœur du territoire Dior. A droite, une boutique « Dior enfant », à gauche le siège social de la marque et juste en-dessous, une boutique « Dior maison ». En 2014, Cédric L. décide de rendre son bien commercialisable. Pour cela, il achète une compensation au bailleur social Elogie Siemp. En échange de quoi, celui-ci transforme des locaux commerciaux d’une surface équivalente, quelque part dans Paris, en habitations. Le changement d’usage est validé par la mairie.

Cependant, Cédric L. peine à rembourser son prêt immobilier et à régler l’achat de la compensation. En 2017, il se tourne vers Dior pour lui proposer de louer ou acheter l’appartement. C’est là qu’il est contacté par Bernard Squarcini, ancien directeur central du renseignement intérieur, aujourd’hui consultant pour le groupe LVMH dont Dior fait partie. Après avoir annoncé que « la réflexion [était] toujours en cours pour l’achat [du] local » , Squarcini ne...

]]>

On ne dit pas merci au patron...

L'ancien propriétaire d’un appartement de l'avenue Montaigne, acheté par Dior, a déposé plainte pour «entrave à la liberté des enchères ». Il dénonce des conditions de vente truquées et de l’intimidation de la part de la marque de luxe.

Un clin d'oeil que doit apprécier le patron de LVMH... - D.R.

Il y a des remous derrière les belles façades de l’avenue Montaigne, dans la capitale. Cédric L., ancien propriétaire d’un appartement du coin acheté aux enchères par Dior, dénonce des conditions de vente truquées et de l’intimidation de la part de la marque de luxe. Il a déposé une plainte pour « entrave à la liberté des enchères » qui a été rejetée. Décision dont il a fait appel, en avril dernier.

L’histoire commence en 2013, lorsque Cédric L. achète un appartement de 64 mètres carrés, au 28 avenue Montaigne. Le logement, situé au premier étage, est en plein cœur du territoire Dior. A droite, une boutique « Dior enfant », à gauche le siège social de la marque et juste en-dessous, une boutique « Dior maison ». En 2014, Cédric L. décide de rendre son bien commercialisable. Pour cela, il achète une compensation au bailleur social Elogie Siemp. En échange de quoi, celui-ci transforme des locaux commerciaux d’une surface équivalente, quelque part dans Paris, en habitations. Le changement d’usage est validé par la mairie.

Cependant, Cédric L. peine à rembourser son prêt immobilier et à régler l’achat de la compensation. En 2017, il se tourne vers Dior pour lui proposer de louer ou acheter l’appartement. C’est là qu’il est contacté par Bernard Squarcini, ancien directeur central du renseignement intérieur, aujourd’hui consultant pour le groupe LVMH dont Dior fait partie. Après avoir annoncé que « la réflexion [était] toujours en cours pour l’achat [du] local » , Squarcini ne...

]]>
En l'an 2023, Éric Dupond-Moretti fabriqua des flyers08ed01a4-d0d8-4704-b9b8-e85c162ad4eehttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230706_231111_En_l_an_2023__Eric_Dupond-Moretti_fabriqua_des_flyersThu, 06 Jul 2023 23:11:11 +0200

L'exécutif français : créateur de numéros verts et de flyers

Toujours plus loin dans la dystopie : alors que la France a fait face à des émeutes ultra-violentes qui montrent le dysfonctionnement de notre société, le ministre de la Justice fabrique des flyers. Les voici.

le flyer pour la teuf - © Reflets - CC BY-SA 4.0

C'était annoncé... le garde des Sceaux a diffusé une nouvelle circulaire pour les procureurs et fini ses flyers à destination des parents. Devant les sénateurs, il avait promis de fournir des tracts rappelant « en termes simples » leurs responsabilités légales aux parents de mineurs présentés à la justice. C'était condescendant à souhait, limite un peu mépris de classe. Cela ressemblait à une mauvaise blague du cirque Zavaglione, ce cirque qu'organisent les politiques devant les caméras pour prouver qu'ils existent, pour faire croire qu'ils servent à quelque chose. Cela ressemblait à une sorte de société figée, d'il y a deux siècles, articulée autour du paternalisme et des patronnages. Il y avait quand même une certaine innovation, on sortait de la liste interminable des numéros verts. C'est la tendance actuelle qui fait fureur, comme le rappelait Cristina Córdula il y a quelques jours : « faites des flyers mes chéris ». En mai dernier, Gérald Darmanin aussi, avait distribué plus de 5 millions de flyers dans le cadre de sa campagne de prévention sur la sécurité des femmes dans l’espace public.

En créant un flyer, Éric Dupond-Moretti aura donc eu cette réponse politique profonde et novatrice, cette réflexion sociétale poussée pour sortir du cercle de la violence et du sentiment d'abandon et d'exaspération de toute une partie de la population...

Vous en rêviez ? Reflets vous le révèle :

Le flyer d'Éric Dupond-Moretti - © Reflets - CC BY-NC 4.0
Le flyer d'Éric...

]]>

L'exécutif français : créateur de numéros verts et de flyers

Toujours plus loin dans la dystopie : alors que la France a fait face à des émeutes ultra-violentes qui montrent le dysfonctionnement de notre société, le ministre de la Justice fabrique des flyers. Les voici.

le flyer pour la teuf - © Reflets - CC BY-SA 4.0

C'était annoncé... le garde des Sceaux a diffusé une nouvelle circulaire pour les procureurs et fini ses flyers à destination des parents. Devant les sénateurs, il avait promis de fournir des tracts rappelant « en termes simples » leurs responsabilités légales aux parents de mineurs présentés à la justice. C'était condescendant à souhait, limite un peu mépris de classe. Cela ressemblait à une mauvaise blague du cirque Zavaglione, ce cirque qu'organisent les politiques devant les caméras pour prouver qu'ils existent, pour faire croire qu'ils servent à quelque chose. Cela ressemblait à une sorte de société figée, d'il y a deux siècles, articulée autour du paternalisme et des patronnages. Il y avait quand même une certaine innovation, on sortait de la liste interminable des numéros verts. C'est la tendance actuelle qui fait fureur, comme le rappelait Cristina Córdula il y a quelques jours : « faites des flyers mes chéris ». En mai dernier, Gérald Darmanin aussi, avait distribué plus de 5 millions de flyers dans le cadre de sa campagne de prévention sur la sécurité des femmes dans l’espace public.

En créant un flyer, Éric Dupond-Moretti aura donc eu cette réponse politique profonde et novatrice, cette réflexion sociétale poussée pour sortir du cercle de la violence et du sentiment d'abandon et d'exaspération de toute une partie de la population...

Vous en rêviez ? Reflets vous le révèle :

Le flyer d'Éric Dupond-Moretti - © Reflets - CC BY-NC 4.0
Le flyer d'Éric...

]]>
Les incapables7a0dc240-180d-40f2-83ae-d0624d612387http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230705_125441_Les_incapablesWed, 05 Jul 2023 12:54:41 +0200

Ils ont allumé un feu et n’ont aucune solution pour l’éteindre

Qu’est -ce qui a changé depuis… toujours ? Rien. La société est incapable de proposer un cadre équitable, un vivre ensemble, une répartition des richesses acceptable. Les politiques qui se succèdent s’évertuent à ne rien changer. Et quand la marmite explose, ils accusent ceux qui mijotaient dedans.

Scène de violences urbaines consécutives à l’homicide de Nahel Merzouk, ici dans la nuit du 29 au 30 juin 2023 sur le quartier de Planoise à Besançon - Toufik-de-Planoise - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Les générations se succèdent et malheureusement se ressemblent. Il y a eu la génération Charonne, la génération 68 , la génération Malik Oussekine, la génération La Haine, il a eu la génération ZyedBenna etBounaTraoré. Il y aura indéniablement une génération Nahel. Pour chacune, des jeunes sont nés à la politique par le truchement d’un événement tragique, d’une confrontation violente entre la jeunesse, - ou une communauté - et le pouvoir, ce dernier s’accrochant comme une bernique au rocher de ses certitudes. Comment les politiques, si prompts à nous demander de nous adapter à un «changement» présenté comme incontournable, à réclamer une «souplesse», une «adaptabilité» forcément «nécessaires» peuvent-ils être aussi rétifs à l’évolution des sociétés qu’ils prétendent «diriger»? Au-delà de cette incongruité, comment peuvent-ils être aussi inaptes à proposer des solutions pérennes autres que la matraque, les grenades lacrymogènes ou de désencerclement et les tirs de LBD? Seraient-ils finalement des incapables?

Il y a une inquiétante continuité dans le discours politique. Les «jeunes» sont toujours des inconscients qui ne comprennent pas la nécessité d’un ordre social établi. Le général De Gaulle parlait de «chienlit» à propos de mai 68 sans s’interroger sur ce qui avait mené toute une génération à demander un changement profond de société. Quel était le rôle des «dirigeants» dans la perpétuation d’une société anachroniqueet oppressante, favorisant déjà une partie seulement de...

]]>

Ils ont allumé un feu et n’ont aucune solution pour l’éteindre

Qu’est -ce qui a changé depuis… toujours ? Rien. La société est incapable de proposer un cadre équitable, un vivre ensemble, une répartition des richesses acceptable. Les politiques qui se succèdent s’évertuent à ne rien changer. Et quand la marmite explose, ils accusent ceux qui mijotaient dedans.

Scène de violences urbaines consécutives à l’homicide de Nahel Merzouk, ici dans la nuit du 29 au 30 juin 2023 sur le quartier de Planoise à Besançon - Toufik-de-Planoise - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Les générations se succèdent et malheureusement se ressemblent. Il y a eu la génération Charonne, la génération 68 , la génération Malik Oussekine, la génération La Haine, il a eu la génération ZyedBenna etBounaTraoré. Il y aura indéniablement une génération Nahel. Pour chacune, des jeunes sont nés à la politique par le truchement d’un événement tragique, d’une confrontation violente entre la jeunesse, - ou une communauté - et le pouvoir, ce dernier s’accrochant comme une bernique au rocher de ses certitudes. Comment les politiques, si prompts à nous demander de nous adapter à un «changement» présenté comme incontournable, à réclamer une «souplesse», une «adaptabilité» forcément «nécessaires» peuvent-ils être aussi rétifs à l’évolution des sociétés qu’ils prétendent «diriger»? Au-delà de cette incongruité, comment peuvent-ils être aussi inaptes à proposer des solutions pérennes autres que la matraque, les grenades lacrymogènes ou de désencerclement et les tirs de LBD? Seraient-ils finalement des incapables?

Il y a une inquiétante continuité dans le discours politique. Les «jeunes» sont toujours des inconscients qui ne comprennent pas la nécessité d’un ordre social établi. Le général De Gaulle parlait de «chienlit» à propos de mai 68 sans s’interroger sur ce qui avait mené toute une génération à demander un changement profond de société. Quel était le rôle des «dirigeants» dans la perpétuation d’une société anachroniqueet oppressante, favorisant déjà une partie seulement de...

]]>
Aurore Bergé, la com', le Qatar et les Nations Unies5fa5e856-54dc-42d4-9398-aae54105bc2ehttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230623_190212_Aurore_Berge__la_com___le_Qatar_et_les_Nations_UniesFri, 23 Jun 2023 19:02:12 +0200

Quand le passé numérique laisse des traces dans une carrière politique…

Nous avons interrogé la présidente du groupe Renaissance sur un vieux compte Twitter ouvert avec une de ses anciennes adresses mail. Pas de réponse. Ou presque.

Aurore Bergé - Lionel Barbe - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Les membres du secteur de la communication peuvent-ils faire de bons politiques et tirer un trait définitif sur leur passé pour se mettre complètement au service du bien commun ? La question s'est posée mille fois et encore plus depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron qui a tendance à penser que la politique, c'est surtout des effets de com'.

Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale a travaillé pour trois agences de communication et de lobbying : Spintank, Agence Publics et Hopscotch Groupe. Internet n'oubliant rien, nous avons retrouvé des traces, par hasard, de l'un des jobs d'Aurore Bergé. Nous faisions des recherches sur le concept d'extrême-droite de « décivilisation » poussé récemment par le président Emmanuel Macron, quand nous sommes tombés, de fil en aiguille et en cliquant de lien en lien, sur un compte Twitter créé en 2011.

À cette époque, le compte @qatar4unaoc fait la promo du quatrième colloque annuel de la « United Nations Alliance of Civilizations ».

Ce compte a été créé avec cette adresse mail : aurore.berge@agencepublics.com

Le client est-il le Qatar ou les Nations-Unies ? Mystère, Aurore Bergé n'ayant pas souhaité répondre à nos questions.

Quoi qu'il en soit, le compte faisait l'article (en 2011) pour ce forum et a tout de même réussi à réunir 744 abonnés à l'échelle de la planète. Ce n'est pas rien. Car les tweets sont de pâles copies de...

]]>

Quand le passé numérique laisse des traces dans une carrière politique…

Nous avons interrogé la présidente du groupe Renaissance sur un vieux compte Twitter ouvert avec une de ses anciennes adresses mail. Pas de réponse. Ou presque.

Aurore Bergé - Lionel Barbe - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Les membres du secteur de la communication peuvent-ils faire de bons politiques et tirer un trait définitif sur leur passé pour se mettre complètement au service du bien commun ? La question s'est posée mille fois et encore plus depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron qui a tendance à penser que la politique, c'est surtout des effets de com'.

Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale a travaillé pour trois agences de communication et de lobbying : Spintank, Agence Publics et Hopscotch Groupe. Internet n'oubliant rien, nous avons retrouvé des traces, par hasard, de l'un des jobs d'Aurore Bergé. Nous faisions des recherches sur le concept d'extrême-droite de « décivilisation » poussé récemment par le président Emmanuel Macron, quand nous sommes tombés, de fil en aiguille et en cliquant de lien en lien, sur un compte Twitter créé en 2011.

À cette époque, le compte @qatar4unaoc fait la promo du quatrième colloque annuel de la « United Nations Alliance of Civilizations ».

Ce compte a été créé avec cette adresse mail : aurore.berge@agencepublics.com

Le client est-il le Qatar ou les Nations-Unies ? Mystère, Aurore Bergé n'ayant pas souhaité répondre à nos questions.

Quoi qu'il en soit, le compte faisait l'article (en 2011) pour ce forum et a tout de même réussi à réunir 744 abonnés à l'échelle de la planète. Ce n'est pas rien. Car les tweets sont de pâles copies de...

]]>
Baignade interdite à Aytré #4 : tous à la plage !ab725174-c2db-49e1-badf-cf43c79e9a17http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230621_100757_Baignade_interdite_a_Aytre__4___tous_a_la_plage__Wed, 21 Jun 2023 10:07:57 +0200

Selon le dernier guide pratique de la ville, cette plage naturelle est idéale pour les familles…

Un rivage pollué en profondeur durant les précédentes décennies, une contamination fécale de l’eau de mer actée depuis 2013, une interdiction de baignade ferme et définitive déclarée en 2018, telle est l’envers de la carte postale de la plage d’Aytré. Mais quand le tourisme va, tout baigne.

Un extrait du guide pratique de la ville, distribué en ville - @ Reflets

La baignade est ici officiellement interdite pour raison sanitaire depuis des lustres. Le taux d’Escherichia coli et d’entérocoque s’est régulièrement avéré supérieur aux normes admises. Plusieurs articles relatant les faits ont déjà été publiés par la rédaction (toute notre enquête ici #1, #2 , #3 ). Aux premiers beaux jours de juin, nous nous sommes rendus sur place pour apprécier la situation à l’ouverture de la saison estivale.

Surprise : l’arrêté d’interdiction de baignade n’apparait pas aux différentes entrées de plage et le drapeau rouge/violet (baignade non autorisée/pollution) n’est même plus hissé en haut de son mât. Des usages légaux et un dispositif d’alerte pourtant obligatoires. Disparu également l’arrêté municipal du 3 mai 2022 qui interdisait la présence des chevaux et des animaux domestiques sur la plage. Cette mesure considérée comme essentielle fut initialement prise « de manière à poursuivre les investigations sur les sources de contamination ».

Tout va bien, la saison 2023 est ouverte à Aytré… - @ Reflets
Tout va bien, la saison 2023 est ouverte à Aytré… - @ Reflets

3 km de plage : un seul et unique mât sans drapeaux… - @ Reflets
3 km de plage : un seul et unique mât sans drapeaux… - @ Reflets

Certains accès à la plage sans aucun dispositif d’affichage - @ Reflets
Certains accès à la plage sans aucun dispositif d’affichage - @ Reflets

Pourtant les touristes sont déjà là, et en bordure de mer, là où le taux de bactéries est le plus élevé, un bébé s’égaille sous l’œil protecteur de ses parents en faisant des bulles dans une eau potentiellement contaminée par des bactéries fécales.

Pas d’interdiction ? Tous à l’eau, bébé compris ! - @ Reflets
Pas d’interdiction? Tous à l’eau, bébé compris! - @...

]]>

Selon le dernier guide pratique de la ville, cette plage naturelle est idéale pour les familles…

Un rivage pollué en profondeur durant les précédentes décennies, une contamination fécale de l’eau de mer actée depuis 2013, une interdiction de baignade ferme et définitive déclarée en 2018, telle est l’envers de la carte postale de la plage d’Aytré. Mais quand le tourisme va, tout baigne.

Un extrait du guide pratique de la ville, distribué en ville - @ Reflets

La baignade est ici officiellement interdite pour raison sanitaire depuis des lustres. Le taux d’Escherichia coli et d’entérocoque s’est régulièrement avéré supérieur aux normes admises. Plusieurs articles relatant les faits ont déjà été publiés par la rédaction (toute notre enquête ici #1, #2 , #3 ). Aux premiers beaux jours de juin, nous nous sommes rendus sur place pour apprécier la situation à l’ouverture de la saison estivale.

Surprise : l’arrêté d’interdiction de baignade n’apparait pas aux différentes entrées de plage et le drapeau rouge/violet (baignade non autorisée/pollution) n’est même plus hissé en haut de son mât. Des usages légaux et un dispositif d’alerte pourtant obligatoires. Disparu également l’arrêté municipal du 3 mai 2022 qui interdisait la présence des chevaux et des animaux domestiques sur la plage. Cette mesure considérée comme essentielle fut initialement prise « de manière à poursuivre les investigations sur les sources de contamination ».

Tout va bien, la saison 2023 est ouverte à Aytré… - @ Reflets
Tout va bien, la saison 2023 est ouverte à Aytré… - @ Reflets

3 km de plage : un seul et unique mât sans drapeaux… - @ Reflets
3 km de plage : un seul et unique mât sans drapeaux… - @ Reflets

Certains accès à la plage sans aucun dispositif d’affichage - @ Reflets
Certains accès à la plage sans aucun dispositif d’affichage - @ Reflets

Pourtant les touristes sont déjà là, et en bordure de mer, là où le taux de bactéries est le plus élevé, un bébé s’égaille sous l’œil protecteur de ses parents en faisant des bulles dans une eau potentiellement contaminée par des bactéries fécales.

Pas d’interdiction ? Tous à l’eau, bébé compris ! - @ Reflets
Pas d’interdiction? Tous à l’eau, bébé compris! - @...

]]>
CAFPI : une attaque gérée de main de maître (ou pas)bb223a8e-d179-43a1-9fce-6b7575548f03http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230613_110925_CAFPI____une_attaque_geree_de_main_de_maitre__ou_pas_Tue, 13 Jun 2023 11:09:25 +0200

Le courtier en prêts immobilier victime d'un ransomware : de très gros dégâts

Impossible d'entrer en contact avec la direction de CAFPI qui refuse de répondre à nos questions sous prétexte que des contre-mesures parfaites ont été menées. Selon l'attachée de presse il s’agit d’une histoire ancienne maîtrisée au mieux par la société. Ce n'est pas tout à fait ce que nous avons découvert.

Une FAQ qui ne règle pas grand chose - Copie d'écran

Depuis plusieurs semaines, Reflets se penche sur la société CAFPI. Il faut généralement être propriétaire foncier pour connaître ce gros courtier en prêts immobilier qui propose à ses clients de trouver la meilleure offre bancaire pour financer l'achat d'un appartement ou d'une maison. Il se trouve que CAFPI s'est fait attaquer par un groupe de ransomware et que les données piratées se sont retrouvées publiées sur Internet.

Si « la presse spécialisée » a commenté cette attaque, peu de détails ont filtré. Le 24 mai, Damien Bancal expliquait sur le site Zataz que des tonnes de données personnelles avaient fuité et se trouvaient éparpillées dans la nature. De son côté la société se sent très à l'aise et explique qu’elle a parfaitement maîtrisé la situation dans une page de type foire aux questions (FAQ).

Prenez le temps de lire les déclarations de la société reproduites ci-dessous et reprenez ensuite la lecture de l'article pour percevoir la différence entre un discours corporate de communication et la réalité. Vous allez voir, c'est un exercice qui ne peut être entrepris que par des professionnels et même dans ce cas, des accidents sont possibles. La preuve.

Sur la page de la FAQ, on trouve donc ce type de choses :

Malgré le niveau élevé de sécurité de ses systèmes informatiques CAFPI a détecté une cyber-attaque sur une partie de son réseau informatique.

Dès détection de cette attaque, le service informatique de CAFPI s’est...

]]>

Le courtier en prêts immobilier victime d'un ransomware : de très gros dégâts

Impossible d'entrer en contact avec la direction de CAFPI qui refuse de répondre à nos questions sous prétexte que des contre-mesures parfaites ont été menées. Selon l'attachée de presse il s’agit d’une histoire ancienne maîtrisée au mieux par la société. Ce n'est pas tout à fait ce que nous avons découvert.

Une FAQ qui ne règle pas grand chose - Copie d'écran

Depuis plusieurs semaines, Reflets se penche sur la société CAFPI. Il faut généralement être propriétaire foncier pour connaître ce gros courtier en prêts immobilier qui propose à ses clients de trouver la meilleure offre bancaire pour financer l'achat d'un appartement ou d'une maison. Il se trouve que CAFPI s'est fait attaquer par un groupe de ransomware et que les données piratées se sont retrouvées publiées sur Internet.

Si « la presse spécialisée » a commenté cette attaque, peu de détails ont filtré. Le 24 mai, Damien Bancal expliquait sur le site Zataz que des tonnes de données personnelles avaient fuité et se trouvaient éparpillées dans la nature. De son côté la société se sent très à l'aise et explique qu’elle a parfaitement maîtrisé la situation dans une page de type foire aux questions (FAQ).

Prenez le temps de lire les déclarations de la société reproduites ci-dessous et reprenez ensuite la lecture de l'article pour percevoir la différence entre un discours corporate de communication et la réalité. Vous allez voir, c'est un exercice qui ne peut être entrepris que par des professionnels et même dans ce cas, des accidents sont possibles. La preuve.

Sur la page de la FAQ, on trouve donc ce type de choses :

Malgré le niveau élevé de sécurité de ses systèmes informatiques CAFPI a détecté une cyber-attaque sur une partie de son réseau informatique.

Dès détection de cette attaque, le service informatique de CAFPI s’est...

]]>
Avisa Partners nous fait une "Amesys"e95103a7-73e6-499e-8231-edb9cda287f8http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230612_101026_Avisa_Partners_nous_fait_une__Amesys_Mon, 12 Jun 2023 10:10:26 +0200

Et ça marche. La presse relaie son opération de communication sans sourciller

Deux articles, l'un dans Libération, l'autre dans Les Echos ont relayé en fin de semaine une opération de com' d'Avisa Partners qui rappelle étrangement celle menée par Bull et Amesys il y a quelques années.

Page du site Avisa Partners le 12 juin 2023 - Copie d'écran

Avisa, après avoir informé l'État, annonce se « séparer » des activités critiquées par la presse indépendante et changer de nom. Tout cela, pour faire, en quelque sorte, table rase du passé. On peut voir les annonces de Matthieu Creux de deux manières. Il y a la vision des Echos. C'est une sorte de publi-reportage qui aurait toute sa place sur Linkedin. Dans le monde imaginaire des Echos, il ya une pépite qui va se transformer en licorne avec un nom fabuleux : « Forward ». C'est toujours bien d'aller de l'avant, et ça colle parfaitement avec les posts Linkedin. Il y a la manière Libé qui répercute les efforts de communication d'Avisa Partners mais en rappelant tout de même que la boite a quelques casseroles à son actif. Cependant, la remise en perspective et très limitée. C'est, au mieux, la moitié de l'article qu'il aurait fallu écrire.

Et puis il y a la façon journaliste énervé par les réalités alternatives déployées par les entreprises. Les mauvais coucheurs, évidemment... Ceux qui dans les petits journaux indépendants, ont encore la marge de manoeuvre nécessaire pour exercer leur travail dans des conditions normales.

Encore une fois, le choix est libre. On peut voir le monde au travers des yeux de la communication. Tout est beau, tout est rose, tout baigne dans l'huile de noix de coco et les entreprises sont vertueuses. Elle veulent notre plus grand bien, que nous soyons clients ou salariés. Et sans elles,...

]]>

Et ça marche. La presse relaie son opération de communication sans sourciller

Deux articles, l'un dans Libération, l'autre dans Les Echos ont relayé en fin de semaine une opération de com' d'Avisa Partners qui rappelle étrangement celle menée par Bull et Amesys il y a quelques années.

Page du site Avisa Partners le 12 juin 2023 - Copie d'écran

Avisa, après avoir informé l'État, annonce se « séparer » des activités critiquées par la presse indépendante et changer de nom. Tout cela, pour faire, en quelque sorte, table rase du passé. On peut voir les annonces de Matthieu Creux de deux manières. Il y a la vision des Echos. C'est une sorte de publi-reportage qui aurait toute sa place sur Linkedin. Dans le monde imaginaire des Echos, il ya une pépite qui va se transformer en licorne avec un nom fabuleux : « Forward ». C'est toujours bien d'aller de l'avant, et ça colle parfaitement avec les posts Linkedin. Il y a la manière Libé qui répercute les efforts de communication d'Avisa Partners mais en rappelant tout de même que la boite a quelques casseroles à son actif. Cependant, la remise en perspective et très limitée. C'est, au mieux, la moitié de l'article qu'il aurait fallu écrire.

Et puis il y a la façon journaliste énervé par les réalités alternatives déployées par les entreprises. Les mauvais coucheurs, évidemment... Ceux qui dans les petits journaux indépendants, ont encore la marge de manoeuvre nécessaire pour exercer leur travail dans des conditions normales.

Encore une fois, le choix est libre. On peut voir le monde au travers des yeux de la communication. Tout est beau, tout est rose, tout baigne dans l'huile de noix de coco et les entreprises sont vertueuses. Elle veulent notre plus grand bien, que nous soyons clients ou salariés. Et sans elles,...

]]>
Permis de détruire05f18c61-73c6-419f-902a-2601661eb8b3http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230610_150932_Permis_de_detruireSat, 10 Jun 2023 15:09:32 +0200

Un exposition contre l'expropriation

À Champigny-sur-Marne, le Grand Paris Express poursuit son avancée, déployant sa nouvelle gare « Champigny Centre ». Son appétit est grand, c'est tout le quartier de la gare qui a été exproprié. À la limite de la zone concernée, rue Gabriel Péri, un pavillon semble résister, bariolé de couleurs, des gens entrant et sortant les bras chargés de matériel. L'exposition « Permis de détruire » se prépare. Interview.

Artiste : à gauche, caché Anna Conda. puis Hervé Alexandre - © Reflets

Aujourd'hui, samedi 10 juin 2023, s'ouvre à l'exposition « Permis de détruire ». Cette journée de vernissage lance l'exposition qui durera un mois. Le 24 juin se tiendra une soirée menée par plusieurs performers. Le 8 juillet aura lieu la journée de clôture. Durant celle-ci, Haim Adri, artiste et propriétaire, créera sa dernière œuvre en ces lieux. L'exposition, au titre évocateur de « Permis de détruire », entend en effet porter un message : bientôt toutes les œuvres que vous pourriez y voir auront disparu. Suite de l'enquête sur les politiques publiques en région parisienne et sur celle du Grand Paris en particulier. Direction Champigny-sur-Marne au 114 boulevard Gabriel Péri, adresse ou se tiendra pendant l'expo, ouverte du mercredi au dimanche de 14h à 19h. Candice, artiste et compagne de Haim, nous avait accueilli sur les lieux alors que l'évènement était en pleine préparation. Entretien...

Artistes : à gauche Demoisellem, à droite Têtart Street - © Reflets
Artistes : à gauche Demoisellem, à droite Têtart Street - Reflets

Artiste : Raf Urban - © Reflets
Artiste : Raf Urban - Reflets

Artistes : Marie Désert et quelques œuvres éparses de wallforfreedom - © Reflets
Artistes : Marie Désert et quelques œuvres éparses de wallforfreedom - Reflets

Candice, quel est ce lieu atypique ?

« On est ici chez Haim Adri, il est propriétaire de cette maison depuis vingt-cinq ans. Et il a créé, ici, un contexte assez atypique qui mélange l'intime au professionnel. Nous avons notre maison d'habitation et un lieu plus professionnel qui pendant vingt ans a été dédié majoritairement au spectacle...

]]>

Un exposition contre l'expropriation

À Champigny-sur-Marne, le Grand Paris Express poursuit son avancée, déployant sa nouvelle gare « Champigny Centre ». Son appétit est grand, c'est tout le quartier de la gare qui a été exproprié. À la limite de la zone concernée, rue Gabriel Péri, un pavillon semble résister, bariolé de couleurs, des gens entrant et sortant les bras chargés de matériel. L'exposition « Permis de détruire » se prépare. Interview.

Artiste : à gauche, caché Anna Conda. puis Hervé Alexandre - © Reflets

Aujourd'hui, samedi 10 juin 2023, s'ouvre à l'exposition « Permis de détruire ». Cette journée de vernissage lance l'exposition qui durera un mois. Le 24 juin se tiendra une soirée menée par plusieurs performers. Le 8 juillet aura lieu la journée de clôture. Durant celle-ci, Haim Adri, artiste et propriétaire, créera sa dernière œuvre en ces lieux. L'exposition, au titre évocateur de « Permis de détruire », entend en effet porter un message : bientôt toutes les œuvres que vous pourriez y voir auront disparu. Suite de l'enquête sur les politiques publiques en région parisienne et sur celle du Grand Paris en particulier. Direction Champigny-sur-Marne au 114 boulevard Gabriel Péri, adresse ou se tiendra pendant l'expo, ouverte du mercredi au dimanche de 14h à 19h. Candice, artiste et compagne de Haim, nous avait accueilli sur les lieux alors que l'évènement était en pleine préparation. Entretien...

Artistes : à gauche Demoisellem, à droite Têtart Street - © Reflets
Artistes : à gauche Demoisellem, à droite Têtart Street - Reflets

Artiste : Raf Urban - © Reflets
Artiste : Raf Urban - Reflets

Artistes : Marie Désert et quelques œuvres éparses de wallforfreedom - © Reflets
Artistes : Marie Désert et quelques œuvres éparses de wallforfreedom - Reflets

Candice, quel est ce lieu atypique ?

« On est ici chez Haim Adri, il est propriétaire de cette maison depuis vingt-cinq ans. Et il a créé, ici, un contexte assez atypique qui mélange l'intime au professionnel. Nous avons notre maison d'habitation et un lieu plus professionnel qui pendant vingt ans a été dédié majoritairement au spectacle...

]]>
Retraites : stop ou encore ?e304e60c-b406-4207-8323-5858e844aa1bhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230607_165526_Retraites___stop_ou_encore__Wed, 07 Jun 2023 16:55:26 +0200

La manif du 6 juin n'a pas fait le plein. Le zbeul va-t-il se poursuivre ?

Pour cette manifestation, les syndicats n'ont pas réuni la foule des grands jours. Le défilé s'est déroulé plutôt calmement dans une ambiance d'été naissant. Déjà quelques appels demandent aux opposants à la réforme des retraites de se retrouver tous les soirs place des invalides.

Alors ? Qui ? - © Reflets

La CGT a compté 900.000 personnes en France dont 300.000 à Paris. Le ministère de l'intérieur annonce lui, 281.000 manifestants dans le pays et 31.000 dans la capitale. Combien étaient-ils réellement ? Mystère. En tout cas pas 300.000 à Paris. La manifestation unitaire venait, il faut le dire, très tard par rapport à la précédente et avait donné suffisamment de temps pour faire retomber la motivation. Même si de nombreux français ont continué à participer à l'Interville du zbeul. Peut-être même continueront-ils à se mobilier. Déjà des appels sont lancés à se rassembler pour des « apéros anti-Macron, jusqu'au retrait » tous les jour sur l'esplanade des invalides à 19h. La violence de la répression policière commence par ailleurs a faire son effet, comme pendant la période des gilets jaunes.

Au départ, à Invalides - © Reflets
Au départ, à Invalides - Reflets

Attention aux LBD - © Reflets
Attention aux LBD - Reflets

La manif n'est pas encore partie, les premières arrestations... - © Reflets
La manif n'est pas encore partie, les premières arrestations... - Reflets

Et les premiers gaz lacrymogènes - © Reflets
Et les premiers gaz lacrymogènes - Reflets

Et sauf forces de l'ordre - © Reflets
Et sauf forces de l'ordre - Reflets

Il n'y a pas d'âge pour porter le drapeau noir - © Reflets
Il n'y a pas d'âge pour porter le drapeau noir - Reflets

Suivre la voie. Toujours. - © Reflets
Suivre la voie. Toujours. - Reflets

Certains prônent l'amour, d'autres cassent des vitrines - © Reflets
Certains prônent l'amour, d'autres cassent des vitrines - Reflets

Il y a un moment où il faut faire simple et direct. - © Reflets
Il y a un moment où il faut faire simple et direct. - Reflets

En tête de cortège. - © Reflets
En tête de cortège. - Reflets

Tous morts en sursis, mais présents dans la manifestation. - © Reflets
Tous morts en sursis, mais présents dans la manifestation. - Reflets

Ambiance estivale ce 6 juin. Musique et soleil. - © Reflets
Ambiance estivale ce 6 juin. Musique et soleil. - Reflets

Ça rassure de savoir qu'il y a des tireurs d'élite pas loin. On ne sait jamais. - © Reflets
Ça rassure de savoir...

]]>

La manif du 6 juin n'a pas fait le plein. Le zbeul va-t-il se poursuivre ?

Pour cette manifestation, les syndicats n'ont pas réuni la foule des grands jours. Le défilé s'est déroulé plutôt calmement dans une ambiance d'été naissant. Déjà quelques appels demandent aux opposants à la réforme des retraites de se retrouver tous les soirs place des invalides.

Alors ? Qui ? - © Reflets

La CGT a compté 900.000 personnes en France dont 300.000 à Paris. Le ministère de l'intérieur annonce lui, 281.000 manifestants dans le pays et 31.000 dans la capitale. Combien étaient-ils réellement ? Mystère. En tout cas pas 300.000 à Paris. La manifestation unitaire venait, il faut le dire, très tard par rapport à la précédente et avait donné suffisamment de temps pour faire retomber la motivation. Même si de nombreux français ont continué à participer à l'Interville du zbeul. Peut-être même continueront-ils à se mobilier. Déjà des appels sont lancés à se rassembler pour des « apéros anti-Macron, jusqu'au retrait » tous les jour sur l'esplanade des invalides à 19h. La violence de la répression policière commence par ailleurs a faire son effet, comme pendant la période des gilets jaunes.

Au départ, à Invalides - © Reflets
Au départ, à Invalides - Reflets

Attention aux LBD - © Reflets
Attention aux LBD - Reflets

La manif n'est pas encore partie, les premières arrestations... - © Reflets
La manif n'est pas encore partie, les premières arrestations... - Reflets

Et les premiers gaz lacrymogènes - © Reflets
Et les premiers gaz lacrymogènes - Reflets

Et sauf forces de l'ordre - © Reflets
Et sauf forces de l'ordre - Reflets

Il n'y a pas d'âge pour porter le drapeau noir - © Reflets
Il n'y a pas d'âge pour porter le drapeau noir - Reflets

Suivre la voie. Toujours. - © Reflets
Suivre la voie. Toujours. - Reflets

Certains prônent l'amour, d'autres cassent des vitrines - © Reflets
Certains prônent l'amour, d'autres cassent des vitrines - Reflets

Il y a un moment où il faut faire simple et direct. - © Reflets
Il y a un moment où il faut faire simple et direct. - Reflets

En tête de cortège. - © Reflets
En tête de cortège. - Reflets

Tous morts en sursis, mais présents dans la manifestation. - © Reflets
Tous morts en sursis, mais présents dans la manifestation. - Reflets

Ambiance estivale ce 6 juin. Musique et soleil. - © Reflets
Ambiance estivale ce 6 juin. Musique et soleil. - Reflets

Ça rassure de savoir qu'il y a des tireurs d'élite pas loin. On ne sait jamais. - © Reflets
Ça rassure de savoir...

]]>
Zaclay ferme ses portes81087536-2424-4a17-8da6-40f2cb8635e8http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230605_153012_Zaclay_ferme_ses_portesMon, 05 Jun 2023 15:30:12 +0200

Interview collectif avec des membres de la ZAD du Saclay

Les autorités avaient donné un ultimatum au 5 juin à la ZAD du Saclay pour plier bagages. Hier, après avoir récupéré ce qu'ils pouvaient pendant la semaine, les habitants ont quitté le camp. Nous nous étions rendus sur place, il y a quelques semaines, pour échanger avec eux à ce moment charnière de leur lutte. Entretien collectif.

Bienvenus à la ZAD de Saclay - © Reflets

Installée dans un champ, quelques dizaines de mètres après l'arrêt de bus CEA Nord près de Massy-Palaiseau, la ZAD du Saclay fait face au chantier de la ligne 18 qui avance jour après jour vers les terres agricoles. Un chantier pensé à autre âge, dépensier à outrance, prêt à sacrifier les dernières terres de la ceinture céréalière parisienne sur l'autel de la spéculation. Un projet sur lequel le pouvoir s'arcboute prêt à criminaliser toute contestation. Après être apparue sur une carte fuitée dans le Journal du Dimanche comme un des 42 lieux en France à surveiller comme potentiel « Point chaud », la nouvelle est tombée début mai. La ZAD doit déménager au 5 juin, au plus tard, sous peine d'intervention policière et de lourdes amendes pour les propriétaires du terrain.

Le week-end du 13 et 14 mai, la ZAD est effectivement devenue un « point chaud ». Les habitants ont organisé un rassemblement festif et déterminé pour ouvrir leurs portes et faire mieux connaitre leur lutte. Une grange paysanne, assemblée pour l'occasion, a été déposée sur le trajet de la ligne 18, puis instantanément détruite par les engins de chantier. La semaine qui suivait était consacrée à des ateliers et des discussions sur l'avenir de l'agriculture paysanne sur le plateau.

Dans le cadre de notre enquête sur les politiques publiques en général et sur celles du « Grand Paris » en particulier, la ZAD nous avait accueilli sur place pour parler du...

]]>

Interview collectif avec des membres de la ZAD du Saclay

Les autorités avaient donné un ultimatum au 5 juin à la ZAD du Saclay pour plier bagages. Hier, après avoir récupéré ce qu'ils pouvaient pendant la semaine, les habitants ont quitté le camp. Nous nous étions rendus sur place, il y a quelques semaines, pour échanger avec eux à ce moment charnière de leur lutte. Entretien collectif.

Bienvenus à la ZAD de Saclay - © Reflets

Installée dans un champ, quelques dizaines de mètres après l'arrêt de bus CEA Nord près de Massy-Palaiseau, la ZAD du Saclay fait face au chantier de la ligne 18 qui avance jour après jour vers les terres agricoles. Un chantier pensé à autre âge, dépensier à outrance, prêt à sacrifier les dernières terres de la ceinture céréalière parisienne sur l'autel de la spéculation. Un projet sur lequel le pouvoir s'arcboute prêt à criminaliser toute contestation. Après être apparue sur une carte fuitée dans le Journal du Dimanche comme un des 42 lieux en France à surveiller comme potentiel « Point chaud », la nouvelle est tombée début mai. La ZAD doit déménager au 5 juin, au plus tard, sous peine d'intervention policière et de lourdes amendes pour les propriétaires du terrain.

Le week-end du 13 et 14 mai, la ZAD est effectivement devenue un « point chaud ». Les habitants ont organisé un rassemblement festif et déterminé pour ouvrir leurs portes et faire mieux connaitre leur lutte. Une grange paysanne, assemblée pour l'occasion, a été déposée sur le trajet de la ligne 18, puis instantanément détruite par les engins de chantier. La semaine qui suivait était consacrée à des ateliers et des discussions sur l'avenir de l'agriculture paysanne sur le plateau.

Dans le cadre de notre enquête sur les politiques publiques en général et sur celles du « Grand Paris » en particulier, la ZAD nous avait accueilli sur place pour parler du...

]]>
Explosion des dépenses militaires mondiales en 20229bbd29c1-e177-4494-b5cc-9c17dc626092http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230531_122352_Explosion_des_depenses_militaires_mondiales_en_2022Wed, 31 May 2023 12:23:52 +0200

Missiles - DiceME - Pixabay

Missiles - DiceME - Pixabay
Missiles - DiceME - Pixabay
« Le total des dépenses militaires mondiales a augmenté de 3,7 % en termes réels en 2022, pour atteindre un niveau record de 2.240 milliards de dollars », annonce le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). « Les dépenses militaires en Europe ont connu leur plus forte augmentation annuelle depuis au moins 30 ans ». On retrouve évidement les mêmes usual suspects parmi les plus gros dépensiers : les Etats-Unis, la Chine et la Russie- représentaient 56 % du total mondial. Le niveau des dépenses en Europe centrale et occidentale atteint ses niveaux les plus importants depuis la fin de la guerre froide. La guerre en Ukraine expliquant évidemment la situation. A titre de comparaison, « au prix d’un investissement de 267 milliards de dollars (239 milliards d’euros) par an pendant les quinze prochaines années, il est possible d’éliminer la faim dans le monde d’ici à 2030, estime l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) », rappelait Le Monde en 2015.

]]>

Missiles - DiceME - Pixabay

Missiles - DiceME - Pixabay
Missiles - DiceME - Pixabay
« Le total des dépenses militaires mondiales a augmenté de 3,7 % en termes réels en 2022, pour atteindre un niveau record de 2.240 milliards de dollars », annonce le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). « Les dépenses militaires en Europe ont connu leur plus forte augmentation annuelle depuis au moins 30 ans ». On retrouve évidement les mêmes usual suspects parmi les plus gros dépensiers : les Etats-Unis, la Chine et la Russie- représentaient 56 % du total mondial. Le niveau des dépenses en Europe centrale et occidentale atteint ses niveaux les plus importants depuis la fin de la guerre froide. La guerre en Ukraine expliquant évidemment la situation. A titre de comparaison, « au prix d’un investissement de 267 milliards de dollars (239 milliards d’euros) par an pendant les quinze prochaines années, il est possible d’éliminer la faim dans le monde d’ici à 2030, estime l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) », rappelait Le Monde en 2015.

]]>
Le paradoxe des chatbots comme ChatGPT à l’ère de l’intelligence artificiellec3109d32-30b9-4afd-a19f-e0f6b2414c2chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230530_102317_Le_paradoxe_des_chatbots_comme_ChatGPT_a_l___ere_de_l___intelligence_artificielleTue, 30 May 2023 10:23:17 +0200

Restés enfermés et ne pas grandir ou s’ouvrir et mourir

Les experts de la blockchain, avant d’être ceux du Metavers puis des NFT et désormais de l’IA, ont un message pour vous : l’intelligence artificielle va renverser la table. Surtout ChatGPT ou Bard. Rien n’est moins sûr, voici pourquoi.

Midjourney imagine... une conversation entre Midjourney et ChatGPT - Midjourney - CC

Les annonces se multiplient. Open AI a lancé ChatGPT 4, bien plus «puissant» que ChatGPT 3.5, accessible gratuitement pour le grand public. Google a ouvert la porte (pas pour les Européens) de Bard. Microsoft n’est pas en reste et en dépit de ses plantages répétés dans le domaine, a remis en selle Bing Chat. Et puis il y a ceux dont on parle moins mais qui sont peut-être plus inquiétants, les outils de création de visuels. Les Pythies de cyber-Delphes n’ont plus assez de mots. Ces «intelligences artificielles» vont tout chambouler. C’est la mort de centaines de milliers, de millions, de postes de travail. Adieu aux créatifs, au revoir les créateurs de contenus au premier rang desquels, les journalistes. Hasta la vista les photographes, les codeurs informatiques, les créateurs de sites Web! Finito ! Remplacés par l’IA. Super-ChatGPT aura votre peau et si ce n’est lui, ce sera son cousin Bard. Minute papillon. Ce n’est pas aussi simple. De fait, les modèles de langage de type ChatGPT sont confrontés à un paradoxe et pour l’instant, personne ne va le résoudre. Explications.

La première grosse tentative de lancement en orbite d’un tel outil avait défrayé la chronique. En 2016, «Tay», précurseur de ChatGPT, avait mis moins de 24 heures pour devenir nazi, complotiste, pro-inceste et misogyne. Tout le monde a beaucoup appris de ce fail. Sauf les nouveaux experts en intelligence artificielle.

Les modèles de langage, sorte de chatbots améliorés, sont conçus pour donner l’impression...

]]>

Restés enfermés et ne pas grandir ou s’ouvrir et mourir

Les experts de la blockchain, avant d’être ceux du Metavers puis des NFT et désormais de l’IA, ont un message pour vous : l’intelligence artificielle va renverser la table. Surtout ChatGPT ou Bard. Rien n’est moins sûr, voici pourquoi.

Midjourney imagine... une conversation entre Midjourney et ChatGPT - Midjourney - CC

Les annonces se multiplient. Open AI a lancé ChatGPT 4, bien plus «puissant» que ChatGPT 3.5, accessible gratuitement pour le grand public. Google a ouvert la porte (pas pour les Européens) de Bard. Microsoft n’est pas en reste et en dépit de ses plantages répétés dans le domaine, a remis en selle Bing Chat. Et puis il y a ceux dont on parle moins mais qui sont peut-être plus inquiétants, les outils de création de visuels. Les Pythies de cyber-Delphes n’ont plus assez de mots. Ces «intelligences artificielles» vont tout chambouler. C’est la mort de centaines de milliers, de millions, de postes de travail. Adieu aux créatifs, au revoir les créateurs de contenus au premier rang desquels, les journalistes. Hasta la vista les photographes, les codeurs informatiques, les créateurs de sites Web! Finito ! Remplacés par l’IA. Super-ChatGPT aura votre peau et si ce n’est lui, ce sera son cousin Bard. Minute papillon. Ce n’est pas aussi simple. De fait, les modèles de langage de type ChatGPT sont confrontés à un paradoxe et pour l’instant, personne ne va le résoudre. Explications.

La première grosse tentative de lancement en orbite d’un tel outil avait défrayé la chronique. En 2016, «Tay», précurseur de ChatGPT, avait mis moins de 24 heures pour devenir nazi, complotiste, pro-inceste et misogyne. Tout le monde a beaucoup appris de ce fail. Sauf les nouveaux experts en intelligence artificielle.

Les modèles de langage, sorte de chatbots améliorés, sont conçus pour donner l’impression...

]]>
Des religieux contre Total147cf7c0-a09d-4f06-b5e3-daca854423bfhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230526_123305_Des_religieux_contre_TotalFri, 26 May 2023 12:33:05 +0200

Ils se sont enchaînés sur la passerelle Léopold-Sédar Senghor pour dénoncer un méga projet d’oléoduc du pétrolier

Le plus grand oléoduc chauffé du monde, long de 1.443 kilomètres et qui traversera la Tanzanie et l’Ouganda, provoquera des ravages humains et environnementaux. A l’initiative de GreenFaith, deux rabbins, deux pasteurs, un maître et une nonne bouddhistes, un jésuite, un évêque émérite et un penseur musulman se sont enchaînés ensemble d’un bord à l’autre de la passerelle parisienne jeudi 25 mai.

Les participants enchaînés sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor - © Reflets

Le rendez-vous a été donné au dernier moment dans un édifice religieux parisien. «Ils nous accueillent en sous-marin, vous n’êtes jamais venus ici», déclare une des organisatrice à la soixantaine de militants réunis pour l’action contre Total Energies. Ce blocage, organisé par GreenFaith qui rassemble des croyants de toutes religions unis pour la défense de la planète. Proche d’Extinction Rébellion, le mouvement n’hésite pas à prôner des actions de désobéissance civile. Cette fois, ils entendent protester à la veille de l’assemblée générale du groupe pétrolier contre les projets AECOP et Tilenga.

L’action qui doit symboliquement durer 1.443 secondes, un peu plus de 24 minutes, pour les 1.443 kilomètres de longueur pipeline de Total est minutée à la seconde près. L’organisatrice se tourne vers un rabbin: «Vous lisez jusqu’à 240 secondes. Puis c’est la team chrétienne jusqu’à 660 seconde. Je n’ai pas découpé entre vous… (rires) puis les bouddhistes et les Juifs. Sinon vous avez bien le numéro à appeler en cas d’arrestation? On n’y croit pas trop mais on ne sait jamais. Maintenant, on va converger par des chemins différents en petits groupes vers la cible.»

La cible, c’est la passerelle Léopold-Sédar-Senghor située en plein cœur de Paris, près du musée d’Orsay.

Six des participants sont impliqués dans le Ceras, le centre d’étude et d’action sociale, animé par les jésuites. «Cette action est importante pour nous car c’est un point de rencontre et de dialogue avec les autres...

]]>

Ils se sont enchaînés sur la passerelle Léopold-Sédar Senghor pour dénoncer un méga projet d’oléoduc du pétrolier

Le plus grand oléoduc chauffé du monde, long de 1.443 kilomètres et qui traversera la Tanzanie et l’Ouganda, provoquera des ravages humains et environnementaux. A l’initiative de GreenFaith, deux rabbins, deux pasteurs, un maître et une nonne bouddhistes, un jésuite, un évêque émérite et un penseur musulman se sont enchaînés ensemble d’un bord à l’autre de la passerelle parisienne jeudi 25 mai.

Les participants enchaînés sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor - © Reflets

Le rendez-vous a été donné au dernier moment dans un édifice religieux parisien. «Ils nous accueillent en sous-marin, vous n’êtes jamais venus ici», déclare une des organisatrice à la soixantaine de militants réunis pour l’action contre Total Energies. Ce blocage, organisé par GreenFaith qui rassemble des croyants de toutes religions unis pour la défense de la planète. Proche d’Extinction Rébellion, le mouvement n’hésite pas à prôner des actions de désobéissance civile. Cette fois, ils entendent protester à la veille de l’assemblée générale du groupe pétrolier contre les projets AECOP et Tilenga.

L’action qui doit symboliquement durer 1.443 secondes, un peu plus de 24 minutes, pour les 1.443 kilomètres de longueur pipeline de Total est minutée à la seconde près. L’organisatrice se tourne vers un rabbin: «Vous lisez jusqu’à 240 secondes. Puis c’est la team chrétienne jusqu’à 660 seconde. Je n’ai pas découpé entre vous… (rires) puis les bouddhistes et les Juifs. Sinon vous avez bien le numéro à appeler en cas d’arrestation? On n’y croit pas trop mais on ne sait jamais. Maintenant, on va converger par des chemins différents en petits groupes vers la cible.»

La cible, c’est la passerelle Léopold-Sédar-Senghor située en plein cœur de Paris, près du musée d’Orsay.

Six des participants sont impliqués dans le Ceras, le centre d’étude et d’action sociale, animé par les jésuites. «Cette action est importante pour nous car c’est un point de rencontre et de dialogue avec les autres...

]]>
Ukraine : le système D au service de l’armée72aaf466-a806-4a6d-951a-25785501f696http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230525_160138_Ukraine___le_systeme_D_au_service_de_l___armeeThu, 25 May 2023 16:01:38 +0200

Dans tout le pays, des citoyens aident l’armée en fournissant de l’équipement, des drones et des véhicules.

Création de véhicules tout-terrain, drones kamikaze, réparation de blindés, les Ukrainiens se sont mis au service de leur armée. Reportage au coeur du système D.

Un buggy fabriqué de toutes pièces pour l'armée - © Reflets

Dans un bâtiment industriel anonyme de la ville de Zaporizhia, dans l’est de l’Ukraine, Volodymyr et trois autres volontaires soudent des tubes métalliques qui esquissent la carcasse d’un véhicule étrange. Bientôt sortira un nouveau buggy, un véhicule tout-terrain léger qui sera offert à un groupe d’assaut ou aux forces spéciales. Ici, le front n’est qu’à une soixantaine de kilomètres. Derrière le bâtiment, un autre doit être livré dans quelques jours. « Il a 3 places, celle à l’arrière est surélevée et il est prévu une accroche pour fixer une mitrailleuse, explique Volodymyr, un mécanicien qui a perdu son emploi à cause de la guerre. C’est vraiment adapté pour les raids éclairs. » Lui et son équipe en ont déjà livré trois et trois autres sont en cours de fabrication. Avec de nouveaux outils plus performants qu’ils veulent acheter, ils espèrent bientôt en sortir un par semaine. Chaque buggy coûte environ 6.500 . « Ce ne sont quasiment que des dons privés collectés en Ukraine, par des amis et sur les réseaux sociaux. Nous n’avons obtenu que 5.000 en Lituanie. Nous sommes tous conscients qu’aider notre armée, c’est vraiment important. »

En pleine création... - © Reflets
En pleine création... - Reflets

Si les annonces et les images de livraisons d’armement occidental se succèdent, les soldats ukrainiens comptent encore sur le soutien des volontaires pour améliorer l’ordinaire ou se procurer ce qui leur manque. Car avec une ligne de front de 1.200 km de long, les besoins en véhicules et en armement sont...

]]>

Dans tout le pays, des citoyens aident l’armée en fournissant de l’équipement, des drones et des véhicules.

Création de véhicules tout-terrain, drones kamikaze, réparation de blindés, les Ukrainiens se sont mis au service de leur armée. Reportage au coeur du système D.

Un buggy fabriqué de toutes pièces pour l'armée - © Reflets

Dans un bâtiment industriel anonyme de la ville de Zaporizhia, dans l’est de l’Ukraine, Volodymyr et trois autres volontaires soudent des tubes métalliques qui esquissent la carcasse d’un véhicule étrange. Bientôt sortira un nouveau buggy, un véhicule tout-terrain léger qui sera offert à un groupe d’assaut ou aux forces spéciales. Ici, le front n’est qu’à une soixantaine de kilomètres. Derrière le bâtiment, un autre doit être livré dans quelques jours. « Il a 3 places, celle à l’arrière est surélevée et il est prévu une accroche pour fixer une mitrailleuse, explique Volodymyr, un mécanicien qui a perdu son emploi à cause de la guerre. C’est vraiment adapté pour les raids éclairs. » Lui et son équipe en ont déjà livré trois et trois autres sont en cours de fabrication. Avec de nouveaux outils plus performants qu’ils veulent acheter, ils espèrent bientôt en sortir un par semaine. Chaque buggy coûte environ 6.500 . « Ce ne sont quasiment que des dons privés collectés en Ukraine, par des amis et sur les réseaux sociaux. Nous n’avons obtenu que 5.000 en Lituanie. Nous sommes tous conscients qu’aider notre armée, c’est vraiment important. »

En pleine création... - © Reflets
En pleine création... - Reflets

Si les annonces et les images de livraisons d’armement occidental se succèdent, les soldats ukrainiens comptent encore sur le soutien des volontaires pour améliorer l’ordinaire ou se procurer ce qui leur manque. Car avec une ligne de front de 1.200 km de long, les besoins en véhicules et en armement sont...

]]>
Contre l'escalade sécuritaire, Saint-Denis s'organise1682e08e-7395-4344-b2e4-c275e00b449fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230523_142253_Contre_l_escalade_securitaire__Saint-Denis_s_organiseTue, 23 May 2023 14:22:53 +0200

Naissance d'un collectif contre les violences policières face au virage sécuritaire du maire, Mathieu Hanotin

La répression violente du mouvement social contre les retraites a refait surgir le spectre des violences policières. Une fois n'est pas coutume, le sujet a été rapidement repris sur les grandes chaines de télévision. Mais il est bon de se rappeler que ces violences existent au quotidien, moins visibles. Troisième volet de cette série sur les politiques publiques, avec les politiques sécuritaires en ligne de mire.

Le 4 février 2023, première action symbolique du collectif "Stop violences policières Saint-Denis" - © Reflets

La réunion a lieu dans la salle du Pont Commun. Devant la porte, un homme garde un œil sur les alentours, on n'est jamais trop prudent. Les journalistes patientent quelques minutes le temps que les débats touchent à leur fin. Puis la réunion bascule sur l'organisation de l'action d'aujourd'hui. Téléphones portables non conseillés, point éventuels de repli en cas de charge, présentation des observateurs et des médias... la tension monte d'un cran. Dernier café et le groupe se dirige vers le commissariat tout proche. Quelques minutes d'attentes sur le trottoir d'en face puis tout le monde traverse la rue pour se positionner devant les portes du bâtiment. Une prise de parole a lieu, puis tout le monde brandit des affichettes distribuées un peu plus tôt. Sur celles-ci, des photos, chacune faisant référence à un cas de violence policière survenu récemment. Puis le groupe décide que cela suffit et quitte les lieux sans avoir vu l'ombre d'un képi. Une action symbolique, la première du nouveau collectif « Stop violences policières Saint-Denis », en cours de création.

Le problème de violences policières en Seine-Saint-Denis n'est pas nouveau. Déjà, en mai 2019, une affaire défraie la chronique. Sur une vidéo qui émerge, la CSI 93 (« Compagnie de Sécurisation et d'Intervention ») est filmée déposant un sac de cannabis près d'un jeune avant de l'interpeller. Devant ses protestations, les coups pleuvent. Un...

]]>

Naissance d'un collectif contre les violences policières face au virage sécuritaire du maire, Mathieu Hanotin

La répression violente du mouvement social contre les retraites a refait surgir le spectre des violences policières. Une fois n'est pas coutume, le sujet a été rapidement repris sur les grandes chaines de télévision. Mais il est bon de se rappeler que ces violences existent au quotidien, moins visibles. Troisième volet de cette série sur les politiques publiques, avec les politiques sécuritaires en ligne de mire.

Le 4 février 2023, première action symbolique du collectif "Stop violences policières Saint-Denis" - © Reflets

La réunion a lieu dans la salle du Pont Commun. Devant la porte, un homme garde un œil sur les alentours, on n'est jamais trop prudent. Les journalistes patientent quelques minutes le temps que les débats touchent à leur fin. Puis la réunion bascule sur l'organisation de l'action d'aujourd'hui. Téléphones portables non conseillés, point éventuels de repli en cas de charge, présentation des observateurs et des médias... la tension monte d'un cran. Dernier café et le groupe se dirige vers le commissariat tout proche. Quelques minutes d'attentes sur le trottoir d'en face puis tout le monde traverse la rue pour se positionner devant les portes du bâtiment. Une prise de parole a lieu, puis tout le monde brandit des affichettes distribuées un peu plus tôt. Sur celles-ci, des photos, chacune faisant référence à un cas de violence policière survenu récemment. Puis le groupe décide que cela suffit et quitte les lieux sans avoir vu l'ombre d'un képi. Une action symbolique, la première du nouveau collectif « Stop violences policières Saint-Denis », en cours de création.

Le problème de violences policières en Seine-Saint-Denis n'est pas nouveau. Déjà, en mai 2019, une affaire défraie la chronique. Sur une vidéo qui émerge, la CSI 93 (« Compagnie de Sécurisation et d'Intervention ») est filmée déposant un sac de cannabis près d'un jeune avant de l'interpeller. Devant ses protestations, les coups pleuvent. Un...

]]>
Mayotte : le gouvernement choisit la méthode forte449e875d-147e-4199-9a49-db71a1841578http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230523_093420_Mayotte___le_gouvernement_choisit_la_methode_forteTue, 23 May 2023 09:34:20 +0200

Pour Dominique Voynet, l'opération n’est pas acceptable sur le plan éthique et ne peut pas fonctionner

Alors que l'opération Wambushu démarre vraiment avec la destruction du bidonville de Talus 2, interview croisée de Fahad Idaroussi Tsimanda, enseignant et docteur en géographie des risques et vulnérabilités et de Dominique Voynet, ancienne ministre, qui a créé et dirigé l’ARS de Mayotte pour décrypter une crise très complexe.

Yanine dans le quartier de Talus II à Mayotte le 29 avril 2023 - © Louis Witter

Comment expliquez-vous la situation très préoccupante à Mayotte?

Fahad Idaroussi Tsimanda : Il faut faire un peu d’histoire pour comprendre comment on en est arrivé à cette cocotte-minute qu’est l’île. Avant la présence française, chaque île de l’archipel des Comores était indépendante. Anjouan a souhaité à plusieurs reprise dominer Mayotte. Le sultan de Mayotte finit par vendre son île à la France pour une bouchée de pain pour garantir sa protection en 1841. Puis la France colonisera les quatre îles des Comores. En 1975, les 3 îles proclament leur indépendance, sauf Mayotte. En 1976, les Mahorais confirment leur souhait de rester Français. Mayotte devient un département d’outre-mer en 2011. Alors que les Comores basculent dans l’instabilité, Mayotte augmente sa qualité de vie. Elle devient donc attractive. Il est urgent de faire quelque chose car la population atteint 600.000 habitants.

Dominique Voynet: Il est démagogique de dire qu’il y a 600.000 personnes sur l’île. Le recensement officiel donne 270.000 habitants, le chiffre réel estimé à partir de la consommation d’eau, de riz, des services de santé est de 350.000 personnes, ce qui est déjà énorme. Le fait est qu’on manque de place à Mayotte, la bande littorale est étroite pour vivre. Les équipements publics ont été conçus pour 150.000 habitants. Cette situation extrêmement difficile a des causes multifactorielles. On constate une société à deux vitesse: d’un côté une population éduquée, avec un niveau de vie élevé,...

]]>

Pour Dominique Voynet, l'opération n’est pas acceptable sur le plan éthique et ne peut pas fonctionner

Alors que l'opération Wambushu démarre vraiment avec la destruction du bidonville de Talus 2, interview croisée de Fahad Idaroussi Tsimanda, enseignant et docteur en géographie des risques et vulnérabilités et de Dominique Voynet, ancienne ministre, qui a créé et dirigé l’ARS de Mayotte pour décrypter une crise très complexe.

Yanine dans le quartier de Talus II à Mayotte le 29 avril 2023 - © Louis Witter

Comment expliquez-vous la situation très préoccupante à Mayotte?

Fahad Idaroussi Tsimanda : Il faut faire un peu d’histoire pour comprendre comment on en est arrivé à cette cocotte-minute qu’est l’île. Avant la présence française, chaque île de l’archipel des Comores était indépendante. Anjouan a souhaité à plusieurs reprise dominer Mayotte. Le sultan de Mayotte finit par vendre son île à la France pour une bouchée de pain pour garantir sa protection en 1841. Puis la France colonisera les quatre îles des Comores. En 1975, les 3 îles proclament leur indépendance, sauf Mayotte. En 1976, les Mahorais confirment leur souhait de rester Français. Mayotte devient un département d’outre-mer en 2011. Alors que les Comores basculent dans l’instabilité, Mayotte augmente sa qualité de vie. Elle devient donc attractive. Il est urgent de faire quelque chose car la population atteint 600.000 habitants.

Dominique Voynet: Il est démagogique de dire qu’il y a 600.000 personnes sur l’île. Le recensement officiel donne 270.000 habitants, le chiffre réel estimé à partir de la consommation d’eau, de riz, des services de santé est de 350.000 personnes, ce qui est déjà énorme. Le fait est qu’on manque de place à Mayotte, la bande littorale est étroite pour vivre. Les équipements publics ont été conçus pour 150.000 habitants. Cette situation extrêmement difficile a des causes multifactorielles. On constate une société à deux vitesse: d’un côté une population éduquée, avec un niveau de vie élevé,...

]]>
La vie privée et le train de 17h49 fdaca4e8-466b-451f-bef2-54a90ee2facbhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230522_093907_La_vie_privee_et_le_train_de_17h49_Mon, 22 May 2023 09:39:07 +0200

Les défenseurs des libertés ont toujours un train de retard

Lorsqu'un projet de loi vous semble être la manifestation d'une dystopie, si vous pensez que des libertés individuelles sont attaquées par ce texte, partez du principe qu'il vient simplement légaliser une situation préexistante. Et inquiétez-vous de ce qui est déjà en cours, forcément pire.

Interceptons, il en restera toujours quelque chose - Midjourney - CC

La thématique de la vie privée revient sur le devant de la scène médiatique épisodiquement. Parfois à l'occasion d'un scandale comme celui de « Pegasus », parfois lorsque le législateur se penche sur un projet de loi. En ce moment, Pegasus revient à la Une avec un documentaire diffusé sur Arte et le barreau de Paris fustige dans un communiqué de presse la loi d’orientation et de programmation du ministère de la justice 2023-2027 qui prévoit, entre autres choses, la possibilité d'activer le micro et la caméra des appareils électroniques sans le consentement de leurs propriétaires. Le combo... Il n'en fallait pas plus pour que tous les défenseurs des libertés individuelles s'offusquent et que les papiers inspirés, écrits par les meilleurs journalistes spécialisés, fusent.

Avec Pegasus, le logiciel de la société NSO, les services de renseignement d'ici ou d'ailleurs pouvaient prendre possession d'un téléphone portable sans que la cible n'en ait conscience. La liste des cibles s'allonge toujours aujourd'hui. Bien malin qui pourrait savoir où elle se terminera. Les armes numériques ont un défaut : elles se retournent toujours contre leur créateur et on ne sait jamais où elles atterrissent. Nous avons longuement disserté chez Reflets au fil des années sur les migrations fantômes de ces armes. Elles sont achetées dans des pays développés, finissent dans les pays les plus fâchés avec les droits de l'homme. Soit parce que...

]]>

Les défenseurs des libertés ont toujours un train de retard

Lorsqu'un projet de loi vous semble être la manifestation d'une dystopie, si vous pensez que des libertés individuelles sont attaquées par ce texte, partez du principe qu'il vient simplement légaliser une situation préexistante. Et inquiétez-vous de ce qui est déjà en cours, forcément pire.

Interceptons, il en restera toujours quelque chose - Midjourney - CC

La thématique de la vie privée revient sur le devant de la scène médiatique épisodiquement. Parfois à l'occasion d'un scandale comme celui de « Pegasus », parfois lorsque le législateur se penche sur un projet de loi. En ce moment, Pegasus revient à la Une avec un documentaire diffusé sur Arte et le barreau de Paris fustige dans un communiqué de presse la loi d’orientation et de programmation du ministère de la justice 2023-2027 qui prévoit, entre autres choses, la possibilité d'activer le micro et la caméra des appareils électroniques sans le consentement de leurs propriétaires. Le combo... Il n'en fallait pas plus pour que tous les défenseurs des libertés individuelles s'offusquent et que les papiers inspirés, écrits par les meilleurs journalistes spécialisés, fusent.

Avec Pegasus, le logiciel de la société NSO, les services de renseignement d'ici ou d'ailleurs pouvaient prendre possession d'un téléphone portable sans que la cible n'en ait conscience. La liste des cibles s'allonge toujours aujourd'hui. Bien malin qui pourrait savoir où elle se terminera. Les armes numériques ont un défaut : elles se retournent toujours contre leur créateur et on ne sait jamais où elles atterrissent. Nous avons longuement disserté chez Reflets au fil des années sur les migrations fantômes de ces armes. Elles sont achetées dans des pays développés, finissent dans les pays les plus fâchés avec les droits de l'homme. Soit parce que...

]]>
Ukraine : le soin des blessés de guerre est aussi un combat 5867ba6f-060d-4876-8688-85e244beef36http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230519_135337_Ukraine___le_soin_des_blesses_de_guerre_est_aussi_un_combat_Fri, 19 May 2023 13:53:37 +0200

Reportage dans la région de Dnipropetrovsk

Combien de soldats ont-ils été gravement blessés au front ? Le secret est bien gardé. Sans doute bien plus que ce qui est annoncé par le commandement ukrainien. Nous avons visité un hôpital à Novomoskovsk qui accueille des centaines de militaires blessés.

Bloc opératoire de l'hôpital de Novomoskovsk dans la région de Dnipro, qui accueille des blessés arrivant directement du front - © Reflets

A l’hôpital de Novomoskovsk, une ville industrielle d’environ 70.000 habitants située à 25 km de la capitale régionale Dnipro, Youri, un des deux chirurgiens, nous reçoit entre deux opérations. Son visage traduit un grand épuisement. « Cela fait un an que j’opère chaque jour, sans congé. Et nous ne savons pas combien de temps cela va durer. Nous faisons ici de la chirurgie générale : osseuse, abdominale, thoracique… Bref, tout ce qui se présente. En un an, nous avons beaucoup appris... » Son service comporte au minimum 80 lits, mais il peut monter jusqu’à 100 si besoin.

Cette région d’Ukraine est en première ligne pour recevoir les blessés civils et militaires des zones proches du front. Et il y en a beaucoup. « C’est un flux quasi continu, raconte un personnel soignant. Les mauvais jours, nous avons une queue de 200 mètres d’ambulances... » Mais le chiffre exact est un secret bien gardé.

Les malades s’entassent jusqu’à six par chambre. « Nous ne pouvons pas mettre partout des lits médicalisés car ils prennent trop de place dans la pièce, soupire une infirmière. Alors nous utilisons des petits lits moins confortables et moins pratiques pour les soins. »

Ici les blessés sont stabilisés, opérés si besoin, puis transférés vers d’autres structures plus à l’ouest du pays pour leur convalescence et la rééducation. « En moyenne, nos patients restent trois à sept jour avant de partir ailleurs. Nous ne gardons que ceux qui doivent être réopéré ou ceux qui sont originaire de la...

]]>

Reportage dans la région de Dnipropetrovsk

Combien de soldats ont-ils été gravement blessés au front ? Le secret est bien gardé. Sans doute bien plus que ce qui est annoncé par le commandement ukrainien. Nous avons visité un hôpital à Novomoskovsk qui accueille des centaines de militaires blessés.

Bloc opératoire de l'hôpital de Novomoskovsk dans la région de Dnipro, qui accueille des blessés arrivant directement du front - © Reflets

A l’hôpital de Novomoskovsk, une ville industrielle d’environ 70.000 habitants située à 25 km de la capitale régionale Dnipro, Youri, un des deux chirurgiens, nous reçoit entre deux opérations. Son visage traduit un grand épuisement. « Cela fait un an que j’opère chaque jour, sans congé. Et nous ne savons pas combien de temps cela va durer. Nous faisons ici de la chirurgie générale : osseuse, abdominale, thoracique… Bref, tout ce qui se présente. En un an, nous avons beaucoup appris... » Son service comporte au minimum 80 lits, mais il peut monter jusqu’à 100 si besoin.

Cette région d’Ukraine est en première ligne pour recevoir les blessés civils et militaires des zones proches du front. Et il y en a beaucoup. « C’est un flux quasi continu, raconte un personnel soignant. Les mauvais jours, nous avons une queue de 200 mètres d’ambulances... » Mais le chiffre exact est un secret bien gardé.

Les malades s’entassent jusqu’à six par chambre. « Nous ne pouvons pas mettre partout des lits médicalisés car ils prennent trop de place dans la pièce, soupire une infirmière. Alors nous utilisons des petits lits moins confortables et moins pratiques pour les soins. »

Ici les blessés sont stabilisés, opérés si besoin, puis transférés vers d’autres structures plus à l’ouest du pays pour leur convalescence et la rééducation. « En moyenne, nos patients restent trois à sept jour avant de partir ailleurs. Nous ne gardons que ceux qui doivent être réopéré ou ceux qui sont originaire de la...

]]>
Quatorze personnes renvoyées devant le tribunal pour l'assassinat de Samuel Paty5379ec49-27e4-4f30-81ad-06af0a65dbc3http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230517_134846_Quatorze_personnes_renvoyees_devant_le_tribunal_pour_l_assassinat_de_Samuel_PatyWed, 17 May 2023 13:48:46 +0200

Dont six adolescents mineurs à l'époque

Huit adultes seront renvoyés devant une cour d'assise spéciale pour complicité d'assassinat terroriste ou association de malfaiteurs terroristes. Six mineurs pour des délits devant un tribunal pour enfants.

Abdoullakh Anzorov devant la porte du collège le jour de l'assassinat

Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie avait été poignardé et décapité le 16 octobre 2020 aux abords de son collège à Conflans-Sainte-Honorine. Le meurtrier, Abdoullakh Anzorov, réfugié russe d'origine tchétchène, voulait « venger le prophète » et reprochait au professeur d'avoir montré des caricatures de Mahomet durant un cours sur la liberté d'expression. Une cascade de responsabilités entremêlées les unes aux autres avait été mise à jour au cours de l'instruction. Sont alors mis en cause les amis de Abdoullakh Anzorov qui l'aident en le véhiculant, les adolescents, élèves au lycée qui désignent le professeur contre 300 euros. Mais surtout, une élève qui a menti sur les caricatures (elle n'était pas présente durant le cours), son père qui fait monter la haine avec des vidéos sur les réseaux sociaux, un prédicateur salafiste qui saute sur l'occasion et finalement, un tueur qui trouve sa cible.

Car cette hystérisation d'un événement banal (un cours sur la liberté d’expression), sur la base de mensonges d’une adolescente, attire l’attention d'un tueur qui cherche une cible depuis plusieurs mois.

Les cinq adolescents, âgés de 14 et 15 ans au moment des faits, devront comparaître pour le délit « d'association de malfaiteurs en vue de préparer des violences aggravées ». Ils étaient auparavant visés par l’infraction de « complicité d’assassinat terroriste ». Les magistrats ordonnent également que la fille de Brahim...

]]>

Dont six adolescents mineurs à l'époque

Huit adultes seront renvoyés devant une cour d'assise spéciale pour complicité d'assassinat terroriste ou association de malfaiteurs terroristes. Six mineurs pour des délits devant un tribunal pour enfants.

Abdoullakh Anzorov devant la porte du collège le jour de l'assassinat

Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie avait été poignardé et décapité le 16 octobre 2020 aux abords de son collège à Conflans-Sainte-Honorine. Le meurtrier, Abdoullakh Anzorov, réfugié russe d'origine tchétchène, voulait « venger le prophète » et reprochait au professeur d'avoir montré des caricatures de Mahomet durant un cours sur la liberté d'expression. Une cascade de responsabilités entremêlées les unes aux autres avait été mise à jour au cours de l'instruction. Sont alors mis en cause les amis de Abdoullakh Anzorov qui l'aident en le véhiculant, les adolescents, élèves au lycée qui désignent le professeur contre 300 euros. Mais surtout, une élève qui a menti sur les caricatures (elle n'était pas présente durant le cours), son père qui fait monter la haine avec des vidéos sur les réseaux sociaux, un prédicateur salafiste qui saute sur l'occasion et finalement, un tueur qui trouve sa cible.

Car cette hystérisation d'un événement banal (un cours sur la liberté d’expression), sur la base de mensonges d’une adolescente, attire l’attention d'un tueur qui cherche une cible depuis plusieurs mois.

Les cinq adolescents, âgés de 14 et 15 ans au moment des faits, devront comparaître pour le délit « d'association de malfaiteurs en vue de préparer des violences aggravées ». Ils étaient auparavant visés par l’infraction de « complicité d’assassinat terroriste ». Les magistrats ordonnent également que la fille de Brahim...

]]>
L’Ukraine prête à passer à l’offensivee81bcda6-85dc-4559-b2d7-1fc0903dbc15http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230516_181702_L___Ukraine_prete_a_passer_a_l___offensiveTue, 16 May 2023 18:17:02 +0200

Les frappes et les attaques locales se multiplie pour déstabiliser l’armée russe.

La contre-attaque est imminente. L'armée ukrainienne prépare le terrain par des bombardement ciblées et des coups de sonde pour évaluer le dispositif adverse. Où l'attaque principale aura-t-elle lieu ? Quelles sont les forces et faiblesses des forces en présences ? On fait le point.

L'armée ukrainienne à l'offensive - D.R.

Annoncée depuis plusieurs mois, la contre-offensive de Kyiv pour continuer la libération des territoires occupés ne devrait plus tarder. Pour certains analystes, elle a même déjà commencé, si on inclut toute ces actions préparatoires. Depuis plusieurs jours, on assiste a une multiplication des frappes en profondeur (attaques de dépôts de carburants, de raffineries, de postes de commandement, de dépôts de munitions) mais aussi à des sabotages de voies de chemin de fer. L’objectif est de désorganiser l’armée russe et de perturber son ravitaillement.

Dans le même temps, l’armée ukrainienne multiplie les attaques locales et les coups de sonde pour évaluer le dispositif russe et repérer les points faibles. Il s’agit là de conquérir des petites positions permettant de faciliter l’offensive. Et en multipliant ces attaques le long de la ligne de front, le but est aussi d’entretenir le brouillard de la guerre pour que l’armée russe découvre la zone de l’offensive le plus tard possible. L’armée ukrainienne a lancé une série d’attaques sur les flancs de la ville de Bakhmut (qui n’est toujours pas contrôlée entièrement par les Russes) et a conquis environ 20 km² en quelques jours. Difficile de savoir si une offensive plus large sera lancée depuis cette région ou s’il s’agit de fixer des troupes russes pour faciliter une offensive d’envergure ailleurs. Mais ces petites victoires ukrainiennes affolent les réseaux sociaux prorusses. Ce qui est aussi intéressant pour casser le moral de l’...

]]>

Les frappes et les attaques locales se multiplie pour déstabiliser l’armée russe.

La contre-attaque est imminente. L'armée ukrainienne prépare le terrain par des bombardement ciblées et des coups de sonde pour évaluer le dispositif adverse. Où l'attaque principale aura-t-elle lieu ? Quelles sont les forces et faiblesses des forces en présences ? On fait le point.

L'armée ukrainienne à l'offensive - D.R.

Annoncée depuis plusieurs mois, la contre-offensive de Kyiv pour continuer la libération des territoires occupés ne devrait plus tarder. Pour certains analystes, elle a même déjà commencé, si on inclut toute ces actions préparatoires. Depuis plusieurs jours, on assiste a une multiplication des frappes en profondeur (attaques de dépôts de carburants, de raffineries, de postes de commandement, de dépôts de munitions) mais aussi à des sabotages de voies de chemin de fer. L’objectif est de désorganiser l’armée russe et de perturber son ravitaillement.

Dans le même temps, l’armée ukrainienne multiplie les attaques locales et les coups de sonde pour évaluer le dispositif russe et repérer les points faibles. Il s’agit là de conquérir des petites positions permettant de faciliter l’offensive. Et en multipliant ces attaques le long de la ligne de front, le but est aussi d’entretenir le brouillard de la guerre pour que l’armée russe découvre la zone de l’offensive le plus tard possible. L’armée ukrainienne a lancé une série d’attaques sur les flancs de la ville de Bakhmut (qui n’est toujours pas contrôlée entièrement par les Russes) et a conquis environ 20 km² en quelques jours. Difficile de savoir si une offensive plus large sera lancée depuis cette région ou s’il s’agit de fixer des troupes russes pour faciliter une offensive d’envergure ailleurs. Mais ces petites victoires ukrainiennes affolent les réseaux sociaux prorusses. Ce qui est aussi intéressant pour casser le moral de l’...

]]>
Emmanuel Macron à Versailles : les syndicats font beaucoup de bruitd1c88e31-78b3-4375-ae4a-d1114f82967ahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230515_181738_Emmanuel_Macron_a_Versailles___les_syndicats_font_beaucoup_de_bruitMon, 15 May 2023 18:17:38 +0200

Le président et ses invités ont dû entendre les explosions

Les syndicats avaient organisé ce lundi une petite casserolade impromptue à Versailles où Emmanuel Macron recevait quelques centaines de patrons de grandes entreprises pour leur demander d'investir dans le pays. Les manifestants ont fait exploser des dizaines de pétards particulièrement bruyants qui ont très certainement été entendus au chateau...

Sire, on en a gros ! - © Reflets

Il faut l'avouer, même si la manifestation n'a pas réuni plus de 2 ou 300 personnes, les syndicats qui l'organisaient avaient le sens de la mise en scène ! Outre les classiques torches rouges, ils avaient apporté des systèmes permettant de faire exploser des pétards particulièrement bruyants. Les explosions, qui valaient largement celles des grenades assourdissantes habituelles des forces de l'ordre, ont probablement été entendues au Château de Versailles où le président recevait quelques centaines de grands patrons d'entreprises pour leur vendre son « choose France ».

Une pure opération de communication puisque les investisseurs étrangers choisissent la France depuis des dizaines d'années. Les régulières pleurnicheries des politiques de tous bords sur le mode « il faut réformer sinon les investisseurs ne viendront pas en France » (comprenez « il faut renoncer à des acquis sociaux ») sont des mensonges. La France est championne année après années des investissements étrangers en Europe.

Mais qui se soucie de la réalité en ces temps de « post-vérité » érigée en mode de communication ? Ni Emmanuel Macron, ni Bruno Le Maire. Les deux hommes ont d'ailleurs avancé que si la réforme des retraites n'était pas votée, les agences de notation abaisseraient la note de la dette française, rendant de ce fait le coût de cette dette plus important. Résultat ? Deux agences sur trois ont abaissé la note du pays en...

]]>

Le président et ses invités ont dû entendre les explosions

Les syndicats avaient organisé ce lundi une petite casserolade impromptue à Versailles où Emmanuel Macron recevait quelques centaines de patrons de grandes entreprises pour leur demander d'investir dans le pays. Les manifestants ont fait exploser des dizaines de pétards particulièrement bruyants qui ont très certainement été entendus au chateau...

Sire, on en a gros ! - © Reflets

Il faut l'avouer, même si la manifestation n'a pas réuni plus de 2 ou 300 personnes, les syndicats qui l'organisaient avaient le sens de la mise en scène ! Outre les classiques torches rouges, ils avaient apporté des systèmes permettant de faire exploser des pétards particulièrement bruyants. Les explosions, qui valaient largement celles des grenades assourdissantes habituelles des forces de l'ordre, ont probablement été entendues au Château de Versailles où le président recevait quelques centaines de grands patrons d'entreprises pour leur vendre son « choose France ».

Une pure opération de communication puisque les investisseurs étrangers choisissent la France depuis des dizaines d'années. Les régulières pleurnicheries des politiques de tous bords sur le mode « il faut réformer sinon les investisseurs ne viendront pas en France » (comprenez « il faut renoncer à des acquis sociaux ») sont des mensonges. La France est championne année après années des investissements étrangers en Europe.

Mais qui se soucie de la réalité en ces temps de « post-vérité » érigée en mode de communication ? Ni Emmanuel Macron, ni Bruno Le Maire. Les deux hommes ont d'ailleurs avancé que si la réforme des retraites n'était pas votée, les agences de notation abaisseraient la note de la dette française, rendant de ce fait le coût de cette dette plus important. Résultat ? Deux agences sur trois ont abaissé la note du pays en...

]]>
Néofascisme : la banalisation du malb7250cef-1d22-47e1-aa88-d45cc5d6746bhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230513_141704_Neofascisme____la_banalisation_du_malSat, 13 May 2023 14:17:04 +0200

De l’importance de nommer les choses

En restant coi face à la haine des néofascistes, l’exécutif participe à la banalisation du mal. Ce n’est que lorsque les télés d’info en continu abordent le sujet qu’il prend la parole. Pour tenter de noyer le poisson, en évitant de nommer le poison...

Manifestation du 6 mai à Paris - © Reflets

Les observateurs des courants néofascistes le savent. Depuis quelques mois, les groupes les plus actifs et les plus réactionnaires, adeptes de la violence, défilent dans les rues du pays, revendiquent des ratonnades sur les réseaux sociaux et lèvent allègrement le bras. Samedi 6 mai, ils défilaient à Paris, cagoulés, avec des gants renforcés, arborant des drapeaux à croix celtiques, emblème du néofascisme. Plusieurs «actions» ont frappé les esprits et ont été cataloguées comme des victoires par ces groupes, mais aussi par leurs vitrines politiques «légales», le RN et le parti d’Éric Zemmour. Ainsi Callac où les manifs et les menaces de mort se sont succédé jusqu’à l’abandon d’un projet d’accueil de réfugiés dans un silence glaçant de l’exécutif. Et à Saint-Brevin, où le maire Yannick Morez a fini par démissionner après des mois de harcèlement, culminant avec l’incendie de sa voiture qui a gagné ensuite son domicile.

Texte du communiqué du maire de St Brevin - Copie d'écran
Texte du communiqué du maire de St Brevin - Copie d'écran

Que fait l’exécutif face à cette expression de haine, de violence et d’une idéologie raciste à la fois mortifère et illégale? Pas grand-chose.

Seule la démission du maire de Saint-Brevin, en boucle sur les télés d’info continue, a forcé Emmanuel Macron à sortir de son silence. L’incendie qui a ravagé la maison où il dormait avec sa famille date du 22 mars. Nous sommes le 11 mai. Soit quasiment deux mois plus tard. Il n’avait fallu que quelques heures à Emmanuel Macron pour appeler Éric Zemmour sur...

]]>

De l’importance de nommer les choses

En restant coi face à la haine des néofascistes, l’exécutif participe à la banalisation du mal. Ce n’est que lorsque les télés d’info en continu abordent le sujet qu’il prend la parole. Pour tenter de noyer le poisson, en évitant de nommer le poison...

Manifestation du 6 mai à Paris - © Reflets

Les observateurs des courants néofascistes le savent. Depuis quelques mois, les groupes les plus actifs et les plus réactionnaires, adeptes de la violence, défilent dans les rues du pays, revendiquent des ratonnades sur les réseaux sociaux et lèvent allègrement le bras. Samedi 6 mai, ils défilaient à Paris, cagoulés, avec des gants renforcés, arborant des drapeaux à croix celtiques, emblème du néofascisme. Plusieurs «actions» ont frappé les esprits et ont été cataloguées comme des victoires par ces groupes, mais aussi par leurs vitrines politiques «légales», le RN et le parti d’Éric Zemmour. Ainsi Callac où les manifs et les menaces de mort se sont succédé jusqu’à l’abandon d’un projet d’accueil de réfugiés dans un silence glaçant de l’exécutif. Et à Saint-Brevin, où le maire Yannick Morez a fini par démissionner après des mois de harcèlement, culminant avec l’incendie de sa voiture qui a gagné ensuite son domicile.

Texte du communiqué du maire de St Brevin - Copie d'écran
Texte du communiqué du maire de St Brevin - Copie d'écran

Que fait l’exécutif face à cette expression de haine, de violence et d’une idéologie raciste à la fois mortifère et illégale? Pas grand-chose.

Seule la démission du maire de Saint-Brevin, en boucle sur les télés d’info continue, a forcé Emmanuel Macron à sortir de son silence. L’incendie qui a ravagé la maison où il dormait avec sa famille date du 22 mars. Nous sommes le 11 mai. Soit quasiment deux mois plus tard. Il n’avait fallu que quelques heures à Emmanuel Macron pour appeler Éric Zemmour sur...

]]>
Quelques films et séries à voir ou à ne pas voirf71cc57b-3bcb-4364-b3cd-ee04b311aa2fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230511_162905_Quelques_films_et_series_a_voir_ou_a_ne_pas_voirThu, 11 May 2023 16:29:05 +0200

Parfois les attachés de presse racontent des salades...

La beauté et la finesse d'un oeuvre ne dépendent pas du budget qui lui est alloué. C'est ce que l'on peut retirer comme enseignement de cette liste de films et de séries que nous avons visionnés pour vous.

Harry & Max - Copie d'écran

The Diplomat

Elle est nommée ambassadeur des USA à Londres alors qu'un porte-avions de la marine britannique est attaqué (des dizaines de morts) en mer par des terroristes. Elle ne voulait pas être là. Qui sont ces terroristes ? Les apparences sont trompeuses. Arrières-cuisines des négociations entre les tout-puissants États-Unis, leurs alliés et leurs ennemis. C'est parfois drôle, parfois long. Mais ça se laisse regarder avec plaisir.

Rabbit Hole

Ce John Weir est un véritable mozart de la mystification et il évolue dans un monde trouble de l'espionnage entre entreprises et gros poissons. Certains parlent d'intelligence économique. Mais voilà, il va être plongé dans une histoire folle, pleine de rebondissements et de faux-semblants. Kiefer Sutherland semble parfois dépassé ou fragile. Méfions-nous de l'eau qui dort car il est plein de ressources.Une série totalement irréaliste mais ancrée dans ce qui fait les Unes de la presse (on n'est pas dépaysés) c'est détendant pour un week-end pluvieux.

Mary & Max...imum poésie

La poésie en pâte à modeler? C’est possible. Mary est une petite fille australienne enfermée dans une vie pas facile. Max est un homme new-yorkais ayant quelques difficultés relationnelles. Elle décide de lui écrire. Une longue relation démarre. C’est parfois rude, parfois triste, parfois gai, parfois dingo. A voir d’urgence parce qu’une relation apparemment dingue entre deux «inadaptés» à la société de dingues qui nous entoure...

]]>

Parfois les attachés de presse racontent des salades...

La beauté et la finesse d'un oeuvre ne dépendent pas du budget qui lui est alloué. C'est ce que l'on peut retirer comme enseignement de cette liste de films et de séries que nous avons visionnés pour vous.

Harry & Max - Copie d'écran

The Diplomat

Elle est nommée ambassadeur des USA à Londres alors qu'un porte-avions de la marine britannique est attaqué (des dizaines de morts) en mer par des terroristes. Elle ne voulait pas être là. Qui sont ces terroristes ? Les apparences sont trompeuses. Arrières-cuisines des négociations entre les tout-puissants États-Unis, leurs alliés et leurs ennemis. C'est parfois drôle, parfois long. Mais ça se laisse regarder avec plaisir.

Rabbit Hole

Ce John Weir est un véritable mozart de la mystification et il évolue dans un monde trouble de l'espionnage entre entreprises et gros poissons. Certains parlent d'intelligence économique. Mais voilà, il va être plongé dans une histoire folle, pleine de rebondissements et de faux-semblants. Kiefer Sutherland semble parfois dépassé ou fragile. Méfions-nous de l'eau qui dort car il est plein de ressources.Une série totalement irréaliste mais ancrée dans ce qui fait les Unes de la presse (on n'est pas dépaysés) c'est détendant pour un week-end pluvieux.

Mary & Max...imum poésie

La poésie en pâte à modeler? C’est possible. Mary est une petite fille australienne enfermée dans une vie pas facile. Max est un homme new-yorkais ayant quelques difficultés relationnelles. Elle décide de lui écrire. Une longue relation démarre. C’est parfois rude, parfois triste, parfois gai, parfois dingo. A voir d’urgence parce qu’une relation apparemment dingue entre deux «inadaptés» à la société de dingues qui nous entoure...

]]>
Le patron d’Avisa Partners modifiait-il lui-même des fiches Wikipedia ?d70e78bf-526c-41d7-bbf3-e2f58df177d1http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230510_171624_Le_patron_d___Avisa_Partners_modifiait-il_lui-meme_des_fiches_Wikipedia___Wed, 10 May 2023 17:16:24 +0200

Reflets a découvert un compte créé par Matthieu Creux lui-même

Le créateur d’Avisa Partners, société d’intelligence économique dont l’image est malmenée depuis des mois par la publication d’enquêtes, a mis en place un compte qui modifiait des pages Wikipedia de manière favorable à l’entreprise et à ses clients

Matthieu Creux sur Liknedin - Copie d'écran

«Wikipedia, ce n’est pas nous, à 100% et je peux le prouver», expliquait Matthieu Creux à Reflets lors d’une conversation de près de deux heures sur le salon du FIC. En dépit de plusieurs demandes, les documents nous permettant de vérifier cette affirmation ne nous sont jamais parvenus. En revanche, le compte d’un utilisateur de Wikipedia a retenu notre attention. Repéré par Mediapart au cours de son enquête sur la société d’intelligence économique Avisa Partners, il serait, selon nos informations, géré par Matthieu Creux lui-même. Un comble. Le président d’Avisa Partners, le même qui répète à loisir que jamais sa société n’a géré en direct des modifications de l’encyclopédie en ligne, aurait lui-même procédé à des changements mettant en valeur sa société, minimisé ses liens avec Arnaud Dassier ou les liens de ce dernier avec Eric Zemmour… C’est en effet avec le numéro de portable personnel de Matthieu Creux qu’est ouvert le mail chez Google au nom de l’utilisateur «TocrahcWiki », comme a pu le vérifier Reflets après enquête.

En juillet 2022, Mediapart publie un volet de son enquête sur Avisa Partners. Le journal évoque une plainte déposée par l’ADIT, concurrent d’Avisa Partners:

«Le principal concurrent d’Avisa sur le marché de l’intelligence économique français, l’ADIT, une société codétenue par des investisseurs privés mais aussi par l’Agence des participations de l’État (APE) et la Banque publique d’investissement (BPI), a connu d’étranges mésaventures sur sa page...

]]>

Reflets a découvert un compte créé par Matthieu Creux lui-même

Le créateur d’Avisa Partners, société d’intelligence économique dont l’image est malmenée depuis des mois par la publication d’enquêtes, a mis en place un compte qui modifiait des pages Wikipedia de manière favorable à l’entreprise et à ses clients

Matthieu Creux sur Liknedin - Copie d'écran

«Wikipedia, ce n’est pas nous, à 100% et je peux le prouver», expliquait Matthieu Creux à Reflets lors d’une conversation de près de deux heures sur le salon du FIC. En dépit de plusieurs demandes, les documents nous permettant de vérifier cette affirmation ne nous sont jamais parvenus. En revanche, le compte d’un utilisateur de Wikipedia a retenu notre attention. Repéré par Mediapart au cours de son enquête sur la société d’intelligence économique Avisa Partners, il serait, selon nos informations, géré par Matthieu Creux lui-même. Un comble. Le président d’Avisa Partners, le même qui répète à loisir que jamais sa société n’a géré en direct des modifications de l’encyclopédie en ligne, aurait lui-même procédé à des changements mettant en valeur sa société, minimisé ses liens avec Arnaud Dassier ou les liens de ce dernier avec Eric Zemmour… C’est en effet avec le numéro de portable personnel de Matthieu Creux qu’est ouvert le mail chez Google au nom de l’utilisateur «TocrahcWiki », comme a pu le vérifier Reflets après enquête.

En juillet 2022, Mediapart publie un volet de son enquête sur Avisa Partners. Le journal évoque une plainte déposée par l’ADIT, concurrent d’Avisa Partners:

«Le principal concurrent d’Avisa sur le marché de l’intelligence économique français, l’ADIT, une société codétenue par des investisseurs privés mais aussi par l’Agence des participations de l’État (APE) et la Banque publique d’investissement (BPI), a connu d’étranges mésaventures sur sa page...

]]>
Hopium au bord du gouffre0be6ca13-06fd-46a8-b986-43699bc0cbffhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230510_110123_Hopium_au_bord_du_gouffreWed, 10 May 2023 11:01:23 +0200

Berline haut de gamme à hydrogène : pile à combustible ou pompe à fric ?

Un chiffre d’affaires égal à zéro, un résultat net qui accuse un déficit de 23,8 millions d’euros, et des charges d’exploitation avoisinant les 25 millions : à l’heure du bilan, la magie n’opère plus du tout autour de la belle Māchina d’Hopium.

Le magicien d'Oz, un bien joli conte - Capture d'écran

Hopium plonge inexorablement dans le rouge depuis plusieurs mois. En dépit d’un risque majeur de dépôt du bilan, le conseil régional de la Région Normandie vient pourtant de lui porter secours via une bouffée d’argent frais de 2 millions . Ce prêt providentiel, consenti à taux zéro, remboursable sous les 18 prochains mois, est intervenu après l’annonce faite par la société d’implanter une usine d’assemblage à Douains, près de Vernon (27). Hervé Morin, président de la Région Normandie, assure de son côté qu’à travers « de cette aide exceptionnelle qui doit permettre à l’entreprise de poursuivre sa croissance dans un marché mondial très concurrentiel, la Région réaffirme sa volonté de soutenir le développement industriel de son territoire et de porter une véritable ambition pour le rayonnement de la filière hydrogène normande  ».

Une aide exceptionnelle, vraiment, de 2 millions €. - @ Reflets
Une aide exceptionnelle, vraiment, de 2 millions . - @ Reflets

Des observateurs locaux s’inquiètent toutefois de cette échéance, voire s’étonnent de la générosité Normande. Certes, cette décision resterait parfaitement louable vis-à-vis d’une entreprise locale en difficulté, mais ne s’agirait-il pas ici d'un étrange jeu de dupe… Qui aurait intérêt à quoi dans cette affaire? La question peut se poser au regard de certaines réserves émises par le commissaire aux comptes, chargé de superviser le dernier bilan d’activité d’Hopium : « Compte tenu de l’incertitude significative relative à la continuité d’exploitation, nous ne sommes...

]]>

Berline haut de gamme à hydrogène : pile à combustible ou pompe à fric ?

Un chiffre d’affaires égal à zéro, un résultat net qui accuse un déficit de 23,8 millions d’euros, et des charges d’exploitation avoisinant les 25 millions : à l’heure du bilan, la magie n’opère plus du tout autour de la belle Māchina d’Hopium.

Le magicien d'Oz, un bien joli conte - Capture d'écran

Hopium plonge inexorablement dans le rouge depuis plusieurs mois. En dépit d’un risque majeur de dépôt du bilan, le conseil régional de la Région Normandie vient pourtant de lui porter secours via une bouffée d’argent frais de 2 millions . Ce prêt providentiel, consenti à taux zéro, remboursable sous les 18 prochains mois, est intervenu après l’annonce faite par la société d’implanter une usine d’assemblage à Douains, près de Vernon (27). Hervé Morin, président de la Région Normandie, assure de son côté qu’à travers « de cette aide exceptionnelle qui doit permettre à l’entreprise de poursuivre sa croissance dans un marché mondial très concurrentiel, la Région réaffirme sa volonté de soutenir le développement industriel de son territoire et de porter une véritable ambition pour le rayonnement de la filière hydrogène normande  ».

Une aide exceptionnelle, vraiment, de 2 millions €. - @ Reflets
Une aide exceptionnelle, vraiment, de 2 millions . - @ Reflets

Des observateurs locaux s’inquiètent toutefois de cette échéance, voire s’étonnent de la générosité Normande. Certes, cette décision resterait parfaitement louable vis-à-vis d’une entreprise locale en difficulté, mais ne s’agirait-il pas ici d'un étrange jeu de dupe… Qui aurait intérêt à quoi dans cette affaire? La question peut se poser au regard de certaines réserves émises par le commissaire aux comptes, chargé de superviser le dernier bilan d’activité d’Hopium : « Compte tenu de l’incertitude significative relative à la continuité d’exploitation, nous ne sommes...

]]>
Extrême-droite et manifestants contre Emmanuel Macron : deux poids-deux mesures34a904b7-8232-4d6b-be8d-dbaf379dfe65http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230506_224524_Extreme-droite_et_manifestants_contre_Emmanuel_Macron___deux_poids-deux_mesuresSat, 06 May 2023 22:45:24 +0200

Plusieurs centaines de néofascistes défilaient à Paris ce samedi avec une présence policière minimaliste

Cinq ou six policiers à vélo pour « faire la circulation » ont encadré une marche du Comité du 9-Mai (C9M) qui regroupe les plus radicaux des membres de groupuscules d'extrême-droite. Un dispositif qui contraste terriblement avec ceux mis en place lors des manifestations de gilets jaunes ou de personnes opposées à la réforme du régime des retraites.

Depuis des semaines, les affiches appelant au rassemblement sont collées à Paris et dans plusieurs villes de province.

C'est aux cris de « Europe jeunesse Révolution » et en brandissant des croix celtiques qu'ont défilé dans les rues de Paris environ 300 néofascistes samedi 6 mai 2023, à l'appel du Comité du 9-Mai (C9M). Ils entendaient commémorer la mort en 1994 de Sebastien Deyzieu, un militant pétainiste de l’Oeuvre française, tombé d'un toit en fuyant la police. Libération avait publié samedi matin un « avant-papier » qui décrit ce qu'est ce groupuscule rassemblant des militants d'extrême-droite radicale. Initialement, le Comité du 9-Mai a été fondé par le Front National de la Jeunesse (Rassemblement national période Jean-Marie Le Pen).

La préfecture de police de Paris avait précisé à Libération qu’un « dispositif de sécurité adapté sera mis en place. ».

Elle avait également publié un communiqué de presse annonçant l'utilisation de drones pour surveiller les manifestants.

En fait de dispositif adapté, la préfecture avait délégué cinq ou six policiers à vélo. « Nous sommes là pour faire la circulation, pas le maintient de l'ordre », indiquait l'un d'entre eux. Mais il y a des policiers quelque part pour faire du maintien de l'ordre, demande-t-on ? « Oui, plus loin sur le boulevard ». C'est un peu différent des manifestations contre la réforme des retraites comme démarche de maintien de l'ordre fait remarquer l'un des rares journalistes présents. « C'est comme ça, ce sont...

]]>

Plusieurs centaines de néofascistes défilaient à Paris ce samedi avec une présence policière minimaliste

Cinq ou six policiers à vélo pour « faire la circulation » ont encadré une marche du Comité du 9-Mai (C9M) qui regroupe les plus radicaux des membres de groupuscules d'extrême-droite. Un dispositif qui contraste terriblement avec ceux mis en place lors des manifestations de gilets jaunes ou de personnes opposées à la réforme du régime des retraites.

Depuis des semaines, les affiches appelant au rassemblement sont collées à Paris et dans plusieurs villes de province.

C'est aux cris de « Europe jeunesse Révolution » et en brandissant des croix celtiques qu'ont défilé dans les rues de Paris environ 300 néofascistes samedi 6 mai 2023, à l'appel du Comité du 9-Mai (C9M). Ils entendaient commémorer la mort en 1994 de Sebastien Deyzieu, un militant pétainiste de l’Oeuvre française, tombé d'un toit en fuyant la police. Libération avait publié samedi matin un « avant-papier » qui décrit ce qu'est ce groupuscule rassemblant des militants d'extrême-droite radicale. Initialement, le Comité du 9-Mai a été fondé par le Front National de la Jeunesse (Rassemblement national période Jean-Marie Le Pen).

La préfecture de police de Paris avait précisé à Libération qu’un « dispositif de sécurité adapté sera mis en place. ».

Elle avait également publié un communiqué de presse annonçant l'utilisation de drones pour surveiller les manifestants.

En fait de dispositif adapté, la préfecture avait délégué cinq ou six policiers à vélo. « Nous sommes là pour faire la circulation, pas le maintient de l'ordre », indiquait l'un d'entre eux. Mais il y a des policiers quelque part pour faire du maintien de l'ordre, demande-t-on ? « Oui, plus loin sur le boulevard ». C'est un peu différent des manifestations contre la réforme des retraites comme démarche de maintien de l'ordre fait remarquer l'un des rares journalistes présents. « C'est comme ça, ce sont...

]]>
1er mai, mémoires de la lutte2976a6c9-3073-47e2-9c34-40e563789dd7http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230506_102145_1er_mai__memoires_de_la_lutteSat, 06 May 2023 10:21:45 +0200

Rétrospective en images sur quatre mois de luttes contre la réforme des retraites

Ce 1er mai 2023, le mouvement social connaissait sa treizième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, battant un record de durée de plus de trente ans. Mais face à lui se dresse un mur de surdité gouvernementale et de violence institutionnelle qui semble difficile à dépasser. Alors, tout cela pour rien ?

Place de la Nation, la statue “Le triomphe de la république” du sculpteur Aimé Jules Dalou rendue à la vie. - © Reflets

Une pluie de manifestantss’est abattue le 19 janvier dans les rues de La Rochellepour l’acte 1 contre la réforme des retraites. Les conditions climatiques plutôt maussades n’ont pas arrêté le mouvement de contestation: selon les syndicats, près de 12 000 parapluies ont défilé du parvis de la gare jusqu’à l’Hôtel de ville. La mobilisation aura été très forte sur l’ensemble de la Charente-Maritime, où une intersyndicale naissante (CGT, CFDT, CFTC, FSU, Solidaire, UNSA, FO…) donnera le ton à Saintes, Rochefort et Royan.

Reflets avait laissé trainé son micro-trottoir en ce premier jour de mobilisation, à Paris et à La Rochelle..

La Rochelle 19/01 © Reflets
La Rochelle 19/01 Reflets

Dès le 31 janvier, à Paris, on peut ressentir la détermination du mouvement. Alors que le cortège syndical piétine, les manifestants débordent par les trottoirs et s'assemblent dans un cortège de tête bigarré et imposant qui rappelle les grandes manifestations gilets jaunes. Le rythme est soutenu, avec des reflux lorsqu'un nuage de lacrymo s'élève à l'avant.

 Paris 31/01 © Reflets
Paris 31/01 Reflets

Le parcours est prévu de Place d'Italie jusqu'aux Invalides, rive gauche, près des lieux de pouvoir. À l'arrivée aux Invalides, la situation se tend et la police réagit lourdement aux quelques dégradations. La place finit noyée sous le gaz alors que le cortège s'étend encore sur plus d'un kilomètre.

Paris 31/01 © Reflets
Paris 31/01 Reflets

Ce même 31 janvier en Charente-Maritime, les dockers du port de La Pallice ont arboré leur...

]]>

Rétrospective en images sur quatre mois de luttes contre la réforme des retraites

Ce 1er mai 2023, le mouvement social connaissait sa treizième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, battant un record de durée de plus de trente ans. Mais face à lui se dresse un mur de surdité gouvernementale et de violence institutionnelle qui semble difficile à dépasser. Alors, tout cela pour rien ?

Place de la Nation, la statue “Le triomphe de la république” du sculpteur Aimé Jules Dalou rendue à la vie. - © Reflets

Une pluie de manifestantss’est abattue le 19 janvier dans les rues de La Rochellepour l’acte 1 contre la réforme des retraites. Les conditions climatiques plutôt maussades n’ont pas arrêté le mouvement de contestation: selon les syndicats, près de 12 000 parapluies ont défilé du parvis de la gare jusqu’à l’Hôtel de ville. La mobilisation aura été très forte sur l’ensemble de la Charente-Maritime, où une intersyndicale naissante (CGT, CFDT, CFTC, FSU, Solidaire, UNSA, FO…) donnera le ton à Saintes, Rochefort et Royan.

Reflets avait laissé trainé son micro-trottoir en ce premier jour de mobilisation, à Paris et à La Rochelle..

La Rochelle 19/01 © Reflets
La Rochelle 19/01 Reflets

Dès le 31 janvier, à Paris, on peut ressentir la détermination du mouvement. Alors que le cortège syndical piétine, les manifestants débordent par les trottoirs et s'assemblent dans un cortège de tête bigarré et imposant qui rappelle les grandes manifestations gilets jaunes. Le rythme est soutenu, avec des reflux lorsqu'un nuage de lacrymo s'élève à l'avant.

 Paris 31/01 © Reflets
Paris 31/01 Reflets

Le parcours est prévu de Place d'Italie jusqu'aux Invalides, rive gauche, près des lieux de pouvoir. À l'arrivée aux Invalides, la situation se tend et la police réagit lourdement aux quelques dégradations. La place finit noyée sous le gaz alors que le cortège s'étend encore sur plus d'un kilomètre.

Paris 31/01 © Reflets
Paris 31/01 Reflets

Ce même 31 janvier en Charente-Maritime, les dockers du port de La Pallice ont arboré leur...

]]>
La faim, peine sans fin des prisonniers à Madagascard2333070-97ca-4ac0-84db-956d21dff33fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230504_173913_La_faim__peine_sans_fin_des_prisonniers_a_MadagascarThu, 04 May 2023 17:39:13 +0200

Plongée dans les prisons de l'île

Dans l'un des pays où l'on condamne encore à des travaux forcés, la situation des personnes détenues peine à émouvoir une population durement affectée par l'envolée du prix des produits de première nécessité et à mobiliser une classe politique entièrement tournée vers l'échéance présidentielle à venir. « L'enfer carcéral » malgache ne cesse pourtant de s'aggraver. Et la faim, une des souffrances les plus insidieuses infligées aux prisonniers, de s'amplifier.

Cour du quartier hommes de la maison centrale de Fianarantsoa - février 2023 - © Samuel Gautier

À Antsirabe en ce mois de janvier, l'air du soir est frais. Il fait bon flâner le long des larges ruelles de cette ville moyenne de Madagascar, la troisième en taille, située à 170 kilomètres au sud de la capitale Antananarivo. Ici, le temps semble s'être arrêté. L’hôtel des Thermes ne propose plus de cures depuis longtemps. De l'autre côté de la large Avenue de l'indépendance, la gare n'accueille plus de voyageurs depuis des décennies. Un ensemble de bâtiments datant de l'époque coloniale n'a en revanche jamais fermé ses portes. A lui seul, il illustre tristement le système concentrationnaire dans lequel sont plongés des milliers de personnes incarcérées à Madagascar.

Construite pour accueillir 248 détenus, la prison de la ville, délabrée et insalubre, en accueille près de 1.300. Les conditions de vie y sont effroyables, la détresse partout perceptible. Les prisonniers occupent chacun des mètres carrés disponibles. Dans les cellules sombres et crasseuses de quelques dizaines de mètres carrés s'entassent plusieurs centaines de personnes, enfermées pendant plus de douze heures par jour. Pour faire ses besoins, un seul WC par cellule. On dort serrés les uns aux autres à même le bois, ou pour les derniers arrivés et les miséreux, ceux-là même qui sont parfois contraints de fournir des prestations sexuelles pour survivre, le ciment à même le sol. A l'extérieur, pendant que certains s’affairent à cuisiner du manioc sec, d'autres détenus «...

]]>

Plongée dans les prisons de l'île

Dans l'un des pays où l'on condamne encore à des travaux forcés, la situation des personnes détenues peine à émouvoir une population durement affectée par l'envolée du prix des produits de première nécessité et à mobiliser une classe politique entièrement tournée vers l'échéance présidentielle à venir. « L'enfer carcéral » malgache ne cesse pourtant de s'aggraver. Et la faim, une des souffrances les plus insidieuses infligées aux prisonniers, de s'amplifier.

Cour du quartier hommes de la maison centrale de Fianarantsoa - février 2023 - © Samuel Gautier

À Antsirabe en ce mois de janvier, l'air du soir est frais. Il fait bon flâner le long des larges ruelles de cette ville moyenne de Madagascar, la troisième en taille, située à 170 kilomètres au sud de la capitale Antananarivo. Ici, le temps semble s'être arrêté. L’hôtel des Thermes ne propose plus de cures depuis longtemps. De l'autre côté de la large Avenue de l'indépendance, la gare n'accueille plus de voyageurs depuis des décennies. Un ensemble de bâtiments datant de l'époque coloniale n'a en revanche jamais fermé ses portes. A lui seul, il illustre tristement le système concentrationnaire dans lequel sont plongés des milliers de personnes incarcérées à Madagascar.

Construite pour accueillir 248 détenus, la prison de la ville, délabrée et insalubre, en accueille près de 1.300. Les conditions de vie y sont effroyables, la détresse partout perceptible. Les prisonniers occupent chacun des mètres carrés disponibles. Dans les cellules sombres et crasseuses de quelques dizaines de mètres carrés s'entassent plusieurs centaines de personnes, enfermées pendant plus de douze heures par jour. Pour faire ses besoins, un seul WC par cellule. On dort serrés les uns aux autres à même le bois, ou pour les derniers arrivés et les miséreux, ceux-là même qui sont parfois contraints de fournir des prestations sexuelles pour survivre, le ciment à même le sol. A l'extérieur, pendant que certains s’affairent à cuisiner du manioc sec, d'autres détenus «...

]]>
Violents affrontements lors de la manifestation du 1er mai 2023 à Parisd977287b-89e6-46a2-8d21-eabe0d91fbe3http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230502_203505_Violents_affrontements_lors_de_la_manifestation_du_1er_mai_2023_a_ParisTue, 02 May 2023 20:35:05 +0200

Et si l'on allait au-delà de ce constat ?

Pluie de cailloux et autres projectiles sur les forces de l'ordre, pluie de lacrymogènes, de grenades et tirs de LBD sur les manifestants. La manifestation parisienne a été le théâtre de violents affrontements ce premier mai 2023. Mais peut-on se contenter de compter les points en chiffrant le nombre de blessés de part et d'autre ? Peut-on se contenter d'opposer deux « camps » ?

Ou pas... - © Reflets

Reflets.info à couvert à peu près toutes les manifestations des gilets jaunes et un constat s'impose : la tension monte. Pas toujours de la même manière, selon le côté de la barricade où l'on se place, d'ailleurs. Côté policiers, ce sont les violences à l'encontre de la presse et le fait de l'empêcher de faire son travail qui ressort dans ce mouvement contre les retraites. Les forces de l'ordre (FDO) ont également une tendance à davantage matraquer et utiliser des grenades lacrymogènes et de désencerclement. Mais l'usage du LBD reste moindre qu'aux pires moments des gilets jaunes. Côté manifestants, on voit se déployer de manière plus systématique des personnes qui n'hésitent pas à aller à l'affrontement. Jets de pierres ou tout autre projectile (sacs poubelles par exemple) semblent révéler une colère profonde, un sentiment d'injustice et celui de ne pas pouvoir faire bouger autrement les lignes politiques. Une fois ce constat dressé, que faire ? Peut-on se contenter, comme Gérald Darmanin d'afficher un nombre de blessés (qui n'a aucun sens), 250 côté forces de l'ordre à Paris hier et 31 côté manifestants. Ou de se vanter d'un nombre d'arrestations (qui ne veulent rien dire), quelque 540 dans tout le pays ?

Pour ce qui est du nombre de blessés, il est évident que l'on ne peut mettre sur le même plan une entorse et une plaie ouverte. A dresser des listes, il faut être exhaustif (compliqué car tous les...

]]>

Et si l'on allait au-delà de ce constat ?

Pluie de cailloux et autres projectiles sur les forces de l'ordre, pluie de lacrymogènes, de grenades et tirs de LBD sur les manifestants. La manifestation parisienne a été le théâtre de violents affrontements ce premier mai 2023. Mais peut-on se contenter de compter les points en chiffrant le nombre de blessés de part et d'autre ? Peut-on se contenter d'opposer deux « camps » ?

Ou pas... - © Reflets

Reflets.info à couvert à peu près toutes les manifestations des gilets jaunes et un constat s'impose : la tension monte. Pas toujours de la même manière, selon le côté de la barricade où l'on se place, d'ailleurs. Côté policiers, ce sont les violences à l'encontre de la presse et le fait de l'empêcher de faire son travail qui ressort dans ce mouvement contre les retraites. Les forces de l'ordre (FDO) ont également une tendance à davantage matraquer et utiliser des grenades lacrymogènes et de désencerclement. Mais l'usage du LBD reste moindre qu'aux pires moments des gilets jaunes. Côté manifestants, on voit se déployer de manière plus systématique des personnes qui n'hésitent pas à aller à l'affrontement. Jets de pierres ou tout autre projectile (sacs poubelles par exemple) semblent révéler une colère profonde, un sentiment d'injustice et celui de ne pas pouvoir faire bouger autrement les lignes politiques. Une fois ce constat dressé, que faire ? Peut-on se contenter, comme Gérald Darmanin d'afficher un nombre de blessés (qui n'a aucun sens), 250 côté forces de l'ordre à Paris hier et 31 côté manifestants. Ou de se vanter d'un nombre d'arrestations (qui ne veulent rien dire), quelque 540 dans tout le pays ?

Pour ce qui est du nombre de blessés, il est évident que l'on ne peut mettre sur le même plan une entorse et une plaie ouverte. A dresser des listes, il faut être exhaustif (compliqué car tous les...

]]>
What the FIC ?32a18f92-bd45-4cde-9cd5-fe95c61220b5http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230501_095740_What_the_FIC___Mon, 01 May 2023 09:57:40 +0200

L’ANSSI absente-présente au forum de la cybersécurité d’Avisa Partners

Le fameux salon/forum de la sécurité informatique organisé à Lille par Avisa Partners bruissait cette année de rumeurs. L’État s’est en effet désengagé dans la toute dernière ligne droite. Après l’armée et la gendarmerie, c’est au tour de l’ANSSI de déserter les lieux quelques jours avant l’ouverture. Pas de stand cette année. Le patron de l’agence aura malgré tout tenu à venir y faire une apparition, et un discours d’ouverture…

La CNIL présente au FIC cette année encore - © Reflets

«C’est un signe!» La phrase est partout mercredi 5 avril, jour de l’ouverture du FIC 2023. Sur les stands, il y a deux types de profils. Ceux qui ne veulent surtout pas se mêler de la «polémique» en cours et qui bottent en touche, comme la CNIL ou les Douanes, et puis les autres, qui sont perplexes, dans l’expectative, ou que l’annonce du retrait – de façade – de l’ANSSI inquiète. Prise dans une affaire de manipulation de l’opinion pour le compte de ses clients, parfois dans des pays un peu fâchés avec les droits de l’Homme, la société Avisa Partners a en effet été lâchée ces dernières semaines par l’armée, la gendarmerie et l’ANSSI (l’agence de sécurisation des réseaux informatiques essentiels). Avisa et la gendarmerie co-organisaient le FIC, un salon très couru de la cybersécurité. Après des mois de tergiversation, quasiment toutes les agences gouvernementales ont décidé de se retirer de l’événement.

Poursuivi en diffamation par Avisa Partners, Reflets qui n’avait jamais mis les pieds au FIC en dépit d’une connaissance poussée de l’écosystème que forme le monde de la sécurité informatique, a décidé cette année d’aller voir sur place comment les exposants s’accommodaient de leur présence sur un salon qui vit une période de crise.

Sur le stand de la CNIL, les deux personnes présentes sont visiblement un peu mal à l’aise. La personne qui semble être responsable s’approche. «Oui on a lu des choses dans la presse. On ne sait pas si c’est vrai ou si c’est faux». OK. Mais sur...

]]>

L’ANSSI absente-présente au forum de la cybersécurité d’Avisa Partners

Le fameux salon/forum de la sécurité informatique organisé à Lille par Avisa Partners bruissait cette année de rumeurs. L’État s’est en effet désengagé dans la toute dernière ligne droite. Après l’armée et la gendarmerie, c’est au tour de l’ANSSI de déserter les lieux quelques jours avant l’ouverture. Pas de stand cette année. Le patron de l’agence aura malgré tout tenu à venir y faire une apparition, et un discours d’ouverture…

La CNIL présente au FIC cette année encore - © Reflets

«C’est un signe!» La phrase est partout mercredi 5 avril, jour de l’ouverture du FIC 2023. Sur les stands, il y a deux types de profils. Ceux qui ne veulent surtout pas se mêler de la «polémique» en cours et qui bottent en touche, comme la CNIL ou les Douanes, et puis les autres, qui sont perplexes, dans l’expectative, ou que l’annonce du retrait – de façade – de l’ANSSI inquiète. Prise dans une affaire de manipulation de l’opinion pour le compte de ses clients, parfois dans des pays un peu fâchés avec les droits de l’Homme, la société Avisa Partners a en effet été lâchée ces dernières semaines par l’armée, la gendarmerie et l’ANSSI (l’agence de sécurisation des réseaux informatiques essentiels). Avisa et la gendarmerie co-organisaient le FIC, un salon très couru de la cybersécurité. Après des mois de tergiversation, quasiment toutes les agences gouvernementales ont décidé de se retirer de l’événement.

Poursuivi en diffamation par Avisa Partners, Reflets qui n’avait jamais mis les pieds au FIC en dépit d’une connaissance poussée de l’écosystème que forme le monde de la sécurité informatique, a décidé cette année d’aller voir sur place comment les exposants s’accommodaient de leur présence sur un salon qui vit une période de crise.

Sur le stand de la CNIL, les deux personnes présentes sont visiblement un peu mal à l’aise. La personne qui semble être responsable s’approche. «Oui on a lu des choses dans la presse. On ne sait pas si c’est vrai ou si c’est faux». OK. Mais sur...

]]>
Emmanuel Macron et ses ministres : « les empêchés » 74b38615-7129-4b21-892a-b46eaf651295http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230420_182454_Emmanuel_Macron_et_ses_ministres______les_empeches____Thu, 20 Apr 2023 18:24:54 +0200

À chaque déplacement, c'est désormais un concert de casseroles...

En six ans, Emmanuel Macron et ses obligés sont passés du statut de jeunes premiers qui allaient révolutionner la manière de faire de la politique à celui de « barrage » avant de finalement se transformer en tremplins pour le Front National. Plus un seul de leurs déplacements ne se passe dans le calme. Le rejet est massif et inquiétant.

Les Unes de la presse avant 2017... - Copie d'écran

Nous avons souvent la mémoire courte. Soit parce que cela nous arrange, soit parce que dans un monde où les informations se succèdent avant que nous ayons le temps de les interpréter, dans un monde où le Net a lui-même rendu inaudibles les chaînes de télé en continu, nous n'avons pas assez de place de cerveau disponible pour stocker tout ce qui nous est présenté. En 2016, alors en pleine ascension, Emmanuel Macron faisait la couverture de toute la presse. C'était « l'homme pressé », celui qui allait « faire table rase du passé », inventer une nouvelle façon de faire de la politique. Toute la presse ou presque vendait l'histoire d'un jeune homme extrêmement intelligent. Enfin une alternative à de vieux politiques venu d'un autre siècle... Las... L'homme est plus doué pour les discours creux sortis tout droit du Littératron de Robert Escarpit ou d'un prompt pour ChatGPT que pour gouverner. Rapidement (dès le deuxième tour) agité comme un simple épouvantail pouvant faire barrage à Marine Le Pen, il finit par verser dans des discours que celle-ci n'aurait pas reniés. Vient ensuite le temps des gilets jaunes. Le jeune et fringuant président est désormais « empêché ». La peur commence à s'immiscer. Au point de pré-positionner un hélicoptère pour exfiltrer le président en cas d'envahissement de l'Élysée par les gilets jaunes... Le fameux « barrage » et l'absence de tout candidat sérieux,...

]]>

À chaque déplacement, c'est désormais un concert de casseroles...

En six ans, Emmanuel Macron et ses obligés sont passés du statut de jeunes premiers qui allaient révolutionner la manière de faire de la politique à celui de « barrage » avant de finalement se transformer en tremplins pour le Front National. Plus un seul de leurs déplacements ne se passe dans le calme. Le rejet est massif et inquiétant.

Les Unes de la presse avant 2017... - Copie d'écran

Nous avons souvent la mémoire courte. Soit parce que cela nous arrange, soit parce que dans un monde où les informations se succèdent avant que nous ayons le temps de les interpréter, dans un monde où le Net a lui-même rendu inaudibles les chaînes de télé en continu, nous n'avons pas assez de place de cerveau disponible pour stocker tout ce qui nous est présenté. En 2016, alors en pleine ascension, Emmanuel Macron faisait la couverture de toute la presse. C'était « l'homme pressé », celui qui allait « faire table rase du passé », inventer une nouvelle façon de faire de la politique. Toute la presse ou presque vendait l'histoire d'un jeune homme extrêmement intelligent. Enfin une alternative à de vieux politiques venu d'un autre siècle... Las... L'homme est plus doué pour les discours creux sortis tout droit du Littératron de Robert Escarpit ou d'un prompt pour ChatGPT que pour gouverner. Rapidement (dès le deuxième tour) agité comme un simple épouvantail pouvant faire barrage à Marine Le Pen, il finit par verser dans des discours que celle-ci n'aurait pas reniés. Vient ensuite le temps des gilets jaunes. Le jeune et fringuant président est désormais « empêché ». La peur commence à s'immiscer. Au point de pré-positionner un hélicoptère pour exfiltrer le président en cas d'envahissement de l'Élysée par les gilets jaunes... Le fameux « barrage » et l'absence de tout candidat sérieux,...

]]>
Crash du vol Rio-Paris : Air France et Airbus relaxés2c1a39c3-4c04-438d-aa1f-9b8920d897e6http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230418_132006_Crash_du_vol_Rio-Paris___Air_France_et_Airbus_relaxesTue, 18 Apr 2023 13:20:06 +0200

Fin du procès des Intouchables

Les deux entreprises de l’aérien ont été relaxées par la juge Sylvie Daunis, qui a pourtant démontré au cours des débats sa très grande expertise technique

Airbus A330 - Air France

Dans le procès du crash de Rio (survenu en 2009), la montagne a accouché d’une souris. Comme pour les procès des crashs d’Habsheim et du Mont Sainte Odile, en 1988 en 1992, qui mettaient déjà en cause Air France et Airbus. C’était pourtant une décision très attendue, quatorze ans après la catastrophe aérienne. Elle provoque l’écœurement des familles de victimes. « Notre combat s’arrête aujourd’hui. Notre engagement a été vain mais reste légitime. », a estimé Denis Linguet, vice-président de l’association Entraide AF 447, qui a perdu son frère dans l'accident.

Nous avons suivi le procès et dès le mois d’octobre, nous avions fait le triste pronostic qu’il s’agissait du « procès des intouchables », en dépit du caractère accablant du dossier.

Puis, lors de son réquisitoire, étrangement, le parquet n'avait demandé aucune peine pour les deux groupes, après cette procédure judiciaire de plus d'une décennie, marquée par un non-lieu en 2019 et un procès finalement ordonné par la cour d'appel de Paris en 2021.

Faut-il en tirer une loi ? Par exemple, de celle la raison économique supérieure : Airbus est le principal atout de la France à l’étranger pour les exportations. Et Air France en est sa vitrine.

En guise de réponse, proposons une image à nos lecteurs, car elle vaut mieux que tous les discours, elle est tirée du film que nous avions réalisé pour Canal Plus en 2012 : « Air France la chute libre » à la suite du crash de Rio. Le juge d’instruction Germain...

]]>

Fin du procès des Intouchables

Les deux entreprises de l’aérien ont été relaxées par la juge Sylvie Daunis, qui a pourtant démontré au cours des débats sa très grande expertise technique

Airbus A330 - Air France

Dans le procès du crash de Rio (survenu en 2009), la montagne a accouché d’une souris. Comme pour les procès des crashs d’Habsheim et du Mont Sainte Odile, en 1988 en 1992, qui mettaient déjà en cause Air France et Airbus. C’était pourtant une décision très attendue, quatorze ans après la catastrophe aérienne. Elle provoque l’écœurement des familles de victimes. « Notre combat s’arrête aujourd’hui. Notre engagement a été vain mais reste légitime. », a estimé Denis Linguet, vice-président de l’association Entraide AF 447, qui a perdu son frère dans l'accident.

Nous avons suivi le procès et dès le mois d’octobre, nous avions fait le triste pronostic qu’il s’agissait du « procès des intouchables », en dépit du caractère accablant du dossier.

Puis, lors de son réquisitoire, étrangement, le parquet n'avait demandé aucune peine pour les deux groupes, après cette procédure judiciaire de plus d'une décennie, marquée par un non-lieu en 2019 et un procès finalement ordonné par la cour d'appel de Paris en 2021.

Faut-il en tirer une loi ? Par exemple, de celle la raison économique supérieure : Airbus est le principal atout de la France à l’étranger pour les exportations. Et Air France en est sa vitrine.

En guise de réponse, proposons une image à nos lecteurs, car elle vaut mieux que tous les discours, elle est tirée du film que nous avions réalisé pour Canal Plus en 2012 : « Air France la chute libre » à la suite du crash de Rio. Le juge d’instruction Germain...

]]>
De Saclay à Gonesse, le “Grand Paris Express” s'embourbeb2a3fea4-d98d-4d2e-b83f-ee0c94279c0chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230418_120107_De_Saclay_a_Gonesse__le____Grand_Paris_Express____s_embourbeTue, 18 Apr 2023 12:01:07 +0200

État des lieux d'une contestation écologiste et citoyenne contre les futures lignes 17 et 18

Résultat probable de la nouvelle cellule « anti-ZAD », jeudi dernier, le couperet est tombé. La ZAD de Saclay, dans le sud de Paris, est menacée d'expulsion début-juin. Mais contre quoi Darmanin s'oppose-t-il vraiment ? Dans la suite de l'enquête sur le logement, nouveau volet de cette série sur les politiques publiques en région parisienne.

Face au chantier de construction de la ligne 18, une barricade et une revendication claire. - Reflets

Le camp s'est installé dans un champ au bord de la route. Une zone entre deux parcelles a été définie, autour poussent des fèves et du blé. On la rejoint en marchant sur des planches. Tous les chemins entre les diverses constructions sont ainsi balisés. La terre y est riche et fertile. Avec la pluie, la zone doit devenir un vrai bourbier. La ZAD de Saclay est installée sur ce terrain depuis janvier 2021 avec l'accord du propriétaire. Presque en face du camp, une équipe d'ouvriers travaillent à construire des poteaux de bétons. Un peu plus loin, peut-être un kilomètre avant, une machine géante, monstre de métal jaune est en train de poser le tablier du métro contesté. Autour, c'est la rase campagne.

Cette nouvelle ligne, la numéro 18, fait partie intégrante du « Grand Paris Express ». Le tronçon Sud est destiné à relier l'aéroport d'Orly à Versailles. Elle doit desservir trois arrêts dans le campus urbain « Paris Saclay », destiné à devenir un pôle scientifique et technique de niveau mondial. Au-delà de l'arrêt CEA - Nord et juste en face de la ZAD, le chantier s'apprête à s'élancer dans la plaine fertile. Les opposants parlent d'un « métro en plein champ qui roulera pratiquement à vide ».

Prévue pour une capacité de 20.000 passagers par heure en heures de pointes, des modélisations récentes montrent que la fréquentation à l'horizon 2035 ne devrait pas dépasser 6.000 passagers. Après le dernier...

]]>

État des lieux d'une contestation écologiste et citoyenne contre les futures lignes 17 et 18

Résultat probable de la nouvelle cellule « anti-ZAD », jeudi dernier, le couperet est tombé. La ZAD de Saclay, dans le sud de Paris, est menacée d'expulsion début-juin. Mais contre quoi Darmanin s'oppose-t-il vraiment ? Dans la suite de l'enquête sur le logement, nouveau volet de cette série sur les politiques publiques en région parisienne.

Face au chantier de construction de la ligne 18, une barricade et une revendication claire. - Reflets

Le camp s'est installé dans un champ au bord de la route. Une zone entre deux parcelles a été définie, autour poussent des fèves et du blé. On la rejoint en marchant sur des planches. Tous les chemins entre les diverses constructions sont ainsi balisés. La terre y est riche et fertile. Avec la pluie, la zone doit devenir un vrai bourbier. La ZAD de Saclay est installée sur ce terrain depuis janvier 2021 avec l'accord du propriétaire. Presque en face du camp, une équipe d'ouvriers travaillent à construire des poteaux de bétons. Un peu plus loin, peut-être un kilomètre avant, une machine géante, monstre de métal jaune est en train de poser le tablier du métro contesté. Autour, c'est la rase campagne.

Cette nouvelle ligne, la numéro 18, fait partie intégrante du « Grand Paris Express ». Le tronçon Sud est destiné à relier l'aéroport d'Orly à Versailles. Elle doit desservir trois arrêts dans le campus urbain « Paris Saclay », destiné à devenir un pôle scientifique et technique de niveau mondial. Au-delà de l'arrêt CEA - Nord et juste en face de la ZAD, le chantier s'apprête à s'élancer dans la plaine fertile. Les opposants parlent d'un « métro en plein champ qui roulera pratiquement à vide ».

Prévue pour une capacité de 20.000 passagers par heure en heures de pointes, des modélisations récentes montrent que la fréquentation à l'horizon 2035 ne devrait pas dépasser 6.000 passagers. Après le dernier...

]]>
Carnet de route en Ukrained339cee2-6fb1-4a0c-a892-3b2f0b1aea7fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230417_103243_Carnet_de_route_en_UkraineMon, 17 Apr 2023 10:32:43 +0200

Un an après le début de la guerre, notre reporter raconte le quotidien

Notre journaliste, Jacques Duplessy, est retourné en Ukraine après un an de conflit. Il partage ici son quotidien, ses rencontres et ce qu'il perçoit de la société ukrainienne.

Le début d'un long parcours. Retour en Ukraine pour Jacques Duplessy. - © Reflets

Comment se rendre en Ukraine ? La question m'est souvent posée. Il n'y a plus de vols pour l'Ukraine. Il faut donc passer par un pays limitrophe : la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie ou la Moldavie. Tout dépend où l'on se rend ensuite.

Commençant mon périple par Uzhgorod, le plus simple est de passer par la Hongrie. Et vu le prix des billets d'avion pour Budapest, j'ai chois d'expérimenter le train de nuit. Et puis c'est bon pour la planète.

C’était aussi l’occasion d’emprunter le train de nuit que je prenais régulièrement pour aller en Pologne dans les années 80-90. Le Paris-Vienne reprend le parcours de l’Orient Express et a été rebaptisée NightJet. Plus moderne mais moins mythique. Départ à 19h, arrivée le lendemain matin vers 10h. C’est parti! Côté nostalgie, je ne vais pas être déçu: mon wagon est à peine plus confortable que celui avec lequel je passais le «rideau de fer». Deux prises de courant pour six, couchettes dures, chauffage à la régulation sommaire… Peut mieux faire. Mais c’est un peu la loterie comme je le découvre en remontant rapidement le train. D’autres wagons ont été réellement modernisés et semblent plus confortables. Certains ont une douche partagée. Il existe même une première classe avec un vrai lit deux personnes et une douche privée!

Mais la joie du train de nuit, c’est la rencontre. La vraie surprise est que la rame affiche presque complet. Je me retrouve avec un jeune Français et quatre étrangers....

]]>

Un an après le début de la guerre, notre reporter raconte le quotidien

Notre journaliste, Jacques Duplessy, est retourné en Ukraine après un an de conflit. Il partage ici son quotidien, ses rencontres et ce qu'il perçoit de la société ukrainienne.

Le début d'un long parcours. Retour en Ukraine pour Jacques Duplessy. - © Reflets

Comment se rendre en Ukraine ? La question m'est souvent posée. Il n'y a plus de vols pour l'Ukraine. Il faut donc passer par un pays limitrophe : la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie ou la Moldavie. Tout dépend où l'on se rend ensuite.

Commençant mon périple par Uzhgorod, le plus simple est de passer par la Hongrie. Et vu le prix des billets d'avion pour Budapest, j'ai chois d'expérimenter le train de nuit. Et puis c'est bon pour la planète.

C’était aussi l’occasion d’emprunter le train de nuit que je prenais régulièrement pour aller en Pologne dans les années 80-90. Le Paris-Vienne reprend le parcours de l’Orient Express et a été rebaptisée NightJet. Plus moderne mais moins mythique. Départ à 19h, arrivée le lendemain matin vers 10h. C’est parti! Côté nostalgie, je ne vais pas être déçu: mon wagon est à peine plus confortable que celui avec lequel je passais le «rideau de fer». Deux prises de courant pour six, couchettes dures, chauffage à la régulation sommaire… Peut mieux faire. Mais c’est un peu la loterie comme je le découvre en remontant rapidement le train. D’autres wagons ont été réellement modernisés et semblent plus confortables. Certains ont une douche partagée. Il existe même une première classe avec un vrai lit deux personnes et une douche privée!

Mais la joie du train de nuit, c’est la rencontre. La vraie surprise est que la rame affiche presque complet. Je me retrouve avec un jeune Français et quatre étrangers....

]]>
Il faut appeler un chat, un État policier !d6f87a3d-e215-4421-978f-9723c66dd0aahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230414_163221_Il_faut_appeler_un_chat__un_Etat_policier__Fri, 14 Apr 2023 16:32:21 +0200

La bascule est effective

Quand la population a peur de sa police, peut-on encore parler de Démocratie ? Ou a-t-on basculé dans un État policier. Si nous y sommes, quelle est l'étape d'après ? Il faut bien se résoudre à nommer les choses et à prévoir l'avenir pour conjurer l'inacceptable.

Gendarmes et CRS devant le Conseil Constitutionnel, lors d'une manifestation contre la réforme des retraites le 13 avril 2023 - © Stephane Mahe - Reuters

Cela fait un petit moment que des Français se posent la question : vit-on désormais dans un État policier ? Depuis la violente répression des manifestations contre la Loi travail , la brutalité à laquelle se confronte toute forme d'opposition aux décisions gouvernementales n'a fait que s'aggraver. Cette violence a culminé avec la mort de Rémi Fraisse et avec les tués, blessés et mutilés parmi les Gilets Jaunes. Alors que l'assassinat de Malik Oussekine, un jeune étudiant par la police était tout simplement inacceptable pour la population il y a encore 37 ans, la mort et la mutilation sont devenu notre quotidien sans que cela ne provoque grande réaction. Il y a comme une sorte d'accoutumance qui s'est déployée dans ce pays.

Toute manifestation peut désormais être accompagnée d'une répression violente, souvent aveugle, ne faisant plus le tri entre manifestants pacifiques, simple passants et groupes violents. Comme une sorte d'évidence. A tel point que lorsque Zineb Redouane, une octogénaire, est tuée par l'explosion d'une grenade lancée par les forces de l'ordre... Il ne se passe... Rien. Même pas une démission symbolique d'un ministre. Au contraire, ceux-ci apportent régulièrement et inlassablement leur « soutien indéfectible aux forces de l'ordre  », de Christophe Castaner à Gérald Darmanin.

Les sites répertoriant les violences policières se multiplient. Après Allo Place Beauvau du journaliste David Dufresne,...

]]>

La bascule est effective

Quand la population a peur de sa police, peut-on encore parler de Démocratie ? Ou a-t-on basculé dans un État policier. Si nous y sommes, quelle est l'étape d'après ? Il faut bien se résoudre à nommer les choses et à prévoir l'avenir pour conjurer l'inacceptable.

Gendarmes et CRS devant le Conseil Constitutionnel, lors d'une manifestation contre la réforme des retraites le 13 avril 2023 - © Stephane Mahe - Reuters

Cela fait un petit moment que des Français se posent la question : vit-on désormais dans un État policier ? Depuis la violente répression des manifestations contre la Loi travail , la brutalité à laquelle se confronte toute forme d'opposition aux décisions gouvernementales n'a fait que s'aggraver. Cette violence a culminé avec la mort de Rémi Fraisse et avec les tués, blessés et mutilés parmi les Gilets Jaunes. Alors que l'assassinat de Malik Oussekine, un jeune étudiant par la police était tout simplement inacceptable pour la population il y a encore 37 ans, la mort et la mutilation sont devenu notre quotidien sans que cela ne provoque grande réaction. Il y a comme une sorte d'accoutumance qui s'est déployée dans ce pays.

Toute manifestation peut désormais être accompagnée d'une répression violente, souvent aveugle, ne faisant plus le tri entre manifestants pacifiques, simple passants et groupes violents. Comme une sorte d'évidence. A tel point que lorsque Zineb Redouane, une octogénaire, est tuée par l'explosion d'une grenade lancée par les forces de l'ordre... Il ne se passe... Rien. Même pas une démission symbolique d'un ministre. Au contraire, ceux-ci apportent régulièrement et inlassablement leur « soutien indéfectible aux forces de l'ordre  », de Christophe Castaner à Gérald Darmanin.

Les sites répertoriant les violences policières se multiplient. Après Allo Place Beauvau du journaliste David Dufresne,...

]]>
I24 news, une chaîne d’info au bord de la banqueroute57363bd6-8d40-473f-b5b2-233d95d6113ehttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230412_170000_I24_news__une_chaine_d___info_au_bord_de_la_banquerouteWed, 12 Apr 2023 17:00:00 +0200

Chez Altice on surnomme son directeur financier « I need the money ! »

Directeur financier méprisé, factures impayées et schémas financiers complexes, les DrahiLeaks dévoilent les astuces et difficultés d’Altice pour financer la chaîne d’information en continu franco-israélienne.

Des problèmes en continu - © Caroline Varon

Nous sommes en novembre 2017 et les journalistes d’i24news sont nerveux. Depuis plusieurs mois, les paies sont irrégulières. Le 8, le PDG Franck Melloul interpelle les comptables d’Altice, maison-mère de la chaîne d’information en continu franco-israélienne : « De nombreux salaires ne sont toujours pas payés à cause de ce retard qui devient récurant [sic]....» Le 23 novembre, une productrice française appuie cette alerte : « Nous souhaiterions vivement, pour la sérénité du bureau parisien, que ces virements ne soient plus aussi tardifs que ce mois-ci. (…) Les JRI (Journalistes reporter d’images, NDLR) étaient anxieux et assez nerveux aujourd'hui. »

Appels à l’aide

Reflets, StreetPress et Blast ont découvert parmi les DrahiLeaks des dizaines d’e-mails qui font écho à ces problèmes comptables et témoignent de la gestion imaginative des comptes d’i24News. « Nous sommes déjà le 2 novembre 2017 et nous n’avons pas reçu votre règlement, indique l’un d’eux. De plus à la lecture de votre compte vous devez également nous payer la facture de septembre 2017 restant impayée à ce jour. Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir organiser le paiement en urgence. » « Les pigistes n’ont toujours pas reçu leur virement de paie, pouvez-vous m’indiquer s’il y a un problème, nous sommes le 23/11/2017 et ils auraient dû avoir leur virement le 15/11/2017 », interroge un autre message à la direction. « Cela devient urgent je dois payer les salaires du mois de juillet 2017 », s’inquiète...

]]>

Chez Altice on surnomme son directeur financier « I need the money ! »

Directeur financier méprisé, factures impayées et schémas financiers complexes, les DrahiLeaks dévoilent les astuces et difficultés d’Altice pour financer la chaîne d’information en continu franco-israélienne.

Des problèmes en continu - © Caroline Varon

Nous sommes en novembre 2017 et les journalistes d’i24news sont nerveux. Depuis plusieurs mois, les paies sont irrégulières. Le 8, le PDG Franck Melloul interpelle les comptables d’Altice, maison-mère de la chaîne d’information en continu franco-israélienne : « De nombreux salaires ne sont toujours pas payés à cause de ce retard qui devient récurant [sic]....» Le 23 novembre, une productrice française appuie cette alerte : « Nous souhaiterions vivement, pour la sérénité du bureau parisien, que ces virements ne soient plus aussi tardifs que ce mois-ci. (…) Les JRI (Journalistes reporter d’images, NDLR) étaient anxieux et assez nerveux aujourd'hui. »

Appels à l’aide

Reflets, StreetPress et Blast ont découvert parmi les DrahiLeaks des dizaines d’e-mails qui font écho à ces problèmes comptables et témoignent de la gestion imaginative des comptes d’i24News. « Nous sommes déjà le 2 novembre 2017 et nous n’avons pas reçu votre règlement, indique l’un d’eux. De plus à la lecture de votre compte vous devez également nous payer la facture de septembre 2017 restant impayée à ce jour. Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir organiser le paiement en urgence. » « Les pigistes n’ont toujours pas reçu leur virement de paie, pouvez-vous m’indiquer s’il y a un problème, nous sommes le 23/11/2017 et ils auraient dû avoir leur virement le 15/11/2017 », interroge un autre message à la direction. « Cela devient urgent je dois payer les salaires du mois de juillet 2017 », s’inquiète...

]]>
Les ports francs, ces hangars sécurisés où les milliardaires cachent leurs tableauxf79c4bb7-efcd-43f6-a146-a7e0865feef1http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230412_160000_Les_ports_francs__ces_hangars_securises_ou_les_milliardaires_cachent_leurs_tableauxWed, 12 Apr 2023 16:00:00 +0200

Patrick Drahi y planque un tiers de ses œuvres

On le surnomme « le plus grand musée du monde ». Près de Genève, un immense entrepôt permet de stocker des œuvres d’art sans payer de droits de douanes. Un système opaque régulièrement dénoncé. Patrick Drahi y stocke des tableaux, parfois depuis des années.

Une méga-giga coffre fort sans imposition - © Caroline Varon

Au Sud-Ouest de Genève, dans la zone industrielle de la Praille, un grand bâtiment se dresse entre une voie ferrée et une large route. De l’extérieur, personne ne peut se douter que ce hangar de 150.000 m2 aux façades gris clair et blanc cassé cache des trésors estimés à 92 milliards d’euros : des œuvres d’art, des lingots d’or, des bouteilles de vin et même des voitures de luxe.

Cet entrepôt géant installé en zone franche permet aux ultra-riches de stocker leurs biens inestimables en bénéficiant d’avantages fiscaux. Il en existe plusieurs dans le monde. Le port franc de Genève est spécialisé dans la conservation des œuvres d’art. D’après les documents issus d’une fuite de données que les médias indépendants Reflets, StreetPress et Blast ont pu consulter, le milliardaire Patrick Drahi y laisse dormir dans des boîtes en bois environ un tiers de ses tableaux et sculptures (1). Certaines de ces œuvres (des trésors signés Picasso, Chagall, Giacometti ou Bacon) y sont depuis plusieurs années. Bienvenue au port franc de Genève.

Des trésors dans des boîtes en bois

De l’intérieur, le lieu ressemble plus à une prison - chaque porte est fermée à clé - qu’à une galerie d’art. Pourtant ce serait « le plus grand musée du monde ». Environ un tiers de la collection Drahi, estimée à 750 millions d’euros selon le média suisse HeidiNews, serait déposée dans des ports francs, principalement dans celui de Genève. En avril 2021, plus de 60 œuvres y étaient stockées, sur un peu plus de 200...

]]>

Patrick Drahi y planque un tiers de ses œuvres

On le surnomme « le plus grand musée du monde ». Près de Genève, un immense entrepôt permet de stocker des œuvres d’art sans payer de droits de douanes. Un système opaque régulièrement dénoncé. Patrick Drahi y stocke des tableaux, parfois depuis des années.

Une méga-giga coffre fort sans imposition - © Caroline Varon

Au Sud-Ouest de Genève, dans la zone industrielle de la Praille, un grand bâtiment se dresse entre une voie ferrée et une large route. De l’extérieur, personne ne peut se douter que ce hangar de 150.000 m2 aux façades gris clair et blanc cassé cache des trésors estimés à 92 milliards d’euros : des œuvres d’art, des lingots d’or, des bouteilles de vin et même des voitures de luxe.

Cet entrepôt géant installé en zone franche permet aux ultra-riches de stocker leurs biens inestimables en bénéficiant d’avantages fiscaux. Il en existe plusieurs dans le monde. Le port franc de Genève est spécialisé dans la conservation des œuvres d’art. D’après les documents issus d’une fuite de données que les médias indépendants Reflets, StreetPress et Blast ont pu consulter, le milliardaire Patrick Drahi y laisse dormir dans des boîtes en bois environ un tiers de ses tableaux et sculptures (1). Certaines de ces œuvres (des trésors signés Picasso, Chagall, Giacometti ou Bacon) y sont depuis plusieurs années. Bienvenue au port franc de Genève.

Des trésors dans des boîtes en bois

De l’intérieur, le lieu ressemble plus à une prison - chaque porte est fermée à clé - qu’à une galerie d’art. Pourtant ce serait « le plus grand musée du monde ». Environ un tiers de la collection Drahi, estimée à 750 millions d’euros selon le média suisse HeidiNews, serait déposée dans des ports francs, principalement dans celui de Genève. En avril 2021, plus de 60 œuvres y étaient stockées, sur un peu plus de 200...

]]>
Cache-cache fiscal, tout l’art de Patrick Drahi6fc0a38a-25ea-4e5d-aab8-2e89019236b3http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230412_150000_Cache-cache_fiscal__tout_l___art_de_Patrick_DrahiWed, 12 Apr 2023 15:00:00 +0200

Pour l’amour de l’art, et de l’optimisation fiscale

Patrick Drahi possède une collection de plus de 200 œuvres estimées à 750 millions d’euros. De l’achat au stockage, jusqu’aux déplacements de sa collection, tout est pensé et analysé avec un seul et même objectif : que cela lui coûte le moins possible. C’est ce qui ressort de plusieurs documents confidentiels issus des DrahiLeaks.

Patrick Drahi et ses oeuvres - © Caroline Varon

Pablo Picasso, Marc Chagall, Eugène Delacroix, Jean Dubuffet, Alberto Giacometti… Une partie des créations de ces artistes mondialement connus n’est pas exposée dans les plus grands musées du monde mais détenue par un milliardaire français : Patrick Drahi. C’est ce que révèlent les documents issus d’une fuite de données que les médias indépendants Reflets, StreetPress et Blast ont pu consulter.

Comme d’autres milliardaires, Patrick Drahi, à la tête du groupe Altice (SFR, BFM…) et 11ème fortune de France, est devenu un grand collectionneur. Une passion très rentable : l’achat d'œuvres d’art permet de défiscaliser et les tableaux prennent souvent de la valeur au fil des années. C’est donc double gain. Ce système bien huilé, le milliardaire obsédé par les profits l’a poussé à son paroxysme. De l’achat d’œuvres d’art à leur stockage, en passant par leur transport, il a ses recettes pour payer toujours moins et gagner toujours plus. Instructif, s’il vous prenait l’envie de démarrer une collection...

Chagall, Giacometti et Picasso…

Patrick Drahi semble aimer l’art encore plus que... les fraises Tagada qui l’accompagnent dans chacun de ses voyages en avion - une petite curiosité relevée dans un précédent volet de notre série des DrahiLeaks (relire notre article sur Patrick Drahi, le milliardaire radin qui aime les robes tyroliennes). Il possède des chefs-d'œuvre en quantité. Comme le décomptait le média en ligne suisse HeidiNews, une vingtaine de tableaux sont accrochés...

]]>

Pour l’amour de l’art, et de l’optimisation fiscale

Patrick Drahi possède une collection de plus de 200 œuvres estimées à 750 millions d’euros. De l’achat au stockage, jusqu’aux déplacements de sa collection, tout est pensé et analysé avec un seul et même objectif : que cela lui coûte le moins possible. C’est ce qui ressort de plusieurs documents confidentiels issus des DrahiLeaks.

Patrick Drahi et ses oeuvres - © Caroline Varon

Pablo Picasso, Marc Chagall, Eugène Delacroix, Jean Dubuffet, Alberto Giacometti… Une partie des créations de ces artistes mondialement connus n’est pas exposée dans les plus grands musées du monde mais détenue par un milliardaire français : Patrick Drahi. C’est ce que révèlent les documents issus d’une fuite de données que les médias indépendants Reflets, StreetPress et Blast ont pu consulter.

Comme d’autres milliardaires, Patrick Drahi, à la tête du groupe Altice (SFR, BFM…) et 11ème fortune de France, est devenu un grand collectionneur. Une passion très rentable : l’achat d'œuvres d’art permet de défiscaliser et les tableaux prennent souvent de la valeur au fil des années. C’est donc double gain. Ce système bien huilé, le milliardaire obsédé par les profits l’a poussé à son paroxysme. De l’achat d’œuvres d’art à leur stockage, en passant par leur transport, il a ses recettes pour payer toujours moins et gagner toujours plus. Instructif, s’il vous prenait l’envie de démarrer une collection...

Chagall, Giacometti et Picasso…

Patrick Drahi semble aimer l’art encore plus que... les fraises Tagada qui l’accompagnent dans chacun de ses voyages en avion - une petite curiosité relevée dans un précédent volet de notre série des DrahiLeaks (relire notre article sur Patrick Drahi, le milliardaire radin qui aime les robes tyroliennes). Il possède des chefs-d'œuvre en quantité. Comme le décomptait le média en ligne suisse HeidiNews, une vingtaine de tableaux sont accrochés...

]]>
Selon Moody’s, Altice est trop endetté et mal géréec8d4f96-45bc-4910-8bee-bfa3a0315728http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230412_140000_Selon_Moody___s__Altice_est_trop_endette_et_mal_gereWed, 12 Apr 2023 14:00:00 +0200

La santé financière d’Altice ? C’est l’agence de notation qui en parle le mieux

Selon un rapport de l’agence de notation Moody’s que nous nous sommes procurés, les analystes voient beaucoup de nuages gris au-dessus de la tête du groupe Altice, propriétaire notamment de SFR. Explications.

L'agence n'est pas tendre avec le groupe de Patrick Drahi - © Caroline Varon

Les marchés financiers génèrent leur propre folie. Les bulles financières à répétition (immobilière, de l’Internet, de la dette souveraine, des subprimes…) font exploser l’économie réelle et plongent les ménages dans la précarité financière. Depuis des années, le chômage naît sur les marchés financiers. Ceux-ci ont été « dérégulés » depuis le début des années 1980 à un point qui ferait frémir, pour peu que nous soyons informés sur ce point. Le « jargon » du monde de la finance est fait pour tenir à distance le commun des mortels. Il est tellement abscons qu’il décourage même les plus motivés d’essayer de comprendre ce que les entreprises financières fabriquent dans leur arrière-cuisine. C’est cette mixture, pourtant, qui va à un moment ou un autre se transformer en crise financière.

Mais « les marchés », cette entité éthérée, ont un point positif. Ils permettent de se faire une idée à peu près précise de la santé des entreprises qui y sont cotées. En effet, celles-ci sont tenues de publier des rapports annuels très détaillés sur leur stratégie, leurs comptes et les rémunérations de leurs dirigeants. Or, Altice n’est plus cotée, à l’exception de sa filiale américaine. Pour savoir comment le groupe est géré, il faut se tourner vers certains analystes peu connus, ceux des agences de notation. Explications.

Altice n’est pas en bourse

Être coté sur un marché financier, c’est pour une entreprise la possibilité de lever des fonds de manière colossale. Exemple : une société qui...

]]>

La santé financière d’Altice ? C’est l’agence de notation qui en parle le mieux

Selon un rapport de l’agence de notation Moody’s que nous nous sommes procurés, les analystes voient beaucoup de nuages gris au-dessus de la tête du groupe Altice, propriétaire notamment de SFR. Explications.

L'agence n'est pas tendre avec le groupe de Patrick Drahi - © Caroline Varon

Les marchés financiers génèrent leur propre folie. Les bulles financières à répétition (immobilière, de l’Internet, de la dette souveraine, des subprimes…) font exploser l’économie réelle et plongent les ménages dans la précarité financière. Depuis des années, le chômage naît sur les marchés financiers. Ceux-ci ont été « dérégulés » depuis le début des années 1980 à un point qui ferait frémir, pour peu que nous soyons informés sur ce point. Le « jargon » du monde de la finance est fait pour tenir à distance le commun des mortels. Il est tellement abscons qu’il décourage même les plus motivés d’essayer de comprendre ce que les entreprises financières fabriquent dans leur arrière-cuisine. C’est cette mixture, pourtant, qui va à un moment ou un autre se transformer en crise financière.

Mais « les marchés », cette entité éthérée, ont un point positif. Ils permettent de se faire une idée à peu près précise de la santé des entreprises qui y sont cotées. En effet, celles-ci sont tenues de publier des rapports annuels très détaillés sur leur stratégie, leurs comptes et les rémunérations de leurs dirigeants. Or, Altice n’est plus cotée, à l’exception de sa filiale américaine. Pour savoir comment le groupe est géré, il faut se tourner vers certains analystes peu connus, ceux des agences de notation. Explications.

Altice n’est pas en bourse

Être coté sur un marché financier, c’est pour une entreprise la possibilité de lever des fonds de manière colossale. Exemple : une société qui...

]]>
La méthode de Patrick Drahi pour devenir riche71d57c7a-8add-4f11-ad65-f933f99ef210http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230412_130000_La_methode_de_Patrick_Drahi_pour_devenir_richeWed, 12 Apr 2023 13:00:00 +0200

Un empire acheté avec l’argent des autres : 67 milliards de dette

Au fil du temps, un modus operandi récurrent se dessine : acheter bas en empruntant, couper les coûts, drainer les ressources financières des entreprises, avant de laisser plonger les cours pour… racheter à bas prix. Jackpot assuré.

Comment devenir le big boss ? - © Caroline Varon

À la lecture des milliers de documents des DrahiLeaks, une constante ressort : une sorte de « méthodologie Drahi » qui se met en place au fil des différents achats d’entreprises. L’homme d’affaires a recours au financement bancaire et obligataire. Il procède ensuite à des coupes drastiques dans les frais, éventuellement cote l’entreprise sur un marché et dégage de grosses liquidités. Puis, vient le temps des vaches maigres. À force de couper dans les coûts, les entreprises sont moins efficaces, leurs résultats sont à la peine, souvent par manque de stratégie entrepreneuriale. Leurs ressources financières sont par ailleurs massivement aspirées par le groupe… Bref, lorsqu’elles ne valent plus grand-chose, c’est le moment de les racheter à bas prix et de noyer les éventuels anciens investisseurs, trop contents de récupérer une partie au moins de leur mise.

Règle 1 : Acheter avec l’argent des autres

Patrick Drahi aime le rappeler, il n’a pas reçu sa fortune en héritage. Pour constituer son empire, il a dû s’appuyer sur l’argent des autres. Pour investir, il a massivement recours au « leveraged buy out » (LBO), un type de montage financier permettant le rachat d’une entreprise en ayant recours à de l’endettement. Ainsi quand il rachète SFR en 2014 pour 13,34 milliards, il contracte pour au moins 9 milliards d’euros de dette. Une méthode qu’il a reproduite à plusieurs reprises, au point de cumuler sur son groupe près de 70 milliards d’euros de dettes bancaire et obligataire.

...

]]>

Un empire acheté avec l’argent des autres : 67 milliards de dette

Au fil du temps, un modus operandi récurrent se dessine : acheter bas en empruntant, couper les coûts, drainer les ressources financières des entreprises, avant de laisser plonger les cours pour… racheter à bas prix. Jackpot assuré.

Comment devenir le big boss ? - © Caroline Varon

À la lecture des milliers de documents des DrahiLeaks, une constante ressort : une sorte de « méthodologie Drahi » qui se met en place au fil des différents achats d’entreprises. L’homme d’affaires a recours au financement bancaire et obligataire. Il procède ensuite à des coupes drastiques dans les frais, éventuellement cote l’entreprise sur un marché et dégage de grosses liquidités. Puis, vient le temps des vaches maigres. À force de couper dans les coûts, les entreprises sont moins efficaces, leurs résultats sont à la peine, souvent par manque de stratégie entrepreneuriale. Leurs ressources financières sont par ailleurs massivement aspirées par le groupe… Bref, lorsqu’elles ne valent plus grand-chose, c’est le moment de les racheter à bas prix et de noyer les éventuels anciens investisseurs, trop contents de récupérer une partie au moins de leur mise.

Règle 1 : Acheter avec l’argent des autres

Patrick Drahi aime le rappeler, il n’a pas reçu sa fortune en héritage. Pour constituer son empire, il a dû s’appuyer sur l’argent des autres. Pour investir, il a massivement recours au « leveraged buy out » (LBO), un type de montage financier permettant le rachat d’une entreprise en ayant recours à de l’endettement. Ainsi quand il rachète SFR en 2014 pour 13,34 milliards, il contracte pour au moins 9 milliards d’euros de dette. Une méthode qu’il a reproduite à plusieurs reprises, au point de cumuler sur son groupe près de 70 milliards d’euros de dettes bancaire et obligataire.

...

]]>
Patrick Drahi a monté une opération immobilière juteuse sur les sièges sociaux de SFR et de BFM12e04bc3-1769-48bd-bbf3-7adfa28989fahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230412_120000_Patrick_Drahi_a_monte_une_operation_immobiliere_juteuse_sur_les_sieges_sociaux_de_SFR_et_de_BFMWed, 12 Apr 2023 12:00:00 +0200

Un investissement qui rapporte gros, grâce à des locataires très sympas

A Paris, avec son bras droit Armando Pereira et Alain Weill, Patrick Drahi est propriétaire d’un ensemble de quatre bâtiments dans le 15ème arrondissement. L’investissement initial (907 millions d’euros) est valorisé à 1,15 milliard grâce à des locataires en or : SFR, NextRadio TV et Altice France. Un coup de maître immobilier exemplaire de la méthode Drahi.

La pierre, un investissement sûr - © Caroline Varon

C’est acté, France Télévisions est désormais locataire de Patrick Drahi. La télévision publique va installer une partie de ses activités dans le quartier de Balard à deux pas du ministère des Armées, dans un bâtiment de la SCI Holding Quadrans, une société détenue par le milliardaire. La télévision publique occupera 17.000 des 91.000 m2 de cet ensemble de quatre bâtiments désignés par leur orientation (Est, Ouest, Nord et Sud), pour un loyer annuel de 9,4 millions d’euros (soit 553 euros/m2).

Les DrahiLeaks que nous explorons depuis des mois laissent une trace de l’opération. Un document daté de juin 2022 fait état de l’arrivée « envisagée » du nouveau locataire. L’affaire est désormais réglée et le bail signé (1). « Le bâtiment nord est déjà complètement vidé, prêts à accueillir les collaborateurs de France Télévisions », confirme une source sur place. Ils remplaceront des salariés qui ont été répartis dans les autres bâtiments.

Patrick Drahi n’a pas eu trop de difficultés pour trouver les occupants de ce programme dans lequel il a investi avec son fidèle bras doit Armando Pereira et Alain Weill, l’ex-PDG de SFR et de NextRadio TV. Ils se sont engagés pour plusieurs années. Cette adresse, qualifiée de « nouveau Pentagone des médias » par Les Echos, est aussi le siège social d’Altice France (SFR) et de NextRadio TV (le groupe de médias qui chapeaute RMC et BFM TV) depuis 2018. C’est avant tout une belle opération immobilière, exemplaire de la « méthode Drahi ».

Achetés...

]]>

Un investissement qui rapporte gros, grâce à des locataires très sympas

A Paris, avec son bras droit Armando Pereira et Alain Weill, Patrick Drahi est propriétaire d’un ensemble de quatre bâtiments dans le 15ème arrondissement. L’investissement initial (907 millions d’euros) est valorisé à 1,15 milliard grâce à des locataires en or : SFR, NextRadio TV et Altice France. Un coup de maître immobilier exemplaire de la méthode Drahi.

La pierre, un investissement sûr - © Caroline Varon

C’est acté, France Télévisions est désormais locataire de Patrick Drahi. La télévision publique va installer une partie de ses activités dans le quartier de Balard à deux pas du ministère des Armées, dans un bâtiment de la SCI Holding Quadrans, une société détenue par le milliardaire. La télévision publique occupera 17.000 des 91.000 m2 de cet ensemble de quatre bâtiments désignés par leur orientation (Est, Ouest, Nord et Sud), pour un loyer annuel de 9,4 millions d’euros (soit 553 euros/m2).

Les DrahiLeaks que nous explorons depuis des mois laissent une trace de l’opération. Un document daté de juin 2022 fait état de l’arrivée « envisagée » du nouveau locataire. L’affaire est désormais réglée et le bail signé (1). « Le bâtiment nord est déjà complètement vidé, prêts à accueillir les collaborateurs de France Télévisions », confirme une source sur place. Ils remplaceront des salariés qui ont été répartis dans les autres bâtiments.

Patrick Drahi n’a pas eu trop de difficultés pour trouver les occupants de ce programme dans lequel il a investi avec son fidèle bras doit Armando Pereira et Alain Weill, l’ex-PDG de SFR et de NextRadio TV. Ils se sont engagés pour plusieurs années. Cette adresse, qualifiée de « nouveau Pentagone des médias » par Les Echos, est aussi le siège social d’Altice France (SFR) et de NextRadio TV (le groupe de médias qui chapeaute RMC et BFM TV) depuis 2018. C’est avant tout une belle opération immobilière, exemplaire de la « méthode Drahi ».

Achetés...

]]>
Délocalisation et plans sociaux : comment Drahi a cassé les employés de SFRb2539e36-0f5d-4e52-9554-49d95f68081chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230412_110000_Delocalisation_et_plans_sociaux___comment_Drahi_a_casse_les_employes_de_SFRWed, 12 Apr 2023 11:00:00 +0200

Les salariés, premières victimes de la méthode Drahi

Masse salariale divisée par deux et demi, délocalisation, conditions de travail dégradées, primes rabotées, les collaborateurs de l’opérateur de téléphonie paient au prix fort le rachat de l’entreprise par Patrick Drahi en 2014. En moins de dix ans, l’homme d’affaires a mis les salariés « au pas » et « restructuré » la société pour en tirer un profit personnel maximum. Grâce à des documents inédits, nous avons reconstitué l’histoire.

Régime sec pour les salariés... - © Caroline Varon

« Le nombre de démissions n'a jamais atteint un tel niveau ». Cette alarme porte la signature de l’une des deux organisations syndicales majoritaires de SFR. L’UNSA l’a diffusée dans un communiqué interne, intitulé « Hémorragie de démissions – Que fait la direction ? ». Nous nous le sommes procuré (1). La question-titre du communiqué est posée en réponse au dernier bilan de l’emploi pour l’année 2022 chez SFR. L’organisation syndicale le juge « sans appel » : 299 salariés ont en effet démissionné en 2022, contre 164 en 2021. Entre 2019 et 2022, c’est au total 824 collaborateurs qui ont ainsi claqué la porte.

Une hécatombe

Le texte de l’UNSA fait état de près de 5% des CDI démissionnaires, et ce n’est pas un hasard si les profils techniques et expérimentés sont majoritaires parmi eux. Ils profitent en effet d’un contexte de tension dans les secteurs des télécom et de l’informatique pour aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Et manifestement, elle l’est.

« Effectivement il y a des profils très pointus qui se barrent parce que l’ambiance est dégueulasse, on a de plus en plus de pression avec les objectifs qui grimpent sans cesse et aucune reconnaissance », explique Alex (2), avec qui nous nous sommes entretenus. Un salarié qui, comme tous ceux que nous avons interviewés tant à Paris qu’en province, souhaite rester anonyme. L’hémorragie décrite ici s’est également accompagnée de 362 licenciements. « Comment se fait-il qu’une société comme SFR n’attire plus ? », s’...

]]>

Les salariés, premières victimes de la méthode Drahi

Masse salariale divisée par deux et demi, délocalisation, conditions de travail dégradées, primes rabotées, les collaborateurs de l’opérateur de téléphonie paient au prix fort le rachat de l’entreprise par Patrick Drahi en 2014. En moins de dix ans, l’homme d’affaires a mis les salariés « au pas » et « restructuré » la société pour en tirer un profit personnel maximum. Grâce à des documents inédits, nous avons reconstitué l’histoire.

Régime sec pour les salariés... - © Caroline Varon

« Le nombre de démissions n'a jamais atteint un tel niveau ». Cette alarme porte la signature de l’une des deux organisations syndicales majoritaires de SFR. L’UNSA l’a diffusée dans un communiqué interne, intitulé « Hémorragie de démissions – Que fait la direction ? ». Nous nous le sommes procuré (1). La question-titre du communiqué est posée en réponse au dernier bilan de l’emploi pour l’année 2022 chez SFR. L’organisation syndicale le juge « sans appel » : 299 salariés ont en effet démissionné en 2022, contre 164 en 2021. Entre 2019 et 2022, c’est au total 824 collaborateurs qui ont ainsi claqué la porte.

Une hécatombe

Le texte de l’UNSA fait état de près de 5% des CDI démissionnaires, et ce n’est pas un hasard si les profils techniques et expérimentés sont majoritaires parmi eux. Ils profitent en effet d’un contexte de tension dans les secteurs des télécom et de l’informatique pour aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Et manifestement, elle l’est.

« Effectivement il y a des profils très pointus qui se barrent parce que l’ambiance est dégueulasse, on a de plus en plus de pression avec les objectifs qui grimpent sans cesse et aucune reconnaissance », explique Alex (2), avec qui nous nous sommes entretenus. Un salarié qui, comme tous ceux que nous avons interviewés tant à Paris qu’en province, souhaite rester anonyme. L’hémorragie décrite ici s’est également accompagnée de 362 licenciements. « Comment se fait-il qu’une société comme SFR n’attire plus ? », s’...

]]>
Comment Patrick Drahi a vidé les caisses de SFR69c61c07-6d3c-4021-b44d-559b124bb2adhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230412_100000_Comment_Patrick_Drahi_a_vide_les_caisses_de_SFRWed, 12 Apr 2023 10:00:00 +0200

Les milliards partis au Luxembourg

Depuis le rachat de SFR en 2014, Patrick Drahi siphonne méthodiquement les caisses de l’entreprise. Selon nos calculs, en six ans, 5,8 milliards d’euros sont sortis des comptes. Sur la même période, il a supprimé presque 7.000 emplois.

Le ruissellement vers le haut - © Caroline Varon

L’été 2017, au Paris Saint Germain, est celui de la démesure : le club de la capitale dopé aux pétrodollars qataris s’offre coup sur coup Kylian Mbappé et Neymar Junior, contre respectivement 150 et 222 millions d’euros. Un record sur le marché des transferts.

Le « projet Neymar » devient le symbole de la démesure et de l’argent roi. Patrick Drahi et ses conseils, apôtres d’un capitalisme débridé, apprécient. Au point de baptiser ainsi, deux ans plus tard, l’une de leurs opérations financières. Ce « Projet Neymar » à la sauce Drahi est officialisé le 6 mai 2019 quand le conseil d’administration d’Altice France, le groupe qui détient notamment SFR et BFM, vote « la distribution d’une prime exceptionnelle aux actionnaires de la Société à hauteur de 820 millions d’euros », soit plus de 3,5 fois la valeur d’achat de Neymar, le joueur de foot.

Une petite prime par ci, une petite prime par là... - Copie d'écran - © Reflets
Une petite prime par ci, une petite prime par là... - Copie d'écran - Reflets

Opération Neymar...

Un maxi-bonus qui vient couronner une année exceptionnelle ? Pas vraiment : SFR, sa filiale principale, clôture l’exercice en léger déficit. Pire encore, l’opérateur téléphonique a liquidé 5.000 emplois en 2017, sur les 15.000 employés que comptait la boîte. Une saignée racontée à l’époque par nos confrères des Jours. Fin 2020, rebelote : 1.700 postes de plus seront fermés. Cette même année, BFM lance également un plan social pour se séparer de 245 salariés.

Pourtant l’argent pour sauver les emplois était là. Ou plutôt il aurait dû être...

]]>

Les milliards partis au Luxembourg

Depuis le rachat de SFR en 2014, Patrick Drahi siphonne méthodiquement les caisses de l’entreprise. Selon nos calculs, en six ans, 5,8 milliards d’euros sont sortis des comptes. Sur la même période, il a supprimé presque 7.000 emplois.

Le ruissellement vers le haut - © Caroline Varon

L’été 2017, au Paris Saint Germain, est celui de la démesure : le club de la capitale dopé aux pétrodollars qataris s’offre coup sur coup Kylian Mbappé et Neymar Junior, contre respectivement 150 et 222 millions d’euros. Un record sur le marché des transferts.

Le « projet Neymar » devient le symbole de la démesure et de l’argent roi. Patrick Drahi et ses conseils, apôtres d’un capitalisme débridé, apprécient. Au point de baptiser ainsi, deux ans plus tard, l’une de leurs opérations financières. Ce « Projet Neymar » à la sauce Drahi est officialisé le 6 mai 2019 quand le conseil d’administration d’Altice France, le groupe qui détient notamment SFR et BFM, vote « la distribution d’une prime exceptionnelle aux actionnaires de la Société à hauteur de 820 millions d’euros », soit plus de 3,5 fois la valeur d’achat de Neymar, le joueur de foot.

Une petite prime par ci, une petite prime par là... - Copie d'écran - © Reflets
Une petite prime par ci, une petite prime par là... - Copie d'écran - Reflets

Opération Neymar...

Un maxi-bonus qui vient couronner une année exceptionnelle ? Pas vraiment : SFR, sa filiale principale, clôture l’exercice en léger déficit. Pire encore, l’opérateur téléphonique a liquidé 5.000 emplois en 2017, sur les 15.000 employés que comptait la boîte. Une saignée racontée à l’époque par nos confrères des Jours. Fin 2020, rebelote : 1.700 postes de plus seront fermés. Cette même année, BFM lance également un plan social pour se séparer de 245 salariés.

Pourtant l’argent pour sauver les emplois était là. Ou plutôt il aurait dû être...

]]>
Pour payer moins d'impôts, Patrick Drahi a fait semblant de quitter sa femme18e31631-e861-4cf4-a088-d8f60a36f17chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230412_090000_Pour_payer_moins_d_impots__Patrick_Drahi_a_fait_semblant_de_quitter_sa_femmeWed, 12 Apr 2023 09:00:00 +0200

Le fisc suisse lui réclame 7,5 milliard d’euros

En 2005, les Drahi annoncent aux services fiscaux leur rupture. Depuis, chacun a son domicile et sa fiche d'impôt. Mais le fisc genevois flaire l’arnaque et leur réclame 7,5 milliards d'impôts et autres pénalités. La procédure est toujours en cours. Enquête sur une histoire d’amour et de gros sous.

Patrick et Lina Drahi en 2015 - © Caroline Varon

Patrick Drahi est un cœur à prendre. Il s’est séparé de son épouse Lina en 2005, sans pour autant divorcer. Un arrangement qui ne regarderait qu’eux s’il n’avait aucune incidence sur le montant des impôts que le couple doit à la Suisse, où il réside officiellement.

Retour en arrière : au mitan des années 2000, le couple bat de l'aile au point de se séparer. C’est en tout cas ce qu’il affirme aux services fiscaux helvètes. Le 16 septembre 2005, les Drahi officialisent l’affaire par la signature d’un « contrat de séparation de biens (...) en vue de la procédure de divorce qui sera prochainement introduite ». Madame conserve la maison de Cologny, une banlieue huppée de Genève où leurs enfants sont scolarisés. Monsieur, lui, déménage à Rolle, riante bourgade située dans le canton voisin de Vaud, où il vient justement - quel hasard - d’obtenir un arrangement fiscal des plus intéressants.

En Suisse, le taux d’imposition n’est pas le même sur tout le territoire. À Rolle, Patrick Drahi va bénéficier d’un « forfait fiscal » calculé sur la base de son train de vie, et non de ses revenus ou de son capital. Ses dépenses sont à l’époque estimées par l’administration helvète à 2 millions de francs par an. Ce qui lui vaudrait, selon une excellente enquête de nos confrères du média Heidi news, une taxation annuelle de 800.000 francs suisses, à la seule condition qu’il n’exerce aucune activité lucrative dans le pays. Une paille pour Patrick Drahi.

En 2011, l’homme d’affaires...

]]>

Le fisc suisse lui réclame 7,5 milliard d’euros

En 2005, les Drahi annoncent aux services fiscaux leur rupture. Depuis, chacun a son domicile et sa fiche d'impôt. Mais le fisc genevois flaire l’arnaque et leur réclame 7,5 milliards d'impôts et autres pénalités. La procédure est toujours en cours. Enquête sur une histoire d’amour et de gros sous.

Patrick et Lina Drahi en 2015 - © Caroline Varon

Patrick Drahi est un cœur à prendre. Il s’est séparé de son épouse Lina en 2005, sans pour autant divorcer. Un arrangement qui ne regarderait qu’eux s’il n’avait aucune incidence sur le montant des impôts que le couple doit à la Suisse, où il réside officiellement.

Retour en arrière : au mitan des années 2000, le couple bat de l'aile au point de se séparer. C’est en tout cas ce qu’il affirme aux services fiscaux helvètes. Le 16 septembre 2005, les Drahi officialisent l’affaire par la signature d’un « contrat de séparation de biens (...) en vue de la procédure de divorce qui sera prochainement introduite ». Madame conserve la maison de Cologny, une banlieue huppée de Genève où leurs enfants sont scolarisés. Monsieur, lui, déménage à Rolle, riante bourgade située dans le canton voisin de Vaud, où il vient justement - quel hasard - d’obtenir un arrangement fiscal des plus intéressants.

En Suisse, le taux d’imposition n’est pas le même sur tout le territoire. À Rolle, Patrick Drahi va bénéficier d’un « forfait fiscal » calculé sur la base de son train de vie, et non de ses revenus ou de son capital. Ses dépenses sont à l’époque estimées par l’administration helvète à 2 millions de francs par an. Ce qui lui vaudrait, selon une excellente enquête de nos confrères du média Heidi news, une taxation annuelle de 800.000 francs suisses, à la seule condition qu’il n’exerce aucune activité lucrative dans le pays. Une paille pour Patrick Drahi.

En 2011, l’homme d’affaires...

]]>
Bassines #10 : Parole d’experts. bdb837c1-70be-4427-b35a-004ed29bf8a0http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230411_140309_Bassines__10___Parole_d___experts._Tue, 11 Apr 2023 14:03:09 +0200

Le média qui a vu l’homme, qui a vu la femme, qui à vu la bassine

Sitôt la manifestation de Sainte-Soline terminée, aussitôt les titres et les images ont envahi les écrans. Maitrisant les réformes, les manifs et le secret de dieux, certains pros de l’information se sont empressés de redessiner les contours d’une bassine…

Simple comme une bassine - @ Reflets

Les chaines d’information en continu ont cet avantage de diffuser l’actualité au jour le jour, voire de minute en minute pour les plus inquiets des téléspectateurs. Le poids des mots et le choc des images en live et 7 jours sur 7. Une merveille médiatique en termes d’efficacité, un cauchemar en matière d’idéal journalistique. Car lorsque l’info manque, il faut bien trouver du contenu pour remplir les grilles. Et pour soutenir ce rythme les mégamédias font appel à des consultants et des experts d’un jour qui n’hésitent pas à rapporter avoir vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, ou quelque chose de ressemblant.

Hélas, cette instantanéité de l’info se conjugue souvent avec la fulgurance des déclarations hâtives d’une politique en continu. Une petite phrase d’un haut dirigeant, un gros titre, et hop le tour est joué. Le jeu du tac au tac s’avère suffisant pour alimenter la machine à news. Une manifestation difficile en vue : interdisons-là ! Des blessés graves en nombres : la manifestation était interdite. Des secours qui n’arrivent pas : la manifestation était interdite. Une association appelle à manifester : qu’on la dissolve! La ligue des droits de l’homme s’offusque : coupons-lui les vivres. Des armes de guerre, ont-elles été employées : non! Des armes de guerre ont-elles été employées : oui, mais non. Des violences policières sont-elles à déplorer : non! Des violences policières ont-elles été signalées : oui, mais non…

Il est toutefois possible d’obtenir un...

]]>

Le média qui a vu l’homme, qui a vu la femme, qui à vu la bassine

Sitôt la manifestation de Sainte-Soline terminée, aussitôt les titres et les images ont envahi les écrans. Maitrisant les réformes, les manifs et le secret de dieux, certains pros de l’information se sont empressés de redessiner les contours d’une bassine…

Simple comme une bassine - @ Reflets

Les chaines d’information en continu ont cet avantage de diffuser l’actualité au jour le jour, voire de minute en minute pour les plus inquiets des téléspectateurs. Le poids des mots et le choc des images en live et 7 jours sur 7. Une merveille médiatique en termes d’efficacité, un cauchemar en matière d’idéal journalistique. Car lorsque l’info manque, il faut bien trouver du contenu pour remplir les grilles. Et pour soutenir ce rythme les mégamédias font appel à des consultants et des experts d’un jour qui n’hésitent pas à rapporter avoir vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, ou quelque chose de ressemblant.

Hélas, cette instantanéité de l’info se conjugue souvent avec la fulgurance des déclarations hâtives d’une politique en continu. Une petite phrase d’un haut dirigeant, un gros titre, et hop le tour est joué. Le jeu du tac au tac s’avère suffisant pour alimenter la machine à news. Une manifestation difficile en vue : interdisons-là ! Des blessés graves en nombres : la manifestation était interdite. Des secours qui n’arrivent pas : la manifestation était interdite. Une association appelle à manifester : qu’on la dissolve! La ligue des droits de l’homme s’offusque : coupons-lui les vivres. Des armes de guerre, ont-elles été employées : non! Des armes de guerre ont-elles été employées : oui, mais non. Des violences policières sont-elles à déplorer : non! Des violences policières ont-elles été signalées : oui, mais non…

Il est toutefois possible d’obtenir un...

]]>
Le logement dans tous ses états6156dce5-a9df-4ea1-b801-7d91267a12d3http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230404_100930_Le_logement_dans_tous_ses_etatsTue, 04 Apr 2023 10:09:30 +0200

Diaporama d'un marché du logement en plein bouleversement et des questions politiques qui s'ensuivent

Deux visions s'opposent quant au logement. Celle d'un droit humain, lieu essentiel servant de fondement aux autres droits, et celle, d'un produit d'investissement, promesse de beaux taux de rentabilité. Promenade européenne pour observer in-situ comment ces deux visions s'affrontent et tenter de dénouer quelques fils d'une problématique qui nous touche tous, se loger.

En Bretagne, gauchistes et droiteux détournent les panneaux publicitaires immobiliers pour débattre de la crise du logement. - Reflets

Douarnenez, Bretagne

24 août 2022. Le festival du film de Douarnenez bat son plein. L'association de création audiovisuelle et d'éducation populaire « Canal Ti Zef » diffuse en fin de journée son journal du festival. Armé de son micro, l'intervieweur arpente les rues du bourg à la recherche d'un « sur-touriste ». Un des passants ne prend pas le sujet à la légère :« Je vais vous répondre moi parce que ça m'énerve. Je trouve que depuis la campagne de Monsieur Cadic l'ancien maire, qui avait payé très cher l'affiche "Douar Venez", c'est monté en flèche et ça ne cesse d'empirer. [...] Madame Poitevin est contente avec ça, mais les habitants, je ne pense pas. [...] Airbnb, c'est monté en flèche à Douarnenez et ça pèse sur le logement des gens qui vivent ici ». Jocelyne Poitevin, nouvelle maire de Douarnenez, assume la continuité de cette politique : « Il ne faut pas tirer à boulets rouges sur les gens qui ont un peu d'argent. On a besoin du tourisme »

La question du logement est épineuse en Bretagne. Un rapport de l'agence d'urbanisme « Quimber Cornouaille Développement » datant de janvier 2023 souligne une augmentation de 140% des logements saisonniers depuis fin 2019, et même, de 30% dans la région de Cornouaille. La Bretagne est passée devant l'Île-de-France en 2020 avec 7,5 millions de nuitées recensées. S'y ajoute la problématique des résidences secondaires, 17,3% du parc en 2021, en...

]]>

Diaporama d'un marché du logement en plein bouleversement et des questions politiques qui s'ensuivent

Deux visions s'opposent quant au logement. Celle d'un droit humain, lieu essentiel servant de fondement aux autres droits, et celle, d'un produit d'investissement, promesse de beaux taux de rentabilité. Promenade européenne pour observer in-situ comment ces deux visions s'affrontent et tenter de dénouer quelques fils d'une problématique qui nous touche tous, se loger.

En Bretagne, gauchistes et droiteux détournent les panneaux publicitaires immobiliers pour débattre de la crise du logement. - Reflets

Douarnenez, Bretagne

24 août 2022. Le festival du film de Douarnenez bat son plein. L'association de création audiovisuelle et d'éducation populaire « Canal Ti Zef » diffuse en fin de journée son journal du festival. Armé de son micro, l'intervieweur arpente les rues du bourg à la recherche d'un « sur-touriste ». Un des passants ne prend pas le sujet à la légère :« Je vais vous répondre moi parce que ça m'énerve. Je trouve que depuis la campagne de Monsieur Cadic l'ancien maire, qui avait payé très cher l'affiche "Douar Venez", c'est monté en flèche et ça ne cesse d'empirer. [...] Madame Poitevin est contente avec ça, mais les habitants, je ne pense pas. [...] Airbnb, c'est monté en flèche à Douarnenez et ça pèse sur le logement des gens qui vivent ici ». Jocelyne Poitevin, nouvelle maire de Douarnenez, assume la continuité de cette politique : « Il ne faut pas tirer à boulets rouges sur les gens qui ont un peu d'argent. On a besoin du tourisme »

La question du logement est épineuse en Bretagne. Un rapport de l'agence d'urbanisme « Quimber Cornouaille Développement » datant de janvier 2023 souligne une augmentation de 140% des logements saisonniers depuis fin 2019, et même, de 30% dans la région de Cornouaille. La Bretagne est passée devant l'Île-de-France en 2020 avec 7,5 millions de nuitées recensées. S'y ajoute la problématique des résidences secondaires, 17,3% du parc en 2021, en...

]]>
Bassines #9 : Sainte-Soline, et avant ?866d7e23-fa11-401b-a24b-87aa1d5e5d4chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230401_105319_Bassines__9___Sainte-Soline__et_avant____Sat, 01 Apr 2023 10:53:19 +0200

Ecrire le scénario du pire et s’émouvoir de la fin de l’histoire…

Énorme, par le nombre de participants. Terrible, en regard de celui des blessés. La manifestation du 25 mars s’est déroulée comme prévu, très mal. Pouvait-il en être autrement alors que les plaies des précédents affrontements sont restées béantes.

Le 25 mars 2023, surtout ne rien lâcher. - Reflets

Flash-back dans les Deux-Sèvres. Nous sommes en octobre 2022, plusieurs milliers d’opposants dénoncent le projet de construction d’une réserve de substitution à Sainte-Soline. 1.700 policiers et gendarmes sont dépêchés sur place pour défendre le pourtour de quelques hectares de plein champ. Le Bilan de la rencontre est catastrophique : de nombreux blessés de part et d’autre et la promesse des manifestants d’y revenir, plus nombreux encore. Les leaders du mouvement s’insurgent et appellent à la désobéissance civile, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’offusque et parle-lui d’écoterrorisme. La mèche vient d’être allumée.

Cinq mois plus tard, entre réforme des retraites et plan sécheresse, le sujet de la bassine de Sainte-Soline s’invite brutalement à l’Élysée. Pourtant depuis des années le dossier était posé sur un coin table, ou plus précisément sur un coin de territoire, comme laissé aux bons soins et à l’appréciation d’autorités locales. De sorte que Paris ne soit pas obligé de trop se prononcer dans ces affaires de partage de l’eau. Alors en régions, les bassines c’est parfois oui, ou parfois non.

Les choix des uns contredisent les décisions des autres et les autorisations de construire une réserve s’opposent aux interdictions de stockage de l’eau. Présent sur place lors des affrontements, le député européen Benoit Biteau dénonce une non-prise en compte des problèmes par le gouvernement : « J’ai commencé à m’exprimer sur le côté inopérant des bassines en...

]]>

Ecrire le scénario du pire et s’émouvoir de la fin de l’histoire…

Énorme, par le nombre de participants. Terrible, en regard de celui des blessés. La manifestation du 25 mars s’est déroulée comme prévu, très mal. Pouvait-il en être autrement alors que les plaies des précédents affrontements sont restées béantes.

Le 25 mars 2023, surtout ne rien lâcher. - Reflets

Flash-back dans les Deux-Sèvres. Nous sommes en octobre 2022, plusieurs milliers d’opposants dénoncent le projet de construction d’une réserve de substitution à Sainte-Soline. 1.700 policiers et gendarmes sont dépêchés sur place pour défendre le pourtour de quelques hectares de plein champ. Le Bilan de la rencontre est catastrophique : de nombreux blessés de part et d’autre et la promesse des manifestants d’y revenir, plus nombreux encore. Les leaders du mouvement s’insurgent et appellent à la désobéissance civile, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’offusque et parle-lui d’écoterrorisme. La mèche vient d’être allumée.

Cinq mois plus tard, entre réforme des retraites et plan sécheresse, le sujet de la bassine de Sainte-Soline s’invite brutalement à l’Élysée. Pourtant depuis des années le dossier était posé sur un coin table, ou plus précisément sur un coin de territoire, comme laissé aux bons soins et à l’appréciation d’autorités locales. De sorte que Paris ne soit pas obligé de trop se prononcer dans ces affaires de partage de l’eau. Alors en régions, les bassines c’est parfois oui, ou parfois non.

Les choix des uns contredisent les décisions des autres et les autorisations de construire une réserve s’opposent aux interdictions de stockage de l’eau. Présent sur place lors des affrontements, le député européen Benoit Biteau dénonce une non-prise en compte des problèmes par le gouvernement : « J’ai commencé à m’exprimer sur le côté inopérant des bassines en...

]]>
La police a désormais peur de la presse3a2a9cfa-6368-479c-9aaa-4c1727af4f61http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230324_173610_La_police_a_desormais_peur_de_la_presseFri, 24 Mar 2023 17:36:10 +0100

Mais pourquoi ?

Une digue a clairement sauté durant ce mouvement social. La répression de la contestation du mouvement opposé à la réforme des retraites voit naitre une forme de violence à l'encontre de la presse. Hurlements, bousculades, méthodes pour empêcher la captation d'image, une vraie panoplie se déploie.

Si seulement certains policiers violents savaient lire ce qui est écrit sur ce brassard et comprendre le sens et l'intérêt de ce mot... - © Reflets

Les violences policières ne sont pas une nouveauté. Les journalistes ne sont pas toujours passés au travers de la violence que peuvent déployer les forces de l'ordre sur le terrain. Lors des manifestations des Gilets Jaunes, nombreux ont été blessés par des tirs de LBD alors même qu'ils arborent des casques siglés « presse » ou des brassards très spécifiques. Pourtant, un cap est franchi ces derniers jours. Comme une sorte de « libération » d'une grande partie des policiers. Un dernier verrou qui saute ? On peut désormais traiter toute personne présente sur une manifestation comme un « ennemi » : manifestants, casseurs, journalistes, service d'ordre, syndicalistes... Tous dans le même panier : matraque pour tout le monde, hurlements, invectives, coups de bouclier... Mais surtout, les policiers font maintenant tout pour empêcher les journalistes de fixer des images de leurs dérapages.

Pour cela, ils vont tenter de tenir les journalistes à l'écart, élargir au maximum le « périmètre » de leur intervention. Ils forment par exemple un mur humain autour de la personne interpellée qui empêche de voir ce qui se passe. Et si ce n'est pas suffisant, des policiers vont repousser physiquement les journalistes en leur hurlant dessus. Les moins expérimentés sont alors découragés et reculent.

La nuit, des lampes surpuissantes sont utilisées pour aveugler les caméras. Elles succèdent aux lasers qui avaient été employés durant les manifestations des...

]]>

Mais pourquoi ?

Une digue a clairement sauté durant ce mouvement social. La répression de la contestation du mouvement opposé à la réforme des retraites voit naitre une forme de violence à l'encontre de la presse. Hurlements, bousculades, méthodes pour empêcher la captation d'image, une vraie panoplie se déploie.

Si seulement certains policiers violents savaient lire ce qui est écrit sur ce brassard et comprendre le sens et l'intérêt de ce mot... - © Reflets

Les violences policières ne sont pas une nouveauté. Les journalistes ne sont pas toujours passés au travers de la violence que peuvent déployer les forces de l'ordre sur le terrain. Lors des manifestations des Gilets Jaunes, nombreux ont été blessés par des tirs de LBD alors même qu'ils arborent des casques siglés « presse » ou des brassards très spécifiques. Pourtant, un cap est franchi ces derniers jours. Comme une sorte de « libération » d'une grande partie des policiers. Un dernier verrou qui saute ? On peut désormais traiter toute personne présente sur une manifestation comme un « ennemi » : manifestants, casseurs, journalistes, service d'ordre, syndicalistes... Tous dans le même panier : matraque pour tout le monde, hurlements, invectives, coups de bouclier... Mais surtout, les policiers font maintenant tout pour empêcher les journalistes de fixer des images de leurs dérapages.

Pour cela, ils vont tenter de tenir les journalistes à l'écart, élargir au maximum le « périmètre » de leur intervention. Ils forment par exemple un mur humain autour de la personne interpellée qui empêche de voir ce qui se passe. Et si ce n'est pas suffisant, des policiers vont repousser physiquement les journalistes en leur hurlant dessus. Les moins expérimentés sont alors découragés et reculent.

La nuit, des lampes surpuissantes sont utilisées pour aveugler les caméras. Elles succèdent aux lasers qui avaient été employés durant les manifestations des...

]]>
Manifestation du 23 mars 2023 : la réforme des retraites ne passe toujours pas088ddbe0-462d-4d78-a6c8-5d11b5986480http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230324_173438_Manifestation_du_23_mars_2023___la_reforme_des_retraites_ne_passe_toujours_pasFri, 24 Mar 2023 17:34:38 +0100

800.000 personnes à Paris selon les syndicats, 119.000 selon la police

Bastille-Opéra : le parcours était long. Des manifestants continuaient d'arriver deux heures après les premiers, donnant une idée de l'ampleur de la mobilisation. Des affrontements ont eu lieu à Opéra. La police a utilisé des gaz lacrymogènes sur la tête du cortège pourtant nassée et très compacte. Le soir, Paris s'est à nouveau enflammée.

La-La-Lère ! - © Reflets

Le « spectacle » donné par les forces de l'ordre est de plus en plus mauvais. Les critiques les éreintent... Au delà de la plaisanterie, les policiers sont de plus en plus tendus, mais aussi, de plus en plus violents. Les anciennes barrières sautent allègrement. Les services d'ordre et la presse sont désormais traités comme les autres manifestants dont le sort est quant à lui de plus en plus dur.

Les vidéos de violences policières se multiplient sur les réseaux sociaux, dans la droite ligne de la répression du mouvement contre la Loi Travail ou contre les Gilets Jaunes.

Le gouvernement et le président de la république s'enferment dans le déni, soutiennent publiquement les forces de l'ordre alors que chacun peut constater les violences illégitimes chaque jour. Le chaos souhaité et généré par l'exécutif commence à prendre forme et il ne fait plus de doute que l'objectif est de pouvoir à terme se poser en seul recours contre « la chienlit » chère au Général de Gaulle. C'est la stratégie du pire qui ne peut tenir que si un drame n'intervient pas avant.

En attendant le bus qui ne passera pas - © Reflets
En attendant le bus qui ne passera pas - Reflets

La colère s'installe. Elle s'empile même depuis des années. - © Reflets
La colère s'installe. Elle s'empile même depuis des années. - Reflets

Un cortège très fourni à Paris entre Bastille et Opéra - © Reflets
Un cortège très fourni à Paris entre Bastille et Opéra - Reflets

Où est Charlie ? - © Reflets
Où est Charlie ? - Reflets

Ce n'est pas ce que dit le peuple... - Copie d'écran
Ce n'est pas ce que dit le peuple... - Copie d'écran

Le choc des cultures - © Reflets
Le choc des cultures - Reflets

Partout dans Paris, de petits feux de poubelles. Les policiers arrivent systématiquement trop tard. - © Reflets
Partout dans Paris, de petits feux de poubelles. Les policiers...

]]>

800.000 personnes à Paris selon les syndicats, 119.000 selon la police

Bastille-Opéra : le parcours était long. Des manifestants continuaient d'arriver deux heures après les premiers, donnant une idée de l'ampleur de la mobilisation. Des affrontements ont eu lieu à Opéra. La police a utilisé des gaz lacrymogènes sur la tête du cortège pourtant nassée et très compacte. Le soir, Paris s'est à nouveau enflammée.

La-La-Lère ! - © Reflets

Le « spectacle » donné par les forces de l'ordre est de plus en plus mauvais. Les critiques les éreintent... Au delà de la plaisanterie, les policiers sont de plus en plus tendus, mais aussi, de plus en plus violents. Les anciennes barrières sautent allègrement. Les services d'ordre et la presse sont désormais traités comme les autres manifestants dont le sort est quant à lui de plus en plus dur.

Les vidéos de violences policières se multiplient sur les réseaux sociaux, dans la droite ligne de la répression du mouvement contre la Loi Travail ou contre les Gilets Jaunes.

Le gouvernement et le président de la république s'enferment dans le déni, soutiennent publiquement les forces de l'ordre alors que chacun peut constater les violences illégitimes chaque jour. Le chaos souhaité et généré par l'exécutif commence à prendre forme et il ne fait plus de doute que l'objectif est de pouvoir à terme se poser en seul recours contre « la chienlit » chère au Général de Gaulle. C'est la stratégie du pire qui ne peut tenir que si un drame n'intervient pas avant.

En attendant le bus qui ne passera pas - © Reflets
En attendant le bus qui ne passera pas - Reflets

La colère s'installe. Elle s'empile même depuis des années. - © Reflets
La colère s'installe. Elle s'empile même depuis des années. - Reflets

Un cortège très fourni à Paris entre Bastille et Opéra - © Reflets
Un cortège très fourni à Paris entre Bastille et Opéra - Reflets

Où est Charlie ? - © Reflets
Où est Charlie ? - Reflets

Ce n'est pas ce que dit le peuple... - Copie d'écran
Ce n'est pas ce que dit le peuple... - Copie d'écran

Le choc des cultures - © Reflets
Le choc des cultures - Reflets

Partout dans Paris, de petits feux de poubelles. Les policiers arrivent systématiquement trop tard. - © Reflets
Partout dans Paris, de petits feux de poubelles. Les policiers...

]]>
Bassines #8 : La justice d’aujourd’hui sera-t-elle l’injustice de demain…de902fc3-3a31-42cb-9b2a-f0ef80907ad3http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230322_100303_Bassines__8___La_justice_d___aujourd___hui_sera-t-elle_l___injustice_de_demain___Wed, 22 Mar 2023 10:03:03 +0100

Le porte-parole du collectif Bassine non merci placé en garde à vue

Venues s’intercaler entre deux journées de grève contre la réforme des retraites, les manifestations annoncées pour les 25 et 26 mars par les opposants aux bassines semblent irriter tout autant les instances dirigeantes. Mais qui va se charger d’éteindre ce départ de feu là : l’Élysée, l’intérieur, la justice, les préfectures, ou les quatre à la fois ?

Une convocation officielle ou un jeu de rôle ministériel ? - Reflets

Julien Le Guet, le porte-parole de collectif ne retient plus ses mots : « Une fois de plus la préfète, en accord et en collusion avec le procureur, monte des opérations qui visent à nous intimider; les faits qui me sont reprochés datent de six mois et on me convoque une semaine avant la grande manifestation…  ». Retour sur cette journée du 17 mars durant laquelle l’ordre judiciaire s’est passablement paré des attributs d’une justice de maintien de l’ordre.

9 h : J. Le Guet est attendu à la gendarmerie de Niort - Reflets
9 h : J. Le Guet est attendu à la gendarmerie de Niort - Reflets

Tout à débuté à 9HOO, devant les bâtiments de la gendarmerie de Niort où J. Le Guet était convoqué pour répondre des accusations de : « Participation à un groupement formé en vue de la préparation de violence contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens - Dégradation ou détérioration du bien d’autrui commise en réunion  ». Les faits qui lui sont reprochés remontent au mois d’octobre 2022, soit environ cinq mois auparavant. Cette convocation posée à quelques jours seulement de trois manifestations internationales frôle le coup de théâtre, sinon le coup de com’ à peine dissimulé. Autant dire que cette procédure semble davantage tenir de la mise au pas des réfractaires que d’un simple hasard du calendrier.

Un comité de soutien s’organise devant la gendarmerie. - Reflets
Un comité de soutien s’organise devant la gendarmerie. - Reflets

Et les grandes manœuvres commencent! Julien le Guet est tout de suite placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête en cours, il s’est ensuite vu...

]]>

Le porte-parole du collectif Bassine non merci placé en garde à vue

Venues s’intercaler entre deux journées de grève contre la réforme des retraites, les manifestations annoncées pour les 25 et 26 mars par les opposants aux bassines semblent irriter tout autant les instances dirigeantes. Mais qui va se charger d’éteindre ce départ de feu là : l’Élysée, l’intérieur, la justice, les préfectures, ou les quatre à la fois ?

Une convocation officielle ou un jeu de rôle ministériel ? - Reflets

Julien Le Guet, le porte-parole de collectif ne retient plus ses mots : « Une fois de plus la préfète, en accord et en collusion avec le procureur, monte des opérations qui visent à nous intimider; les faits qui me sont reprochés datent de six mois et on me convoque une semaine avant la grande manifestation…  ». Retour sur cette journée du 17 mars durant laquelle l’ordre judiciaire s’est passablement paré des attributs d’une justice de maintien de l’ordre.

9 h : J. Le Guet est attendu à la gendarmerie de Niort - Reflets
9 h : J. Le Guet est attendu à la gendarmerie de Niort - Reflets

Tout à débuté à 9HOO, devant les bâtiments de la gendarmerie de Niort où J. Le Guet était convoqué pour répondre des accusations de : « Participation à un groupement formé en vue de la préparation de violence contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens - Dégradation ou détérioration du bien d’autrui commise en réunion  ». Les faits qui lui sont reprochés remontent au mois d’octobre 2022, soit environ cinq mois auparavant. Cette convocation posée à quelques jours seulement de trois manifestations internationales frôle le coup de théâtre, sinon le coup de com’ à peine dissimulé. Autant dire que cette procédure semble davantage tenir de la mise au pas des réfractaires que d’un simple hasard du calendrier.

Un comité de soutien s’organise devant la gendarmerie. - Reflets
Un comité de soutien s’organise devant la gendarmerie. - Reflets

Et les grandes manœuvres commencent! Julien le Guet est tout de suite placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête en cours, il s’est ensuite vu...

]]>
Le quinquennat de la matraque0ff3ce49-2f50-438f-acec-151d2853e808http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230319_113821_Le_quinquennat_de_la_matraqueSun, 19 Mar 2023 11:38:21 +0100

Gaz lacrymogène, matraque et garde à vue arbitraire, une méthode de gouvernement

C'est une véritable plongée dans une dystopie qu'Emmanuel Macron impose aux Français, année après année. La violence physique via un maintien de l'ordre désormais sans limites n'est que l'aboutissement d'une violence psychologique bien plus pernicieuse.

Invalides, le 16 février 2019 - © Reflets

Il faut se souvenir de l'émission de Mediapart dans laquelle Emmanuel Macron était invité en 2016 pour expliquer son programme. Un vrai ChatGPT avant l'heure. Des tombereaux de bla-bla et au sortir de plusieurs heures d'interview : un vide sidéral. Emmanuel Macron a énormément parlé pour, au final, ne rien dire du tout. Cela aurait dû alerter les observateurs et les électeurs. Le personnage s'est révélé dans cette entrevue. On pouvait entendre là, au pire, un vendeur de snake oil, et au mieux, un startupper pitchant son projet creux devant la BPI.

A peine élu, je me revois discutant de ses choix de ministres avec un journaliste du Canard Enchaîné. J'étais effaré du niveau et des déclarations de l'époque. « Ils sont tout simplement incompétents, je n'ai jamais vu ça », lance mon interlocuteur qui a une longue expérience en ce domaine. Il n'avait pas tort. Emmanuel Macron s'est entouré d'incompétents durant tout son premier et son second quinquennat. La technique est connue de tous les jupitériens en herbe : cela trahit une volonté de tout contrôler sans que personne ne puisse devenir un potentiel challenger.

L'homme est un fin connaisseur, il a éjecté François Hollande de la course à l'Elysée avant même qu'elle ne commence. L'enfant-roi, incapable d'entendre la moindre critique, persuadé de tout savoir et de tout faire mieux que les autres va laisser libre cours à ses élucubrations ultra-libérales...

]]>

Gaz lacrymogène, matraque et garde à vue arbitraire, une méthode de gouvernement

C'est une véritable plongée dans une dystopie qu'Emmanuel Macron impose aux Français, année après année. La violence physique via un maintien de l'ordre désormais sans limites n'est que l'aboutissement d'une violence psychologique bien plus pernicieuse.

Invalides, le 16 février 2019 - © Reflets

Il faut se souvenir de l'émission de Mediapart dans laquelle Emmanuel Macron était invité en 2016 pour expliquer son programme. Un vrai ChatGPT avant l'heure. Des tombereaux de bla-bla et au sortir de plusieurs heures d'interview : un vide sidéral. Emmanuel Macron a énormément parlé pour, au final, ne rien dire du tout. Cela aurait dû alerter les observateurs et les électeurs. Le personnage s'est révélé dans cette entrevue. On pouvait entendre là, au pire, un vendeur de snake oil, et au mieux, un startupper pitchant son projet creux devant la BPI.

A peine élu, je me revois discutant de ses choix de ministres avec un journaliste du Canard Enchaîné. J'étais effaré du niveau et des déclarations de l'époque. « Ils sont tout simplement incompétents, je n'ai jamais vu ça », lance mon interlocuteur qui a une longue expérience en ce domaine. Il n'avait pas tort. Emmanuel Macron s'est entouré d'incompétents durant tout son premier et son second quinquennat. La technique est connue de tous les jupitériens en herbe : cela trahit une volonté de tout contrôler sans que personne ne puisse devenir un potentiel challenger.

L'homme est un fin connaisseur, il a éjecté François Hollande de la course à l'Elysée avant même qu'elle ne commence. L'enfant-roi, incapable d'entendre la moindre critique, persuadé de tout savoir et de tout faire mieux que les autres va laisser libre cours à ses élucubrations ultra-libérales...

]]>
Jacques Trentesaux, investigateur tout-terrain 54ea60bd-8c17-4587-9516-7ef34778aa46http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230318_152016_Jacques_Trentesaux__investigateur_tout-terrain_Sat, 18 Mar 2023 15:20:16 +0100

Dessous Choc #12

Dans ce nouveau numéro de "Dessous chocs" nous laissons la parole à Jacques Trentesaux. Ce natif d'Armentières, cité ouvrière du Nord, évoque, au micro d'Antoine Bellier, sa vocation de journaliste qui n'est pas étrangère à sa passion de la transmission, héritée de ses parents instituteurs.

Après être passé par différents titres de presse régionaux et nationaux dont La Voix du Nord, La Croix ou encore La Tribune, il est devenu rédacteur en chef des numéros « régions » de L'Express. Farouchement attaché à la liberté de la presse, il a un beau jour décidé de quitter le navire quand l'hebdomadaire a été racheté par la patron de SFR, notre Patoche national, bien connu des lecteurs de Reflets, je veux bien sûr parler de Patrick Drahi.

Agé de 50 ans, Jacques Trentesaux eut alors l'idée un peu folle de fonder, avec certains de ses confrères, Mediacités, un pure player dont le credo résonne à la fois comme un avertissement adressé aux barons de tous bords et comme une promesse pour les citoyens attachés à une information digne de ce nom : « l'investigation sans concessions ».

Ce média qui a pour spécificité d'être enraciné localement, est à l'origine de plusieurs affaires retentissantes dont celle mettant en cause le président de la métropole lilloise. Pour autant, ce n'est pas le scoop à tout prix que recherche Mediacités. Son objectif est d'abord de remplir une mission d'intérêt général en informant au sens plein du terme, c'est-à-dire en déjouant les pièges du story telling, contribuant ainsi à renouer la confiance entre les citoyens et les médias.

]]>

Dessous Choc #12

Dans ce nouveau numéro de "Dessous chocs" nous laissons la parole à Jacques Trentesaux. Ce natif d'Armentières, cité ouvrière du Nord, évoque, au micro d'Antoine Bellier, sa vocation de journaliste qui n'est pas étrangère à sa passion de la transmission, héritée de ses parents instituteurs.

Après être passé par différents titres de presse régionaux et nationaux dont La Voix du Nord, La Croix ou encore La Tribune, il est devenu rédacteur en chef des numéros « régions » de L'Express. Farouchement attaché à la liberté de la presse, il a un beau jour décidé de quitter le navire quand l'hebdomadaire a été racheté par la patron de SFR, notre Patoche national, bien connu des lecteurs de Reflets, je veux bien sûr parler de Patrick Drahi.

Agé de 50 ans, Jacques Trentesaux eut alors l'idée un peu folle de fonder, avec certains de ses confrères, Mediacités, un pure player dont le credo résonne à la fois comme un avertissement adressé aux barons de tous bords et comme une promesse pour les citoyens attachés à une information digne de ce nom : « l'investigation sans concessions ».

Ce média qui a pour spécificité d'être enraciné localement, est à l'origine de plusieurs affaires retentissantes dont celle mettant en cause le président de la métropole lilloise. Pour autant, ce n'est pas le scoop à tout prix que recherche Mediacités. Son objectif est d'abord de remplir une mission d'intérêt général en informant au sens plein du terme, c'est-à-dire en déjouant les pièges du story telling, contribuant ainsi à renouer la confiance entre les citoyens et les médias.

]]>
Cyber mercenaires russes : le péril rouge0bbbed08-fa48-47c6-ac5d-2b3b2aae3ee2http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230315_101723_Cyber_mercenaires_russes___le_peril_rougeWed, 15 Mar 2023 10:17:23 +0100

Миграция в качестве красной команды

L’hiver est rude en Russie, même pour les hackers, pourtant privilégiés car exemptés de conscription, certains de ne pas finir les tripes à l’air au fond d’une tranchée dans le Donbass. Mais face à un avenir de plus en plus incertain, ils sont de plus en plus nombreux à choisir le chemin de l’exil. Un flux migratoire dont on parle peu, mais qui devrait pourtant nous alarmer.

Vol Moscou-Dubaï, plusieurs départs chaque jour de la semaine à partir de 200$ en classe éco - Copie d'écran

Si de nombreux russes choisissent avec plus ou moins d'enthousiasme la voie du mercenariat proposée par Prigozhin, il en est de même, plus discrètement, chez les hackers, mais dans une version bien plus confortable que celle offerte par Wagner : au soleil à Dubaï, au sein de la cyber armée émiratie.

This is cyber Sparta

Our arrows will blot out the sun - Then we will fight in the shade.
Our arrows will blot out the sun - Then we will fight in the shade.

L’histoire de la cyber armée émiratie remonte a 2005, quand Richard Clarke, qui avait initié au lendemain du 11 septembre 2001 le renouveau cyber aux Etats-Unis, rejoint les Emirats pour se mettre au service de Mohammed ben Zayed, une vieille connaissance.

Beacon Red, Dread, Darkmatter ou encore Project Raven sont autant de divisions - mythiques chez les blackhats - de cette cyber armée assemblée par les Emirats Arabes Unis depuis bientôt vingt ans.

La cyber Sparte qu’est devenue Dubaï entrera dans l’Histoire pour avoir embauché dès 2008 des bataillons de mercenaires issus des rangs de la NSA, et pour avoir, sous couvert d’anti-terrorisme, lutté dès les débuts du Printemps Arabe contre toute velléité de démocratie ou de droits de l’Homme dans le monde arabe, et ce partout dans le monde.

Consultez un mini-docu sur la naissance de la cyber armée émiratie sur Youtube :

Installés depuis longtemps à Dubaï, ces cyber mercenaires dont les revenus sont très conséquents, profitent d’un univers fait de luxe, de soleil et de sable fin, popularisé sur Instagram par nos influenceurs nationaux....

]]>

Миграция в качестве красной команды

L’hiver est rude en Russie, même pour les hackers, pourtant privilégiés car exemptés de conscription, certains de ne pas finir les tripes à l’air au fond d’une tranchée dans le Donbass. Mais face à un avenir de plus en plus incertain, ils sont de plus en plus nombreux à choisir le chemin de l’exil. Un flux migratoire dont on parle peu, mais qui devrait pourtant nous alarmer.

Vol Moscou-Dubaï, plusieurs départs chaque jour de la semaine à partir de 200$ en classe éco - Copie d'écran

Si de nombreux russes choisissent avec plus ou moins d'enthousiasme la voie du mercenariat proposée par Prigozhin, il en est de même, plus discrètement, chez les hackers, mais dans une version bien plus confortable que celle offerte par Wagner : au soleil à Dubaï, au sein de la cyber armée émiratie.

This is cyber Sparta

Our arrows will blot out the sun - Then we will fight in the shade.
Our arrows will blot out the sun - Then we will fight in the shade.

L’histoire de la cyber armée émiratie remonte a 2005, quand Richard Clarke, qui avait initié au lendemain du 11 septembre 2001 le renouveau cyber aux Etats-Unis, rejoint les Emirats pour se mettre au service de Mohammed ben Zayed, une vieille connaissance.

Beacon Red, Dread, Darkmatter ou encore Project Raven sont autant de divisions - mythiques chez les blackhats - de cette cyber armée assemblée par les Emirats Arabes Unis depuis bientôt vingt ans.

La cyber Sparte qu’est devenue Dubaï entrera dans l’Histoire pour avoir embauché dès 2008 des bataillons de mercenaires issus des rangs de la NSA, et pour avoir, sous couvert d’anti-terrorisme, lutté dès les débuts du Printemps Arabe contre toute velléité de démocratie ou de droits de l’Homme dans le monde arabe, et ce partout dans le monde.

Consultez un mini-docu sur la naissance de la cyber armée émiratie sur Youtube :

Installés depuis longtemps à Dubaï, ces cyber mercenaires dont les revenus sont très conséquents, profitent d’un univers fait de luxe, de soleil et de sable fin, popularisé sur Instagram par nos influenceurs nationaux....

]]>
Patrick Drahi : « Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille »510b72cb-051d-409d-a0cd-ea1e95733d8ehttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230314_201841_Patrick_Drahi________Les_emmerdes____a_vole_toujours_en_escadrille____Tue, 14 Mar 2023 20:18:41 +0100

St. Kitts & Nevis, le petit paradis du milliardaire, victime d’un ransomware

Payera ? Payera pas ? Le gouvernement de St. Kitts & Nevis a été piraté par le groupe de ransomware « Ransom House ». Celui-ci menace de publier des téraoctets de données confidentielles. Patrick Drahi va-t-il se retrouver dans un nouveau leak ?

Annonce du piratage de St. Kitts & Nevis - Copie d'écran

C’est quand même pas de chance… Comme disait Jacques Chirac, «Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille». Flash-back: les données confidentielles du groupe Altice et de son propriétaire, le milliardaire Patrick Drahi, s’étaient retrouvées sur Internet en août 2022. Nous en avions tiré une série d’articles dont une partie en collaboration avec Street Press et Blast. Patrick Drahi avait tout fait, y compris plusieurs procédures judiciaires pour nous interdire de rendre compte de cette fuite de données. Alors qu’il devait imaginer que la tempête était passée, voici qu’un autre groupe de ransomware annonce avoir piraté cette fois les données confidentielles d’une petite île des caraïbes: St. Kitts & Nevis. Or, il se trouve que St. Kitts & Nevis est le petit paradis du milliardaire. Il y a investi une petite fortune. Tout d’abord en achetant des terrains sur lesquels il possède désormais de très belles villas. Mais aussi en faisant une drôle de proposition au gouvernement: allonger la piste d’atterrissage de Nevis, comme nous l’avions révélé dans cet article, en échange de revenus sonnants et trébuchants, ce qui lui permettra accessoirement d’y faire enfin atterrir son (gros) jet privé. Que va-t-on trouver dans ce futur leak, si St. Kitts & Nevis ne paye pas la rançon? Patrick Drahi sera-t-il présent dans les documents internes du gouvernement de l’île?

Les pirates laissent entendre que de nombreuses informations confidentielles figurent dans les documents qu’ils...

]]>

St. Kitts & Nevis, le petit paradis du milliardaire, victime d’un ransomware

Payera ? Payera pas ? Le gouvernement de St. Kitts & Nevis a été piraté par le groupe de ransomware « Ransom House ». Celui-ci menace de publier des téraoctets de données confidentielles. Patrick Drahi va-t-il se retrouver dans un nouveau leak ?

Annonce du piratage de St. Kitts & Nevis - Copie d'écran

C’est quand même pas de chance… Comme disait Jacques Chirac, «Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille». Flash-back: les données confidentielles du groupe Altice et de son propriétaire, le milliardaire Patrick Drahi, s’étaient retrouvées sur Internet en août 2022. Nous en avions tiré une série d’articles dont une partie en collaboration avec Street Press et Blast. Patrick Drahi avait tout fait, y compris plusieurs procédures judiciaires pour nous interdire de rendre compte de cette fuite de données. Alors qu’il devait imaginer que la tempête était passée, voici qu’un autre groupe de ransomware annonce avoir piraté cette fois les données confidentielles d’une petite île des caraïbes: St. Kitts & Nevis. Or, il se trouve que St. Kitts & Nevis est le petit paradis du milliardaire. Il y a investi une petite fortune. Tout d’abord en achetant des terrains sur lesquels il possède désormais de très belles villas. Mais aussi en faisant une drôle de proposition au gouvernement: allonger la piste d’atterrissage de Nevis, comme nous l’avions révélé dans cet article, en échange de revenus sonnants et trébuchants, ce qui lui permettra accessoirement d’y faire enfin atterrir son (gros) jet privé. Que va-t-on trouver dans ce futur leak, si St. Kitts & Nevis ne paye pas la rançon? Patrick Drahi sera-t-il présent dans les documents internes du gouvernement de l’île?

Les pirates laissent entendre que de nombreuses informations confidentielles figurent dans les documents qu’ils...

]]>
Bassines #7 : Un sujet plus brûlant que la réforme des retraites ?d874740e-8c6a-44c3-b93b-bec450bd0a72http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230313_112105_Bassines__7___Un_sujet_plus_brulant_que_la_reforme_des_retraites____Mon, 13 Mar 2023 11:21:05 +0100

La conférence interdite de l’université rochelaise

Le photo-reporter Gilles Caron rappelait en 1968 combien il était inutile et vain de tenter d’interdire la parole dans les amphis de Nanterre. L’université de La Rochelle belle-belle aurait-elle oublié que la vitalité sort de la bouche des étudiants diants-diants…

Gilles Caron, une mémoire photographique - Capture d'écran

Est-il utile de rappeler que les manifestations estudiantines ont toujours inquiété les politiques lors des grands mouvements sociaux. Cette réforme des retraites, suivie de l’annonce d’une grève généralisée, vient peut-être de réactiver de vieux réflexes autoritaires dans le milieu universitaire. Ainsi à Paris on a préféré fermer Tolbiac pour éviter d’éventuels débordements, sinon pour se protéger d’une indéracinable occupation des lieux ; idem à Montpellier où la direction annonce clairement : « Si nous ouvrons, l’université va être bloquée. Le plus simple c’est de fermer ».

Nous avons pris la température de l’université rochelaise dont la première pierre fut symboliquement posée en 1992 par François Mitterrand, Helmut Kohl, et Michel Crépeau, le député-maire d’une ville qualifiée de belle et de rebelle à travers l’histoire. Direction la fac de lettres pour juger d’éventuelles traces de rébellion...

La Rochelle le 7 mars : la fac de lettres se déclare - Reflets
La Rochelle le 7 mars : la fac de lettres se déclare - Reflets

Sur place un groupe d’étudiants s’est rassemblé dans un amphi pour décider des actions collégiales à mener. Leurs revendications sont affichées, larges et sans retenues. La réforme, bien sûr, mais quitte à s’engager davantage autant que le message soit à hauteur de leur colère multiple : oui aux méga-retraites, non aux méga-bassines! Croisé sur le parvis de l’université un étudiant perdu dans ses pensées nous fera part de toutes ses inquiétudes : « C’est un vrai ras-le-bol de plein de choses, j’ai...

]]>

La conférence interdite de l’université rochelaise

Le photo-reporter Gilles Caron rappelait en 1968 combien il était inutile et vain de tenter d’interdire la parole dans les amphis de Nanterre. L’université de La Rochelle belle-belle aurait-elle oublié que la vitalité sort de la bouche des étudiants diants-diants…

Gilles Caron, une mémoire photographique - Capture d'écran

Est-il utile de rappeler que les manifestations estudiantines ont toujours inquiété les politiques lors des grands mouvements sociaux. Cette réforme des retraites, suivie de l’annonce d’une grève généralisée, vient peut-être de réactiver de vieux réflexes autoritaires dans le milieu universitaire. Ainsi à Paris on a préféré fermer Tolbiac pour éviter d’éventuels débordements, sinon pour se protéger d’une indéracinable occupation des lieux ; idem à Montpellier où la direction annonce clairement : « Si nous ouvrons, l’université va être bloquée. Le plus simple c’est de fermer ».

Nous avons pris la température de l’université rochelaise dont la première pierre fut symboliquement posée en 1992 par François Mitterrand, Helmut Kohl, et Michel Crépeau, le député-maire d’une ville qualifiée de belle et de rebelle à travers l’histoire. Direction la fac de lettres pour juger d’éventuelles traces de rébellion...

La Rochelle le 7 mars : la fac de lettres se déclare - Reflets
La Rochelle le 7 mars : la fac de lettres se déclare - Reflets

Sur place un groupe d’étudiants s’est rassemblé dans un amphi pour décider des actions collégiales à mener. Leurs revendications sont affichées, larges et sans retenues. La réforme, bien sûr, mais quitte à s’engager davantage autant que le message soit à hauteur de leur colère multiple : oui aux méga-retraites, non aux méga-bassines! Croisé sur le parvis de l’université un étudiant perdu dans ses pensées nous fera part de toutes ses inquiétudes : « C’est un vrai ras-le-bol de plein de choses, j’ai...

]]>
Carnet de route en Ukrained339cee2-6fb1-4a0c-a892-3b2f0b1aea7fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230312_142341_Carnet_de_route_en_UkraineSun, 12 Mar 2023 14:23:41 +0100

Un an après le début de la guerre, notre reporter raconte le quotidien

Notre journaliste, Jacques Duplessy, est retourné en Ukraine après un an de conflit. Il partage ici son quotidien, ses rencontres et ce qu'il perçoit de la société ukrainienne.

Le début d'un long parcours. Retour en Ukraine pour Jacques Duplessy. - © Reflets

Comment se rendre en Ukraine ? La question m'est souvent posée. Il n'y a plus de vols pour l'Ukraine. Il faut donc passer par un pays limitrophe : la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie ou la Moldavie. Tout dépend où l'on se rend ensuite.

Commençant mon périple par Uzhgorod, le plus simple est de passer par la Hongrie. Et vu le prix des billets d'avion pour Budapest, j'ai chois d'expérimenter le train de nuit. Et puis c'est bon pour la planète.

C’était aussi l’occasion d’emprunter le train de nuit que je prenais régulièrement pour aller en Pologne dans les années 80-90. Le Paris-Vienne reprend le parcours de l’Orient Express et a été rebaptisée NightJet. Plus moderne mais moins mythique. Départ à 19h, arrivée le lendemain matin vers 10h. C’est parti! Côté nostalgie, je ne vais pas être déçu: mon wagon est à peine plus confortable que celui avec lequel je passais le «rideau de fer». Deux prises de courant pour six, couchettes dures, chauffage à la régulation sommaire… Peut mieux faire. Mais c’est un peu la loterie comme je le découvre en remontant rapidement le train. D’autres wagons ont été réellement modernisés et semblent plus confortables. Certains ont une douche partagée. Il existe même une première classe avec un vrai lit deux personnes et une douche privée!

Mais la joie du train de nuit, c’est la rencontre. La vraie surprise est que la rame affiche presque complet. Je me retrouve avec un jeune Français et quatre étrangers....

]]>

Un an après le début de la guerre, notre reporter raconte le quotidien

Notre journaliste, Jacques Duplessy, est retourné en Ukraine après un an de conflit. Il partage ici son quotidien, ses rencontres et ce qu'il perçoit de la société ukrainienne.

Le début d'un long parcours. Retour en Ukraine pour Jacques Duplessy. - © Reflets

Comment se rendre en Ukraine ? La question m'est souvent posée. Il n'y a plus de vols pour l'Ukraine. Il faut donc passer par un pays limitrophe : la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie ou la Moldavie. Tout dépend où l'on se rend ensuite.

Commençant mon périple par Uzhgorod, le plus simple est de passer par la Hongrie. Et vu le prix des billets d'avion pour Budapest, j'ai chois d'expérimenter le train de nuit. Et puis c'est bon pour la planète.

C’était aussi l’occasion d’emprunter le train de nuit que je prenais régulièrement pour aller en Pologne dans les années 80-90. Le Paris-Vienne reprend le parcours de l’Orient Express et a été rebaptisée NightJet. Plus moderne mais moins mythique. Départ à 19h, arrivée le lendemain matin vers 10h. C’est parti! Côté nostalgie, je ne vais pas être déçu: mon wagon est à peine plus confortable que celui avec lequel je passais le «rideau de fer». Deux prises de courant pour six, couchettes dures, chauffage à la régulation sommaire… Peut mieux faire. Mais c’est un peu la loterie comme je le découvre en remontant rapidement le train. D’autres wagons ont été réellement modernisés et semblent plus confortables. Certains ont une douche partagée. Il existe même une première classe avec un vrai lit deux personnes et une douche privée!

Mais la joie du train de nuit, c’est la rencontre. La vraie surprise est que la rame affiche presque complet. Je me retrouve avec un jeune Français et quatre étrangers....

]]>
(In)sécurité dans les airs ?af36c4c3-2dce-4ded-8e7f-516b5442e15fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230308_164156__In_securite_dans_les_airs__Wed, 08 Mar 2023 16:41:56 +0100

Quand sonnent les alarmes de la compagnie Air France

Le site de référence AirlineRatings.com a livré son Top 20 des compagnies les plus sûres : Air France n’en fait pas partie. Des incidents stupéfiants, une sécurité des vols défaillante, le Bureau Enquêtes Analyses, avait déjà pointé dans un rapport une culture irresponsable de certains pilotes.

Pilotes d'Air France - Photothèque Air France

A l’instar du Guide Michelin, le site AirlineRatings.com distribue les bonnes étoiles en matière de sécurité des vols. Qantas a détrôné Air New Zealand, sur la plus haute marche du podium en 2022. Air France est, elle, absente du top 20. Plus étrange, la compagnie avec qui elle est commercialement « mariée » au sein du même groupe, la hollandaise KLM, fait partie du palmarès et n’a connu qu’un crash. Que penser du taux d’accident anormalement élevé d’Air France ? Selon la base de données spécialisée ASN , la compagnie a connu 158 incidents graves et accidents (hors Air Inter) depuis 1946, soit 5 tous les deux ans. Cette statistique exclue les crashs des filiales d’Air France : Britair, Regional Airlines (intégrées depuis dans Hop).

Au-delà des statistiques que l’on peut contester à loisir, la nature de certains incidents laisse pantois. C’est ce qui a poussé le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA), le 23 aout dernier, à tirer la sonnette d’alarme dans un rapport accablant. Il décrit un incident géré de façon hallucinante sur le vol AF 735V Brazzaville-Paris CDG le 31 décembre 2020 et qui aurait pu donner lieu, pour cette Saint-Sylvestre d’un genre particulier, à un beau feu d’artifice.

Une fuite de kérosène est détectée alors que l’avion est en croisière et l’équipage décide de se dérouter sur N’Djamena. Un enfant comprendrait le bien-fondé de la procédure de fuite de carburant : il est impératif de couper le réacteur concerné afin...

]]>

Quand sonnent les alarmes de la compagnie Air France

Le site de référence AirlineRatings.com a livré son Top 20 des compagnies les plus sûres : Air France n’en fait pas partie. Des incidents stupéfiants, une sécurité des vols défaillante, le Bureau Enquêtes Analyses, avait déjà pointé dans un rapport une culture irresponsable de certains pilotes.

Pilotes d'Air France - Photothèque Air France

A l’instar du Guide Michelin, le site AirlineRatings.com distribue les bonnes étoiles en matière de sécurité des vols. Qantas a détrôné Air New Zealand, sur la plus haute marche du podium en 2022. Air France est, elle, absente du top 20. Plus étrange, la compagnie avec qui elle est commercialement « mariée » au sein du même groupe, la hollandaise KLM, fait partie du palmarès et n’a connu qu’un crash. Que penser du taux d’accident anormalement élevé d’Air France ? Selon la base de données spécialisée ASN , la compagnie a connu 158 incidents graves et accidents (hors Air Inter) depuis 1946, soit 5 tous les deux ans. Cette statistique exclue les crashs des filiales d’Air France : Britair, Regional Airlines (intégrées depuis dans Hop).

Au-delà des statistiques que l’on peut contester à loisir, la nature de certains incidents laisse pantois. C’est ce qui a poussé le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA), le 23 aout dernier, à tirer la sonnette d’alarme dans un rapport accablant. Il décrit un incident géré de façon hallucinante sur le vol AF 735V Brazzaville-Paris CDG le 31 décembre 2020 et qui aurait pu donner lieu, pour cette Saint-Sylvestre d’un genre particulier, à un beau feu d’artifice.

Une fuite de kérosène est détectée alors que l’avion est en croisière et l’équipage décide de se dérouter sur N’Djamena. Un enfant comprendrait le bien-fondé de la procédure de fuite de carburant : il est impératif de couper le réacteur concerné afin...

]]>
Arnold Schwarzenegger contre la haine et le complotisme25806cfa-5e9e-4534-90df-db59c5410538http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230307_181603_Arnold_Schwarzenegger_contre_la_haine_et_le_complotismeTue, 07 Mar 2023 18:16:03 +0100

Un discours puissant qui dénote

« Il n'y a jamais eu un mouvement basé sur la haine qui ait prospéré ». L'acteur et ancien gouverneur de Californie a tenté dans une vidéo de ramener à la raison les extrémistes et complotistes qui se perdent dans des délires chaque jour plus déments et fondent leurs actions sur la violence, le rejet des autres, l'antisémitisme et la haine.

Arnold Schwarzenegger, seul, face caméra, contre la haine - Copie d'écran

Parviendra-t-il à ramener à la raison un seul Qanon ? Convaincra-t-il un seul nazi et autre militant d'extrême-droite ? Rien n'est certain. Mais au moins aura-t-il eu le mérite d'essayer. Arnold Schwarzenegger est une figure publique mondialement connue. Sa parole porte. Ne rien faire, c'est laisser une partie de la population s'enfoncer chaque jour un peu plus dans un complotisme surréaliste, dans la haine des autres et la violence. Sauf à désespérer de l'humanité, se taire, c'est être complice.

On peut par ailleurs regretter qu'il y ait si peu de personnalités pour s'exprimer sur ces sujets alors que les voix de la haine et de l'exclusion sont elles, très fortes. Les récentes déclarations d'Elon Musk laissent par exemple pantois.

« Les nazis ? Des perdants. les Confédérés ? Des perdants. Le mouvement d'apartheid ? Des perdants. Je ne veux pas que tu sois un perdant. Je ne veux pas que tu sois faible... malgré tous mes amis qui disent : "Arnold, ne parle pas à ces gens-là. Cela n'en vaut pas la peine", je me fiche de ce qu'ils disent. Je me soucie de toi. Je pense que tu en vaux la peine. Je sais que personne n'est parfait... Je peux comprendre comment les gens peuvent tomber dans le piège des préjugés et de la haine". », explique face caméra celui qui a incarné Terminator.

« Il est plus facile de se trouver des excuses en disant que le peuple juif a conspiré pour t'empêcher...

]]>

Un discours puissant qui dénote

« Il n'y a jamais eu un mouvement basé sur la haine qui ait prospéré ». L'acteur et ancien gouverneur de Californie a tenté dans une vidéo de ramener à la raison les extrémistes et complotistes qui se perdent dans des délires chaque jour plus déments et fondent leurs actions sur la violence, le rejet des autres, l'antisémitisme et la haine.

Arnold Schwarzenegger, seul, face caméra, contre la haine - Copie d'écran

Parviendra-t-il à ramener à la raison un seul Qanon ? Convaincra-t-il un seul nazi et autre militant d'extrême-droite ? Rien n'est certain. Mais au moins aura-t-il eu le mérite d'essayer. Arnold Schwarzenegger est une figure publique mondialement connue. Sa parole porte. Ne rien faire, c'est laisser une partie de la population s'enfoncer chaque jour un peu plus dans un complotisme surréaliste, dans la haine des autres et la violence. Sauf à désespérer de l'humanité, se taire, c'est être complice.

On peut par ailleurs regretter qu'il y ait si peu de personnalités pour s'exprimer sur ces sujets alors que les voix de la haine et de l'exclusion sont elles, très fortes. Les récentes déclarations d'Elon Musk laissent par exemple pantois.

« Les nazis ? Des perdants. les Confédérés ? Des perdants. Le mouvement d'apartheid ? Des perdants. Je ne veux pas que tu sois un perdant. Je ne veux pas que tu sois faible... malgré tous mes amis qui disent : "Arnold, ne parle pas à ces gens-là. Cela n'en vaut pas la peine", je me fiche de ce qu'ils disent. Je me soucie de toi. Je pense que tu en vaux la peine. Je sais que personne n'est parfait... Je peux comprendre comment les gens peuvent tomber dans le piège des préjugés et de la haine". », explique face caméra celui qui a incarné Terminator.

« Il est plus facile de se trouver des excuses en disant que le peuple juif a conspiré pour t'empêcher...

]]>
Les hackerspaces jettent l'ancre aux Universités d'Interhack5ff61ad9-3800-4242-a58b-dffd459df89fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230306_185159_Les_hackerspaces_jettent_l_ancre_aux_Universites_d_InterhackMon, 06 Mar 2023 18:51:59 +0100

Immersion dans quatre jours d'échange, de discussion et de bidouille organisés par une coordination de hackerspaces français.

Du 23 au 26 février se tenaient les « Université des Quatre Saisons » d'Interhack au BIB à Montpellier pour une édition d'hiver dans une version à remise à jour. Des rencontres qui furent l'occasion pour les participants de partager des savoirs, d'échanger sur les relations entre technologie et politique et de penser organisation.

Un hackerspace, lieu ouvert au public destiné au partage, à la bidouille et aux réflexions

Depuis début octobre, l'idée tourne sur le réseau. Le BIB, hackerspace de Montpellier, devrait accueillir les « Universités d'Hiver de Interhack ». Depuis la dernière édition du THSF en 2019, les hackerspaces français n'avaient pas eu l'occasion de se rencontrer. D'abord à cause de la pandémie de covid en 2020 puis, suite à la fermeture administrative, début 2021 de Mix'Arts Myrys, un lieu alternatif emblématique de Toulouse qui accueillait l'évènement. Une friche artistique de 6.000 m2 où le Tetalab, hackerspace toulousain, avait établi ses quartiers. Avec le retour aux commandes de Jean-Luc Moudenc, maire UMP historique, la mairie avait rechigné à mettre la main au portefeuille pour la nécessaire remise aux normes du bâtiment. Et la fermeture était tombée, tuant tout l'écosystème alternatif qui s'épanouissait sur les lieux.

D'une maling-list interhack informelle en passant par des discussions lors d'évènements de l'été, l'idée émerge de relancer les « Universités des Quatres Saisons », anciennement organisées par le Tetalab. À Montpellier, le BIB a posé son ancre dans les sous-sols de la coopérative culturelle de la Tendresse. La relation symbiotique avec le lieu ouvre une possibilité pour accueillir l'évènement. La date du 23 au 26 février est arrêtée, des canaux de discussions sont ouverts et des réunions organisées à intervalles irréguliers. Au BIB, un grand chantier électrique de remise aux...

]]>

Immersion dans quatre jours d'échange, de discussion et de bidouille organisés par une coordination de hackerspaces français.

Du 23 au 26 février se tenaient les « Université des Quatre Saisons » d'Interhack au BIB à Montpellier pour une édition d'hiver dans une version à remise à jour. Des rencontres qui furent l'occasion pour les participants de partager des savoirs, d'échanger sur les relations entre technologie et politique et de penser organisation.

Un hackerspace, lieu ouvert au public destiné au partage, à la bidouille et aux réflexions

Depuis début octobre, l'idée tourne sur le réseau. Le BIB, hackerspace de Montpellier, devrait accueillir les « Universités d'Hiver de Interhack ». Depuis la dernière édition du THSF en 2019, les hackerspaces français n'avaient pas eu l'occasion de se rencontrer. D'abord à cause de la pandémie de covid en 2020 puis, suite à la fermeture administrative, début 2021 de Mix'Arts Myrys, un lieu alternatif emblématique de Toulouse qui accueillait l'évènement. Une friche artistique de 6.000 m2 où le Tetalab, hackerspace toulousain, avait établi ses quartiers. Avec le retour aux commandes de Jean-Luc Moudenc, maire UMP historique, la mairie avait rechigné à mettre la main au portefeuille pour la nécessaire remise aux normes du bâtiment. Et la fermeture était tombée, tuant tout l'écosystème alternatif qui s'épanouissait sur les lieux.

D'une maling-list interhack informelle en passant par des discussions lors d'évènements de l'été, l'idée émerge de relancer les « Universités des Quatres Saisons », anciennement organisées par le Tetalab. À Montpellier, le BIB a posé son ancre dans les sous-sols de la coopérative culturelle de la Tendresse. La relation symbiotique avec le lieu ouvre une possibilité pour accueillir l'évènement. La date du 23 au 26 février est arrêtée, des canaux de discussions sont ouverts et des réunions organisées à intervalles irréguliers. Au BIB, un grand chantier électrique de remise aux...

]]>
Bassines #6 : Le rapport du BRGM de moins en moins crédible ?9730c809-2ca6-4be7-b974-4e4af5761d1dhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230304_163403_Bassines__6___Le_rapport_du_BRGM_de_moins_en_moins_credible__Sat, 04 Mar 2023 16:34:03 +0100

Le climat c’est comme les vérités scientifiques, ça va, ça vient…

En juin 2022 le Bureau de Recherches Géologiques et Minières statuait de la quasi-innocuité des réserves de substitution sur le cycle naturel de l’eau dans le marais Poitevin. Un pas en avant, deux pas en arrière, le bureau précise aujourd’hui que les vérités de son étude ne seraient pas à prendre au pied de la lettre.

Le BRGM s’explique par voie de presse - capture écran

Ce rapport du BRGM est passé de main en main pour rapidement atterrir sur le bureau de Christophe Béchu. Le ministre de la transition s’était aussitôt réjoui d'une étude « venue dire à quel point le projet n’avait pas de conséquences négatives pour les nappes ». Heureux de pouvoir s’appuyer sur des conclusions aussi tangibles il ne voyait donc pas les raisons pour lesquelles il serait « contre un projet légal, soutenu par les élus, et pour lequel les scientifiques disent qu’il va dans le bon sens ».

Un rapport très favorable à l’arrivée des bassines. - Capture d'écran
Un rapport très favorable à l’arrivée des bassines. - Capture d'écran

Ce constat très scientifique fût accueilli comme un blanc seing en faveur du projet de construction de seize réserves d’eau. Telle une étude d’impact, ce rapport attestait noir sur blanc des avantages et du bien fondé des prélèvements hivernaux pour remplir les bassines. Thierry Boudaud, président de la Coop-79, commanditaire de cette étude et porteur du projet, en sera lui aussi convaincu : « Ces résultats sont sans appel ». Minute ! Le BRGM n’avait peut-être pas tout dit…

En effet le bureau d'études vient de se fendre d’un communiqué après qu’une scientifique indépendante soit venue disséquer le rapport par le menu. Comme nous l’avions précédemment écrit, Anne Morwenn Pastier, docteur en science de la terre, s’est étranglée en se penchant sur ces travaux. Selon elle tout est à revoir, tant sur le fond, l’essentiel bien sûr, que sur la forme. Il est vrai que la...

]]>

Le climat c’est comme les vérités scientifiques, ça va, ça vient…

En juin 2022 le Bureau de Recherches Géologiques et Minières statuait de la quasi-innocuité des réserves de substitution sur le cycle naturel de l’eau dans le marais Poitevin. Un pas en avant, deux pas en arrière, le bureau précise aujourd’hui que les vérités de son étude ne seraient pas à prendre au pied de la lettre.

Le BRGM s’explique par voie de presse - capture écran

Ce rapport du BRGM est passé de main en main pour rapidement atterrir sur le bureau de Christophe Béchu. Le ministre de la transition s’était aussitôt réjoui d'une étude « venue dire à quel point le projet n’avait pas de conséquences négatives pour les nappes ». Heureux de pouvoir s’appuyer sur des conclusions aussi tangibles il ne voyait donc pas les raisons pour lesquelles il serait « contre un projet légal, soutenu par les élus, et pour lequel les scientifiques disent qu’il va dans le bon sens ».

Un rapport très favorable à l’arrivée des bassines. - Capture d'écran
Un rapport très favorable à l’arrivée des bassines. - Capture d'écran

Ce constat très scientifique fût accueilli comme un blanc seing en faveur du projet de construction de seize réserves d’eau. Telle une étude d’impact, ce rapport attestait noir sur blanc des avantages et du bien fondé des prélèvements hivernaux pour remplir les bassines. Thierry Boudaud, président de la Coop-79, commanditaire de cette étude et porteur du projet, en sera lui aussi convaincu : « Ces résultats sont sans appel ». Minute ! Le BRGM n’avait peut-être pas tout dit…

En effet le bureau d'études vient de se fendre d’un communiqué après qu’une scientifique indépendante soit venue disséquer le rapport par le menu. Comme nous l’avions précédemment écrit, Anne Morwenn Pastier, docteur en science de la terre, s’est étranglée en se penchant sur ces travaux. Selon elle tout est à revoir, tant sur le fond, l’essentiel bien sûr, que sur la forme. Il est vrai que la...

]]>
Bassines #5 : du rôle et de la fonction des politiques. 1e2d8bb2-f0f7-4ee1-b857-dbd4c902c10dhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230223_192708_Bassines__5___du_role_et_de_la_fonction_des_politiques._Thu, 23 Feb 2023 19:27:08 +0100

La réponse des élus est-elle à la hauteur du réchauffement climatique ?

Certaines visées très écologiques s’assortissent parfois d’une destinée très politicienne. En ce qui concerne le partage de l’eau, les élus de terrain ne sont pas tous en phase avec les hautes instances. Chers collègues ouvrons la séance : qui est pour, qui est contre les bassines ?

L’État, la région et le département face aux bassines… - capture écran

Au regard d’enjeux économiques considérables et face aux déclarations officielles d’un ministre ou d’un président de région, il semble difficile de formuler son opposition aux réserves de substitution sans prendre le risque de passer pour un pénible contestataire. Si une politique globale se conçoit volontiers autour de la bien-pensance des Pour-Contre et des Contre-Pour, les convictions marquées semblent a priori moins bien acceptées. En conséquence de quoi certains élus de terrain préfèrent se retrancher derrière un élan mou et informel plutôt que de se faire cataloguer tel un verdoyant forcené…

On reproche en effet souvent aux écologistes de toutes confessions de ne rien comprendre au fond du problème du stockage de l’eau. Ceux-là sont même parfois assimilés à des « escrologistes » prêts à tout pour se faire entendre. De leur point de vue les réserves de substitutions ne seraient qu’un pis-aller face aux problèmes rencontrés par les agriculteurs. Ont-ils tort, ont-ils raison? L’histoire et le climat jugeront, mais force est de reconnaître que le parti des verts est dans son rôle et sa fonction naturelle.

Pour mieux juger des avis et de la connaissance des dossiers liés aux réserves d’eau, Reflets s’est rapproché de plusieurs édiles concernés par cette affaire. Toutes couleurs politiques confondues, ils arborent l’écharpe tricolore et portent un mandat électif, tous ont un rapport direct avec l’eau, la santé ou l’environnement en général, mais tous n’ont apparemment...

]]>

La réponse des élus est-elle à la hauteur du réchauffement climatique ?

Certaines visées très écologiques s’assortissent parfois d’une destinée très politicienne. En ce qui concerne le partage de l’eau, les élus de terrain ne sont pas tous en phase avec les hautes instances. Chers collègues ouvrons la séance : qui est pour, qui est contre les bassines ?

L’État, la région et le département face aux bassines… - capture écran

Au regard d’enjeux économiques considérables et face aux déclarations officielles d’un ministre ou d’un président de région, il semble difficile de formuler son opposition aux réserves de substitution sans prendre le risque de passer pour un pénible contestataire. Si une politique globale se conçoit volontiers autour de la bien-pensance des Pour-Contre et des Contre-Pour, les convictions marquées semblent a priori moins bien acceptées. En conséquence de quoi certains élus de terrain préfèrent se retrancher derrière un élan mou et informel plutôt que de se faire cataloguer tel un verdoyant forcené…

On reproche en effet souvent aux écologistes de toutes confessions de ne rien comprendre au fond du problème du stockage de l’eau. Ceux-là sont même parfois assimilés à des « escrologistes » prêts à tout pour se faire entendre. De leur point de vue les réserves de substitutions ne seraient qu’un pis-aller face aux problèmes rencontrés par les agriculteurs. Ont-ils tort, ont-ils raison? L’histoire et le climat jugeront, mais force est de reconnaître que le parti des verts est dans son rôle et sa fonction naturelle.

Pour mieux juger des avis et de la connaissance des dossiers liés aux réserves d’eau, Reflets s’est rapproché de plusieurs édiles concernés par cette affaire. Toutes couleurs politiques confondues, ils arborent l’écharpe tricolore et portent un mandat électif, tous ont un rapport direct avec l’eau, la santé ou l’environnement en général, mais tous n’ont apparemment...

]]>
ChatGPT dans les moteurs de recherche, ce n'est pas encore ça...b304e23c-e2cd-4a2f-9b46-aa1470c64bf0http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230220_095700_ChatGPT_dans_les_moteurs_de_recherche__ce_n_est_pas_encore___a...Mon, 20 Feb 2023 09:57:00 +0100

Dans intelligence artificielle, il y a surtout « artificielle »

Merci de ne pas engager de conversations trop longues ou ésotériques avec les agents conversationnels issus de ChatGPT et insérés dans les moteurs de recherche sous peine de se faire des nœuds au cyber-cerveaux. Nos échanges avec ChatGPT, You.com et autres Bing Search ont complètement vrillé...

ChatGPT s'en fout de tout...

Nourris que nous sommes de films de science-fiction, l'apparition d'un « agent conversationnel » comme ChatGPT ne pouvait que nous pousser à le percevoir comme une sorte d'intelligence autonome, semi vivante, capable d'auto-détermination, de mener une conversation sensée et durable. Las... Intelligence artificielle est un mot valise. Nous le prenons comme un tout alors qu'il faudrait surtout retenir le mot « artificielle ». Les algorithmes de ce type sont tout sauf intelligents. Ils sont, au mieux, capables de mener une conversation qui ressemble à une conversation humaine. Il n'y a pas de pensée, de réflexion, qui sous-tende ces conversations. Et cela peut mener à un grand n'importe quoi. Ces outils ne sont pas finis, loin de là. Les mettre à la portée du public à ce stade est une démarche purement commerciale qui voudrait faire pleuvoir des dollars supplémentaires sur le secteur de la Tech. Au risque de faire naître des monstres.

Toute personne qui a échangé avec ChatGPT s'est prise au jeu. On a très vite tendance à oublier que l'on discute avec un algorithme stupide et l'on a vite fait de faire des projections anthropomorphiques. Inutile de dire s'il vous plaît ou au revoir, d'ailleurs, l'algorithme est souvent codé pour ne pas ré-enclencher une discussion sur ce type d'input... Et pourtant... on aimerait voir les logs des conversations de ChatGPT pour voir combien de personnes disent bonjour et...

]]>

Dans intelligence artificielle, il y a surtout « artificielle »

Merci de ne pas engager de conversations trop longues ou ésotériques avec les agents conversationnels issus de ChatGPT et insérés dans les moteurs de recherche sous peine de se faire des nœuds au cyber-cerveaux. Nos échanges avec ChatGPT, You.com et autres Bing Search ont complètement vrillé...

ChatGPT s'en fout de tout...

Nourris que nous sommes de films de science-fiction, l'apparition d'un « agent conversationnel » comme ChatGPT ne pouvait que nous pousser à le percevoir comme une sorte d'intelligence autonome, semi vivante, capable d'auto-détermination, de mener une conversation sensée et durable. Las... Intelligence artificielle est un mot valise. Nous le prenons comme un tout alors qu'il faudrait surtout retenir le mot « artificielle ». Les algorithmes de ce type sont tout sauf intelligents. Ils sont, au mieux, capables de mener une conversation qui ressemble à une conversation humaine. Il n'y a pas de pensée, de réflexion, qui sous-tende ces conversations. Et cela peut mener à un grand n'importe quoi. Ces outils ne sont pas finis, loin de là. Les mettre à la portée du public à ce stade est une démarche purement commerciale qui voudrait faire pleuvoir des dollars supplémentaires sur le secteur de la Tech. Au risque de faire naître des monstres.

Toute personne qui a échangé avec ChatGPT s'est prise au jeu. On a très vite tendance à oublier que l'on discute avec un algorithme stupide et l'on a vite fait de faire des projections anthropomorphiques. Inutile de dire s'il vous plaît ou au revoir, d'ailleurs, l'algorithme est souvent codé pour ne pas ré-enclencher une discussion sur ce type d'input... Et pourtant... on aimerait voir les logs des conversations de ChatGPT pour voir combien de personnes disent bonjour et...

]]>
Des exilés asphyxiésbd65b62c-9cea-4915-a606-2b74bbd4a118http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230214_113303_Des_exiles_asphyxiesTue, 14 Feb 2023 11:33:03 +0100

Dessous Choc #11

Dans son livre « La battue » qui vient de paraître aux éditions du Seuil, le photojournaliste Louis Witter documente et analyse la stratégie anti migrants mise en place dès le quinquennat de François Hollande, en 2016 sur la côte entre Calais et Dunkerque dite « zéro point de fixation ».

Couverture du livre La Battue de Louis Witter - Copie d'écran
Couverture du livre La Battue de Louis Witter - Copie d'écran
Derrière cette expression sibylline fièrement brandie par l'État, symptôme d’une novlangue euphémisante, se cache une triste réalité. Celle du harcèlement d'hommes et de femmes qui voient régulièrement leurs abris de fortune détruits, les empêchant de trouver un répit avant de traverser la Manche pour rejoindre l'Angleterre et reconstruire leur vie.

Cet état de survie dans lequel sont maintenues ces personnes migrantes est dénoncé par les associations de solidarité qui leur viennent en aide mais aussi par un récent rapport parlementaire qui démontre le peu d'efficacité de la stratégie de l'État.

Sans pathos inutile, ni militantisme partial, Louis Witter a fait simplement avec sérieux son travail de journaliste en racontant le quotidien des exilés de Calais, mis au ban de la société non pas pour ce qu'ils auraient fait mais en raison de ce qu'ils sont : « Aux yeux de l’État, c'est leur existence même sur le territoire qui devient l'illégalité. »

]]>

Dessous Choc #11

Dans son livre « La battue » qui vient de paraître aux éditions du Seuil, le photojournaliste Louis Witter documente et analyse la stratégie anti migrants mise en place dès le quinquennat de François Hollande, en 2016 sur la côte entre Calais et Dunkerque dite « zéro point de fixation ».

Couverture du livre La Battue de Louis Witter - Copie d'écran
Couverture du livre La Battue de Louis Witter - Copie d'écran
Derrière cette expression sibylline fièrement brandie par l'État, symptôme d’une novlangue euphémisante, se cache une triste réalité. Celle du harcèlement d'hommes et de femmes qui voient régulièrement leurs abris de fortune détruits, les empêchant de trouver un répit avant de traverser la Manche pour rejoindre l'Angleterre et reconstruire leur vie.

Cet état de survie dans lequel sont maintenues ces personnes migrantes est dénoncé par les associations de solidarité qui leur viennent en aide mais aussi par un récent rapport parlementaire qui démontre le peu d'efficacité de la stratégie de l'État.

Sans pathos inutile, ni militantisme partial, Louis Witter a fait simplement avec sérieux son travail de journaliste en racontant le quotidien des exilés de Calais, mis au ban de la société non pas pour ce qu'ils auraient fait mais en raison de ce qu'ils sont : « Aux yeux de l’État, c'est leur existence même sur le territoire qui devient l'illégalité. »

]]>
Bassines #3 : des voix d’eau qui portent68b60708-6d06-4935-84b4-6888a18b89d6http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230207_092305_Bassines__3___des_voix_d___eau_qui_portentTue, 07 Feb 2023 09:23:05 +0100

L’interview croisée de deux figures du milieu

Ces deux hommes sont intarissables sur le sujet des bassines. Ils ont toutefois un avis aussi contraire que l’eau et le feu. Nous leur avons posé les mêmes questions pour mieux entendre leurs divergences : deux mondes, pour un seul réchauffement climatique…

A gauche Luc Servant, à droite Julien Le Guet, deux meneurs de débats - Reflets

L’un et l’autre sont des personnages connus et reconnus sur le territoire du Sud-Ouest. Lorsqu’ils apparaissent, les micros se tendent pour cueillir une phrase, un avis, un bilan. Mais ces deux voix là portent un discours qui ne s’adresse pas tout à fait au même auditoire.

Ils défendent leurs idées avec conviction et force de persuasion. Comment écouter l’un sans froisser l’autre, sinon de les faire parler par ordre alphabétique. Ce sera donc au tour de M. Le Guet d’ouvrir l’interview avant de laisser M. Servant s’exprimer ensuite. Avant d’entendre les arguments de l'un et de l'autre, une petite présentation rapide s’impose afin de mieux cerner le profil des débatteurs.

Les cartes de visite express

Luc Servant, un pro bassine très actif - Capture d'écran
Luc Servant, un pro bassine très actif - Capture d'écran

Selon les informations disponibles Luc Servant est installé en agriculture depuis 1991 à Benon (17), il est à la tête d’une exploitation de 183 hectares plantés en céréales et protéagineux. Il est adhérent à la FNSEA. Au rang de ses mandats professionnels il aura occupé les fonctions de :

  • Président de la Coopérative de Courçon
  • Président de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime
  • Président de la Chambre régionale d’agriculture de Poitou-Charentes
  • 1er vice-président de la Chambre régionale d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine
  • Vice-Président, membre du Bureau et Président de la Commission Economie de l’APCA
  • Depuis 2020, il a été élu Président de la Chambre d’agriculture régional de...
]]>

L’interview croisée de deux figures du milieu

Ces deux hommes sont intarissables sur le sujet des bassines. Ils ont toutefois un avis aussi contraire que l’eau et le feu. Nous leur avons posé les mêmes questions pour mieux entendre leurs divergences : deux mondes, pour un seul réchauffement climatique…

A gauche Luc Servant, à droite Julien Le Guet, deux meneurs de débats - Reflets

L’un et l’autre sont des personnages connus et reconnus sur le territoire du Sud-Ouest. Lorsqu’ils apparaissent, les micros se tendent pour cueillir une phrase, un avis, un bilan. Mais ces deux voix là portent un discours qui ne s’adresse pas tout à fait au même auditoire.

Ils défendent leurs idées avec conviction et force de persuasion. Comment écouter l’un sans froisser l’autre, sinon de les faire parler par ordre alphabétique. Ce sera donc au tour de M. Le Guet d’ouvrir l’interview avant de laisser M. Servant s’exprimer ensuite. Avant d’entendre les arguments de l'un et de l'autre, une petite présentation rapide s’impose afin de mieux cerner le profil des débatteurs.

Les cartes de visite express

Luc Servant, un pro bassine très actif - Capture d'écran
Luc Servant, un pro bassine très actif - Capture d'écran

Selon les informations disponibles Luc Servant est installé en agriculture depuis 1991 à Benon (17), il est à la tête d’une exploitation de 183 hectares plantés en céréales et protéagineux. Il est adhérent à la FNSEA. Au rang de ses mandats professionnels il aura occupé les fonctions de :

  • Président de la Coopérative de Courçon
  • Président de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime
  • Président de la Chambre régionale d’agriculture de Poitou-Charentes
  • 1er vice-président de la Chambre régionale d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine
  • Vice-Président, membre du Bureau et Président de la Commission Economie de l’APCA
  • Depuis 2020, il a été élu Président de la Chambre d’agriculture régional de...
]]>
Bassines #4 : une science à deux rapports ? 92b76115-e812-4186-b227-c978beef58eahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230207_092247_Bassines__4___une_science_a_deux_rapports___Tue, 07 Feb 2023 09:22:47 +0100

Le rapport du BRGM sur l’impact des bassines questionne…

Bassines des riches et eau des pauvres…comme en médecine ? C’est un peu le sentiment qui se profile en arrière plan des révélations d’Anne-Morwenn Pastier, une scientifique qui pointe les incohérences d’une étude menée par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières.

Un rapport favorable aux bassines mais durement contesté - capture écran

Selon les termes officiels, le BRGM est à considérer comme le service géologique national. Cet établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) fait référence « dans les applications des sciences de la Terre pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol dans une perspective de développement durable ». Créé en 1959, il est placé sous la tutelle des ministères en charge de la Recherche, de l'Écologie et de l'Économie.

Un décret du 23 octobre 1959 relatif à l'organisation administrative et financière du Bureau stipule qu'il est habilité « à procéder à toutes opérations commerciales, industrielles et financières compatibles avec son objet. A créer des filiales et prendre des participations dans des organismes et sociétés dont l'activité est directement liée à ses propres développements et à leur accorder, le cas échéant, des aides, en particulier sous forme de prêts ou d'avances ».

Un rapport commandé par les pro-bassines - Capture d'écran
Un rapport commandé par les pro-bassines - Capture d'écran

En juillet 2022, le BRGM rend ses conclusions dans un rapport aux termes très favorables aux réserves de substitution. La Synthèse des impacts se voit ainsi présentée : « Le scénario 2021 de mise en place de retenues de substitution par la coopérative des eaux des Deux-Sèvres permettrait une amélioration globale des nappes du Jurassique supérieur et moyen, en printemps été ». Ces précisions rapportent que « d’une manière générale » le respect des futures limites de prélèvements en...

]]>

Le rapport du BRGM sur l’impact des bassines questionne…

Bassines des riches et eau des pauvres…comme en médecine ? C’est un peu le sentiment qui se profile en arrière plan des révélations d’Anne-Morwenn Pastier, une scientifique qui pointe les incohérences d’une étude menée par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières.

Un rapport favorable aux bassines mais durement contesté - capture écran

Selon les termes officiels, le BRGM est à considérer comme le service géologique national. Cet établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) fait référence « dans les applications des sciences de la Terre pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol dans une perspective de développement durable ». Créé en 1959, il est placé sous la tutelle des ministères en charge de la Recherche, de l'Écologie et de l'Économie.

Un décret du 23 octobre 1959 relatif à l'organisation administrative et financière du Bureau stipule qu'il est habilité « à procéder à toutes opérations commerciales, industrielles et financières compatibles avec son objet. A créer des filiales et prendre des participations dans des organismes et sociétés dont l'activité est directement liée à ses propres développements et à leur accorder, le cas échéant, des aides, en particulier sous forme de prêts ou d'avances ».

Un rapport commandé par les pro-bassines - Capture d'écran
Un rapport commandé par les pro-bassines - Capture d'écran

En juillet 2022, le BRGM rend ses conclusions dans un rapport aux termes très favorables aux réserves de substitution. La Synthèse des impacts se voit ainsi présentée : « Le scénario 2021 de mise en place de retenues de substitution par la coopérative des eaux des Deux-Sèvres permettrait une amélioration globale des nappes du Jurassique supérieur et moyen, en printemps été ». Ces précisions rapportent que « d’une manière générale » le respect des futures limites de prélèvements en...

]]>
Bassines #3 : des voix d’eau qui portent68b60708-6d06-4935-84b4-6888a18b89d6http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230201_180000_Bassines__3___des_voix_d___eau_qui_portentWed, 01 Feb 2023 18:00:00 +0100

L’interview croisée de deux figures du milieu

Ces deux hommes sont intarissables sur le sujet des bassines. Ils ont toutefois un avis aussi contraire que l’eau et le feu. Nous leur avons posé les mêmes questions pour mieux entendre leurs divergences : deux mondes, pour un seul réchauffement climatique…

A gauche Luc Servant, à droite Julien Le Guet, deux meneurs de débats - Reflets

L’un et l’autre sont des personnages connus et reconnus sur le territoire du Sud-Ouest. Lorsqu’ils apparaissent, les micros se tendent pour cueillir une phrase, un avis, un bilan. Mais ces deux voix là portent un discours qui ne s’adresse pas tout à fait au même auditoire.

Ils défendent leurs idées avec conviction et force de persuasion. Comment écouter l’un sans froisser l’autre, sinon de les faire parler par ordre alphabétique. Ce sera donc au tour de M. Le Guet d’ouvrir l’interview avant de laisser M. Servant s’exprimer ensuite. Avant d’entendre les arguments de l'un et de l'autre, une petite présentation rapide s’impose afin de mieux cerner le profil des débatteurs.

Les cartes de visite express

Luc Servant, un pro bassine très actif - Capture d'écran
Luc Servant, un pro bassine très actif - Capture d'écran

Selon les informations disponibles Luc Servant est installé en agriculture depuis 1991 à Benon (17), il est à la tête d’une exploitation de 183 hectares plantés en céréales et protéagineux. Il est adhérent à la FNSEA. Au rang de ses mandats professionnels il aura occupé les fonctions de :

  • Président de la Coopérative de Courçon
  • Président de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime
  • Président de la Chambre régionale d’agriculture de Poitou-Charentes
  • 1er vice-président de la Chambre régionale d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine
  • Vice-Président, membre du Bureau et Président de la Commission Economie de l’APCA
  • Depuis 2020, il a été élu Président de la Chambre d’agriculture régional de...
]]>

L’interview croisée de deux figures du milieu

Ces deux hommes sont intarissables sur le sujet des bassines. Ils ont toutefois un avis aussi contraire que l’eau et le feu. Nous leur avons posé les mêmes questions pour mieux entendre leurs divergences : deux mondes, pour un seul réchauffement climatique…

A gauche Luc Servant, à droite Julien Le Guet, deux meneurs de débats - Reflets

L’un et l’autre sont des personnages connus et reconnus sur le territoire du Sud-Ouest. Lorsqu’ils apparaissent, les micros se tendent pour cueillir une phrase, un avis, un bilan. Mais ces deux voix là portent un discours qui ne s’adresse pas tout à fait au même auditoire.

Ils défendent leurs idées avec conviction et force de persuasion. Comment écouter l’un sans froisser l’autre, sinon de les faire parler par ordre alphabétique. Ce sera donc au tour de M. Le Guet d’ouvrir l’interview avant de laisser M. Servant s’exprimer ensuite. Avant d’entendre les arguments de l'un et de l'autre, une petite présentation rapide s’impose afin de mieux cerner le profil des débatteurs.

Les cartes de visite express

Luc Servant, un pro bassine très actif - Capture d'écran
Luc Servant, un pro bassine très actif - Capture d'écran

Selon les informations disponibles Luc Servant est installé en agriculture depuis 1991 à Benon (17), il est à la tête d’une exploitation de 183 hectares plantés en céréales et protéagineux. Il est adhérent à la FNSEA. Au rang de ses mandats professionnels il aura occupé les fonctions de :

  • Président de la Coopérative de Courçon
  • Président de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime
  • Président de la Chambre régionale d’agriculture de Poitou-Charentes
  • 1er vice-président de la Chambre régionale d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine
  • Vice-Président, membre du Bureau et Président de la Commission Economie de l’APCA
  • Depuis 2020, il a été élu Président de la Chambre d’agriculture régional de...
]]>
Bassines #1 : mode d’emploi5f725ecc-9643-4e6c-9b01-0972403e78b8http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230201_175732_Bassines__1___mode_d___emploiWed, 01 Feb 2023 17:57:32 +0100

Un abécédaire pour mieux comprendre les maux de l’eau

Les opposants aux réserves d’eau parlent de cratères à ciel ouvert. L’image pourrait paraître excessive à qui n’a jamais approché une bassine. Mesurés de plus près, les surfaces et les volumes donnent pourtant le vertige.

Un rapport d’échelle qui donne la mesure… - capture écran

A comme agriculture

Le discours de Christophe Béchu, l’actuel ministre de la transition écologique, ne surprendra personne : « Il n’y a pas d’agriculture sans eau… ». Bien sûr, mais le bon sens paysan d’autrefois doit désormais composer avec d’autres évidences : « La question n’est plus de savoir s’il y aura des sécheresses, mais quand… ». Ce constat plus étayé émane du président du Comité national de l’eau (CNE) dont la charge consiste à alimenter la réflexion du gouvernement sur la politique de l’eau.

Panne sèche : où se trouve la station d’eau SVP ? - Capture d'écran
Panne sèche : où se trouve la station d’eau SVP ? - Capture d'écran

Du côté du Sénat on préfère se montrer rassurant : « Le tableau n’est en rien apocalyptique, la France reste un pays bien doté en eau et devrait pouvoir la gérer en bonne intelligence, mais à la condition de porter un regard lucide sur les changements qui nous attendent ». Cette commission sénatoriale s’est accompagnée d’un rapport ouvrant sur une curieuse question : « Les utilisateurs de l’eau vont-ils pouvoir apprendre à s’en passer? ». Ou comment traiter du manque en s’occupant de la gestion du manque…

Mais qui sont ces utilisateurs dont parlent les sénateurs et à qui il conviendrait d’apprendre à se passer de l’indispensable? Le rapport d’information précise « l’effort de sobriété pèsera principalement sur l’agriculture, qui représente les deux tiers de la consommation d’eau ». L’avenir et les enjeux y sont clairement exposés : « Des actions de perfectionnement technique peuvent encore être menées...

]]>

Un abécédaire pour mieux comprendre les maux de l’eau

Les opposants aux réserves d’eau parlent de cratères à ciel ouvert. L’image pourrait paraître excessive à qui n’a jamais approché une bassine. Mesurés de plus près, les surfaces et les volumes donnent pourtant le vertige.

Un rapport d’échelle qui donne la mesure… - capture écran

A comme agriculture

Le discours de Christophe Béchu, l’actuel ministre de la transition écologique, ne surprendra personne : « Il n’y a pas d’agriculture sans eau… ». Bien sûr, mais le bon sens paysan d’autrefois doit désormais composer avec d’autres évidences : « La question n’est plus de savoir s’il y aura des sécheresses, mais quand… ». Ce constat plus étayé émane du président du Comité national de l’eau (CNE) dont la charge consiste à alimenter la réflexion du gouvernement sur la politique de l’eau.

Panne sèche : où se trouve la station d’eau SVP ? - Capture d'écran
Panne sèche : où se trouve la station d’eau SVP ? - Capture d'écran

Du côté du Sénat on préfère se montrer rassurant : « Le tableau n’est en rien apocalyptique, la France reste un pays bien doté en eau et devrait pouvoir la gérer en bonne intelligence, mais à la condition de porter un regard lucide sur les changements qui nous attendent ». Cette commission sénatoriale s’est accompagnée d’un rapport ouvrant sur une curieuse question : « Les utilisateurs de l’eau vont-ils pouvoir apprendre à s’en passer? ». Ou comment traiter du manque en s’occupant de la gestion du manque…

Mais qui sont ces utilisateurs dont parlent les sénateurs et à qui il conviendrait d’apprendre à se passer de l’indispensable? Le rapport d’information précise « l’effort de sobriété pèsera principalement sur l’agriculture, qui représente les deux tiers de la consommation d’eau ». L’avenir et les enjeux y sont clairement exposés : « Des actions de perfectionnement technique peuvent encore être menées...

]]>
Bassines #2 : au tribunal des actes et des idées b77cb848-7b32-4af9-8baa-d42aa252a4c3http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230201_175652_Bassines__2___au_tribunal_des_actes_et_des_idees_Wed, 01 Feb 2023 17:56:52 +0100

Du droit, du devoir, et du pouvoir désobéir

Sept prévenus et deux procès. Deux audiences aux termes desquelles une loi sûre et écrite s’est appliquée sans trembler ni faillir. De celle qui se prononce code pénal en tête et sagesse sociétale sous le bras, Récit de quelques contrariants instants de justice…

Tribunal judiciaire de La Rochelle, le 5 janvier 2023 - © Reflets

Le premier procès s’est tenu le 5 janvier, au tribunal de La Rochelle en Charente-Maritime, le second a eu lieu le lendemain, à Niort dans les Deux-Sèvres. Deux prévenus à la barre d’un côté, cinq de l’autre, tous défendus par un même cabinet d’avocat. Les faits se sont déroulés dans un proche périmètre géographique, mais sur deux territoires juridictionnels distincts.

La justice des hommes pose des frontières, là où la nature n’en connaît pas. Le Marais poitevin, là où ont été commis les actes délictueux, se tient à cheval sur trois départements (Vendée, Charente-Maritime, Deux-Sèvres) et deux grandes régions de France (Nouvelle-Aquitaine, Pays de Loire).

La députée Clémence Guetté venue soutenir la cause des anti-bassines - Reflets
La députée Clémence Guetté venue soutenir la cause des anti-bassines - Reflets

Bien au-delà des chefs d’accusation principaux, c’est de la désobéissance citoyenne face à une nécessité écologique dont il aura été question au tribunal de La Rochelle. A chacun ses arguments, pour la partie civile : « Nous ne sommes pas là pour rentrer dans un débat politique et sociétal ».

Un argument partagé par le parquet : «L’état de nécessité ne peut pas faire litière de l’État de droit. C’est le rôle du législateur de décider de l’état de nécessité écologique ».

Du côté de la défense on souligne que « L’État ne fait pas grand-chose pour faire respecter ses propres règles ». Ses avocats rappellent que d’autres contestations plus lointaines se sont vues retoquées par les tribunaux « avant d’aboutir à l’Assemblée nationale, et parfois...

]]>

Du droit, du devoir, et du pouvoir désobéir

Sept prévenus et deux procès. Deux audiences aux termes desquelles une loi sûre et écrite s’est appliquée sans trembler ni faillir. De celle qui se prononce code pénal en tête et sagesse sociétale sous le bras, Récit de quelques contrariants instants de justice…

Tribunal judiciaire de La Rochelle, le 5 janvier 2023 - © Reflets

Le premier procès s’est tenu le 5 janvier, au tribunal de La Rochelle en Charente-Maritime, le second a eu lieu le lendemain, à Niort dans les Deux-Sèvres. Deux prévenus à la barre d’un côté, cinq de l’autre, tous défendus par un même cabinet d’avocat. Les faits se sont déroulés dans un proche périmètre géographique, mais sur deux territoires juridictionnels distincts.

La justice des hommes pose des frontières, là où la nature n’en connaît pas. Le Marais poitevin, là où ont été commis les actes délictueux, se tient à cheval sur trois départements (Vendée, Charente-Maritime, Deux-Sèvres) et deux grandes régions de France (Nouvelle-Aquitaine, Pays de Loire).

La députée Clémence Guetté venue soutenir la cause des anti-bassines - Reflets
La députée Clémence Guetté venue soutenir la cause des anti-bassines - Reflets

Bien au-delà des chefs d’accusation principaux, c’est de la désobéissance citoyenne face à une nécessité écologique dont il aura été question au tribunal de La Rochelle. A chacun ses arguments, pour la partie civile : « Nous ne sommes pas là pour rentrer dans un débat politique et sociétal ».

Un argument partagé par le parquet : «L’état de nécessité ne peut pas faire litière de l’État de droit. C’est le rôle du législateur de décider de l’état de nécessité écologique ».

Du côté de la défense on souligne que « L’État ne fait pas grand-chose pour faire respecter ses propres règles ». Ses avocats rappellent que d’autres contestations plus lointaines se sont vues retoquées par les tribunaux « avant d’aboutir à l’Assemblée nationale, et parfois...

]]>
Bassines #1 : mode d’emploi5f725ecc-9643-4e6c-9b01-0972403e78b8http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230201_170000_Bassines__1___mode_d___emploiWed, 01 Feb 2023 17:00:00 +0100

Un abécédaire pour mieux comprendre les maux de l’eau

Les opposants aux réserves d’eau parlent de cratères à ciel ouvert. L’image pourrait paraître excessive à qui n’a jamais approché une bassine. Mesurés de plus près, les surfaces et les volumes donnent pourtant le vertige.

Un rapport d’échelle qui donne la mesure… - capture écran

A comme agriculture

Le discours de Christophe Béchu, l’actuel ministre de la transition écologique, ne surprendra personne : « Il n’y a pas d’agriculture sans eau… ». Bien sûr, mais le bon sens paysan d’autrefois doit désormais composer avec d’autres évidences : « La question n’est plus de savoir s’il y aura des sécheresses, mais quand… ». Ce constat plus étayé émane du président du Comité national de l’eau (CNE) dont la charge consiste à alimenter la réflexion du gouvernement sur la politique de l’eau.

Panne sèche : où se trouve la station d’eau SVP ? - Capture d'écran
Panne sèche : où se trouve la station d’eau SVP ? - Capture d'écran

Du côté du Sénat on préfère se montrer rassurant : « Le tableau n’est en rien apocalyptique, la France reste un pays bien doté en eau et devrait pouvoir la gérer en bonne intelligence, mais à la condition de porter un regard lucide sur les changements qui nous attendent ». Cette commission sénatoriale s’est accompagnée d’un rapport ouvrant sur une curieuse question : « Les utilisateurs de l’eau vont-ils pouvoir apprendre à s’en passer? ». Ou comment traiter du manque en s’occupant de la gestion du manque…

Mais qui sont ces utilisateurs dont parlent les sénateurs et à qui il conviendrait d’apprendre à se passer de l’indispensable? Le rapport d’information précise « l’effort de sobriété pèsera principalement sur l’agriculture, qui représente les deux tiers de la consommation d’eau ». L’avenir et les enjeux y sont clairement exposés : « Des actions de perfectionnement technique peuvent encore être menées...

]]>

Un abécédaire pour mieux comprendre les maux de l’eau

Les opposants aux réserves d’eau parlent de cratères à ciel ouvert. L’image pourrait paraître excessive à qui n’a jamais approché une bassine. Mesurés de plus près, les surfaces et les volumes donnent pourtant le vertige.

Un rapport d’échelle qui donne la mesure… - capture écran

A comme agriculture

Le discours de Christophe Béchu, l’actuel ministre de la transition écologique, ne surprendra personne : « Il n’y a pas d’agriculture sans eau… ». Bien sûr, mais le bon sens paysan d’autrefois doit désormais composer avec d’autres évidences : « La question n’est plus de savoir s’il y aura des sécheresses, mais quand… ». Ce constat plus étayé émane du président du Comité national de l’eau (CNE) dont la charge consiste à alimenter la réflexion du gouvernement sur la politique de l’eau.

Panne sèche : où se trouve la station d’eau SVP ? - Capture d'écran
Panne sèche : où se trouve la station d’eau SVP ? - Capture d'écran

Du côté du Sénat on préfère se montrer rassurant : « Le tableau n’est en rien apocalyptique, la France reste un pays bien doté en eau et devrait pouvoir la gérer en bonne intelligence, mais à la condition de porter un regard lucide sur les changements qui nous attendent ». Cette commission sénatoriale s’est accompagnée d’un rapport ouvrant sur une curieuse question : « Les utilisateurs de l’eau vont-ils pouvoir apprendre à s’en passer? ». Ou comment traiter du manque en s’occupant de la gestion du manque…

Mais qui sont ces utilisateurs dont parlent les sénateurs et à qui il conviendrait d’apprendre à se passer de l’indispensable? Le rapport d’information précise « l’effort de sobriété pèsera principalement sur l’agriculture, qui représente les deux tiers de la consommation d’eau ». L’avenir et les enjeux y sont clairement exposés : « Des actions de perfectionnement technique peuvent encore être menées...

]]>
Une réforme non négociable1f25ca35-b5b0-4f62-9fe2-f1b050120642http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230201_115023_Une_reforme_non_negociableWed, 01 Feb 2023 11:50:23 +0100

Deuxième journée de manifestation, second départ en fanfare ?

Mesdames et messieurs les ministres faites passer le mot, cette réforme sera non négociable. Il semblerait que les éléments de langage soient ainsi définis. Les enfants de la république sont prévenus : il devient inutile de descendre dans la rue, et pour la récrée à 64 ans on leur répète à l'envi que rien n'est né-go-ci-able !

Mais que font-ils là ces gens mal négociables? - Reflets

On a eu beau leur dire que cela ne servirait à rien, on a eu beau les stygmatiser en leur disant qu'ils allaient « bordéliser le pays », sorte de vieille référence hors d'âge au général de Gaulle et sa « chienlit » de 1968, ils sont venus en masse avec 2,8 millions de personnes dans les rue du pays contre 2 millions le 19 janvier, selon les chiffres de la CGT. De son côté, le ministère de l’intérieur a, lui, estimé ce chiffre à 1,272 million contre 1,12 million le 19 janvier, soit la plus grande mobilisation depuis des années. Côté exécutif, en coulisse, on continue de dire que tout cela ne compromet pas la réforme...

À La Rochelle, les rangs s'étaient étoffés. Ce mardi 31 janvier, environ 12.000 personnes se sont de nouveau mobilisées autour du vieux port. Visiblement, ici comme ailleurs, et notamment à Paris, le peuple n'a semble-t-il pas entendu cette inébranlable consigne gouvernementale : « c'est non négociable »

Au gré d’un long cortège, Reflet s’est approché de quelques irréductibles contestataires, jeunes ou retraités, syndicalisés ou non, mais apparemment tous sourds et déterminés. Nous leur avons posé cette simple et courte question : cela vous fait quoi de vous entendre dire que cette réforme n’est pas négociable ?

Alinoë et Julia 16 et 17 ans

« C’est pas possible ça… dans une démocratie tout doit forcément rester négociable. Il faut écouter ce que pense le peuple, sinon ce n’est plus une démocratie »

Franck 39...

]]>

Deuxième journée de manifestation, second départ en fanfare ?

Mesdames et messieurs les ministres faites passer le mot, cette réforme sera non négociable. Il semblerait que les éléments de langage soient ainsi définis. Les enfants de la république sont prévenus : il devient inutile de descendre dans la rue, et pour la récrée à 64 ans on leur répète à l'envi que rien n'est né-go-ci-able !

Mais que font-ils là ces gens mal négociables? - Reflets

On a eu beau leur dire que cela ne servirait à rien, on a eu beau les stygmatiser en leur disant qu'ils allaient « bordéliser le pays », sorte de vieille référence hors d'âge au général de Gaulle et sa « chienlit » de 1968, ils sont venus en masse avec 2,8 millions de personnes dans les rue du pays contre 2 millions le 19 janvier, selon les chiffres de la CGT. De son côté, le ministère de l’intérieur a, lui, estimé ce chiffre à 1,272 million contre 1,12 million le 19 janvier, soit la plus grande mobilisation depuis des années. Côté exécutif, en coulisse, on continue de dire que tout cela ne compromet pas la réforme...

À La Rochelle, les rangs s'étaient étoffés. Ce mardi 31 janvier, environ 12.000 personnes se sont de nouveau mobilisées autour du vieux port. Visiblement, ici comme ailleurs, et notamment à Paris, le peuple n'a semble-t-il pas entendu cette inébranlable consigne gouvernementale : « c'est non négociable »

Au gré d’un long cortège, Reflet s’est approché de quelques irréductibles contestataires, jeunes ou retraités, syndicalisés ou non, mais apparemment tous sourds et déterminés. Nous leur avons posé cette simple et courte question : cela vous fait quoi de vous entendre dire que cette réforme n’est pas négociable ?

Alinoë et Julia 16 et 17 ans

« C’est pas possible ça… dans une démocratie tout doit forcément rester négociable. Il faut écouter ce que pense le peuple, sinon ce n’est plus une démocratie »

Franck 39...

]]>
Dassault pointé du doigt pour sa participation indirecte dans la production d'armes au Myanmar217aac86-ef7e-4c7a-8bc6-d86eb56df05dhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230130_135437_Dassault_pointe_du_doigt_pour_sa_participation_indirecte_dans_la_production_d_armes_au_MyanmarMon, 30 Jan 2023 13:54:37 +0100

L'ONG Special Advisory Council for Myanmar publie un rapport accablant sur le rôle d'entreprises occidentales

Des sociétés d'au moins 13 pays, notamment d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord, ont permis à l'armée du Myanmar de fabriquer des armes utilisées pour commettre des violations des droits de l'homme, estime le SAC-M.

Dassault s'est lancé 10 défis pour un avenir meilleur. Et si on regardait de plus près qui utilise les logiciels de la société ? - Copie d'écran

Un million et demi de déplacés dans le pays depuis février 2021 selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), 70.000 réfugiés au moins dans les pays voisins, un accès à la nourriture et à l'éducation difficile, un travail des ONG et des Nations Unies compliqué, la situation s'avère catastrophique au Myanmar.

La répression de la part des militaires qui ont repris la main après les élections de 2020 est féroce. C'est dans ce contexte que le Special Advisory Council for Myanmar a publié un rapport sur la participation directe ou indirecte d'autres pays à la fabrication d'armes par le complexe militaro-industriel du Myanmar. Dans le lot des sociétés étrangères figure Dassault.

Le rapport, intitulé Fatal Business : Supplying the Myanmar Military's Weapon Production, pointe des entreprises domiciliées en Autriche, en France, en Chine, à Singapour, en Inde, en Israël, en Ukraine, en Allemagne, à Taiwan, au Japon, en Russie, en Corée du Sud et aux États-Unis. Elles sont soupçonnées d'avoir fourni des produits essentiels à la fabrication d'armes au Myanmar par la Direction des industries de la défense (DDI) de l'armée du Myanmar dans des usines de fabrication d'armes communément appelées KaPaSa.

« Des entreprises étrangères permettent à l'armée du Myanmar - l'une des pires au monde en termes de violations des droits de l'homme - de produire un grand nombre des armes qu'elle utilise pour...

]]>

L'ONG Special Advisory Council for Myanmar publie un rapport accablant sur le rôle d'entreprises occidentales

Des sociétés d'au moins 13 pays, notamment d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord, ont permis à l'armée du Myanmar de fabriquer des armes utilisées pour commettre des violations des droits de l'homme, estime le SAC-M.

Dassault s'est lancé 10 défis pour un avenir meilleur. Et si on regardait de plus près qui utilise les logiciels de la société ? - Copie d'écran

Un million et demi de déplacés dans le pays depuis février 2021 selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), 70.000 réfugiés au moins dans les pays voisins, un accès à la nourriture et à l'éducation difficile, un travail des ONG et des Nations Unies compliqué, la situation s'avère catastrophique au Myanmar.

La répression de la part des militaires qui ont repris la main après les élections de 2020 est féroce. C'est dans ce contexte que le Special Advisory Council for Myanmar a publié un rapport sur la participation directe ou indirecte d'autres pays à la fabrication d'armes par le complexe militaro-industriel du Myanmar. Dans le lot des sociétés étrangères figure Dassault.

Le rapport, intitulé Fatal Business : Supplying the Myanmar Military's Weapon Production, pointe des entreprises domiciliées en Autriche, en France, en Chine, à Singapour, en Inde, en Israël, en Ukraine, en Allemagne, à Taiwan, au Japon, en Russie, en Corée du Sud et aux États-Unis. Elles sont soupçonnées d'avoir fourni des produits essentiels à la fabrication d'armes au Myanmar par la Direction des industries de la défense (DDI) de l'armée du Myanmar dans des usines de fabrication d'armes communément appelées KaPaSa.

« Des entreprises étrangères permettent à l'armée du Myanmar - l'une des pires au monde en termes de violations des droits de l'homme - de produire un grand nombre des armes qu'elle utilise pour...

]]>
Réforme des retraites : Olivier Véran promet les plaies d'Égypte1f6c7bd1-d8de-42cb-9b83-f7d5d0d3b3fehttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230129_132334_Reforme_des_retraites___Olivier_Veran_promet_les_plaies_d_EgypteSun, 29 Jan 2023 13:23:34 +0100

Mais visiblement, il n'a pas fait le bilan des quinquennats Macron...

Après les faits alternatifs de Bruno Le Maire, voici la liste des abominations qui s'abattront sur le peuple de France s'il n'accepte pas la réforme des retraites concoctée par Emmanuel Macron. Ce que ne dit pas Olivier Véran, c'est que ces plaies se sont déjà manifestées en dépit du déploiement des fantastiques politiques économiques d'Emmanuel Macron évoquées par Bruno Le Maire...

Monsieur Olivier te promet les dix plaies d'Égypte si tu n'écoutes pas les conseils du marabout Macron

Bruno Le Maire nous vendait il y a quelques jours Emmanuel Macron comme un gourou économique capable d'envisager des « politiques économiques » dignes d'un magicien. Bien mal lui en prenait car les chiffres démontraient l'inanité de ses propos. Alors qu'il vantait l'intérêt des investisseurs étrangers pour la France, l'Insee relève que les investissements ont nettement baissé sous Macron. Aujourd'hui, c'est au tour d'Olivier Véran, porte-parole de la secte du gouvernement de nous vanter les mérites du gourou d'Emmanuel Macron dans le domaine financier. Sans lui et sa réforme des retraites, ce sont les dix plaies d'Égypte qui vont s'abattre sur les Français : « Déficit record, hausse des impôts, baisse des pensions de nos retraités : pour éviter les scénarios catastrophes dans 10 ans, nous devons agir maintenant pour préserver notre système de retraite  »... Dans ce cas, que dire des résultats économiques d'Emmanuel Macron dans ce domaine ? Raffraichissons la mémoire d'Olivier Véran...

Olivier Véran te lit l'avenir dans le marc de café - Copie d'écran
Olivier Véran te lit l'avenir dans le marc de café - Copie d'écran

tout d'abord, le déficit public. Où en est cet indicateur économique avant la réforme magique qui va nous sauver ?

En points de PIB, le déficit public français décroit constamment de 1993 à 2001. Il passe de -6,4 à -1,4. Il reste ensuite à peu près stable jusqu'en 2009, année post crise économique (-7,2) puis décroit à nouveau...

]]>

Mais visiblement, il n'a pas fait le bilan des quinquennats Macron...

Après les faits alternatifs de Bruno Le Maire, voici la liste des abominations qui s'abattront sur le peuple de France s'il n'accepte pas la réforme des retraites concoctée par Emmanuel Macron. Ce que ne dit pas Olivier Véran, c'est que ces plaies se sont déjà manifestées en dépit du déploiement des fantastiques politiques économiques d'Emmanuel Macron évoquées par Bruno Le Maire...

Monsieur Olivier te promet les dix plaies d'Égypte si tu n'écoutes pas les conseils du marabout Macron

Bruno Le Maire nous vendait il y a quelques jours Emmanuel Macron comme un gourou économique capable d'envisager des « politiques économiques » dignes d'un magicien. Bien mal lui en prenait car les chiffres démontraient l'inanité de ses propos. Alors qu'il vantait l'intérêt des investisseurs étrangers pour la France, l'Insee relève que les investissements ont nettement baissé sous Macron. Aujourd'hui, c'est au tour d'Olivier Véran, porte-parole de la secte du gouvernement de nous vanter les mérites du gourou d'Emmanuel Macron dans le domaine financier. Sans lui et sa réforme des retraites, ce sont les dix plaies d'Égypte qui vont s'abattre sur les Français : « Déficit record, hausse des impôts, baisse des pensions de nos retraités : pour éviter les scénarios catastrophes dans 10 ans, nous devons agir maintenant pour préserver notre système de retraite  »... Dans ce cas, que dire des résultats économiques d'Emmanuel Macron dans ce domaine ? Raffraichissons la mémoire d'Olivier Véran...

Olivier Véran te lit l'avenir dans le marc de café - Copie d'écran
Olivier Véran te lit l'avenir dans le marc de café - Copie d'écran

tout d'abord, le déficit public. Où en est cet indicateur économique avant la réforme magique qui va nous sauver ?

En points de PIB, le déficit public français décroit constamment de 1993 à 2001. Il passe de -6,4 à -1,4. Il reste ensuite à peu près stable jusqu'en 2009, année post crise économique (-7,2) puis décroit à nouveau...

]]>
Le groupe Hive durement touché par le FBI et Europol61ed2d52-874b-4bc0-9b8e-2c86cfc89ba5http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230126_213509_Le_groupe_Hive_durement_touche_par_le_FBI_et_EuropolThu, 26 Jan 2023 21:35:09 +0100

Le groupe de ransomware était à l'origine du piratage d'Altice

Les enquêteurs américains ont remplacé la page d'accueil du site de ransomware par une page annonçant la saisie du site. Pas d'arrestation pour l'instant, mais quelques informations sur l'infiltration de l'infrastructure des pirates.

Elle a bien changé, la page du groupe de ransomware Hive... - Copie d'écran

Le FBI a largement communiqué ce jeudi 26 janvier 2023 sur une opération menée depuis plusieurs mois et ayant abouti à la mise hors-ligne du site du groupe de ransomware Hive. Ce groupe particulièrement actif (le FBI parle de 1.500 victimes dans 80 pays) était l'auteur du piratage du groupe Altice et de la publication des données sur Internet en août dernier. Il s'agit d'une opération menée avec Europol et 13 pays, principalement l'Allemagne.

En juillet 2022, le FBI aurait obtenu un accès au réseau de Hive et pu obtenir des clefs de déchiffrement qui auraient ensuite été fournies à plus de 300 victimes afin qu'elles puissent récupérer leurs données sans avoir à payer la rançon demandée par les pirates. Quelques 1000 anciennes victimes auraient également reçu une clef de déchiffrement.

« Dans le cadre d'une surveillance cybernétique du 21e siècle, notre équipe d'enquêteurs a pris le dessus sur Hive, en s'emparant de ses clés de déchiffrement, en les transmettant aux victimes et en évitant finalement le paiement de plus de 130 millions de dollars de rançon. Nous continuerons à riposter à la cybercriminalité par tous les moyens possibles et à placer les victimes au centre de nos efforts pour atténuer la cybermenace. », a indiqué Lisa Monaco, vice-Attorney General. Europol parle de 120 millions de rançon évités avec cette opération. Seuls des serveurs ont été saisis, aucune arrestation n'a été faite à ce stade.

Le FBI estime que...

]]>

Le groupe de ransomware était à l'origine du piratage d'Altice

Les enquêteurs américains ont remplacé la page d'accueil du site de ransomware par une page annonçant la saisie du site. Pas d'arrestation pour l'instant, mais quelques informations sur l'infiltration de l'infrastructure des pirates.

Elle a bien changé, la page du groupe de ransomware Hive... - Copie d'écran

Le FBI a largement communiqué ce jeudi 26 janvier 2023 sur une opération menée depuis plusieurs mois et ayant abouti à la mise hors-ligne du site du groupe de ransomware Hive. Ce groupe particulièrement actif (le FBI parle de 1.500 victimes dans 80 pays) était l'auteur du piratage du groupe Altice et de la publication des données sur Internet en août dernier. Il s'agit d'une opération menée avec Europol et 13 pays, principalement l'Allemagne.

En juillet 2022, le FBI aurait obtenu un accès au réseau de Hive et pu obtenir des clefs de déchiffrement qui auraient ensuite été fournies à plus de 300 victimes afin qu'elles puissent récupérer leurs données sans avoir à payer la rançon demandée par les pirates. Quelques 1000 anciennes victimes auraient également reçu une clef de déchiffrement.

« Dans le cadre d'une surveillance cybernétique du 21e siècle, notre équipe d'enquêteurs a pris le dessus sur Hive, en s'emparant de ses clés de déchiffrement, en les transmettant aux victimes et en évitant finalement le paiement de plus de 130 millions de dollars de rançon. Nous continuerons à riposter à la cybercriminalité par tous les moyens possibles et à placer les victimes au centre de nos efforts pour atténuer la cybermenace. », a indiqué Lisa Monaco, vice-Attorney General. Europol parle de 120 millions de rançon évités avec cette opération. Seuls des serveurs ont été saisis, aucune arrestation n'a été faite à ce stade.

Le FBI estime que...

]]>
Altice et Patrick Drahi : Haaretz s'embourbe dans les inexactitudescf3654ac-9f5d-427e-a358-0c809db9f179http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230125_134313_Altice_et_Patrick_Drahi___Haaretz_s_embourbe_dans_les_inexactitudesWed, 25 Jan 2023 13:43:13 +0100

Puis les corrige en douce

Nous avions signalé au quotidien un nombre certain d'inexactitudes dans l'un de ses articles. Nous n'avons jamais reçu de réponse mais le papier a été modifié en catimini, sans aucune mention des erreurs initiales.

Haaretz n'a visiblement pas très bien lu nos articles - Copie d'écran

Haaretz est le journal de référence de gauche en Israël. La voix de la paix et de la raison dans un pays où les esprits peuvent vite s'enflammer. Il prend régulièrement position contre l'occupation israélienne des territoires palestiniens, anticlérical, il dénote. Les #DrahiLeaks ne sont pas passés sous son radar, Patrick Drahi étant le plus riche habitant du pays. Mais surprise, l'article de Haaretz, écrit par Eytan Avriel, était truffé d'inexactitudes. Cela peut arriver... Nul n'est infaillible, mais cela questionne sur la façon dont l'enquête a été menée Nous avons tenté de signaler ces erreurs pour qu'ils puissent corriger. Aucune réponse ne nous est parvenue, ni de la part de l'auteur, interpellé sur Twitter, ni du journal, contacté via son formulaire. Le papier a été modifié en douce, en profondeur, mais sans aucunement faire mention des erreurs initiales. Ni vu, ni connu mais surtout bien regrettable. Parce que lorsqu'un journal ne corrige pas ses erreurs ou le fait sans en avertir ses lecteurs, c'est toute la profession qui en pâtit sur le mode : « les journalistes racontent n'importe quoi... ».

Petite liste des erreurs :

Tout cela était vrai jusqu'à récemment, lorsqu'un groupe de pirates russes a pénétré dans les serveurs du groupe Altice, dont Drahi est propriétaire et qu'il utilise pour mener la plupart de ses activités, et a extrait des millions de documents le concernant, lui et ses...

]]>

Puis les corrige en douce

Nous avions signalé au quotidien un nombre certain d'inexactitudes dans l'un de ses articles. Nous n'avons jamais reçu de réponse mais le papier a été modifié en catimini, sans aucune mention des erreurs initiales.

Haaretz n'a visiblement pas très bien lu nos articles - Copie d'écran

Haaretz est le journal de référence de gauche en Israël. La voix de la paix et de la raison dans un pays où les esprits peuvent vite s'enflammer. Il prend régulièrement position contre l'occupation israélienne des territoires palestiniens, anticlérical, il dénote. Les #DrahiLeaks ne sont pas passés sous son radar, Patrick Drahi étant le plus riche habitant du pays. Mais surprise, l'article de Haaretz, écrit par Eytan Avriel, était truffé d'inexactitudes. Cela peut arriver... Nul n'est infaillible, mais cela questionne sur la façon dont l'enquête a été menée Nous avons tenté de signaler ces erreurs pour qu'ils puissent corriger. Aucune réponse ne nous est parvenue, ni de la part de l'auteur, interpellé sur Twitter, ni du journal, contacté via son formulaire. Le papier a été modifié en douce, en profondeur, mais sans aucunement faire mention des erreurs initiales. Ni vu, ni connu mais surtout bien regrettable. Parce que lorsqu'un journal ne corrige pas ses erreurs ou le fait sans en avertir ses lecteurs, c'est toute la profession qui en pâtit sur le mode : « les journalistes racontent n'importe quoi... ».

Petite liste des erreurs :

Tout cela était vrai jusqu'à récemment, lorsqu'un groupe de pirates russes a pénétré dans les serveurs du groupe Altice, dont Drahi est propriétaire et qu'il utilise pour mener la plupart de ses activités, et a extrait des millions de documents le concernant, lui et ses...

]]>
Bruno Le Maire et les faits alternatifs339bebb7-3c5a-4844-9b35-429edb8fe166http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230123_134156_Bruno_Le_Maire_et_les_faits_alternatifsMon, 23 Jan 2023 13:41:56 +0100

Le ministre de l'économie assène une incongruité sur Twitter

C'est finalement un peu comme une secte... Bruno Le Maire pense que l'économie française n'a jamais aussi bien fonctionné et ce, grâce à Emmanuel Macron, sorte de gourou omnipotent. Au risque de se laisser aller et de servir aux Français des faits alternatifs.

Quand Bruno Le Maire raconte des carabistouilles - Copie d'écran

Selon le ministre de l'économie, Bruno Le Maire, « les investisseurs étrangers sont unanimes : s'il y a un pays en Europe où il faut être et où il faut investir, c'est la France. Et tout cela, c'est grâce aux politiques économiques mises en place depuis près de 6 ans par Emmanuel Macron ».

Sous-entendu, sans les fantastiques politiques économiques imaginées par Emmanuel Macron, les investisseurs étrangers se seraient détournés de la France depuis des lustres. Nous serions un paria en Europe et personne ne viendrait investir quoi que ce soit dans ce pays de grognons. Ne parlons même pas d'un pays où la protection sociale serait excessive... Sous-entendu, il faut « réformer » les allocations chômage, les retraites et tout ce qui bénéficie aux salariés pour rendre le pays « attractif ». A l'inverse, il est bénéfique, dans l'esprit de Bruno Le Maire et de son gourou Emmanuel Macron, de supprimer l'ISF, l'exit tax, on en passe.

Ce que ne dit pas Bruno Le Maire, c'est que la France a toujours été dans le peloton de tête pour ce qui est des investissements étrangers au sein de l'Europe. Nous avons TOUJOURS attiré les investissements étrangers. Réformes ou pas réformes. Étonnament, alors que l'on nous expliquait qu'il fallait supprimer l'ISF au risque devoir partir les milliardaires (créateurs de richesse, d'emplois et de ruissellement, évidemment), les investisseurs étrangers n'étaient,...

]]>

Le ministre de l'économie assène une incongruité sur Twitter

C'est finalement un peu comme une secte... Bruno Le Maire pense que l'économie française n'a jamais aussi bien fonctionné et ce, grâce à Emmanuel Macron, sorte de gourou omnipotent. Au risque de se laisser aller et de servir aux Français des faits alternatifs.

Quand Bruno Le Maire raconte des carabistouilles - Copie d'écran

Selon le ministre de l'économie, Bruno Le Maire, « les investisseurs étrangers sont unanimes : s'il y a un pays en Europe où il faut être et où il faut investir, c'est la France. Et tout cela, c'est grâce aux politiques économiques mises en place depuis près de 6 ans par Emmanuel Macron ».

Sous-entendu, sans les fantastiques politiques économiques imaginées par Emmanuel Macron, les investisseurs étrangers se seraient détournés de la France depuis des lustres. Nous serions un paria en Europe et personne ne viendrait investir quoi que ce soit dans ce pays de grognons. Ne parlons même pas d'un pays où la protection sociale serait excessive... Sous-entendu, il faut « réformer » les allocations chômage, les retraites et tout ce qui bénéficie aux salariés pour rendre le pays « attractif ». A l'inverse, il est bénéfique, dans l'esprit de Bruno Le Maire et de son gourou Emmanuel Macron, de supprimer l'ISF, l'exit tax, on en passe.

Ce que ne dit pas Bruno Le Maire, c'est que la France a toujours été dans le peloton de tête pour ce qui est des investissements étrangers au sein de l'Europe. Nous avons TOUJOURS attiré les investissements étrangers. Réformes ou pas réformes. Étonnament, alors que l'on nous expliquait qu'il fallait supprimer l'ISF au risque devoir partir les milliardaires (créateurs de richesse, d'emplois et de ruissellement, évidemment), les investisseurs étrangers n'étaient,...

]]>
Internet, gentil géant vert ou méchant monstre pollueur ?47767cca-79ab-4071-b8e3-341484f08609http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230121_115845_Internet__gentil_geant_vert_ou_mechant_monstre_pollueur__Sat, 21 Jan 2023 11:58:45 +0100

Dessous Choc #10

Envoyer un email est-il énergivore ? Les études sur ces sujets sont généralement contradictoires. Certains nous demandent d'abandonner la vidéo et autres usages qui consommeraient trop d'énergie, d'autres, plus proches de la technique et des usages mettent en doute les conclusions alarmistes.

Fruit de près de deux années d'enquête, Guillaume Pitron s'intéresse dans son dernier ouvrage publié en 2021 aux éditions Les liens qui libèrent, l'enfer numérique, à l'empreinte écologique d’Internet et de ses outils. Le journaliste d'investigation affirme que le monde numérique, absorberait 10 % de l'électricité mondiale et représenterait pas moins de 4 % des émissions de CO2 de notre planète, sans compter les autres formes de pollution indirectes générées, entre autres, par la fabrication de nos smartphones.

Couverture du livre de Guillaume Pitron - Copie d'écran
Couverture du livre de Guillaume Pitron - Copie d'écran

Guillaume Pitron tente de démonter l'idée selon laquelle Internet serait sans impact environnemental. Pour cela, il s'est rendu dans différents endroits du monde pour déconstruire l’image d’un numérique neutre écologiquement. Internet n’est ni invisible, sans odeur ou sans goût, affirme l’auteur qui rappelle qu'il prend la forme, bien concrète, de datacenters, situés au cœur de nos villes ou dans des terres reculées, bien souvent à l’abri des regards…

L’auteur de l'enfer numérique analyse dans son ouvrage différentes études, parfois contradictoires, sur le sujet de l'impact environnemental. Tout en reconnaissant que les GAFAM consentent à faire de réels efforts sur le plan écologique, il tente aussi démasquer les stratégies de greenwashing souvent bien orchestrées.

En définitive, sans prétendre résoudre une question débattue et complexe, Guillaume Pitron ne plaide pas pour le retour à l'âge de pierre et récuse toute technophobie. Il veut plutôt inviter ses interlocuteurs à réfléchir aux nouveaux usages du numérique et à notre manière de les consommer, au risque de remettre en cause des principes qui paraissent aujourd’hui indépassables, comme l’Internet libre. Comme il le rappelle en conclusion de son ouvrage et qu'il développe en d’autres termes dans ce podcast : « Aux démiurges que nous sommes devenus, largement inconscients des incommensurables pouvoirs dont nous avons désormais la responsabilité, le numérique nous invite, finalement, à mûrir cette puissante injonction du mahatma Gandhi : “Soyez le changement que vous désirez voir en ce monde”. »

]]>

Dessous Choc #10

Envoyer un email est-il énergivore ? Les études sur ces sujets sont généralement contradictoires. Certains nous demandent d'abandonner la vidéo et autres usages qui consommeraient trop d'énergie, d'autres, plus proches de la technique et des usages mettent en doute les conclusions alarmistes.

Fruit de près de deux années d'enquête, Guillaume Pitron s'intéresse dans son dernier ouvrage publié en 2021 aux éditions Les liens qui libèrent, l'enfer numérique, à l'empreinte écologique d’Internet et de ses outils. Le journaliste d'investigation affirme que le monde numérique, absorberait 10 % de l'électricité mondiale et représenterait pas moins de 4 % des émissions de CO2 de notre planète, sans compter les autres formes de pollution indirectes générées, entre autres, par la fabrication de nos smartphones.

Couverture du livre de Guillaume Pitron - Copie d'écran
Couverture du livre de Guillaume Pitron - Copie d'écran

Guillaume Pitron tente de démonter l'idée selon laquelle Internet serait sans impact environnemental. Pour cela, il s'est rendu dans différents endroits du monde pour déconstruire l’image d’un numérique neutre écologiquement. Internet n’est ni invisible, sans odeur ou sans goût, affirme l’auteur qui rappelle qu'il prend la forme, bien concrète, de datacenters, situés au cœur de nos villes ou dans des terres reculées, bien souvent à l’abri des regards…

L’auteur de l'enfer numérique analyse dans son ouvrage différentes études, parfois contradictoires, sur le sujet de l'impact environnemental. Tout en reconnaissant que les GAFAM consentent à faire de réels efforts sur le plan écologique, il tente aussi démasquer les stratégies de greenwashing souvent bien orchestrées.

En définitive, sans prétendre résoudre une question débattue et complexe, Guillaume Pitron ne plaide pas pour le retour à l'âge de pierre et récuse toute technophobie. Il veut plutôt inviter ses interlocuteurs à réfléchir aux nouveaux usages du numérique et à notre manière de les consommer, au risque de remettre en cause des principes qui paraissent aujourd’hui indépassables, comme l’Internet libre. Comme il le rappelle en conclusion de son ouvrage et qu'il développe en d’autres termes dans ce podcast : « Aux démiurges que nous sommes devenus, largement inconscients des incommensurables pouvoirs dont nous avons désormais la responsabilité, le numérique nous invite, finalement, à mûrir cette puissante injonction du mahatma Gandhi : “Soyez le changement que vous désirez voir en ce monde”. »

]]>
Lutte contre la réforme des retraites : un départ en fanfare !03c7cc91-981d-44a8-aa29-75c59b109448http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230120_172128_Lutte_contre_la_reforme_des_retraites___un_depart_en_fanfare__Fri, 20 Jan 2023 17:21:28 +0100

Les manifestations en France ont mobilisé entre 1 et 2 millions de personnes

Le ministère de l'Intérieur a lui-même reconnu que les manifestants étaient 1,12 million dans la rue hier. Pour les organisateurs, ce serait 2,5 millions. Quoi qu'il en soit, c'est bien plus que lors des précédents combats contre la réforme des retraites. Un signe encourageant qui montre la détermination des Français et l'ampleur de l'opposition au projet.

Le message des Français, résumé en deux mots - © Reflets

Le mouvement de contestation du projet de réforme des retraites a montré son ampleur jeudi 19 janvier. Ce tour de chauffe est nettement plus important que ceux de 1995, 2003 et 2009, selon les chiffres compilés par France Info. De quoi faire réfléchir le gouvernement ? Probablement pas à ce stade, Emmanuel Macron, comme toujours, seul aux manettes pour prendre les décisions, étant persuadé que les Français lui ont donné mandat pour faire cette réforme en votant pour lui. L'époque est à l'adoption des « faits alternatifs »... Chacun sait, à part le parti au pouvoir et le président, que les Français ont voté pour faire barrage au Rassemblement national. Reculera ? Reculera pas ? Il faudra attendre la suite des événements pour le savoir. La SNCF, le secteur de l'énergie, qui ont un fort pouvoir sur l'évolution de l'économie nationale, vont-ils se lancer dans des actions de longue durée ? Le prochain rendez-vous national est fixé au 31 janvier. Une autre manifestation, à l'initiative de L’Alternative étudiante, VoixLycéenne, FIDL, Jeune Garde, Jeunes Insoumis, Jeunes écologistes, Jeunes Génération·s, Place Publique Jeunes, RED Jeunes, POI, NPA Jeunes et soutenue par LFI est prévue le 21 janvier à Paris. Le départ de la manifestation est prévue à 14h à la Bastille.

Trois journalistes de Reflets ont pris la température de la rue hier.

À Paris, la place de la République était rapidement pleine à craquer. Les manifestants débordaient dans les...

]]>

Les manifestations en France ont mobilisé entre 1 et 2 millions de personnes

Le ministère de l'Intérieur a lui-même reconnu que les manifestants étaient 1,12 million dans la rue hier. Pour les organisateurs, ce serait 2,5 millions. Quoi qu'il en soit, c'est bien plus que lors des précédents combats contre la réforme des retraites. Un signe encourageant qui montre la détermination des Français et l'ampleur de l'opposition au projet.

Le message des Français, résumé en deux mots - © Reflets

Le mouvement de contestation du projet de réforme des retraites a montré son ampleur jeudi 19 janvier. Ce tour de chauffe est nettement plus important que ceux de 1995, 2003 et 2009, selon les chiffres compilés par France Info. De quoi faire réfléchir le gouvernement ? Probablement pas à ce stade, Emmanuel Macron, comme toujours, seul aux manettes pour prendre les décisions, étant persuadé que les Français lui ont donné mandat pour faire cette réforme en votant pour lui. L'époque est à l'adoption des « faits alternatifs »... Chacun sait, à part le parti au pouvoir et le président, que les Français ont voté pour faire barrage au Rassemblement national. Reculera ? Reculera pas ? Il faudra attendre la suite des événements pour le savoir. La SNCF, le secteur de l'énergie, qui ont un fort pouvoir sur l'évolution de l'économie nationale, vont-ils se lancer dans des actions de longue durée ? Le prochain rendez-vous national est fixé au 31 janvier. Une autre manifestation, à l'initiative de L’Alternative étudiante, VoixLycéenne, FIDL, Jeune Garde, Jeunes Insoumis, Jeunes écologistes, Jeunes Génération·s, Place Publique Jeunes, RED Jeunes, POI, NPA Jeunes et soutenue par LFI est prévue le 21 janvier à Paris. Le départ de la manifestation est prévue à 14h à la Bastille.

Trois journalistes de Reflets ont pris la température de la rue hier.

À Paris, la place de la République était rapidement pleine à craquer. Les manifestants débordaient dans les...

]]>
Justice et #DrahiLeaks, une victoire pour le journalisme d’investigationb6843b24-bc2a-4553-b9c3-7bb7c9ca3452http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230119_173000_Justice_et__DrahiLeaks__une_victoire_pour_le_journalisme_d___investigationThu, 19 Jan 2023 17:30:00 +0100

Altice est déboutée de toutes ses demandes en appel

Tout ça pour ça... Les manoeuvres d'Altice et de son conseil Maître Ingrain pour nous censurer en référé ont échoué, se fracassant sur le mur du droit. Le jour où la cour d'appel rendait sa décision, nous déposions nos conclusions pour l'affaire portée cette fois au fond par Altice. D'autres rendez-vous judiciaires sont à prévoir.

cour d'appel de Versailles, façade Nord - Tiraden - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Ce jeudi 19 janvier, la cour d’appel de Versailles a rendu son arrêt dans l’affaire qui opposait Reflets à Altice. La cour a estimé qu'il n'y avait pas lieu à référé au titre du dommage imminent. Elle infirme par ailleurs l'ordonnance du tribunal de commerce rendue le 6 octobre 2022 ordonnant de ne pas publier sur le site Reflets.info de nouvelles informations concernant Altice. La cour a très longuement motivé sa décision.

En d'autres termes, Reflets remporte une victoire sur toute la ligne contre Altice et Patrick Drahi, mais aussi contre leur conseil Maître Ingrain et sa tentative de contourner le droit de la presse, comme il l'avait fait à l'encontre de Mediapart. Vous pouvez relire nos articles sur ce sujet précis ici, et encore ici.

Flash-back: le 6 octobre 2022, une ordonnance d’un juge du tribunal de commerce de Nanterre déboutait Altice de sa demande de retrait d’articles concernant Patrick Drahi et son groupe mais interdisait à Reflets d’en publier de nouveaux. Ce n’était pas une censure à posteriori, comme cela arrive parfois (très rarement), mais une censure à priori, comme cela… n’arrive plus depuis la loi sur la presse de 1881. Pour parvenir à ce résultat incongru, Altice avait poursuivi Reflets non pas pour des délits de presse classiques (diffamation, injure,…) mais pour violation du secret des affaires, devant un tribunal plus habitué à régler des problèmes entre clients et fournisseurs ou des liquidations judiciaires. Le secret...

]]>

Altice est déboutée de toutes ses demandes en appel

Tout ça pour ça... Les manoeuvres d'Altice et de son conseil Maître Ingrain pour nous censurer en référé ont échoué, se fracassant sur le mur du droit. Le jour où la cour d'appel rendait sa décision, nous déposions nos conclusions pour l'affaire portée cette fois au fond par Altice. D'autres rendez-vous judiciaires sont à prévoir.

cour d'appel de Versailles, façade Nord - Tiraden - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Ce jeudi 19 janvier, la cour d’appel de Versailles a rendu son arrêt dans l’affaire qui opposait Reflets à Altice. La cour a estimé qu'il n'y avait pas lieu à référé au titre du dommage imminent. Elle infirme par ailleurs l'ordonnance du tribunal de commerce rendue le 6 octobre 2022 ordonnant de ne pas publier sur le site Reflets.info de nouvelles informations concernant Altice. La cour a très longuement motivé sa décision.

En d'autres termes, Reflets remporte une victoire sur toute la ligne contre Altice et Patrick Drahi, mais aussi contre leur conseil Maître Ingrain et sa tentative de contourner le droit de la presse, comme il l'avait fait à l'encontre de Mediapart. Vous pouvez relire nos articles sur ce sujet précis ici, et encore ici.

Flash-back: le 6 octobre 2022, une ordonnance d’un juge du tribunal de commerce de Nanterre déboutait Altice de sa demande de retrait d’articles concernant Patrick Drahi et son groupe mais interdisait à Reflets d’en publier de nouveaux. Ce n’était pas une censure à posteriori, comme cela arrive parfois (très rarement), mais une censure à priori, comme cela… n’arrive plus depuis la loi sur la presse de 1881. Pour parvenir à ce résultat incongru, Altice avait poursuivi Reflets non pas pour des délits de presse classiques (diffamation, injure,…) mais pour violation du secret des affaires, devant un tribunal plus habitué à régler des problèmes entre clients et fournisseurs ou des liquidations judiciaires. Le secret...

]]>
Callac : il n'y a pas d'extrême-droite « dédiabolisée »56b56415-e3d3-44b0-ba29-a181a2d7ef19http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230119_113546_Callac___il_n_y_a_pas_d_extreme-droite_____dediabolisee____Thu, 19 Jan 2023 11:35:46 +0100

Facho un jour, facho toujours...

Les pressions inacceptables de l'extrême droite sur les responsables du village de Callac ont débouché sur l'abandon d'un projet de centre d'accueil pour des réfugiés qui visait à re-dynamiser l'économie locale. L'extrême-droite des plateaux télé est sur la même longueur d'ondes que celle qui organise des ratonnades dans les rues.

Images tournées par un groupe d'extrême-droite violent lors des manifestations à Callac - Copie d'écran

La litanie d'articles évoquant une «dédiabolisation» du Rassemblement national aura été un poison. Accepter l'idée d'entrer dans cette opération de communication est une faute qui aura permis de laisser planer l'idée que l'extrême-droite française pourrait désormais être en quelque sorte, respectable, un parti politique comme un autre. Il n'en est rien. Le parti, fondé entre autres par un ancien SS reste fidèle à lui même. Ses avatars, comme celui fondé par Zemmour n'est pas différent. Comme leurs homologues américains ou brésiliens, ils veulent conquérir le pouvoir à tout prix, y compris hors des urnes et le conserver hors des règles de la démocratie. Ils se nourrissent des pires travers humains et notamment de la haine.

La violence des actions menées pour faire échouer le projet d'installation d'un centre d'accueil pour réfugiés à Callac sont une illustration claire des méthodes de l'extrême-droite. Menaces, intimidations, manifestations violentes... Mais pas seulement. L'affaire de Callac montre une parfaite communauté de pensée entre l'extrême-droite la plus violente et celle qui parade, supposément «dédiabolisée» sur tous les plateaux de télévision.

Voici quelques cris de victoire de l'extrême-droite des plateaux télévisés :

Samuel Lafont, proche d'Eric Zemmour - Copie d'écran
Samuel Lafont, proche d'Eric Zemmour - Copie d'écran

Gilles william Goldnadel ardent promoteur du RN - Copie d'écran
Gilles william Goldnadel ardent promoteur du RN - Copie d'écran

Gilbert collard ancien RN, désormais pro Zemmour - Copie d'écran
Gilbert collard ancien RN, désormais pro Zemmour - Copie...

]]>

Facho un jour, facho toujours...

Les pressions inacceptables de l'extrême droite sur les responsables du village de Callac ont débouché sur l'abandon d'un projet de centre d'accueil pour des réfugiés qui visait à re-dynamiser l'économie locale. L'extrême-droite des plateaux télé est sur la même longueur d'ondes que celle qui organise des ratonnades dans les rues.

Images tournées par un groupe d'extrême-droite violent lors des manifestations à Callac - Copie d'écran

La litanie d'articles évoquant une «dédiabolisation» du Rassemblement national aura été un poison. Accepter l'idée d'entrer dans cette opération de communication est une faute qui aura permis de laisser planer l'idée que l'extrême-droite française pourrait désormais être en quelque sorte, respectable, un parti politique comme un autre. Il n'en est rien. Le parti, fondé entre autres par un ancien SS reste fidèle à lui même. Ses avatars, comme celui fondé par Zemmour n'est pas différent. Comme leurs homologues américains ou brésiliens, ils veulent conquérir le pouvoir à tout prix, y compris hors des urnes et le conserver hors des règles de la démocratie. Ils se nourrissent des pires travers humains et notamment de la haine.

La violence des actions menées pour faire échouer le projet d'installation d'un centre d'accueil pour réfugiés à Callac sont une illustration claire des méthodes de l'extrême-droite. Menaces, intimidations, manifestations violentes... Mais pas seulement. L'affaire de Callac montre une parfaite communauté de pensée entre l'extrême-droite la plus violente et celle qui parade, supposément «dédiabolisée» sur tous les plateaux de télévision.

Voici quelques cris de victoire de l'extrême-droite des plateaux télévisés :

Samuel Lafont, proche d'Eric Zemmour - Copie d'écran
Samuel Lafont, proche d'Eric Zemmour - Copie d'écran

Gilles william Goldnadel ardent promoteur du RN - Copie d'écran
Gilles william Goldnadel ardent promoteur du RN - Copie d'écran

Gilbert collard ancien RN, désormais pro Zemmour - Copie d'écran
Gilbert collard ancien RN, désormais pro Zemmour - Copie...

]]>
Les Cyber-contes : les hackers démons84951ea9-e309-4ca5-8254-89827be24706http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230118_102528_Les_Cyber-contes___les_hackers_demonsWed, 18 Jan 2023 10:25:28 +0100

Retour sur les attaques contre l'infrastructure internet de l'extrême droite au début 2021 et sur les liens entre Anonymous et anti-fascistes

Le monde virtuel d'internet est un miroir du réel où se dessinent aussi les tendances de notre société et ses lignes de faille. Un nouveau terrain de lutte qui voit s'affronter des acteurs jusque dans la rue. La lutte antifasciste n'y est pas en reste.

Anonymous

Dans le cyber-conte précédent, les liens entre mouvement hacktiviste et révoltes populaires ont été explorés. Vivifié par les mobilisations dans la rue au Chili en fin 2019, puis par le mouvement #BlackLiveMatter du printemps 2020, l’hacktivisme a su ressurgir, surprendre de nouveau et s’imposer dans le débat public en s’appuyant sur des groupes et des structures en gestation depuis lors. On pense à l’équipe de “DDOSecrets” ou “Distributed Denial of Secrets” réinventant le concept “Wikileaks” sur des bases plus solides. Ou à Phineas Phisher, ayant porté le flambeau pendant les années de vide depuis 2014, adoubant les hackers chiliens auteurs des #PacoLeaks et des #MilicoLeaks en leur accordant une prime pirate pour leur hack politique. Ou enfin au compte twitter #YourAnonCentral renforcé de ses armées d’adolescents sud-coréens venant chatouiller les pieds de Donald Trump au point de le faire trébucher durant sa campagne électorale.

Ce nouveau cyber-conte permettra d’aborder une autre facette du mouvement hacktiviste : son importante tendance anti-fasciste. Une valeur du mouvement revendiquée par le compte #YourAnonCentral dans un article publié dès 2018 :

« Anonymous ne soutient pas seulement l’anti-fascisme, c’est une valeur fondamentale de ses légions qui ont été souvent engagée dans des actions anti-fasciste. […] Anonymous collabore avec les anti-fascistes sur le terrain et nos buts sont les mêmes : éradiquer l’oppression et combattre le fascisme où qu’il puisse...

]]>

Retour sur les attaques contre l'infrastructure internet de l'extrême droite au début 2021 et sur les liens entre Anonymous et anti-fascistes

Le monde virtuel d'internet est un miroir du réel où se dessinent aussi les tendances de notre société et ses lignes de faille. Un nouveau terrain de lutte qui voit s'affronter des acteurs jusque dans la rue. La lutte antifasciste n'y est pas en reste.

Anonymous

Dans le cyber-conte précédent, les liens entre mouvement hacktiviste et révoltes populaires ont été explorés. Vivifié par les mobilisations dans la rue au Chili en fin 2019, puis par le mouvement #BlackLiveMatter du printemps 2020, l’hacktivisme a su ressurgir, surprendre de nouveau et s’imposer dans le débat public en s’appuyant sur des groupes et des structures en gestation depuis lors. On pense à l’équipe de “DDOSecrets” ou “Distributed Denial of Secrets” réinventant le concept “Wikileaks” sur des bases plus solides. Ou à Phineas Phisher, ayant porté le flambeau pendant les années de vide depuis 2014, adoubant les hackers chiliens auteurs des #PacoLeaks et des #MilicoLeaks en leur accordant une prime pirate pour leur hack politique. Ou enfin au compte twitter #YourAnonCentral renforcé de ses armées d’adolescents sud-coréens venant chatouiller les pieds de Donald Trump au point de le faire trébucher durant sa campagne électorale.

Ce nouveau cyber-conte permettra d’aborder une autre facette du mouvement hacktiviste : son importante tendance anti-fasciste. Une valeur du mouvement revendiquée par le compte #YourAnonCentral dans un article publié dès 2018 :

« Anonymous ne soutient pas seulement l’anti-fascisme, c’est une valeur fondamentale de ses légions qui ont été souvent engagée dans des actions anti-fasciste. […] Anonymous collabore avec les anti-fascistes sur le terrain et nos buts sont les mêmes : éradiquer l’oppression et combattre le fascisme où qu’il puisse...

]]>
Hopium : après les vapeurs du mondial de Parisc301ba8d-ad1a-4b0e-aba9-99651e91c95dhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230116_151215_Hopium___apres_les_vapeurs_du_mondial_de_ParisMon, 16 Jan 2023 15:12:15 +0100

Quand on lit ce qu’on lit et quand on sait ce qu’on sait…

Au sortir du dernier salon parisien, une presse peu regardante s’était mise à envisager un avenir radieux pour la planète automobile sur la bonne mine d’un prototype. Face à cette Mãchina d’Hopium les yeux s’embuaient, les esprits s’emballaient, et le cours de la bourse grimpait. Quatre mois plus tard, la belle histoire sent un peu le soufre…

Et soudain l'orage. Imprévisble, vraiment? - capture écran

À peine les portes du salon refermées, Reflets s’était penché sur le cas de cette voiture équipée d’une pile à combustible. Nous avions alors noté l’étrangeté structurelle d’une start-up pré-naissante que certains présentaient déjà comme un constructeur à part entière. Peu touchés par la grâce de sa carrosserie nous en étions restés à nous intéresser à la technique d’un véhicule qui, certes, roulait à l’hydrogène, mais aussi, et surtout sur la réserve financière du Crédit agricole.

Fallait-il être grincheux pour ne pas saluer la jeunesse d’une marque qui n’arrivait pourtant pas les mains vides au Mondial. Sous les sunlights du stand, on pouvait admirer un unique proto de près de deux tonnes, un jeune directeur-pilote ayant couru les 24 Heures du Mans, un ex-ministre des transports reconvertis dans les affaires, un banquier agitant un gros chèque virtuel d’1,2 milliard…

Le beau paquet se voyait même ficelé d’un bolduc d’avenir radieux comme la construction d’usines, dont l’une de 35 hectares basée en Normandie, l’embauche de milliers de salariés, et la promesse de livraison de véhicules précommandés à l’horizon 2025. Somme toute, la situation était aussi bien assurée que l’équilibre d’un aveugle au bord d’un précipice.

Oui, mais patatras, la -Presse bouton- vient encore de gagner ses galons. Car les choses ne se déroulent pas aussi idéalement qu’annoncé dans le dossier de presse. On ne compte plus les titres cinglants et affolés qui viennent de s’abattre comme une pluie...

]]>

Quand on lit ce qu’on lit et quand on sait ce qu’on sait…

Au sortir du dernier salon parisien, une presse peu regardante s’était mise à envisager un avenir radieux pour la planète automobile sur la bonne mine d’un prototype. Face à cette Mãchina d’Hopium les yeux s’embuaient, les esprits s’emballaient, et le cours de la bourse grimpait. Quatre mois plus tard, la belle histoire sent un peu le soufre…

Et soudain l'orage. Imprévisble, vraiment? - capture écran

À peine les portes du salon refermées, Reflets s’était penché sur le cas de cette voiture équipée d’une pile à combustible. Nous avions alors noté l’étrangeté structurelle d’une start-up pré-naissante que certains présentaient déjà comme un constructeur à part entière. Peu touchés par la grâce de sa carrosserie nous en étions restés à nous intéresser à la technique d’un véhicule qui, certes, roulait à l’hydrogène, mais aussi, et surtout sur la réserve financière du Crédit agricole.

Fallait-il être grincheux pour ne pas saluer la jeunesse d’une marque qui n’arrivait pourtant pas les mains vides au Mondial. Sous les sunlights du stand, on pouvait admirer un unique proto de près de deux tonnes, un jeune directeur-pilote ayant couru les 24 Heures du Mans, un ex-ministre des transports reconvertis dans les affaires, un banquier agitant un gros chèque virtuel d’1,2 milliard…

Le beau paquet se voyait même ficelé d’un bolduc d’avenir radieux comme la construction d’usines, dont l’une de 35 hectares basée en Normandie, l’embauche de milliers de salariés, et la promesse de livraison de véhicules précommandés à l’horizon 2025. Somme toute, la situation était aussi bien assurée que l’équilibre d’un aveugle au bord d’un précipice.

Oui, mais patatras, la -Presse bouton- vient encore de gagner ses galons. Car les choses ne se déroulent pas aussi idéalement qu’annoncé dans le dossier de presse. On ne compte plus les titres cinglants et affolés qui viennent de s’abattre comme une pluie...

]]>
DrahiLeaks : derrière les révélation de Reflets, StreetPress et Blast, une infrastructure technique5ce29c33-54fe-4560-8f10-53c333282da6http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230113_094654_DrahiLeaks____derriere_les_revelation_de_Reflets__StreetPress_et_Blast__une_infrastructure_techniqueFri, 13 Jan 2023 09:46:54 +0100

Des outils d’aide à l’enquête adaptés

Faire un journal, c'est faire des choix. Quel positionnement éditorial ? Quel sujet à quel moment et à destination de qui ? Mais au-delà des choix journalistiques, d'autres, moins visibles, sont tout aussi structurants.

Exemple de visualisation d'une entreprise avec un outil d'OSINT - Copie d'écran

Chacun comprend, par exemple, que La structure juridique d'un journal peut avoir des conséquences, directes ou indirectes, sur la façon de produire de l'information. Association ? SCOP ? SCIC ? Fondation ? Société ? Avec quels actionnaires ? Certains organes de presse, propriétés de milliardaires, peuvent difficilement aborder des sujets qui mettent en cause ceux qui les financent. C'est regrettable, mais quasiment inévitable.

Chez Reflets, comme chez les autres, ces questions se posent, et elles ne sont pas anodines. Nous avons fait le choix d'une société gouvernée par ceux qui la font vivre au quotidien. Nos journalistes, pigistes, sont actionnaires du journal. Tous ceux qui participent, d'une façon ou d'une autre, ont leur mot à dire sur la gouvernance, aussi bien au niveau éditorial que structurel. C'est une richesse, et une garantie d'indépendance.

Mais Reflets n'est pas un journal comme les autres. La conscience aigüe que le numérique est un objet politique à part entière anime l'équipe. L'organisation technique du journal, les outils utilisés et le choix de leur emplacement ne sont pas neutres. Respect des données personnelles et souveraineté numérique ne sont pas que des mots. Ils nous engagent. Et nous tenons à ce que nos actes, et nos choix technologiques, soient en adéquation avec ce que nous défendons dans nos articles.

Le pool « Altice »

À la suite des premières révélations sur les documents contenus dans le « leak »...

]]>

Des outils d’aide à l’enquête adaptés

Faire un journal, c'est faire des choix. Quel positionnement éditorial ? Quel sujet à quel moment et à destination de qui ? Mais au-delà des choix journalistiques, d'autres, moins visibles, sont tout aussi structurants.

Exemple de visualisation d'une entreprise avec un outil d'OSINT - Copie d'écran

Chacun comprend, par exemple, que La structure juridique d'un journal peut avoir des conséquences, directes ou indirectes, sur la façon de produire de l'information. Association ? SCOP ? SCIC ? Fondation ? Société ? Avec quels actionnaires ? Certains organes de presse, propriétés de milliardaires, peuvent difficilement aborder des sujets qui mettent en cause ceux qui les financent. C'est regrettable, mais quasiment inévitable.

Chez Reflets, comme chez les autres, ces questions se posent, et elles ne sont pas anodines. Nous avons fait le choix d'une société gouvernée par ceux qui la font vivre au quotidien. Nos journalistes, pigistes, sont actionnaires du journal. Tous ceux qui participent, d'une façon ou d'une autre, ont leur mot à dire sur la gouvernance, aussi bien au niveau éditorial que structurel. C'est une richesse, et une garantie d'indépendance.

Mais Reflets n'est pas un journal comme les autres. La conscience aigüe que le numérique est un objet politique à part entière anime l'équipe. L'organisation technique du journal, les outils utilisés et le choix de leur emplacement ne sont pas neutres. Respect des données personnelles et souveraineté numérique ne sont pas que des mots. Ils nous engagent. Et nous tenons à ce que nos actes, et nos choix technologiques, soient en adéquation avec ce que nous défendons dans nos articles.

Le pool « Altice »

À la suite des premières révélations sur les documents contenus dans le « leak »...

]]>
Ukraine : la mobilisation occidentale continuef0998b4d-1a96-4cdb-bb47-1e2e071546dbhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230111_141913_Ukraine____la_mobilisation_occidentale_continueWed, 11 Jan 2023 14:19:13 +0100

Etats-Unis et Europe s'organisent pour aider le pays à tenir dans la durée

Une guerre se gagne sur le temps long. Alors que Vladimir Poutine espère un épuisement du soutien occidental, les alliés de l'Ukraine tentent de trouver des ressources pour aider militairement et économiquement le pays. Sans compter le volet humanitaire, toujours aussi essentiel alors que l'hiver est utilisé par la Russie comme arme de guerre.

Départ d'un bateau pour l'Ukraine - MAE

Les grandes manœuvres continuent pour soutenir l’Ukraine dans la durée. Les présidents Macron et Zelensky ont présidé le 13 décembre dernier une «une conférence bilatérale pour la résilience et la reconstruction de l’Ukraine». L’évènement a réuni 46 États et 24 organisations internationales. La journée s’est soldée avec un milliard d’euros récolté pour aider le peuple ukrainien à passer l’hiver. Les dons sont partagés selon les besoins les plus urgents: 415 millions d’euros pour le secteur de l'énergie, 25 millions pour l'eau, 38 millions pour l'alimentation, 22 millions pour les transports et enfin 17 millions pour la santé, le reste étant encore à répartir. Pour acheminer cette aide le plus rapidement possible sur le terrain, un nouveau mécanisme européen de coordination de l’aide d’urgence va être mis en place, appelé «mécanisme de Paris» par le président Zelensky. L’après-midi était plus business: près de 700 entreprises réunies ont promis de participer à la reconstruction du pays, selon l’Elysée. L’objectif était de mettre en lien les besoins critiques des Ukrainiens et les savoir-faire des acteurs français.

«On ne peut pas exclure un black out dans tout le pays»

La semaine précédente, c’est le ministère des Affaires étrangères qui réunissait les acteurs de la société civile. Une trentaine d’ONG et de fondations d’entreprises ont exprimé leurs visions de la situation et de ce qu’elle attendait pour continuer l’aide humanitaire dont dépendent plus de 7...

]]>

Etats-Unis et Europe s'organisent pour aider le pays à tenir dans la durée

Une guerre se gagne sur le temps long. Alors que Vladimir Poutine espère un épuisement du soutien occidental, les alliés de l'Ukraine tentent de trouver des ressources pour aider militairement et économiquement le pays. Sans compter le volet humanitaire, toujours aussi essentiel alors que l'hiver est utilisé par la Russie comme arme de guerre.

Départ d'un bateau pour l'Ukraine - MAE

Les grandes manœuvres continuent pour soutenir l’Ukraine dans la durée. Les présidents Macron et Zelensky ont présidé le 13 décembre dernier une «une conférence bilatérale pour la résilience et la reconstruction de l’Ukraine». L’évènement a réuni 46 États et 24 organisations internationales. La journée s’est soldée avec un milliard d’euros récolté pour aider le peuple ukrainien à passer l’hiver. Les dons sont partagés selon les besoins les plus urgents: 415 millions d’euros pour le secteur de l'énergie, 25 millions pour l'eau, 38 millions pour l'alimentation, 22 millions pour les transports et enfin 17 millions pour la santé, le reste étant encore à répartir. Pour acheminer cette aide le plus rapidement possible sur le terrain, un nouveau mécanisme européen de coordination de l’aide d’urgence va être mis en place, appelé «mécanisme de Paris» par le président Zelensky. L’après-midi était plus business: près de 700 entreprises réunies ont promis de participer à la reconstruction du pays, selon l’Elysée. L’objectif était de mettre en lien les besoins critiques des Ukrainiens et les savoir-faire des acteurs français.

«On ne peut pas exclure un black out dans tout le pays»

La semaine précédente, c’est le ministère des Affaires étrangères qui réunissait les acteurs de la société civile. Une trentaine d’ONG et de fondations d’entreprises ont exprimé leurs visions de la situation et de ce qu’elle attendait pour continuer l’aide humanitaire dont dépendent plus de 7...

]]>
Conserver une presse indépendante, un impossible pari ?980bd856-f57f-46f3-84e0-3b6a6389c8a6http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230105_140721_Conserver_une_presse_independante__un_impossible_pari__Thu, 05 Jan 2023 14:07:21 +0100

Financement : le nerf de la guerre

Le journalisme indépendant ne peut le rester que si un modèle économique est trouvé. Toutes sortes de choses existent. La monétisation des visiteurs, des contenus, les campagnes de dons, le bénévolat... In fine, ce sont les lecteurs qui peuvent créer et soutenir une presse qui leur ressemble.

Presse typographique rotative de Marinoni - Frédéric Bisson - Flickr - CC BY 2.0

Nous étions nombreux lundi 5 décembre 2022 à la Bourse du travail pour discuter du climat très pesant dans lequel évolue la presse. Reporterre avait réuni quelques noms de la presse indépendante, Reflets, Mediapart, Politis, Arrêt sur Images (ASI)… Tous ont une histoire à raconter. Les journalistes de Reporterre ont été assimilés à des militants dont ils couvraient les actions et sont poursuivis comme tels. Mediapart a été censuré pendant une dizaine de jours après un tour de passe-passe juridique mené par Maître Ingrain pour le compte du maire de Saint-Étienne. Politis et ASI sont attaqués sur le plan judiciaire dans le but de les affaiblir. « Le procès, c’est la punition », a lancé Dominique Pradalié, membre du Syndicat national des journalistes (SNJ) et présidente de la Fédération internationale des journalistes (FIJ). Reflets est toujours sous le coup d’une interdiction d’écrire sur Altice après un procès en référé mené également par Maître Ingrain, mais pour le compte de Patrick Drahi cette fois. Les lois liberticides s’accumulent années après années, a par ailleurs rappelé Dominique Pradalié. Il y a un climat malsain qui s’installe. Et dans ce contexte, quelques milliardaires détiennent une majorité des journaux, radios et télévisions. La télé en continu et les médias du groupe Bolloré distillent la haine et la division en permanence. Comment sortir de ce cycle infernal ? Comment faire notre métier, qui consiste à donner aux citoyens les moyens de faire des choix...

]]>

Financement : le nerf de la guerre

Le journalisme indépendant ne peut le rester que si un modèle économique est trouvé. Toutes sortes de choses existent. La monétisation des visiteurs, des contenus, les campagnes de dons, le bénévolat... In fine, ce sont les lecteurs qui peuvent créer et soutenir une presse qui leur ressemble.

Presse typographique rotative de Marinoni - Frédéric Bisson - Flickr - CC BY 2.0

Nous étions nombreux lundi 5 décembre 2022 à la Bourse du travail pour discuter du climat très pesant dans lequel évolue la presse. Reporterre avait réuni quelques noms de la presse indépendante, Reflets, Mediapart, Politis, Arrêt sur Images (ASI)… Tous ont une histoire à raconter. Les journalistes de Reporterre ont été assimilés à des militants dont ils couvraient les actions et sont poursuivis comme tels. Mediapart a été censuré pendant une dizaine de jours après un tour de passe-passe juridique mené par Maître Ingrain pour le compte du maire de Saint-Étienne. Politis et ASI sont attaqués sur le plan judiciaire dans le but de les affaiblir. « Le procès, c’est la punition », a lancé Dominique Pradalié, membre du Syndicat national des journalistes (SNJ) et présidente de la Fédération internationale des journalistes (FIJ). Reflets est toujours sous le coup d’une interdiction d’écrire sur Altice après un procès en référé mené également par Maître Ingrain, mais pour le compte de Patrick Drahi cette fois. Les lois liberticides s’accumulent années après années, a par ailleurs rappelé Dominique Pradalié. Il y a un climat malsain qui s’installe. Et dans ce contexte, quelques milliardaires détiennent une majorité des journaux, radios et télévisions. La télé en continu et les médias du groupe Bolloré distillent la haine et la division en permanence. Comment sortir de ce cycle infernal ? Comment faire notre métier, qui consiste à donner aux citoyens les moyens de faire des choix...

]]>
Emmanuel Macron et ses ministres font preuve d'insuffisance professionelle4e00889e-f291-45e3-9da5-f4dcd25ac7a9http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230103_095515_Emmanuel_Macron_et_ses_ministres_font_preuve_d_insuffisance_professionelleTue, 03 Jan 2023 09:55:15 +0100

Ils ne parviennent pas à atteindre les objectifs fixés

Au gouvernement, si l'on y appliquait les règles du marché du travail, le président de la République et ses ministres seraient virés depuis un bon moment. Ils accumulent les échecs sur un plan macro-économique, à un point franchement inquiétant. En matière sociétale, ce n'est pas franchement mieux.

Perspectives économiques du FMI - Copie d'écran

C’est un un peu un objet de fascination : les libéraux et les ultra-libéraux ne perdent pas une occasion de fustiger les salariés ou les fonctionnaires inefficaces, surpayés, de vouer aux gémonies les services publics qui « dysfonctionnent » ce qui justifierait leur privatisation à venir… mais rares sont ceux qui appliquent ces principes à eux-mêmes. Prenons Emmanuel Macron et ses ministres. Ont-ils atteint les objectifs attendus par la copropriété (la France) ? S’ils avaient échoué, faudrait-il les licencier ?

Sur le plan macro-économique, les principaux indicateurs sont au rouge vif. On peut le tourner dans tous les sens, Emmanuel Macron est un piètre gestionnaire et ses ministres ne font pas mieux.

En 2017, la campagne bat sont plein. Le futur président se déclare pour un maintien du critère de convergence d’un déficit public inférieur à 3% du Produit intérieur brut (PIB). Las… s’il maintient ce déficit à 2,3% du PIB en 2018 on passe à 3,1% en 2019 avant d’exploser à 8,9% en 2020 et 6,5% en 2021. Pour 2022, les prévisions gouvernementales font état d’un déficit à 5% du PIB. Emmanuel Macron fait bien pire que ses prédécesseurs. Pour un ancien banquier, même d’affaires, cela fait un peu désordre.

Si les recettes de l’État font parfois des bonds (+8,4% en 2021), l’endettement de la France explose sous Macron, comme il avait explosé sous Nicolas Sarkozy et sous François Hollande. De droite ou de gauche, les politiques ne savent pas gérer le porte-monnaie du pays qu’ils...

]]>

Ils ne parviennent pas à atteindre les objectifs fixés

Au gouvernement, si l'on y appliquait les règles du marché du travail, le président de la République et ses ministres seraient virés depuis un bon moment. Ils accumulent les échecs sur un plan macro-économique, à un point franchement inquiétant. En matière sociétale, ce n'est pas franchement mieux.

Perspectives économiques du FMI - Copie d'écran

C’est un un peu un objet de fascination : les libéraux et les ultra-libéraux ne perdent pas une occasion de fustiger les salariés ou les fonctionnaires inefficaces, surpayés, de vouer aux gémonies les services publics qui « dysfonctionnent » ce qui justifierait leur privatisation à venir… mais rares sont ceux qui appliquent ces principes à eux-mêmes. Prenons Emmanuel Macron et ses ministres. Ont-ils atteint les objectifs attendus par la copropriété (la France) ? S’ils avaient échoué, faudrait-il les licencier ?

Sur le plan macro-économique, les principaux indicateurs sont au rouge vif. On peut le tourner dans tous les sens, Emmanuel Macron est un piètre gestionnaire et ses ministres ne font pas mieux.

En 2017, la campagne bat sont plein. Le futur président se déclare pour un maintien du critère de convergence d’un déficit public inférieur à 3% du Produit intérieur brut (PIB). Las… s’il maintient ce déficit à 2,3% du PIB en 2018 on passe à 3,1% en 2019 avant d’exploser à 8,9% en 2020 et 6,5% en 2021. Pour 2022, les prévisions gouvernementales font état d’un déficit à 5% du PIB. Emmanuel Macron fait bien pire que ses prédécesseurs. Pour un ancien banquier, même d’affaires, cela fait un peu désordre.

Si les recettes de l’État font parfois des bonds (+8,4% en 2021), l’endettement de la France explose sous Macron, comme il avait explosé sous Nicolas Sarkozy et sous François Hollande. De droite ou de gauche, les politiques ne savent pas gérer le porte-monnaie du pays qu’ils...

]]>
Jeux vidéo point cons4f935653-1479-41d5-9803-5d627f8cea06http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20230102_190111_Jeux_video_point_consMon, 02 Jan 2023 19:01:11 +0100

Mon top 6 de jeux vidéo

Amis gameurs et amies gameuses, si par hasard vous ne les connaissez pas, dépêchez-vous d'y jouer avant le black-out.

Elden Ring - DocMartine - Capture d'écran

Fallout 4 & Fallout : New Vegas

Jeux de rôle post apocalyptique, vous ferez évoluer vos personnages dans un univers impitoyable peuplé de mutants, de mystiques et de voyous ayant comme vous survécu à l'explosion d'une super-méga-énorme bombe atomique, il va falloir improviser et reconstruire un lieu où habiter, parcourir un monde dévasté et éviter de périr irradié ou bouffé par les mutants.

ATOM RPG et ATOM RPG Trudograd

Également un jeu de rôle post apocalyptique mais avec ambiance post soviétique en prime (les développeurs ont inséré des éléments visuels ukrainiens en 2022). De l'humour, mordant. Chaque choix dans les dialogues peut impacter la suite du jeu voire le bloquer. La traduction française est truffée de fautes et d'erreurs, mais quand on aime on ne s'arrête pas à ce genre de détails.

Borderlands 1, Borderlands 2 et Borderlands : The Pre-Sequel

Jeux de rôle et de tir. Beaucoup d'humour (du plus potache au plus subtil), des armes de tous calibres comme s'il en pleuvait, un scénario en béton, un univers graphique exceptionnel et des méchants vraiment mais alors vraiment très méchants. De personnages attachants et des quêtes parfois hilarantes dans un monde ouvert. Hélas, après l'épisode The Pre-Sequel, le scénariste Antony Burch ainsi que le lead designer Paul Hellquist ont quitté Gearbox, l'entreprise qui développe les jeux Borderlands et ça change tout pour moi.

Borderlands 2 - DocMartine
Borderlands 2 - DocMartine

The Witcher 3 : Wild Hunt

Les...

]]>

Mon top 6 de jeux vidéo

Amis gameurs et amies gameuses, si par hasard vous ne les connaissez pas, dépêchez-vous d'y jouer avant le black-out.

Elden Ring - DocMartine - Capture d'écran

Fallout 4 & Fallout : New Vegas

Jeux de rôle post apocalyptique, vous ferez évoluer vos personnages dans un univers impitoyable peuplé de mutants, de mystiques et de voyous ayant comme vous survécu à l'explosion d'une super-méga-énorme bombe atomique, il va falloir improviser et reconstruire un lieu où habiter, parcourir un monde dévasté et éviter de périr irradié ou bouffé par les mutants.

ATOM RPG et ATOM RPG Trudograd

Également un jeu de rôle post apocalyptique mais avec ambiance post soviétique en prime (les développeurs ont inséré des éléments visuels ukrainiens en 2022). De l'humour, mordant. Chaque choix dans les dialogues peut impacter la suite du jeu voire le bloquer. La traduction française est truffée de fautes et d'erreurs, mais quand on aime on ne s'arrête pas à ce genre de détails.

Borderlands 1, Borderlands 2 et Borderlands : The Pre-Sequel

Jeux de rôle et de tir. Beaucoup d'humour (du plus potache au plus subtil), des armes de tous calibres comme s'il en pleuvait, un scénario en béton, un univers graphique exceptionnel et des méchants vraiment mais alors vraiment très méchants. De personnages attachants et des quêtes parfois hilarantes dans un monde ouvert. Hélas, après l'épisode The Pre-Sequel, le scénariste Antony Burch ainsi que le lead designer Paul Hellquist ont quitté Gearbox, l'entreprise qui développe les jeux Borderlands et ça change tout pour moi.

Borderlands 2 - DocMartine
Borderlands 2 - DocMartine

The Witcher 3 : Wild Hunt

Les...

]]>
Culturons-nous !c0ee9ac3-3271-4ef3-b175-7b5e61d44969http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221226_113509_Culturons-nous__Mon, 26 Dec 2022 11:35:09 +0100

Quelques idées de séries, livres, film, spectacle en toute subjectivité…

Les vacances de Noël approchent ! Entre le foie gras, la dinde, le fromage et les bonnes blagues de tonton Dédé, voici quelques suggestions culturelles qui vous permettront d'affronter les excès des fêtes en toute bonne conscience.

Affiche du film "Jambon, jambon" de Bigas Luna - D.R.

Une lecture à coup de marteau !

L’inénarrable Fabrice Luchini fait en ce moment salle comble au théâtre de l'atelier à Paris dans un exercice auquel il est désormais habitué : la lecture de textes de grands penseurs. C’est à un géant de la philosophie auquel l'acteur s'affronte : Nietzsche. Dans un décor minimaliste, derrière un simple bureau, notre Fabrice national partage quelques morceaux les plus saillants du philosophe allemand. Il ponctue sa lecture de quelques observations sur le génie nietzschéen en glissant aussi des extraits d'un autre de ses auteurs fétiches, Baudelaire et son célèbre poème sur l'ivresse extrait des « Fleurs du mal » dont il nous fait goûter la beauté : « Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. » Quelques bémols cependant. Tout d’abord sur la forme. Je ne sais pas s'il en a complètement conscience mais Lulu devient à certains moments la caricature de lui-même quand il déclame exagérément certains aphorismes de Nietzsche : on croirait assister à un sketch d’un humoriste imitant Lucchini ! Sur le fond ensuite. Si on passe globalement un bon moment en l'écoutant lire le philosophe allemand – bien qu'un peu court : à quarante euros la place, la minute...

]]>

Quelques idées de séries, livres, film, spectacle en toute subjectivité…

Les vacances de Noël approchent ! Entre le foie gras, la dinde, le fromage et les bonnes blagues de tonton Dédé, voici quelques suggestions culturelles qui vous permettront d'affronter les excès des fêtes en toute bonne conscience.

Affiche du film "Jambon, jambon" de Bigas Luna - D.R.

Une lecture à coup de marteau !

L’inénarrable Fabrice Luchini fait en ce moment salle comble au théâtre de l'atelier à Paris dans un exercice auquel il est désormais habitué : la lecture de textes de grands penseurs. C’est à un géant de la philosophie auquel l'acteur s'affronte : Nietzsche. Dans un décor minimaliste, derrière un simple bureau, notre Fabrice national partage quelques morceaux les plus saillants du philosophe allemand. Il ponctue sa lecture de quelques observations sur le génie nietzschéen en glissant aussi des extraits d'un autre de ses auteurs fétiches, Baudelaire et son célèbre poème sur l'ivresse extrait des « Fleurs du mal » dont il nous fait goûter la beauté : « Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. » Quelques bémols cependant. Tout d’abord sur la forme. Je ne sais pas s'il en a complètement conscience mais Lulu devient à certains moments la caricature de lui-même quand il déclame exagérément certains aphorismes de Nietzsche : on croirait assister à un sketch d’un humoriste imitant Lucchini ! Sur le fond ensuite. Si on passe globalement un bon moment en l'écoutant lire le philosophe allemand – bien qu'un peu court : à quarante euros la place, la minute...

]]>
L’empire Drahi vu par la presse Suissebc7c0f5d-ed9a-485d-a605-20e47024bd99http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221222_110456_L___empire_Drahi_vu_par_la_presse_SuisseThu, 22 Dec 2022 11:04:56 +0100

Les DrahiLeaks décryptés par des fiscalistes de la confédération...

Si Reflets fût le premier à soulever le rideau, d’autres n’hésitent plus à se plonger dans les petits papiers d’Altice. Et notamment en Suisse, où journalistes et fiscalistes se sont rejoints pour éplucher les comptes et les moeurs financières de Patrick Drahi. Pourtant, le milliardaire n'a pas porté plainte... Deux poids deux mesures ?

Le citoyen Drahi, un étrange résident Suisse... - Caroline Varon / Reflets

Sur le papier Patrick Drahi est officiellement domicilié en Suisse, où il possède plusieurs résidences. Toutefois l’administration genevoise s’interroge sur le bien-fondé de la citoyenneté de son épouse sur la foi d’une simple déclaration de résidence principale dans le Canton de Genève. Selon les mêmes principes, les impôts genevois se demandent si Patrick Drahi vit bien, comme il l'affirme, à Zermatt dans le Valais. De ce côté-ci des Alpes on ne badine pas avec l’exactitude d’une adresse postale car les lois et les règles varient d’un canton à l’autre : l’enjeu n’est plus géographique, il est fiscal.

Ainsi pour l’administration du canton du Valais, le patron d’Altice habiterait à Zermatt, une station alpine des plus chics située au Sud-ouest du pays. Mais du côté de Genève on le verrait plutôt domicilié à Cologny, une proche commune prisée des grosses fortunes locales et internationales. Et du Léman aux pistes enneigées du Valais on se dispute à qui mieux-mieux la domiciliation réelle et effective des milliardaires à grands coups d’avantages fiscaux. Le message est fort et clair : viens chez moi tu payeras moins d’impôts !

Pour autant on ne s’improvise pas citoyen ou résident fiscal en Suisse sans respecter quelques règles de bonne conduite : l’essentiel étant bien sûr de résider -vraiment- sur le territoire. Mais comment parvenir à « loger » avec certitude cet insaisissable homme d’affaire qui passe le plus clair de son temps aux quatre coins de la planète ? La...

]]>

Les DrahiLeaks décryptés par des fiscalistes de la confédération...

Si Reflets fût le premier à soulever le rideau, d’autres n’hésitent plus à se plonger dans les petits papiers d’Altice. Et notamment en Suisse, où journalistes et fiscalistes se sont rejoints pour éplucher les comptes et les moeurs financières de Patrick Drahi. Pourtant, le milliardaire n'a pas porté plainte... Deux poids deux mesures ?

Le citoyen Drahi, un étrange résident Suisse... - Caroline Varon / Reflets

Sur le papier Patrick Drahi est officiellement domicilié en Suisse, où il possède plusieurs résidences. Toutefois l’administration genevoise s’interroge sur le bien-fondé de la citoyenneté de son épouse sur la foi d’une simple déclaration de résidence principale dans le Canton de Genève. Selon les mêmes principes, les impôts genevois se demandent si Patrick Drahi vit bien, comme il l'affirme, à Zermatt dans le Valais. De ce côté-ci des Alpes on ne badine pas avec l’exactitude d’une adresse postale car les lois et les règles varient d’un canton à l’autre : l’enjeu n’est plus géographique, il est fiscal.

Ainsi pour l’administration du canton du Valais, le patron d’Altice habiterait à Zermatt, une station alpine des plus chics située au Sud-ouest du pays. Mais du côté de Genève on le verrait plutôt domicilié à Cologny, une proche commune prisée des grosses fortunes locales et internationales. Et du Léman aux pistes enneigées du Valais on se dispute à qui mieux-mieux la domiciliation réelle et effective des milliardaires à grands coups d’avantages fiscaux. Le message est fort et clair : viens chez moi tu payeras moins d’impôts !

Pour autant on ne s’improvise pas citoyen ou résident fiscal en Suisse sans respecter quelques règles de bonne conduite : l’essentiel étant bien sûr de résider -vraiment- sur le territoire. Mais comment parvenir à « loger » avec certitude cet insaisissable homme d’affaire qui passe le plus clair de son temps aux quatre coins de la planète ? La...

]]>
Un antimonde immonde ?82ec1ab8-d88a-4203-a7f6-a5183c070952http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221222_105107_Un_antimonde_immonde__Thu, 22 Dec 2022 10:51:07 +0100

Après la lecture de dernier roman de Nathan Devers vous ne verrez plus jamais le métavers de la même façon !

Vous n’avez plus rien à lire lors de vos longues – et froides – soirées d’hiver ? Voici un conseil de lecture : « les liens artificiels », une dystopie critique voire acerbe sur les limites du métavers.

Couverture du livre "Les liens artificiels" - Albin Michel

De Julien à Vangel

Rien ne réussit à Julien Libérat, le personnage principal du dernier roman de Nathan Devers. Son job de prof de piano est un pis-aller, sa copine vient de le quitter. Bref, sa vie est aussi terne que le piteux appartement de Rungis qui abrite sa carcasse de jeune dépressif.

Mais à tous ceux dont l'existence se résume par l'acronyme VDM, une échappatoire existe : les mondes parallèles de l'univers numérique ! Et plus précisément un jeu immersif au dernier degré : Heaven, sorte de version améliorée de Second life, créé par un certain Adrien Sterner : un inventeur tyrannique, mégalo et il faut bien l’avouer, assez inquiétant.

Muni de son casque de réalité virtuelle et bientôt de sa combinaison connectée, notre raté va complètement se révéler dans le métavers. Il se transforme assez rapidement en un redoutable winner, accumulant conquêtes, devises virtuelles – le cleargold – et les plus somptueux appartements de l’anti-monde chic. Julien devenu Vangel semble avoir trouvé son véritable écosystème dans cet univers numérique, exact revers de sa morne existence, jusqu’à ce que cette machine si bien huilée ne s’enraye…

Le média est le message

La critique du numérique n’est pas nouvelle en littérature. Quelques romans proposent déjà ce genre d’approche, mais ils sont, le plus souvent, tellement mâtinés de science-fiction que le lecteur reste, la plupart du temps, à distance du récit. Ce n'est pas le cas avec « les liens artificiels ».

Mais ne nous...

]]>

Après la lecture de dernier roman de Nathan Devers vous ne verrez plus jamais le métavers de la même façon !

Vous n’avez plus rien à lire lors de vos longues – et froides – soirées d’hiver ? Voici un conseil de lecture : « les liens artificiels », une dystopie critique voire acerbe sur les limites du métavers.

Couverture du livre "Les liens artificiels" - Albin Michel

De Julien à Vangel

Rien ne réussit à Julien Libérat, le personnage principal du dernier roman de Nathan Devers. Son job de prof de piano est un pis-aller, sa copine vient de le quitter. Bref, sa vie est aussi terne que le piteux appartement de Rungis qui abrite sa carcasse de jeune dépressif.

Mais à tous ceux dont l'existence se résume par l'acronyme VDM, une échappatoire existe : les mondes parallèles de l'univers numérique ! Et plus précisément un jeu immersif au dernier degré : Heaven, sorte de version améliorée de Second life, créé par un certain Adrien Sterner : un inventeur tyrannique, mégalo et il faut bien l’avouer, assez inquiétant.

Muni de son casque de réalité virtuelle et bientôt de sa combinaison connectée, notre raté va complètement se révéler dans le métavers. Il se transforme assez rapidement en un redoutable winner, accumulant conquêtes, devises virtuelles – le cleargold – et les plus somptueux appartements de l’anti-monde chic. Julien devenu Vangel semble avoir trouvé son véritable écosystème dans cet univers numérique, exact revers de sa morne existence, jusqu’à ce que cette machine si bien huilée ne s’enraye…

Le média est le message

La critique du numérique n’est pas nouvelle en littérature. Quelques romans proposent déjà ce genre d’approche, mais ils sont, le plus souvent, tellement mâtinés de science-fiction que le lecteur reste, la plupart du temps, à distance du récit. Ce n'est pas le cas avec « les liens artificiels ».

Mais ne nous...

]]>
Pas de frontières pour les Drahi et leurs 30 passeportsfb1309e1-a6f2-4be1-ae91-fa1b143582d5http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221220_160000_Pas_de_frontieres_pour_les_Drahi_et_leurs_30_passeportsTue, 20 Dec 2022 16:00:00 +0100

Un véritable citoyen du monde

Multiples nationalités, des entreprises sur tous les continents, une maison dans chaque port, décidément, avec la famille Drahi, on voyage beaucoup et les frontières sont un concept ridicule qui n’existe pas. Les choix géographiques paraissent souvent motivés par la fiscalité du pays choisi.

En accord avec les "no borders" - © Caroline Varon

Patrick Drahi est né au Maroc. Il est citoyen français. Il est aussi résident en Suisse où il paye ses impôts. Ses entreprises sont réparties sur toute la planète, des États-Unis à l’Europe en passant par l’Asie. Il a lui-même cinq nationalités (Maroc, France, Israël, Kitts & Nevis, Portugal). Il peut ainsi se rendre comme il le souhaite, avec un jet privé, dans des résidences situées à Londres, New-York, aux Caraïbes, à Genève, à Zermatt, en Israël… Bref, Patrick est un véritable citoyen du monde. Un hippie des temps modernes : nous vivons sur une toute petite planète et les frontières sont abolies.

Comme les nomades qui ne se sont jamais sentis concernés par les lignes que des dirigeants politiques ont tracées sur des cartes, Patrick Drahi sait parfaitement que les frontières existent et que les législations changent d’un pays à l’autre. Mais cela ne le concerne pas vraiment. Il choisit, comme dans une pioche de Monoply géant, ce qui l’arrange. Avec semble-t-il la même obsession : où paye-t-on le moins d’impôts et quelles conditions doivent être réunies pour y parvenir ? En cela, il est aidé par deux principaux cabinets de fiscalistes : Atoz et Luther. Le premier lui fournit d’ailleurs un document annuel permettant de « faire son marché » parmi tous les pays de la planète, étudiés et présentés selon leur « offre » fiscale.

Des pays très accueillants

Le Portugal présente des avantages fiscaux ? Pour Patrick Drahi qui y investit avec son ami Armando Pereira, voilà...

]]>

Un véritable citoyen du monde

Multiples nationalités, des entreprises sur tous les continents, une maison dans chaque port, décidément, avec la famille Drahi, on voyage beaucoup et les frontières sont un concept ridicule qui n’existe pas. Les choix géographiques paraissent souvent motivés par la fiscalité du pays choisi.

En accord avec les "no borders" - © Caroline Varon

Patrick Drahi est né au Maroc. Il est citoyen français. Il est aussi résident en Suisse où il paye ses impôts. Ses entreprises sont réparties sur toute la planète, des États-Unis à l’Europe en passant par l’Asie. Il a lui-même cinq nationalités (Maroc, France, Israël, Kitts & Nevis, Portugal). Il peut ainsi se rendre comme il le souhaite, avec un jet privé, dans des résidences situées à Londres, New-York, aux Caraïbes, à Genève, à Zermatt, en Israël… Bref, Patrick est un véritable citoyen du monde. Un hippie des temps modernes : nous vivons sur une toute petite planète et les frontières sont abolies.

Comme les nomades qui ne se sont jamais sentis concernés par les lignes que des dirigeants politiques ont tracées sur des cartes, Patrick Drahi sait parfaitement que les frontières existent et que les législations changent d’un pays à l’autre. Mais cela ne le concerne pas vraiment. Il choisit, comme dans une pioche de Monoply géant, ce qui l’arrange. Avec semble-t-il la même obsession : où paye-t-on le moins d’impôts et quelles conditions doivent être réunies pour y parvenir ? En cela, il est aidé par deux principaux cabinets de fiscalistes : Atoz et Luther. Le premier lui fournit d’ailleurs un document annuel permettant de « faire son marché » parmi tous les pays de la planète, étudiés et présentés selon leur « offre » fiscale.

Des pays très accueillants

Le Portugal présente des avantages fiscaux ? Pour Patrick Drahi qui y investit avec son ami Armando Pereira, voilà...

]]>
Altice USA se casse la gueule mais son patron empoche plus de 80 millions d’euros2f1bfb3d-ba1e-42c9-bfba-91a8f738722ahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221220_150000_Altice_USA_se_casse_la_gueule_mais_son_patron_empoche_plus_de_80_millions_d___eurosTue, 20 Dec 2022 15:00:00 +0100

L’argent ruisselle vers le haut

L’action d’Altice USA, la filiale américaine de l’empire de , s’effondre sur les marchés financiers. Ça n’empêche pas son patron Dexter Goei d’encaisser des dizaines de millions d’euros.

Un paradoxe économique ? - © Caroline Varon

Le groupe Altice est-il bien géré? En 2021, Patrick Drahi a achevé le retrait de son groupe du marché boursier d’Amsterdam. L’empire lui appartient désormais, presque en totalité. Les investissements sont-ils au rendez-vous? Les revenus sont-ils suffisants? Son endettement suffisamment réduit - Patrick Drahi parle de 50 milliards? Qui pour juger de cela à part Patrick Drahi? Qui pour «sanctionner» une gestion qui ne serait pas optimale? «Le marché», avec tous ses défauts, permet parfois de remettre l’église au milieu du village. Dans son grand plan de 2020-2021, Patrick Drahi a séparé Altice USA du groupe Altice et l’a laissé coté sur le marché de New York. Que pensent les investisseurs de ce titre? Pas forcément du bien, vu l’évolution de l’action qui a perdu près de 90% de sa valeur depuis 2017. Cela n’empêche pas le patron de la boîte d’encaisser des millions...

Altice USA est dirigé par Dexter Goei : entré chez Altice en 2009 après une quinzaine d’années passées chez JP Morgan et Morgan Stanley, il a été propulsé à la tête de l’entreprise américaine par Patrick Drahi, en juin 2016. Il avait supervisé l’entrée d’Altice sur le marché outre-Atlantique avec l’acquisition de Cablevision Systems Cormporation et de Suddenlink Communications.

La méthode Drahi, consistant à acquérir des entreprises via des achats à effet de levier (LBO), n’est pas forcément une réussite de l’autre côté de l’océan. Le LBO consiste à reprendre des sociétés, de préférence en difficulté, via un...

]]>

L’argent ruisselle vers le haut

L’action d’Altice USA, la filiale américaine de l’empire de , s’effondre sur les marchés financiers. Ça n’empêche pas son patron Dexter Goei d’encaisser des dizaines de millions d’euros.

Un paradoxe économique ? - © Caroline Varon

Le groupe Altice est-il bien géré? En 2021, Patrick Drahi a achevé le retrait de son groupe du marché boursier d’Amsterdam. L’empire lui appartient désormais, presque en totalité. Les investissements sont-ils au rendez-vous? Les revenus sont-ils suffisants? Son endettement suffisamment réduit - Patrick Drahi parle de 50 milliards? Qui pour juger de cela à part Patrick Drahi? Qui pour «sanctionner» une gestion qui ne serait pas optimale? «Le marché», avec tous ses défauts, permet parfois de remettre l’église au milieu du village. Dans son grand plan de 2020-2021, Patrick Drahi a séparé Altice USA du groupe Altice et l’a laissé coté sur le marché de New York. Que pensent les investisseurs de ce titre? Pas forcément du bien, vu l’évolution de l’action qui a perdu près de 90% de sa valeur depuis 2017. Cela n’empêche pas le patron de la boîte d’encaisser des millions...

Altice USA est dirigé par Dexter Goei : entré chez Altice en 2009 après une quinzaine d’années passées chez JP Morgan et Morgan Stanley, il a été propulsé à la tête de l’entreprise américaine par Patrick Drahi, en juin 2016. Il avait supervisé l’entrée d’Altice sur le marché outre-Atlantique avec l’acquisition de Cablevision Systems Cormporation et de Suddenlink Communications.

La méthode Drahi, consistant à acquérir des entreprises via des achats à effet de levier (LBO), n’est pas forcément une réussite de l’autre côté de l’océan. Le LBO consiste à reprendre des sociétés, de préférence en difficulté, via un...

]]>
Bonnes œuvres : Patrick Drahi file 50.000 euros à Bernard-Henri Lévy5c5d7b5c-e327-43b7-9b50-82682d22e827http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221220_140000_Bonnes___uvres___Patrick_Drahi_file_50.000_euros_a_Bernard-Henri_LevyTue, 20 Dec 2022 14:00:00 +0100

BHL soutenu par Arte et cinq milliardaires

Les films de Bernard-Henri Levy cumulent de nombreux financements publics ; en a-t-il besoin puisqu’il est aussi soutenu par des mécènes milliardaires ?

Le philosophe est l'une des victime préférée de l'entarteur Noël Godin - © Caroline Varon

Bernard-Henri Lévy aime voir de ses propres yeux les territoires en guerre : Kurdistan, Afghanistan, Libye, Ukraine… Et surtout y être vu. Dans chacun de ses déplacements, le Tintin philosophe se met en scène : héros d’un reportage (publié par Paris Match) et en général d’un film. Depuis 2012, pas moins de six documentaires, tous diffusés et donc financés par les chaînes publiques du groupe France télévision et Arte, accompagnés en général d’un soutien du CNC. En clair, ce sont nos impôts qui financent ses films et plutôt généreusement. Une enquête du magazine Capital révèle un niveau de financement très au-dessus des montants habituels pour des audiences très en dessous des résultats habituels.

Hasard sans doute, BHL est, depuis 1993, président du conseil de surveillance d’Arte France. Un « organe collégial » chargé de contrôler la gestion stratégique et économique de la chaîne. C’est aussi lui qui nomme les membres du directoire et notamment son patron Bruno Patino. Un mélange des genres des plus étonnants ? Au téléphone, la direction de la communication est un peu gênée aux entournures par nos questions. Elle finit par renvoyer la patate chaude à Bruno Patino. Interrogé par e-mail, le président de la chaîne n’a pas répondu à nos questions. C’est donc en toute indépendance qu’en 2022, Arte a décidé de financer le dernier documentaire du président du conseil de surveillance d’Arte « Pourquoi l’Ukraine ». Un film dans lequel BHL raconte la résistance du pays face à l’...

]]>

BHL soutenu par Arte et cinq milliardaires

Les films de Bernard-Henri Levy cumulent de nombreux financements publics ; en a-t-il besoin puisqu’il est aussi soutenu par des mécènes milliardaires ?

Le philosophe est l'une des victime préférée de l'entarteur Noël Godin - © Caroline Varon

Bernard-Henri Lévy aime voir de ses propres yeux les territoires en guerre : Kurdistan, Afghanistan, Libye, Ukraine… Et surtout y être vu. Dans chacun de ses déplacements, le Tintin philosophe se met en scène : héros d’un reportage (publié par Paris Match) et en général d’un film. Depuis 2012, pas moins de six documentaires, tous diffusés et donc financés par les chaînes publiques du groupe France télévision et Arte, accompagnés en général d’un soutien du CNC. En clair, ce sont nos impôts qui financent ses films et plutôt généreusement. Une enquête du magazine Capital révèle un niveau de financement très au-dessus des montants habituels pour des audiences très en dessous des résultats habituels.

Hasard sans doute, BHL est, depuis 1993, président du conseil de surveillance d’Arte France. Un « organe collégial » chargé de contrôler la gestion stratégique et économique de la chaîne. C’est aussi lui qui nomme les membres du directoire et notamment son patron Bruno Patino. Un mélange des genres des plus étonnants ? Au téléphone, la direction de la communication est un peu gênée aux entournures par nos questions. Elle finit par renvoyer la patate chaude à Bruno Patino. Interrogé par e-mail, le président de la chaîne n’a pas répondu à nos questions. C’est donc en toute indépendance qu’en 2022, Arte a décidé de financer le dernier documentaire du président du conseil de surveillance d’Arte « Pourquoi l’Ukraine ». Un film dans lequel BHL raconte la résistance du pays face à l’...

]]>
Teads : la licorne magique de Patrick Drahi29c30bcf-50dc-4d43-b3d5-13cf0e87dd4fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221220_130000_Teads___la_licorne_magique_de_Patrick_DrahiTue, 20 Dec 2022 13:00:00 +0100

Même les enfants de dix ans savent que les licornes n’existent pas

Devant les sénateurs, le patron d’Altice s’emporte : « je détiens la licorne la plus performante du marché ». Ce qu’il ne leur dit pas, c’est qu’il n’en veut plus depuis un bon moment…

Chevaucher des animaux imaginaires - © Caroline Varon

2 février 2022, Patrick Drahi répond à une commission d’enquête sénatoriale sur la concentration dans les médias. Il n’est pas trop bousculé par les parlementaires et en profite pour présenter son groupe :

« Je détiens aujourd’hui la licorne la plus performante du marché français qui s’appelle Teads (…) et qui est le numéro un mondial de la vidéo publicitaire en ligne. »

Dans le monde fabuleux des start-ups, le terme licorne désigne une entreprise dont la valorisation est supérieure à un milliard de dollars. Mais, tous les enfants le savent, les licornes sont des animaux imaginaires. Il en va de même de la valorisation des startups qui est calculée, notamment, en fonction de la plus-value potentielle qu’espère un investisseur. Tout ça peut s’effondrer du jour au lendemain. C’est justement ce qui est arrivé à Patrick Drahi lorsqu’il a acheté Teads, même s’il masque cela aux sénateurs. Plongée dans cette acquisition d’animal imaginaire où l’argent n’est pas pour autant perdu pour tout le monde...

Une licorne magique

Le 21 mars 2017, Altice annonce le rachat de Teads, start-up spécialisée dans la vidéo publicitaire en ligne. La société française a été fondée à Montpellier en 2005 par Pierre Chappaz, un vieux routier de l’Internet français. Ce dernier avait par exemple cofondé Kelkoo, un comparateur de prix, Wikio, initialement un moteur de recherche d’informations dans les médias et les blogs. Teads, de son côté, insère des vidéos publicitaires dans les articles de...

]]>

Même les enfants de dix ans savent que les licornes n’existent pas

Devant les sénateurs, le patron d’Altice s’emporte : « je détiens la licorne la plus performante du marché ». Ce qu’il ne leur dit pas, c’est qu’il n’en veut plus depuis un bon moment…

Chevaucher des animaux imaginaires - © Caroline Varon

2 février 2022, Patrick Drahi répond à une commission d’enquête sénatoriale sur la concentration dans les médias. Il n’est pas trop bousculé par les parlementaires et en profite pour présenter son groupe :

« Je détiens aujourd’hui la licorne la plus performante du marché français qui s’appelle Teads (…) et qui est le numéro un mondial de la vidéo publicitaire en ligne. »

Dans le monde fabuleux des start-ups, le terme licorne désigne une entreprise dont la valorisation est supérieure à un milliard de dollars. Mais, tous les enfants le savent, les licornes sont des animaux imaginaires. Il en va de même de la valorisation des startups qui est calculée, notamment, en fonction de la plus-value potentielle qu’espère un investisseur. Tout ça peut s’effondrer du jour au lendemain. C’est justement ce qui est arrivé à Patrick Drahi lorsqu’il a acheté Teads, même s’il masque cela aux sénateurs. Plongée dans cette acquisition d’animal imaginaire où l’argent n’est pas pour autant perdu pour tout le monde...

Une licorne magique

Le 21 mars 2017, Altice annonce le rachat de Teads, start-up spécialisée dans la vidéo publicitaire en ligne. La société française a été fondée à Montpellier en 2005 par Pierre Chappaz, un vieux routier de l’Internet français. Ce dernier avait par exemple cofondé Kelkoo, un comparateur de prix, Wikio, initialement un moteur de recherche d’informations dans les médias et les blogs. Teads, de son côté, insère des vidéos publicitaires dans les articles de...

]]>
Patrick Drahi, le milliardaire radin qui aime les robes tyroliennesdb941bc3-46f8-4d15-bc67-fef24475c2b1http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221220_120000_Patrick_Drahi__le_milliardaire_radin_qui_aime_les_robes_tyroliennesTue, 20 Dec 2022 12:00:00 +0100

« Il voit tout et remarque tout », note un collaborateur

n’aime pas payer cher. Il exige des réductions sur chaque chose, même son barbecue. C’est aussi un obsédé du contrôle qui aime que son papier toilette soit plié d’une certaine manière ou que son beurre soit à une certaine température. Plongée dans le quotidien d’un ultra-riche.

N'oubliez pas le petit cadeau... - © Caroline Varon

« La boîte de mouchoirs doit être pliée en un point » ; «le dessus de la mousse de rasage de Monsieur D. doit être nettoyée chaque jour »... Des manuels de bonnes pratiques à destination du personnel recensent dans le moindre détail les habitudes et exigences de Patrick Drahi. Une plongée inédite au cœur de la vie d’un ultra-riche où tout est anticipé : du pliage du papier toilette, jusqu’à la température du beurre ou la manière dont doit être disposée la sauce dans les plats de « Monsieur ». En creux, se dessine aussi la personnalité du magnat des télécoms et des médias : contrôle freaks, radin, frôlant parfois le sexisme avec son personnel féminin. « Monsieur Drahi est très simple, peut-on lire, mais il aime quand même avoir des choses d’une certaine manière. » Ainsi, lorsqu’il voyage en avion, Patrick Drahi aime, une fois installé dans son jet privé, se voir offrir un « oshibori » - une serviette chaude issue de la tradition japonaise. Et s’il fait plus de 30 degrés, il faut lui proposer en complément un linge froid. « Monsieur » pourra ainsi faire son choix. Si c’est le matin, il faut que cela s’accompagne d’un jus de carotte.

Tout est sous contrôle

Patrick Drahi est la 11e fortune de fortune de France. L’homme d’affaires mène le train de vie qui va avec : villas aux quatre coins du monde, jet privé et yacht. Des dizaines de personnes se pressent pour anticiper ses moindres désirs. Des tableaux dressent ses préférences. Petit déjeuner, fromages, musiques… Monsieur doit...

]]>

« Il voit tout et remarque tout », note un collaborateur

n’aime pas payer cher. Il exige des réductions sur chaque chose, même son barbecue. C’est aussi un obsédé du contrôle qui aime que son papier toilette soit plié d’une certaine manière ou que son beurre soit à une certaine température. Plongée dans le quotidien d’un ultra-riche.

N'oubliez pas le petit cadeau... - © Caroline Varon

« La boîte de mouchoirs doit être pliée en un point » ; «le dessus de la mousse de rasage de Monsieur D. doit être nettoyée chaque jour »... Des manuels de bonnes pratiques à destination du personnel recensent dans le moindre détail les habitudes et exigences de Patrick Drahi. Une plongée inédite au cœur de la vie d’un ultra-riche où tout est anticipé : du pliage du papier toilette, jusqu’à la température du beurre ou la manière dont doit être disposée la sauce dans les plats de « Monsieur ». En creux, se dessine aussi la personnalité du magnat des télécoms et des médias : contrôle freaks, radin, frôlant parfois le sexisme avec son personnel féminin. « Monsieur Drahi est très simple, peut-on lire, mais il aime quand même avoir des choses d’une certaine manière. » Ainsi, lorsqu’il voyage en avion, Patrick Drahi aime, une fois installé dans son jet privé, se voir offrir un « oshibori » - une serviette chaude issue de la tradition japonaise. Et s’il fait plus de 30 degrés, il faut lui proposer en complément un linge froid. « Monsieur » pourra ainsi faire son choix. Si c’est le matin, il faut que cela s’accompagne d’un jus de carotte.

Tout est sous contrôle

Patrick Drahi est la 11e fortune de fortune de France. L’homme d’affaires mène le train de vie qui va avec : villas aux quatre coins du monde, jet privé et yacht. Des dizaines de personnes se pressent pour anticiper ses moindres désirs. Des tableaux dressent ses préférences. Petit déjeuner, fromages, musiques… Monsieur doit...

]]>
Bernard et Jacques Attali, les très chers amis de Patrick Drahi854e8bcb-c116-472b-b3dd-e6d4b5539714http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221220_110000_Bernard_et_Jacques_Attali__les_tres_chers_amis_de_Patrick_DrahiTue, 20 Dec 2022 11:00:00 +0100

Les bons comptes font les bons amis

Dans la famille Attali, il y a Jacques, ex-conseiller de Mitterrand. Mais aussi Bernard, son frère jumeau, directeur financier et consultant. Les deux frères, au carnet d’adresses bien garni, partagent un même et riche client.

Les frères Attali ont tous deux de beaux carnets d'adresses - © Caroline Varon

« Avoir un bon copain, voilà c’qu’il y a d’meilleur au monde », chantait Henri Garat en 1930. Un refrain que donnent envie de chanter certains des documents issus des DrahiLeaks. Ce n’est un secret pour personne que les milieux financiers et politiques entretiennent d’étroites relations, dans un système de « renvois d’ascenseurs » plus ou moins opaques. Patrick Drahi n’échappe pas à cette règle, les #DrahiLeaks nous permettent de découvrir certaines de ces « connivences » à l’œuvre. À combien se négocie un bon carnet d’adresses et qu’y a-t-il dans les ascenseurs ? Exemple avec deux « copains » de Patrick Drahi que Reflets, StreetPress et Blast ont trouvé dans les #DrahiLeaks : Jacques Attali et son frère jumeau, Bernard Attali.

La carrière très médiatique du premier est bien connue. Hier conseiller de François Mitterrand, aujourd’hui proche d’Emmanuel Macron. Une carrière sans faute au cours de laquelle « l’écrivain, chef d’entreprise, économiste et haut fonctionnaire » a eu de quoi remplir un épais carnet d’adresses de « premiers de cordée », parmi lesquels figure Patrick Drahi. Des amis qu’il lui arrive d’inviter à déjeuner, comme en avril 2014 lorsque Jacques Attali a convenu d’un déjeuner avec Patrick Drahi et Jean-Charles Naouri. Ce dernier, après avoir été associé-gérant de la banque Rothschild et Cie est aujourd’hui PDG du groupe Casino.

L’autre Attali

D’un frère Attali à l’autre... Le 20 mai 2014, Bernard est nommé administrateur indépendant de Numericable Group,...

]]>

Les bons comptes font les bons amis

Dans la famille Attali, il y a Jacques, ex-conseiller de Mitterrand. Mais aussi Bernard, son frère jumeau, directeur financier et consultant. Les deux frères, au carnet d’adresses bien garni, partagent un même et riche client.

Les frères Attali ont tous deux de beaux carnets d'adresses - © Caroline Varon

« Avoir un bon copain, voilà c’qu’il y a d’meilleur au monde », chantait Henri Garat en 1930. Un refrain que donnent envie de chanter certains des documents issus des DrahiLeaks. Ce n’est un secret pour personne que les milieux financiers et politiques entretiennent d’étroites relations, dans un système de « renvois d’ascenseurs » plus ou moins opaques. Patrick Drahi n’échappe pas à cette règle, les #DrahiLeaks nous permettent de découvrir certaines de ces « connivences » à l’œuvre. À combien se négocie un bon carnet d’adresses et qu’y a-t-il dans les ascenseurs ? Exemple avec deux « copains » de Patrick Drahi que Reflets, StreetPress et Blast ont trouvé dans les #DrahiLeaks : Jacques Attali et son frère jumeau, Bernard Attali.

La carrière très médiatique du premier est bien connue. Hier conseiller de François Mitterrand, aujourd’hui proche d’Emmanuel Macron. Une carrière sans faute au cours de laquelle « l’écrivain, chef d’entreprise, économiste et haut fonctionnaire » a eu de quoi remplir un épais carnet d’adresses de « premiers de cordée », parmi lesquels figure Patrick Drahi. Des amis qu’il lui arrive d’inviter à déjeuner, comme en avril 2014 lorsque Jacques Attali a convenu d’un déjeuner avec Patrick Drahi et Jean-Charles Naouri. Ce dernier, après avoir été associé-gérant de la banque Rothschild et Cie est aujourd’hui PDG du groupe Casino.

L’autre Attali

D’un frère Attali à l’autre... Le 20 mai 2014, Bernard est nommé administrateur indépendant de Numericable Group,...

]]>
Comment Patrick Drahi s'est enrichi sur le dos de Libération eee1df75-eee7-4ca4-97d2-e3efab173971http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221220_100000_Comment_Patrick_Drahi_s_est_enrichi_sur_le_dos_de_Liberation_Tue, 20 Dec 2022 10:00:00 +0100

Opérations immobilières et optimisation fiscale

Depuis le rachat de Libé en 2014, il explique avoir perdu des dizaines de millions d’euros. Faux ! Grâce à des opérations immobilières juteuses et de l’optimisation fiscale, il a largement compensé ses pertes. Tout ça intéresserait la justice…

Un renflouement de Libé relativement profitable pour Patrick Drahi - © Caroline Varon

Auditionné par les sénateurs en février 2022, Patrick Drahi fanfaronne. « J’ai sauvé Libération », assène-t-il. Les près de 75 millions d’euros investis entre 2014 et 2020, l’ont été à perte. Du mécénat ou presque, sans la moindre arrière-pensée, assure l’homme d’affaires :

« Sincèrement, honnêtement, quand j’ai racheté Libération, je ne savais pas ce j’allais en faire. Je savais que j’allais faire plaisir à mes parents… »

Pas seulement… Grâce aux #DrahiLeaks, Reflets, StreetPress et Blast sont en mesure de révéler la face cachée du rachat du quotidien : une opération immobilière ultra-rentable. En mai 2022, Patrick Drahi a revendu « le garage », siège emblématique de Libération entre 1987 et 2015, situé au cœur du troisième arrondissement de Paris, pour 78,7 millions d’euros hors taxes. Le montage financier qui entoure le rachat et la cession du journal à un fonds prétendument indépendant aurait aussi permis à l’empire Drahi de réduire ses impôts. Bilan des opérations : le milliardaire n’a pas perdu d’argent. Il se serait en réalité enrichi sur le dos du journal en difficulté financière. Un dossier qui pourrait lui causer quelques tracas, puisqu’il intéresserait la justice.

L’achat du journal

Retour en arrière. À l’été 2014, la presse titre sur le « sauveur de Libération ». Patrick Drahi vient de renflouer les caisses du quotidien au bord de la faillite, d’abord par un prêt de 4 millions d’euros - comme l’avait révélé Mediapart - puis par un apport de 10 millions d’euros....

]]>

Opérations immobilières et optimisation fiscale

Depuis le rachat de Libé en 2014, il explique avoir perdu des dizaines de millions d’euros. Faux ! Grâce à des opérations immobilières juteuses et de l’optimisation fiscale, il a largement compensé ses pertes. Tout ça intéresserait la justice…

Un renflouement de Libé relativement profitable pour Patrick Drahi - © Caroline Varon

Auditionné par les sénateurs en février 2022, Patrick Drahi fanfaronne. « J’ai sauvé Libération », assène-t-il. Les près de 75 millions d’euros investis entre 2014 et 2020, l’ont été à perte. Du mécénat ou presque, sans la moindre arrière-pensée, assure l’homme d’affaires :

« Sincèrement, honnêtement, quand j’ai racheté Libération, je ne savais pas ce j’allais en faire. Je savais que j’allais faire plaisir à mes parents… »

Pas seulement… Grâce aux #DrahiLeaks, Reflets, StreetPress et Blast sont en mesure de révéler la face cachée du rachat du quotidien : une opération immobilière ultra-rentable. En mai 2022, Patrick Drahi a revendu « le garage », siège emblématique de Libération entre 1987 et 2015, situé au cœur du troisième arrondissement de Paris, pour 78,7 millions d’euros hors taxes. Le montage financier qui entoure le rachat et la cession du journal à un fonds prétendument indépendant aurait aussi permis à l’empire Drahi de réduire ses impôts. Bilan des opérations : le milliardaire n’a pas perdu d’argent. Il se serait en réalité enrichi sur le dos du journal en difficulté financière. Un dossier qui pourrait lui causer quelques tracas, puisqu’il intéresserait la justice.

L’achat du journal

Retour en arrière. À l’été 2014, la presse titre sur le « sauveur de Libération ». Patrick Drahi vient de renflouer les caisses du quotidien au bord de la faillite, d’abord par un prêt de 4 millions d’euros - comme l’avait révélé Mediapart - puis par un apport de 10 millions d’euros....

]]>
Le contrat qui aurait permis à Bourdin d’empocher 1,4 million d’euros sans trop se fatiguerb38e582d-44b4-4645-b02d-60d6540acb25http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221220_090039_Le_contrat_qui_aurait_permis_a_Bourdin_d___empocher_1_4_million_d___euros_sans_trop_se_fatiguerTue, 20 Dec 2022 09:00:39 +0100

Il était « consultant » pour la maison mère de BFM

L’ancienne vedette de BFM et RMC, Jean-Jacques Bourdin, avait signé un accord de consulting avec Altice. Il empochait 1,4 million d’euros pour une note par an et quelques réunions.

Jean-JAcques Bourdin a été la vedette de RMC et de BFMTV pendant des années - © Caroline Varon

« Jean-Jacques est quelqu'un qui n'aime pas l'autorité. J'ai donc décidé de ne plus être son patron, on est devenus amis. C'est beaucoup plus simple » expliquait Alain Weill au Monde. Le directeur général de RMC était encore plus explicite : « Je ne me suis jamais engueulé avec lui. Mon métier, c'est qu'il se sente bien. ». Et il ajoutait : « Jean-Jacques est quelqu'un de sympathique. Il est exigeant, comme le sont tous les grands pros. Après, son défaut est sa qualité : c'est une présence, un ogre, qui a tendance à manger tout ce qui est à côté ». Ce n’est pas faux. En plus de son salaire de journaliste, l’animateur aurait, selon nos informations, engrangé 1,4 million d’euros pour une prestation de conseil signée en 2018. Elle ne semble pas trop épuisante…

Un montant qui cogne avec les demandes des salariés de BFMTV, en grève pour des augmentations. En 2019, les syndicats avaient obtenu 1,2 millions pour tous, soit moins que Bourdin à lui seul avec son contrat sur 4 ans. En 2022, ils espèrent une enveloppe de 3 millions bruts. Ils demandaient au départ une augmentation de 10 % sur deux ans et n’obtiendraient aux dernières nouvelles que 5%. Les pigistes se contenteront de 1,5 %. Et si les salariés de BFM prennent les transports en commun pendant que Patrick Drahi boulotte des fraises Tagada dans ses jets, la chaîne n’est pas mesquine : elle accepterait désormais de prendre à sa charge 75 % du Pass Navigo (contre 50 % précédemment). Les...

]]>

Il était « consultant » pour la maison mère de BFM

L’ancienne vedette de BFM et RMC, Jean-Jacques Bourdin, avait signé un accord de consulting avec Altice. Il empochait 1,4 million d’euros pour une note par an et quelques réunions.

Jean-JAcques Bourdin a été la vedette de RMC et de BFMTV pendant des années - © Caroline Varon

« Jean-Jacques est quelqu'un qui n'aime pas l'autorité. J'ai donc décidé de ne plus être son patron, on est devenus amis. C'est beaucoup plus simple » expliquait Alain Weill au Monde. Le directeur général de RMC était encore plus explicite : « Je ne me suis jamais engueulé avec lui. Mon métier, c'est qu'il se sente bien. ». Et il ajoutait : « Jean-Jacques est quelqu'un de sympathique. Il est exigeant, comme le sont tous les grands pros. Après, son défaut est sa qualité : c'est une présence, un ogre, qui a tendance à manger tout ce qui est à côté ». Ce n’est pas faux. En plus de son salaire de journaliste, l’animateur aurait, selon nos informations, engrangé 1,4 million d’euros pour une prestation de conseil signée en 2018. Elle ne semble pas trop épuisante…

Un montant qui cogne avec les demandes des salariés de BFMTV, en grève pour des augmentations. En 2019, les syndicats avaient obtenu 1,2 millions pour tous, soit moins que Bourdin à lui seul avec son contrat sur 4 ans. En 2022, ils espèrent une enveloppe de 3 millions bruts. Ils demandaient au départ une augmentation de 10 % sur deux ans et n’obtiendraient aux dernières nouvelles que 5%. Les pigistes se contenteront de 1,5 %. Et si les salariés de BFM prennent les transports en commun pendant que Patrick Drahi boulotte des fraises Tagada dans ses jets, la chaîne n’est pas mesquine : elle accepterait désormais de prendre à sa charge 75 % du Pass Navigo (contre 50 % précédemment). Les...

]]>
Trois médias indépendants s’associent pour enquêter sur l’empire de Patrick Drahi5506ef86-6110-4055-9259-dbfd209a2a36http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221220_085907_Trois_medias_independants_s___associent_pour_enqueter_sur_l___empire_de_Patrick_DrahiTue, 20 Dec 2022 08:59:07 +0100

Reflets.info, StreetPress et Blast enquêtent conjointement sur les #DrahiLeaks

Ce mardi à partir de neuf heures, les trois médias publieront un article par heure. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être tenus au courant.

Trois médias indépendants pour creuser les DrahiLeaks - © Caroline Varon

Patrick Drahi est un homme puissant. Il est le propriétaire de plusieurs compagnies de télécommunications à travers le monde : SFR en France, Hot en Israël, Portugal Telecom, Altice USA… C’est aussi un magnat des médias, actionnaire majoritaire de BFM, RMC (télé et radio), I24News et, un temps, de L’Express et Libé auxquels il est toujours rattaché. C’est le genre d’homme auquel il est déconseillé de se frotter. Reflets.info en a fait l’amère expérience.

Courant août, le groupe de hackers russes Hive a mis en ligne sur Internet des centaines de milliers de documents piratés à Altice, l’empire tentaculaire de Patrick Drahi, après avoir échoué à faire chanter l’homme d'affaires. Reflets.info s’est, le premier, plongé dans cette mine d’informations. Début septembre il publiait, à partir des ces #DrahiLeaks une série d’enquêtes. La réponse de l’homme d’affaires a été immédiate et brutale.

Ses avocats attaquent le média au titre du secret des affaires afin de contourner le droit de la presse. Une loi mise en place sous Emmanuel Macron pour protéger les petits secrets des ultra-riches et des multinationales. C’est sur la base de ce texte que le tribunal de commerce, saisi par Altice, va censurer de manière préventive Reflets.info. Nous n'avons, en théorie, plus le droit d’enquêter sur la 11e fortune française.

Mais Reflets refuse de céder à la censure. Nous avons fait appel de la décision, nous lançant dans une bataille qui pourrait durer des années. Et désormais ...

]]>

Reflets.info, StreetPress et Blast enquêtent conjointement sur les #DrahiLeaks

Ce mardi à partir de neuf heures, les trois médias publieront un article par heure. Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être tenus au courant.

Trois médias indépendants pour creuser les DrahiLeaks - © Caroline Varon

Patrick Drahi est un homme puissant. Il est le propriétaire de plusieurs compagnies de télécommunications à travers le monde : SFR en France, Hot en Israël, Portugal Telecom, Altice USA… C’est aussi un magnat des médias, actionnaire majoritaire de BFM, RMC (télé et radio), I24News et, un temps, de L’Express et Libé auxquels il est toujours rattaché. C’est le genre d’homme auquel il est déconseillé de se frotter. Reflets.info en a fait l’amère expérience.

Courant août, le groupe de hackers russes Hive a mis en ligne sur Internet des centaines de milliers de documents piratés à Altice, l’empire tentaculaire de Patrick Drahi, après avoir échoué à faire chanter l’homme d'affaires. Reflets.info s’est, le premier, plongé dans cette mine d’informations. Début septembre il publiait, à partir des ces #DrahiLeaks une série d’enquêtes. La réponse de l’homme d’affaires a été immédiate et brutale.

Ses avocats attaquent le média au titre du secret des affaires afin de contourner le droit de la presse. Une loi mise en place sous Emmanuel Macron pour protéger les petits secrets des ultra-riches et des multinationales. C’est sur la base de ce texte que le tribunal de commerce, saisi par Altice, va censurer de manière préventive Reflets.info. Nous n'avons, en théorie, plus le droit d’enquêter sur la 11e fortune française.

Mais Reflets refuse de céder à la censure. Nous avons fait appel de la décision, nous lançant dans une bataille qui pourrait durer des années. Et désormais ...

]]>
Comment la Russie contourne les sanctions internationalesea1f6aae-2a23-45da-819d-75c6975b38d4http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221219_180015_Comment_la_Russie_contourne_les_sanctions_internationalesMon, 19 Dec 2022 18:00:15 +0100

Utilisations de banques suisses et émiraties, approvisionnements en Turquie, en Géorgie ou au Kazakhstan, les Russes s'adaptent

La Russie est très inventive pour contourner les sanctions internationales. De nouveaux circuits se sont mis en place pour continuer l'approvisionnement et limiter les effets de l'embargo. Certaines entreprises internationales font aussi le choix de continuer leurs activités. Mais les sanctions ont un impact réel, notamment dans la production de matériel militaire.

L'immeuble du magasin Tsoum à Moscou - NVO - Wikipedia - CC BY-SA 2.5

« Aujourd'hui, à Moscou, on trouve tous les biens grand public étrangers », raconte un expatrié français resté en Russie. « Au début de la guerre, au mois de mars, les rayons étaient vides mais ça n'a pas duré. » Appelons le Martin. Il travaille dans une entreprise de finance et discute avec ses amis et collègues russes des combines qui lui permettent de moins ressentir l'effet des sanctions. Au grand magasin Tsoum, l'équivalent des Galeries Lafayette de la capitale, les étals ont retrouvé les produits de luxe. Dior ou Gucci sont officiellement partis mais des réseaux parallèles d'approvisionnement se sont mis en place. Pourtant, officiellement, les sanctions interdisent l'exportation de produits de luxe d'une valeur de plus de 300 . Alors comment les Russes procèdent-ils ?

« C'est la Turquie qui est devenue la plaque tournante pour contourner les sanctions. Des importateurs locaux revendent à la Russie, et le tour est joué », assure Martin. Il raconte aussi le cas de la marque de produits de cosmétique l'Occitane. Dans un communiqué du 19 mai 2022, le groupe déclarait : « L’Occitane s'oppose fermement à l'invasion injustifiée de l'Ukraine et a décidé de quitter complètement la Russie. Le Groupe l’Occitane cède ses activités dans le pays à l’équipe de direction locale. Une fois cette procédure achevée, ce qui devrait avoir lieu d'ici la fin du mois de mai, le Groupe l’Occitane n'aura...

]]>

Utilisations de banques suisses et émiraties, approvisionnements en Turquie, en Géorgie ou au Kazakhstan, les Russes s'adaptent

La Russie est très inventive pour contourner les sanctions internationales. De nouveaux circuits se sont mis en place pour continuer l'approvisionnement et limiter les effets de l'embargo. Certaines entreprises internationales font aussi le choix de continuer leurs activités. Mais les sanctions ont un impact réel, notamment dans la production de matériel militaire.

L'immeuble du magasin Tsoum à Moscou - NVO - Wikipedia - CC BY-SA 2.5

« Aujourd'hui, à Moscou, on trouve tous les biens grand public étrangers », raconte un expatrié français resté en Russie. « Au début de la guerre, au mois de mars, les rayons étaient vides mais ça n'a pas duré. » Appelons le Martin. Il travaille dans une entreprise de finance et discute avec ses amis et collègues russes des combines qui lui permettent de moins ressentir l'effet des sanctions. Au grand magasin Tsoum, l'équivalent des Galeries Lafayette de la capitale, les étals ont retrouvé les produits de luxe. Dior ou Gucci sont officiellement partis mais des réseaux parallèles d'approvisionnement se sont mis en place. Pourtant, officiellement, les sanctions interdisent l'exportation de produits de luxe d'une valeur de plus de 300 . Alors comment les Russes procèdent-ils ?

« C'est la Turquie qui est devenue la plaque tournante pour contourner les sanctions. Des importateurs locaux revendent à la Russie, et le tour est joué », assure Martin. Il raconte aussi le cas de la marque de produits de cosmétique l'Occitane. Dans un communiqué du 19 mai 2022, le groupe déclarait : « L’Occitane s'oppose fermement à l'invasion injustifiée de l'Ukraine et a décidé de quitter complètement la Russie. Le Groupe l’Occitane cède ses activités dans le pays à l’équipe de direction locale. Une fois cette procédure achevée, ce qui devrait avoir lieu d'ici la fin du mois de mai, le Groupe l’Occitane n'aura...

]]>
La faucille et le goupillon : enquête sur la « théologie rouge »e02cd163-f4c3-4535-a6ff-64b0afcbf769http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221213_122025_La_faucille_et_le_goupillon___enquete_sur_la____theologie_rouge___Tue, 13 Dec 2022 12:20:25 +0100

Dessous Choc #9

Dans ce nouvel épisode de Dessous Choc, Timothée de Rauglaudre nous parle de sa nouvelle enquête : « Les moissonneurs » (éditions de l’escargot) qui lève le voile sur la théologie de la libération. Ce mouvement, peu connu du grand public, a pourtant accompagné de nombreuses luttes sociales, en particulier en Amérique latine, le berceau de sa fondation.

 moissonneurs - Copie d'écran
moissonneurs - Copie d'écran
Pour mieux comprendre les subtilités mais aussi l'héritage de ce que certains de ses détracteurs ont qualifié de « théologie rouge » – elle a longtemps senti le soufre ! –, le journaliste d'investigation , Timothée de Rauglaudre membre du collectif de presse « Extra muros », journaliste et actionnaire de Reflets, s'est rendu de l'autre côté de l'Atlantique, au Brésil et au Mexique.

Il y a rencontré des religieux, prêtres ou laïcs qui continuent de s’inspirer d’une théologie qui dérange l'ordre établi et les puissants – autant dans l'institution ecclésiale que parmi des États conservateurs – car elle fait prendre conscience aux pauvres qu’ils sont les acteurs de leur propre libération et qu’ils peuvent le revendiquer au nom de l’Évangile.

De Sao Paulo jusqu’aux hauteurs de Petrópolis, en passant par les montagnes du Chiapas, il nous embarque dans un road trip passionnant à la rencontre d’une théologie qui croise de manière étonnante l’engagement en faveur de la justice sociale et la foi en un libérateur divin.

Auditeurs de tous pays, bolcho-cathos ou non, écoutez et partagez !

« En tant que chrétien soucieux de la justice sociale et de l’écologie, il me semblait incontournable d’aller puiser chez ceux qui avaient su entendre les “clameurs des moissonneurs”. Si la théologie de la libération, née dans un contexte historique, social et culturel particulier, est difficilement transposable dans une Europe “développée” et en voie de déchristianisation avancée, ses enseignements n'en demeurent pas moins pertinents. », explique Timothée de Rauglaudre.

]]>

Dessous Choc #9

Dans ce nouvel épisode de Dessous Choc, Timothée de Rauglaudre nous parle de sa nouvelle enquête : « Les moissonneurs » (éditions de l’escargot) qui lève le voile sur la théologie de la libération. Ce mouvement, peu connu du grand public, a pourtant accompagné de nombreuses luttes sociales, en particulier en Amérique latine, le berceau de sa fondation.

 moissonneurs - Copie d'écran
moissonneurs - Copie d'écran
Pour mieux comprendre les subtilités mais aussi l'héritage de ce que certains de ses détracteurs ont qualifié de « théologie rouge » – elle a longtemps senti le soufre ! –, le journaliste d'investigation , Timothée de Rauglaudre membre du collectif de presse « Extra muros », journaliste et actionnaire de Reflets, s'est rendu de l'autre côté de l'Atlantique, au Brésil et au Mexique.

Il y a rencontré des religieux, prêtres ou laïcs qui continuent de s’inspirer d’une théologie qui dérange l'ordre établi et les puissants – autant dans l'institution ecclésiale que parmi des États conservateurs – car elle fait prendre conscience aux pauvres qu’ils sont les acteurs de leur propre libération et qu’ils peuvent le revendiquer au nom de l’Évangile.

De Sao Paulo jusqu’aux hauteurs de Petrópolis, en passant par les montagnes du Chiapas, il nous embarque dans un road trip passionnant à la rencontre d’une théologie qui croise de manière étonnante l’engagement en faveur de la justice sociale et la foi en un libérateur divin.

Auditeurs de tous pays, bolcho-cathos ou non, écoutez et partagez !

« En tant que chrétien soucieux de la justice sociale et de l’écologie, il me semblait incontournable d’aller puiser chez ceux qui avaient su entendre les “clameurs des moissonneurs”. Si la théologie de la libération, née dans un contexte historique, social et culturel particulier, est difficilement transposable dans une Europe “développée” et en voie de déchristianisation avancée, ses enseignements n'en demeurent pas moins pertinents. », explique Timothée de Rauglaudre.

]]>
Recherche : une « belle endormie»... en plein cauchemar3e2f4701-e133-46e2-8f74-c8c2f1fa42b4http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221205_151033_Recherche___une____belle_endormie__..._en_plein_cauchemarMon, 05 Dec 2022 15:10:33 +0100

Le CINES, fleuron de la recherche française en informatique, a connu de sérieux bugs de management, demain RENATER ?

Les laboratoires de recherche sont des administrations à part avec leurs règles propres. Si l'on entend parler d’eux, c’est souvent pour l’annonce de percées scientifiques exceptionnelles ou de titres décernés à l’un de ses chercheurs. Pour le citoyen lambda cela ne fait pas de doute, la recherche française est à la pointe et elle avance. Les problèmes et les vices sont réservés aux autres services publics moins élitistes

Le supercalculateur Jade installé au CINES (2010) - Penalva - Wikipedia - CC BY-SA 3.0

Sous l’apparence scintillante de ces vitrines du savoir français, la réalité est parfois beaucoup plus terne. Pour ce premier volet d’une enquête sur le service public de la recherche, direction le sud de la France, l’Occitanie et plus précisément Montpellier. Sur scène, le CINES, le Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur. Et pour thème de cette pièce, le choc entre management façon « start-up nation » et les acteurs de cet établissement public. Alors, conte de fée ou tragédie grecque à la sauce française ?

Parmi les établissements placés sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (ou MESRI), le CINES a un rôle un peu particulier. Il n’est pas un laboratoire de recherche à proprement parler, mais un moyen informatique mis à disposition par l’État pour l’enseignement et la recherche. La soixantaine d’agents qui y travaillent, composés d’experts, d’ingénieurs et de techniciens, s’occupent à y remplir ses trois missions statutaires et stratégiques. Tout d’abord l’hébergement de plateformes informatiques nationales, avec des salles informatiques à la pointe, accueillant, entre autre, des matériels de RENATER (le réseau haute performance de la recherche et de l’enseignement français), ou de l’INSERM (un institut de recherche sur la santé, la biologie et la médecine). Le CINES a aussi une mission d’archivage pérenne pour les données scientifiques, administratives et pédagogiques. Enfin, il est un...

]]>

Le CINES, fleuron de la recherche française en informatique, a connu de sérieux bugs de management, demain RENATER ?

Les laboratoires de recherche sont des administrations à part avec leurs règles propres. Si l'on entend parler d’eux, c’est souvent pour l’annonce de percées scientifiques exceptionnelles ou de titres décernés à l’un de ses chercheurs. Pour le citoyen lambda cela ne fait pas de doute, la recherche française est à la pointe et elle avance. Les problèmes et les vices sont réservés aux autres services publics moins élitistes

Le supercalculateur Jade installé au CINES (2010) - Penalva - Wikipedia - CC BY-SA 3.0

Sous l’apparence scintillante de ces vitrines du savoir français, la réalité est parfois beaucoup plus terne. Pour ce premier volet d’une enquête sur le service public de la recherche, direction le sud de la France, l’Occitanie et plus précisément Montpellier. Sur scène, le CINES, le Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur. Et pour thème de cette pièce, le choc entre management façon « start-up nation » et les acteurs de cet établissement public. Alors, conte de fée ou tragédie grecque à la sauce française ?

Parmi les établissements placés sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (ou MESRI), le CINES a un rôle un peu particulier. Il n’est pas un laboratoire de recherche à proprement parler, mais un moyen informatique mis à disposition par l’État pour l’enseignement et la recherche. La soixantaine d’agents qui y travaillent, composés d’experts, d’ingénieurs et de techniciens, s’occupent à y remplir ses trois missions statutaires et stratégiques. Tout d’abord l’hébergement de plateformes informatiques nationales, avec des salles informatiques à la pointe, accueillant, entre autre, des matériels de RENATER (le réseau haute performance de la recherche et de l’enseignement français), ou de l’INSERM (un institut de recherche sur la santé, la biologie et la médecine). Le CINES a aussi une mission d’archivage pérenne pour les données scientifiques, administratives et pédagogiques. Enfin, il est un...

]]>
Altice et les « faits alternatifs »d5a3e5de-a1ab-4b74-909b-c8d93312397chttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221205_094802_Altice_et_les____faits_alternatifs___Mon, 05 Dec 2022 09:48:02 +0100

Un milliardaire peut-il modifier la réalité pour qu'elle colle à ses envies ?

En s'attaquant judiciairement à tout (ou presque) ce qui évoque la fuite de données dont a été vitime Altice, Patrick Drahi tente de construire une réalité alternative où ce piratage n'a pas eu lieu. Spoiler : ça ne va pas marcher.

Kellyanne Conway en 2016 - Gage Skidmore - Wikipedia - CC BY-SA 3.0

Les offensives judiciaires de Patrick Drahi et de ses sociétés contre Reflets ou Radio-France commencent à dresser le portrait d'un homme qui utilise tous les arguments possibles et imaginables pour tenter d'écraser la liberté d'expression. D'une part ses avocats assénaient devant la cour d'appel de Versailles mercredi 30 novembre que Reflets évoquait des informations sans intérêt de manière sensationnaliste, de l'autre, il tente par tous les moyens de faire censurer nos écrits. Que peut-il craindre de la publication d'informations n'ayant « aucun intérêt » et qui ne seraient « pas d'intérêt général » ? Et pourquoi demander la censure de tout (ou presque) ce qui parle de ces informations ? Mais au delà de ces contradictions, se pose la question des faits alternatifs qui plombent la démocratie depuis leur « invention » par une conseillère de Donald Trump.

En janvier 2017, Kellyanne Conway, conseillère du président Donald Trump tente d'expliquer à la presse le gros mensonge de Sean Spicer, porte-parole de la présidence américaine. Selon lui, la presse a sous-estimé l'importance de la foule lors de la cérémonie d'investiture du président Trump, il prétend qu'elle a attiré « la plus grande audience à avoir assisté à une investiture, point final. » De fait, c'est totalement faux. Kellyanne Conway vient en renfort quelques jours plus tard et explique à un journaliste : « vous dites que c'est un mensonge […], notre...

]]>

Un milliardaire peut-il modifier la réalité pour qu'elle colle à ses envies ?

En s'attaquant judiciairement à tout (ou presque) ce qui évoque la fuite de données dont a été vitime Altice, Patrick Drahi tente de construire une réalité alternative où ce piratage n'a pas eu lieu. Spoiler : ça ne va pas marcher.

Kellyanne Conway en 2016 - Gage Skidmore - Wikipedia - CC BY-SA 3.0

Les offensives judiciaires de Patrick Drahi et de ses sociétés contre Reflets ou Radio-France commencent à dresser le portrait d'un homme qui utilise tous les arguments possibles et imaginables pour tenter d'écraser la liberté d'expression. D'une part ses avocats assénaient devant la cour d'appel de Versailles mercredi 30 novembre que Reflets évoquait des informations sans intérêt de manière sensationnaliste, de l'autre, il tente par tous les moyens de faire censurer nos écrits. Que peut-il craindre de la publication d'informations n'ayant « aucun intérêt » et qui ne seraient « pas d'intérêt général » ? Et pourquoi demander la censure de tout (ou presque) ce qui parle de ces informations ? Mais au delà de ces contradictions, se pose la question des faits alternatifs qui plombent la démocratie depuis leur « invention » par une conseillère de Donald Trump.

En janvier 2017, Kellyanne Conway, conseillère du président Donald Trump tente d'expliquer à la presse le gros mensonge de Sean Spicer, porte-parole de la présidence américaine. Selon lui, la presse a sous-estimé l'importance de la foule lors de la cérémonie d'investiture du président Trump, il prétend qu'elle a attiré « la plus grande audience à avoir assisté à une investiture, point final. » De fait, c'est totalement faux. Kellyanne Conway vient en renfort quelques jours plus tard et explique à un journaliste : « vous dites que c'est un mensonge […], notre...

]]>
La censure comme réponse à la presse ?781c349c-14a1-4d40-82d6-9d0d41d94b9ehttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221129_181523_La_censure_comme_reponse_a_la_presse__Tue, 29 Nov 2022 18:15:23 +0100

Reflets et Mediapart dans le viseur de Maître Ingrain et de Patrick Drahi

Demain mercredi, Reflets sera devant le tribunal de Versailles tandis que Mediapart sera fixé sur son sort. Dans les deux cas, une censure préalable appliquée par des juges à la demande du même avocat.

Quand le patron d'Altice vous invite... - Copie d'écran

Le 5 septembre dernier, nous commencions la publication d'une enquête sur l'empire de Patrick Drahi. Notre investigation part de la publication sur Internet de documents internes du groupe Altice et du Family Office de Patrick Drahi (l'entreprise qui gère ses investissements personnels). Le groupe de ransomware Hive a en effet diffusé ces informations après l'échec des négociations sur la rançon demandée après l'attaque. Très rapidement, Altice nous assignait devant le tribunal de commerce de Nanterre en invoquant une violation du secret des affaires. Dans son ordonnance, le juge écartait les demandes d'Altice, comme la censure a posteriori de nos articles. Il ne constatait aucune violation du secret des affaires. En revanche, il nous interdisait d'écrire à l'avenir sur Altice en nous basant sur ces documents pourtant désormais publics. Une censure préalable indiscriminée. C'est pour cette raison que nous avons fait appel. L'affaire sera jugée demain à 15 heures à la cour d'appel de Versailles. A la même heure exactement, le délibéré sera rendu dans l'affaire qui interdit à Mediapart de publier le moindre extrait d'enregistrements dévoilant les méthodes inssuportables de kompromat utilisées par le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdiau. Trois points communs entre les deux affaires : la censure préalable d'enquêtes journalistiques, une instrumentalisation de la justice (éviter les chambres spécialisées en droit de la...

]]>

Reflets et Mediapart dans le viseur de Maître Ingrain et de Patrick Drahi

Demain mercredi, Reflets sera devant le tribunal de Versailles tandis que Mediapart sera fixé sur son sort. Dans les deux cas, une censure préalable appliquée par des juges à la demande du même avocat.

Quand le patron d'Altice vous invite... - Copie d'écran

Le 5 septembre dernier, nous commencions la publication d'une enquête sur l'empire de Patrick Drahi. Notre investigation part de la publication sur Internet de documents internes du groupe Altice et du Family Office de Patrick Drahi (l'entreprise qui gère ses investissements personnels). Le groupe de ransomware Hive a en effet diffusé ces informations après l'échec des négociations sur la rançon demandée après l'attaque. Très rapidement, Altice nous assignait devant le tribunal de commerce de Nanterre en invoquant une violation du secret des affaires. Dans son ordonnance, le juge écartait les demandes d'Altice, comme la censure a posteriori de nos articles. Il ne constatait aucune violation du secret des affaires. En revanche, il nous interdisait d'écrire à l'avenir sur Altice en nous basant sur ces documents pourtant désormais publics. Une censure préalable indiscriminée. C'est pour cette raison que nous avons fait appel. L'affaire sera jugée demain à 15 heures à la cour d'appel de Versailles. A la même heure exactement, le délibéré sera rendu dans l'affaire qui interdit à Mediapart de publier le moindre extrait d'enregistrements dévoilant les méthodes inssuportables de kompromat utilisées par le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdiau. Trois points communs entre les deux affaires : la censure préalable d'enquêtes journalistiques, une instrumentalisation de la justice (éviter les chambres spécialisées en droit de la...

]]>
La culture, c'est comme la confiture !01174a25-6951-4f44-91f7-f4fe23811bbfhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221128_092916_La_culture__c_est_comme_la_confiture__Mon, 28 Nov 2022 09:29:16 +0100

C'est bon...

Cinéma, séries, expos, musique, littérature : l’offre est tellement abondante qu'il est parfois difficile de s’y retrouver et de faire des choix. Voici quelques conseils totalement subjectifs – Eh oui on assume !

miam... - Bicanski - Pixnio

Cinéma : il est comment le nouveau Bedos ?

On avait été déçu par sa reprise d’OSS 117 – difficile de passer après Hazanavicius – et « La Belle époque » avec Daniel Auteuil et Fanny Ardant ne nous avait pas emballés. Quid de « Mascarade » ? L’idée du scénario est plutôt habile : deux gigolos homme et femme vont s'associer pour piéger des quinquas friqués (joués par Isabelle Adjani et François Cluzet). Les acteurs sont globalement bons avec notamment une Marina Vacth au mieux de sa forme dans son rôle de manipulatrice sans scrupules. Le film souffre toutefois de quelques longueurs : une demi-heure de moins n'aurait pas été de refus, et d’une once de lourdeur : la thèse féministe est un peu trop attendue. Ces réserves mises à part, le nouvel opus de Bedos reste virevoltant et prometteur pour la suite de sa filmographie.

Série : un petit bijou pas en TOC !

Oui, je sais ! Dès qu’on parle d’Arte, ça sonne un peu élitiste mais que nenni ! La chaîne franco-allemande est de plus en plus en pointe dans les offres de séries et n’a rien à envier à celle des grandes plateformes. En témoigne cette pépite : « Pure », une série britannique adaptée de l'ouvrage de Rose Cartwright. Elle raconte l'histoire d’une provinciale, Marnie, qui décide de sortir de sa campagne et de débarquer à Londres pour fuir une pathologie qui la handicape : son obsession sexuelle. On suit l’évolution d’une jeune femme aux prises avec des tocs qu’elle va devoir assumer et dépasser pour entrer de...

]]>

C'est bon...

Cinéma, séries, expos, musique, littérature : l’offre est tellement abondante qu'il est parfois difficile de s’y retrouver et de faire des choix. Voici quelques conseils totalement subjectifs – Eh oui on assume !

miam... - Bicanski - Pixnio

Cinéma : il est comment le nouveau Bedos ?

On avait été déçu par sa reprise d’OSS 117 – difficile de passer après Hazanavicius – et « La Belle époque » avec Daniel Auteuil et Fanny Ardant ne nous avait pas emballés. Quid de « Mascarade » ? L’idée du scénario est plutôt habile : deux gigolos homme et femme vont s'associer pour piéger des quinquas friqués (joués par Isabelle Adjani et François Cluzet). Les acteurs sont globalement bons avec notamment une Marina Vacth au mieux de sa forme dans son rôle de manipulatrice sans scrupules. Le film souffre toutefois de quelques longueurs : une demi-heure de moins n'aurait pas été de refus, et d’une once de lourdeur : la thèse féministe est un peu trop attendue. Ces réserves mises à part, le nouvel opus de Bedos reste virevoltant et prometteur pour la suite de sa filmographie.

Série : un petit bijou pas en TOC !

Oui, je sais ! Dès qu’on parle d’Arte, ça sonne un peu élitiste mais que nenni ! La chaîne franco-allemande est de plus en plus en pointe dans les offres de séries et n’a rien à envier à celle des grandes plateformes. En témoigne cette pépite : « Pure », une série britannique adaptée de l'ouvrage de Rose Cartwright. Elle raconte l'histoire d’une provinciale, Marnie, qui décide de sortir de sa campagne et de débarquer à Londres pour fuir une pathologie qui la handicape : son obsession sexuelle. On suit l’évolution d’une jeune femme aux prises avec des tocs qu’elle va devoir assumer et dépasser pour entrer de...

]]>
Ukraine : la paix, arme de capitulation massive de la Russie ?38166de2-c401-486b-a400-6e4441b206f2http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221122_114731_Ukraine___la_paix__arme_de_capitulation_massive_de_la_Russie__Tue, 22 Nov 2022 11:47:31 +0100

Les pressions russes pour une paix rapide sont un moyen d'obtenir ce qu'elle n'a pu gagner militairement

Alors que l'armée russe est en difficulté, Vladimir Poutine cherche à gagner du temps et, éventuellement, à geler la situation par une paix, sans doute temporaire, aux conditions russes. Pour tenter de mettre à genoux ce peuple qui ose lui résister et diviser les soutiens de l'Ukraine, la Russie bombarde les infrastructures électriques tout en fustigeant une position « irréaliste » du président Zelensky. La Russie cherche en fait une capitulation déguisée de l'Ukraine et de l'Occident.

Libération de Kherson - Copie d'écran - Twitter

Pour déclencher une guerre, il suffit d’être seul. Pour faire la paix, il faut être deux. Kyiv a posé ses conditions pour entamer des discussions de paix avec Moscou: la souveraineté retrouvée de l'Ukraine sur l'ensemble des territoires situés dans ses frontières de 1991, donc y compris la Crimée, annexée par les Russes après un référendum illégal en 2014.

En Europe et aux États-Unis, des dirigeants et des politiques appellent à envisager la paix. Selon le quotidien américain, le Washington Post, l'administration de Joe Biden tente discrètement d'encourager le président ukrainien Zelensky à négocier avec son homologue russe, pour garantir le soutien des puissances occidentales dans la durée. Une demande, non pas pour ramener Kyiv à la table des négociations, mais plutôt pour montrer une volonté de négocier et ne pas apparaître comme un facteur de blocage. Quelques jours auparavant, le conseiller du président ukrainien, Mykhailo Podoliak, avait écrit sur Twitter que seule une discussion «avec le prochain dirigeant de la Russie» serait efficace. Ambiance...

Dans les actes, le soutien américain est total. L’administration Biden vient de demander au Congrès de valider une aide d’urgence économique et militaire de plus de 37 milliards de dollars pour 2023. Le total de l’aide américaine accordée à l’Ukraine dépasse les 100 milliards, dont 70% pour l’aide militaire.

En France, des voix s’élèvent aussi pour appeler à la paix. Il y a bien sûr la galaxie de l’...

]]>

Les pressions russes pour une paix rapide sont un moyen d'obtenir ce qu'elle n'a pu gagner militairement

Alors que l'armée russe est en difficulté, Vladimir Poutine cherche à gagner du temps et, éventuellement, à geler la situation par une paix, sans doute temporaire, aux conditions russes. Pour tenter de mettre à genoux ce peuple qui ose lui résister et diviser les soutiens de l'Ukraine, la Russie bombarde les infrastructures électriques tout en fustigeant une position « irréaliste » du président Zelensky. La Russie cherche en fait une capitulation déguisée de l'Ukraine et de l'Occident.

Libération de Kherson - Copie d'écran - Twitter

Pour déclencher une guerre, il suffit d’être seul. Pour faire la paix, il faut être deux. Kyiv a posé ses conditions pour entamer des discussions de paix avec Moscou: la souveraineté retrouvée de l'Ukraine sur l'ensemble des territoires situés dans ses frontières de 1991, donc y compris la Crimée, annexée par les Russes après un référendum illégal en 2014.

En Europe et aux États-Unis, des dirigeants et des politiques appellent à envisager la paix. Selon le quotidien américain, le Washington Post, l'administration de Joe Biden tente discrètement d'encourager le président ukrainien Zelensky à négocier avec son homologue russe, pour garantir le soutien des puissances occidentales dans la durée. Une demande, non pas pour ramener Kyiv à la table des négociations, mais plutôt pour montrer une volonté de négocier et ne pas apparaître comme un facteur de blocage. Quelques jours auparavant, le conseiller du président ukrainien, Mykhailo Podoliak, avait écrit sur Twitter que seule une discussion «avec le prochain dirigeant de la Russie» serait efficace. Ambiance...

Dans les actes, le soutien américain est total. L’administration Biden vient de demander au Congrès de valider une aide d’urgence économique et militaire de plus de 37 milliards de dollars pour 2023. Le total de l’aide américaine accordée à l’Ukraine dépasse les 100 milliards, dont 70% pour l’aide militaire.

En France, des voix s’élèvent aussi pour appeler à la paix. Il y a bien sûr la galaxie de l’...

]]>
La liberté d’informer devant la justiceb23be0fc-67f9-405b-aa4e-e569ca34e1edhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221121_105017_La_liberte_d___informer_devant_la_justiceMon, 21 Nov 2022 10:50:17 +0100

L'audience en appel de Reflets contre Altice se tiendra ce mercredi 23 novembre

Peut-on censurer des articles qui ne sont pas encore écrits ? En première instance, le Tribunal de commerce de Nanterre a répondu oui. Mercredi, la cour d'appel de Versailles doit statuer à son tour. Et le 15 décembre, Reflets retourne au tribunal de commerce de Nanterre pour une audience au fond. Le Syndicat National des Journalistes s'est joint à l'affaire pour contrer cette attaque contre toute la profession.

cour d'appel de Versailles, façade Nord - Tiraden - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Rappel des faits : le 6 octobre, le tribunal de commerce de Nanterre statuait en référé sur la demande de trois entreprises du groupe Altice. Au nom de la protection du secret des affaires, elles demandaient le retrait de plusieurs articles publiés par Reflets sur la base de documents diffusés sur Internet par le groupe de ransomware Hive. Altice souhaitait également que nous ne puissions plus écrire d'articles à son sujet. Dans son ordonnance, rendue en référé, le tribunal a considéré que nous n'avions pas violé le secret des affaires, que nous ne devions pas retirer les articles déjà publiés, mais nous interdit toute nouvelle publication, sans précision de temps et de champ d'application.

Devant cette décision de justice, l'ensemble de la profession s'est mobilisée à l'appel du Fonds pour une presse libre. Plus de 100 médias indépendants et organisations de journalistes s’indignaient de la décision de justice obtenue par le milliardaire Patrick Drahi et son groupe Altice.

Cette attaque de Patrick Drahi est en effet un terrible révélateur de l'idée du journalisme que se font les milliardaires propriétaires de groupes de presse. Le buzz, le clash, l'enquête, pourquoi pas, tant que cela rapporte, mais surtout, que l'on ne parle pas de moi et de mes affaires. Cela donne à voir ce que devient la presse et les limites imposées aux journalistes. Les propriétaires de journaux n'ont même plus besoin de « faire pression » sur leurs...

]]>

L'audience en appel de Reflets contre Altice se tiendra ce mercredi 23 novembre

Peut-on censurer des articles qui ne sont pas encore écrits ? En première instance, le Tribunal de commerce de Nanterre a répondu oui. Mercredi, la cour d'appel de Versailles doit statuer à son tour. Et le 15 décembre, Reflets retourne au tribunal de commerce de Nanterre pour une audience au fond. Le Syndicat National des Journalistes s'est joint à l'affaire pour contrer cette attaque contre toute la profession.

cour d'appel de Versailles, façade Nord - Tiraden - Wikipedia - CC BY-SA 4.0

Rappel des faits : le 6 octobre, le tribunal de commerce de Nanterre statuait en référé sur la demande de trois entreprises du groupe Altice. Au nom de la protection du secret des affaires, elles demandaient le retrait de plusieurs articles publiés par Reflets sur la base de documents diffusés sur Internet par le groupe de ransomware Hive. Altice souhaitait également que nous ne puissions plus écrire d'articles à son sujet. Dans son ordonnance, rendue en référé, le tribunal a considéré que nous n'avions pas violé le secret des affaires, que nous ne devions pas retirer les articles déjà publiés, mais nous interdit toute nouvelle publication, sans précision de temps et de champ d'application.

Devant cette décision de justice, l'ensemble de la profession s'est mobilisée à l'appel du Fonds pour une presse libre. Plus de 100 médias indépendants et organisations de journalistes s’indignaient de la décision de justice obtenue par le milliardaire Patrick Drahi et son groupe Altice.

Cette attaque de Patrick Drahi est en effet un terrible révélateur de l'idée du journalisme que se font les milliardaires propriétaires de groupes de presse. Le buzz, le clash, l'enquête, pourquoi pas, tant que cela rapporte, mais surtout, que l'on ne parle pas de moi et de mes affaires. Cela donne à voir ce que devient la presse et les limites imposées aux journalistes. Les propriétaires de journaux n'ont même plus besoin de « faire pression » sur leurs...

]]>
Etats-Unis : il n'y a pas eu de vague républicaine aux midterms1f4a7095-bbab-42c8-be53-e6dcdce903aahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221116_140608_Etats-Unis___il_n_y_a_pas_eu_de_vague_republicaine_aux_midtermsWed, 16 Nov 2022 14:06:08 +0100

Pour la politologue Nicole Bacharan, le président Biden sort renforcé de ces élections.

Si la Chambre des représentants a basculé du côté des Républicains, les Démocrates sont assurés de conserver le Sénat avant même le second tour des élections en Géorgie. Si le Président Biden a limité la casse et en sort personnellement grandi, la seconde partie de son mandat s’annonce très difficile.

Donald Trump (2016) - Gage Skidmore - Wikipedia - CC BY-SA 2.0

Nicole Bacharan, politologue spécialiste des États-Unis, analyse les résultats des élections de mi-mandat et l'avenir des deux principaux partis politiques du pays.

Dans quel état sort l’Amérique après ses élections de mi-mandat?

Nicole Bacharan : Ce scrutin a montré la vitalité de la démocratie et c’est encourageant. Les Américains ont davantage voté qu’habituellement. La participation est estimée à 51%, alors qu’elle est largement inférieure dans les élections similaires précédentes. Cela s’explique par plusieurs raisons: Trump mobilise le camp républicain mais aussi les Démocrates, les Américains se sentent concernés par la question de l’avortement et enfin, beaucoup désiraient voter pour affirmer leur attachement à la démocratie. Globalement, tout s’est déroulé paisiblement, les citoyens ont foi dans leur démocratie et il veulent la garder vivante. Même s’il peut y avoir des contestations dans les jours ou les semaines qui viennent, c’est réconfortant. Autre signe d’espoir, parmi les candidats soutenus par Donald Trump, la moitié ont été élus, mais les autres ont été écartés car trop irrationnels et inquiétants. Le pays reste très divisé et deux visions irréconciliable s’affrontent.

Peut-on dire que la victoire des Républicains serait celle de l’extrême-droite?

La victoire des Républicains serait celle de l’extrême droite, même s’ils sont plus divisés qu’on pourrait le croire. Il ne fait aucun doute que les trumpistes sont d’extrême droite: certains contestent...

]]>

Pour la politologue Nicole Bacharan, le président Biden sort renforcé de ces élections.

Si la Chambre des représentants a basculé du côté des Républicains, les Démocrates sont assurés de conserver le Sénat avant même le second tour des élections en Géorgie. Si le Président Biden a limité la casse et en sort personnellement grandi, la seconde partie de son mandat s’annonce très difficile.

Donald Trump (2016) - Gage Skidmore - Wikipedia - CC BY-SA 2.0

Nicole Bacharan, politologue spécialiste des États-Unis, analyse les résultats des élections de mi-mandat et l'avenir des deux principaux partis politiques du pays.

Dans quel état sort l’Amérique après ses élections de mi-mandat?

Nicole Bacharan : Ce scrutin a montré la vitalité de la démocratie et c’est encourageant. Les Américains ont davantage voté qu’habituellement. La participation est estimée à 51%, alors qu’elle est largement inférieure dans les élections similaires précédentes. Cela s’explique par plusieurs raisons: Trump mobilise le camp républicain mais aussi les Démocrates, les Américains se sentent concernés par la question de l’avortement et enfin, beaucoup désiraient voter pour affirmer leur attachement à la démocratie. Globalement, tout s’est déroulé paisiblement, les citoyens ont foi dans leur démocratie et il veulent la garder vivante. Même s’il peut y avoir des contestations dans les jours ou les semaines qui viennent, c’est réconfortant. Autre signe d’espoir, parmi les candidats soutenus par Donald Trump, la moitié ont été élus, mais les autres ont été écartés car trop irrationnels et inquiétants. Le pays reste très divisé et deux visions irréconciliable s’affrontent.

Peut-on dire que la victoire des Républicains serait celle de l’extrême-droite?

La victoire des Républicains serait celle de l’extrême droite, même s’ils sont plus divisés qu’on pourrait le croire. Il ne fait aucun doute que les trumpistes sont d’extrême droite: certains contestent...

]]>
Procès du vol Rio-Paris : l’implacable loi de Murphy625f5af1-20b9-4ccd-b545-2608b95a12e7http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221112_144203_Proces_du_vol_Rio-Paris___l___implacable_loi_de_MurphySat, 12 Nov 2022 14:42:03 +0100

Omerta généralisée, complaisance institutionnelle, manque de réactivité… le crash était-il écrit d’avance ?

La loi de Murphy communément appelée « loi de l’emmerdement maximum » est en réalité une théorie élaborée par un ingénieur aérospatial, Edward Murphy, à la fin des années 40. Dans la conception des avions et des fusées on part du principe que « le pire est certain ».

13 longues années d'attente pour les familles des victimes - reflet

Ce précepte établi peut se traduire par « tout ce qui est susceptible d’aller mal, ira mal, tôt ou tard ». Or, dans l’affaire des sondes Pitot qui ont occasionné le crash du vol AF 447, l’administration française et européenne, Airbus, et Air France, ont réagi comme si la loi de Murphy ne s’appliquerait pas. Là n’est apparemment pas la seule entorse faite au respect des procédures et à la logique des choses, dans un milieu où l’erreur et le laisser-aller ne pardonnent pas.

Au procès du crash de Rio, on se croirait parfois dans une unité Alzheimer tant les témoins ont la mémoire qui flanche sur ce qui demeure le plus grand drame d’Air France, survenu avec un Airbus A 330 en 2009. Il faut dire qu’au regard des manœuvres dilatoires orchestrées par Air France et Airbus (13 ans d’instruction), certains appelés à la barre ont avancé en âge ; d’autres sont décédés en emportant au ciel leur savoir et leurs secrets. Cela rend la tâche de la juge Sylvie Daunis et des avocats des parties civiles encore plus ardue.

Alors qu’Air France accuse Airbus d’avoir manipulé une expertise, on pressent que l’entente cordiale entre ces deux prévenus se fissure au gré des audiences. Mais l’heure est venue d’entendre l'ancien pilote d’essai d'Airbus, Armand Jacob, qui comparait en tant que témoin mais semble subir les affres d’une mémoire en pointillé. Notamment quand il s’est agi de se souvenir des circonstances d’un incident arrivé dans une autre compagnie, Air Caraïbes, en septembre...

]]>

Omerta généralisée, complaisance institutionnelle, manque de réactivité… le crash était-il écrit d’avance ?

La loi de Murphy communément appelée « loi de l’emmerdement maximum » est en réalité une théorie élaborée par un ingénieur aérospatial, Edward Murphy, à la fin des années 40. Dans la conception des avions et des fusées on part du principe que « le pire est certain ».

13 longues années d'attente pour les familles des victimes - reflet

Ce précepte établi peut se traduire par « tout ce qui est susceptible d’aller mal, ira mal, tôt ou tard ». Or, dans l’affaire des sondes Pitot qui ont occasionné le crash du vol AF 447, l’administration française et européenne, Airbus, et Air France, ont réagi comme si la loi de Murphy ne s’appliquerait pas. Là n’est apparemment pas la seule entorse faite au respect des procédures et à la logique des choses, dans un milieu où l’erreur et le laisser-aller ne pardonnent pas.

Au procès du crash de Rio, on se croirait parfois dans une unité Alzheimer tant les témoins ont la mémoire qui flanche sur ce qui demeure le plus grand drame d’Air France, survenu avec un Airbus A 330 en 2009. Il faut dire qu’au regard des manœuvres dilatoires orchestrées par Air France et Airbus (13 ans d’instruction), certains appelés à la barre ont avancé en âge ; d’autres sont décédés en emportant au ciel leur savoir et leurs secrets. Cela rend la tâche de la juge Sylvie Daunis et des avocats des parties civiles encore plus ardue.

Alors qu’Air France accuse Airbus d’avoir manipulé une expertise, on pressent que l’entente cordiale entre ces deux prévenus se fissure au gré des audiences. Mais l’heure est venue d’entendre l'ancien pilote d’essai d'Airbus, Armand Jacob, qui comparait en tant que témoin mais semble subir les affres d’une mémoire en pointillé. Notamment quand il s’est agi de se souvenir des circonstances d’un incident arrivé dans une autre compagnie, Air Caraïbes, en septembre...

]]>
Alors, on n’attend pas Patrick ?2ca25c2d-726c-4fc8-a04e-5e2acb019d6fhttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221111_172132_Alors__on_n___attend_pas_Patrick__Fri, 11 Nov 2022 17:21:32 +0100

Dessous Choc #8

Dans ce nouvel épisode de Dessous Choc nous ne sommes pas allés au camping rencontrer Franck Dubosc en Patrick Chirac. Nous allons parler d'un autre Patrick. Nous avons tendu le micro à Antoine Champagne, le cofondateur et rédacteur en chef de reflets.info. Il nous explique les enjeux de la procédure judiciaire qui oppose Reflets au groupe Altice, à la suite des révélations sur son propriétaire, le milliardaire Patrick Drahi.

Depuis maintenant quelques semaines Reflets fait l’objet d’une procédure judiciaire lancée par le groupe Altice de Patrick Drahi. En cause, quatre articles issus des données des hackers de Hive qui révèlent le train de vie plus que confortable du milliardaire entre déplacements réguliers en jets privés, commerce dispendieux d’œuvres d’art et optimisation fiscale.

Ces révélations, on l’imagine, n’ont pas été, du goût de l’intéressé qui n’a pas hésité à attaquer Reflets en référé au tribunal de commerce de Nanterre, estimant qu’une « menace » pouvait peser « sur les sociétés du groupe Altice face à l’incertitude du contenu des parutions à venir qui pourraient révéler des informations relevant du secret des affaires ».

Si ce dernier argument n’a pas été retenu dans l’ordonnance rendue début octobre et que les articles mises en cause peuvent être laissés sur le site, Reflets n’a en revanche pas le droit d’en écrire de nouveaux sur le groupe Altice sur la base des documents récupérés par les pirates de Hive.

Cette décision problématique, dénoncée par Antoine Champagne ainsi que par de nombreux autres médias, est une censure par anticipation qui a toutes les caractéristiques d’un procès-bâillon. Elle constitue, pour le coup, une véritable menace pour le journalisme d’investigation et l'indépendance de la presse. Reflets a fait appel, l'audience se tiendra le 23 novembre.

]]>

Dessous Choc #8

Dans ce nouvel épisode de Dessous Choc nous ne sommes pas allés au camping rencontrer Franck Dubosc en Patrick Chirac. Nous allons parler d'un autre Patrick. Nous avons tendu le micro à Antoine Champagne, le cofondateur et rédacteur en chef de reflets.info. Il nous explique les enjeux de la procédure judiciaire qui oppose Reflets au groupe Altice, à la suite des révélations sur son propriétaire, le milliardaire Patrick Drahi.

Depuis maintenant quelques semaines Reflets fait l’objet d’une procédure judiciaire lancée par le groupe Altice de Patrick Drahi. En cause, quatre articles issus des données des hackers de Hive qui révèlent le train de vie plus que confortable du milliardaire entre déplacements réguliers en jets privés, commerce dispendieux d’œuvres d’art et optimisation fiscale.

Ces révélations, on l’imagine, n’ont pas été, du goût de l’intéressé qui n’a pas hésité à attaquer Reflets en référé au tribunal de commerce de Nanterre, estimant qu’une « menace » pouvait peser « sur les sociétés du groupe Altice face à l’incertitude du contenu des parutions à venir qui pourraient révéler des informations relevant du secret des affaires ».

Si ce dernier argument n’a pas été retenu dans l’ordonnance rendue début octobre et que les articles mises en cause peuvent être laissés sur le site, Reflets n’a en revanche pas le droit d’en écrire de nouveaux sur le groupe Altice sur la base des documents récupérés par les pirates de Hive.

Cette décision problématique, dénoncée par Antoine Champagne ainsi que par de nombreux autres médias, est une censure par anticipation qui a toutes les caractéristiques d’un procès-bâillon. Elle constitue, pour le coup, une véritable menace pour le journalisme d’investigation et l'indépendance de la presse. Reflets a fait appel, l'audience se tiendra le 23 novembre.

]]>
Hopium : voiture du peuple ou religion des affaires ?c61d1d79-4614-4d8e-9085-6eeafd845cf7http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221107_100045_Hopium___voiture_du_peuple_ou_religion_des_affaires__Mon, 07 Nov 2022 10:00:45 +0100

La nouvelle marque qui roule à l’hydrogène... et au Crédit Agricole

Le Mondial de Paris vient de fermer ses portes. Aux dires des spécialistes de l’automobile le salon parisien ne fait plus vraiment rêver les visiteurs, mais pour un investisseur l’euphorie était à rechercher sur le Stand Hopium. Respirez à fond, l’hydrogène n’a pas d’odeur.

La Māchina d’Hopium présentée au salon de l’auto de Paris. - Reflets

Ni BMW, ni Ford, ni Citroën, ni Fiat, ni Mercedes, ni Toyota, ni Volkswagen… les plus grands ne se sont pas présentés au rendez-vous historique de la porte de Versailles. Charge est revenue à Renault, Dacia, Peugeot et jeep de faire acte de présence. A croire que les constructeurs eux même ne savent plus par quel bout prendre le dossier de la « bagnole » qui pollue …

Pourtant un spectacle feutré s’est joué entre initiés sur le stand d’une marque inconnue du grand public : Hopium, une dénomination provoc’ qui fleure bon le marketing étincelant. Sous les feux de la rampe, la Māchina faisait le show. Première surprise, en dépit de ces appellations aux consonances lointaines le nouveau constructeur se déclare plus Français qu’un camembert.

A vous de jouer avec la membrane : pile à combustible, ou face le marketing ? - Capture d'écran
A vous de jouer avec la membrane : pile à combustible, ou face le marketing ? - Capture d'écran

Pour l’heure la starlette du salon n’est qu’un concept-car, une vitrine technologique destinée à ouvrir les précommandes : 1000 Māchina, virtuelles, auraient été achetées sur internet au prix, virtuel, de 120.000 . Utile précision qui cette fois-ci tient du réel, le processus de réservation ne garantit ni les spécifications du véhicule, ni sa disponibilité, ni son prix, ni sa date de livraison. La marque évoque de probables livraisons pour 2025.

Cocorico, ce bruissement financier aura eu pour effet de susciter l’intérêt de la branche -Consumer finance- du Crédit agricole. Un protocole d’accord pour une commande prévisionnelle de 10.000...

]]>

La nouvelle marque qui roule à l’hydrogène... et au Crédit Agricole

Le Mondial de Paris vient de fermer ses portes. Aux dires des spécialistes de l’automobile le salon parisien ne fait plus vraiment rêver les visiteurs, mais pour un investisseur l’euphorie était à rechercher sur le Stand Hopium. Respirez à fond, l’hydrogène n’a pas d’odeur.

La Māchina d’Hopium présentée au salon de l’auto de Paris. - Reflets

Ni BMW, ni Ford, ni Citroën, ni Fiat, ni Mercedes, ni Toyota, ni Volkswagen… les plus grands ne se sont pas présentés au rendez-vous historique de la porte de Versailles. Charge est revenue à Renault, Dacia, Peugeot et jeep de faire acte de présence. A croire que les constructeurs eux même ne savent plus par quel bout prendre le dossier de la « bagnole » qui pollue …

Pourtant un spectacle feutré s’est joué entre initiés sur le stand d’une marque inconnue du grand public : Hopium, une dénomination provoc’ qui fleure bon le marketing étincelant. Sous les feux de la rampe, la Māchina faisait le show. Première surprise, en dépit de ces appellations aux consonances lointaines le nouveau constructeur se déclare plus Français qu’un camembert.

A vous de jouer avec la membrane : pile à combustible, ou face le marketing ? - Capture d'écran
A vous de jouer avec la membrane : pile à combustible, ou face le marketing ? - Capture d'écran

Pour l’heure la starlette du salon n’est qu’un concept-car, une vitrine technologique destinée à ouvrir les précommandes : 1000 Māchina, virtuelles, auraient été achetées sur internet au prix, virtuel, de 120.000 . Utile précision qui cette fois-ci tient du réel, le processus de réservation ne garantit ni les spécifications du véhicule, ni sa disponibilité, ni son prix, ni sa date de livraison. La marque évoque de probables livraisons pour 2025.

Cocorico, ce bruissement financier aura eu pour effet de susciter l’intérêt de la branche -Consumer finance- du Crédit agricole. Un protocole d’accord pour une commande prévisionnelle de 10.000...

]]>
Emmanuel Macron sur France 2 : la lente banalisation du mal5959114b-b123-4e35-ae76-213092fc8f94http://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221102_111219_Emmanuel_Macron_sur_France_2____la_lente_banalisation_du_malWed, 02 Nov 2022 11:12:19 +0100

Attiser la colère et la haine ne mène qu'à une seule chose...

Que cherchent Emmanuel Macron et ses proches en caressant dans le sens du poil le Rassemblement national et en flattant les pires instincts de certains citoyens ? Est-ce là le projet d'une société souhaitée ?

L'étranger, d'Albert Camus - nrf

Quelle démission intellectuelle et personnelle peut amener un président de la république en poste à désigner à la foule des «étrangers» alors même que ladite foule a été conditionnée depuis des années à chercher dans «l’étranger» le responsable de tous ses maux ? N’est-ce pas une faute terrible alors que les hordes de fascistes défilent désormais dans les rues européennes et françaises, s’adonnant même à des ratonnades sans que la police n’intervienne ? Le président, celui-là même dont le rôle est d’unir la nation contribue à la fracturer un peu plus, dans le sillage des plateaux télé ou toutologues et extrémistes politiques viennent exister au dépens du vivre ensemble. Invité sur France 2 où il a pu dérouler son discours marketing autosatisfait sans contradiction, Emmanuel Macron a lâché: «Aujourd’hui, quand on regarde la délinquance par exemple à Paris, où on a une forte concentration (...) de cetteimmigrationillégale, oui, elle est très présente dans les faits de délinquance(...) on ne peut pas ne pas voir que la moitié au moins des délinquants, des faits de délinquance qu’on observe, viennent de personnes qui sont des étrangers, soit en situation irrégulière, soit en attente de titres (...) et qui viennent souvent de ces filières». De quoi réjouir toute l’extrême-droite qui martèle cette idée depuis des lustres. Le site Fdesouche, caisse de résonance des idées rances a d’ailleurs immédiatement salué la tirade du chef de l’État. Et pendant que le président de la...

]]>

Attiser la colère et la haine ne mène qu'à une seule chose...

Que cherchent Emmanuel Macron et ses proches en caressant dans le sens du poil le Rassemblement national et en flattant les pires instincts de certains citoyens ? Est-ce là le projet d'une société souhaitée ?

L'étranger, d'Albert Camus - nrf

Quelle démission intellectuelle et personnelle peut amener un président de la république en poste à désigner à la foule des «étrangers» alors même que ladite foule a été conditionnée depuis des années à chercher dans «l’étranger» le responsable de tous ses maux ? N’est-ce pas une faute terrible alors que les hordes de fascistes défilent désormais dans les rues européennes et françaises, s’adonnant même à des ratonnades sans que la police n’intervienne ? Le président, celui-là même dont le rôle est d’unir la nation contribue à la fracturer un peu plus, dans le sillage des plateaux télé ou toutologues et extrémistes politiques viennent exister au dépens du vivre ensemble. Invité sur France 2 où il a pu dérouler son discours marketing autosatisfait sans contradiction, Emmanuel Macron a lâché: «Aujourd’hui, quand on regarde la délinquance par exemple à Paris, où on a une forte concentration (...) de cetteimmigrationillégale, oui, elle est très présente dans les faits de délinquance(...) on ne peut pas ne pas voir que la moitié au moins des délinquants, des faits de délinquance qu’on observe, viennent de personnes qui sont des étrangers, soit en situation irrégulière, soit en attente de titres (...) et qui viennent souvent de ces filières». De quoi réjouir toute l’extrême-droite qui martèle cette idée depuis des lustres. Le site Fdesouche, caisse de résonance des idées rances a d’ailleurs immédiatement salué la tirade du chef de l’État. Et pendant que le président de la...

]]>
Une série de séries à voir ou ne pas voir5ad88937-ec68-4779-b5b5-e80e707a59aahttp://isyteck.com/autoblog/reflet/index.php5?20221029_112724_Une_serie_de_series_a_voir_ou_ne_pas_voirSat, 29 Oct 2022 11:27:24 +0200

Alors Oncle Bob, raconte..., ça vaut le coup ou pas ?

La production de séries est devenue astronomique. Comment faire le tri dans cette offre pléthorique ? Nous en avons regardé quelques une et vous aidons ainsi à faire un choix rapide.

Malik Oussekine - D.R.

Cyberpunk Edgerunners : désarticulé

Dessin animé futuristico-puko-haker de l'espace. Les humains font corps avec les machines et les programmes informatiques. Pour le meilleur et pour le pire. Intéressant.

Messiah pas de lézard

Vrai ou faux Messie ? Un homme semble parler pour Dieu. Mais lequel ? Est-il un charlatan, une véritable interface avec le vieux monsieur barbu assis sur un nuage ? En tout cas, il sait marcher sur l'eau, comme un célèbre prédécesseur. Et ça fait flipper pas mal de